Blues de Saint-Louis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir St Louis Blues.

Blues de Saint-Louis

alt=Description de l'image Logo Blues Saint-Louis.svg.
Fondé en 1967
Siège Flag of St. Louis, Missouri.svg Saint-Louis,
Missouri Missouri,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Patinoire (aréna) Scottrade Center
(19 250 places)
Couleurs Bleu royal, bleu foncé, or, blanc
                       
Ligue Ligue nationale de hockey
Association Association de l'Ouest
Division Division Centrale
Capitaine David Backes
Capitaines adjoints Barret Jackman
Alex Pietrangelo
Alexander Steen
T.J. Oshie
Entraîneur-chef Ken Hitchcock
Entraîneur(s) associé(s) Brad Shaw
Ray Bennett
Kirk Muller
Jim Corsi
Directeur général Doug Armstrong
Propriétaire Tom Stillman
Équipe(s) affiliée(s) Wolves de Chicago (LAH)
Aces de l'Alaska (ECHL)
Site web http://blues.nhl.com/

Les Blues de Saint-Louis sont une équipe professionnelle de la Ligue nationale de hockey situé à Saint-Louis dans le Missouri aux États-Unis.

Historique[modifier | modifier le code]

Entrée dans la LNH : 1967
Aréna : Scottrade Center, connu auparavant sous le nom de Kiel Center, puis Savvis Center
Couleurs de l'uniforme : Bleu, blanc et or
Logo : Une note musicale à ailes avec des lignes partant vers la droite
Mascotte : Louie[1]
Participations aux finales de la Coupe Stanley 3 : 1968 (perdants), 1969 (perdants), 1970 (perdants)

Histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

Les débuts (1967-1970)[modifier | modifier le code]

Les Blues furent l'une des six équipes ajoutées à la LNH lors de l'expansion de 1967, avec les North Stars du Minnesota, les Kings de Los Angeles, les Flyers de Philadelphie, les Penguins de Pittsburgh et les Seals de Californie, la ligue voyait alors par ses ajouts son nombre d'équipes doublé. Les Blues sont la seule équipe de cette expansion à ne pas avoir remporté la Coupe Stanley, les Flyers de Philadelphie l'ont gagnée en 1974 et 1975, les Penguins de Pittsburgh en 1991, 1992 et 2009, les Seals de Californie/North Stars du Minnesota, qui ont fusionné, l'ont gagnée en 1999 sous le nom de Stars de Dallas et les Kings de Los Angeles qui sont les derniers champions en 2012.

Scotty Bowman, entraîneur des Blues
de 1967 à 71.

Saint-Louis fut la dernière des équipes d'expansion à entrer officiellement dans la ligue. Ils ont été choisis devant la ville de Baltimore sur l'insistance des Blackhawks de Chicago (propriété de l'influente famille Wirtz de Chicago), qui voulaient laisser la vétuste St. Louis Arena, qu'ils possédaient également, à une nouvelle franchise. Les premiers propriétaires de l'équipe étaient les hommes d'affaires Sid Salomon Jr, son fils Salomon III et Robert L. Wolfson qui se sont vu accorder la franchise en 1966. Sid Salomon III réussit à convaincre son père, d'abord réticent, de faire une offre pour l'équipe. Salomon dépense alors plusieurs millions de dollars pour améliorer l'aréna de de Saint-Louis âgé de 38 ans, celle-ci n'était plus aux normes de la LNH depuis les années 1940. Le soir d'inauguration, l'arène comptait 15 000 places, soit 3 000 de plus qu'au début de l'année 1967. Elle n'a jamais cessé d'être restaurée, et atteignait presque 20 000 places lorsque les Blues l'ont quittée en 1994.

Les Blues, entraînés au début par Lynn Patrick et ensuite par Scotty Bowman, se sont révélés de classe dans la faible division Ouest. La formule des séries garantissait alors à une équipe d'expansion de faire partie de la finale de la Coupe Stanley, ainsi les Blues ont joué pour lors de la finale à chacune de leurs trois premières saisons, bien qu'ils ne remportèrent qu'une seule partie au cours de ses trois séries, perdant face aux Bruins de Boston en 1970 et aux Canadiens de Montréal en 1968 et 1969.

Parmi les premiers joueurs dominants des Blues figurait Doug Harvey, Don McKenney et Dickie Moore. Le tandem de gardiens vétérans Glenn Hall et Jacques Plante prouvent leur endurance en remportant le trophée Vézina en 1969, derrière une défense comptant l'attaquant défensif Jim Roberts ainsi que les frères Bob et Barclay Plager à la ligne bleue. En provenance des Rangers de New York, Gordon Berenson devient la première étoile des Blues au centre. Phil Goyette, autre ancien des Rangers remporta à Saint-Louis le trophée Lady Byng en 1970. Dès leurs débuts, les Blues virent leur aréna remplie à pleine capacité, et celle-ci est devenue un des bâtiments les plus bruyants de la LNH. De plus, la liste d'attente pour les billets de saison a plus tard rivalisé avec celle des Packers de Green Bay de la Ligue nationale de football.

