Maple Leafs de Toronto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maple Leafs de Toronto (homonymie).

Maple Leafs de Toronto

alt=Description de l'image Logo Maple Leafs Toronto.svg.
Fondé le 22 novembre 1917
Siège Toronto Flag.svg Toronto,
Drapeau de l'Ontario Ontario,
Drapeau du Canada Canada
Patinoire (aréna) Centre Air Canada
(18 819 places)
Couleurs Bleu royal, blanc
           
Ligue Ligue nationale de hockey
Association Association de l'Est
Division Division Atlantique
Capitaine Dion Phaneuf
Capitaines adjoints Joffrey Lupul
Stéphane Robidas
Entraîneur-chef Randy Carlyle
Entraîneur(s) associé(s) Peter Horachek
Steve Spott
Rick St. Croix
Directeur général Dave Nonis
Président Brendan Shanahan
Propriétaire Maple Leaf Sports & Entertainment Ltd.
Équipe(s) affiliée(s) Marlies de Toronto (LAH)
Solar Bears d'Orlando (ECHL)
Site web mapleleafs.nhl.com

Les Maple Leafs de Toronto sont une franchise de hockey sur glace professionnel. Aujourd'hui, le club des Maple Leafs de Toronto fait partie de la Ligue nationale de hockey (LNH) et est situé à Toronto, au Canada. Par le passé, l'équipe a porté les noms d'Arenas de Toronto de 1917 à 1919 puis de Saint-Patricks de Toronto[Note 1] de 1919 à 1926.

Les Maple Leafs ont remporté treize Coupes Stanley dans leur histoire. Leur dernière victoire remonte à la saison 1966-1967. Ils n'ont donc remporté aucune Coupe Stanley depuis l'expansion de 1967.

Palmarès[modifier | modifier le code]

L'équipe fait partie des six équipes originales de la LNH.

22 apparitions en finale de la Coupe Stanley
Trophée O'Brien
Trophée Prince de Galles

Historique[modifier | modifier le code]

Les Arenas[modifier | modifier le code]

Création de la franchise[modifier | modifier le code]

Le logo des Arenas.

La Ligue nationale de hockey est créée le 26 novembre 1917 après une rencontre entre les représentants de l'Association nationale de hockey à l’hôtel Windsor de Montréal[1]. Les propriétaires des Canadiens de Montréal, Wanderers de Montréal, Sénateurs d'Ottawa, Bulldogs de Québec et Arenas de Toronto décident de créer une nouvelle ligue afin d'exclure Edward J. Livingston, propriétaire de la concession de l'Association nationale de hockey des Blueshirts de Toronto, et ainsi ne pas lui permettre d'être impliqué dans leurs futures opérations de hockey[1]. Cela dit, étant donné qu'il est alors inconcevable que la ville de Toronto, à l'époque la deuxième plus grande ville canadienne, ne possède pas une équipe, ils décident alors de créer une franchise. En général on nomme cette franchise les Arenas, par contre ils ne furent officiellement nommé sous ce nom que lors de leur deuxième saison[2].

La décision de former la LNH s'avère presque désastreuse puisqu'elle doit affronter plusieurs autres ligues dont l'Association de hockey de la Côte du Pacifique – souvent désignée par le sigle PCHA correspondant à son nom anglais : Pacific Coast Hockey Association – mais est également confrontée à la Première Guerre mondiale qui a « enrôlé » de nombreux talents[1]. Avant le début de la saison 1917-1918, la ligue qui a décidé de ne conserver que quatre équipes doit choisir qui des Bulldogs de Québec ou des Arenas jouent la première saison en compagnie des Canadiens, des Wanderers et des Sénateurs[3]. Les Bulldogs préfèrent prendre une pause et louer ses joueurs aux autres formations : Jack McDonald, Dave Ritchie, George Carey et Jack Marks rejoignent les Wanderers ; Joe Malone, Joe Hall et Walter Mummery prennent la direction des Canadiens ; Rusty Crawford devient membre des Sénateurs ; Harry Mummery et Skull Johnson sont intégrés à l'effectif de Toronto[4].

Les premières saisons et la Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Le premier match de l'équipe est joué le 19 décembre 1917 contre les Wanderers de Montréal[5]. Le match se finit sur un score de 10 buts à 9 pour les Wanderers[6]. Reg Noble marque le premier but de l'histoire des Arenas malgré cette défaite[7]. Cela sera l'unique victoire de l'équipe de Montréal, qui voit sa patinoire partir en fumée au bout de six matchs[8].

Lors du premier match entre Toronto et Montréal, 700 personnes seulement assistent à la rencontre, ceci malgré les billets gratuits offerts aux soldats en uniforme. La patinoire est extérieure et il n'y a qu'un point d'engagement situé au centre de la glace. La partie qui se solde sur le score 10 à 9 est arbitrée par Tom Melville et Jack Marshall. Les médias de Toronto qui couvrent la rencontre blâment les gardiens de l'équipe, Sammy Hebert et son remplaçant en deuxième période Arthur Brooks, pour leur faible performance devant les buts. Les journaux écrivent également que le gérant du club, Charlie Querrie, est déjà à la recherche d'un autre gardien et le nom de Hap Holmes est avancé[1].

Reg Noble termine meilleur pointeur de l'équipe avec 40 points alors que Joe Malone des Canadiens de Montréal termine avec 48 points, soit 44 buts[9]. Cette franchise gagne lors de la première saison de la ligue la seconde partie du championnat et doit affronter les Canadiens de Montréal, vainqueurs de la première partie.

La finale de la LNH se joue en deux matchs aller-retour avec le vainqueur désigné au total cumulé des buts[10]. Le premier match a lieu dans la patinoire de Toronto alors que le second est joué à Montréal[10]. Chaque équipe remporte son match joué à domicile, mais, avec une avance de quatre buts à l'issue du match de Toronto, les joueurs des Arenas s'offrent le premier titre de champion des séries de la LNH. L'équipe remporte le trophée O'Brien du champion de la LNH[11] et a donc une chance de remporter la Coupe Stanley en jouant la finale de la Coupe contre la meilleure équipe de l'autre ligue professionnelle d'Amérique du Nord : l'Association de hockey de la Côte du Pacifique[10].

