Hooley Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Reginald Smith

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Smith lors du Match des étoiles
pour Ace Bailey (au centre de la photo)

Surnom(s) Hooley
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 7 janvier 1903,
Toronto (Canada)
Mort le 24 août 1963
Joueur décédé
Position Attaquant
ou défenseur
Tirait de la Droite
A joué pour Sénateurs d'Ottawa (LNH)
Maroons de Montréal (LNH)
Bruins de Boston (LNH)
Americans de New York (LNH)
Carrière pro. 19241941

Temple de la renommée : 1972

Reginald Smith, surnommé Hooley Smith, (né le 7 janvier 1903 et mort le 24 août 1963) est un joueur professionnel de hockey sur glace. Double champion de la Coupe Stanley en 1927 et 1935, il est membre du temple de la renommée du hockey depuis 1972. Il est également un médaillé d'or avec les Granites de Toronto, représentant l'équipe du Canada aux Jeux olympiques de 1924.

Carrière[modifier | modifier le code]

Carrière amateur[modifier | modifier le code]

Natif de Toronto dans l'Ontario au Canada, Smith débute sa carrière en jouant pour les équipes juniors de la ville. Ainsi, après avoir joué pour les Beaches en 1919-20 puis pour le Canoë Club de Parkdale, il rejoint l'équipe des Granites de Toronto en 1921. Il y joue l'équipe junior en 1921-22 puis pour l'équipe senior la saison d'après. L'équipe remporte en 1922 et 1923 la Coupe Allan de la meilleure équipe amateur du Canada[1] et grâce à la seconde victoire, Smith et les Granites sont sélectionnés pour représenter le Canada lors des Jeux olympiques de 1924 à Chamonix en France[2].

Ce tournoi olympique est le premier tournoi de hockey organisé lors des Jeux d'hiver, l'édition précédente s'étant joué lors des Jeux olympiques d'été d'Anvers[3]. Lors de la préparation du tournoi, les Granites jouent une série de matchs hors compétition et au cours des quinze parties disputées, Smith réalise un record de 14 passes décisives[4].

Le tournoi à proprement parler voit la victoire incontestée de l'équipe canadienne qui domine de manière écrasante l'ensemble de ses adversaires : 30-0 contre la Tchécoslovaquie pour le premier match le 28 janvier, 22-0 contre la Suède le lendemain et 33-0 contre la Suisse, le sur-lendemain. L'équipe termine logiquement à la première place de la poule A sans que leur gardien, Jack Cameron, ne prenne le moindre but. Lors des demi-finales, les Granites s'impose 19-2 contre la Grande-Bretagne et ils retrouvent les voisins des États-Unis pour la finale. Smith inscrit un des six buts de son équipe pour la seconde médaille d'or de hockey de l'histoire de son pays aux Jeux, l'unique médaille ramassée par le Canada cette année[5]. Malgré un total de 33 points en 5 matchs, Smith ne termine pas meilleur pointeur du tournoi : il laisse les deux premières places à ses coéquipiers de première ligne : Harry Watson avec ses 46 points — dont 37 buts — et Albert McCaffery qui ne termine qu'un point devant Smith[6]. Au total, l'équipe inscrit 122 buts tout en ne concédant que 3[7]. Elle est composée des joueurs suivants : Jack Cameron, Ernie Collett, Albert McCaffery, Harold McMunn, Duncan Munro, Beattie Ramsay, Cyril Slater, Harry Watson et Smith[8].

Signature d'un contrat professionnel[modifier | modifier le code]

Smith fait assez parler de lui avec notamment un but lors de la finale et une présence physique contre les joueurs américains, qu'à son retour au Canada, il se voit offrir un contrat par les Arenas de Toronto de la Ligue nationale de hockey pour un montant de 2 000 dollars. Smith a déjà des idées bien arrêtées sur sa valeur et demande 9 000 dollars pour trois saisons. Charlie Querrie, président des Arenas, pense alors qu'une liasse de billet de dollars peut suffire à faire changer d'avis Smith mais ce dernier lui répond que si son club à besoin d'argent, ils peuvent vendre Reg Noble ou Jack Adams[9].

