Bruins de Boston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bruins de Boston

Logo des Bruins représentant un B sur une roue à huit rayons.
Fondé le 9 février 1924
Siège Drapeau de Boston Boston,
Drapeau du Massachusetts Massachusetts,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Patinoire (aréna) TD Garden
(17 565 places)
Couleurs Noir, or, blanc
                 
Ligue Ligue nationale de hockey
Association Association de l'Est
Division Division Atlantique
Capitaine Zdeno Chára
Capitaines adjoints Patrice Bergeron
David Krejčí
Chris Kelly
Entraîneur-chef Claude Julien
Entraîneur(s) associé(s) Bob Essensa
Doug Houda
Doug Jarvis
Geoff Ward
Directeur général Peter Chiarelli
Président Cam Neely
Propriétaire Jeremy Jacobs
Équipe(s) affiliée(s) Bruins de Providence (LAH)
Stingrays de la Caroline du Sud (ECHL)
Site web http://bruins.nhl.com/

Les Bruins de Boston, en anglais Boston Bruins, sont une franchise professionnelle de hockey sur glace d'Amérique du Nord. L'équipe est basée à Boston dans le Massachusetts aux États-Unis et joue ses matchs à domicile dans la salle du TD Garden depuis 1995. Auparavant l'équipe a joué quelques saisons dans le Boston Arena puis la plus grande partie de son histoire dans le Boston Garden. Ils font partie de la ligue principale d'Amérique du Nord, la Ligue nationale de hockey (également désignée par le sigle LNH), et s'alignent dans la division Atlantique dans l'association de l'Est.

Fondés en 1924, les Bruins sont une des plus vieilles équipes de la LNH encore en activité ; ils font partie entre 1942 et 1967 des « six équipes originales » en compagnie des équipes des Blackhawks de Chicago, des Canadiens de Montréal, des Maple Leafs de Toronto, des Rangers de New York et des Red Wings de Détroit. C'est la première équipe de la Ligue nationale de hockey à s'être installée dans une ville des États-Unis et seuls les Canadiens et les Maple Leafs, alors nommés Saint-Patricks, sont antérieurs à l'équipe des Bruins. Depuis leur première saison en 1924-1925, ils disputent à dix-huit reprises la finale de la Coupe Stanley et remportent les finales de 1929, 1939, 1941, 1970, 1972 et 2011. Leurs plus vieux et historiques rivaux sont les Canadiens de Montréal qui les ont battus à chaque fois que les deux équipes se sont rencontrées en finale.

Plus de huit cent joueurs différents ont porté les couleurs noir, or et blanc des Bruins depuis leurs débuts et plus de cinquante personnalités de l'équipe font partie du Temple de la renommée du hockey. C'est ainsi le cas de : « Ray » Bourque, également meilleur pointeur de l'histoire du club, Robert « Bobby » Orr, Phil Esposito, Tiny Thompson ou encore Cam Neely. L'équipe actuelle est entraînée par Claude Julien et est menée par le capitaine slovaque Zdeno Chára.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers temps (1924-1942)[modifier | modifier le code]

Les débuts de l'équipe (1924-1928)[modifier | modifier le code]

Le 9 février 1924, Charles Adams, propriétaire d'épiceries à Boston, dans le Massachusetts, obtient de la Ligue nationale de hockey qu'elle s'étende aux États-Unis en lui accordant une franchise[1] ; la rumeur veut qu'Adams ait payé 15 000 $ pour obtenir cette franchise[2],[3],[4]. Les couleurs de cette nouvelle équipe sont celles des épiceries d'Adams : marron et or. Pour le choix du nom, Adams souhaite qu'il soit en rapport avec un animal de grande taille, fort, agile, féroce et rusé ; le nom de la nouvelle franchise lui est alors suggéré par son secrétaire, elle est baptisée « les Bruins »[2]. Le mot bruin vient du néerlandais et signifie brun ; depuis la traduction du Roman de Renart, le mot est repris par les anglophones et désigne l'ours brun[5]. Pour la saison 1924-1925, les Bruins sont, avec les Maroons de Montréal, une des deux nouvelles équipes à participer à la huitième saison de la LNH[6].

Adams engage Art Ross qui vient d'être congédié du poste d'entraîneur des Tigers de Hamilton[7] et le désigne comme le premier directeur-général et entraîneur-chef de l'histoire de la franchise[8]. Le premier match du club est joué le soir du 1er décembre 1924 contre les Maroons ; il s'agit du tout premier match de l'histoire de la LNH à l'extérieur du Canada que les Bruins remportent 2 buts à 1[9]. Le tout premier but de la franchise est inscrit par Smokey Harris[10] mais l'équipe perd les onze matchs suivants et, finalement, termine à la dernière place du classement de la saison 1924-1925 avec seulement six victoires[11].

Avant le début de la saison 1926-1927, Adams fait signer des contrats à sept joueurs de la défunte Western Canada Hockey League ; Eddie Shore, déjà réputé pour son style dynamique, fait partie du lot[12]. L'ajout du jeune défenseur mais également de joueurs comme Harry Oliver permet aux Bruins d'atteindre la finale de la Coupe Stanley contre la meilleure équipe de la saison régulière, les Sénateurs d'Ottawa. Oliver termine meilleur pointeur[13] alors que Shore est le deuxième joueur le plus pénalisé de toute la LNH[14].

La finale de la Coupe Stanley est censée se jouer au meilleur des trois matchs[Note 1] mais après un match nul lors de la première rencontre, le président de la LNH, Frank Calder, décide qu'au maximum cinq matchs seront joués et que s'il n'y a aucun vainqueur en cinq rencontres, les deux équipes seront sacrées championnes[15]. Finalement, les matchs numéros un et trois se finissent sur un score de parité alors que les Sénateurs remportent les deux autres matchs et la coupe[16].

La première Coupe Stanley (1928-1929)[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc de Denneny en tenue de hockeyeur.
Cy Denneny, entraîneur-joueur des Bruins en 1928-1929.

Après quatre saisons jouées dans le Boston Arena, les Bruins déménagent pour la saison 1928-1929 dans le Boston Garden qui est inauguré le 17 novembre 1928. Cette nouvelle saison des Bruins est marquée par l'arrivée de Cy Denneny, alors meilleur buteur de l'histoire de la LNH[Note 2], qui est vendu par les Sénateurs d'Ottawa[17]. En plus de son rôle de joueur, il prend le poste d'entraîneur de l'équipe en remplacement de Art Ross qui était à la tête des Bruins depuis leurs débuts. Dans les buts, Cecil « Tiny » Thompson acheté aux Millers de Minneapolis de l'Association américaine de hockey (AHA) remplace Hal Winkler qui fait le chemin inverse. Le reste de l'équipe repose sur l'ossature de la saison précédente : les quatre meilleurs pointeurs de l'équipe – Harry Oliver, Eddie Shore, Frank Fredrickson et Dutch Gainor – sont toujours présents ; les Bruins n'enregistrent d'ailleurs qu'une seule absence parmi les huit meilleurs pointeurs de l'équipe avec le départ de Harry Connor pour les Americans de New York. Durant cette saison, un nouveau trio est composé de Cooney Weiland, Dutch Gainor et Dit Clapper ; ce trio sera plus tard surnommé la Dynamite line.

Le début de saison est mitigé pour les Bruins qui ne gagnent que cinq de leurs quatorze premiers matchs, se classant troisièmes de la division Américaine derrière les Rangers de New York et les Cougars[18]. L'année 1929 démarre bien mieux pour les Bruins : ils restent invaincus du 1er au 31 janvier, remportant onze de leurs treize premiers matchs de l'année et concédant deux matchs nuls. Entre temps, l'équipe effectue quelques changements : après l'arrivée de Mickey MacKay des Pirates de Pittsburgh le 21 décembre en échange de Frank Fredrickson, Myles Lane est vendu pour 7 500 dollars par les Rangers le 21 janvier et Bill Carson est acheté à Toronto le 25 janvier. À l'issue de cette série sans défaite, les Bruins sont deuxièmes de la division, juste derrière les Rangers qui ont joué deux matchs de plus[19].

Malgré trois défaites successives début février, les Bruins continuent leur remontée au classement de la division dont ils prennent la tête, à égalité avec les Rangers, le 28 février après une victoire à Ottawa[20]. Le 10 mars, alors que les deux équipes sont toujours à égalité, elles se rencontrent à New York ; les Bruins remportent le match 3-2, prenant seuls la tête de la division pour la garder jusqu'à la fin de la saison régulière en remportant leurs trois derniers matchs. Cette première place de la division leur assure une qualification directe pour les demi-finales de la Coupe Stanley alors que leurs rivaux doivent jouer une série supplémentaire[21].

Pour la demi-finale, les Bruins sont opposés aux Canadiens de Montréal, vainqueurs de la division Canadienne, eux aussi qualifiés directement. Les deux premiers matchs sont joués à Boston, le 19 et le 21 mars, et ils s'achèvent sur le même score de 1-0 en faveur des Bruins grâce à deux blanchissages[Note 3] de Thompson. Le troisième match, joué le 23 mars à Montréal se conclut lui aussi par une victoire des Bruins, 3-2 cette fois-ci, ce qui permet à Boston d'accéder à la deuxième finale de Coupe Stanley de son histoire après celle perdue deux ans auparavant face aux Sénateurs d'Ottawa[22].

En finale, ils retrouvent leurs rivaux de la division Américaine et champions en titre, les Rangers de New York. C'est la première fois de l'histoire de la Ligue nationale de hockey qu'une finale se dispute sans équipe canadienne. Le premier match est joué le 28 mars à Boston devant près de 18 000 spectateurs[23] ; Dit Clapper et Dutch Gainor marquent chacun un but lors de la deuxième période alors que Tiny Thompson réalise son troisième blanchissage en quatre matchs et les Bruins gagnent le match 2-0. Dans la deuxième rencontre, jouée au Madison Square Garden à New York, les deux équipes sont à égalité 1-1 après deux périodes, le but des Bruins ayant été inscrit par Harry Oliver ; cependant moins de deux minutes avant la fin de la troisième période, Bill Carson marque le deuxième but de Boston qui leur donne la victoire et la première coupe Stanley de l'histoire des Bruins[23].

Une défaite en finale (1929-1930)[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc de Hainsworth avec le maillot des Canadiens de Montréal.
George Hainsworth et les Canadiens de Montréal empêchent les Bruins de remporter une deuxième Coupe Stanley en 1930.

Lors de la saison suivante, la LNH décide de changer les règles afin de lutter contre le faible nombre de buts inscrits ; une nouvelle règle est instaurée : les joueurs sont désormais autorisés à faire des passes à un autre joueur déjà en zone offensive. Cette nouvelle règle mène dès le début de la saison à de nombreux abus, avec des joueurs restant en zone offensive pour attendre la rondelle. La règle peu satisfaisante est retirée en décembre 1929 et est remplacée par la règle classiquement connue aujourd'hui du hors-jeu[24]. Cooney Weiland des Bruins tire avantage de la nouvelle règle et inscrit 73 points, écrasant ainsi l'ancien record détenu jusque là par Howie Morenz avec 51 points[25]. L'équipe de Boston est obligée de changer d'entraîneur, Denneny décidant alors de devenir arbitre et Art Ross est de retour derrière le banc de l'équipe[17].

Tiny Thompson est l'autre rouage important de l'équipe avec une moyenne de buts encaissés de 2,23 buts par matchs, la plus petite[Note 4] des moyennes de buts alloués[26] et il remporte le Trophée Vézina[27]. Thompson dans les buts et Weiland en attaque conduisent les Bruins en séries avec une fiche de saison remarquable de 38 victoires, 5 défaites et 1 match nul soit 87,5 % de victoires, le plus haut pourcentage de victoire d'une équipe dans la LNH – record toujours d'actualité[28]. Entre le 3 décembre et le 9 janvier, l'équipe totalise quatorze victoires consécutives, la troisième plus longue série de victoires de la LNH[Note 5],[29]. Ils enregistrent vingt victoires consécutives à domicile en saison régulière, un record de la LNH ; ce record, égalé en 1976 par les Flyers de Philadelphie[30], n'est battu qu'en 2012 par les Red Wings de Détroit[31].

En séries les Bruins battent en demi-finale les champions de la division Canadienne pendant la saison, les Maroons de Montréal. Ces derniers perdent lors des deux premiers matchs de la série joués au Forum de Montréal : le premier match se solde par une victoire des Bruins 2-1 en prolongation, au bout de 45 minutes supplémentaires, l'entraîneur, Art Ross, se faisant remarquer par ses contestations incessantes des décisions du corps arbitral[32] ; le deuxième match se termine par une victoire 4-2 de Boston avec deux buts de Dit Clapper[33]. Les joueurs de Montréal remportent le troisième match avec une victoire 1 but à 0 mais le match suivant se conclut par la victoire des Bruins, 5 buts à 1[33]. Les Bruins accèdent pour la troisième fois à la finale de la Coupe Stanley et sont opposés aux Canadiens de Montréal menés par Howie Morenz[24].

Morenz et ses coéquipiers inscrivent trois buts lors du premier match de la série dans la patinoire des Bruins sans en concéder un seul. Les filets de Hainsworth restent ainsi inviolés pendant 270 minutes et 8 secondes, record toujours d'actualité en 2010. Le deuxième match de la série tourne également à l'avantage des Canadiens : Bert McCaffrey et Nick Wasnie inscrivent les deux premiers buts du match, puis c'est au tour du capitaine de l'équipe, Sylvio Mantha et de Morenz de tromper Thompson. Les Canadiens mènent alors 4-1, le premier but des Bruins étant inscrit par Eddie Shore. Boston parvient à inscrire deux buts de plus mais Hainsworth résiste aux assauts adverses et offre une nouvelle coupe Stanley aux Canadiens[24]. Cette défaite en deux matchs à l'issue d'une telle saison pour une équipe championne en titre choque la direction de la ligue qui décide pour les saisons suivantes de modifier les règlements : dès la saison suivante, la finale se joue au meilleur des cinq matchs[34].

Période de transition (1930-1938)[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc de Eddie Shore, dans la tenue des Bruins, serrant la main de Ace Bailey en tenue civile.
Au cours des années 1930, Eddie Shore (ici à droite) est un des joueurs les plus dominants de la LNH.

Pour cette nouvelle saison, Ross est toujours derrière le banc de l'équipe qui se classe une nouvelle fois à la première place de la division et même de la LNH avec deux points d'avance sur les Canadiens[35]. L'équipe compte toujours Weiland comme meilleur pointeur mais il retourne à un total de points plus classique avec trente-huit réalisations ; il est le neuvième pointeur de la saison alors que Morenz remporte la course aux points avec cinquante-et-un points[35]. La première place des Bruins leur permet encore une fois d'accéder à la demi-finale des séries et ils y retrouvent les finalistes et vainqueurs de la saison passée : les Canadiens. Ce sont ces derniers qui vont s'imposer au terme de la série trois matchs à deux. La série se conclut au bout de dix-neuf minutes de prolongations lors du dernier match[36] et un but de Wildor Larochelle[37]. Lors du deuxième match de la série, l'équipe d'Art Ross est menée 1-0 à moins d'une minute de la fin du temps réglementaire. L'entraîneur décide de sortir Thompson des buts pour tenter de revenir au score en faisant rentrer un attaquant supplémentaire. La tentative ne donne rien mais est tout de même la première du genre dans l'histoire de la LNH[38]. Par la suite, les Canadiens remportent une deuxième Coupe consécutive en disposant des Black Hawks de Chicago[37].

À l'issue de cette saison 1930-1931, la LNH décerne de nouveaux honneurs en désignant deux équipes d'étoiles pour les meilleurs joueurs du calendrier. Eddie Shore est nommé dans la première équipe alors que Thompson et Clapper sont désignés membres de la seconde[39].

La saison suivante est beaucoup moins bonne pour les Bruins ; avec une fiche de seulement quinze victoires pour vingt-deux défaites et douze parties nulles, l'équipe pointe à la dernière place de la division[40] et n'est pas qualifiée pour les séries, une première depuis leur deuxième saison[41]. Malgré cette dernière place, Shore est tout de même toujours considéré comme un des meilleurs défenseurs de la LNH avec une nouvelle sélection dans la première équipe d'étoiles[39].

Photo noir et blanc de Stewart qui pose en tenue de hockeyeur.

En 1932-1933, Weiland quitte la franchise pour rejoindre les Sénateurs d'Ottawa et Boston fait venir Billy Burch des Americans de New York. Dans le même temps, la franchise des Maroons est obligée de vendre ses cadres, les finances ne suivant plus. Ainsi après avoir laissé partir Babe Siebert pour les Rangers de New York, ils sont obligés de vendre en juillet leur attaquant vedette, Nels « Old Poison » Stewart, aux Bruins. Adams déclare alors qu'il s'agit d'un des plus gros transferts qu'il n'ait jamais réalisés[42]. À l'issue de la saison régulière, les Bruins et les Red Wings de Détroit sont premiers à égalité de points en tête de la division Américaine mais avec plus de victoires pour les Bruins face aux Red Wings, l'équipe de Boston est sacrée championne de la division et de la LNH[40]. Marty Barry est le meilleur pointeur de l'équipe avec un point de plus que Stewart pour un total de trente-sept réalisations, treize de moins que le meneur de la LNH, Bill Cook des Rangers[40]. En demi-finale des séries, les Bruins sont battus en cinq matchs par les Maple Leafs de Toronto avec une victoire lors du dernier match 1-0 après h 44 min 46 s de prolongation[43]. Shore est mis en avant en étant une troisième fois dans l'équipe d'étoiles de la LNH[39] et il reçoit également son premier trophée Hart en tant que meilleur joueur de la saison[44]. Thompson reçoit quant à lui le trophée Vézina du meilleur gardien[27].

Au cours de la saison suivante, Shore est également mis en avant mais pas de la même manière : au cours du mois de décembre et d'un match contre les Maple Leafs de Toronto il reçoit une mise en échec sévère de King Clancy et réagit en cinglant Ace Bailey par derrière. Sa tête vient frapper violemment la glace, ce qui sans le tuer met fin à sa carrière de joueur de hockey[45]. Bailey reste dans le coma et le diagnostic est incertain pendant deux semaines. Le président de la LNH, Frank Calder, suspend alors indéfiniment Shore. La suspension est levée le 28 janvier après que Shore a manqué seize matchs de son équipe, une bonne partie du calendrier[46]. Deux mois plus tard, ce qui est considéré comme le premier Match des étoiles de la LNH, même s'il ne porte pas le nom de Match des étoiles, est organisé en son honneur et oppose les Maple Leafs de Toronto à une sélection de joueurs des autres équipes. 29 909 dollars sont collectés pour Bailey et sa famille[47]. L'équipe des Bruins finit une nouvelle fois non qualifiée pour les séries avec la dernière place de la division Américaine[40]. À la fin de la saison, Shore est désigné comme membre de la seconde équipe d'étoiles de la LNH[39] alors que Lionel Hitchman, ancien capitaine de l'équipe des Bruins, décide de prendre sa retraite après plus de 400 matchs joués dans la LNH[48].

À la suite de cette saison sans résultats satisfaisants, Ross décide de prendre du recul et engage Frank Patrick qui était depuis deux saisons directeur général de la LNH. Patrick a déjà entraîné dans l'Association de hockey de la Côte du Pacifique puis dans la Western Canada Hockey League et prend alors le poste d'entraîneur des Bruins[49]. Il ne reste que le temps des saisons 1934-1935 et 1935-1936 alors que les Bruins perdent les deux fois au premier tour qu'ils jouent dans les séries[41]. Lors des deux saisons, Shore est élu dans la première équipe d'étoiles de la LNH[39] et reçoit également le trophée Hart[44]. En 1936, Thompson reçoit une nouvelle fois le trophée Vézina[44] et est désigné dans la première équipe d'étoiles. Thompson et Shore sont rejoints dans cette équipe type par Babe Siebert[39].