En Amérique du Nord et depuis 1893, la Coupe Stanley est décernée au « club de hockey champion du Dominion » au terme de défis qui peuvent être lancés par n'importe quelle équipe[12]. En raison de divergences de règlements entre les deux ligues, un système d'alternance est mis en place. Les parties sont jouées une fois avec les règles de la LNH et une autre fois avec celles de la PCHA. La différente principale entre les deux règlements réside dans le nombre de joueurs, six pour la LNH alors que la PCHA compte en plus le poste de rover[13]. Les équipes remportent toutes les parties jouées sous les règles de leur ligue respective[14].

Malgré Taylor qui inscrit neuf buts, Toronto remporte la série trois matchs à deux et gagne la première Coupe Stanley de son histoire grâce à un but de Corbett Denneny lors du dernier match[15].

Au cours de la saison suivante, en raison de difficultés financières, les Arenas sont obligés d'arrêter de joueur au bout de huit matchs (sur dix prévus) au cours de la seconde partie du championnat.

Les Saint-Patricks[modifier | modifier le code]

Le second logo des Saint-Patricks utilisé de 1923-24 à la 1924-25

Dès la saison 1919-20, une nouvelle équipe voit le jour à Toronto, les Saint-Patricks. La franchise existera sous ce nom de la saison 1919-20 à la saison 1925-26 et remportera en 1922, la seconde Coupe Stanley en battant les Sénateurs d'Ottawa en finale de la LNH et les Millionnaires de Vancouver de la PCHA en finale de la Coupe.

En 1926, une nouvelle franchise voit le jour dans la LNH les Rangers de New York. Tex Rickard fondateur de la franchise fait venir Conn Smythe afin de composer une seconde équipe dans la ville de New York (la première étant les Americans de New York). Smythe signe un certain nombre de joueurs qui participeront à la conquête de la première Coupe Stanley de l'histoire des Rangers en 1928 : Bill Cook, Frank Boucher, Ching Johnson, et Taffy Abel. Cependant, Smythe, ne s'entendant plus avec son président, ne fait plus partie de l'organisation, il est remercié à la fin de la saison et le 14 février 1927 il rachète les Saint-Patricks. Il décide alors de changer le nom en Maple Leafs afin d'honorer l'équipe de baseball de la ville qui évolue depuis 30 ans en ligue mineure.

Les Maple Leafs[modifier | modifier le code]

L'époque Conn Smythe[modifier | modifier le code]

Premier logo de l'équipe.

Charlie Querrie le propriétaire des Saint-Patricks perd un procès et décide donc de vendre la franchise. Malgré une offre faite 200 000 dollars par un groupe de Philadelphie, Conn Smythe arrive à convaincre Querrie que son devoir envers la ville est plus important que l'argent. Querrie accepte donc l'offre de 160 000 dollars de Smythe.

Il garde encore pour la fin de la saison la couleur verte du maillot des Saint-Patricks mais dès la nouvelle saison, le maillot des Leafs prend pour la première fois les couleurs bleu et blanc.

Après quatre saisons quelconques, Smythe et les Leafs font leur début dans leur nouvelle patinoire : le Maple Leaf Gardens, avec une défaite 2 buts à 1 contre les Blackhawks de Chicago le 12 novembre 1931. Heureusement pour les Leafs, la première saison se finit bien et menés par la « Kid Line » (la ligne des jeunes) composée de Busher Jackson, Joe Primeau et Charlie Conacher mènera l’équipe vers leur troisième Coupe Stanley et la première sous la nouvelle appellation. En séries éliminatoires, les Leafs battront l’équipe du frère aîné de Conacher, Lionel, et les Maroons de Montréal puis au tour suivant, en demi-finales, les Bruins de Boston en six matchs (avec le dernier match gagné en prolongation). En finale, Smythe peut prendre sa revanche et voit son équipe battre les Rangers. Au cours de la saison suivante, les Leafs auront le même parcours pour les séries mais cette fois-ci perdront contre les Rangers.

En 1933, l’attaquant des Leafs, Ace Bailey, frôle la mort suite à une mise en échec par derrière du défenseur des Bruins, Eddie Shore. Bailey vient percuter à pleine vitesse le bord de la patinoire et l’accident met fin à sa carrière.

Au cours des sept saisons qui vont suivre, les Maple Leafs vont atteindre à cinq reprises la finale de la Coupe Stanley mais ne la gagneront pas une seule fois[16]

Lors des séries finales de 1942, l’histoire semble se répéter alors que Toronto est mené trois matchs à zéros par les Red Wings de Détroit. Au cours du match no 4, l’attaquant de quatrième ligne, Don Metz, a inscrit un tour du chapeau permettant à son équipe de jouer un cinquième match puis un sixième grâce à un but vainqueur de ce même Metz. Au cours du match six, le gardien de but Turk Broda réalise un blanchissage et lors du dernier match de la série Sweeney Schriner donne la victoire au Leafs en réalisant un doublé pour une victoire 3 buts à 1. À la fin de la saison, le capitaine des Leafs Syl Apps reçoit le trophée Lady Byng pour son comportement exemplaire sur la glace. En effet, il finit la saison sans jamais avoir été pénalisé et possède en dix saisons une moyenne de 5 minutes et 36 seconds de pénalité par saison. Dans l’histoire du sport professionnel nord-américain se fut la première fois qu’une équipe menée 3 matchs à 0 en séries finales arrive à renverser la vapeur et finalement gagner la série. Sept ans plus tard, Apps interrogé par l’écrivain Trent Frayne déclare :

« Si vous me demandez de dire quelle est ma plus grande soirée de hockey mais aussi le moment le plus intense que j’ai connu, je répondrais qu’il s’agit du bruit de l’aiguille de la dernière seconde avant la fin du match. C’est quelque chose que je n’oublierais jamais. »

Trois ans après cette finale, les joueurs héroïques de 1942 sont plus âgés et les Leafs se tournent vers une nouvelle génération avec des joueurs comme le gardien Frank McCool ou encore le défénseur Babe Pratt. Encore, une fois en 1945, l’équipe bat les Red Wings de Détroit en finale de la Coupe Stanley.

En 1946-47, les Canadiens de Montréal, champions en titre, et leur « Punch line » (composée de Maurice « Rocket » Richard, Toe Blake et Elmer Lach), mènent la vie dure aux Maple Leafs mais Ted « Teeder » Kennedy marque le but vainqueur au cours du sixième match offrant une nouvelle Coupe à l’équipe de Toronto. Cela sera la première d’une série de trois coupes consécutives. Les Maple Leafs de Toronto deviennent alors la première équipe de la LNH à réaliser une telle performance. De plus avec la victoire en 1948, les Maple Leafs deviennent, à l’époque, l’équipe la plus titrée de la ligue. Il faudra attendre 10 ans plus tard, pour voir les Canadiens repasser devant.