Pendant ce temps, Salomon a gagné dans la ligue une réputation de propriétaire près de ses joueurs, leur donnant des voitures et signant des contrats différés en plus de payer des voyages à ces derniers en Floride. Des joueurs comme Plante, Hall et Harvey n'étaient pas habitués à être traités comme des rois, et ont senti que le seul moyen de remercier Salomon était de tout donner sur la glace chaque soir.

Les difficultés des Blues (1970-77)[modifier | modifier le code]

Les années 1970 furent moins bonnes pour les Blues. Le déséquilibre des divisions a mené la ligue à transférer les Black Hawks de Chicago dans la division Ouest en 1970-71 afin d'avoir sept équipes dans chacune des divisions. La ligue introduit également un format de séries qui eut pour conséquence d'exclure les équipes d'expansion des trois finales suivantes.

Gordon « Red » Berenson fut membre des Blues durant treize saisons en tant que joueur puis entraîneur.

En 1971, après une dispute avec Sid Salomon III qui a commencé à tenir un rôle plus important dans l'équipe, l'entraîneur Scotty Bowman quitte pour les Canadiens de Montréal. Les vétérans tels Hall, Plante et Goyette prirent leur retraite ou furent échangés, tout comme Berenson, qui passa aux mains des Red Wings de Détroit en retour de Garry Unger. Au cours de son séjour avec les Blues, Unger marqua trente buts ou plus au cours de huit saisons consécutives et battit le record de la LNH du plus grand nombre de parties consécutives jouées. Cependant, outre Unger et les frères Plager en défensive, l'équipe manquait de profondeur, et la division Ouest est bientôt dominée par les Black Hawks et les Flyers de Philadelphie. Saint-Louis rate les séries éliminatoires pour la première fois en 1974.

Un nouveau réalignement des divisions place l'équipe dans la division Smythe l'année suivante et l'équipe connait par la suite des bonnes saisons avec l'attaquant Chuck Lefley ainsi que le retour de Berenson, mais la division Smythe étant dans l'ensemble si faible qu'elle devient synonyme de médiocrité – les Blues ont gagné le titre de la division en 1977 alors qu'ils ont terminé avec 5 parties sous la barre des 50 % – et Saint-Louis manque les séries lors de deux saisons suivantes.

Au cours de cette période, la franchise connait de sérieux problèmes financièrement. Ceci étant en partie dû aux pressions de l'Association mondiale de hockey, mais principalement aux décisions financières prises par les Salomon lorsqu'ils ont obtenu la franchise. Les contrats différés sont arrivés à échéance au moment où les performances des Blues commencèrent à fléchir. Les Salomon songèrent sérieusement à la faillite et afin d'éviter ceci, ils effectuèrent des coupures majeures au sein du personnel de l'équipe, réduisant celui-ci à seulement trois employés. L'un de ces employés fut Emile Francis, qui servit de président, de directeur général ainsi que d'entraîneur pour l'organisation. De plus, Francis était appelé occasionnellement pour entretenir l'aréna.

L’ère Purina (1977-86)[modifier | modifier le code]

En 1977, les Salomon trouvèrent finalement un acheteur pour les Blues en la personne du géant de la nourriture pour animaux Ralston Purina qui renomma l'Arena en « Checkerdome ». Robert L. Wolfson aida à monter le transfert pour Purina, ce qui permit de garder les Blues à Saint-Louis.

Après avoir connu une saison de seulement 18 victoires, ce qui constitue toujours la pire saison dans l'histoire de la franchise, les Blues se qualifient pour les séries en 1980, la première de 25 participations consécutives. En 1981, l'équipe termine deuxième de la ligue au cours de la saison régulière, avec Berenson devenu l'entraîneur de l'équipe et les jeunes prometteurs, notamment le marqueur de 54 buts Wayne Babych, le futur membre du Temple de la renommée Bernie Federko qui mènera l'équipe pour les buts, l'inspirant capitaine Brian Sutter et le gardien de but Mike Liut. Les Blues n'eurent pas la même chance lors des séries éliminatoires, s'inclinant au bout de six parties face aux Rangers de New York lors de la deuxième ronde.

Les Blues ont glissé silencieusement sous la barre des 50 % de victoire, mais ils ont quand même participé aux séries en 1982 et 1983. Purina perdit environ 1,8 million de dollars par année pendant sa possession des Blues, mais il a pris les pertes avec philosophie, ayant repris le club pour des raisons de responsabilité civique.

Repêché par les Blues en 1984, Cliff Ronning disputa avec eux les cinq premières de ses 18 saisons dans la LNH.

