Jets de Winnipeg (1972-1996)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jets de Winnipeg (homonymie).

Jets de Winnipeg

alt=Description de l'image Winnipeg_Jets_9096.gif.
Fondé en 1972
Disparu en 1996
Siège drapeau Winnipeg,
Drapeau du Manitoba Manitoba
Drapeau du Canada Canada
Patinoire (aréna) Winnipeg arena
Couleurs Bleu, blanc et rouge
Ligue Association mondiale de hockey
Ligue nationale de hockey

Les Jets de Winnipeg sont une ancienne franchise de hockey sur glace qui jouait à Winnipeg au Manitoba au Canada. L'équipe a accompagné l'Association mondiale de hockey tout au long de son existence puisqu'elle est une des équipes fondatrices de l'AMH 1972 et remporte à trois reprises le trophée ultime de la ligue : le Trophée mondial Avco, dont lors de la dernière saison. Suite à l'arrêt de l'AMH, les Jets rejoignent la Ligue nationale de hockey en compagnie de trois autres équipes. Petit à petit, les finances de l'équipe baissent et les Jets sont finalement reloacalisés en 1996 à Phoenix en Arizona aux États-Unis pour prendre le nom de Coyotes de Phoenix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts dans l'Association mondiale de hockey[modifier | modifier le code]

Photographie couleur du joueur avec un maillot de hockey rouge et sans casque
Bobby Hull (ici avec Chicago dans les années 1960) joueur des Jets entre 1972 et 1980.

À la fin des années 1960, les Jets de Winnipeg sont une équipe junior évoluant dans la Ligue de hockey de l'Ouest dirigée par Ben Hatskin[1]. En avril 1971, deux hommes d'affaires de Californie, Dennis Murphy et Gary Davidson, décident de créer une nouvelle organisation de hockey professionnel en Amérique du Nord : l'Association mondiale de hockey[2]. Hastkin et son équipe rejoignent alors l'AMH. Bob Turner, ancien joueur des Black Hawks de Chicago de la Ligue nationale de hockey, permet à Hatskin de rencontrer Bobby Hull en marge d'un match joué par l'équipe de Chicago à Vancouver. Hastkin propose alors un contrat de 250 000 dollars pour que le célèbre joueur de la LNH rejoigne son équipe[3]. Dans le même temps, alors que le contrat entre Chicago et Hull s'arrête à la fin de la saison 1971-1972[4], Hull demande un bonus d'un million de dollars à Hatskin. Ce dernier fait part de la proposition de Hull à l'ensemble de l'AMH ; il considère en effet que même s'il doit personnellement payer les 250 000 dollars, il faut le million vienne de l'ensemble de l'AMH[5]. Fin juin 1972, la nouvelle est rendue publique : Hull rejoint l'Association mondiale de hockey, alors que le montage financier est tel que seulement quatre équipes de l'AMH s’acquittent de la paye du million de dollars[6]. Le contrat final signé par Hull, en dehors de son bonus, s'élève à 2,75 millions de dollars pour cinq saisons en tant que joueur et cinq de plus pour un rôle de dirigeant[7].

Hull n'est qu'un des joueurs de la LNH à rejoindre la nouvelle ligue et la LNH décide de contre-attaquer en justice les différentes signatures. Le cas de Hull est jugé par le Juge fédéral des États-Unis Leon Higginbotham[8]. Le jugement doit être rendu le 11 octobre 1972, date du début de la saison de hockey mais il est repoussé deux fois pour être finalement rendu le 8 novembre. Ce jugement fait 124 pages et dedans, le juge explique qu'il réfute la demande de la LNH arguant que depuis des années cette dernière a le monopole sur les meilleurs joueurs de hockey. Higginbotham crée alors une jurisprudence déboutant toute action de la LNH contre la signature d'un contrat dans l'AMH. Le soir même, Bobby Hull joue sous ses nouvelles couleurs des Jets contre les Nordiques de Québec son premier match dans l'AMH, une défaite 3-2[9].