Alors que les Maroons et les Canadiens tentent également et infructueusement de lui faire signer un engagement professionnel, il signe le 31 octobre 1924, son premier contrat professionnel avec les Sénateurs d'Ottawa de la LNH, déjà huit fois champions de la Coupe Stanley, trophée ultime du monde du hockey[10].

Avec les Sénateurs[modifier | modifier le code]

Il termine sa première saison dans la LNH à la onzième place du classement des pointeurs avec 23 réalisations[11] mais ce n'est pas suffisant pour jouer les séries éliminatoires de la Coupe Stanley : l'équipe termine à la quatrième place du classement général et seules les trois meilleures franchises sont alors qualifiées[12]. En 1925-26, l'équipe parvient à se qualifier pour les séries en terminant à la première place de la saison régulière avec 24 victoires en 36 matchs. Smith est second pointeur de l'équipe derrière Cy Denneny et à égalité avec Frank Nighbor, tous les trois jouant ensembles sur la même ligne[10]. Les Sénateurs ne parviennent pas à se qualifier pour la finale de la Coupe Stanley contre le champion de l'Association de hockey de la Côte du Pacifique[Note 1]. Ils sont en effet éliminés par l'équipe de leur ancien gardien de but, Clint Benedict, les Maroons de Montréal[10].

La saison 1926-27 est la bonne pour les Sénateurs : ils remportent la première place de la saison régulière dans une ligue où évoluent désormais trois équipes de plus que la saison passée pour un total de dix prétendants au trophée ultime. Cette fois-ci, ils gagnent 30 des 44 parties jouées et décrochent un record de la ligue pour le plus grand nombre de victoires en saison régulière. Smith ne figure plus parmi les meilleurs pointeurs de son équipe, puisqu'il n'inscrit que 15 points mais il figure parmi les joueurs les plus pénalisés de la LNH avec 125 minutes récoltées, troisième meilleur total derrière Nels Stewart et ses 133 minutes[13].

Au cours des séries, l'équipe est d'office qualifiée pour le second tour où elle retrouve les Canadiens de Montréal. Les Canadiens sont écartés en deux matchs pour un total de 5 buts à 1 et les adversaires des Sénateurs pour la finale de la Coupe Stanley sont les Bruins de Boston. La finale est prévue en trois matchs mais les deux équipes faisant match nul à deux reprises, quatre matchs sont finalement nécessaires pour sacrer les Sénateurs. Lors du match de la victoire pour son équipe, Smith attaque et blesse le joueur adverse Harry Oliver. Suite à cet incident, il est suspendu par le Président de la LNH, Frank Calder, pour une durée d'un mois, la punition prenant effet au début de la saison suivante[4].

Avec les Maroons[modifier | modifier le code]

Nels Stewart, coéquipier de Smith pendant de nombreuses saisons.

N'ayant jamais réussi à s'entendre avec ses coéquipiers, Hooley Smith est échangé par les Sénateurs d'Ottawa le 7 octobre 1927 en retour de Harry Broadbent, alors âgé de 35 ans, et de 22 500$, le club des Sénateurs étant alors en difficultés financières[9],[10]. Il termine cette première saison avec les Maroons à la deuxième place des buteurs et des pointeurs de l'équipe derrière Nels Stewart[14].

Seconds de la saison régulière, les Maroons jouent leur quart-de-finale de la série contre l'ancienne équipe de Smith, les Sénateurs. Les Maroons emmenés par l'ancien gardien des Sénateurs, Clint Benedict, passent le premier tour en deux matchs avec seulement un but inscrit par les Sénateurs[15]. Les Maroons passent le tour suivant en battant les Canadiens de Montréal en demi-finale pour accéder à la finale de la Coupe Stanley contre les Rangers de New York. Le premier match tourne à l'avantage des Maroons avec deux buts de Stewart et un blanchissage de Benedict[15] alors que le second match est remporté par les Rangers avec Lester Patrick entraîneur des Rangers qui finit le match dans les buts de son équipe à la place de Lorne Chabot, blessé à l'œil par un lancer de Stewart[16],[17]. Les Maroons remportent un second match lors de la troisième rencontre en réalisant encore une fois un blanchissage et en marquant deux buts à Miller. Les deux derniers matchs de la finale sont remportés par les Rangers sur la marque de 1-0 puis de 2-1, Boucher inscrivant les trois buts de son équipe[18].