En 1983, le président de toujours de la compagnie Purina, R. Hal Dean, prit sa retraite. Son successeur voulut se recentrer sur les activités de nourriture pour animaux, et n'était pas intéressé par le hockey, il mit alors les Blues en vente. La compagnie abandonna dès lors l'équipe et insoucieuse de l'avenir du club, il n'envoya aucun représentant de l'équipe à l'occasion du repêchage de 1983, les blues furent alors dépocédé de tout leur choix de repêchage. Purina trouva finalement un acheteur, soit un groupe d'investisseurs menés par le fondateur de l'Association mondiale de hockey et des Oilers d'Edmonton, Bill Hunter. Ce dernier a alors fait des projets pour déménager l'équipe à Saskatoon, dans la province canadienne de la Saskatchewan. Cependant, la LNH ne voulant pas perdre un marché aussi grand que Saint-Louis refusa le transfère. Hunter fit alors fermer le Checkerdome et livra l'équipe à la ligue. L'équipe était destinée à la dissolution en juillet quand Harry Ornest, un homme d'affaires basé à Los Angeles est arrivé pour sauver la franchise au dernier moment. Dès l'acquisition de l'équipe et de leur aréna, Ornest reprit le nom de St. Louis Arena afin de faire oublier la mésaventure Purina.

Bien qu'ayant un budget serré, l'équipe sut rebondir presque instantanément. Doug Gilmour, qui fut repêché par Saint-Louis en 1982, émerge alors comme étant un joueur vedette. Bien que l'équipe resta compétitive, les Blues étaient incapables de garder tous leurs jeunes joueurs. Plusieurs jeunes joueurs issus de l'organisation des Blues rejoignirent les rangs des Flames de Calgary, grâce au directeur-général des Flames, Al MacNeil. En fait, plusieurs jeunes étoiles des Blues, telles que Rob Ramage et Gilmour, étaient les rouages principaux des Flames en 1989 quand ceux-ci remportèrent la coupe Stanley. À Saint-Louis, Sutter et Federko étaient probablement les seuls intouchables. En 1986, ils atteignirent la demi-finale de la ligue contre les Flames. Le but en prolongation de Doug Wickenheiser dans la 6e partie pour couronner une remontée furieuse reste un des plus grands moments dans l'histoire de l'équipe, Saint-Louis s'inclina cependant lors de la septième partie par la marque de deux à un. Au terme de cette saison, Ornest vendit l'équipe à un groupe mené par l'homme d'affaires de Saint-Louis Michael Shanahan.

En route vers le nouvel arena (1987-96)[modifier | modifier le code]

Brett Hull, deuxième meilleur pointeur de l'histoire de l'équipe, fut intronisé au Temple de la renommée en 2009.

Les Blues restèrent une équipe compétitive à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Le directeur-général Ron Caron, l'un des plus astucieux de la ligue, fit l'acquisition de joueur dominant tel Brett Hull, Adam Oates, Curtis Joseph, Brendan Shanahan et Al MacInnis. Bien qu'ils furent un concurrent sérieux pendant cette période, les Blues n'ont atteint la finale de conférence qu'une seule fois, soit en 1986. Les succès de l'équipe furent toutefois suffisants pour qu'un consortium de 19 compagnies achète l'équipe. Ils ont aussi fourni le capital pour construire le Kiel Center, aujourd'hui connu sous le nom de Scottrade Center, qui a ouvert en 1994.

Fils du célèbre « Golden Jet » Bobby Hull, le « Golden Brett » est resté une des plus grandes vedettes de la ligue et un sensationnel marqueur, récoltant 86 buts en 1990-91 – troisième derrière seulement Wayne Gretzky (qui a brièvement joué avec les Blues de Saint-Louis en 1996) dans l'histoire de la LNH au chapitre des buts inscrit en une saison. Gretzky a récolté 92 buts en 1981-82 et 87 buts en 1982-83. Seul la merveille a trouvé le filet plus souvent que Hull sur trois saisons données. Les Blues étaient la seconde meilleure équipe dans la saison régulière en 1990-91, mais la défaite en deuxième ronde face aux North Stars du Minnesota fut révélatrice de leurs difficultés en séries, qui ont continué tout au long de la décennie, conduisant à l'embauche d'un nouvel entraîneur, Mike Keenan.

Du trophée des présidents à la cave (1997-2006)[modifier | modifier le code]

« Iron Mike » Keenan est engagé comme directeur-général et entraîneur-chef avant la saison 1994-95, celle-ci fut écourté en raison d'une grève. Keenan était présenté comme « l'entraîneur des séries » qui pouvait résoudre les problèmes des Blues en séries éliminatoires. Dès son arrivée avec l'équipe, il institua des changements majeurs, dont des échanges qui envoyèrent les joueurs favoris des partisans Brendan Shanahan et Curtis Joseph sous d'autres cieux, il fit également l'acquisition du légendaire mais vieillissant Wayne Gretzky qui ne joua que quelques rencontres pour le club, ainsi que le gardien Grant Fuhr, les deux joueurs provenant de l'effondrement des Kings de Los Angeles. En dépit de tout ce qu'il était censé accomplir, ses séries avec Saint-Louis se résument à une élimination au premier tour en 1995 et une au deuxième en 1996. Ni les partisans ni les propriétaires de l'équipe n'aimaient Keenan ou ce qu'il faisait, et il a été renvoyé le 19 décembre 1996. Caron fut alors réintégré comme directeur-général provisoire pour le reste de la saison puis, le 9 juin 1997, les Blues embauchèrent à ce poste Larry Pleau. Mais cela n'a pas empêché le joueur étoile Brett Hull, qui avait enduré une dispute interminable avec Keenan, de partir pour les Stars de Dallas en 1998, avec qui il remporte la coupe Stanley l'année suivante.

