Americans de New York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Americans de New York

alt=Description de l'image Americans_de_New_York_1926.png.
Fondé le 17 avril 1925
Disparu en 1942
Siège Flag of New York City.svg New York
Drapeau de l'État de New York New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Patinoire (aréna) Madison Square Garden
Couleurs Rouge, blanc et bleu
                 
Ligue Ligue nationale de hockey

Les Americans de New York – également surnommés « Amerks » – sont une franchise professionnelle de hockey sur glace d'Amérique du Nord. L'équipe évolue à New York aux États-Unis et joue dans la Ligue nationale de hockey entre 1925 et 1942.; lors de sa dernière saison l'équipe change le nom pour devenir les Americans de Brooklyn.

Mise en place une saison avant les Rangers, les Americans sont la première équipe de hockey de la ville de New York et jouent leurs matchs à domicile dans le Madison Square Garden. Fondés sur les bases des Tigers de Hamilton, meilleure équipe de la saison 1924-1925, ils ne connaissent pas le succès attendu en ne se qualifiant qu'à cinq reprises pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley en dix-sept saisons. Ils n'atteignent jamais la finale de la Coupe étant éliminés à deux reprises en demi-finale.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts de la franchise[modifier | modifier le code]

En 1923, Thomas Duggan, promoteur de New York a une opportunité de créer trois nouvelles franchises dans la LNH aux États-Unis. Il vend les deux premières places à Charles Adams qui crée les Bruins de Boston et à Tex Rickard – futur créateur des Rangers de New York. Dans le même temps, les Tigers de Hamilton se qualifient pour la première fois de leur histoire pour la finale de la Coupe Stanley en 1924-25. Les dix joueurs des Tigers annoncent à leur directeur qu'ils ne sont payés que pour jouer les matchs de la saison régulière et qu'ils veulent une prime de 200 dollars chacun pour jouer la finale de la LNH[1].

En effet leur contrat stipule qu'ils sont payés pour jouer entre le 1er décembre 1924 et le 31 mars 1925 et ceci quel que soit le nombre de rencontres programmées[2]. La direction des Tigers refuse le chantage et les joueurs décident alors de faire grève, la première de la LNH. Une rencontre est prévue entre Frank Calder, commissaire de la LNH, Percy Thompson, propriétaire de l'équipe, et Wilfred « Shorty » Green, représentant des joueurs pour tenter de trouver un compromis mais ce dernier ne se présente pas. Le 17 avril 1925, lors d'une réunion de la LNH une décision est prise : les joueurs des Tigers sont tous suspendus, ils reçoivent une amende de 200 dollars et sont éliminés de la compétition[3]. Au cours de la même réunion, les dirigeants de la LNH annoncent que la franchise est déménagée de l'Ontario pour rejoindre la ville de New York[4].

William V. Dwyer est un des premiers bootlegger de la Prohibition à New York dans les années 1920 et pour 75 000 dollars, il achète la franchise qui devient les « Americans de New York ». Il est conseillé par William MacBeth, journaliste canadien qui écrit pour le New York Herald Tribune[4]. Dwyer récupère alors des joueurs comme « Shorty » et Red Green, Harry « Billy » Burch ou encore « Bullet » Joe Simpson[4]. Dwyer signe des contrats inhabituels avec ses joueurs : Burch signe un contrat de trois saisons pour 25 000 dollars, « Shorty » Green est augmenté de 2 000 dollars pour atteindre la barre des 5 000 dollars. Les autres joueurs de la LNH touchent alors en moyenne entre 1 500 et 2 000 dollars[5].

Premières saisons[modifier | modifier le code]

Les Americans en 1929.

Les Americans de New York rejoignent la LNH pour la saison 1925-1926 et ils jouent leurs premières rencontres à l'extérieur avec tout d'abord un match contre les Pirates de Pittsburgh le 2 décembre 1925. Burch inscrit le premier but pour New York[6]. Les Americans inaugurent leur nouvelle salle contre les Canadiens de Montréal le soir du 15 décembre, une défaite 3 buts à 1[7].