La saison suivante est une saison catastrophique pour les Maroons : ils passent du statut de finalistes de la Coupe à celle de derniers de la division canadienne. Avec seulement quinze victoires contre vingt défaites et neuf matchs nuls, les Maroons ne totalisent à l'issue des 44 matchs que 39 points. Ils pointent alors à la huitième place du classement général de la LNH et ils manquent les séries pour la deuxième fois de leur histoire. Smith est quant à lui troisième pointeur de l'équipe avec un total de 19 réalisations, trois points derrière Jimmy Ward et dix derrière Stewart[19].

En 1929-30, Dunc Munro, ancien coéquipier médaillé olympique de Smith, est nommé directeur-général de la franchise et entraîneur de l'équipe[20]. Il décide d'aligner Smith aux côtés de Albert « Babe » Siebert qui jouait en défense la saison précédente en raison d'une pénurie de défenseurs de métier, et de Nels Stewart[21]. Ensemble, ils forment le fameux trio des « S », la S Line[22] et terminent aux trois premières places des pointeurs de l'équipe avec respectivement 55, 33 et 30 points pour Stewart, Siebert et Smith[23]. Smith doit attendre deux saisons de plus pour être mis en avant par la LNH à l'issue de la saison 1931-32 : pour la première fois depuis son arrivée au club, Stewart n'est plus le meilleur pointeur de l'équipe et il glisse même à la cinquième place, Dave Trottier et Smith terminant tous deux avec 44 points soit onze de plus que Stewart[24]. L'équipe perd au second tour des séries contre les Maple Leafs de Toronto 4 buts à 3 en deux matchs. Hooley Smith est mis en avant par la LNH en étant sélectionné au sein de la seconde équipe d'étoiles de la saison, premier joueur de l'histoire des Maroons à être mis en avant par un tel honneur après sa mise en place fin 1931[25].

La saison suivante voit la dissolution de la « S-line » en raison de difficultés financières. Smith assiste alors au départ de Siebert[22] le 2 juillet 1932, pour prendre la direction des Rangers de New York[22] puis dix jours plus tard, c'est au tour de l'autre joueur vedette de l'équipe, Nels « Old Poison » Stewart de quitter le club pour rejoindre celui des Bruins de Boston. Le président des Bruins déclare alors qu'il s'agit d'un des plus gros transfert qu'il n'ait jamais réalisé[26]. Smith prend alors le rôle de capitaine de l'équipe laissé vacant par Stewart[27].

L'attaque des Maroons est alors menée par Baldy Northcott, Smith et Paul Haynes, tous trois meneurs de l'équipe avec un total de 43 points pour Northcott et de 41 pour les deux autres joueurs[28]. Au niveau de la LNH, seuls Bill Cook des Rangers et Harvey « Busher » Jackson des Maple Leafs connaissent une meilleure fiche de saison avec 50 et 44 points[29]. L'équipe termine à la seconde place de la division canadienne quatre points derrière Toronto mais les Maroons sont éliminés en deux matchs par les Red Wings de Détroit[30].

Avec 37 points, Smith continue à mener l'attaque des Maroons pour la saison 1933-34, huitième pointeur de la LNH[31] mais encore une fois les Maroons craquent au second tour des séries. La saison est gâchée par deux accidents graves dont la blessure grave d'Ace Bailey. Le 12 décembre 1933, au cours d'un match entre les Maple Leafs de Toronto et les Bruins de Boston, suite à une première charge de King Clancy des Leafs sur Eddie Shore, celui-ci répond en faisant une mise en échec robuste sur Ace Bailey. La tête de ce dernier frappe violemment la glace et même s'il survit à l'incident, il ne peut plus jamais jouer au hockey. Deux mois plus tard, ce qui est considéré comme le premier Match des étoiles de la LNH est organisé en son honneur et oppose les Maple Leafs de Toronto à une sélection de joueurs des autres équipes[32]. Smith et Ward sont alors appelés pour représenter les Maroons lors du match[33].

