Or (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Or (homonymie).
Icône de l'Échelle sainte, XIIe siècle, fond d'or.

L’or a été utilisé comme revêtement, sous forme de feuilles très minces appliquées sur les surfaces, de l'antiquité à nos jours. En peinture, il a servi principalement au Moyen Âge et plus tard dans les icônes. En décoration, il sert principalement pour les encadrements et des éléments d'architecture intérieure. Dans l'habillement, il sert, rarement, pour des tissus de prix, comme des brocarts et des pièces décoratives rapportées comme les soutaches.

Le jaune d'or est une nuance de jaune tirant sur l'orangé.

En héraldique or désigne le jaune, sans indication de nuance.

Préparation[modifier | modifier le code]

Or[modifier | modifier le code]

L'or est un métal très ductile, et est pour cette raison difficile à réduire en poudre pour être incorporé dans une peinture. On l'utilise en feuilles d'or battu très minces, qui s'appliquent directement sur les surfaces, souvent préalablement colorées en rouge pour en réchauffer la couleur. La couleur de l'or brut est d'un jaune terne qui pourrait aisément être remplacé par un pigment, et l'a été quand c'était possible, mais, poli, l'éclat du métal, particulièrement vu dans la clarté mouvante de bougies, est irremplaçable. Cependant, on a tenté de fabriquer des encres ou des peintures d'or, malgré les difficultés. Le Colour Index enregistre l'or pigment comme Pigment Métal 3. Les progrès de la métallurgie donnent, pour beaucoup d'applications, des alliages de métaux donnant la même apparence pour un prix moindre (PRV).

Par exemple, la peinture à l'huile or (n° 700) Lefranc-Bourgeois est composée d'« oxydes de fer et dioxyde de titane recouvert de mica[1] ».

Dans l'enluminure et la peinture médiévale, la feuille d'or est fixée sur le support avec une colle à l'eau très légère, et souvent protégée de l'humidité par un vernis. La feuille d'or est ensuite polie avec un brunissoir souvent fait avec une incisive de gros animal. La peinture à l'or, où de fines particules d'or sont incorporées à une peinture transparente verte ou bleue donne une texture particulière, visible, par exemple, dans la Naissance de Vénus de Botticelli ou la Vierge à l'enfant de Bellini (Ball 2010).

Jaune d'or[modifier | modifier le code]

L'or étant excessivement coûteux, on lui a trouvé, très tôt, des substituts. L'orpiment, sulfure d'arsenic, rappelle l'or métallique par sa couleur. On a aussi suggéré l'usage du massicot, et l’or des Lombards obtenu par broyage de calculs biliaires de tortue avec de la craie ou du natron et du vinaigre. Parmi les pigments anciens, le plus réputé fut le sulfure stannique anhydre dit or mussif (PY38) (PRV).

Dans les nuanciers, le jaune d'or est une nuance tirant vers l'orangé. Comme nom de couleur, « jaune d'or » est attesté en 1676[2].

Nuances[modifier | modifier le code]

Chevreul a repéré, au XIXe siècle, les couleurs les unes par rapport aux autres et par rapport aux raies de Fraunhofer visibles dans le spectre solaire. La couleur de l'or qu'il a examiné dépend de son point d'extraction. Il va de 2 orangé-jaune à 5 orangé-jaune[3].

Le Répertoire de couleurs de la Société des chrysanthémistes donne, en 1905, une série de nuances pour l'or, la plupart reprenant des dénominations de doreurs : 37 — Or pâle, 38 — Or mat, 39 — Or rougeâtre, Or intense, « couleur ordinaire de la monnaie d'or actuelle », 40 — Or, 41 — Or jaune « couleur souvent observée sur d'anciennes pièces d'or », 42 — Vieil-or mat, 43 — Vieil-or « couleur rappelant celle des objets d'art en or ou à surface dorée et qu'a modifiée la patine du temps », 44 — Vieil-or bronzé, 45 — Or bronzé. Il donne aussi plusieurs occurrences de jaune d'or. Pour certains horticulteurs, le jaune d'or est, d'après les auteurs, c'est le jaune de chrome citron (n° 20) ou le Jaune d'œuf (n° 24) ; la couleur jaune d'or est un des synonymes de Jaune auréolin (n° 22). Le jaune d'or du marchand de couleurs Bourgeois est le jaune de chrome moyen (n° 26). (RC)

Dans les nuanciers modernes, on trouve RAL 1004 Jaune or dans le nuancier RAL[4] ; 20 Jaune d'or[5] ; 294 Or vert[6] ; 176 Jaune d'or[7]etc.

Représentation[modifier | modifier le code]

Représentation d'un caractère chinois en or.
Représentation d'un dodécaèdre en or.