Les Leafs et les Habs se rencontrent une nouvelle fois en finale de la Coupe Stanley 1951 sur cinq matchs qui tourneront à l’avantage des Maple Leafs. Les cinq matchs ont tout de même été très disputés avec des prolongations à chaque fois. Les Canadiens ont même faillis gagner le match no 5 mais alors qu’il reste 42 secondes dans le temps réglementaire, Tod Sloan propulse les deux équipes en prolongations et le défenseur, Bill Barilko, auteur de seulement six buts au cours de la saison, inscrit le but de la victoire offrant à son équipe une quatrième Coupe en cinq saisons. La gloire de Barilko est éphémère puisqu’il disparaît dans un accident d’avion quatre mois plus tard. Conn Smythe promit une récompense de 10 000 dollars à celui qui pourrait trouver la trace de Barilko, disparu depuis le 26 août. Barilko et son dentiste, le docteur Henry Hudson, disparurent alors qu'ils étaient dans un avion. Les restes de l'avion furent retrouvés dix ans plus tard.

Nouvelle dynastie, les années 1960[modifier | modifier le code]

Suite au titre de 1951, les Maple Leafs voient leur jeu se détériorer au cours du temps et les équipes des Red Wings et des Canadiens enchaînent les titres les uns après les autres. Il faut attendre la saison 1961-1962 de la LNH pour voir l’équipe gagner une nouvelle Coupe Stanley. Avant le début de la saison, Smythe avait vendu ses droits sur le Maple Leaf Gardens à un partenariat entre son fils, Stafford Smythe, John Bassett (propriétaire de journaux locaux) et le président des Marlboros de Toronto, Harold Ballard.

L’équipe réussit encore une fois à enchaîner trois victoires en finale de la Coupe Stanley entre 1962 et 1964. L’équipe compte alors dans ses rangs les joueurs suivants : Frank Mahovlich, Red Kelly, Johnny Bower, Dave Keon, Andy Bathgate et Tim Horton sous la direction de l’entraîneur et directeur général de l’équipe, Punch Imlach. Malgré le succès de l’équipe, Bathgate n’apprécie pas Imlach et à la fin de la saison 1964-65, il le fait savoir à tout le monde lors d’une interview :

« Imlach ne nous a quasiment pas parlé de la saison que ce soit à Frank Mahovlich ou à moi-même. Quand il nous adressait la parole, c’était uniquement pour critiquer. Frank avait pour habitude de ne relever que le pire de chacun d’entre nous. Nous sommes des athlètes, nous ne sommes pas des machines et Frank est du type des joueurs qui ont besoin de se sentir soutenir[17]. »

La conséquence logique de ces mots fut le transfert de Bathgate pour les Red Wings de Détroit même si Mahovlich resta encore quelques années au sein de l’équipe.

La finale 1967 de la Coupe Stanley représente la dernière confrontation entre les Leafs et les Canadiens, ces derniers étant alors considéré comme les favoris de la finale, les critiques affirmant que l’équipe de Toronto n’était alors qu’un amas de restes d’anciens joueurs vedettes (« has beens »).

Malgré cela, au cours de la seconde prolongation du troisième match, Bob Pulford permet à Toronto de gagner le match et Jim Pappin inscrit le but de la victoire pour le sixième match et la Coupe Stanley. Dave Keon remporte alors le trophée Conn Smythe en tant que meilleur joueur (MVP) des séries.

En 1968, Mahovlich est inclus dans un transfert massif entre Toronto et les Red Wings puis suite à l’élimination précoce de l’équipe au cours des séries de 1969, Smythe renvoie Imlach ce qui fait réagir Horton. Il déclare alors que si l’équipe ne veut pas d’Ilmach, il suppose que l’équipe ne veut pas de lui non plus. L’année d’après, il rejoint les Rangers de New York.

Les années Ballard[modifier | modifier le code]

Suite à la mort de Smythe en 1980, Harold Ballard gagne le contrôle de l’équipe au cours de la saison 1971-1972 de la LNH et devient l’un des propriétaires les plus détestés de l’histoire de la franchise, échangeant les joueurs les plus aimés du public ou encore refusant et bloquant le transfert de Dave Keon vers une autre équipe de la LNH. Ce dernier décide alors de quitter la LNH et de rejoindre en 1975, les Fighting Saints du Minnesota de l'Association mondiale de hockey (AMH). Ballard considère (et avec raison) que quelle que soit l’équipe alignée et quel que soit son talent, les matchs se joueraient tous à guichets fermés et refuse alors d’augmenter l’enveloppe des salaires plus que de raison.

Au cours des années 1970, le paysage du hockey nord-américain n’est plus le même : en effet, en 1967, la LNH intègre six nouvelles franchises et les joueurs peuvent partir évoluer dans une autre ligue professionnel, l’AMH. Malgré cela, les Maple Leafs se composent de joueurs talentueux : Darryl Sittler (meilleur pointeur de tous les temps de l’équipe), Lanny McDonald, Keon, Tiger Williams et Börje Salming. L’équipe constitue alors un adversaire honorable dans la LNH même s’ils n’arrivent qu’une seule fois le deuxième tour des séries en battant les Islanders de New York. La série s’arrête en demi-finale en quatre matchs perdus contre les rivaux éternels des Canadiens de Montréal.

Le 7 février 1976, Sittler inscrit six buts et réalise quatre passes décisives au cours d’un match contre les Bruins de Boston.

En juillet 1979, Ballard fait revenir Imlach au sein de l’organisation en tant que directeur général. Quand en 29 décembre, les Leafs envoient McDonald, ami de Sittler, au sein des Rockies du Colorado, un membre anonyme des Leafs déclare au Toronto Star que Ballard et Imlach feraient n’importe quoi pour saper le moral de Sittler[18] et que le transfert de McDonald a pour but unique de diminuer l’importance de Sittler au sein de l’équipe. Celui-ci, ainsi que d’autres joueurs des Maple Leafs, tous membres de l’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey, luttaient afin d’obtenir des meilleurs contrats. Suite au transfert, les joueurs dévastèrent les vestiaires et Sittler refusa, temporairement, de porter le « C » pour les Maple Leafs. L’agent de Sittler, Alan Eagleson, qui était également directeur exécutif de la LNH déclara que toute cette histoire manquait de classe[18]. Deux ans plus tard, Sittler rejoint les Flyers de Philadelphie.