En 1934-35, Smith est le second pointeur de l'équipe à égalité avec Herbert Cain et Russ Blinco pour 27 points au total, sept de moins qu'Earl Robinson. Avec seulement 5 buts mais 22 passes, Smith termine meilleur passeur de l'équipe[34].

Fin de carrière en Amérique[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques en club[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ B A PTS PUN PJ B A PTS PUN
1919-20 Beaches de Toronto OHA Jr.[Note 2]
1920-21 Canoë Club de Parkdale OHA Jr. 3 3 0 3
1921-22 Granites de Toronto OHA Jr. 5 1 0 1 1 0 0 0
1922-23 Granites de Toronto OHA Sr.[Note 2] 8 3 3 6   2 1 0 1 2
Coupe Allan 6 1 6 7 12          
1923-24 Granites de Toronto Exhib.[Note 3] 15 10 14 24 5 17 16 33
1924-25 Sénateurs d'Ottawa LNH 30 10 13 23 81
1925-26 Sénateurs d'Ottawa LNH 28 16 9 25 53 2 0 0 0 14
1926-27 Sénateurs d'Ottawa LNH 43 9 6 15 125 6 1 0 1 16
1927-28 Maroons de Montréal LNH 34 14 5 19 72 9 2 1 3 23
1928-29 Maroons de Montréal LNH 41 10 9 19 120
1929-30 Maroons de Montréal LNH 42 21 9 30 83 4 1 1 2 14
1930-31 Maroons de Montréal LNH 39 12 14 26 68
1931-32 Maroons de Montréal LNH 43 11 33 44 49 4 2 1 3 2
1932-33 Maroons de Montréal LNH 48 20 21 41 66 2 2 0 2 2
1933-34 Maroons de Montréal LNH 47 18 19 37 58 4 0 1 1 6
1934-35 Maroons de Montréal LNH 46 5 22 27 41 6 0 0 0 14
1935-36 Maroons de Montréal LNH 47 19 19 38 75 3 0 0 0 2
1936-37 Bruins de Boston LNH 44 8 10 18 36 3 0 0 0 0
1937-38 Americans de New York LNH 47 10 10 20 23 6 0 3 3 0
1938-39 Americans de New York LNH 48 8 11 19 18 2 0 0 0 14
1939-40 Americans de New York LNH 47 7 8 15 41 3 3 1 4 2
1940-41 Americans de New York LNH 41 2 7 9 4
Totaux LNH 715 200 225 425 1 013 54 11 8 19 109

Statistiques internationales[modifier | modifier le code]

Année Équipe Édition PJ B A Pts Pun Résultat
1924 Granites de Toronto, pour le Canada Jeux olympiques de Chamonix 5 17 16 33 4 médaille d'or Médaille d'or

Trophées et honneurs[modifier | modifier le code]

Transactions en carrière[modifier | modifier le code]

Tout au long de sa carrière, Smith a été échangé par des propriétaires ayant un besoin d'argent. La liste de ses mouvements est reprise ci-dessous :