Chris Pronger, capitaine de l'équipe de 1997 à 2003.

Le défenseur Chris Pronger, acquis des Whalers de Hartford en 1995 contre Shanahan, les attaquants Pavol Demitra, Pierre Turgeon, ainsi que le défenseur Al MacInnis et le gardien Roman Turek ont permis aux Blues de rester un concurrent sérieux. En 1999-2000, ils ont la meilleure fiche de la LNH pendant la saison régulière et remportent le trophée des présidents, mais furent éliminé au bout de sept rencontres par les Sharks de San José lors de la première ronde des séries. En 2001, les Blues se qualifient pour la finale de l'association de l'Ouest avant de s'incliner en cinq parties face au futur champion, l'Avalanche du Colorado.

Malgré les années de médiocrité et le stigmate de ne jamais « passer à l'étape suivante », les Blues ont eu une présence en séries chaque année de 1980 à 2004, soit la seconde plus longue séquence active dans les sports professionnels nord-américains à l'époque. Avec un épuisement de talent au cours des années qui suivirent et une situation de propriétaire instable, les Blues terminèrent la saison 2005-06 avec leur pire fiche en 27 ans. Ils manque alors les séries pour la quatrième fois seulement de leur histoire. Aussi, pour la première fois dans l'histoire du club, le soutien normalement excellent des spectateurs de Saint-Louis a commencé à disparaître, avec des affluences d'environ 12 000 spectateurs, ce qui est loin de la normale, soit environ 18 000 personnes dans une arena de 19 500 places.

L'héritier de la compagnie Wal-Mart, Bill Laurie, achete les Blues en 1998, mais le 17 juin 2005, il annonce qu'il vend l'équipe, après les années de mauvais choix de personnels par son directeur général Larry Pleau et de ce que beaucoup voient comme une négligence de l'équipe de la part de Laurie, ancien joueur de basket-ball, qui voulait avoir une équipe de la NBA qu'il n'a jamais reçue. Le 29 septembre 2005, il est annoncé que Laurie avait signé un accord pour vendre les Blues à Dave Checketts. Le 14 novembre 2005, l'équipe annonce que le groupe de Checketts, Sports Capital Partners, se retire des négociations pour l'achat de la franchise.

Le 27 décembre 2005, les Blues signe une lettre d'intention pour négocier exclusivement avec General Sports and Entertainment, LLC. Cependant, après la période d'exclusivité, Checketts revient dans la course. Finalement, c'est le 24 mars 2006 que les Laurie achevent la vente des Blues et du bail du Savvis Center à Checketts, Sports Capital Partners (SCP) et TowerBrook Capital Partners, L.P. Checketts nomme aussitôt John Davidson en tant que président de l'équipe, plaçant alors Pleau à un rôle de consultant. L'ancien gardien de but des Rangers de New York fait rapidement quelques transferts, engageant à titre d'agent libre les vétérans Jay McKee, Bill Guerin et Manny Legacé, et ramenant Doug Weight à Saint-Louis après une courte mais productive halte avec les Hurricanes de la Caroline. Davidson tente alors par ses ajouts de construire une base forte de joueurs américains au sein de l'organisation.

Saison de reconstruction : aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Suivant la décevante saison 2005-06, qui a vu les Blues avoir la pire fiche de la LNH, la nouvelle direction de l'équipe souligna que le but de l'équipe était d'avoir une équipe compétitive pour la Coupe Stanley dans les prochaines années, mais rappela aussi aux partisans que cette année serait fixée sur la reconstruction de la franchise. Au début de la saison 2006-07, les Blues semblent compétitifs dans la Division Centrale. Cependant, les blessures nuisirent à leur performance; leurs trois premiers défenseurs, Barret Jackman, Christian Bäckman et Jay McKee, furent incommodés par des blessures au début de la saison et de plus, l'équipe ne possède pas de vrai buteur. La foule de 17 500 personnes présentes pour la partie d'ouverture au Scottrade Center qui fut remporté par les Blues face aux Bruins de Boston est un fait notable puisque les Cardinals recevaient les Mets de New York au stade Busch au même moment, et c'est un signe que le hockey est de retour dans « la ville du baseball ». Cependant, l'équipe sombre rapidement, comme le montre leur défaite de 5 à 1 face aux Red Wings de Détroit, le soir ou l'équipe a retiré le chandail de Brett Hull devant une salle comble.

Keith Tkachuk disputa neuf saisons pour les Blues, amassant 427 points en saison régulière.