Dwyer est obligé de laisser la gérance de son équipe à Thomas Gorman, étant rattrapé par la justice américaine. Pendant ce temps, MacBeth écrit les comptes-rendus des matchs de l'équipe et il a alors tendance à mettre en avant deux joueurs en particulier. Ainsi, Simpson est surnommé « The Blue Streak from Saskatoon »[Note 1] alors que Burch est appelé le « Babe Ruth du Hockey »[7]. Les deux joueurs deviennent alors les favoris du public de New York et par la suite, le public espère à chaque fois qu'un des joueurs touche le palet qu'un but suivra et n'hésite pas à huer quand ils font des passes au lieu de tenter leur chance. Simpson et Burch rentrent dans le jeu, diminuent leur nombre de passes pour tenter des actions individuelles et sont vites imités par les autres joueurs de l'équipe[7]. Cinquièmes de la LNH, les Americans de New York sont éliminés des séries éliminatoires[8] alors que Burch est le meilleur buteur et pointeur de l'équipe avec vingt-deux buts et vingt-cinq points[9].

1941-42, les Americans de Brooklyn[modifier | modifier le code]

En 1941, espérant intensifier la rivalité avec les Rangers[10], Red Dutton décide de déménager la franchise de Manhattan au quartier de Brooklyn ; l'équipe est alors renommée et devient les Americans de Brooklyn. Ils ne jouent cependant pas un seul match de la saison 1941-42 dans leur nouveau quartier et ils n'y font que leurs entraînements. En quarante-huit matchs, les Amerks n'en remportent que seize pour trois parties nulles et vingt-neuf défaites. L'équipe est bonne dernière du classement avec trente-cinq points et est éliminée de la course à la Coupe Stanley[11].

Fin de la franchise[modifier | modifier le code]

En 1942, les États-Unis entrent dans la Seconde Guerre mondiale, de nombreux joueurs de la Ligue nationale de hockey sont alors mobilisés et doivent quitter leur équipe. Les Americans, équipe constituée essentiellement de joueurs américains, sont durement touchés et seuls quatre de leurs joueurs sont exemptés de servir pour leur pays[10]. Les propriétaires des autres franchises s'interrogent alors sur la compétitivité de l'équipe[12] forçant ainsi la LNH à suspendre les Americans jusqu'à la fin de la guerre, Dutton obtenant en retour la promesse de la ligue du retour de l'équipe sitôt la guerre terminée[13].

Alors que la guerre est finie, Dutton discute avec Conn Smythe du retour de son équipe. Ce dernier lui fait comprendre que ce retour n'est pas à l'ordre du jour, les propriétaires du Madison Square Garden, également propriétaires des Rangers de New York, désirant voir jouer une deuxième équipe dans leur enceinte. Dutton, lui oppose la construction d'une patinoire d'un montant de sept millions de dollars négociée avec Brooklyn mais devant la fin de non-recevoir de Smythe, il abandonne l'idée de retour de la franchise : « Gentlemen, you can stick your franchise up your ass »[14] (« Messieurs, vous pouvez vous assoir sur votre franchise »).

Finalement, ce n'est qu'en 1972 que la ville de New York voit une deuxième équipe intégrer la LNH avec la création des Islanders de New York.

Personnalités de l'équipe[modifier | modifier le code]

Au Temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Cette section présente les joueurs importants dans l’histoire des Americans qui ont acquis une des plus belles récompense dans la LNH, l’accès au Temple de la renommée du hockey. Pour être admis au Temple de la renommée, le dossier de chaque pétitionnaire devra passer devant dix-huit membres du comité et recevoir au moins les trois-quarts des votes – soit quinze membres[15]. Chaque année, sont admis au maximum :

  • quatre joueurs,
  • deux « bâtisseurs »[Note 2],
  • un arbitre ou juge de ligne.