Suite au départ de McDonald, le niveau des Leafs ne fait que baisser et ne doivent leur présence dans les séries qu’à la présence des Nordiques de Québec – ancienne équipe de l’AMH – qui finissent derniers de la division Adams. Ironiquement, Ballard était un de ceux qui s’étaient opposé à l’intégration des quatre équipes de l’AMH au début de la saison : il n’avait toujours pas digéré voir son équipe décimée par les départs de ces meilleurs joueurs vers l’AMH. De plus trois des quatre franchises étant basées au Canada (les Nordiques, les Jets de Winnipeg et les Oilers d'Edmonton) cela impliquait une baisse des revenus télévisuels pour les Maple Leafs.

Au cours des douze années suivantes, les Maple Leafs ne sont plus au niveau de leur jeu d’antan et ne constituent une menace pour personne. Ils ne se qualifient que six fois pour les séries. Le seul avantage de cette période noire des Maple Leafs est qu’ils furent à même de choisir de nombreux joueurs talentueux au cours des repêchages (Wendel Clark par exemple).

Le renouveau, les années 1990[modifier | modifier le code]

Ballard meurt en 1990, et Steve Stavro, ami de longue date de Ballard rachète l’équipe avec l’aide d’un partenariat local.

Après la saison 1991-92, l’ancien directeur général des Flames de Calgary Cliff Fletcher prend la tête de l’équipe et commence à redresser l’équipe.

En 1992-93, les Leafs comptent dans leur rang Doug Gilmour (ancien Flames) qui inscrit 32 buts et 95 aides. Il est épaulé par Dave Andreychuk (25 buts en 31 matchs) et par le gardien de but Félix Potvin. Toronto finit la saison avec un total record dans leur histoire (99 points) et sont alors troisième de leur division. Les Leafs battent alors les Red Wings de Détroit en première ronde puis les Blues de Saint-Louis.

Les fans des Leafs se prennent à rêver d’une finale contre les Canadiens de Montréal, ces derniers jouant contre les Islanders de New York en finale de la conférence Prince de Galles. Avant cela, il faut se qualifier face à l’équipe de Wayne Gretzky, les Kings de Los Angeles. Cela semble bien entamé pour les Leafs qui mènent 3 matchs à 2 mais ils perdent tour à tour le sixième match et le septième à cause d’un tour du chapeau de Gretzky.

Ceux qui espéraient avoir une finale 100 % canadienne la saison passée, furent partiellement comblés lors des séries 1993 avec une finale de conférence entre Toronto et les Canucks de Vancouver. Cela dit, les Maple Leafs ne sont pas à la hauteur et perdent en cinq matchs.

Après deux saisons sans qualification pour les séries éliminatoires, les Leafs se qualifient en 1999 après avoir quitté le Maple Leaf Gardens pour emménager dans leur nouveau domicile le Centre Air Canada. Mats Sundin, qui a rejoint l’équipe en 1994, en provenance des Nordiques de Québec connaît une de ses meilleurs saisons avec 31 buts et un total de 83 points. Sergei Berezin inscrit 37 buts, Curtis Joseph gagne 35 matchs avec une moyenne de buts alloué de 2,56 buts par match et Tie Domi totalise 198 minutes de pénalités. En séries, les Leafs éliminent tour à tour les Flyers de Philadelphie puis les Penguins de Pittsburgh avant de perdre en finale de la conférence de l'Est en cinq matchs contre les Sabres de Buffalo.

En 2000 et 2001, les Maple Leafs vont parvenir à se hisser au second tour des séries mais à chaque fois ils vont perdre contre les Devils du New Jersey. La première de ces deux saisons est particulièrement notable du fait que les Maple Leafs ont réussi pour la première fois en 37 saisons à finir premiers de leur division avec pour la première fois de toute leur histoire plus de 100 points. Les Devils ont terni la saison en les éliminant aussi précocement dans les séries. De plus au cours du dernier match, les joueurs des Leafs n’ont pu réaliser que six tirs dans tout le match.

La saison 2001-02 est particulièrement difficile pour la franchise avec les blessures qui s’accumulent mais l’équipe arrive tout de même à se qualifier pour les séries. Après deux premiers tours passés contre les Islanders de New York puis contre les Sénateurs d'Ottawa, l’équipe perd une nouvelle fois en finale de conférence contre le « petit Poucet » des séries, les Hurricanes de la Caroline.

À la fin de la saison, le gardien de but des Maple Leafs, Curtis Joseph, décide de rejoindre les champions en titre, les Red Wings de Détroit et l’équipe trouve immédiatement un remplaçant en la personne du vétéran Ed Belfour, champion 1999 avec les Stars de Dallas. Belfour ne peut rien faire pour empêcher son équipe de perdre au cours des séries 2003 en sept match du premier tour contre les Flyers mais la saison suivante s’annonce sous de meilleurs augures avec un camp d’entraînement en Suède avec des matchs de préparation contre des équipes de championnats finlandais et suédois. La franchise finit la saison avec un total record de 104 points et se classe quatrième dans la conférence. Pour la quatrième fois en cinq saisons, les Leafs battent les Sénateurs au premier tour mais sont éliminés au tour suivant par les Flyers.

Suite au lock-out 2004-05 des joueurs de la LNH, les Leafs dixièmes de la conférence ne parviennent pas à se qualifier pour les séries 2006.

Les Maple Leafs sont la seule des six équipes originales à ne pas avoir atteint une seule fois la finale de la Coupe Stanley depuis 1967 et l’expansion de la LNH.

Depuis 2006[modifier | modifier le code]

Le 28 janvier 2006, les Leafs perdent leur huitième match consécutif et réalisent une « performance » unique depuis les dix ans de présence de Pat Quinn derrière le banc. Logiquement, l’équipe aurait dû changer d’entraîneur mais l’impact médiatique que cela aurait eu autour du futur entraîneur de l’équipe du Canada lors des jeux olympiques d'hiver de 2006 de Turin était tel que les dirigeants ont préféré garder Quinn.

Malgré un réveil en fin de saison avec notamment un temps de jeu augmenté pour le gardien de but habituel des Marlies de Toronto, Jean-Sébastien Aubin, les Maple Leafs ne parviennent pas à se qualifier pour les séries éliminatoires ce qui n’était plus arrivé depuis 1998. Cette fois-ci, Pat Quinn et son adjoint Rick Ley sont renvoyés cinq jours après la fin de la saison. Ce départ s’accompagne également du départ du défenseur Aki-Petteri Berg.