Alors que Hull occupe le rôle de joueur et d'entraîneur des Jets[10], celle-ci termine à la première place de la division Ouest avec 90 points, 4 de moins que les Whalers de la Nouvelle-Angleterre, la meilleure franchise de l'AMH[11]. Avec 51 buts et 103 points, Hull est le troisième buteur et quatrième pointeur de la saison, le meilleur de son équipe[12]. Les Jets éliminent au premier tour des séries les Fighting Saints du Minnesota 4-1 puis les Aeros de Houston 4-0 en demi-finale. Cette première finale de la Coupe Avco oppose donc les Jets aux joueurs des Whalers, équipe qui a la particularité de ne pas avoir fait signer de contrat avec des joueurs de la LNH[13]. La finale est à sens unique avec une victoire pour les joueurs de la Nouvelle-Angleterre 4 rencontres à 1 dont un dernier match 9-6[14]. D'un point de vue individuel, Hull reçoit le Trophée Gary L. Davidson en tant que meilleur joueur de la saison régulière[15]

La deuxième saison de l'AMH voit la domination des Aeros de Houston de Gordie Howe qui finissent premiers de la division Ouest et de l'ensemble du circuit. Les Jets obtiennent la quatrième et dernière place qualificative de la division mais sont éliminés dès le premier tour par les Aeros, futurs champions[16]. Hull est le deuxième meilleur buteur de la saison[17].

L'arrivée des Européens[modifier | modifier le code]

Portrait-photo de Hedberg en costume et nœud papillon
Anders Hedberg (ici en 2013) rejoind les Jets de Winnipeg en 1974.

Dans le même temps, le Dr Jerry Wilson, ancien espoir canadien et originaire de Winnipeg, est chercheur au sein de l'institut des sports de Stockholm avec comme assistant Anders Hedberg un joueur international suédois[18]. Wilson est contacté par un de ses amis, Billy Robinson recruteur en chef des Jets, qui lui demande s'il a des noms de joueurs potentiels pour son équipe. Ce dernier en parle à son tour à Hedberg qui lui répond que même s'il préférerait jouer dans la Ligue nationale de hockey, il est ouvert à la discussion et propose également le nom de deux joueurs : Ulf Nilsson et Lars-Erik Sjöberg[19]. Nilsson et Hedberg signent un contrat d'un montant de 60 000 dollars pour deux ans[20]. Sjöberg rejoint les Jets un peu plus tard et ces derniers décident de recruter d'autres joueurs européens ; ils signent ainsi deux Finlandais : Veli-Pekka Ketola et Heikki Riihiranta ainsi qu'un quatrième suédois Curt Larsson qui évolue au poste de gardien de but[21].

Alors que Rudy Pilous prend la place de Hull derrière le banc de l'équipe, leur saison 1974-1975 est manquée puisque l'équipe ne parvient pas à se qualifier pour les séries. Pourtant la saison commence bien : Hedberg et Nilsson sont mis sur la même ligne que la vedette des Jets, Bobby Hull, et dès le premier entraînement ensemble, les trois joueurs se trouvent très rapidement[20]. Alors que tout le monde a des doutes sur les capacités des Suédois à réussir dans l'AMH, la nouvelle ligne inscrit son premier but au bout de 41 secondes lors du premier match. Après seulement sept rencontres au début de la saison Hull est meilleur pointeur du circuit avec 10 buts et 17 points et Nilsson est troisième avec 3 buts et 14 points[22]. En cours de saison, Hull reprend le poste d'entraîneur à Pilous[10] et malgré cette déroute collective de son équipe, Hull domine encore l'AMH : il finit meilleur buteur de la saison avec 77 buts et deuxième meilleur pointeur avec un total de 142 réalisations, 5 de moins que André Lacroix ; Nilsson est quatrième pointeur de la saison avec un total de 120 points, en grande partie grâce à ses 94 mentions d'assistance, et Hedberg est septième avec 100 points[23],[24]. Hull est une nouvelle fois mis en avant en recevant le trophée du meilleur joueur du circuit[15].