Pour les joueurs, l’arbitre ou juge de ligne, la personne doit avoir pris sa retraite de sa carrière en glace depuis au moins trois ans. Dans le passé, il y a eu des exceptions pour les joueurs dotés d’un talent exceptionnel qui, selon le comité, méritaient d’être intronisés avant les trois années règlementaires[16].

Les personnalités des Americans admises au temple sont les suivantes[17] :

Capitaines de l'équipe[modifier | modifier le code]

Cette section présente la liste des capitaines de l'équipe au cours des différentes saisons[18] :

Meilleurs joueurs[modifier | modifier le code]

Cent-cinquante-six joueurs différents ont porté le maillot des Americans ; parmi tous les joueurs, Norman Himes est le joueur le plus utilisé par l'équipe avec quatre cent-deux rencontres jouées. Il est le meilleur buteur de l'histoire du club avec cent-six buts ainsi que le meilleur pointeur avec un total de deux-cent-dix-neuf. Art Chapman est le meilleur passeur des Americans avec cent-quarante-cinq aides. Dans les buts, Roy Worters est le gardien le plus utilisé jouant neuf saisons au club pour un total de trois-cent-soixante apparitions. Le classement des dix meilleurs pointeurs de l'équipe est le suivant[19] :

Liste des meilleurs pointeurs de la franchise
Joueur PJ B A Pts Pun
Himes, NormanNorman Himes (en) 402 106 113 219 127
Schriner, SweeneySweeney Schriner 240 92 121 213 73
Carr, LorneLorne Carr (en) 330 99 101 200 95
Chapman, ArtArt Chapman 279 38 145 183 74
Anderson, TommyTommy Anderson 292 57 125 182 174
Wiseman, EddieEddie Wiseman 209 61 83 144 75
McVeigh, CharlesCharles McVeigh 311 66 77 143 105
Stewart, NelsNels Stewart 210 75 68 143 115
Burch, BillyBilly Burch 282 90 44 134 229
Armstrong, MurrayMurray Armstrong 140 32 56 88 33

Statistiques par saison[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison
No  Saison Entraîneur Pointeur Saison régulière Séries éliminatoires[20]
 PJ  V   D   N  Pts  BP  BC Pun Classement
1 1925-1926 Thomas Gorman « Billy » Burch 36 12 20 4 28 68 89 361 Cinquième de la LNH Non qualifiés
2 1926-1927 « Newsy » Lalonde « Billy » Burch 44 17 25 2 36 82 91 349 Quatrième division Canadienne Non qualifiés
3 1927-1928 « Shorty » Green Norman Himes 44 11 27 6 28 63 128 563 Cinquième division Canadienne Non qualifiés
4 1928-1929 Thomas Gorman « Billy » Burch 44 19 13 12 50 53 53 486 Deuxième division Canadienne Défaite en quart-de-finale (Rangers de New York)
5 1929-1930 Lionel Conacher Norman Himes 44 14 25 5 33 113 161 372 Cinquième division Canadienne Non qualifiés
6 1930-1931 Eddie Gerard Norman Himes 44 18 16 10 46 76 74 495 Quatrième division Canadienne Non qualifiés
7 1931-1932 Eddie Gerard Norman Himes 48 16 24 8 40 95 142 596 Quatrième division Canadienne Non qualifiés
8 1932-1933 « Bullet » Simpson Norman Himes 48 15 22 11 41 91 118 460 Quatrième division Canadienne Non qualifiés
9 1933-1934 « Bullet » Simpson Eddie Burke 48 15 23 10 40 104 132 365 Quatrième division Canadienne Non qualifiés
10 1934-1935 « Bullet » Simpson Art Chapman 48 12 27 9 33 100 142 250 Quatrième division Canadienne Non qualifiés
11 1935-1936 « Red » Dutton « Sweeney » Schriner 48 16 25 7 39 109 122 392 Troisième division Canadienne Victoire en quart-de-finale (Black Hawks de Chicago)
Défaite en demi-finale (Maple Leafs de Toronto)
12 1936-1937 « Red » Dutton « Sweeney » Schriner 48 15 29 4 34 122 161 481 Quatrième division Canadienne Non qualifiés
13 1937-1938 « Red » Dutton « Sweeney » Schriner 48 19 18 11 49 110 111 327 Deuxième division Canadienne Victoire en quart-de-finale (Rangers de New York)
Défaite en demi-finale (Black Hawks de Chicago)
14 1938-1939 « Red » Dutton « Sweeney » Schriner 48 17 21 10 44 119 157 276 Quatrième de la LNH Défaite en quart-de-finale (Maple Leafs de Toronto)
15 1939-1940 « Red » Dutton Murray Armstrong 48 15 29 4 34 106 140 236 Sixième de la NHL Défaite en quart-de-finale (Red Wnings de Détroit)
16 1940-1941 Art Chapman Lorne Carr 48 8 29 11 27 99 186 231 Septième de la NHL Non qualifiés
17 1941-1942 Art Chapman Tommy Anderson 48 16 29 3 35 133 175 425 Septième de la NHL Non qualifiés