Paul Maurice, entraîneur des Marlies et ancien entraîneur des Hurricanes de la Caroline devient l’entraîneur de l’équipe des Maple Leafs. L’équipe prolonge également le contrat de leur défenseur vedette, Bryan McCabe, le 28 juin pour un contrat de cinq ans.

Au cours du repêchage 2006, les Leafs choisissent Jiří Tlustý en première ronde (13e choix) et fond venir le gardien, vainqueur 2004 du trophée Calder, Andrew Raycroft (en échange de Tuukka Rask).

L’équipe 2006-07 des Maple Leafs est menée par des joueurs expérimentés tels que Mats Sundin, Bryan McCabe ou encore Tomas Kaberle. Des nouveaux joueurs sont également venus renforcer l’équipe qui aura vu au cours de l’intersaison, les départs de plusieurs cadres de l’équipe tels que Tie Domi, néo retraité, Eric Lindros (transféré aux Stars de Dallas) ou encore Ed Belfour (jouant maintenant avec les Panthers de la Floride). Les nouveaux joueurs se nomment : Hal Gill, Pavel Kubina et Michael Peca

Après une première moitié de saison laborieuse, les Leafs congédie leur directeur général John Ferguson Jr. le 22 janvier 2008. Cliff Fletcher prend alors le poste par intérim.

Le nouveau directeur général par intérim congédie, le 7 mai 2008, Paul Maurice qui était entraîneur-chef de la formation canadienne depuis 2006. Fletcher nomme Ron Wilson à titre d'entraineur-chef de l'équipe, quelques semaines plus tard.

Le 29 novembre 2008, la direction des Maple Leafs embauche Brian Burke à titre de président et de directeur général de l'équipe.

Lors de la saison 2011-2012, les Maple Leafs connaissent une mauvaise séquence après le match des étoiles. Devant le mécontentement populaire et la pression de plus en plus forte, Burke se voit obliger de montrer la porte à Ron Wilson, le 2 mars 2012. Il le remplace par Randy Carlyle.

Après plus de 4 ans à la tête de l'équipe, Brian Burke est congédié le 9 janvier 2013. Il est remplacé par son adjoint, Dave Nonis.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Photographie de Jussi Rynnäs avec les Marlies de Toronto
Jussi Rynnäs sous les couleurs des Marlies de Toronto, équipe affiliée à Boston dans la Ligue américaine de hockey.

Les franchises de la Ligue nationale de hockey ayant un effectif limité par convention, elles sont « affiliées » chaque saison à une ou plusieurs équipes de ligues moins importantes. Ceci leur permet de recruter de jeunes joueurs lors des repêchages annuels tout en leur permettant de continuer leur développement sans les lancer trop tôt dans le « grand bain ». De plus, ces équipes affiliées (aussi nommées clubs-écoles ou farm team en anglais) constituent une réserve de talents pour les franchises de la LNH qui font appel à eux au gré des blessures et/ou méformes des joueurs de l'effectif de départ. À l'exception de quelques équipes propriétaires elles-mêmes de leur club-école, les affiliations sont conclues par une entente contractuelle et ne sont donc pas figées dans le temps. Depuis leurs débuts, les Maple Leafs ont été affiliés aux équipes suivantes[19] :

Affiliations secondaires[modifier | modifier le code]

En plus de ces équipes, les franchises de la LNH possèdent une ou des affiliations dites « secondaires » avec des équipes évoluant dans des ligues mineures. Ces équipes, sont généralement utilisées comme réservoir pour les équipes précédentes en cas d'absence de joueurs blessés ou partis évoluer avec une équipe de la LNH. Au cours de leur histoire, les Maple Leafs ont eu les affiliations secondaires suivantes[19] :

Les joueurs et entraîneurs[modifier | modifier le code]

Joueurs actuels[modifier | modifier le code]

Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif[20]
No Nom Nat. Position Arrivée Salaire
34 Reimer, JamesJames Reimer Drapeau : Canada Gardien 2006 - Repêchage 2 300 000 $
45 Bernier, JonathanJonathan Bernier Drapeau : Canada Gardien 2013 - Kings de Los Angeles 2 900 000 $
3 Phaneuf, DionDion PhaneufC Drapeau : Canada Défenseur 2010 - Flames de Calgary 7 000 000 $
4 Franson, CodyCody Franson Drapeau : Canada Défenseur 2011 - Predators de Nashville 3 300 000 $
12 Robidas, StéphaneStéphane RobidasA Drapeau : Canada Défenseur 2014 - Agent libre 3 000 000 $
44 Rielly, MorganMorgan Rielly Drapeau : Canada Défenseur 2012 - Repêchage 894 167 $
46 Polák, RomanRoman Polák Drapeau : République tchèque Défenseur 2014 - Blues de Saint-Louis 2 750 000 $
50 Percy, StuartStuart Percy Drapeau : Canada Défenseur 2011 - Repêchage 863 333 $
51 Gardiner, JakeJake Gardiner Drapeau : États-Unis Défenseur 2011 - Ducks d'Anaheim 4 050 000 $
18 Panik, RichardRichard Panik Drapeau : Slovaquie Ailier droit 2014 - Ballottage 735 000 $
19 Lupul, JoffreyJoffrey LupulA Drapeau : Canada Ailier gauche 2011 - Ducks d'Anaheim 5 250 000 $
20 Booth, DavidDavid Booth Drapeau : États-Unis Ailier gauche 2014 - Agent libre 1 100 000 $
21 van Riemsdyk, JamesJames van Riemsdyk Drapeau : États-Unis Ailier gauche 2012 - Flyers de Philadelphie 4 250 000 $
24 Holland, PeterPeter Holland Drapeau : Canada Centre 2013 - Ducks d'Anaheim 775 000 $
25 Santorelli, MikeMike Santorelli Drapeau : Canada Centre 2014 - Agent libre 1 500 000 $
26 Winnik, DanielDaniel Winnik Drapeau : Canada Centre 2014 - Agent libre 1 300 000 $
37 Ashton, CarterCarter Ashton Drapeau : Canada Ailier droit 2012 - Lightning de Tampa Bay 850 500 $
39 Frattin, MattMatt Frattin Drapeau : Canada Ailier droit 2014 - Blue Jackets de Columbus 800 000 $
42 Bozak, TylerTyler Bozak Drapeau : Canada Centre 2009 - Agent libre 4 200 000 $
43 Kadri, NazemNazem Kadri Drapeau : Canada Centre 2009 - Repêchage 2 900 000 $
47 Komarov, LeoLeo Komarov Drapeau : Finlande Centre 2014 - Agent libre 2 950 000 $
67 Kozun, BrandonBrandon Kozun Drapeau : États-Unis Ailier droit 2014 - Marlies de Toronto 550 000 $
71 Clarkson, DavidDavid Clarkson Drapeau : Canada Ailier droit 2013 - Agent libre 5 250 000 $
81 Kessel, PhilPhil Kessel Drapeau : États-Unis Ailier droit 2009 - Bruins de Boston 8 000 000 $