La couleur n'est qu'un caractère secondaire de l'apparence visuelle de l'or poli ; elle peut varier, dans une certaine mesure, sans qu'on cesse de l'identifier. « Tout ce qui brille n'est pas or », dit le proverbe ; il est évident que tout ce qui est jaune n'est pas or[8]. Du fait de sa brillance, l'or poli n'est pas vu identiquement par les deux yeux[9]. De ce fait, son apparence est impossible à reproduire fidèlement. On a souvent recours à la représentation de reflets plus ou moins arbitraires, sur un aplat jaune d'or.

Pour une image en mouvement, on représente des reflets mobiles, correspondant à ce qu'on peut observer en général sur un volume doré, sans préciser en général ce qui se trouve, chaque fois, en particulier dans les reflets, notamment le reflet de l'observateur.

Interaction des couleurs[modifier | modifier le code]

Du fait de sa brillance, l'or a été, dès les premiers traités d'harmonisation des couleurs au XVIIe siècle, considéré comme échappant aux règles de composition, qui rendent, par exemple, le jaune « ennemi » du bleu.

Signification[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le doré ou l’or est un jaune brillant qui comme le jaune, est porteur de puissance, sauf qu’il ne pointe pas le pouvoir ou l’ego, mais plutôt la puissance par l’argent. Couleur du faste et du luxe, l’or fut longtemps le privilège des personnes fortunées sur leurs habits, leurs bijoux ou leur résidence. L’or n’a aucune signification négative, si ce n’est, par extension, une certaine cupidité humaine.

Signification positive : richesse, fortune

Signification négative : cupidité

Usage dans la décoration[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En décoration, on utilise rarement le doré seul : il peut vite devenir étouffant. L’or est idéal pour rajouter de l’éclat, mais ne doit jamais être utilisé à outrance sous peine de créer un univers trop prenant. Il se marie généralement bien avec toutes les couleurs, et plus particulièrement le noir, le marron et le rouge.

L'or s'associe au rouge de la pourpre dans la symbolique du pouvoir en Europe. Cette association est aussi fréquente dans la décoration du théâtre, côté spectateurs.

Usages conventionnels[modifier | modifier le code]

Reliure 
Dorure sur le rouge et le brun du maroquin en reliure.
Uniformes 
le galon doré des uniformes d'officiers militaires supérieur au galon argenté.
Composants électroniques 
dans le code de couleurs des valeurs de résistances CEI 60757, l'anneau doré signifie une précision de 5%.

Historique de la couleur or[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Dans pratiquement tous les peuples, l’or fut liée à la richesse, donc à la noblesse, au pouvoir. Chez les chrétiens, elle correspond à la couleur de Dieu car assimilé au soleil que l’on ne peut regarder. Couleur d’immortalité, elle est donc couleur divine, couleur de l’empereur et des rois aussi bien en Europe qu’en Chine, Inde ou Égypte. En Égypte, l’or symbolisait « le char du Soleil et ses dieux » ; de nombreuses chambres funéraires sont d’ailleurs peintes en jaune d’or pour assurer la survie de l’âme. Chez les Aztèques Huitzipochtli, le Dieu du soleil de midi est peint en jaune d’or et en bleu. En Perse, Mithra est en jaune d’or comme Apollon en Grèce. En Inde, le jaune d’or correspond au centre racine et à l’élément lumière.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philip Ball (trad. Jacques Bonnet), Histoire vivante des couleurs : 5000 ans de peinture racontée par les pigments [« Bright Earth: The Invention of Colour »], Paris, Hazan,‎ 2010, p. 146-153 « Complexe doré ».
  • Henri Dauthenay, Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits : publié par la Société française des chrysanthémistes et René Oberthür ; avec la collaboration principale de Henri Dauthenay, et celle de MM. Julien Mouillefert, C. Harman Payne, Max Leichtlin, N. Severi et Miguel Cortès, vol. 1, Paris, Librairie horticole,‎ 1905 (lire en ligne).
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 3, Puteaux, EREC,‎ 2005, p. 120.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Guide de la peinture à l'huile », sur lefranc-bourgeois.com.
  2. Doudart, Mémoires pour servir à l'histoire des plantes, Paris, 1676.
  3. Michel-Eugène Chevreul, « Moyen de nommer et de définir les couleurs », Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, t. 33,‎ 1861, p. 266 (lire en ligne). Le 2 orangé jaune est donné, pour un écran conforme sRGB, à une longueur d'onde dominante de à 586,3 nm, le 5 orangé-jaune à 582,5 nm.
  4. « RAL classic Farben ».
  5. « Nuancier général web », sur carandache.com
  6. « Artist's Oil Colours », sur winsornewton.com.
  7. « Flashe, couleurs mates, opaques et couvrantes », sur lefranc-bourgeois.com.
  8. « l'excellence principale de cette riche créature ne consiste pas dans son jaune » (Marc-Gilbert de Varennes, Le roy d'armes, ou L'art de bien former, charger, briser, timbrer, parer, expliquer et blasonner les d'armoiries, Paris,‎ 1640 (lire en ligne), p. 26).
  9. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 255-260, 281.