Patrick quitte la franchise à la suite de ces deux saisons et Art Ross doit retourner derrière le banc de l'équipe. Cette nouvelle saison voit les débuts dans la franchise de Bobby Bauer et de Milt Schmidt. Les deux joueurs sont natifs de Kitchener dans l'Ontario, ville qui se nommait Berlin avant la Première Guerre mondiale. Ils rejoignent dans l'effectif Woody Dumart un autre joueur de Kitchener et ensemble ils sont surnommés la « Kraut line », littéralement en français la « ligne des Boches », les trois joueurs ayant débuté ensemble le hockey[47]. L'équipe termine à la deuxième place de la division et sont éliminés une nouvelle fois au premier tour par les Maroons[41].

En 1937-1938, Boston est premier de la LNH[40] mais ils ne parviennent toujours pas à dépasser le premier tour des séries en étant éliminés par Toronto trois matchs à zéro[50].

La deuxième Coupe Stanley (1938-1939)[modifier | modifier le code]

Photo portrait noir et blanc de Ross.
Art Ross mène les Bruins à leur deuxième Coupe Stanley, pour sa douzième saison derrière le banc de l'équipe.

À la suite de la disparition des Maroons de Montréal, la Ligue nationale de hockey débute la saison 1938-1939 avec seulement sept équipes. Elle regroupe alors ces franchises en une seule division dont les six meilleures à la fin de la saison régulière sont qualifiées pour les séries éliminatoires.

Les Bruins de Boston débutent la saison avec une équipe basée sur l'ossature de la saison précédente et toujours emmenés par la Kraut line composée de Schmidt, Dumart et Bauer ; seuls Leroy Goldsworthy et Art Jackson qui sont respectivement vendus et prêtés aux Americans de New York ne font plus partie de l'effectif. Dans les buts, Tiny Thompson qui est ennuyé par des problèmes aux yeux, est remplacé pour les deux premiers matchs de la saison par une recrue[Note 6] américaine Frank Brimsek[51]. Le directeur-général de l'équipe, Art Ross, débute sa douzième saison au poste d'entraîneur ; depuis la naissance de la franchise, seules trois saisons n'ont pas vu Ross diriger l'équipe : 1928-1929 où Cy Denneny mène les Bruins à leur première coupe Stanley et de 1934 à 1936 quand Frank Patrick en est l'entraîneur.

Après les deux premiers matchs remportés par les Bruins avec Brimsek dans les buts, puis cinq matchs dont une seule défaite de Thompson, Ross, qui pense que l'avenir des Bruins passe par Brimsek[51], vend Thompson aux Red Wings de Détroit contre Normie Smith et 15 000 dollars[52] le 28 novembre 1938[Note 7]. Bien que perdant le match suivant, Brimsek prouve ensuite que la décision de Ross est bonne : il enregistre trois blanchissages[Note 3] consécutifs puis, après une victoire 3-2, renouvelle cette même performance pour terminer la saison avec dix blanchissages à son actif[51]. Les Bruins prennent la tête de la ligue le 22 novembre[53] lors d'une victoire sur les Rangers de New York et ne quittent plus cette place jusqu'à la fin de la saison régulière qu'ils remportent avec 16 points d'avance sur ces mêmes Rangers et 27 sur les Maple Leafs de Toronto troisièmes[54] ; ils sont alors les favoris pour remporter la Coupe Stanley.

La ligue ne comptant plus qu'une seule division, le format des séries éliminatoires diffère des saisons précédentes : les deux premiers de la ligue sont directement qualifiés pour la demi-finale de la Coupe Stanley où ils s'affrontent alors que les quatre équipes suivantes doivent jouer une première ronde qui voit le troisième être opposé au quatrième et le cinquième rencontrer le sixième de la ligue, le premier tour se jouant au meilleur des trois matchs. Les vainqueurs de ces confrontations se rencontrent en demi-finale à nouveau au meilleur des trois matchs tandis que les deux premiers de la saison régulière jouent, pour la première fois de l'histoire de la LNH, une série au meilleur des sept matchs ; la finale se joue quant à elle aussi en sept matchs[55].

Pour la demi-finale, les Bruins sont opposés aux Rangers de New York. Le premier match est joué à New York et les deux équipes sont à égalité 1-1 après soixante minutes de jeu réglementaires. Une première puis une deuxième période de prolongation ne parviennent toujours pas à les départager et, alors qu'elles se dirigent vers la quatrième prolongation, Mel Hill met fin au match sur une passe de Bill Cowley après un total de 59 minutes et 25 secondes de temps supplémentaire, soit l'équivalent d'un match de plus. Le deuxième match, disputé à Boston, voit encore les deux équipes à égalité après trois périodes et avoir recours à la prolongation ; il ne faut cependant qu'un peu plus de huit minutes pour que les Bruins remportent leur deuxième victoire grâce, une nouvelle fois, à Mel Hill. Après une troisième défaite 4-1, les Rangers qui auraient été éliminés si la série avait été jouée au meilleur des cinq matchs comme la saison précédente, remportent eux aussi trois matchs de suite, dont un en prolongation, et forcent les Bruins à disputer une septième rencontre. Ce septième match, joué à Boston, est à nouveau indécis : Ray Getliffe marque le premier but de Boston puis Muzz Patrick égalise pour les Rangers. Pour la quatrième fois de la série, le match se décide en prolongation et, comme lors du premier match, les 40 premières minutes ne permettent pas de désigner un vainqueur. Après un peu plus de 8 minutes jouées au cours de la troisième prolongation, et comme au premier match, Cowley fait une passe à Hill qui marque le but vainqueur de la série et permet aux Bruins de se qualifier pour la finale de la Coupe Stanley. À l'issue de cette série, Mel Hill hérite du surnom de Sudden Death Mel Hill[Note 8],[56].

Pour la quatrième finale de Coupe Stanley de leur histoire – une victoire et deux défaites – les Bruins affrontent les Maple Leafs de Toronto menés par Syl Apps. Les Maple Leafs ont terminé troisièmes de la saison régulière et ont battu successivement les Americans de New York en deux matchs puis les Red Wings de Détroit en trois matchs. Les deux premières rencontres sont jouées à Boston et chacune des équipes remporte une victoire, celle des Maple Leafs étant acquise après une prolongation. Les Bruins remportent ensuite les troisième et quatrième matchs disputés à Toronto. La cinquième rencontre est disputée dans le Boston Garden où les Bruins remportent le match 3-1 et la deuxième Coupe Stanley de leur histoire devant leur public. Au cours de cette série, Roy Conacher marque 5 buts et 7 points et Bill Cowley obtient 7 aides, ce qui constitue alors des records pour des joueurs recrues[57]. Dans les buts, Frank Brimsek remporte le trophée Calder de la meilleure recrue et le trophée Vézina du meilleur gardien de la saison ; il est le premier joueur à remporter ces deux trophées la même saison[27].

Une saison au sommet (1939-1940)[modifier | modifier le code]

Après cette victoire, l'équipe change d'entraîneur et Cooney Weiland, capitaine de la saison passée, devient le nouvel entraîneur des Bruins alors qu'Art Ross reste directeur général de l'équipe[25]. Les Bruins remportent la saison régulière 1939-1940 avec trois points d'avance sur les Rangers et les joueurs des Bruins accaparent l'essentiel des places dans les classements des meneurs de la saison : même si Bryan Hextall des Rangers termine meilleur buteur, les trois meilleurs pointeurs de la saison sont les joueurs de la Kraut line, Schmidt avec cinquante-deux points et Dumart et Bauer totalisant quarante-trois points chacun alors que Bill Cowley est cinquième avec un cumul de cinquante points[40]. Malgré ces résultats, les Bruins sont éliminés dès la première ronde par leurs dauphins de la saison régulière, les Rangers, qui remportent ensuite la coupe Stanley alors que Dave Kerr blanchit à deux reprises les Bruins[58]. Bauer reçoit le trophée Lady Byng en tant que joueur le considéré comme ayant le meilleur esprit sportif tout en conservant des performances remarquables[27]. Clapper et Schmidt sont élus dans la première équipe d'étoiles de la ligue et Brimsek, Bauer et Dumart dans la seconde[39].

La troisième Coupe Stanley (1940-1941)[modifier | modifier le code]

Les membres de l'équipe ayant terminé la saison 1939-1940 sont tous reconduits pour cette nouvelle saison ; les deux seuls joueurs qui ont débuté la saison précédente et qui ne sont pas présents sont Eddie Shore et Jack Portland qui ont été échangés en janvier 1939 respectivement contre Eddie Wiseman et Des Smith ; les buts sont toujours gardés par Frank Brimsek et l'équipe est dirigée pour la deuxième année consécutive par Cooney Weiland[59].

Le début de saison est cependant hésitant, les Bruins ne remportent aucun des quatre premiers matchs au cours desquels Brimsek encaisse un total de dix-sept buts. Il enregistre son premier blanchissage, et par la même occasion les Bruins leur première victoire, lors du cinquième match mais ne parviennent pas à enchaîner plus de deux victoires consécutives et le 21 décembre 1940, ils sont à la troisième place de la ligue avec douze points de retard sur les Maple Leafs de Toronto[60] et une fiche négative[Note 9] de six victoires pour trois matchs nuls et sept défaites.

Le match suivant où les Bruins battent les Red Wings de Détroit marque ensuite le début d'une série de matchs consécutifs sans défaite : pendant deux mois, du 22 décembre au 23 février, Boston remporte quinze victoires et concède huit matchs nuls, prenant entre temps la première place de la ligue le 11 février après une nouvelle victoire sur Détroit[61]. Les Rangers de New York sont la seule équipe qui parvient à les battre durant cette fin de saison qui voit les Bruins terminer en tête de la ligue, cinq points devant les Maple Leafs. Depuis le 21 décembre, les Bruins ont remporté vingt-et-une victoires, concédé dix matchs nul et subi une seule défaite.

Les Bruins sont opposés en demi-finale de la Coupe Stanley à leurs dauphins de la saison régulière, les Maple Leafs de Toronto. Au cours du premier match de la série disputé à Boston, les Bruins perdent leur meilleur pointeur de la saison, Bill Cowley, qui se blesse au genou[23] ainsi que Bobby Bauer qui souffre d'une coupure après une collision avec son coéquipier Milt Schmidt[62] ; ces aléas ne les empêchent pas de remporter la rencontre 3-0 grâce à un blanchissage de Frank Brimsek. Malgré le retour de Bauer, les Bruins perdent les deux matchs suivants puis un troisième après avoir enregistré une victoire lors de la quatrième rencontre ; ils se retrouvent alors à une défaite de l'élimination mais deux victoires consécutives sur le score de 2-1 permettent aux Bruins de disputer une nouvelle finale de Coupe Stanley[63].

La finale est jouée contre les Red Wings de Détroit qui ont terminé troisièmes de la saison régulière avec quatorze points de retard sur Boston. Les Bruins s'imposent sans perdre un match et remportent la troisième coupe Stanley de leur histoire. Lors des séries, Milt Schmidt prend le relais de Cowley, qui ne peut finalement jouer que deux matchs à cause de sa blessure, en terminant deuxième buteur et meilleur pointeur de l'équipe, sept de ses onze points étant inscrits contre Détroit[23]. En plus de la coupe Stanley, deux joueurs des Bruins sont récompensés : Bobby Bauer remporte une deuxième fois le trophée Lady Byng[27] et Bill Cowley reçoit le trophée Hart du meilleur joueur de la saison ; il est le deuxième joueur des Bruins à remporter ce prix après Eddie Shore qui l'a gagné à quatre reprises[44].

La période des six équipes originales (1942-1967)[modifier | modifier le code]

Malgré la victoire, Weiland ne poursuit pas l'aventure avec les Bruins et devient entraîneur des Bears de Hershey dans la Ligue américaine de hockey qu'il mène ensuite à la finale de la Coupe Calder à deux reprises en quatre saisons[64]. Ross doit alors revenir une nouvelle fois derrière le banc de l'équipe des Bruins.

Avant les débuts de la saison 1942-1943, les Americans de New York mettent fin à leurs activités. La LNH entame alors une période de vingt-cinq ans dite « ère des Six équipes originales de la LNH ». Pendant les vingt-cinq saisons suivantes, les Canadiens, les Maple Leafs, les Red Wings, les Rangers, les Black Hawks et les Bruins s'affrontent dans une ligue à six pour gagner la Coupe Stanley. Chaque saison, les quatre meilleures équipes se qualifient pour les séries de la Coupe[65]. Sur l'ensemble de cette période, les Bruins ne finissent pas une seule fois en tête du classement et ne remportent aucune Coupe Stanley avec quatre défaites finales, toutes contre les Canadiens[41].

La Seconde Guerre mondiale disperse l'équipe championne de la LNH puisqu'en 1941, toute la Kraut line intègre les Forces canadiennes puis en 1943 c'est au tour de Brimsek de partir au front[66]. En 1943-1944, Herb Cain dépasse la barre des 200 points en carrière, il est alors le treizième joueur à atteindre ce plateau et il inscrit 82 points au cours du calendrier. Il devient alors le meilleur pointeur sur une saison mais l'équipe ne se qualifie pas pour les séries et deux saisons plus tard, Cain arrête sa carrière dans la LNH[67].

La saison 1944-45 est la dernière de Art Ross comme entraîneur des Bruins après un total de 219 matchs à la tête de la franchise répartis sur quatre périodes. Il cède sa place à Dit Clapper qui occupe alors le double poste d'entraîneur-joueur. À l'issue de la guerre, les Bruins voient le retour de Brimsek et des membres de la Kraut line pour la saison 1945-46 où Dumart termine meilleur buteur et deuxième pointeur de la franchise derrière Don Gallinger[68] mais les Bruins perdent en finale contre Montréal. Les trois saisons suivantes que passe Clapper à la tête de l'équipe se soldent toutes par un même résultat : une défaite en première ronde des séries. Buck Boucher prend sa succession l'espace d'une saison en 1949-50 mais ne parvient pas à qualifier l'équipe pour les séries. Lynn Patrick, qui est ensuite nommé à sa place, mène les Bruins à une nouvelle finale en 1953, encore remportée par les Canadiens.

En 1948, la LNH est l'objet d'un scandale ayant pour centre deux joueurs des Bruins de Boston. Le 15 octobre 1947, les Bruins acquièrent Billy Taylor des Red Wings de Détroit en échange de Bep Guidolin. Taylor, qui est considéré comme un bon joueur de centre, a aussi la réputation d'être parieur et il est soupçonné d'avoir misé de l'argent sur des matches des Maple Leafs de Toronto alors qu'il jouait pour eux[69]. En février 1947, grâce à des écoutes téléphoniques de la police de Détroit, la LNH obtient la preuve que Taylor et son coéquipier Gallinger ont des relations avec un parieur notable de Détroit et qu'ils ont misé de l'argent sur les Bruins[70]. Le 9 mars, le président de la LNH, Clarence Campbell annonce que Taylor est suspendu à vie et que Gallinger, qui nie les faits, est suspendu temporairement en attendant une enquête plus approfondie, avec la possibilité d'être réintégré si son innocence est prouvée[71]. Gallinger est finalement exclu lui aussi à vie le 27 septembre 1948[72] avant d'avouer un an plus tard qu'il a effectivement parié. La suspension des deux joueurs est levée en 1970 par la LNH[73].

En 1954, après 30 ans à la tête des Bruins, Art Ross cède sa place de directeur-général à Lynn Patrick. Ce dernier nomme pour le remplacer au poste d'entraîneur Milt Schmidt qui, tout comme son coéquipier de la Kraut line prend sa retraite de joueur au cours de la saison. Sous sa direction, les Bruins atteignent deux finales consécutives, toutes deux perdues contre Montréal, en 1957 et 1958. En 1959, après avoir été éliminés au premier tour des séries, les Bruins partent jouer une série de 23 matchs en Europe contre les Rangers de New York. Cette tournée est la deuxième effectuée par des équipes de la LNH après celle disputée entre les Canadiens de Montréal et les Red Wings de Détroit en 1938. Jouée dans les villes de Londres, Genève, Paris, Anvers, Zurich, Dortmund, Essen, Krefeld, Berlin et Vienne[74], la série est remportée par les Rangers qui ont reçu le renfort de Bobby Hull des Black Hawks de Chicago pour pallier l'absence de plusieurs de leurs attaquants, par 11 victoires contre 9 défaites et 3 matchs nuls[75].

Après une saison 1960-61 où les Bruins terminent derniers avec 14 victoires en 70 matchs, Schmidt est remplacé par Phil Watson. Ce dernier ne parvient pas à redresser la barre et ne reste en place qu'un peu plus d'une saison plus tard avant que Schmidt ne reprenne le poste. En 1966, l'équipe de Schmidt ne gagne toujours pas et il est remplacé par Harry Sinden. Pour cette dernière saison des six équipes originales, les Bruins terminent derniers de la ligue pour la sixième fois sur les sept dernières saisons ; depuis huit ans, ils ne se sont plus qualifiés pour les séries éliminatoires[41].

Les expansions (1967-1979)[modifier | modifier le code]

En 1967, la ligue nationale de hockey passe de six à douze franchises lors du repêchage d'expansion qui voit l'arrivée des North Stars du Minnesota, des Kings de Los Angeles, des Seals d'Oakland, des Flyers de Philadelphie, des Penguins de Pittsburgh et des Blues de Saint-Louis. Ces six nouvelles équipes ont le droit de choisir vingt joueurs parmi les six équipes originales qui ont, pour leur part, le droit de « protéger » leurs douze meilleurs joueurs[76]. Les Kings et les Penguins choisissent deux joueurs des Bruins, les North Stars et les Seals trois, les Blues quatre et enfin les Flyers sont l'équipe qui récupère le plus d'éléments des Bruins avec huit joueurs choisis[77]. Les six nouvelles franchises sont regroupées dans la division Ouest alors que les six équipes originales forment la division Est[76].

Le 15 mai 1967, le nouveau directeur général des Bruins, Milt Schmidt, obtient Phil Esposito, Ken Hodge et Fred Stanfield des Black Hawks de Chicago en échange de Pit Martin, Jack Norris et Gilles Marotte[78]. Ces arrivées marquent le retour des Bruins en séries éliminatoires après huit années d'insuccès ; ils terminent à la troisième place de leur division en 1968 derrière les Canadiens de Montréal et les Rangers de New York[79],[80] puis à la deuxième place lors de la saison suivante, toujours derrière le club de Montréal[81]. Ce sont ces mêmes Canadiens qui les éliminent à chaque fois de la course à la Coupe Stanley : en 1968, Montréal gagne 4-0 au premier tour des séries ; en 1969, après avoir battu les Maple Leafs de Toronto en quatre matchs, les Bruins sont éliminés en six matchs dont trois sont perdus en prolongation[82].

La quatrième Coupe Stanley (1969-1970)[modifier | modifier le code]

L'équipe dirigée par Harry Sinden depuis la saison 1966-1967 est toujours emmenée par la Nitro line[Note 10] de Wayne Cashman, Phil Esposito et Ken Hodge[83] ; ces deux derniers ont terminé la saison précédente aux deux premières places des pointeurs de l'équipe dont les douze meilleurs, y compris le défenseur Bobby Orr, font toujours partie de l'équipe. Dans les buts, ce sont également les mêmes gardiens, Gerry Cheevers et Eddie Johnston, qui gardent leur poste. L'équipe perd cependant le défenseur Ted Green au cours d'un match de pré-saison contre les Blues de Saint-Louis lorsqu'il a le crâne fracturé par un coup de bâton[Note 11] de Wayne Maki qui le laisse a moitié paralysé[84] et nécessite trois opérations pour lui sauver la vie[85].