Le soutien des partisans était lent pendant la première moitié de la campagne 2006-07, et ce pour deux raisons : les Cardinals de Saint-Louis remportent les Séries mondiales et détournent l'attention loin des Blues, et leur faible jeu du début de saison a comme résultat une absence des partisans pour acheter des billets comme cadeau de Noël. L'année civile se termine par une série de 11 défaites consécutives. Beaucoup de partisans du hockey et d'experts ont spéculé que le meilleur cadeau de Noël que Checketts et Davidson pourraient faire aux Blues serait de renvoyer l'entraîneur en chef Mike Kitchen, dans l'espoir qu'un nouvel entraîneur pourrait aider l'équipe à renouer avec le succès. Le 11 décembre 2006, les Blues annoncent le congédiement de Kitchen qui est remplacé par l'ancien entraîneur-chef des Kings de Los Angeles Andy Murray. Après avoir perdu des parties importantes, les Blues ont commencé au milieu de décembre à prendre une nouvelle direction.

Murray a fait des choses pour secouer ses forces en changeant les trios de même qu'en encourageant les défenseurs offensifs, comme Dennis Wideman, Eric Brewer et Christian Bäckman à jouer plus souvent dans la zone offensive, et ceci fonctionna. Le 4 janvier 2007, les Blues avaient une fiche de sept victoires et trois défaites dans leurs dix dernières parties, soit la meilleure fiche de la LNH. Les Blues ont aussi égalé grâce à Murray le record de la LNH concernant le plus grand nombre de parties sans avoir concédé de but dans la première période alors à douze rencontres. Certaines pièces du succès des Blues sont attribuables au niveau de jeu remarquable des jeunes espoirs qui furent rappelés du club-école des Blues, les Rivermen de Peoria, dans la Ligue américaine de hockey, notamment David Backes et Lee Stempniak. Le bon jeu de Bill Guerin et Manny Legace contribua également à ces succès.

Après que les Blues eurent battu les Sharks de San José 1 à 0 le 20 janvier 2007, les Blues ont affiché une fiche de 12 victoires depuis le 19 décembre. Cette fiche était la meilleure de la LNH, et les a ramenés à huit points de la 8e place qui donne droit au dernier ticket pour les séries dans l'Association de l'Ouest.

Le changement dans la direction a été principalement réussi, avec la fiche des Blues à 17-7-3 du 19 décembre au 16 février. Saint-Louis gagna face aux meilleures équipes durant cette période, y compris les Stars de Dallas, les Ducks d'Anaheim, les Red Wings de Détroit, les Sharks de San José, les Predators de Nashville, les Sabres de Buffalo, les Devils du New Jersey et des Penguins de Pittsburgh. De plus, les Blues ont enregistré six victoires par jeu blanc pendant ces deux mois, ce qui témoigne du bon jeu du gardien Manny Legace. Le nombre de supporters des Blues en grandit en raison de Murray qui était à 8 points des séries, après avoir passé une bonne partie de la saison dans la cave de la ligue. La direction a fait beaucoup de promotions, notamment les cérémonies du 40e anniversaire des Blues, et, l'équipe jouant bien, les spectateurs sont revenus en nombre et atteignirent une moyenne de 15 000 personnes par rencontre.

Le 24 février 2007, les Blues prolongent le contrat du défenseur Eric Brewer pour quatre nouvelles saisons. Ils font également signer leur gardien numéro un Manny Legace pour une extension de deux saisons. Juste avant la date limite des échanges en 2007, les Blues échange Bill Guerin aux Sharks de San José, Keith Tkachuk aux Thrashers d'Atlanta et Dennis Wideman aux Bruins de Boston contre un assortiment d'espoirs et de choix de premières ronde en 2007 et 2008.

David Perron, un des meilleurs espoirs de l'organisation.

Après avoir vu revenir dans leur rangs Tkachuk à l'été précédent alors qu'il était agent libre, l'organisation voit lors de la saison suivante l'attaquant Brad Boyes, acquis des Bruins en retour de Wideman, devenir le joueur des Blues inscrivant le plus rapidement 40 buts en saison régulière depuis Brett Hull. Ayant perdu leur capitaine Dallas Drake qui préféra quitter pour Détroit au cours de l'été, les Blues disputèrent la première moitié de la saison sans capitaine, puis offrirent le poste au défenseur Eric Brewer le 8 février 2008.

Ayant manqué les séries éliminatoires au cours des cinq saisons précédentes, les Blues reviennent en force lors de la saison 2008-09 notamment grâce à l'arrivée des vétérans Paul Kariya et Andy McDonald ainsi que de l'émergence des jeunes David Perron, Erik Johnson et Chris Mason. Cependant les réjouissance sont de courte durée, puisque l'équipe s'incline en quatre rencontres face aux Canucks de Vancouver lors du premier tour.

Le 2 janvier 2010, après avoir connu un autre mauvais début de saison, les Blues décident de congédier l'entraîneur Murray. Ce changement ne suffit cependant pas à l'équipe pour participer aux séries de fin de saison et les Blues sont exclus à nouveau. Au terme de la saison, l'organisation annonce l'embauche de Davis Payne à titre de nouvel entraîneur de l'équipe[2].