Champions de l'AMH[modifier | modifier le code]

Les Jets deviennent la première équipe sportive nord-américaine à préparer sa saison en réalisant une tournée de neuf rencontres en Europe dont une victoire contre l'équipe nationale de Suède. À la fin de la saison régulière 1975-1976, les Jets finissent premiers de l'AMH avec 106 points, à égalité avec les Aeros de Houston[25]. Hull est toujours le meilleur joueur de son équipe avec 123 points, devant Nilsson, 114 points, et Hedberg, 105 points mais derrière Marc Tardif des Nordiques de Québec auteur de 148 points[26]. Grâce à son bon classement, l'équipe des Jets est exemptée du premier tour des séries 1976. Ils battent en quart de finale les Oilers d'Edmonton 4 rencontres à 0 puis éliminent les Cowboys de Calgary en cinq rencontres. La finale de la Coupe Avco oppose les deux meilleurs formations de la saison régulière : les Jets contre les Aeros mais également les deux vedettes de l'AMH, Hull contre Howe[25]. Howe et les Aeros sont doubles champions en titre et même si tout le monde s'attend à une finale disputée, il ne faut que quatre matchs aux joueurs de Winnipeg pour remporter leur première Coupe Avco, le dernier match se soldant par une victoire 9-1 des Jets. Avec 26 points en 13 rencontres, Nilsson est le meilleur pointeur des séries grâce à notamment 19 mentions d'assistance. Il est désigné meilleur joueur des séries et est récompensé en recevant le trophée allant avec[27].

Dans la Ligue nationale de hockey[modifier | modifier le code]

En 1979, alors que Michael Gobuty est propriétaire majoritaire et président, le Winnipeg Arena, leur port d'attache, est agrandi pour contenir 15 250 sièges et les Jets font leur entrée dans la division Smythe de la LNH. Cependant, selon les dispositions de la fusion, ils doivent sacrifier 10 joueurs. Ils ne gagnent que 29 matches au cours de leurs deux premières saisons dans la LNH, mais grâce à l'entraîneur Tom Watt (remplacé depuis), ils se ressaisissent et terminent en deuxième place en 1981-82. En 1981, avec le repêchage de Dale Hawerchuk, les Jets acquièrent leur première grande vedette à l'offensive, mais cela ne suffit pas à leur garantir le succès. Ils connaissent leur meilleure saison en 1984-85 et se classent quatrièmes de la ligue avec 96 points. Ils ne réussiront pas à dépasser les éliminatoires de la division Smythe, formée d'équipes puissantes (Oilers d'Edmonton et Flames de Calgary).

Comme les Jets ne parviennent pas à se rendre aux finales, les pertes financières s'accumulent et on craint de plus en plus qu'ils ne soient cédés à des intérêts américains. En 1991, l'équipe est vendue à un groupe canadien et reçoit l'aide financière de la province, qui promet de la garder à Winnipeg. Avec l'expansion de la LNH, les Jets passent à la division centrale de la Conférence de l'Ouest en 1993-94.

L'absence de stade moderne et les salaires de plus en plus élevés des joueurs entraînent la faillite des propriétaires.

Ancien logo des Jets (1974-1990)

En 1995, au moment où les Jets sont sur le point d'être vendus à Minneapolis, le public part en campagne pour sauver l'équipe. Même si les trois paliers de gouvernement consentent à construire un autre stade, un nouveau groupe d'acheteurs, formé en mai 1995, ne réussit pas à recueillir les fonds nécessaires à la survie de l'équipe. Les Jets passent alors aux mains d'intérêts américains et, le 1er juillet 1996, ils prennent officiellement le nom des Coyotes de Phoenix.