Le début de saison des Bruins est presque parfait puisqu'ils enregistrent six victoires et un match nul au cours des sept premiers matchs. Ils possèdent alors la meilleure attaque, la meilleure défense et ont presque le double de points de leurs poursuivants[86]. Leur première défaite survient à Toronto le 29 octobre, elle est suivie d'une déroute 2-9 à Montréal ; après sept matchs sans défaite, les Bruins alignent cette fois-ci cinq matchs sans victoire et passent de la première à la quatrième place de la ligue et de la division Est[87]. Ils remontent à la deuxième place le 18 décembre, place qu'ils ne quittent plus jusqu'au 1er mars et une victoire sur les Blues de Saint-Louis où ils retrouvent la première place ; ils mènent alors la ligue un point devant les Rangers de New York[88]. La fin de saison est marquée par la remontée des Black Hawks de Chicago qui remportent vingt de leurs vingt-six derniers matchs[89] et terminent à égalité de points avec les Bruins mais remportent la ligue en ayant gagné cinq matchs de plus[80],[90].

Deuxièmes de la division Est, les Bruins sont opposés aux Rangers de New York qui ont fini à la quatrième place de la division en se qualifiant in-extremis aux dépens des Canadiens de Montréal. En effet, les deux franchises ont terminé avec le même nombre de points, de matchs gagnés, perdus et nuls et ne sont départagées que par le nombre de buts marqués. Le premier match, disputé à Boston, est remporté 8-2 avec trois buts de Esposito et deux de Orr. Après une deuxième victoire des Bruins 5-3, toujours à Boston, le troisième match est disputé à New York. Après une minute trente de jeu, une échauffourée éclate : Derek Sanderson des Bruins et Dave Balon des Rangers sont exclus du match en plus de pénalités données à quatre autres joueurs ; à l'issue de la première période, les deux équipes ont écopé d'un total de 132 minutes de pénalité. Le match se termine sur une victoire 4-3 des Rangers et un nouveau record de pénalités pour un seul match de séries éliminatoires avec 174 minutes distribuées aux deux équipes[91]. Les Bruins perdent ensuite le match suivant, encore joué à New York avant de remporter les deux suivants et se qualifier pour la demi-finale de la Coupe Stanley.

Ils rencontrent ensuite les Black Hawks de Chicago qui les ont coiffés pour le titre de champion de la saison régulière et qui ont battu les Red Wings de Détroit en quatre matchs. Les Bruins remportent la série en quatre matchs et se qualifient pour la onzième finale de leur histoire, la première depuis douze ans et la défaite en 1958 contre les Canadiens de Montréal. La finale les oppose aux Blues de Saint-Louis, vainqueurs de la division Ouest mais ayant totalisés treize points de moins que les Bruins lors du calendrier régulier[80]. Les trois premiers matchs sont remportés facilement par les Bruins 6-1, 6-2 puis 4-1 ; le quatrième match est plus disputé et se joue en prolongation et c'est Bobby Orr qui marque le but vainqueur après 40 secondes de jeu qui permet aux Bruins de remporter la quatrième Coupe Stanley de leur histoire. Après avoir marqué son but, il est déséquilibré et tombe en avant. Une photographie de lui en train de tomber les bras levés en signe de victoire est alors prise et est une des photographies les plus connues du monde du hockey[92].

En plus du gain de la Coupe Stanley, Bobby Orr est consacré meilleur joueur de la saison par la LNH qui le récompense avec de nombreux trophées : il remporte les trophées Hart[44], Conn Smythe, James Norris[93], plus-moins de la LNH et Art Ross[44] qu'il est le premier défenseur à remporter[94].

La cinquième Coupe Stanley (1971-1972)[modifier | modifier le code]

Après avoir remporté la Coupe Stanley, les Bruins surclassent les autres franchises lors de la saison régulière suivante[95],[80] et sont les favoris à leur propre succession[96] mais subissent une désillusion en étant éliminés au premier tour des séries, en sept matchs, par les Canadiens de Montréal. L'équipe, qui avait subi peu de changements depuis la dernière Coupe Stanley, reste quasi inchangée en 1972 : les neuf meilleurs pointeurs de la saison 1969-70 sont toujours présents[97],[98] et emmenés par les deux joueurs vedettes Bobby Orr et Phil Esposito. Dans les buts, l'association Gerry Cheevers-Eddie Johnston est reconduite ; ils continuent de se partager la tâche depuis 1967. Le seul changement notable est celui d'entraîneur : malgré le titre de 1970 et trois jours après avoir remporté la Coupe, Harry Sinden annonce qu'il quitte les Bruins dont le président lui refuse une augmentation[99] ; il est alors remplacé par Tom Johnson.

Le premier match de la saison voit les Rangers de New York battre les Bruins 4-1 à domicile mais les Bruins prennent leur revanche lors de leur deuxième rencontre de l'année, à New York cette fois-ci, où ils gagnent 6-1. Le début de saison est ensuite moyen puisque après quatorze matchs, les Bruins sont à la troisième place de la division Est avec sept points de retard sur les Rangers[100]. Le 17 novembre, Ivan Boldirev est échangé aux Golden Seals de la Californie contre un autre choix de première ronde au repêchage de la LNH, Chris Oddleifson, ainsi que Rich Leduc alors que l'équipe vient d'entamer une série de douze matchs consécutifs sans défaite, dont onze victoires. À la mi-saison, l'équipe est en lice pour la première place alors qu'elle a dû se passer des services de Don Awrey, l'habituel coéquipier en défense de Bobby Orr, en raison d'une blessure à la jambe ainsi que du coéquipier de ligne de Phil Esposito, Ken Hodge, pendant vingt matchs à cause d'une blessure à la cheville[101]. Le 13 janvier, un match nul marque une nouvelle série de matchs sans défaite, treize cette fois-ci, au cours de laquelle les Bruins remportent dix rencontres et prennent la tête de la division devant les Rangers. Après un match perdu 8-2 à Buffalo, ils enregistrent une nouvelle série de onze victoires et un match nul en douze matchs. Entre temps, le 23 février, c'est au tour de Reggie Leach, Rick Smith et Bob Stewart d'être envoyés en Californie contre Carol Vadnais et Don O'Donoghue. Des quatre joueurs arrivés en cours de saison, seul Vadnais est intégré à l'effectif des Bruins. Le 4 mars, ils mènent la ligue avec cent-cinq points, soit neuf de plus que leurs rivaux de la division Est, les Rangers, et seize de plus que les Black Hawks de Chicago premiers de la division Ouest[102]. La fin de saison est moins dominatrice pour les Bruins qui perdent cinq de leurs treize dernières rencontres mais ils terminent cependant en tête de la ligue, dix points devant les Rangers, onze devant les Canadiens et douze devant les vainqueurs de la division Ouest, les Black Hawks[80].

Pour la première ronde des séries, les Bruins sont opposés aux Maple Leafs de Toronto qui ont terminé à la quatrième place de la division Est, vingt-neuf points derrière Boston. Le premier match est remporté aisément par les Bruins 5-0 grâce à deux buts de Phil Esposito, et un de McKenzie, Marcotte et Stanfield. Malgré un retard de deux buts lors du deuxième match, Toronto parvient à remporter la victoire en prolongation grâce à un but de Jim Harrison et à égaliser la série 1-1. Les Bruins se rendent ensuite chez les Maple Leafs pour le troisième match ; après dix-huit minutes de jeu dans la deuxième période et alors que le score est toujours vierge, Darryl Sittler des Maple Leafs écope d'une pénalité mineure que les Bruins mettent à profit pour ouvrir la marque grâce à Bobby Orr. Après un deuxième but de Orr en troisième période et grâce à un blanchissage de leur gardien, les Bruins remportent le troisième match de la série pour mener 2-1. Le quatrième match voit une nouvelle victoire de Boston grâce, notamment, à deux buts de Ken Hodge en troisième période ; il marque ensuite le but vainqueur du cinquième et dernier match de la série qui qualifie les Bruins pour le tour suivant[101].

Les adversaires suivants des Bruins sont les Blues de Saint-Louis qui ont terminé à la troisième place de la division Ouest et viennent d'éliminer les North Stars du Minnesota en sept matchs. Les deux premières rencontres, jouées à Boston, voient une domination des Bruins qui surclassent leur adversaire 6-1 puis 10-2. Les deux matchs suivants se déroulent à Saint-Louis ; si le troisième ressemble aux deux premiers avec une victoire 7-1 de Boston, le quatrième est plus serré, mais ce sont à nouveau les Bruins qui l'emportent 5-3. La confrontation se termine avec un total record de vingt-huit buts marqués par les Bruins pour une série disputée en quatre matchs[103].

En finale, ils rencontrent leurs rivaux et dauphins de la saison régulière, les Rangers de New York, qui ont éliminé successivement les Canadiens de Montréal en six matchs puis les Black Hawks de Chicago en quatre matchs. Lors de la première rencontre, les Bruins semblent se diriger vers une victoire facile alors qu'il mènent 5-1 grâce à des buts de Derek Sanderson, Fred Stanfield et un coup du chapeau de Ken Hodge mais les Rangers parviennent à égaliser en milieu de troisième période ; c'est finalement Garnet Bailey qui marque le but de la victoire 6-5 pour les Bruins. Pour le deuxième match, les deux équipes changent de gardien : Ed Giacomin est remplacé par Gilles Villemure chez les Rangers alors que Cheevers laisse sa place à Johnston chez les Bruins. Ce sont ces derniers qui ouvrent le score par Johnny Bucyk avant que les Rangers n'égalisent mais, lors d'un avantage numérique à cinq contre trois en troisième période, Hodge donne la victoire aux Bruins qui mènent alors la série 2-0[104]. Cette victoire est la septième consécutive des Bruins contre les Rangers depuis leur défaite lors du tout premier match de la saison. Le début du troisième match est dominé par New York qui mène 3-0 en première période ; les Bruins réduisent ensuite la marque grâce à Mike Walton puis Bobby Orr mais ce sont les Rangers qui ont le dernier mot et mettent fin à la série de défaites. Après le match précédent qui a vu quelques bagarres éclater, la quatrième rencontre est marquée par 76 minutes de pénalité sifflées par l'arbitre au cours de la première période[105]. Ce sont les Bruins qui s'imposent 3-2 et ne sont plus qu'à une victoire de leur cinquième Coupe Stanley. Les Rangers contrarient les plans des Bruins qui espèrent remporter la Coupe à Boston lors du cinquième match en prenant leur revanche sur le même score 3-2. C'est finalement au cours du sixième match joué à New York que les Bruins remportent la coupe grâce à un blanchissage de Cheevers et un but et une passe de Bobby Orr ; avec vingt-quatre points en séries, il établit un nouveau record pour un défenseur.

À titre individuel, Phil Esposito remporte le trophée Art Ross du meilleur pointeur de la saison régulière avec 133 points[44] ; Boby Orr termine à la deuxième place de la ligue avec 116 points[80]. Ce dernier est par ailleurs récompensé à quatre reprises par la LNH qui lui remet les trophées Hart en tant que meilleur joueur[44], Conn Smythe pour le meilleur joueur des séries[93], Norris du meilleur défenseur[93] et plus-moins.

La fin de l'ère Orr-Esposito (1972-1979)[modifier | modifier le code]

 Photographie couleur de Don Cherry en costume-cravate dans les tribunes d'une patinoire. Il porte une chapka surmontée de deux drapeaux canadiens.
Don Cherry est l'entraîneur de l'équipe entre 1974 et 1979.

De 1973 à 1975, Orr et Esposito se partagent les honneurs de la ligue. Le trophée Art Ross du meilleur buteur est remporté par Esposito en 1973 et 1974 puis par Orr en 1975[44] ; le trophée Lester B. Pearson du meilleur joueur est gagné par Esposito en 1973 et par Orr en 1975[93] ; ce même Orr remporte trois nouveaux trophées Norris ce qui porte son total à huit gagnés consécutivement[93]. La saison 1973-74 voit par ailleurs quatre joueurs de Boston terminer en tête des pointeurs de la ligue, Ken Hodge et Wayne Cashman prenant les troisième et quatrième place[106],[107] ; les Bruins terminent alors en tête de leur division et de la ligue avec cent-treize points et la meilleure attaque[108],[107] mais sont battus en finale par les Flyers de Philadelphie[109].

La saison 1975-76 marque un tournant pour l'équipe de Boston et ses deux joueurs vedettes : les dirigeants échangent Esposito en compagnie de Carol Vadnais aux Rangers de New York contre les défenseurs Brad Park, Joe Zanussi ainsi que le joueur de centre Jean Ratelle[110] ; Bobby Orr qui subit deux opérations aux genoux est absent durant la quasi-totalité de la saison. Bien que battus en demi-finale par Philadelphie, les Bruins remportent deux trophées par l'intermédiaire de Ratelle, qui gagne le trophée Lady Byng[27], et de Don Cherry qui est élu meilleur entraîneur de la saison et reçoit le trophée Jack Adams[93]. Un mois plus tard, alors que les Bruins et l'agent de Orr, Alan Eagleson, n'ont pu se mettre d'accord sur une prolongation de contrat à cause des blessures aux genoux du joueur ; ce dernier signe un contrat de 3 000 000 dollars pour cinq ans avec les Black Hawks de Chicago[111].

Les deux saisons suivantes se ressemblent pour les Bruins qui, malgré le départ de Orr et Esposito, remportent à chaque fois la division Adams devant les Sabres de Buffalo et se qualifient directement pour les quarts de finale de la coupe Stanley en évitant ainsi le tour préliminaire réservé aux équipes classées deuxième et troisième de chaque division. En 1977, ils se débarrassent de Los Angeles alors qu'en 1978, ce sont les Black Hawks de Chicago qui sont éliminés à ce stade de la compétition. En demi-finale, les Flyers de Philadelphie se font éliminer 4-0 en 1977 puis 4-1 en 1978 et les Bruins retrouvent ensuite les Canadiens de Montréal qui ont remporté la saison régulière à chaque fois avec un record de cent-trente-deux points et seulement huit défaites en 1977[112] et sont les favoris logiques lors de chaque finale. En 1977, la logique est respectée et, bien que ne perdant qu'en prolongation lors du dernier match, les Bruins s'inclinent en quatre rencontres[113]. Un an plus tard, les deux équipes se retrouvent pour une revanche ; après avoir perdu les deux premiers matchs à Montréal, les Bruins se reprennent et parviennent à remporter les deux suivants 4-0 puis 4-3 grâce à un but de Bobby Schmautz en prolongation[114] mais Montréal gagne les deux derniers matchs sur le même score de 4-1 pour remporter la victoire ; en sept finales de coupe Stanley jouées contre les Canadiens, c'est la septième défaite des Bruins.

En 1979, la malédiction montréalaise poursuit les Bruins : après avoir à nouveau remporté leur division et battu les Penguins de Pittsburgh en quart de finale, ils affrontent les Canadiens pour une place en finale. Montréal remporte les deux premiers matchs à domicile avant que les Bruins n'en fassent de même à Boston. Montréal remporte le cinquième match puis Boston le sixième trois jours plus tard. La septième rencontre décisive, jouée à Montréal, voit les deux équipes se neutraliser jusqu'en troisième période où Rick Middleton inscrit un but qui donne l'avantage 4 à 3 aux Bruins à moins de quatre minutes de la fin du match ; une minute et demie après, l'arbitre siffle une pénalité contre les Bruins pour « surnombre »[Note 12]. Alors qu'il ne reste qu'une minute et onze secondes à jouer, Guy Lafleur profite de la supériorité numérique pour inscrire le but qui permet aux Canadiens de jouer les prolongations au cours de laquelle Yvon Lambert qualifie les Canadiens pour la finale de la coupe Stanley qu'ils remportent ensuite pour la quatrième année consécutive[115]. Lors du repêchage qui suit la saison, le premier choix des Bruins se porte sur un défenseur québécois de la Ligue de hockey junior majeur du Québec : Raymond Bourque ; ils viennent alors de faire signer celui qui va succéder au palmarès à Bobby Orr à ce poste.

Les années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

De 1980 à 1987, les Bruins se qualifient chaque saison pour les séries mais ne parviennent pas une seule fois à la finale de la Coupe Stanley : après avoir atteint la finale de conférence en 1983, ils se font éliminer quatre ans de suite par les Canadiens de Montréal lors du premier match des séries ; en quinze rencontres disputées entre les deux formations, les Bruins n'en remportent que deux. Lors de la saison 1987-88, après avoir battu les Sabres de Buffalo, ils sont à nouveau confrontés aux Canadiens ; ils perdent le premier match 5-2 mais remportent les quatre suivants pour éliminer Montréal pour la première fois depuis 1943. Ils gagnent ensuite contre les Devils du New Jersey mais sont battus par les Oilers d'Edmonton de Wayne Gretzky qui gagnent leur quatrième coupe en cinq ans. Au cours de cette finale, le quatrième match de la série s'achève sur le score de 3-3 en raison d'une coupure électrique[116] : bien que cinq matchs aient été disputés, les Oilers remportent la finale 4-0. Après une nouvelle élimination par les Canadiens en 1989, ils retrouvent les Oilers d'Edmonton en finale en 1990 en ayant, comme deux ans auparavant, battu Montréal lors du deuxième tour des séries. Ayant terminé en tête de la ligue lors de la saison régulière[117], les Bruins sont favoris de la finale[118] ; lors du premier match, les deux équipes ne parviennent pas à se départager et doivent attendre la troisième prolongation pour voir Petr Klíma marquer le but de la victoire pour les Oilers qui gagnent ensuite trois des quatre autres matchs et remporter ainsi leur cinquième Coupe Stanley en sept ans. Au cours des saisons 1990-91 et 1991-92, les Bruins écartent les Canadiens de Montréal en finale de division mais sont battus à chaque fois en finale de conférence par les Penguins de Pittsburgh[119],[120] qui les empêchent ainsi d'accéder à une nouvelle finale de la Coupe Stanley.

Depuis son arrivée en 1979, Bourque devient un joueur incontournable de la franchise : en terminant avec 65 points en 1980, ce qui est alors le record pour un défenseur dans sa première année dans la LNH, il remporte le trophée Calder remis au meilleur joueur recrue de la ligue[27] et est nommé dans la première équipe des étoiles[121] ; c'est la première fois qu'un joueur n'évoluant pas au poste de gardien de but obtient ce double honneur[122]. En 1985 il est nommé cocapitaine de l'équipe avec Rick Middleton ; le trophée Norris du meilleur défenseur que Orr remporta huit fois lui est remis en 1987 et 1988[93] ; cette même année, il devient seul capitaine de l'équipe après la retraite de Middleton[116] ; en 1990 et 1991 il remporte ses troisième et quatrième trophées Norris[93].