Le 17 juin 2010, les Blues font l'acquisition du gardien Jaroslav Halák en échangeant Lars Eller et Ian Schultz aux Canadiens de Montréal. Les Blues espèrent qu'Halak, qui a surpris les experts avec sa brillante saison en 2009-2010 à Montréal, sera un nouveau souffle à l'équipe pour se relancer en répétant ses succès de sa dernière saison à Montréal avec les Blues pour les prochaines saisons.

Les joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif
No Nom Nat. Position Arrivée Salaire
1 Elliott, BrianBrian Elliott Drapeau : Canada G 2011 - Avalanche du Colorado 2 500 000 $
34 Allen, JakeJake Allen Drapeau : Canada G 2008 - Repêchage 800 000 $
4 Gunnarsson, CarlCarl Gunnarsson Drapeau : Suède D 2014 - Maple Leafs de Toronto 2 950 000 $
5 Jackman, BarretBarret JackmanA Drapeau : Canada D 1999 - Repêchage 3 166 667 $
19 Bouwmeester, JayJay Bouwmeester Drapeau : Canada D 2013 - Flames de Calgary 5 400 000 $
22 Shattenkirk, KevinKevin Shattenkirk Drapeau : États-Unis D 2011 - Avalanche du Colorado 4 250 000 $
25 Butler, ChrisChris Butler Drapeau : États-Unis D 2014 - Agent libre 650 000 $
27 Pietrangelo, AlexAlex PietrangeloA Drapeau : Canada D 2008 - Repêchage 6 500 000 $
28 Cole, IanIan Cole Drapeau : États-Unis D 2007 - Repêchage 825 000 $
33 Leopold, JordanJordan Leopold Drapeau : États-Unis D 2013 - Sabres de Buffalo 2 250 000 $
9 Ott, SteveSteve Ott Drapeau : Canada C 2014 - Sabres de Buffalo 2 600 000 $
10 Lindstrom, JoakimJoakim Lindstrom Drapeau : Suède C 2014 - Agent libre 700 000 $
Mueller, PeterPeter Mueller Drapeau : États-Unis C 2014 - Agent libre 700 000 $
12 Lehterä, JoriJori Lehterä Drapeau : Finlande C 2008 - Repêchage 2 750 000 $
17 Schwartz, JadenJaden Schwartz Drapeau : Canada AG 2010 - Repêchage 1 166 667 $
20 Steen, AlexanderAlexander SteenA Drapeau : Suède C 2008 - Maple Leafs de Toronto 5 800 000 $
21 Berglund, PatrikPatrik Berglund Drapeau : Suède C 2006 - Repêchage 3 700 000 $
26 Stastny, PaulPaul Stastny Drapeau : États-Unis C 2014 - Agent libre 7 000 000 $
32 Porter, ChrisChris Porter Drapeau : Canada AG 2007 - Agent libre 675 000 $
40 Lapierre, MaximMaxim Lapierre Drapeau : Canada C 2013 - Canucks de Vancouver 1 100 000 $
42 Backes, DavidDavid BackesC Drapeau : États-Unis C 2003 - Repêchage 4 500 000 $
56 Paajarvi, MagnusMagnus Paajarvi Drapeau : Suède AG 2013 - Oilers d'Edmonton 1 200 000 $
74 Oshie, T.J.T.J. Oshie Drapeau : États-Unis C 2005 - Repêchage 4 175 000 $
75 Reaves, RyanRyan Reaves Drapeau : Canada AD 2005 - Repêchage 1 125 000 $
91 Tarasenko, VladimirVladimir Tarasenko Drapeau : Russie AD 2010 - Repêchage 900 000 $
Colaiacovo, CarloCarlo Colaiacovo Drapeau : Canada D 2013 - Agent libre 750 000 $

Au temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Cette section dénote les membres de l'organisation qui ont été intronisé au temple de la renommée suite à leur carrière.

Année Nom saison avec l'équipe fonction
1969 Sid Abel 1971 - 1972 Joueur
1973 Doug Harvey 1967 à 1969 Joueur
1974 Dickie Moore 1967 - 1968 Joueur
1975 Glenn Hall 1967 à 1971 Joueur
1978 Jacques Plante 1968 à 1970 Joueur
1980 Lynn Patrick 1967 à 1976 Joueur
1982 Emile Francis 1975 à 1979 bâtisseur
1986 Leo Boivin 1975 à 1978 Joueur
1991 Scotty Bowman 1967 à 1971 bâtisseur
1996 Al Arbour 1967 à 1973 bâtisseur
1998 Peter Šťastný 1993 à 1995 Joueur
1999 Wayne Gretzky 1995 - 1996 Joueur
2000 Joe Mullen 1979 à 1986 Joueur
2001 Dale Hawerchuk 1995 - 1996 Joueur
2002 Bernie Federko 1976 à 1989 Joueur
2003 Grant Fuhr 1995 à 1999 Joueur
2007 Scott Stevens 1990 - 1991 Joueur
Al MacInnis[3] 1994 à 2004 Joueur
2008 Glenn Anderson 1994 à 1996 Joueur
2009 Brett Hull 1987 à 1998 Joueur

Capitaines[modifier | modifier le code]

Cette section dénote tous les joueurs ayant porté le titre de capitaine depuis la création de la franchise.