Résultats saison par saison[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Du temps de l'AMH[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison
Saison PJ  V   D  N BP BC Pts Classement Séries éliminatoires
1972-1973 78 43 31  4  285 249 90 Premiers de la conférence ouest Symbol support vote.svg 4-1 Fighting Saints du Minnesota
Symbol support vote.svg 4-0 Aeros de Houston
Symbol oppose vote.svg 1-4 Whalers de la Nouvelle-Angleterre (finale)
1973-1974 78 34 39 5 264 296 73 Troisièmes de la conférence ouest Symbol oppose vote.svg 0-4 Aeros de Houston
1974-1975 78 38 35 5 322 293 81 Troisièmes de la division canadienne Non qualifiés
1975-1976 81 52 27 2 345 254 106 Premiers de la division canadienne Symbol support vote.svg Exemptés du premier tour
Symbol support vote.svg 4-0 Oilers d'Edmonton
Symbol support vote.svg 4-0 Cowboys de Calgary
Symbol support vote.svg 4-0 Aeros de Houston
Champions du trophée mondial Avco
1976-1977 80 46 32 2 366 291 94 Deuxièmes de la division ouest Symbol support vote.svg 4-3 Mariners de San Diego
Symbol support vote.svg 4-2 Aeros de Houston
Symbol oppose vote.svg 3-4 Nordiques de Québec (finale)
1977-1978 80 50 28 2 381 270 102 Premiers de la ligue Symbol support vote.svg 4-1 Bulls de Birmingham
Symbol support vote.svg Exemptés du deuxième tour
Symbol support vote.svg 4-0 Whalers de la Nouvelle-Angleterre
Champions du trophée mondial Avco
1978-1979 80 39 35 6 307 306 84 Troisièmes de la ligue Symbol support vote.svg Exemptés du premier tour
Symbol support vote.svg 4-0 Nordiques de Québec
Symbol support vote.svg 4-2 Oilers d'Edmonton
Champions du trophée mondial Avco

Du temps de la LNH[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison
Saison PJ  V   D  N BP BC Pts Classement Séries éliminatoires
1979-1980 80 20 49 11 214 314 51 Cinquièmes division Smythe Non qualifiés
1980-1981 80 9 57 14 246 400 32 Cinquièmes division Smythe Non qualifiés
1981-1982 80 33 33 14 319 332 80 Deuxièmes division Norris Symbol oppose vote.svg 1-3 Blues de Saint-Louis
1982-1983 80 33 39 8 311 333 74 Quatrièmes division Smythe Symbol oppose vote.svg 0-3 Oilers d'Edmonton
1983-1984 80 31 38 11 340 374 73 Quatrièmes division Smythe Symbol oppose vote.svg 1-3 Oilers d'Edmonton
1984-1985 80 43 27 10 358 332 96 Deuxièmes division Smythe Symbol support vote.svg 3-1 Flames de Calgary
Symbol oppose vote.svg 0-4 Oilers d'Edmonton
1985-1986 80 26 47 7 295 372 59 Troisièmes division Smythe Symbol oppose vote.svg 0-3 Flames de Calgary
1986-1987 80 40 32 8 279 271 88 Troisièmes division Smythe Symbol support vote.svg 4-2 Flames de Calgary
Symbol oppose vote.svg 0-4 Oilers d'Edmonton
1987-1988 80 33 36 11 292 310 77 Troisièmes division Smythe Symbol oppose vote.svg 0-4 Oilers d'Edmonton
1988-1989 80 26 42 12 300 355 64 Cinquièmes division Smythe Non qualifiés
1989-1990 80 37 32 11 298 290 85 Troisièmes division Smythe Symbol oppose vote.svg 3-4 Oilers d'Edmonton
1990-1991 80 26 43 11 260 288 63 Cinquièmes division Smythe Non qualifiés
1991-1992 80 33 32 15 251 244 81 Quatrièmes division Smythe Symbol oppose vote.svg 3-4 Canucks de Vancouver
1992-1993 84 40 37 7 322 320 87 Quatrièmes division Smythe Symbol oppose vote.svg 2-4 Canucks de Vancouver
1993-1994 84 24 51 9 245 344 57 Sixièmes division Central Non qualifiés
1994-1995 48 16 25 7 157 177 39 Sixièmes division Central Non qualifiés
1995-1996 82 36 40 6 275 291 78 Cinquièmes division Central Symbol oppose vote.svg 2-4 Red Wings de Détroit