En 1991, la Ligue nationale de hockey, qui possédait un nombre d'équipes stable depuis 1979, autorise l'arrivée de nouvelles franchises au travers de plusieurs repêchages d'expansion : de vingt-et-une équipes à la fin de la saison 1990-91, la LNH passe à vingt-deux l'année suivante, puis vingt-quatre en 1993, vingt-six en 1994, vingt-sept en 1998, vingt-huit en 1999 et trente en 2000. L'accroissement du nombre d'équipes augmente la difficulté à se qualifier en séries éliminatoires : le nombre de qualifiés pour la phase finale étant resté de seize équipes, celui des équipes ne disputant par les séries augmente d'autant, passant de cinq en 1991 à quatorze en 2000. Les Bruins, quant à eux, ne retrouvent plus la finale de la coupe Stanley. En 1993, bien qu'ayant terminé à la deuxième place de la ligue lors de la saison régulière derrière les Penguins de Pittsburgh, ils sont éliminés 4-0 dès le premier tour des séries. Les Bruins ne parviennent plus passer plus d'une ronde de séries et seules celles de 1994 et 1999 voient les Bruins remporter leur premier tour avant d'être éliminés[41].

Entre temps, Bourque devient le troisième joueur de l'histoire de la LNH à remporter un cinquième trophée Norris après Doug Harvey des Canadiens de Montréal et Bobby Orr[123] ; au cours de la saison 1996-97, il devient le joueur des Bruins ayant marqué le plus grand nombre de points dans l'histoire de la franchise[124]. Après 1 937 matchs disputés avec les Bruins, il devient en 1998-99 le joueur ayant disputé le plus de match sous ce maillot[125]. En 2000, après 1 506 parties jouées et 1 518 points inscrits sous les couleurs de Boston, il signe un contrat avec l'Avalanche du Colorado, équipe avec laquelle il remporte plus tard la coupe Stanley[126],[127].

Les temps modernes[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 2000, les résultats des Bruins sont en dents de scie : quatrièmes de leur division en 2001 avant de la remporter l'année suivante, puis troisièmes en 2003 et à nouveau vainqueurs en 2004, derniers en 2006 et 2007, ils remontent à la troisième place en 2008, la remportent en 2009 et retombent à la troisième place en 2010. Depuis que Pat Burns a été limogé en 2000, six entraîneurs différents se sont succédé à la tête de l'équipe, la stabilité semblant être revenue avec l'arrivée de Claude Julien en 2006. En 2009, c'est sous sa direction que les Bruins remportent leur première ronde en séries depuis 10 ans, qui plus est contre le rival de toujours, les Canadiens. Cependant, les Bruins ne sont plus parvenus à gagner deux rondes consécutives depuis la saison 1992-93.

La sixième Coupe Stanley (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Tim Thomas remporte les trophées Roger-Crozier, Vézina et Conn Smythe lors de la saison 2010-2011.

Alors que les Oilers d'Edmonton remportent le premier choix lors de la loterie[128] du repêchage d'entrée de 2010, les Bruins ont le deuxième choix[129] bien qu'ayant disputé les séries éliminatoires la saison précédente : ils obtiennent cette bonne place à la suite de l'échange de Phil Kessel avec les Maple Leafs de Toronto en retour de leurs choix de première et deuxième ronde en 2010 et de première ronde en 2011[130]. Après Taylor Hall choisi par les Oilers, Boston sélectionne Tyler Seguin, joueur de la Ligue de hockey de l'Ontario[131]. Les Bruins échangent plus tard Dennis Wideman aux Panthers de la Floride et reçoivent en retour Gregory Campbell et Nathan Horton[132].

Les Bruins entament leur pré-saison par une victoire contre les Canadiens de Montréal mais les quatre matches suivants sont perdus avec deux défaites contre les Panthers de la Floride puis, deux autres contre les Capitals de Washington. Les deux derniers matchs de pré-saison, qui sont joués en Europe, se soldent par deux victoires nettes contre les Belfast Giants et le HC Bílí Tygři Liberec.

La saison 2010-11 des Bruins débute par deux rencontres en République tchèque contre les Coyotes de Phoenix à Prague les 9 et 10 octobre[133] ; au bilan, les deux équipes se séparent avec une victoire et une défaite chacune. Entre le 9 octobre 2011 et le 10 novembre 2011, les Bruins conservent un bilan de sept victoires contre quatre défaites dont une en prolongation. Lors de cette série, le gardien de but des Bruins, Tim Thomas, remporte sept matches consécutifs et enregistre trois blanchissages[134] pour une moyenne de 0,67 but accordé par match ; il s'agit de la meilleure moyenne dans la LNH pour les sept premiers matchs d'un gardien depuis plus de cinquante ans[135]. Après avoir passé l'essentiel de la saison à la deuxième place de la division Nord-Est, derrière les Canadiens de Montréal, les joueurs de Boston prennent pour la première fois la tête de la division le 28 décembre à la suite d'une victoire 4-3 contre le Lightning de Tampa Bay[136], place qu'ils ne cèdent qu'une fois aux Canadiens début début janvier[137]. Du 17 février au 1er mars, les Bruins jouent et remportent six matchs consécutifs à l'extérieur, Tuukka Rask, second gardien de Boston, gagnant quatre des six matchs[138], puis enchaînent sur une septième victoire d'affilée, à domicile cette fois. Alors que la date limite des transactions arrive, les Bruins reçoivent Chris Kelly des Sénateurs d'Ottawa[139] et échangent Blake Wheeler et Mark Stuart aux Thrashers d'Atlanta contre Rich Peverley et Boris Valábik qui joue ensuite la fin de saison avec les Bruins de Providence, club-école de Boston[140]. Le défenseur des Maple Leafs de Toronto, Tomáš Kaberle, est acquis par l'équipe en retour de Joe Colborne et de choix de repêchage[141].

Le 2 avril, les Bruins gagnent 3-2 contre les Thrashers pour s'assurer de la première place de la division Nord-Est[142]. Ils terminent la saison troisièmes de la conférence de l'Est derrière les Capitals de Washington et les Flyers de Philadelphie avec quarante-six victoires, vingt-cinq défaites et onze défaites en prolongation pour cent-trois points. Milan Lucic est le meilleur buteur de l'équipe avec trente buts et David Krejčí est le meilleur passeur avec quarante-neuf passes. Lucic et Krejčí sont également les meilleurs pointeurs avec soixante-deux points chacun. Zdeno Chára, le capitaine de l'équipe, a le meilleur différentiel +/-[Note 13] de la LNH avec +33 et remporte ainsi le trophée correspondant[143].

Les Bruins rencontrent au premier tour des séries leurs rivaux, les Canadiens de Montréal. Après deux matchs perdus à domicile, les Bruins se vengent avec trois victoires, dont deux sur la glace de Montréal ; lors de la cinquième rencontre, Horton marque le but vainqueur après deux périodes de prolongation[144]. Alors qu'ils ont la possibilité d'éliminer les Canadiens, ils perdent 2-1 à Montréal[145] mais les éliminent lors du septième match sur le score de 4-3 grâce à un nouveau but en prolongation de Horton[146]. Les Bruins rencontrent ensuite les Flyers ; ces derniers ne parviennent pas à gagner une rencontre et sont éliminés en quatre matchs secs[147]. Les Bruins rencontrent en finale de conférence le Lightning de Tampa Bay. Après une défaite chez eux, les Bruins remportent le deuxième match 6-5 avec quatre points en une période pour la recrue Tyler Seguin[148]. Lors de la quatrième date, les Bruins mènent 3-0 en première période mais perdent le match après une remontée du Lightning qui marque cinq buts de suite[149]. Lors de la septième rencontre, les Bruins éliminent finalement le Lightning pour aller en finale de la Coupe grâce à une victoire 1-0 par un but de Horton ; durant ce match, aucune pénalité n'est décernée[150].

Les Bruins remportent le trophée Prince de Galles remis à l'équipe championne de la Conférence de l'Est[151] et accèdent à la dix-septième finale de la Coupe Stanley de leur histoire. Ils sont alors confrontés à l'équipe championne de la saison régulière, les Canucks de Vancouver. Ces derniers remportent la première rencontre 1-0 par un but de Raffi Torres alors qu'il ne reste que 18,5 secondes au troisième tiers-temps[152]. Vancouver remporte un autre match 3-2 avec un but vainqueur d'Alexandre Burrows en prolongation alors qu'elle n'a débuté que depuis onze secondes[153]. Alors que les deux victoires des Canucks ne sont remportés qu'avec un but d'écart celles de Boston sont beaucoup plus tranchées puisque les Bruins marquent douze buts et n'en accordent qu'un seul. Les Bruins perdent à nouveau à Vancouver 1-0 lors de la cinquième rencontre par un but vainqueur de Maxim Lapierre[154] mais se reprennent et emportent le sixième match 5-2[155]. Le septième et dernier match de la finale a lieu chez les Canucks. Tim Thomas réalise son deuxième blanchissage de la finale alors que Patrice Bergeron et Brad Marchand inscrivent chacun un doublé et, après 39 années de disette, ils remportent la sixième Coupe Stanley de l'histoire des Bruins[156]. Thomas est élu meilleur joueur des séries éliminatoires et remporte le trophée Conn Smythe[157]. Le 22 juin, lors de la remise des trophées de la LNH, Chara et Thomas sont à nouveau récompensés : le premier reçoit le trophée Mark Messier du joueur ayant montré le plus grand leadership et le second, le trophée Vézina du meilleur gardien de la saison régulière[158]. À la suite de la victoire des Bruins, Bergeron devient le vingt-cinquième membre et le huitième Canadien du Triple Gold Club des joueurs ayant remporté à la fois le championnat du monde, les Jeux olympiques et la coupe Stanley[159].

Rivalité[modifier | modifier le code]

Photo montrant les joueurs des Bruins, les arbitres et les joueurs des Canadiens alignés lors des hymnes sur la patinoire marquée du logo des Bruins.
Les Bruins et les Canadiens au TD Garden pendant les hymnes.

Les plus anciennes rivalités de la Ligue nationale de hockey datent de la période des Six équipes originales. Une rivalité traditionnelle s'est installée depuis cette époque entre les Bruins et les Canadiens de Montréal. Aucune autre équipe de la LNH n'a jamais autant affronté un adversaire que les Bruins ont rencontré les Canadiens : à l'issue de la saison 2009-2010, les deux équipes se sont rencontrées plus de 700 fois en saison régulière et de 160 fois en séries. Ce sont les Canadiens qui mènent les débats dans les deux cas avec un total de plus de 100 victoires d'avance[160].

Comme pour les autres rivalités, les moments les plus intenses sont les rondes de séries éliminatoires. Ainsi, entre 1946 et 1987, les Bruins et les Canadiens se rencontrent dix-huit fois pour autant de victoires pour l'équipe de Montréal. Les Canadiens ont remporté un total de vingt-quatre Coupes Stanley dans leur histoire dont sept contre les Bruins[160]. Lors de la demi-finale de 1952, Maurice Richard des Canadiens sort sur une blessure au visage après avoir reçu un coup de genou lors de la première période du septième match. Il revient au jeu avant la fin du match et inscrit deux buts à « Sugar » Jim Henry pour qualifier son équipe pour la suite de séries[161]. Une photographie célèbre de la fin du match montre Richard le dessus de l'œil bandé avec du sang qui coule en train de serrer la main à Henry qui a quant à lui un œil au beurre noir[47].

Un autre moment intense de la rivalité se déroule lors de la saison 1954-1955. Le 13 mars dans la patinoire de Boston, Maurice Richard en vient aux mains avec Hal Laycoe. Un juge de ligne tente à trois reprises de maîtriser Richard mais il ne parvient qu'à immobiliser le joueur québécois alors que Laycoe en profite pour lui taper dessus. Énervé, Richard se retourne et frappe le juge qui le maintient dans une position dangereuse. Il reçoit alors une pénalité de match ainsi qu'une suspension pour la fin de la saison et pour tous les matchs des séries ; Laycoe quant à lui est blanchit de toute sanction. Il s'ensuit alors une émeute et un soulèvement des partisans de Montréal, connu sous le nom de « l'émeute Maurice Richard » ou « l'émeute du Forum »[162],[163].

Lors de la saison 1970-1971, les Bruins terminent premiers de la saison avec plus de vingt points d'avance sur les deuxièmes du classement et avec les quatre meilleurs pointeurs de la saison[80]. Ils sont champions en titre de la Coupe Stanley et abordent les séries éliminatoires comme favoris pour prendre leur propre succession. Boston et Montréal sont opposés lors de la première ronde. Au cours de la deuxième rencontre, les Bruins mènent par 5 buts à 1 mais ils se font remonter pour finalement perdre 5-7 ce match puis la série. Par la suite, les Canadiens remportent leur dix-septième Coupe Stanley[164].

En 1988, après 18 défaites consécutives en séries éliminatoires contre les Canadiens, les Bruins, bien qu'ayant perdu le premier match, éliminent leurs rivaux pour la première fois depuis 45 ans. Depuis cette victoire, les débats se sont équilibrés entre les deux équipes, les Bruins menant par six victoires contre quatre défaites.

Identité de l'équipe[modifier | modifier le code]

Les logos[modifier | modifier le code]

Gros plan de Thornton dans le maillot noir portant un logo secondaire.
Shawn Thornton avec un maillot secondaire en novembre 2008.

À la création de la franchise, Adams prend comme couleurs pour sa nouvelle équipe celles de ses épiceries : marron et or. Sur une suggestion de son secrétaire, la nouvelle équipe est baptisée « les Bruins », en référence à l'ours brun. Le premier logo de l'équipe reprend donc le nom de l'équipe avec un dessin stylisé d'un ours en jaune sur fond noir. Le nom de Boston est écrit en forme d'arc alors que Bruins est inscrit sous le dessin. Ce logo n'est utilisé que pour la première saison de l'équipe[165]. Pour la deuxième saison, le logo a quasiment peu changé avec seulement l'abandon du fond noir pour remplacer le fond du nom de la ville par un fond brun et rendre l'écriture plus couleur or. De plus l'ours, jusque là jaune, passe en brun[166]. En 1926, la direction de la franchise change le logo en redessinant l'ours pour lui donner un air plus réaliste. Même si la disposition des mots Boston et Bruins reste globalement la même, l'arc du mot Boston change légèrement et le mot Bruins passe couleur or sur fond marron[167].

Le premier logo de l'équipe avec uniquement un « B » capitale apparaît pour la saison 1933-1934. Le B est alors simplement écrit en couleur marron avec un tour de lettre couleur or[168]. À partir de la saison suivante, le marron est abandonné au profit du noir alors que l'or devient un peu plus jaune. Ce logo est utilisé jusqu'à la fin de la saison 1947-1948[169]. Pour la saison 1948-1949, la franchise de Boston célèbre son vingt-cinquième anniversaire et pour l'occasion sort un nouveau logo. Ainsi, le B capitale est toujours utilisé mais comme s'il était écrit à la main. De chaque côté du B sont écrits « 24 » pour 1924, la première saison, et « 49 » pour la saison en cours. En plus de ce changement, la police du B change et le fond de l'image également : une roue avec huit rayons noirs apparaît[170]. Ce logo est réutilisé par la suite lors de la Classique hivernale de 2010 sur les maillots utilisés pour l'occasion par les Bruins[171]. Les rayons sont là pour rappeler un des surnoms de la ville ; en effet, Boston est parfois surnommée « The Hub of the Universe », littéralement en français « le Centre de l'Univers » et la roue est là pour rappeler ce surnom[172]. Par la suite, le logo ne change quasiment plus en conservant toujours un B en capitale avec la roue, seules les couleurs variant légèrement. Le logo est inchangé entre 1949 et 1995 avec le retour d'un B plus classique et les rayons de la roue dessinés en jaune[173]. En 1995, des contours sont ajoutés aux différents éléments afin de préciser le dessin et le logo est utilisé jusqu'en 2007 de cette manière[174]. Pour la saison 2007-2008, le seul changement qui est apporté est que le B reçoit des empattements[175].

Depuis 1955, la franchise de Boston utilise également des logos secondaires pour certaines occasions particulières et pour habiller les épaulettes de leur maillot[Note 14]. Il peut s'agir soit du logo principal avec de nouvelles couleurs ou même d'une tête d'ours. Depuis 2007-2008, la franchise abandonne la tête de l'ours pour utiliser une version moderne du premier logo de la franchise : un ours qui marche avec inscrit sous lui « Bruins » et au-dessus dans une forme d'arc « Boston ». Ce logo existe également en version inversée pour les textes, Bruins au-dessus et Boston sous l'ours. Enfin, comme de nombreuses franchises de la LNH, les Bruins utilisent de temps en temps des patchs pour commémorer des dates anniversaires spéciales[176].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La mascotte[modifier | modifier le code]

Photo de Blades dans une tenue zébrée portant le logo des Bruins.
La mascotte de l'équipe, « Blades the Bruin ».

Comme la plupart des équipes professionnelles américaines, les Bruins possèdent leur propre mascotte, ceci depuis 1999. La mascotte est présentée au public pour la première fois en octobre 2000 alors que son nom, « Blades the Bruin », est obtenu à la suite d'un concours[177].

Plus de 1 000 enfants participent à ce concours et près de 600 noms sont proposés pour la mascotte[178]. Parmi tous les noms, dix sont finalistes et une délégation de personnes de la franchise décide de choisir Blades (lames en français), en référence aux lames sous les patins à glace. Les autres noms possibles sont : Bruno, Buster, Stanley Cub, Spokey, Bruiser, Checkers, Power Paws, Buddy et Hub Cub[177]. Plusieurs des enfants proposent le nom de Blades pour la mascotte et finalement, Jillian Dempsey âgé de 9 ans est tiré au sort et désigné vainqueur du concours[179].

La mascotte a l'apparence d'un ours brun géant et comme les autres mascottes de la LNH, il occupe une grande part dans l'animation aussi bien des avant-matchs que des pauses entre les tiers-temps. L'histoire de Blades dit qu'à la différence de ses congénères, au cours d'un hiver, Blades ne sait – ou ne veut – pas hiberner et qu'il préfère alors suivre un match de hockey sur un lac gelé. Attiré par ce sport et par la gentillesse de « Chief », surnom de Johnny Bucyk, il monte dans le coffre de la voiture du joueur et découvre le TD Garden, où il reste vivre[180].

Les médias[modifier | modifier le code]

Les premières retransmissions des matchs des Bruins débutent en 1925, au cours de la première année d'existence de la franchise. Frank Ryan commente alors uniquement les matchs à domicile sur la radio WBZ[181]. En 1952, le propriétaire des Bruins, Walter Brown, demande à la WHDH qui retransmet les matchs de couvrir aussi toutes les rencontres disputées à l'extérieur[182] et que le commentateur soit assisté d'un analyste[Note 15]. Fred Cusick, qui succède à Ryan, est alors secondé par Jack Crawford qui devient ainsi le premier ancien joueur de hockey sur glace à occuper un tel poste[183]. Les premières retransmissions télévisuelles des Bruins datent de 1963 ; Cusick commente alors les matchs du samedi soir qui sont diffusés le lendemain[184].

Radios[modifier | modifier le code]

  • WBZ : saisons 1924-1925 à 1931-1932 ;
  • WNAC : saisons 1932-1933 à 1934-1935 ;
  • WAAB : saisons 1935-1936 à 1941-1942 ;
  • WNAC : saisons 1942-1943 à 1945-1946 ;
  • WHDH : saison 1946-1947 à 1968-1969 ;
  • WBZ : saisons 196-1970 à 1977-1978 ;
  • WITS : saisons 1978-1979 à 1980-1981 ;
  • WPLM : saisons 1981-1982 à 1989-1990 ;
  • WEEI : saison 1993-1994 ;
  • WBNW : saison 1994-1995 ;
  • WBZ (AM) : saisons 1995-1996 à 2008-2009 ;
  • WBZ (FM) : depuis la saison 2009-2010.