Joueurs du passé[modifier | modifier le code]

Au Temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Numéros retirés et honorés[modifier | modifier le code]

Les Maples Leafs ont comme politique de retirer seulement les numéros portés par des joueurs qui ont apporté une contribution au Toronto Maple Leaf Hockey Club et dont la carrière s'est interrompue prématurément alors qu'ils portaient l'uniforme des Maple Leafs. Barilko (mort dans un accident d'avion en 1951) et Bailey (qui s'est retiré suite à une blessure sévère à la tête en 1933) sont donc les seuls joueurs ayant eu leur chandail retiré le 17 octobre 1992. Les autres joueurs reconnus par le club pour leur contribution voient plutôt leurs numéros être honoré (le numéro reste disponible pour les joueurs actifs).

Numéros retirés[modifier | modifier le code]
Numéros honorés[modifier | modifier le code]

Capitaines[modifier | modifier le code]

Voici la liste des capitaines des Maple Leafs de Toronto

Période Nom du (ou des) joueur(s)
1927 Bert Corbeau
1927-1937 Hap Day
1937-1938 Charlie Conacher
1938-1940 Red Horner
1940-1943 Syl Apps
1943-1945 Bob Davidson
1945-1948 Syl Apps
1948-1955 Ted Kennedy
1955-1956 Sid Smith
1956-1957 Jimmy Thomson
1957 Ted Kennedy
1957-1969 George Armstrong
1969-1975 Dave Keon
1975-1979 Darryl Sittler
1979-1980 Aucun capitaine
1980-1982 Darryl Sittler
1982-1986 Rick Vaive
1986-1989 Aucun capitaine
1989-1991 Rob Ramage
1991-1994 Wendel Clark
1994-1997 Doug Gilmour
1997-2008 Mats Sundin
2008-2010 Aucun capitaine
2010-... Dion Phaneuf

Choix de premier tour[modifier | modifier le code]

Chaque année et depuis 1963, les joueurs des ligues juniors ont la possibilité de signer des contrats avec les franchises de la LNH. Cette section présente les premiers choix de repêchage des Maple Leafs ainsi que les équipes mineures dans lesquelles ces joueurs ont évolué[21]

1963 à 1989
Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1963 Walt McKechnie 6e Nationals de London (WOJBHL)
1964 Tom Martin 5e Marlboro Midgets de Toronto
1965 Pas de choix de premier tour
1966 John Wright 4e West Clair Jr. B
1967 Pas de choix de premier tour
1968 Brad Selwood 10e Flyers de Niagara Falls (AHO)
1969 Ernie Moser 9e Bruins d'Estevan (LHJS)
1970 Darryl Sittler 8e Knights de London (AHO)
1971 Pas de choix de premier tour
1972 George Ferguson 11e Marlboros de Toronto (AHO)
1973 Lanny McDonald
Bob Neely
Ian Turnbull
4e
10e
15e
Tigers de Medicine Hat (LHOu)
Petes de Peterborough (AHO)
(67 d'Ottawa]] (AHO)
1974 Jack Valiquette 13e Greyhounds de Sault Ste. Marie (AHO)
1975 Don Ashby 6e Centennials de Calgary (LHOu)
1976 Pas de choix de premier tour
1977 John Anderson
Trevor Johansson
11e
12e
Marlboros de Toronto (LHJMO)
Marlboros de Toronto (LHJMO)
1978 Pas de choix de premier tour
1979 Laurie Boschman 9e Wheat Kings de Brandon (LHOu)
1980 Pas de choix de premier tour
1981 Jim Benning 6e Winter Hawks de Portland (LHOu)
1982 Gary Nylund 3e Winter Hawks de Portland (LHOu)
1983 Russ Courtnall 7e Cougars de Victoria (LHOu)
1984 Al Iafrate 4e Bulls de Belleville (LHO)
1985 Wendel Clark 1er Blades de Saskatoon (LHOu)
1986 Vincent Damphousse 4e Titan de Laval (LHJMQ)
1987 Luke Richardson 7e Petes de Peterborough (LHO)
1988 Scott Pearson 6e Canadians de Kingston (LHO)
1989 Scott Thornton
Rob Pearson
Steve Bancroft
3e
12e
21e
Bulls de Belleville (LHO)
Bulls de Belleville (LHO)
Bulls de Belleville (LHO)
depuis 1990
Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1990 Drake Berehowsky 10e Frontenacs de Kingston (LHO)
1991 Pas de choix de premier tour
1992 Brandon Convery
Grant Marshall
8e
23e
Wolves de Sudbury (LHO)
67 d'Ottawa
1993 Kenny Jönsson
Landon Wilson
12e
19e
Rögle BK (Elitserien)
Fighting Saints de Dubuque (USHL)
1994 Éric Fichaud 16e Saguenéens de Chicoutimi (LHJMQ)
1995 Jeff Ware 15e Generals d'Oshawa (LHO)
1996 Pas de choix de premier tour
1997 Pas de choix de premier tour
1998 Nikolaï Antropov 10e Torpedo Oust-Kamenogorsk (Superliga)
1999 Luca Cereda 24e HC Ambri-Piotta (LNA)
2000 Brad Boyes 24e Otters d'Érié (LHO)
2001 Carlo Colaiacovo 17e Otters d'Érié (LHO)
2002 Alexander Steen 24e Frölunda HC (Elitserien)
2003 Pas de choix de premier tour
2004 Pas de choix de premier tour
2005 Tuukka Rask 21e Ilves Tampere (SM-liiga)
2006 Jiří Tlustý 13e HC Kladno (Extraliga tchèque)
2007 Pas de choix de premier tour
2008 Luke Schenn 5e Rockets de Kelowna (LHOu)
2009 Nazem Kadri 7e Knights de London (LHO)
2010 Pas de choix de premier tour
2011 Tyler Biggs
Stuart Percy
22e
25e
US National Team Development Program (USHL)
St. Michael's Majors de Mississauga (LHO)
2012 Morgan Rielly 5e Warriors de Moose Jaw (LHOu)
2013 Frédérik Gauthier 21e Océanic de Rimouski (LHJMQ)
2014 William Nylander 8e Sodertalje SK (Allsvenskan)

Les entraîneurs de la franchise[modifier | modifier le code]

Depuis le début de la franchise, il y a eu 35 entraîneurs (ce total inclus les entraîneurs des Arenas et des Saint-Pats).
King Clancy et Punch Imlach ont été à trois reprises derrière le banc des Leafs tandis que John McLellan, Charles Querrie et Conn Smythe l'auront été à deux reprises.