  • 31 octobre 1924 — signe en tant qu'agent libre avec les Sénateurs d'Ottawa.
  • 7 octobre 1927 — échangé aux Maroons de Montréal par les Sénateurs en retour de Harry Broadbent et de 22 500$
  • 26 octobre 1936 — échangé aux Bruins de Boston par les Maroons en retour d'une compensation financière et d'un joueur déterminé par la suite. Finalement, ce joueur sera Gerry Shannon qui fait le trajet inverse en décembre.
  • 5 novembre 1937 — échangé aux Americans de New York par Boston en retour d'une compensation financière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La saison 1925-26 est la dernière saison au cours de laquelle une autre équipe, hors de la LNH, peut prétendre remporter la Coupe Stanley. À partir de la saison suivante, le trophée remplace le trophée Prince de Galles remis au champion de la LNH.
  2. a et b OHA Jr. est le sigle utilisé pour désigner l'association de hockey de l'Ontario au niveau junior — en anglais Ontario Hockey Association junior. OHA Sr. désigne la compétition pour les joueurs seniors, c'est-à-dire âgés de plus de 18 ans.
  3. Les Granites ont joué au cours de la saison 1923-24 une série de matchs amicaux pour préparer les Jeux olympiques de Chamonix.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Liste des anciens vainqueurs de la Coupe Allan sur http://www.allancup.ca.
  2. (en) Historique de la Coupe Allan sur http://www.allancup.ca/.
  3. (fr) CIO, « Historique du hockey sur glace aux Jeux olympiques », sur olympic.org (consulté le 22 mars 2009)
  4. a et b (en) Biographie sur http://www.legendsofhockey.net/.
  5. (fr) Liste des médailles pour le Canada en 1924 sur http://www.olympic.org/.
  6. (fr) Jeux olympiques de 1924 sur http://www.hockeyarchives.info/.
  7. (fr) Anecdotes sur les Jeux de 1924 sur http://www.olympic.org/.
  8. (fr) Composition de l'équipe Canada de 1924 sur http://www.olympic.org/.
  9. a et b Dans Brown, « The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions », page 88.
  10. a, b, c et d (en) Historique des Sénateurs d'Ottawa sur http://sportsecyclopedia.com/.
  11. (en) Liste des meilleurs pointeurs 1924-25 de la LNH sur http://www.nhl.com.
  12. (en) Saison 1924-25 de la LNH sur http://www.hockeydb.com/.
  13. (en) Liste des joueurs les plus pénalisés de la LNH de 1926-27 sur http://www.nhl.com/.
  14. (en) Effectif et statistiques des Maroons en 1927-28 sur http://www.hockeydb.com.
  15. a et b (en) Séries éliminatoires de 1928 de la LNH sur http://www.hockeydb.com/.
  16. Dans Hornby, « Les grands moments du Hockey » page 30.
  17. (en) Article sur les anecdotes de la Coupe Stanley sur http://www.sptimes.com/.
  18. (en) Page sur les Rangers, champions 1928 de la Coupe Stanley, sur http://www.legendsofhockey.net.
  19. (en) Liste des meneurs 1928-29 de la LNH sur http://www.hockeydb.com/.
  20. (en) Biographie de Dunc Munro sur http://www.legendsofhockey.net.
  21. Dans Brown, « The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions », page 112.
  22. a, b et c (en) Biographie de Babe Siebert sur http://www.legendsofhockey.net.
  23. (en) Effectif et statistiques des Maroons 1929-30 sur http://www.hockeydb.com/.
  24. (en) Effectif et statistiques des Maroons 1931-32 sur http://www.hockeydb.com/.
  25. (en) Liste des joueurs sélectionnés dans les équipes des étoiles sur http://www.azhockey.com/.
  26. (fr)-(en) Stewart transféré aux Bruins, article sur http://www.collectionscanada.gc.ca/.
  27. (en) Historique des Maroons de Montréal sur http://www.sportsecyclopedia.com/.
  28. (en) Effectif et statistiques des Maroons 1932-33 sur http://www.hockeydb.com/.
  29. (en) Liste des meneurs 1932-33 de la LNH sur http://www.nhl.com/.
  30. (en) Séries éliminatoires 1933 de la LNH sur http://www.hockeydb.com/.
  31. (en) Effectif et statistiques des Maroons 1933-34 sur http://www.hockeydb.com/.
  32. Dans Strachan, « Cent ans de hockey », page 35-36.
  33. Dans Podnieks, « The NHL All-Star Game: 50 years of the great tradition », page 5 à 10.
  34. (en) Effectif et statistiques 1934-35 des Maroons sur http://www.hockeydb.com/.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • (en) William Brown, The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions, Vehicule Press,‎ 2006 (ISBN 978-1550651287)
  • Lance Hornby, Les grands moments du Hockey, Modus Vivendy,‎ 2005 (ISBN 2-89523-337-3)
  • Al Strachan, Cent ans de hockey, Hurtubise HMH ltée,‎ 2000 (ISBN 2-89428-439-X)
  • Andrew Podnieks, The NHL All-Star Game: 50 years of the great tradition, HarperCollins,‎ 2000 (ISBN 000200058X)