Télévisions[modifier | modifier le code]

  • WMUR-TV : saison 1963-1964 ;
  • WHDH-TV : saisons 1964-1965 et 1965-1966 ;
  • WKBG-TV : saison 1966-1967 ;
  • WSBK-TV : saisons 1967-1968 à 2001-2002 ;
  • NESN : depuis la saison 1983-1984.

Les Bruins dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • La chanson Time To Go des Dropkick Murphys rend hommage aux Bruins. Le groupe joue à plusieurs occasions la chanson à la fin des matchs au TD Garden avec les joueurs des Bruins de l'époque Brian Rolston et Nick Boynton[185] ;
  • Eddie LeBec, personnage de la série télévisée Cheers, est gardien de but pour les Bruins ;
  • Le morceau Nutty, du groupe The Ventures, utilisé par la WSBK-TV puis NESN lors de leur retransmissions télévisées a longtemps été associé aux Bruins.

Patinoires des Bruins[modifier | modifier le code]

Depuis leur première saison, l'équipe de Boston a utilisé trois arénas en tant que patinoire pour jouer les matchs à domicile.

Résumé des salles de l'histoire des Bruins
Nom Première saison Dernière saison Capacité[Note 16] Affectation future
Boston Arena 1924-1925 1927-1928 4 666 places Celtics de Boston (1946-1955)
Whalers de la Nouvelle-Angleterre (1972-1973)
Northeastern University (depuis 1979)
Boston Garden 1928-1929 1994-1995 13 909 places Démolition en 1997
TD Garden 1995-1996 En cours 17 565 places

Boston Arena[modifier | modifier le code]

Photo intérieure de la Boston Arena vide.
La Boston Arena en 2009.

La Boston Arena, inaugurée le 16 avril 1910[186], est la première des salles utilisées par les Bruins. Il s'agit de la première salle intérieure de hockey sur glace de la ville de Boston[187]. Lorsque les Bruins font leur début dans la LNH pour la saison 1924-1925, ils jouent alors dans cette salle où est implantée la seule patinoire de la ville ; ils y restent jusqu'à la fin de la saison 1927-1928.

Après la construction du Boston Garden et le déménagement des Bruins dans leur nouvelle enceinte, la Boston Arena ne sert plus pour les matchs des Bruins et doit attendre 1945 pour qu'une équipe de sport majeur s'y implante. La nouvelle équipe de basket-ball de la National Basketball Association, les Celtics de Boston, s'y installe. Par la suite, les Whalers de la Nouvelle-Angleterre investissent la salle pour une saison, puis la salle accueille plus tard les équipes de Northeastern University. Renommée Matthews Arena[188] en 1982, la salle est actuellement la plus vieille encore en activité des États-Unis[189].

Boston Garden[modifier | modifier le code]

Photo extérieure partielle du Boston Garden caché en partie par des arbres.
Le Boston Garden en 1994.

Tex Rickard est un promoteur de boxe et est également connu pour être le fondateur des Americans de New York puis des Rangers de New York et il a également construit la nouvelle version du Madison Square Garden[190]. Il décide alors de construire une nouvelle salle de sport dans Boston et veut alors que le public soit assis plus près du centre de la salle afin que chacun profite mieux du spectacle. Il décide également que la salle se nommera Boston Madison Square Garden. Au fur et à mesure du temps, le terme Madison Square est abandonné et il ne reste que Boston Garden[191].

Le Boston Garden est ouvert le 17 novembre 1928 ; d'une capacité de 14 448 spectateurs pour le hockey sur glace[192], il accueille l'équipe de 1928 à 1995. Le premier match des Bruins au Boston Garden a lieu le 20 novembre 1928 contre les Canadiens de Montréal qui remportent le match 1-0 devant une foule estimée à 17 000 personnes[1].

TD Garden[modifier | modifier le code]

Photo extérieure du TD Garden.
Vue extérieure du TD Garden, salle des Bruins depuis 1995.

En mai 1993, la construction d'une nouvelle salle est lancée pour remplacer le vétuste Boston Garden. Tout comme son prédécesseur, l'enceinte est construite au-dessus de North Station, l'une des principales gares de Boston. Initialement baptisée Shawnut Center, la salle a changé de nom avant même son inauguration : du fait de la fusion entre les banques Shawnut et Fleet, l'enceinte, qui a coûté 160 millions de dollars, se nomme FleetCenter à son ouverture le . FleetBoston achète les droits d'appellation pour 30 millions de dollars pour 15 ans[193]. Après avoir porté différents noms, dont une trentaine entre le 10 février et le 13 mars 2005, le nom de la salle est vendu à une filiale américaine de la banque Toronto-Dominion, TD Banknorth. L'enceinte se nomme alors TD Banknorth Garden, avec le mot Garden dans le nom pour rappeler l'ancienne salle de la ville. Après quatre ans, le propriétaire de la salle, Delaware North Companies, et la direction de la banque du Canada annoncé que la salle sera une nouvelle fois renommée et prendra le nom plus court de TD Garden en juillet 2009[194].

En 1995, la salle est utilisée soit par les Bruins soit par les Celtics de Boston, équipe de basket-ball de la National Basketball Association[195]. Pour les matchs de hockey, le TD Garden peut accueillir 17 565 lors des matchs des Bruins alors que depuis cette première saison d'autres équipes sportives de la ville jouent de temps en temps dans l'enceinte[196].

Affiliations[modifier | modifier le code]

Photographie de Tuukka Rask avec Providence
Tuukka Rask sous les couleurs des Bruins de Providence, équipe affiliée à Boston dans la Ligue américaine de hockey.

Les franchises de la Ligue nationale de hockey ayant un effectif limité par convention, elles sont « affiliées » chaque saison à une ou plusieurs équipes de ligues moins importantes. Ceci leur permet de recruter de jeunes joueurs lors des repêchages annuels tout en leur permettant de continuer leur développement sans les lancer trop tôt dans le « grand bain ». De plus, ces équipes affiliées (aussi nommées clubs-écoles ou farm team en anglais) constituent une réserve de talents pour les franchises de la LNH qui font appel à eux au gré des blessures et/ou méformes des joueurs de l'effectif de départ. À l'exception de quelques équipes propriétaires elles-mêmes de leur club-école, les affiliations sont conclues par une entente contractuelle et ne sont donc pas figées dans le temps. Depuis leurs débuts, les Bruins ont été affiliés aux équipes suivantes[197] :

Affiliations secondaires[modifier | modifier le code]

En plus de ces équipes, les franchises de la LNH possèdent une ou des affiliations dites « secondaires » avec des équipes évoluant dans des ligues mineures. Ces équipes, sont généralement utilisées comme réservoir pour les équipes précédentes en cas d'absence de joueurs blessés ou partis évoluer avec une équipe de la LNH. Au cours de leur histoire, les Bruins ont eu les affiliations secondaires suivantes[197] :

Économie[modifier | modifier le code]

La société Boston Professional Hockey Association, Inc., fondée en 1975 et propriétaire des Bruins, fait, en 2010, des bénéfices annuels estimés entre 20 et 50 millions de dollars[199].

En 2006, le magazine Forbes estime la valeur des Bruins à 225 millions de dollars, les classant ainsi à la 6e place des équipes de la LNH[200]. Leur valeur est ensuite estimée à 263 millions de dollars en 2008[201], à 271 millions de dollars en 2009[202] et à 302 millions en 2010[203]. Ils sont une des rares franchises dont la valeur estimée par Forbes a augmenté en 2011[204].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Cette section présente l'ensemble des joueurs de la formation des Bruins de Boston. Cet effectif peut varier en cours de saison en fonction des blessures et des renforts venant des clubs-écoles de Boston : les Bruins de Providence de la Ligue américaine de hockey et les Royals de Reading de l'ECHL.

Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif actuel de l'équipe[205]
No Nom Nat. Position Arrivée Salaire
30 Johnson, ChadChad Johnson Drapeau : Canada G 2013 - Agent libre 600 000 $
40 Rask, TuukkaTuukka Rask Drapeau : Finlande G 2006 - Maple Leafs de Toronto 7 000 000 $
6 Potter, CoreyCorey Potter Drapeau : États-Unis D 2014 - Ballotage 775 000 $
27 Hamilton, DougieDougie Hamilton Drapeau : Canada D 2011 - Repêchage (1er tour) 1 494 167 $
33 Chára, ZdenoZdeno CháraC Drapeau : Slovaquie D 2006 - Agent libre 6 916 667 $
41 Meszároš, AndrejAndrej Meszároš Drapeau : Slovaquie D 2014 - Flyers de Philadelphie 4 000 000 $
43 Bartkowski, MattMatt Bartkowski Drapeau : États-Unis D 2013 - Bruins de Providence 650 000 $
44 Seidenberg, DennisDennis Seidenberg Drapeau : Allemagne D 2010 - Panthers de la Floride 3 250 000 $
47 Krug, ToreyTorey Krug Drapeau : États-Unis D 2013 - Bruins de Providence 1 704 167 $
54 McQuaid, AdamAdam McQuaid Drapeau : Canada D 2007 - Blue Jackets de Columbus 1 566 667 $
55 Boychuk, JohnnyJohnny Boychuk Drapeau : Canada D 2008 - Avalanche du Colorado 3 366 667 $
86 Miller, KevanKevan Miller Drapeau : États-Unis D 2011 - Agent libre 550 000 $
11 Campbell, GregoryGregory Campbell Drapeau : Canada C 2010 - Panthers de la Floride 1 600 000 $
12 Iginla, JaromeJarome Iginla Drapeau : Canada AD 2013 - Agent libre 6 000 000 $
17 Lucic, MilanMilan Lucic Drapeau : Canada AG 2006 - Repêchage (2e tour) 6 000 000 $
18 Smith, ReillyReilly Smith Drapeau : Canada AD 2013 - Stars de Dallas 900 000 $
20 Paille, DanielDaniel Paille Drapeau : Canada AG 2009 - Sabres de Buffalo 1 300 000 $
21 Eriksson, LouiLoui Eriksson Drapeau : Suède AD 2013 - Stars de Dallas 4 250 000 $
22 Thornton, ShawnShawn Thornton Drapeau : Canada AD 2007 - Agent libre 1 100 000 $
23 Kelly, ChrisChris Kelly Drapeau : Canada C 2011 - Sénateurs d'Ottawa 3 000 000 $
34 Soderberg, CarlCarl Soderberg Drapeau : Suède C 2013 - Agent libre 1 008 333 $
37 Bergeron, PatricePatrice BergeronA Drapeau : Canada C 2003 - Repêchage (2e tour) 5 000 000 $
38 Caron, JordanJordan Caron Drapeau : Canada AD 2009 - Repêchage (1er tour) 640 000 $
46 Krejčí, DavidDavid Krejčí Drapeau : République tchèque C 2004 - Repêchage (2e tour) 5 250 000 $
63 Marchand, BradBrad Marchand Drapeau : Canada C 2006 - Repêchage (3e tour) 4 500 000 $
91 Savard, MarcMarc Savard Drapeau : Canada C 2006 - Agent libre 4 007 143 $

Capitaines de l'équipe[modifier | modifier le code]

Depuis sa première saison dans la LNH, l'équipe des Bruins a eu dix-huit capitaines. Le premier capitaine de l'histoire du club est nommé pour la saison 1927-1928, quatrième saison des Bruins, et il s'agit alors de Lionel Hitchman[8]. Le capitaine actuel de l'équipe est le défenseur slovaque, Zdeno Chára ; il est nommé le 3 octobre 2006 à l'âge de 29 ans alors qu'il vient d'arriver au club quelques mois plus tôt[206]. Il est le troisième joueur slovaque à être nommé capitaine d'une équipe de la LNH après Peter Šťastný avec les Nordiques de Québec, entre 1975 et 1980, et Stan Mikita avec les Black Hawks de Chicago entre 1975 et 1977[206]. Chára est nommé alors que le poste reste vacant au cours de la saison 2005-2006 à la suite du départ de Joe Thornton en novembre 2005[207]. Les différents joueurs ayant été nommé capitaine de l'équipe sont[8] :

Capitaines de 1924 à 1966
Nom(s) Période
Aucun capitaine 1924 à 1927
Lionel Hitchman 1927 à 1931
George Owen 1931-1932
Dit Clapper 1932 à 1938
Cooney Weiland 1938-1939
Dit Clapper 1939 à 1946
Dit Clapper et Jack Crawford 1946-1947
Jack Crawford 1947 à 1950
Milt Schmidt 1950 à 1954
Milt Schmidt et Ed Sandford 1954-1955
Fernie Flaman 1955 à 1961
Don McKenney 1961 à 1963
Leo Boivin 1963 à 1966
Capitaines depuis 1966
Nom(s) Période
Johnny Bucyk 1966-1967
Aucun capitaine 1967 à 1973
Johnny Bucyk 1973 à 1977
Wayne Cashman 1977 à 1983
Terry O'Reilly 1983 à 1985
Raymond Bourque et Rick Middleton 1985 à 1988
Raymond Bourque 1988 à 2000
Jason Allison 2000-2001
Aucun capitaine 2001-2002
Joe Thornton 2003 à 2005
Aucun capitaine 2005-2006
Zdeno Chára depuis 2006
Photo de Bourque patinant avec le maillot numéro 7 des Bruins.
Raymond Bourque, capitaine de l'équipe entre 1985 et 2000.

Choix de premier tour[modifier | modifier le code]

Chaque année et depuis 1963, les joueurs des ligues juniors ont la possibilité de signer des contrats avec les franchises des ligues majeures. Cette section présente par année le ou les choix de premier tour lors des repêchages des Bruins[208].

1963 à 1986
Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1963 Orest Romashyna 3e équipe junior de New Hamburg
1964 Alex Campbell 2e équipe midget de Strathroy[Note 18]
1965 Joe Bailey 4e équipe junior B de St. Thomas
1966 Barry Gibbs 1er Bruins d'Estevan (SJHL)
1967 Meehan Bonnar 10e Bruins d'Estevan (SJHL)
1968 Danny Schock 12e Bruins d'Estevan (LHOu)
1969 Don Tannahill
Frank Spring
Ivan Boldirev
3e
4e
11e
Flyers de Niagara Falls (AHO)
Oil Kings d'Edmonton (LHJCO)
Generals d'Oshawa (AHO)
1970 Reggie Leach
Rick MacLeish
Ron Plumb
Bob Stewart
3e
4e
9e
13e
Bombers de Flin-Flon (WCHL)
Petes de Peterborough (AHO)
Petes de Peterborough (AHO)
Generals d'Oshawa (AHO)
1971 Ron Jones
Terry O'Reilly
6e
14e
Oil Kings d'Edmonton (WCHL)
Generals d'Oshawa (AHO)
1972 Mike Bloom 16e Black Hawks de St.-Catharines (AHO)
1973 André Savard 6e Remparts de Québec (LHJMQ)
1974 Don Larway 18e Broncos de Swift Current (WCHL)
1975 Doug Halward 14e Petes de Peterborough (AHO)
1976 Clayton Pachal 16e Bruins de New Westminster (WCHL)
1977 Dwight Foster 16e Rangers de Kitchener (AHO)
1978 Al Secord 16e Fincups de Hamilton (AHO)
1979 Raymond Bourque
Brad McCrimmon
8e
15e
Éperviers de Verdun (LHJMQ)
Wheat Kings de Brandon (WCHL)
1980 Barry Pederson 18e Cougars de Victoria (LHOu)
1981 Normand Léveillé 14e Saguenéens de Chicoutimi (LHJMQ)
1982 Gord Kluzak 1er Bighorns de Billings (WHL)
1983 Nevin Markwart 21e Pats de Regina (LHOu)
1984 Dave Pasin 19e Raiders de Prince Albert (LHOu)
1985 aucun choix de première ronde
1986 Craig Janney 13e Eagles de Boston College (NCAA)
1987 Glen Wesley
Stéphane Quintal
3e
14e
Winter Hawks de Portland (WHL)
Bisons de Granby(LHJMQ)
depuis 1987
Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1988 Robert Cimetta 18e Marlboros de Toronto (OHL)
1989 Shayne Stevenson 17e Rangers de Kitchener (LHO)
1990 Bryan Smolinski 21e Spartans de Michigan State(CCHA)
1991 Glen Murray 18e Wolves de Sudbury (OHL)
1992 Dmitri Kvartalnov 16e Gulls de San Diego (LIH)
1993 Kevyn Adams 25e Redhawks de Miami (NCAA)
1994 Ievgueni Riabtchikov 21e Molot Prikamie Perm (Superliga)
1995 Kyle McLaren
Sean Brown
9e
21e
Rockets de Tacoma (WHL)
Bulls de Belleville (OHL)
1996 Johnathan Aitken 8e Tigers de Medicine Hat (WHL)
1997 Joe Thornton
Sergueï Samsonov
1er
8e
Greyhounds de Sault Ste. Marie (LHO)
Vipers de Détroit (LIH)
1998 aucun choix de premier tour
1999 Nick Boynton 21e 67 d'Ottawa (OHL)
2000 Lars Jonsson
Martin Samuelsson
7e
27e
Leksands IF (Elitserien)
MODO hockey (Elitserien)
2001 Shaone Morrisonn 19e Blazers de Kamloops (LHOu)
2002 Hannu Toivonen 29e HPK Hämeenlinna (SM-Liiga)
2003 Mark Stuart 21e Tigers de Colorado College (NCAA)
2004 aucun choix de premier tour
2005 Matt Lashoff 22e Rangers de Kitchener (LHO)
2006 Phil Kessel 5e Golden Gophers du Minnesota (WCHA)
2007 Zach Hamill 8e Silvertips d'Everett (LHOu)
2008 Joe Colborne 16e Kodiaks de Camrose (AJHL)
2009 Jordan Caron 25e Océanic de Rimouski (LHJMQ)
2010 Tyler Seguin 2e Whalers de Plymouth (LHO)
2011 Dougie Hamilton 9e IceDogs de Niagara (LHO)
2012 Malcolm Subban 24e Bulls de Belleville (LHO)
2013 aucun choix de premier tour
Photo de Joe Thornton portant le numéro 19 des Sharks de San José.
Joe Thornton, 1er choix du repêchage de la LNH en 1997.
Photo de Tyler Seguin portant le troisième maillot des Bruins.
Tyler Seguin, 2e choix du repêchage de la LNH en 2010.

Records de la franchise[modifier | modifier le code]

Près de 900 joueurs différents ont déjà porté les couleurs des Bruins de Boston[209]. Parmi tous ces joueurs, certains ne sont passés que rapidement avec Boston mais d'autres sont restés plus longtemps. Ainsi, Raymond Bourque est le joueur qui a participé au plus grand nombre de matchs : sur un total de 21 saisons, il joue 1 518 matchs pour le plus haut total de passes décisives avec 1 111 réalisations[210]. Bourque est aussi le meilleur pointeur de la franchise avec 1 506 points[210]. Il joue sa première saison avec Boston en saison 1979-1980[211], deux saisons après que Johnny Bucyk a mis fin à sa carrière[212]. Bucyk a également joué 21 saisons avec les Bruins et il est le meilleur buteur de l'histoire du club avec 545 buts inscrits en carrière. Il possède également la plus longue série de matchs consécutifs avec 418 matchs joués entre janvier 1969 et mars 1975[210]. Avec 2 095 minutes de pénalité, Terry O'Reilly est le joueur le plus puni de toute l'histoire du club[210].

Avec 139 points dont 102 passes et 37 buts en 1970-1971, Bobby Orr a le meilleur total de point de la LNH sur une saison pour un défenseur. Au cours de cette saison, plusieurs records individuels de la franchise sont établis : plus haut total de passes décisives pour Orr, plus haut total de buts pour Phil Esposito avec 76 réalisations ainsi que le plus haut total de points également pour Esposito qui comptabilise 152 points[210]. En 1987-1988, Jay Miller passe 302 minutes sur le banc des pénalités, le plus haut total pour un joueur des Bruins sur une saison[210].