Entraîneurs des Arenas[modifier | modifier le code]

Les Arenas ont utilisé deux entraîneurs : Dick Carroll pour la saison 1917-18. Il est remplacé au cours de la saison suivante par Frank Heffernan.

Entraîneurs des Saint-Patricks[modifier | modifier le code]

Les Saint-Patricks ont eu sept entraîneurs au cours de leur histoire.

Liste des entraîneurs des Saint-Patricks
No  Nom Dates
3 Harry Sproule 1919-1920
4 Frank Carroll 1920-1921
5 George O'Donoghue 1921-1923
6 Charles Querrie 1922-1923
7 Eddie Powers 1923-1926
- Charles Querrie 1926-1927
8 Mike Rodden 1926-1927
9 Alex Romeril 1926-1927

Entraîneurs des Maple Leafs[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous reprend l'ensemble des entraîneurs de l'équipe depuis l'arrivée de Conn Smythe en tant que propriétaire[22].

Liste des entraîneurs des Maple Leafs
No  Nom Dates PJ  V   D   N  Pr.[23] % V
10 Conn Smythe 1927-1930 134 57 57 20 -  
11 Art Duncan 1930-1932 49 22 16 11 - 56,1 %
12 Dick Irvin 1932-1940 427 216 152 59 - 57,6 %
13 Hap Day 1940-1950 546 259 206 81 - 54,9 %
14 Joe Primeau 1950-1953 210 97 71 42 - 56,2 %
15 King Clancy 1953-1956 210 80 81 49 - 49,8 %
16 Howie Meeker 1956-1957 70 21 34 15 - 40,7 %
17 Billy Reay 1957-1958 90 26 50 14 - 36,7 %
18 Punch Imlach 1958-1967 550 -
- King Clancy 1967 10 7 1 2 - 80,0 %
- Punch Imlach 1967-1969 150 68 57 25 - 53,7 %
19 John McLellan 1969-1972 217 -
- King Clancy 1972 15 9 3 3 - 70,0 %
- John McLellan 1972-1973 78 27 41 10 - 41,0 %
20 Red Kelly 1973-1977 318 133 123 62 - 51,6 %
21 Roger Neilson 1977-1979 160 75 62 23 - 54,1 %
22 Floyd Smith 1979-1980 68 30 33 5 - 47,7 %
23 Dick Duff 1980 2 0 2 0 - 0 %
- Punch Imlach 1980 10 5 5 0 - 50 %
24 Joe Crozier 1980-1981 40 13 22 5 - 38,8 %
25 Mike Nykoluk 1981-1984 280 89 144 47 - 40,2 %
26 Dan Maloney 1984-1986 160 45 100 15 - 32,8 %
27 John Brophy 1986-1988 193 64 111 18 - 37,8 %
28 George Armstrong 1988-1989 47 17 26 4 - 40,4 %
29 Doug Carpenter 1989-1990 91 39 47 5 - 45,6 %
30 Tom Watt 1990-1992 149 52 80 17 - 40,6 %
31 Pat Burns 1992-1996 281 133 107 41 - 54,6 %
32 Nick Beverley 1996 17 9 6 2 - 58,8 %
33 Mike Murphy 1996-1998 164 60 87 17 - 41,8 %
34 Pat Quinn 1998-2006 574 300 196 52 26 59,1 %
35 Paul Maurice 2006-2008 164 76 65 - 11 39,6 %
36 Ron Wilson 2008-2012 310 130 135 - 45
37 Randy Carlyle 2012- 18 6 9 - 3

Trophées d'équipes et honneurs individuels[modifier | modifier le code]

Coupe Stanley[24] - Le plus glorieux des trophées, remise au vainqueur des séries éliminatoires.

Trophée O'Brien - Trophée remis au champion de la saison régulière la ligue nationale de hockey mais est remplacé en 1923 au profit du Trophée Prince de Galles. En 1926, avec l'élargissement de la ligue, il est réintroduit afin de récompenser le vainqueur de la Division Canadienne. En 1938, la LNH revient à une seule division et le trophée est de nouveau retiré et il l'est définitivement après la saison 1949-1950 de la LNH. Entre temps, le trophée est remis au club perdant de la finale de la Coupe Stanley.

Trophée Prince de Galles[25] Le trophée Prince de Galles est le trophée qui a changé le plus souvent de signification. En 2007 et depuis 1994, ce trophée récompense le champion de la conférence de l'Est. Il est mis en place en 1924 et récompense le champion de la saison régulière. Par la suite, il récompense tour à tour l'équipe qui termine première dans la division américaine (1928-1938), le champion de la saison régulière (1939-1967), l'équipe championne de la division Est en saison (1968-1974), l'équipe championne pour la saison régulière de la Conférence Prince-de-Galles (1975-1981) et enfin l'équipe remportant la finale de la Conférence Prince-de-Galles durant les séries éliminatoires (1982-1993).

Trophée Bill Masterton[26] Cette récompense est remise au joueur ayant démontré le plus de qualité de persévérance et d’esprit d’équipe. Ce trophée rend hommage à Bill Masterton, un joueur des North Stars du Minnesota qui est décédé le 15 janvier 1968 lors d'un match de la LNH. Le gagnant est choisi par les journalistes.

Trophée Calder[27] Ce trophée récompense le meilleur joueur dans sa première saison dans la ligue. Pour être éligible, le joueur ne doit pas avoir joué plus de 25 matchs dans la saison régulière précédant celle en cours et pas plus de six matchs durant les deux autres saisons précédentes dans une des ligues professionnelles. Le joueur ne peut pas être âgé de plus de 26 ans le 25 septembre de la saison d'éligibilité.