Capitaines des Blues
Période Nom
1967 à 1970 Al Arbour
1970 - 1971 Gordon Berenson
Barclay Plager
1971 à 1976 Barclay Plager
1976 - 1977 Aucun capitaine
1977 - 1978 Gordon Berenson
1978 - 1979 Barry Gibbs
1979 à 1988 Brian Sutter
1988 - 1989 Bernie Federko
1989 - 1990 Rick Meagher
1990 - 1991 Scott Stevens
1991 - 1992 Garth Butcher
1992 à 1995 Brett Hull
1995 - 1996 Brett Hull
Shayne Corson
Wayne Gretzky
1996 - 1997 Aucun capitaine
1997 à 2002 Chris Pronger
2002 - 2003 Chris Pronger
Al MacInnis
2003 à 2005 Al MacInnis
2005 à 2007 Dallas Drake
2007 - 2008 Aucun capitaine
2008 à 2011 Eric Brewer
Depuis 2011 David Backes

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Dans la Ligue nationale de hockey, les joueurs peuvent être honorés de plusieurs manières, l'une d'entre elles étant interne à l'équipe. Ainsi, il est de tradition, d'honorer un ancien joueur de l'effectif en décidant de retirer son numéro. Aucun autre joueur ne pourra alors porter le numéro en question et une réplique de son maillot sera alors accrochée au plafond de la patinoire.

En 1999, la LNH a également décidé de retirer le numéro 99 de Wayne Gretzky pour toutes les franchises de la ligue, en raison de l'impact qu'il aura eu sur le monde du hockey.

Voici la liste des joueurs des Blues dont le maillot a été retiré[4] :

Al MacInnis; maillot retiré le 9 avril 2006.
2
Bob Gassoff; maillot retiré le 1er octobre 1977.
3
Barclay Plager; maillot retiré le 24 mars 1981.
8
Brian Sutter; maillot retiré le 30 décembre 1988.
11
Brett Hull; maillot retiré le 5 décembre 2006.
16
Bernie Federko; maillot retiré le 16 mars 1991.
24
Wayne Gretzky; maillot retiré par la LNH avant le début de la saison 1999-2000.
99

Numéros honorés[modifier | modifier le code]

Certains numéros ne sont pas retirés par l'équipe mais simplement honorés, ainsi le numéro peut être utilisé par un autre joueur de l'équipe. Les Blues dénombre deux joueurs dans cette situation :

Bob Plager; évolua pour les Blues de 1967 à 1978 avant de devenir entraîneur puis recruteurs pour l'équipe.
5
Doug Wickenheiser; évolua pour les Blues de 1983 à 1987. Décédé d'un cancer le 12 janvier 1999 alors qu'il n'était âgé que de 37 ans, son numéro fut non-officiellement retiré lorsque Geoff Courtnall, le dernier joueur à endosser ce numéro, se retira en 2000.
14
Une bannière commémorative où figure un trèfle à trois feuilles est également érigée en l'honneur de Dan Kelly, qui fut descripteur des rencontres des Blues durant deux décennies et qui succomba à un cancer le 10 février 1989 à l'âge de 52 ans.
Irish clover.jpg

Choix du premier tour[modifier | modifier le code]

Chaque année et depuis 1963, les joueurs des ligues juniors ont la possibilité de signer des contrats avec les franchises de la LNH. Cette section présente les joueurs qui ont eu la chance d'être choisis par les Blues lors du premier tour. Ces choix peuvent être échangé et ainsi, une année les Blues peuvent très bien ne pas avoir eu de choix du premier tour ou à l'inverse, en avoir plusieurs[5].