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Meneurs de l'histoire des Bruins
Joueur Pos  PJ  B   A  Pts Pts / PJ Pun
Bourque, RaymondRaymond Bourque D 1 518 395 1 111 1 506 0,99 1 087
Bucyk, JohnnyJohnny Bucyk AG 1 436 545 794 1 339 0,93 436
Esposito, PhilPhil Esposito C 625 459 553 1 012 1,63 512
Middleton, RickRick Middleton AD 881 402 496 898 1,02 124
Orr, BobbyBobby Orr D 631 264 624 888 1,41 924
Cashman, WayneWayne Cashman AG 1 027 277 516 793 0,77 1 041
Hodge, KenKen Hodge AD 652 289 385 674 1,03 620
O'Reilly, TerryTerry O'Reilly AD 891 204 402 606 0,68 2 095
Neely, CamCam Neely AD 525 344 246 590 1,12 921
McNab, PeterPeter McNab C 595 263 324 587 0,99 111

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Photo intérieure du TD Garden montrant les spectateurs et les bannières accrochées au plafond de l'édifice.
Le TD Garden de Boston, on voit trois des numéros retirés : le 15, le 24 et le 77.
  • 2 - Edward W. Shore ; le seul défenseur de l'histoire de la LNH à avoir reçu à quatre reprises le trophée Hart remis au meilleur joueur de la ligue. Vainqueur de deux coupes Stanley avec les Bruins (en 1929 et 1939). Il fait partie des premières personnes intronisées au Temple de la renommée du hockey en 1945.
  • 3 - Lionel Hitchman ; le tout premier capitaine de l'histoire des Bruins, il porte le « C » de 1927 à 1931. Il est le partenaire en défense d'Eddie Shore durant huit saisons. Membre des Bruins lorsque ceux-ci remportent leur première Coupe Stanley en 1929.
  • 4 - Robert G. Orr ; remporte 16 trophées de la LNH en dix saisons avec les Bruins dont trois trophées Hart. Il est également le seul défenseur de l'histoire de la LNH à remporter le titre de meilleur marqueur de la ligue et remporte le trophée correspondant, le trophée Art Ross, à deux reprises. Gagnant huit fois de suite le trophée James Norris du meilleur défenseur. Il est le premier joueur de la LNH à inscrire cent points lors de six saisons consécutives. Membre du temple de la renommée du hockey depuis 1979[213].
  • 5 - Aubrey V. Clapper ; le premier joueur de l'histoire de la LNH à prendre part à vingt saisons, il est le capitaine des Bruins durant quatorze années. Le seul joueur des Bruins à remporter trois coupes Stanley (1929, 1939 et 1941). Il joue son dernier match le et est intronisé au Temple de la renommée du hockey immédiatement après ce match.
  • 7 - Philip A. Esposito ; le premier joueur de l'histoire de la LNH à inscrire cent points en une saison. Vainqueur de deux trophées Hart et cinq trophées Art Ross. Vainqueur de la Coupe Stanley avec les Bruins à deux reprises (1970 et 1972). Membre du Temple de la renommée du hockey depuis 1984.
  • 8 - Cameron M. Neely ; meilleur buteur de l'équipe au cours de sept des dix saisons passées avec les Bruins, dont trois saisons de plus de 50 buts. Meneur de l'histoire des Bruins pour le plus de buts marqués par un ailier en une saison avec 55 buts en 1989-90. Vainqueur du trophée Bill Masterton en 1994. Il est forcé d'annoncer son retrait de la compétition à la suite de nombreuses blessures. Membre du Temple de la renommée du hockey depuis 2005.
  • 9 - John P. Bucyk ; joue durant 21 saisons avec les Bruins, détenant tous les records offensifs de l'équipe durant plus de vingt ans. Capitaine de l'équipe durant cinq saisons et vainqueur de deux Coupes Stanley avec celle-ci. Récipiendaire de deux trophées Lady Byng remis au joueur jugé le plus gentilhomme. Membre du Temple de la renommée du hockey depuis 1981.
  • 15 - Milton C. Schmidt ; la seule personne de l'histoire des Bruins à avoir été en activité pour l'équipe en tant que joueur, entraîneur et directeur-général. Vainqueur de quatre coupes Stanley, deux en tant que joueur (1929 et 1939) et deux en tant que directeur-général (1970 et 1972). Centre de la Kraut Line qui est la première ligne de l'histoire de la ligue dont les joueurs terminent 1er, 2e, et 3e marqueurs d'une saison. Membre des Forces armées canadiennes lors de la Seconde Guerre mondiale. Élu au Temple de la renommée du hockey en 1961.
  • 24 - Terrence J. O'Reilly ; capitaine du club de 1983 à 1985. Il est un des quatre joueurs de l'histoire des Bruins à avoir mené l'équipe pour les points marqués et les minutes de punitions. Il est le huitième meilleur marqueur dans l'histoire du club et se classe premier au chapitre des punitions. Il est également l'entraîneur des Bruins de 1986 à 1989.
  • 77 - Raymond Bourque ; vainqueur de cinq trophées Norris remis au meilleur défenseur et nommé à 18 reprises sur une des équipes d'étoiles de la LNH. Meneur de l'histoire des Bruins pour les parties jouées, les passes et les points. Il est le meilleur marqueur de l'histoire de la LNH à la position de défenseur. Intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2004. Bourque a porté aussi le numéro 7 avec les Bruins, de 1979 jusqu'au 3 décembre 1993, lorsqu'il est retiré en l'honneur de Phil Esposito ; c'est ce jour-là qu'il revêt pour la première fois le numéro 77[116].
  • 99 - Wayne Gretzky ; considéré comme le plus grand joueur de l'histoire de la LNH, son numéro est retiré par toutes les équipes de la ligue lorsqu'il annonce son retrait de la compétition en 1999 et il est intronisé au Temple de la renommée cette même année.

Entraîneurs-chefs[modifier | modifier le code]

Photo de Claude Julien de 3/4 dos portant la casquette des Bruins.
Claude Julien, entraîneur des Bruins depuis 2007.
  • Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.
  • Ces statistiques incluent les résultats en séries éliminatoires.
  • En gras sont inscrits les entraîneurs ayant gagné la Coupe Stanley avec les Bruins.

Cette section présente le nom des entraîneurs des Bruins depuis leurs débuts[214]. Claude Julien est nommé vingt-huitième entraîneur de l'histoire du club[215] le 21 juin 2007[216] ; il est en fait le 34e entraîneur des Bruins, trois d'entre eux ayant occupé ce poste à plusieurs reprises : Art Ross 4 fois, Milt Schmidt 2 fois et Harry Sinden 3 fois.

Les cinq coupes Stanley remportées par les Bruins l'ont été avec cinq entraîneurs différents : Cy Denneny, deuxième entraîneur de l'équipe la remporte en 1929 ; Art Ross, lors de sa troisième période à la tête de l'équipe, la remporte en 1939 ; son successeur, Cooney Weiland, gagne la coupe deux ans plus tard, en 1941 ; Harry Sinden en 1970 puis Tom Johnson en 1972 sont les deux derniers entraîneurs à ramener le trophée à Boston. Art Ross est l'entraîneur qui a passé le plus de temps à la tête des Bruins et remporté le plus de victoires avec 393 matchs gagnés sur 898 matchs lors de quatre périodes différentes mais Milt Schmidt, avec 495 matchs consécutifs, soit près de sept saisons, est celui est resté le plus longtemps derrière le banc sans interruption.

Liste des entraîneurs de la franchise
No  Nom Premier match Dernier match  PJ  V   D   N 
[Note 19]
DPr
[Note 19]
% V
[Note 20]
Remarques
1 Ross, ArtArt Ross 3 avril 1928 164 66 75 22 - 47,3 %
2 Denneny, CyCy Denneny 15 novembre 1928 29 mars 1929 49 31 13 5 - 68,4 % Coupe Stanley 1929
3 Ross, ArtArt Ross 14 novembre 1929 18 mars 1934 253 136 85 32 - 60,1 %
4 Patrick, FrankFrank Patrick 8 novembre 1934 26 mars 1936 102 50 40 12 - 54,9 %
5 Ross, ArtArt Ross 7 novembre 1936 16 avril 1939 162 98 48 16 - 65,4 % Coupe Stanley 1939
6 Weiland, CooneyCooney Weiland 4 novembre 1939 12 avril 1941 113 68 27 18 - 68,1 % Coupe Stanley 1941
7 Ross, ArtArt Ross 8 novembre 1941 3 avril 1945 219 93 102 24 - 47,9 %
8 Clapper, DitDit Clapper 24 octobre 1945 30 mars 1949 255 110 105 40 - 51,0 %
9 Boucher, BuckBuck Boucher 12 octobre 1949 26 mars 1950 77 22 32 16 - 42,9 %
10 Patrick, LynnLynn Patrick 14 octobre 1950 19 décembre 1954 338 126 148 64 - 46,7 % remplacé Remplacé en cours de saison
11 Schmidt, MiltMilt Schmidt 25 décembre 1954 19 mars 1961 495 187 222 85 - 46,5 % remplacement Remplacement en cours de saison
12 Watson, PhilPhil Watson 11 octobre 1961 18 novembre 1962 84 16 55 13 - 26,8 % remplacé Remplacé en cours de saison
13 Schmidt, MiltMilt Schmidt 21 novembre 1962 3 avril 1966 266 73 157 36 - 34,2 % remplacement Remplacement en cours de saison
14 Sinden, HarryHarry Sinden 19 octobre 1966 10 mai 1970 324 154 115 55 - 56,0 % Coupe Stanley 1970
15 Johnson, TomTom Johnson 11 octobre 1970 4 février 1973 230 157 50 23 - 73,3 % Coupe Stanley 1972
remplacé Remplacé en cours de saison
16 Guidolin, ArmandArmand Guidolin 7 février 1973 19 mai 1974 125 83 33 9 - 73,6 % remplacement Remplacement en cours de saison
17 Cherry, DonDon Cherry 10 octobre 1974 10 mai 1979 455 262 129 64 - 64,6 %
18 Creighton, FredFred Creighton 11 octobre 1979 19 mars 1980 73 40 20 13 - 63,7 % remplacé Remplacé en cours de saison
19 Sinden, HarryHarry Sinden 22 mars 1980 22 avril 1980 17 10 7 0 - 58,8 % remplacement Remplacement en cours de saison
20 Cheevers, GerryGerry Cheevers 9 octobre 1980 10 février 1985 410 219 145 46 - 59,0 % remplacé Remplacé en cours de saison
21 Sinden, HarryHarry Sinden 14 février 1985 16 avril 1985 29 13 13 3 - 50,0 % remplacement Remplacement en cours de saison
22 Goring, ButchButch Goring 10 octobre 1985 5 novembre 1986 96 42 41 13 - 50,5 % remplacé Remplacé en cours de saison
23 O'Reilly, TerryTerry O'Reilly 8 novembre 1986 25 avril 1989 264 132 105 27 - 55,1 % remplacement Remplacement en cours de saison
24 Milbury, MikeMike Milbury 5 octobre 1989 11 mai 1991 200 113 66 21 - 61,8 %
25 Bowness, RickRick Bowness 3 octobre 1991 23 mai 1992 95 44 39 12 - 52,6 %
26 Sutter, BrianBrian Sutter 8 octobre 1992 14 mai 1995 238 127 88 23 - 58,2 %
27 Kasper, SteveSteve Kasper 7 octobre 1995 13 avril 1997 169 67 82 20 - 45,6 %
28 Burns, PatPat Burns 7 octobre 1997 20 octobre 2000 272 113 107 46 6 51,1 % remplacé Remplacé en cours de saison
29 Keenan, MikeMike Keenan 26 octobre 2000 7 avril 2001 74 33 26 7 8 54,7 % remplacement Remplacement en cours de saison
30 Ftorek, RobbieRobbie Ftorek 4 octobre 2001 18 mars 2003 161 78 56 14 13 56,8 % remplacé Remplacé en cours de saison
31 O'Connell, MikeMike O'Connell 21 mars 2003 17 avril 2003 14 4 7 3 0 39,3 % remplacement Remplacement en cours de saison
32 Sullivan, MikeMike Sullivan 8 octobre 2003 15 avril 2006 164 70 56 15 23 54,3 %
33 Lewis, DaveDave Lewis 6 octobre 2006 7 avril 2007 82 35 41 - 6 46,3 %
34 Julien, ClaudeClaude Julien 5 octobre 2007 Entraîneur actuel

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, et si on excepte Jeff Gorton qui assure l'intérim du poste en 2006 lorsque Mike O'Connell est renvoyé, sept directeurs généraux se sont succédé à la tête des Bruins. Peter Chiarelli, nommé en 2006, est le seul depuis Art Ross à ne pas avoir entraîné et joué pour la franchise[217].

  • Art Ross : 1924-1954[218]
  • Lynn Patrick : 1954-1965[219]
  • Hap Emms : 1965-1967[220]
  • Milt Schmidt : 1967-1972[221]
  • Harry Sinden : 1972-2000[222]
  • Mike O'Connell : 2001-2006[223]
  • Jeff Gorton (intérim) : 2006[224]
  • Peter Chiarelli : depuis 2006

Présidents[modifier | modifier le code]

Depuis 1924, huit personnes se sont succédé au poste de président des Bruins. Weston Adams est le seul à avoir occupé cette position à deux reprises, de 1936 à 1951 puis de nouveau de 1964 à 1969 à la suite du décès de son successeur Walter Brown. Entre le départ de Harry Sinden en 2006 et la nomination de Cam Neely en 2010, les Bruins n'avaient pas de président[225] :

  • Charles Adams : de 1924 à 1936 ;
  • Weston Adams : de 1936 à 1951 ;
  • Walter Brown : de 1951 à septembre 1964 ;
  • Weston Adams : de septembre 1964 à 30 mars 1969 ;
  • Weston Adams Junior : 31 mars 1969 - 30 septembre 1975 ;
  • Paul Mooney : du au 24 mars 1987 ;
  • William Hassett : du 24 mars 1987 au  ;
  • Harry Sinden : du au 9 août 2006 ;
  • Pas de président : du 9 août 2006 au 16 juin 2010 ;
  • Cam Neely : depuis le 16 juin 2010.

Membres du temple de la renommée du hockey[modifier | modifier le code]

Depuis 1945, le Temple de la renommée du hockey recense les personnalités du hockey sur glace qui ont marqué ce sport.

Joueurs[modifier | modifier le code]

47 joueurs des Bruins ont été intronisés au Temple de la renommée du hockey :


Photo noir et blanc de Jacques Plante avec un maillot des Citadelles de Québec et portant un béret sur la tête.
Jacques Plante, intronisé en 1978.
Photo couleur de Brian Leetch dans la tenue des Rangers de New York lors d'un match de hockey.
Brian Leetch, intronisé en 2009.
Année
d'intronisation
Nom Période(s) avec les Bruins
1947 Clapper, DitDit Clapper 1927-1947
1950 Shore, EddieEddie Shore 1926-1940
1952 MacKay, MickeyMickey MacKay 1928-1930
1958 Cleghorn, SpragueSprague Cleghorn 1925-1928
1958 Fredrickson, FrankFrank Fredrickson 1926-1929
1958 Keats, DukeDuke Keats 1926-1927
1959 Denneny, CyCy Denneny 1928-1929
1959 Thompson, TinyTiny Thompson 1928-1938
1960 Mantha, SylvioSylvio Mantha 1936-1937
1961 Schmidt, MiltMilt Schmidt 1937-1955
1962 Stewart, NelsNels Stewart 1932-1937
1964 Siebert, BabeBabe Siebert 1933-1936
1965 Barry, MartyMarty Barry 1929-1935
1966 Brimsek, FrankFrank Brimsek 1938-1943 et 1945-1949
1966 Pratt, BabeBabe Pratt 1946-1947
1967 Oliver, HarryHarry Oliver 1926-1934
1968 Cowley, BillBill Cowley 1935-1947
1970 Johnson, TomTom Johnson 1963-1965
1971 Jackson, BusherBusher Jackson 1941-1944
1971 Sawchuk, TerryTerry Sawchuk 1955-1957
1971 Weiland, CooneyCooney Weiland 1928-1932 et 1935-1939
1972 Smith, HooleyHooley Smith 1936-1937
1974 Burch, BillyBilly Burch 1932-1933
1976 Quackenbush, BillBill Quackenbush 1949-1956
1978 Plante, JacquesJacques Plante 1972-1973
1979 Orr, BobbyBobby Orr 1966-1976
1980 Lumley, HarryHarry Lumley 1957-1960
1981 Bucyk, JohnnyJohnny Bucyk 1957-1978
1981 Stanley, AllanAllan Stanley 1956-1958
1984 Esposito, PhilPhil Esposito 1967-1976
1984 Parent, BernieBernie Parent 1965-1967
1985 Cheevers, GerryGerry Cheevers 1965-1972 et 1975-1980
1985 Ratelle, JeanJean Ratelle 1975-1981
1986 Boivin, LeoLeo Boivin 1954-1966
1988 Park, BradBrad Park 1975-1983
1990 Flaman, FernieFernie Flaman 1945-1951 et 1954-1961
1990 Poile, BudBud Poile 1949-1950
1992 Dumart, WoodyWoody Dumart 1935-1942 et 1945-1954
1993 Lapointe, GuyGuy Lapointe 1983-1984
1995 Cook, BunBun Cook 1936-1937
1996 Bauer, BobbyBobby Bauer 1935-1942, 1945-1947 et 1951-1952
1998 Conacher, RoyRoy Conacher 1938-1942 et 1945-1946
2000 Mullen, JoeJoe Mullen 1995-1996
2004 Bourque, RaymondRaymond Bourque 1979-2000
2004 Coffey, PaulPaul Coffey 2001-2002
2005 Neely, CamCam Neely 1986-1996
2009 Leetch, BrianBrian Leetch 2005-2006

Deux entraîneurs des Bruins ont été intronisés comme joueur mais n'ont jamais joué pour les Bruins. Il s'agit de Art Ross, premier entraîneur de l'équipe, qui est intronisé en 1945 et de Lynn Patrick, entraîneur de l'équipe de 1950 à 1954, qui est intronisé 1980.