Personnalités de l'équipe[modifier | modifier le code]

Dean Kennedy portant les couleurs des Jets.

Repêchages de la franchise[modifier | modifier le code]

Shane Doan, dernier joueur repêché en tant que premier choix en 1995 par les Jets, ici sous le maillot des Coyotes.

Chaque année et depuis 1963, les joueurs des ligues juniors ont la possibilité de signer des contrats avec les franchises des ligues majeures. Cette section présente par année le choix de première ronde de repêchage des Jets ainsi que l'équipe mineure dans laquelle ce joueur évoluait la saison précédant le repêchage et ceci aussi bien du temps de l'AMH[28] que de celui de la LNH[29]. Si certaines années, les Jets ont eu plusieurs choix de première ronde, seul le premier des joueurs choisis est indiqué. Au contraire, s'ils n'ont choisi leur premier joueur qu'après la première ronde, rien n'est indiqué.

Liste des joueurs repêchés
Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1973 (AMH) Ron Andruff 11e Bombers de Flin Flon (WCHL)
1974 (AMH) Randy Andreachuk 7e Chiefs de Kamloops (WCHL)
1975 (AMH) Brad Gassoff 8e Chiefs de Kamloops (WCHL)
1976 (AMH) Thomas Gradin 9e MODO Hockey (Suède)
1977 (AMH) Ron Duguay 3e Wolves de Sudbury (AHO)
1978 Pas de repêchage pour l'AMH
1979 (LNH) Jimmy Mann 19e Castors de Sherbrooke (LHJMQ)
1980 (LNH) Dave Babych 2e Winter Hawks de Portland (LHOu)
1981 (LNH) Dale Hawerchuk 1er Royals de Cornwall (LHJMQ)
1982 (LNH) Jim Kyte 12e Royals de Cornwall (LHJMQ)
1983 (LNH) Andrew McBain 8e Centennials de North Bay (LHO)
1984 (LNH) Pas de choix de premier tour
1985 (LNH) Ryan Stewart 18e Blazers de Kamloops (LHOu)
1986 (LNH) Pat Elynuik 8e Raiders de Prince Albert (LHOu)
1987 (LNH) Bryan Marchment 16e Bulls de Belleville (LHO)
1988 (LNH) Teemu Selänne 10e Jokerit Helsinki (Finlande)
1989 (LNH) Stu Barnes 4e Americans de Tri-City (LHOu)
1990 (LNH) Keith Tkachuk 19e Malden Catholic High School
1991 (LNH) Aaron Ward 5e Wolverines du Michigan (NCAA)
1992 (LNH) Sergueï Baoutine 17e Dynamo Moscou (Russie)
1993 (LNH) Mats Lindgren 15e Skellefteå AIK (Suède)
1994 (LNH) Pas de choix de première ronde
1995 (LNH) Shane Doan 7e Blazers de Kamloops (LHOu)

Temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Cette section présente les joueurs importants dans l’histoire des Jets qui ont acquis une des plus belles récompense du monde du hockey, l’accès au Temple de la renommée du hockey. Trois anciennes personnalités de l'équipe font partie du temple de la renommée[30] :

  • Bobby Hull — membre de l'équipe entre 1972 et 1980 et admis en 1983.
  • Serge Savard — membre de l'équipe entre 1981 et 1983 et admis en 1986.
  • Dale Hawerchuk — membre de l'équipe entre 1981 et 1990 et admis en 2001.

