Bardonnex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bardonnex
Blason de Bardonnex
Héraldique
Vue du château de Compesières
Vue du château de Compesières
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Localité(s) Bardonnex, Charrot, Compesières, La Croix-de-Rozon, Évordes, Landecy
Maire Alain Walder
NPA 1257
N° OFS 6605
Démographie
Gentilé Bardonnésiens
Population 2 219 hab. (31 décembre 2013)
Densité 444 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 00″ N 6° 06′ 00″ E / 46.150021, 6.09998346° 09′ 00″ Nord 6° 06′ 00″ Est / 46.150021, 6.099983  
Altitude 471 m (min. : 433 m) (max. : 503 m)
Superficie 500 ha = 5 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Bardonnex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bardonnex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bardonnex
Liens
Site web www.bardonnex.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bardonnex est une commune suisse du canton de Genève.

Histoire[modifier | modifier le code]

Détail de la carte Mayer de 1830

La commune de Bardonnex est issue avec Plan-les-Ouates de la division de Compesières en 1851.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bardonnex est une commune rurale. Les grandes cultures sur le plateau laissent la place à la viticulture sur le coteau sud.

Bardonnex est située au sud du canton de Genève, le long de la frontière entre la France et la Suisse. Elle comporte cinq hameaux : Bardonnex, Charrot, Compesières, La Croix-de-Rozon et Landecy. Compesières est le centre administratif, religieux et scolaire de la commune de Bardonnex ; la Commanderie de Compesières s'y trouve. Bardonnex est connu comme porte d'entrée des vacanciers, puisque la douane entre l'autoroute française A41 et l'autoroute suisse A1 porte son nom.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bardonnex mesure 5 km2[2]. 23,5 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 73,2 % à des surfaces agricoles et 3,4 % à des surfaces boisées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Perly-Certoux Plan-les-Ouates Troinex Rose des vents
Saint-Julien-en-Genevois (France) N Collonges-sous-Salève (France)
O    Bardonnex    E
S
Saint-Julien-en-Genevois (France) Saint-Julien-en-Genevois (France) Archamps (France)
Sentier sous la Tour - Les Vergers du Coteau de Saconnex d'Arve

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bardonnex possède 2 219 habitants fin 2013[1]. Sa densité de population atteint 443,8 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Bardonnex entre 1850 et 2008[3] :

Culture[modifier | modifier le code]

La commune célèbre le Feuillu, une fête printanière.

Monuments[modifier | modifier le code]

Le domaine Micheli à Landecy, ainsi que la commanderie de Compesières et le musée de l'ordre de Malte sont inscrits comme bien culturel suisse d'importance nationale[4].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Eugène Carry (1853-1912), né à la Croix-de-Rozon, prêtre, secrétaire du cardinal Gaspard Mermillod, vicaire général de Genève (1907-1912), président ou directeur de diverses institutions catholiques engagées socialement. Artisan de la séparation de l'Église et de l'État à Genève[5]. Le cardinal Mermillod est lui-même lié à Bardonnex car ses parents y sont nés.
  • François Carry (1857-1928), né à Bardonnex, frère d'Eugène, journaliste catholique. Débute sa carrière en 1877 au Courrier de Genève, dont il devient brièvement directeur en 1920. Entre temps, il est rédacteur au Chroniqueur de Fribourg et correspondant de divers journaux, il vit pendant vingt-cinq ans à Rome où il est correspondant de la Gazette de Lausanne[6],[7].
  • Horace Micheli (1866-1931), né à Landecy. Carrière de journaliste au Journal de Genève (correspondant, rédacteur, directeur-rédacteur en chef, directeur honoraire). Sa carrière politique débute à Bardonnex (conseiller municipal démocrate, 1902-1918), avant d'être député au Grand Conseil puis conseiller national libéral-démocrate. Opposé à la séparation de l'Église et de l'État à Genève[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eric Golay, Dominique Zumkeller, Compesières, Landecy, Charrot, Bardonnex, Croix-de-Rozon : histoire et vécu d'une commune : Commune de Bardonnex, Genève, Slatkine,‎ 2007, 256 p. (ISBN 9782832102923)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la statistique.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)
  4. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Genève
  5. François Genoud, « Carry, Eugène » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 19 août 2003..
  6. « M. J.-Ed. Gottret, nommé conseiller national, abandonne la direction du Courrier de Genève, qu'il avait assumée il y a quelques mois. [...] successeur à la direction, M. François Carry », Journal de Genève, 20 avril 1920.
  7. Ernst Bollinger, « Carry, François » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 28 juin 2005.. « [Il] prit la direction du Courrier de Genève, qu'il dut abandonner après quelques mois déjà en raison d'une grave maladie. »
  8. Jean de Senarclens, « Micheli, Horace » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 5 juin 2008..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]