Bâtisseurs[modifier | modifier le code]

Des personnalités n'ayant pas forcément pratiqué le hockey sur glace sont aussi honorées par le temple de la renommée en raison de l'impact qu'ils ont sur ce sport en dehors de la patinoire. Ces personnes, qu'il s'agisse de présidents, de propriétaires de franchises, d'entraîneurs ou de membres des médias, sont appelées les « bâtisseurs ». Cinq personnalités des Bruins ont été intronisées en tant que bâtisseurs :

Trophées de la LNH et internes[modifier | modifier le code]

Trophées collectifs[modifier | modifier le code]

Photo couleur des bannières de champion ; aux couleurs des Bruins, elles sont accrochées au plafond du Boston Garden.
Les bannières de champion des Bruins dans le Boston Garden avec, au premier plan, les cinq Coupes Stanley.
Coupe Stanley
Récompense ultime de la Ligue nationale de hockey. Elle couronne la meilleure équipe des séries éliminatoires. Les Bruins de Boston la remportent à six reprises au cours de leur histoire alors qu'ils accèdent à dix-huit reprises à la finale de la Coupe Stanley :
Trophée des présidents
Il est remis pour la première fois à l'issue de la saison 1985-1986 à la meilleure équipe de la saison régulière[226]. Depuis sa mise en place, les Bruins remportent le trophée une seule fois :
Trophée Prince de Galles
Le Trophée Prince de Galles est le trophée de la LNH qui a changé le plus grand nombre de fois de signification[228]. Les Bruins remportent de nombreuses fois ce trophée en tant que :
  • Champions de la division Américaine : 1928, 1929, 1930, 1931, 1933, 1935 et 1938 ;
  • Champions de la saison régulière : 1939, 1940 et 1941 ;
  • Champions de la division Est : 1971, 1972 et 1974 ;
  • Vainqueurs de la finale de la conférence Prince de Galles : 1988, 1990 et 2011.
Champions de division
En plus des titres cités ci-dessus, la franchise finit plusieurs fois à la première place de sa division[41] :

Trophées individuels[modifier | modifier le code]

Photo de Bucyk portant le maillot numéro 9 des Bruins et qui s'adresse à un public depuis un pupitre avec un micro.
Johnny Bucyk reçoit le trophée Lady Byng en 1971 et 1974 ainsi que le trophée Lester Patrick en 1977.
Photo de Sanderson de profil, cheveux blancs et lunettes sur le nez, portant le maillot numéro 16 des Bruins.
Derek Sanderson reçoit le trophée Calder en 1968.
Trophée Art Ross
Le trophée Art Ross est remis au joueur qui inscrit le plus de points au cours de la saison régulière. Trois joueurs des Bruins remportent ce trophée[229] :
  • Phil Esposito en 1968-69, 1970-71, 1971-72, 1972-73 et 1973-74. Son plus haut total personnel est de 152 points réalisé au cours de la saison 1970-1971[230] ;
  • Bobby Orr en 1969-70 et 1974-75, son plus haut total étant de 135 points. Sur cette période, les joueurs des Bruins remportent le trophée pendant sept saisons consécutives alors que le joueur des Bruins est le seul défenseur de l'histoire de la LNH à avoir décroché le trophée[231] ;
  • Joe Thornton en 2005-06, même s'il finit la saison avec les Sharks de San José, il finit premier pour l'ensemble de la saison avec 125 points[232].
Avant que le trophée Art Ross ne soit remis, certains joueurs des Bruins ont terminé en tête du classement des meilleurs pointeurs :
Trophée Bill Masterton
Le trophée Bill Masterton est une récompense remise au joueur ayant démontré le plus de qualité de persévérance et esprit d’équipe[233] :
Trophée Calder
Le trophée Calder récompense la meilleure recrue[Note 21], joueur dans sa première saison LNH[229] :
Trophée Conn Smythe
Le Trophée Conn Smythe est remis chaque année depuis la fin de la saison 1964-1965 au meilleur joueur[Note 22] des séries éliminatoires[234]. Durant les 87 premières années d'existence de la franchise, seul Bobby Orr remporte ce trophée pour les Bruins avant d'être rejoint par Timothy Thomas :
Trophée Frank J. Selke
Le trophée Frank J. Selke est remis par la LNH au meilleur attaquant ayant démontré le plus de compétences défensives depuis la saison 1977-1978[234]. Le premier joueur autre que Bob Gainey des Canadiens de Montréal à remporter le trophée est le joueur des Bruins Steve Kasper[237] :
Trophée Hart
Le trophée Hart (en anglais Hart Memorial Trophy) est remis au meilleur joueur de la saison régulière, par vote par l'Association Professionnelle de la Presse Écrite. La distinction est remise depuis 1923 et six joueurs des Bruins l'ont déjà remporté[238] :
  • Eddie Shore en 1932-33, 1934-35, 1935-36 et 1937-38 ;
  • Bill Cowley en 1940-41 et 1942-43 ;
  • Milt Schmidt en 1950-51 ;
  • Phil Esposito en 1968-69 et 1973-74 ;
  • Bobby Orr en 1969-70, 1970-71 et 1971-72 ;
  • Joe Thornton en 2005-06 alors qu'il finit la saison avec les Sharks[232].
Trophée Jack Adams
Le trophée Jack Adams est remis depuis la saison 1973-74 au meilleur entraîneur de la saison[233]. Trois entraîneurs de Boston l'ont remporté[239] :
Trophée James Norris
À chaque fin de saison, le meilleur défenseur de la LNH reçoit le trophée James Norris[229]. Bobby Orr est le défenseur ayant reçu le plus grand nombre de trophée Norris avec huit conquêtes au cours de sa carrière[240]. Les défenseurs des Bruins ayant remporté le trophée sont :
  • Bobby Orr en 1967-68, 1968-69, 1969-70, 1970-71, 1971-72, 1972-73, 1973-74 et 1974-75 ;
  • Ray Bourque en 1986-87, 1987-88, 1989-90, 1990-91 et 1993-94 ;
  • Zdeno Chára en 2008-09.
Trophée King Clancy
Le trophée King Clancy récompense chaque année le joueur ayant démontré le meilleur exemple de leadership et ayant le plus contribué à la société[226]. Deux joueurs des Bruins ont déjà remporté cet honneur[241] :
Trophée Lady Byng
Le trophée Lady Byng est remis au joueur considéré comme ayant le meilleur esprit sportif tout en conservant des performances remarquables sur glace ; l'Association des journalistes de hockey professionnel donne les votes dans le but d'attribuer le trophée en tenant compte à la fois des performances et du nombre de minutes de punitions accumulées[234]. Les Bruins ayant reçu le trophée Lady Byng sont[242] :
Trophée Ted Lindsay
Le trophée Ted Lindsay, connu jusqu'en 2010 sous le nom de trophée Lester B. Pearson, est remis chaque année au meilleur joueur de la LNH selon les votes de ses pairs[226]. Deux joueurs de Boston ont remporté le trophée[243] :
  • Phil Esposito en 1970-71 et 1972-73 ;
  • Bobby Orr en 1974-75.
Trophée Vézina
Le trophée Vézina est un trophée remis aux gardiens de but de ligue nationale de hockey. De 1927 à 1981, il récompense le gardien ayant encaissé le moins de but lors de la saison régulière. Depuis la saison 1981-1982, le gardien jugé le meilleur de la saison régulière reçoit ce trophée. Tiny Thompson qui est le premier joueur des Bruins à remporter ce trophée détient aussi le record pour un joueur des Bruins avec quatre trophées Vézina remportés[244] :
  • Tiny Thompson en 1929-30, 1932-33, 1935-36 et 1937-38 ;
  • Frank Brimsek en 1938-39 et 1941-1942 ;
  • Pete Peeters en 1982-83 ;
  • Tim Thomas en 2008-09 et 2010-11.

Trophées internes[modifier | modifier le code]

Photo de Mark Recchi qui patine dans l'uniforme des Bruins.
Mark Recchi reçoit l'Eddie Shore Award en 2010.

Comme de nombreuses autres équipes de la LNH, les Bruins de Boston remettent à la fin de chaque saison régulière des trophées à des joueurs de l'équipe[245].

Le premier trophée à être remis dans l'histoire du club est le Elizabeth C. Dufresne Trophy pour le joueur considéré comme étant le meilleur dans les matchs à domicile, selon le vote des journalistes. Il est remis pour la première fois à la suite de la saison 1935-1936 à Tiny Thompson. Raymond Bourque est le joueur qui a remporté le plus de fois le trophée avec sept occurrences[246] alors que Patrice Bergeron reçoit le trophée en 2009-2010[247].

En 1936-1937, un autre joueur est récompensé par un trophée des Bruins : le joueur qui montre le plus de détermination sur la glace[248]. Le trophée portera par la suite le nom d'Eddie Shore Award et Mark Recchi est le récipiendaire 2010[245].

En 1968-1969, la franchise met en place un nouveau trophée : Seventh Player Award. Ce trophée est décerné par le vote des supporters de l'équipe et récompense le meilleur joueur selon le public. Le trophée est souvent remis à un joueur de « second plan », peu distingué par les autres trophées[246]. Tuukka Rask remporte le trophée à la suite de la saison 2009-2010[245].

Depuis 1973-1974, les Bruins désignent également les trois meilleurs joueurs de la saison à domicile, selon les votes de la radio locale, et remettent le Bruins Three Stars Award[246]. En 2009-10, Bergeron, David Krejčí et Rask sont récipiendaires du trophée[247].

Le John P. Bucyk Award est remis à chaque fin de saison depuis 1999-2000 au joueur le plus disponible en dehors de la patinoire. Une délégation d'anciens joueurs de l'équipe ainsi que de membres du service des relations de la franchise choisit le récipiendaire. Shawn Thornton est choisi en 2010[247].