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Dans le monde du hockey, les joueurs peuvent être honorés de plusieurs manières, l'une d'entre elles étant interne à l'équipe. Ainsi, il est de tradition, d'honorer un ancien joueur de l'effectif en décidant de retirer son numéro. Aucun autre joueur ne pourra alors porter le numéro en question et une réplique de son maillot est alors accrochée au plafond de la patinoire. Pour les Jets les maillots suivant furent retirés[31] :

Records de la franchise[modifier | modifier le code]

Cette section présente les différents records de la franchise[33].

Saison régulière
  • Nombre de buts : Teemu Selänne avec 76 buts lors de sa première saison en 1992-1993. Ce total constitue également un record dans la LNH pour un joueur recrue.
  • Nombre de passes : Phil Housley avec 79 passes décisives également en 1992–1993
  • Nombre de points : Teemu Selänne avec 132 points lors de sa première saison en 1992–1993, un record pour la LNH. Housley détient le record pour le nombre de points pour un défenseur sur une saison avec 97 points également en 1992-1993.
  • Minutes de pénalités : Tie Domi pénalisé 347 minutes en 1993–1994
  • Plus de victoires pour un gardien : Brian Hayward et Bob Essensa avec 33 victoires en 1984–1985 et 1992–1993.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Willes 2004, p. 14
  2. Willes 2004, p. 10
  3. Willes 2004, p. 28
  4. Willes 2004, p. 30
  5. Willes 2004, p. 31
  6. Willes 2004, p. 32
  7. Willes 2004, p. 33
  8. Willes 2004, p. 38
  9. Willes 2004, p. 39-40
  10. a et b (en) « Winnipeg Jets Statistics and History (WHA) », sur www.hockeydb.com (consulté le 5 novembre 2014)
  11. (en) « 1972-73 World Hockey Association Standings », sur www.hockeydb.com (consulté le 4 novembre 2014)
  12. (en) « WHA 1972-73 League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 4 novembre 2014)
  13. Willes 2004, p. 65
  14. Willes 2004, p. 67
  15. a et b (en) « WHA Gary L. Davidson Award/Gordie Howe Trophy Winners », sur www.hockey-reference.com (consulté le 8 octobre 2011)
  16. (en) « 1973-74 WHA Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 4 novembre 2014)
  17. (en) « WHA 1973-74 League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 4 novembre 2014)
  18. Willes 2004, p. 175
  19. Willes 2004, p. 177
  20. a et b Willes 2004, p. 179
  21. Willes 2004, p. 178
  22. Willes 2004, p. 180
  23. Willes 2004, p. 182
  24. (en) « WHA 1974-75 League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 4 novembre 2014)
  25. a et b Willes 2004, p. 185
  26. (en) « 1975-76 Winnipeg Jets roster and statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 5 novembre 2014)
  27. Willes 2004, p. 186
  28. (en) Liste des choix des Jets lors des repêchages de l'AMH sur http://www.hockeydb.com/.
  29. (en) Liste des choix des Jets lors des repêchages de l'AMH sur http://www.hockeydb.com/.
  30. (en) Liste des anciens joueurs des Jets membres du temple de la renommée sur http://www.legendsofhockey.net.
  31. Official Guide & Record Book 2010, p. 111
  32. (en) Russell Brooks, « Bobby Hull un-retires no. 9 for son Brett Hull », sur coyotes.nhl.com,‎ 9 octobre 2005 (consulté le 8 juillet 2012)
  33. (en) Historique des Jets sur http://www.winnipegjetsonline.com/.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998, 1879 p. (ISBN 978-0836271140)
  • (en) Ed Willes, The Rebel League: The Short and Unruly Life of the World Hockey Association, McClelland & Stewart,‎ 2004, 277 p. (ISBN 0-7710-8947-3)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)