Année Nat. Joueur Choix Équipe junior
1968 Drapeau du Canada Gary Edwards 6e au total Marlboros de Toronto (AHO)
1969 Aucun choix
1970 Aucun choix
1971 Drapeau du Canada Gene Carr 4e au total Bombers de Flin Flon (LHOC)
1972 Drapeau du Canada Wayne Merrick 9e au total 67 d'Ottawa (AHO)
1973 Drapeau du Canada John Davidson 5e au total Centennials de Calgary (LHOC)
1974 Aucun choix
1975 Aucun choix
1976 Drapeau du Canada Bernie Federko 7e au total Blades de Saskatoon (LHOC)
1977 Drapeau du Canada Scott Campbell 9e au total Knights de London (LHO)
1978 Drapeau du Canada Wayne Babych 3e au total Winter Hawks de Portland (LHOu)
1979 Drapeau du Canada Perry Turnbull 2e au total Winter Hawks de Portland (LHOu)
1980 Drapeau des États-Unis Rik Wilson 12e au total Canadians de Kingston (LHO)
1981 Drapeau du Canada Marty Ruff 20e au total Broncos de Lethbridge (LHOu)
1982 Aucun choix
1983 Aucun choix
1984 Aucun choix
1985 Aucun choix
1986 Drapeau du Canada Jocelyn Lemieux 10e au total Titan de Laval (LHJMQ)
1987 Drapeau du Canada Keith Osborne 12e au total Centennials de North Bay (LHO)
1988 Drapeau du Canada Rod Brind'Amour 9e au total Académie Notre Dame (Sask.)
1989 Drapeau du Canada Jason Marshall 9e au total Lakers de Vernon (LHCB)
1990 Aucun choix
1991 Aucun choix
1992 Aucun choix
1993 Aucun choix
1994 Aucun choix
1995 Aucun choix
1996 Drapeau des États-Unis Marty Reasoner 14e au total Eagles de Boston College (HE)
1997 Aucun choix
1998 Drapeau de la Suède Christian Backman 24e au total Västra Frölunda HC (Elitserien)
1999 Drapeau du Canada Barret Jackman 17e au total Pats de Regina (LHOu)
2000 Drapeau des États-Unis Jeff Taffe 30e au total Golden Gophers du Minnesota (WCHA)
2001 Aucun choix
2002 Aucun choix
2003 Drapeau du Canada Shawn Belle 30e au total Americans de Tri-City (LHOu)
2004 Drapeau de la République tchèque Marek Schwarz 17e au total HC Sparta Praha (Extraliga)
2005 Drapeau des États-Unis T.J. Oshie 24e au total École secondaire de Warroad (USHS)
2006 Drapeau des États-Unis Erik Johnson 1er au total Équipe nationale des États-Unis
Drapeau de la Suède Patrik Berglund 25e au total VIK Västerås HK (Elitserien)
2007 Drapeau du Danemark Lars Eller 13e au total Frölunda HC (Elitserien)
Drapeau des États-Unis Ian Cole 18e au total Équipe nationale des États-Unis
Drapeau du Canada David Perron 26e au total MAINEiacs de Lewiston (LHJMQ)
2008 Drapeau du Canada Alex Pietrangelo 4e au total IceDogs de Niagara (LHO)
2009 Drapeau de la Suède David Rundblad 17e au total Skellefteå AIK (Elitserien)
2010 Drapeau du Canada Jaden Schwartz 14e au total Storm de Tri-City (USHL)
Drapeau de la Russie Vladimir Tarassenko 16e au total Sibir Novossibirsk (KHL)
2011 Aucun choix
2012 Drapeau des États-Unis Jordan Schmaltz 25e au total Gamblers de Green Bay (USHL)
2013 Aucun choix
2014 Drapeau du Canada Robby Fabbri 21e au total Storm de Guelph (LHO)

Meneurs chez les marqueurs[modifier | modifier le code]

Voici le top 10 des meilleurs marqueurs dans l'histoire de la franchise[6].

Joueurs Pos PJ B A Pts Moy
Bernie Federko C 927 352 721 1073 1.16
Brett Hull AD 744 527 409 936 1.26
Brian Sutter AG 779 303 333 636 .82
Garry Unger C 662 292 283 575 .87
Pavol Demitra AG/C 494 204 289 493 1.00
Al MacInnis D 613 127 325 452 .74
Red Berenson AG 519 172 240 412 .79
Chris Pronger D 598 84 272 356 .60
Pierre Turgeon C 327 134 221 355 1.09
Doug Gilmour C 384 149 205 354 .92

Honneurs et trophées de la LNH[modifier | modifier le code]

Records individuels[modifier | modifier le code]

  • Plus de buts en une saison : Brett Hull, 86 (1990-91)[8]
  • Plus de passes en une saison : Adam Oates, 90 (1990-91)
  • Plus de points en une saison : Brett Hull, 131 (1990-91)
  • Plus de pénalités en une saison : Bob Gassoff, 306 (1975-76)
  • Plus de points en une saison, défenseur : Jeff Brown, 78 (1992-93)
  • Plus de points en une saison, recrue : Jörgen Pettersson, 73 (1980-81)
  • Plus de victoires en une saison : Roman Turek, 42 (1999-00)

Les Blues à la télévision et à la radio[modifier | modifier le code]

Voici la liste des consultants et présentateurs vedettes pour les diffusions des matchs des Blues à la télévision et à la radio[9]:

  • Dan McLaughlin : consultant pour les résumés des rencontres à la télévision.
  • John Kelly : commentateur à la télévision.
  • Bernie Federko : analyste et consultant à la télévision.
  • Chris Kerber : commentateur pour l'ensemble des matchs à la radio.
  • Kelly Chase : analyste à la radio.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site officiel de Louie, la mascotte des Blues sur blues.nhl.com.
  2. (en) Historique des Blues sur http://blues.nhl.com.
  3. (en) Section sur la nomination au HOF de Al MacInnis sur http://blues.nhl.com.
  4. (en) Liste des numéro retiré sur blues.nhl.com.
  5. (en) Liste des choix du premier tour des Blues sur blues.nhl.com.
  6. (en) Liste des meneurs chez les Blues sur http://blues.nhl.com.
  7. (en) Liste des honneurs et trophées des Blues sur http://blues.nhl.com.
  8. (en) Liste des records individuelles chez les Blues sur http://blues.nhl.com.
  9. (en) Liste complète des employés des Blues sur http://blues.nhl.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]