L'équipe s'implique également dans le programme d'éducation de l'État puisque chaque année les Bruins remettent le John Carlton Award aux deux étudiants féminin et masculin qui combinent les meilleurs résultats sportifs et scolaires dans l'ensemble du Grand Boston[245].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une série au « meilleur des trois matchs » est une série dans laquelle une équipe doit remporter deux victoires pour être déclarée vainqueur.
  2. Son record de 248 buts en carrière dans la LNH est ensuite battu par Howie Morenz qui met fin à sa carrière en 1936-1937 avec un total de 271 réalisations.
  3. a et b Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  4. Lors de la saison 1929-1930, certains gardiens de but ont des moyennes plus petites que Thompson mais ils n'ont joué qu'un ou deux matchs dans la saison contre 44 pour le gardien de Bruins.
  5. Cette série est battue en 1981-1982 d'une victoire par les Islanders de New York puis par les Penguins de Pittsburgh avec dix-sept matchs en 1992-1993.
  6. Le terme français de recrue désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de rookie.
  7. Certaines sources font état du 16 novembre 1938 comme date de transaction ; cette date est impossible puisque les Bruins n'avaient alors disputé que quatre matchs et que Thompson en joue cinq cette saison-là avec l'équipe.
  8. Sudden Death, en français « mort subite », est le nom donné lorsqu'une rencontre sportive se termine dès qu'une équipe marque un but ou un point.
  9. Une fiche est négative quand l'équipe compte plus de défaites que de victoires.
  10. La Nitro line porte aussi le nom de Espo line.
  11. Le bâton de hockey est appelé crosse en Europe.
  12. Au hockey sur glace, les joueurs peuvent se remplacer pendant le cours du jeu, mais si le joueur entrant fait une action de jeu alors que le coéquipier qu'il remplace est encore sur la glace, son équipe écope d'une pénalité mineure de deux minutes pour « surnombre».
  13. Le différentiel plus / moins d'un joueur est calculé en comptant +1 si le joueur est sur la glace au moment où son équipe marque un but sans être en supériorité numérique et -1 s'il est sur la glace au moment où son équipe encaisse un but sans être en infériorité numérique.
  14. Le mot français de « maillot » correspond au terme québécois de « chandail ».
  15. Le terme québécois d'« analyste » correspond au terme américain de « color analyst » ou « color commentator » et au terme français de « consultant ».
  16. Les capacités des salles indiquées ici sont le nombre de places pour les compétitions de hockey sur glace.
  17. a, b et c Les Cubs, les Tigers Cubs et les Bruins Cubs sont la même équipe qui a changé de nom entre 1926 et 1936.
  18. Le terme anglais « Midget » désigne des joueurs âgés de 15 à 17 ans.
  19. a et b Les défaites en prolongation apparaissent lors de la saison 1999-2000, les matchs nuls disparaissent au début de la saison 2005-2006.
  20. Le pourcentage de victoires est calculé en prenant en compte le nombre de points gagnés par match : 2 points pour une victoire, 1 point pour un match nul ou une défaite en prolongation, 0 point pour une défaite en temps réglementaire.
  21. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  22. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dans « Boston Bruins: Greatest Moments and Players », page 240.
  2. a et b (en) « Bruins celebrate 85 years of hockey history », sur www.nhl.com (consulté le 31 octobre 2010).
  3. (en) « The History of the Hub of Hockey », sur bruins.nhl.com (consulté le 1er novembre 2010).
  4. Dans « Tales from the Boston Bruins », page 1.
  5. Dans « The History of the Boston Bruins », page 5.
  6. Dans Brown, « The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions », page 43.
  7. Dans « Deceptions and doublecross: how the NHL conquered hockey », page 262.
  8. a, b et c Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 32.
  9. (en) « Montreal Maroons (1924-1938) », sur www.sportsecyclopedia.com (consulté le 1er novembre 2010).
  10. (en) P. Anson, « Montreal Maroons 1 @ Boston Bruins 2 - Dec. 1, 1924 », sur www.flyershistory.com (consulté le 1er novembre 2010).
  11. Dans Brown, « The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions », page 49.
  12. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Shore, Eddie -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 novembre 2010).
  13. (en) « 1926-27 Boston Bruins roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 6 novembre 2010).
  14. (en) « 1926-27 NHL League Leaders at hockeydb.com », sur www.hockeydb.com (consulté le 6 novembre 2010).
  15. « Senators and Bruins Ready for Second Game Tonight, Pres. Calder Issues Ruling », Ottawa Citizen,‎ 1927
  16. « Wild Scenes When Ottawa Trounced Boston Bruins, 3-1 », Montreal Gazette,‎ 14 avril 1927, p. 16.
  17. a et b (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Denneny, Cy -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 novembre 2010).
  18. (en) « NHL Division Standings after Dec 30 in 1928-29 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 8 novembre 2010).
  19. (en) « NHL Division Standings after Jan 31 in 1928-29 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 8 novembre 2010).
  20. (en) « NHL Division Standings after Feb 28 in 1928-29 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 8 novembre 2010).
  21. (en) « 1928-29 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 6 novembre 2010).
  22. (fr) « Saison 1928-1929 - Description, photos, faits saillant et plus », sur notrehistoire.canadiens.com (consulté le 9 novembre 2010)
  23. a, b, c et d « 1929 Stanley Cup - Boston Bruins », sur www.greatesthockeylegends.com (consulté le 8 novembre 2010)
  24. a, b et c (fr) « Saison 1929-1930 - Description, photos, faits saillant et plus », sur notrehistoire.canadiens.com (consulté le 13 novembre 2010)
  25. a et b (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Weiland, Cooney -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 13 novembre 2010).
  26. (en) « Career Stats - 1929-1930 - Regular Season - Goalie - Goalie Stats Leaders for Specific Season - Goals Against Average », sur www.nhl.com (consulté le 13 novembre 2010).
  27. a, b, c, d, e, f et g Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 216.
  28. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 164.
  29. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 165.
  30. (en) Brian Hedger, « Wings tie record with 20th straight home win », sur http://www.nhl.com,‎ 12 février 2012 (consulté le 12 février 2012)
  31. (en) Brian Hedger, « Wings beat Stars, set consecutive home win mark », sur www.nhl.com (consulté le 14 février 2012)
  32. Dans Coleman, « Trail of the Stanley Cup, Vol II. », page 98.
  33. a et b Dans Coleman, « Trail of the Stanley Cup, Vol II. », page 99.
  34. Dans Coleman, « Trail of the Stanley Cup, Vol II. », page 128.
  35. a et b Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 152.
  36. (en) « 1930-31 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 13 novembre 2010).
  37. a et b (fr) « Saison 1930-1931 - Description, photos, faits saillant et plus », sur notrehistoire.canadiens.com (consulté le 13 novembre 2010).
  38. Dans McFarlane, « One hundred years of hockey », page 28.
  39. a, b, c, d, e, f et g Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 234.
  40. a, b, c, d, e et f Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 153.
  41. a, b, c, d, e, f, g et h Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 29
  42. (fr) (en) « Le Boston Achète le Fameux Nelson Stewart du Montréal », La presse,‎ 12 juillet 1932, p. 16 (lire en ligne).
  43. (en) « 1932-33 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 13 novembre 2010).
  44. a, b, c, d, e, f, g, h et i Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 215.
  45. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Bailey, Ace -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 13 novembre 2010).
  46. (en) Kevin Shea, « Legends of Hockey - Spotlight - One on One with Ace Bailey », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 14 novembre 2010).
  47. a, b et c Dans Strachan, « Cent ans de hockey », page 34.
  48. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 624.
  49. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Builder -- Patrick, Frank -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 13 novembre 2010).
  50. (en) « 1937-38 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 13 novembre 2010).
  51. a, b et c (en) « Tiny Thompson biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 12 novembre 2010).
  52. (en) « Tiny Thompson career statistics », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 12 novembre 2010)
  53. (en) « NHL Division Standings after Nov 22 in 1938-39 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 12 novembre 2010)
  54. (en) « NHL Division Standings after Mar 19 in 1938-39 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 12 novembre 2010)
  55. (en) « 1938-39 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 novembre 2010).
  56. (en) « "Sudden Death" Mel Hill », sur bruinslegends.blogspot.com (consulté le 11 novembre 2010)
  57. (en) « 1939 Stanley Cup: Boston Bruins », sur www.greatesthockeylegends.com (consulté le 11 novembre 2010)
  58. (en) « 1939-40 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 14 novembre 2010).
  59. (en) « 1940-41 Boston Bruins roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 15 novembre 2010).
  60. (en) « NHL Division Standings after Dec 21 in 1940-41 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 14 novembre 2010).
  61. (en) « NHL Division Standings after Feb 11 in 1940-41 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 14 novembre 2010).
  62. (en) « Stanley Cup Journal », sur www.hhof.com (consulté le 14 novembre 2010).
  63. (en) « 1940-41 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 15 novembre 2010).
  64. (en) Joe Pelletier, « Boston Bruins Legends: Cooney Weiland », sur bruinslegends.blogspot.com (consulté le 20 novembre 2010).
  65. Dans Strachan, « Cent ans de hockey », chapitre 2.
  66. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Brimsek, Frank -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 20 novembre 2010).
  67. (en) « Legends of Hockey -- NHL Player Search -- Player -- Herb Cain », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 16 novembre 2010).
  68. (en) « 1945-46 Boston Bruins roster and statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 décembre 2010)
  69. Dans « Tales from the Boston Bruins », page 62.
  70. Dans « Who's Who in Hockey », page 132.
  71. (en) « Backcheck: a Hockey Retrospective », The Montreal Gazette,‎ 9 mars 1948, p. 10 (lire en ligne)
  72. « Don Calvin Gallinger », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 13 février 2011)
  73. (en) « Gambling and Athletics », sur www.greatesthockeylegends.com (consulté le 11 février 2011)
  74. (en) « Few guides for this tour, 1959 European trip a hazy Bruins memory », sur www.boston.com (consulté le 9 janvier 2011)
  75. (en) « 1959 European tour sparked Hull to stardom », sur www.nhl.com (consulté le 9 janvier 2011)
  76. a et b Dans Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 273.
  77. (en) « 1967 NHL Expansion Draft Picks », sur www.hockeydb.com (consulté le 24 janvier 2011).
  78. (en) « One on One with Milt Schmidt », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 11 décembre 2010)
  79. (en) « 1967-68 National Hockey League », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 décembre 2010)
  80. a, b, c, d, e, f et g Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 156.
  81. (en) « 1968-69 National Hockey League », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 décembre 2010)
  82. (en) « 1968-69 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 décembre 2010)
  83. (en) « Hockey's All-time Classic Lines », sur sportsillustrated.cnn.com (consulté le 11 décembre 2010)
  84. (en) « Ted Joseph Green », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 20 novembre 2010).
  85. (en) « Wayne Maki fractures Ted Green's skull », sur www.cbc.ca (consulté le 20 novembre 2010).
  86. (en) « NHL Division Standings after Oct 25 in 1969-70 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 21 novembre 2010).
  87. (en) « NHL Division Standings after Nov 8 in 1969-70 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 21 novembre 2010).
  88. (en) « NHL Division Standings after Mar 1 in 1969-70 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 21 novembre 2010).
  89. (en) « 1969-70 Chicago Blackhawks (45-22-9) », sur www.shrpsports.com (consulté le 21 novembre 2010).
  90. (en) « Standing 1969-1970 Regular Season », sur www.nhl.com (consulté le 21 novembre 2010).
  91. Dans « The Rangers, the Bruins, and the End of an Era », page 514.
  92. Dans Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 274.
  93. a, b, c, d, e, f, g et h Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 217.
  94. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- 1969-70 Art Ross Trophy Winner -- Orr, Bobby », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 24 janvier 2011).
  95. (en) « 1970-71 National Hockey League », sur www.hockeydb.com (consulté le 5 décembre 2010)
  96. Dans « Boston Bruins: Greatest Moments and Players », page 250.
  97. (en) « 1969-70 Boston Bruins », sur www.hockeydb.com (consulté le 5 décembre 2010)
  98. (en) « 1971-72 Boston Bruins roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 4 décembre 2010).
  99. (en) « No Room At The Top For Me », sur sportsillustrated.cnn.com (consulté le 8 décembre 2010)
  100. (en) « NHL Division Standings after Nov 10 in 1971-72 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 5 décembre 2010)
  101. a et b Dans « Boston Bruins: Greatest Moments and Players », page 253.
  102. (en) « NHL Division Standings after Mar 4 in 1971-72 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 6 décembre 2010)
  103. Dans « Boston Bruins: Greatest Moments and Players », page 254.
  104. Dans « Boston Bruins: Greatest Moments and Players », page 255.
  105. Dans « Boston Bruins: Greatest Moments and Players », page 258.
  106. (en) « 1973-74 NHL League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 16 décembre 2010)
  107. a et b Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 157.
  108. (en) « 1973-74 National Hockey League standings », sur www.hockeydb.com (consulté le 16 décembre 2010)
  109. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 250.
  110. (en) « Phil Esposito Career Statistics », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 16 décembre 2010)
  111. (en) « Bye-bye Boston, Chicago Buys », sur sportsillustrated.cnn.com (consulté le 23 décembre 2010)
  112. (en) « NHL records for most points and fewest losses still held by 1976-77 Habs », sur www.nhl.com (consulté le 9 janvier 2011)
  113. (en) « 1976-77 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 9 janvier 2011)
  114. (en) « This Date in Playoff History: May 21 », sur www.nhl.com (consulté le 9 janvier 2011)
  115. (en) « Flashback Canadiens-Bruins: 1979 », sur canadiens.nhl.com (consulté le 12 janvier 2011)
  116. a, b et c Dans « Boston Bruins: Greatest Moments and Players », page 242.
  117. (en) « 1989-90 NHL Season Summary », sur www.hockey-reference.com (consulté le 22 janvier 2011)
  118. (en) « Boston Cup Party 1990 Stanley Cup Final, Game 5, May 24, 1990. Edmonton 4, Boston 1 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.oilersheritage.com. Consulté le 22 janvier 2011
  119. (en) « 1990-91 Boston Bruins (44-24-12) », sur www.shrpsports.com (consulté le 23 janvier 2011)
  120. (en) « 1991-92 Boston Bruins (36-32-12) », sur www.shrpsports.com (consulté le 23 janvier 2011)
  121. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 233.
  122. (en) « Ray Bourque Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 23 janvier 2011)
  123. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- 1993-94 James Norris Memorial Trophy Winner -- Bourque, Ray », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 février 2011).
  124. (en) « HOCKEY - Sullivan Earns a Tie for Devils », sur www.nytimes.com,‎ 2 février 1997 (consulté le 6 février 2011).
  125. (en) Tarik El-Bashir, « N.H.L. ROUNDUP - LaChance Gets Lost In Shuffle », sur www.nytimes.com,‎ 10 mars 1999 (consulté le 6 février 2011).
  126. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Bourque, Raymond -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 février 2011)
  127. (en) Jason Diamos, « HOCKEY - The Bruins and Bourque Go Their Separate Ways », sur www.nytimes.com,‎ 7 mars 2000 (consulté le 6 février 2011).
  128. (fr) « Hockey sur glace - NHL: Loterie du repêchage », sur www.hockeyhebdo.com (consulté le 17 juin 2011)
  129. (fr) La Presse Canadienne, « Les Oilers auront le premier choix », sur RDS.ca,‎ 13 avril 2010 (consulté le 17 juin 2011)
  130. (en) « http://www.tsn.ca/nhl/story/?id=291601 », sur www.tsn.ca (consulté le 17 juin 2011)
  131. (en) Abigail Seaver, « Bruins NHL Draft Party », sur Boston Bruins,‎ 30 juin 2010 (consulté le 17 juin 2011)
  132. (en) Bruins de Boston, « B's Acquire Horton, Campbell », sur Boston Bruins,‎ 22 juin 2010 (consulté le 17 juin 2011)
  133. (en) « NHL to open '10-11 in Helsinki, Stockholm, Prague », sur www.nhl.com (consulté le 21 janvier 2011).
  134. (en) « Matchs de la saison 2010-2011 pour Tim Thomas », sur NHL.com (consulté le 17 juin 2011)
  135. (en) « Caps let lead slip before battling past Bruins », sur www.nhl.com (consulté le 18 juin 2011)
  136. (en) « Bruins 4, Lightning 3 », sur www.nhl.com (consulté le 18 juin 2011)
  137. (en) « NHL Division Standings after Jan 9 in 2010-11 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 18 juin 2011)
  138. (en) « 2010-2011 Regular Season - Boston Bruins - Statistics », sur Boston Bruins (consulté le 17 juin 2011)
  139. (en) Bruins de Boston, « Bruins Acquire Kelly From Senators », sur Boston Bruins,‎ 15 février 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  140. (en) Bruins de Boston, « B's Acquire Peverley, Valabik from Atlanta », sur Boston Bruins,‎ 18 février 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  141. (en) Bruins de Boston, « Bruins Acquire Kaberle from Toronto », sur Boston Bruins,‎ 18 février 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  142. (en) « Bruins clinch Northeast title on Ryder penalty shot », sur NHL.com,‎ 2 avril 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  143. (en) John Bishop, « Chara is a Norris Finalist », sur Boston Bruins,‎ 25 avril 2011 (consulté le 26 avril 2011).
  144. (en) Shawn P. Roarke, « Bruins beat Habs in double overtime  », sur NHL.com,‎ 23 avril 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  145. (en) Shawn P. Roarke, « Habs edge Bruins 2-1, push series to seven games », sur NHL.com,‎ 27 avril 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  146. (en) Shawn P. Roarke, « Bruins beat Habs 4-3 in OT to win Game 7  », sur NHL.com,‎ 28 avril 2011 (consulté le 29 avril 2011)
  147. (en) Shawn P. Roarke, « Bruins make amends, finish sweep of Flyers », sur NHL.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  148. (en) Shawn P. Roarke, « Bruins hold off Lightning 6-5 to even series », sur NHL.com,‎ 17 mai 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  149. (en) Corey Masisak, « Lightning rally to stun Bruins 5-3 in Game 4 », sur NHL.com,‎ 21 mai 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  150. (en) Shawn P. Roarke, « Bruins win 'perfect' Game 7, advance to Cup Final », sur NHL.com,‎ 27 mai 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  151. (en) John Bishop, « B's Want to Take Advantage of their Opportunity », sur Boston Bruins,‎ 27 mai 2011 (consulté le 28 mai 2011).
  152. (en) Dan Rosen, « Late goal gives Canucks 1-0 win in Game 1 », sur NHL.com,‎ 2 juin 2011 (consulté le 16 juin 2011)
  153. (en) Dave Lozo, « Burrows scores :11 into OT, Canucks lead 2-0 », sur NHL.com,‎ 5 juin 2011 (consulté le 16 juin 2011)
  154. (en) Dan Rosen, « Canucks win Game 5, one win away from Cup », sur NHL.com,‎ 11 juin 2011 (consulté le 16 juin 2011)
  155. (en) Dan Rosen, « Bruins chase Luongo, force Game 7 with 5-2 win  », sur NHL.com,‎ 13 juin 2011 (consulté le 16 juin 2011)
  156. (en) Dan Rosen, « Bruins win Cup by blanking Canucks 4-0  », sur NHL.com,‎ 15 juin 2011 (consulté le 16 juin 2011)
  157. (fr) La Presse Canadienne, « Tim Thomas remporte le Conn Smythe », sur RDS.ca,‎ 15 juin 2011 (consulté le 16 juin 2011)
  158. (en) « 2011 NHL Awards winners », sur www.nhl.com (consulté le 22 juin 2011)
  159. (en) Triple Gold Club sur l'IIHF
  160. a et b (fr) « Rivalité Bruins de Boston-Canadiens de Montréal », sur notrehistoire.canadiens.com (consulté le 31 octobre 2010).
  161. (fr) « Saison 1951-1952 - Description, photos, faits saillant et plus », sur notrehistoire.canadiens.com (consulté le 13 novembre 2010).
  162. (fr) « L'émeute du Forum », sur notrehistoire.canadiens.com (consulté le 13 novembre 2010).
  163. Dans Hornby, « Les grands moments du Hockey », pages 42 et 43.
  164. (fr) « Saison 1970-1971 - Description, photos, faits saillant et plus », sur notrehistoire.canadiens.com (consulté le 14 novembre 2010).
  165. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use in 1925 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  166. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use in 1926 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  167. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use from 1927-1932 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  168. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use from 1933-1934 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  169. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use from 1935-1948 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  170. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use in 1949 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  171. (en) « Bruins, Flyers unveil NHL Winter Classic jerseys », sur www.nhl.com (consulté le 9 novembre 2010).
  172. (en) Norman Dalager, « Boston's nicknames: Beantown, Hub, the Walking City », sur www.boston.com (consulté le 9 novembre 2010).
  173. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use from 1950-1995 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  174. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use from 1996-2007 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  175. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins primary logo in use since 2008 », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  176. (en) Chris Creamer, « Boston Bruins Logos », sur www.sportslogos.net (consulté le 9 novembre 2010).
  177. a et b (en) « NHL.com - Mascot Madness », sur www.nhl.com (consulté le 12 novembre 2010).
  178. (en) Martin Pave, « Coffey's Return is a Boost », Boston Globe,‎ 29 octobre 2000.
  179. (en) Kathy McCabe, « Squirt Gains Edge », Boston Globe,‎ 19 novembre 2000.
  180. (en) « This Bear's Tale - How Blades Became a Bruin », sur bruins.nhl.com (consulté le 12 novembre 2010).
  181. Dans « Fred Cusick: voice of the Bruins », page 66.
  182. Dans « Fred Cusick: voice of the Bruins », page 67.
  183. Dans « Fred Cusick: voice of the Bruins », pages 97 et 98.
  184. (en) « Fred Cusick, longtime voice of the Bruins, dies », sur www.nhl.com (consulté le 28 janvier 2011)
  185. On the Road with the Dropkick Murphys - DVD
  186. (en) « Northeastern Athletics: Matthews Arena turns 100 », sur huntnewsnu.com (consulté le 11 novembre 2010)
  187. (en) Jeff Z. Klein, « The Ice Rink That Changed Boston Hockey », sur www.nytimes.com (consulté le 11 novembre 2010).
  188. (en) Paul Munsey et Cory Suppes, « The Boston Arena/Matthews Arena », sur hockey.ballparks.com (consulté le 11 novembre 2010).
  189. (en) Matt Porter, « The Original Home of the Bruins Approaches 100 », sur bruins.nhl.com (consulté le 11 novembre 2010).
  190. (en) Brian Hart, « Handbook of Texas Online - Rickard, George Lewis », sur www.tshaonline.org (consulté le 11 novembre 2010).
  191. (en) « Mass Moments: Boston Garden Hosts Final Game », sur massmoments.org (consulté le 11 novembre 2010).
  192. (en) Paul Munsey et Cory Suppes, « The Boston Garden », sur hockey.ballparks.com (consulté le 31 octobre 2010).
  193. (en) Paul Munsey et Cory Suppes, « TD Garden », sur www.ballparks.com (consulté le 1er novembre 2010).
  194. (en) Ross Kerber, « Garden will have a new name: TD Garden », sur www.boston.com, The Boston Globe (consulté le 1er novembre 2010).
  195. (en) « History - Season Recap - 1990s », sur www.nba.com (consulté le 1er novembre 2010).
  196. (en) « TD Garden - General information », sur www.tdgarden.com (consulté le 31 octobre 2010).
  197. a et b (en) « Boston Bruins Minor League Affiliate History », sur www.hockeydb.com (consulté le 29 janvier 2011)
  198. (en) « History - Troy Bruins Hockey Team - Troy, Ohio » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.troybruins.com. Consulté le 29 janvier 2011
  199. (en) « Boston Bruins (Boston Professional Hockey Association, Inc) - Boston, Massachusetts (MA) - Company Profil », sur www.manta.com (consulté le 29 janvier 2011)
  200. (en) « #6 Boston Bruins - Forbes.com », sur www.forbes.com (consulté le 29 janvier 2011)
  201. (en) « #7 Boston Bruins - Forbes.com », sur www.forbes.com (consulté le 29 janvier 2011)
  202. (en) « #6 Boston Bruins - Forbes.com », sur www.forbes.com (consulté le 29 janvier 2011)
  203. (en) « #7 Boston Bruins - Forbes.com », sur www.forbes.com (consulté le 29 janvier 2011)
  204. (en) view/20101201forbes_ups_bruins_value_by_11_percent_to_302m/ « Forbes ups Bruins value by 11 percent to 302M », sur www.bostonherald.com (consulté le 29 janvier 2011)
  205. (en) « 2010-2011 NHL Salaries > Boston Bruins », sur www.blackhawkzone.com (consulté le 11 novembre 2010)
  206. a et b (en) « Chara named Captain », sur bruins.nhl.com,‎ 3 octobre 2006 (consulté le 15 novembre 2010).
  207. (en) « Bruins acquire Brad Stuart, Marco Sturm and Wayne Primeau for Joe Thornton », sur bruins.nhl.com (consulté le 15 novembre 2010).
  208. (en) « All Draft Choice - Boston Bruins », sur bruins.nhl.com (consulté le 29 décembre 2010)
  209. (en) « All-time roster for the Boston Bruins of the NHL », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 novembre 2010).
  210. a, b, c, d, e et f Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 31.
  211. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Bourque, Raymond -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 11 novembre 2010).
  212. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Bucyk, John -- Biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 11 novembre 2010).
  213. Dans « Les grands moments du Hockey », pages 68 et 69.
  214. (en) « Boston Bruins seasons », sur www.hockey-reference.com (consulté le 31 octobre 2010).
  215. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 30.
  216. (en) John Bishop, « The Claude Julien Era Has Begun », sur bruins.nhl.com (consulté le 1er novembre 2010).
  217. (en) « Bruins name Ottawa's Chiarelli general manager », sur sports.espn.go.com (consulté le 26 janvier 2011)
  218. (en) « Art Ross biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 26 janvier 2011)
  219. (en) « Lynn Patrick biography », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 26 janvier 2011)
  220. (en) « Hap Emms », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 26 janvier 2011)
  221. (en) « One on One with Milt Schmidt », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 26 janvier 2011)
  222. (en) « One on One with Harry Sinden », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 26 janvier 2011)
  223. (en) « Gorton takes over GM duties on interim basis », sur bruins.nhl.com (consulté le 26 janvier 2011)
  224. (en) « O'Connell out as Bruins GM - Gorton given job in interim; coaches deemed safe, for now », sur www.boston.com (consulté le 26 janvier 2011)
  225. (en) « Cam Neely Named President of the Boston Bruins », sur bruins.nhl.com (consulté le 30 janvier 2011)
  226. a, b et c Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 213.
  227. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Presidents' Trophy Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 7 novembre 2010).
  228. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Prince Of Wales Trophy Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 7 novembre 2010).
  229. a, b et c Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 210.
  230. (en) « Legends of Hockey -- The Legends -- Honoured Player -- Esposito, Phil », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  231. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- 1974-75 Art Ross Trophy Winner -- Orr, Bobby », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  232. a et b (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- 2005-06 Art Ross Trophy Winner -- Thornton, Joe », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  233. a et b Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 212.
  234. a, b et c Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », page 211.
  235. (en) « Legends of Hockey - NHL Trophies - Conn Smythe Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  236. « Bruins' Tim Thomas awarded Conn Smythe trophy », sur www.nhl.com (consulté le 15 juin 2011)
  237. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- 1981-82 Frank J. Selke Trophy Winner -- Kasper, Steve », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  238. (en) « Legends of Hockey - NHL Trophies - Hart Memorial Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  239. (en) « Legends of Hockey - NHL Trophies - Jack Adams Award », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  240. (en) « Legends of Hockey - NHL Trophies - James Norris Memorial Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  241. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- King Clancy Memorial Trophy Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  242. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Lady Byng Memorial Trophy Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 8 novembre 2010).
  243. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Ted Lindsay Award Winners » (consulté le 8 novembre 2010).
  244. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Vezina Trophy Winners » (consulté le 18 septembre 2011).
  245. a, b, c et d (en) « Bruins Week Ahead: 4/3 - 4/9 », sur bruins.nhl.com (consulté le 12 novembre 2010).
  246. a, b et c (en) H. Holland, « Boston Bruins History », sur bruins.nhl.com (consulté le 12 novembre 2010), p. 11.
  247. a, b et c (en) Jimmy Golen, « Bruins beat Sabres, gain 2 points in East race », sur www.boston.com (consulté le 12 novembre 2010).
  248. (en) « Bruins Announce Award Winners », sur bruins.nhl.com,‎ 6 avril 2008 (consulté le 12 novembre 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stan Fischler, Boston Bruins: Greatest Moments and Players, Sports Publishing LLC,‎ 2001, 300 p. (ISBN 978-1582613741)
  • (en) Kerry Keene, Tales from the Boston Bruins, Sports Publishing LLC,‎ 2003, 200 p. (ISBN 978-1582615653)
  • (en) John Nichols, The History of the Boston Bruins, The Creative Company,‎ 2003, 32 p. (ISBN 978-1583412756)
  • (en) Morey Holzman, Joseph Nieforth, Deceptions and doublecross: how the NHL conquered hockey, Dundurn Press Ltd.,‎ 2002, 392 p. (ISBN 978-1550024135)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • Lance Hornby, Les grands moments du Hockey, Modus Vivendy,‎ 2005 (ISBN 2-89523-337-3)
  • Al Strachan, Cent ans de hockey, Hurtubise HMH ltée,‎ 2000 (ISBN 2-89428-439-X)
  • (en) William Brown, The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions, Vehicule Press,‎ 2006 (ISBN 978-1550651287)
  • (en) Brian McFarlane, One hundred years of hockey, Deneau Publishers,‎ 1989 (ISBN 0888792166)
  • (en) Jay Moran, The Rangers, the Bruins, and the End of an Era, AuthorHouse,‎ 2009, 644 p. (ISBN 978-1438989006)
  • (en) Charles L. Coleman, Trail of the Stanley Cup, Vol II., Kendall-Hunt,‎ 1969, 912 p. (ISBN 0480329415)
  • (en) James Duplacey, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998 (ISBN 978-0836271140)
  • (en) Fred Cusick, Fred Cusick: voice of the Bruins, Sports Publishing LLC,‎ 2006, 214 p. (ISBN 978-1582619811)
  • (en) Stan Fischler, Shirley Fischler, Who's Who in Hockey, Andrews McMeel Publishing,‎ 2003, 480 p. (ISBN 978-0740719042)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 13 avril 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.