Trophée Conn Smythe[28] Ce trophée récompense le joueur le plus utile des séries éliminatoires depuis la saison 1964-65. Le vote, réalisé par les journalistes, a lieu durant la deuxième période d'un match de la série finale de la Coupe Stanley. Si la série ne se termine pas à l'issue de ce match, les votes sont annulés et le vote recommence à la partie suivante. Le joueur gagnant n'est pas nécessairement dans l'équipe qui remporte la Coupe Stanley.

Trophée Frank J. Selke[29] Ce trophée mis en place en 1978 permet de récompenser l’attaquant aidant le plus sa défense et est nommé en l'honneur de Frank J. Selke, ancien directeur-gérant des Maple Leafs de Toronto et des Canadiens de Montréal. Le vainqueur est désigné par la presse.

Trophée Hart[30] Une des plus belles récompenses pour un joueur de la LNH : la récompense du meilleur joueur, joueur élu par l’Association professionnelle de la presse écrite. C'est également le trophée le plus ancien de tous les trophées : il date de 1923, quand le docteur David Hart en fit don à la ligue. David Hart était le père de l'entraineur-chef et directeur-gérant du Canadien de Montréal, Cecil Hart.

Trophée King Clancy[31] Cette récompense est remise par la Ligue nationale de hockey au joueur de hockey sur glace ayant démontré le meilleur exemple de leadership et ayant le plus contribué à la société.

Trophée Lady Byng[32] Second trophée à être mis en place en 1925, ce trophée récompense le joueur avec le meilleur état d’esprit de la ligue. Il est également décerné par les journalistes et a été mis en place à l'initiative de la femme de Julian Byng, qui aimait avant tout le beau jeu et assistait à de nombreux matchs des Sénateurs d'Ottawa.

Trophée Jack Adams[33] Ce trophée, récompensant le meilleur entraîneur de la saison, est mis en place en 1974 et le vainqueur est désigné par l'ensemble des diffuseurs des matchs. Jack Adams était un entraîneur des Red Wings de Détroit pendant une vingtaine d'années puis dirigeant de l'équipe pendant encore seize ans.

Trophée Vézina[34] Ce trophée est remis annuellement au gardien de but jugé le meilleur de la saison. Depuis le début de la LNH, Georges Vézina était le gardien attitré des Canadiens de Montréal. Au cours du tout premier match de la saison 1925-26 contre les Pirates de Pittsburgh, Vézina s'effondre sur la glace en première période. Les docteurs diagnostiquent alors une tuberculose dans un état avancé. Il décède quatre mois plus tard. Le trophée est introduit la saison suivante.

Première équipe des Étoiles

Deuxième équipe des Étoiles

Équipe des recrues de la LNH


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Souvent appelés Saint-Pats.
  2. Lors de cette saison, il eut égalité au poste d'ailier droit avec Cecil Dillon des Rangers de New York. On décida alors de nommer les deux joueurs sur la 1re et 2e équipe des étoiles.
  3. À égalité au poste d'ailier droit avec Sid Abel des Red Wings de Détroit.
  4. Il avait débuté la saison avec les Canadiens de Montréal mais fut échangé aux Maple Leafs en décembre 1982.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Hornby, « Les grands moments du Hockey », p. 16.
  2. Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », p. 248.
  3. Holzman et Nieforth, « Deceptions and Doublecross: How the NHL Conquered Hockey », p. 154.
  4. Holzman et Nieforth, « Deceptions and Doublecross: How the NHL Conquered Hockey », p. 161.
  5. (en) Historique des Leafs durant les années 1920.
  6. (en) John McGourty, « NHL celebrates 90th anniversary today », sur www.nhl.com,‎ 26 novembre 2007 (consulté le 14 mars 2010).
  7. (en) P. Anson, « Toronto Arenas 9 @ Montreal Wanderers 10 », sur www.flyershistory.com (consulté le 15 octobre 2010).
  8. (fr) « Arénas », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 15 octobre 2010).
  9. (en) « Liste des meneurs de la saison 1917-1918 », sur www.hockeydb.com (consulté le 15 mars 2010).
  10. a, b et c (fr) « Saison 1917-1918 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 16 mars 2010).
  11. (en) « Historique du trophée O'Brien », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 14 mars 2010).
  12. Hornby, « Les grands moments du Hockey », p. 11.
  13. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- 1917-18 Stanley Cup Winner -- Toronto Arenas », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 16 octobre 2010).
  14. Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », p. 260.
  15. (en) P. Anson, « Vancouver Millionaires 1 @ Toronto Arenas 2 », sur www.flyershistory.com (consulté le 5 avril 2010).
  16. Ils perdent tour à tour contre les Maroons de Montréal, contre les Red Wings de Détroit en 1936, contre les Blackhawks de Chicago en 1938, contre les Bruins de Boston en 1939 et contre les Rangers de New York en 1940.
  17. (en) Chris McDonell, Hockey's Greatest Stars: Legends et Young Lions, Firefly Books (ISBN 1-55407-038-4)
  18. a et b "Lanny McDonald trade has Sittler in tears, " Jim Kernaghan, Toronto Star, 29 décembre 1979, p. 1.
  19. a et b (en) « Toronto Maple Leafs Minor League Affiliate History », sur www.hockeydb.com (consulté le 25 août 2013)
  20. Effectif des Maple Leafs de Toronto sur mapleleafs.nhl.com
  21. (en) Liste des choix des Maple Leafs lors des repêchages de la LNH sur http://www.hockeydb.com/.
  22. (en) Liste des entraîneurs et propriétaires de la franchise.
  23. Les défaites en prolongation ne sont comptabilisées uniquement que depuis la saison 1998-1999 de la LNH.
  24. (en) Liste des vainqueurs de la Coupe Stanley
  25. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Prince de Galles
  26. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Bill Masterton
  27. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Calder
  28. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Conn Smythe
  29. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Frank J. Selke
  30. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Hart
  31. (en) Liste des vainqueurs du Trophée King Clancy
  32. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Lady Byng
  33. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Jack Adams
  34. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Vézina

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Duplacey, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998 (ISBN 978-0836271140)
  • Lance Hornby, Les grands moments du Hockey, Modus Vivendy,‎ 2005 (ISBN 2-89523-337-3)
  • (en) Morey Holzman et Joseph Nieforth, Deceptions and Doublecross: How the NHL Conquered Hockey, Dundurn Press,‎ 2002 (ISBN 978-1550024135)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • (en) Mark Stewart, The Toronto Maple Leafs, Norwood House Press,‎ 2009 (ISBN 9781599533384)

Liens externes[modifier | modifier le code]