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « The Blue Streak from Saskatoon » signifie en français « la Traînée bleue de Saskatoon » ; l'expression met en avant le côté rapide de Simpson qui apparaît alors comme une traînée et la couleur bleue pour la couleur du maillot des Americans.
  2. La catégorie des bâtisseurs correspond aux personnes qui ne jouent pas directement au hockey mais qui ont un impact significatif sur le hockey. Il peut s’agir d’entraîneurs, de présidents, de propriétaires de franchises ou encore de personnalités des médias.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Saison 1924-1925 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 7 mars 2011).
  2. (en) « Hamilton Tigers (1920-1925) », sur www.sportsecyclopedia.com (consulté le 7 mars 2011).
  3. (en) « Canadiens Declared Champions of N.H.L. », sur www.collectionscanada.gc.ca, The Hamilton Spectator,‎ mars 1925 (consulté le 3 juillet 2010).
  4. a, b et c Dans Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 215.
  5. (en) Jamie Fitzpatrick, « Hockey History: The First NHL Strike », sur le site proicehockey.about.com (consulté le 9 mars 2011).
  6. (en) P. Anson, « Game summary - New York Americans 2 @ Pittsburgh Pirates 1 », sur Hockey Summary Project (consulté le 11 mars 2011).
  7. a, b et c Dans Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 216.
  8. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », pages 239 et 152.
  9. (en) « 1925-26 New York Americans roster and player statistics », sur le site The Internet Hockey Database (consulté le 11 mars 2011).
  10. a et b Dans « Deceptions and doublecross: how the NHL conquered hockey », page 330.
  11. Dans Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 217.
  12. Dans « The Great Expansion: The Ultimate Risk That Changed the Nhl Forever », page 2.
  13. Dans « The Great Expansion: The Ultimate Risk That Changed the Nhl Forever », page 4.
  14. Dans « The Great Expansion: The Ultimate Risk That Changed the Nhl Forever », page 5.
  15. (en) « Summary of Election Procedures », sur Legends of Hockey (consulté le 8 mars 2011).
  16. (en) « Legends of Hockey - Induction Showcase - Induction Facts », sur Legends of Hockey (consulté le 4 avril 2010).
  17. Dans « Official Guide & Record Book / 2010 », pages 239 et 240.
  18. (en) « New York Americans (1925-1942) », sur le site Sports Ecyclopedia (consulté le 9 mars 2011).
  19. (en) « All-time roster for the New York Americans of the NHL », sur le site The Internet Hockey Database (consulté le 9 mars 2011).
  20. (en) « Standings for the New York Americans of the NHL », sur le site The Internet Hockey Database (consulté le 9 mars 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]