Avalanche du Colorado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Avalanche du Colorado

Description de l'image  Logo Avalanche Colorado.svg.
Fondé en 1995
Siège Drapeau de Denver Denver,
Colorado Colorado,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Patinoire (aréna) Pepsi Center
(18 007 places)
Couleurs Bourgogne, bleu, noir, argent, blanc
                             
Ligue Ligue nationale de hockey
Association Association de l'Ouest
Division Division Centrale
Capitaine Gabriel Landeskog
Capitaines adjoints Cody McLeod
Entraîneur-chef Patrick Roy
Entraîneur(s) associé(s) André Tourigny
Mario Duhamel
François Allaire
Directeur général Greg Sherman
Président Josh Kroenke
Propriétaire Noui compagny
Équipe(s) affiliée(s) Monsters du lac Érié (LAH)
Komets de Fort Wayne (ECHL)
Cutthroats de Denver (LCH)
Site web http://avalanche.nhl.com/

L’Avalanche du Colorado est une franchise professionnelle de hockey sur glace, établie à Denver dans l'État du Colorado, aux États-Unis. Elle fait partie de la division Nord-Ouest dans l'association de l'Ouest et évolue dans la Ligue nationale de hockey. La franchise a été fondée à Québec, et se nommait les Nordiques de Québec jusqu’à son déménagement à Denver en 1995.

L’Avalanche a gagné huit titres consécutifs de division de 1996 à 2003, et s’est qualifiée pour les séries éliminatoires à chacune de ses dix premières saisons dans la LNH, la série prenant fin en 2007[1]. L'Avalanche a gagné la Coupe Stanley deux fois : en 1996 contre les Panthers de la Floride et en 2001 contre les Devils du New Jersey. L’Avalanche est également connue pour avoir été la première équipe dans l’histoire de la LNH à gagner la Coupe Stanley la saison suivant son déménagement.

La rivalité de l’Avalanche avec les Red Wings de Détroit est remarquable, notamment parce que les deux équipes se sont rencontrées cinq fois en sept ans en séries éliminatoires, entre 1996 et 2002[2].

Histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

Les Nordiques de Québec[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nordiques de Québec.

Les débuts de la franchise remontent à l'Association mondiale de hockey, au début de la ligue, en 1972. Après une finale perdue en 1975, les Nordiques remportent le Trophée mondial Avco, en 1977[3]. En 1979, les Nordiques rejoignent la LNH, à la suite de la dissolution de la ligue, avec les trois autres franchises de l'AMH : les Oilers d'Edmonton, les Whalers de Hartford et les Jets de Winnipeg[4].

Faisant souvent les séries éliminatoires depuis leurs débuts dans la LNH, les Nordiques deviennent une des pires équipes de la ligue en 1987, ratant les séries pendant six saisons de suite. Ils obtiennent le premier choix au repêchage d'entrée dans la LNH pendant trois années consécutives : Mats Sundin (1989), Owen Nolan (1990) et Eric Lindros (1991)[5]. Avant le repêchage, Lindros avait clairement annoncé son refus de jouer pour les Nordiques et s'y tient jusqu'à ce qu'il soit échangé un an plus tard aux Flyers[6] en retour de Peter Forsberg, Steve Duchesne, Kerry Huffman, Mike Ricci, Ron Hextall, du premier choix des Flyers au repêchage de 1993 – choix qui s'avérera être Jocelyn Thibault – ainsi que contre 15 000 000 $ et des considérations futures – considérations qui seront finalement Chris Simon et le premier choix des Flyers au repêchage de 1994, Nolan Baumgartner[7].

En saison 1992-1993, les Nordiques se qualifient pour la première fois depuis six ans aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley avec la deuxième place de la division[8]. L'équipe réalise la meilleure performance de son histoire avec 104 points à l'issue de la saison[9]. Alors que la saison 1994-1995 est écourtée en raison d'un lock-out, les Nordiques sont la meilleure équipe de l'association de l'Est[10]. En tant que premiers de la conférence, les Nordiques ont l'avantage de jouer le premier tour des séries éliminatoires contre les derniers qualifiés de la conférence : les Rangers de New York menés par Mark Messier et Brian Leetch[11]. Québec s'incline finalement 4-2 dès ce premier tour[12]. Avec cette bonne saison, la recrue[Note 1] suédoise des Nordiques, Peter Forsberg remporte le trophée Calder de la meilleure recrue[13] et Marc Crawford remporte le trophée Jack Adams du meilleur entraîneur[14].

La franchise connaît cependant des difficultés financières puisque Québec a été le plus petit marché de la ligue[15]. Le propriétaire des Nordiques, Marcel Aubut a demandé un plan du gouvernement provincial du Québec pour garder les Nordiques à Québec[16] ainsi qu'un nouvel aréna[15]. Le plan a échoué et Aubut vend ensuite la franchise à un groupe d'investisseurs à Denver[17]. La COSMAT Entertainment Group a annoncé un accord pour l'achat de la franchise en mai 1995. L'entente est devenue officielle le 1er juillet 1995, et 12 000 billets de saison ont été vendus trente-sept jours après l'annoncement du déménagement. La franchise s'appellera l'Avalanche du Colorado le 10 août 1995[18]. L'Avalanche est la deuxième franchise de la LNH à s'être installée à Denver ; la première étant les Rockies du Colorado qui ont joué à Denver entre 1976 et 1982 et déménagent ensuite à Newark au New Jersey pour devenir les Devils du New Jersey.

L'arrivée à Denver et la première Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Photographie de Patrick Roy en costume
Patrick Roy (lors d'une conférence de presse au Cégep Limoilou), gardien de but de l'Avalanche entre 1995 et 2003 et entraineur depuis 2013.

L'Avalanche démarre la saison 1995-1996 avec une équipe solide avec en tête des joueurs tels que le capitaine Joe Sakic, Peter Forsberg et le défenseur Adam Foote. Le 6 octobre 1995, l'Avalanche remporte leur premier match à Denver 3-2 contre les Red Wings de Détroit. Le tout premier but marqué par un joueur l'Avalanche est celui de Valeri Kamenski[19]. Le 6 décembre, l'Avalanche reçoit le gardien vedette des Canadiens de Montréal, Patrick Roy, qui rejoint l'équipe après s'être fait humilier quatre jours plus tôt en accordant neuf buts sur une défaite de 11-1 contre les Red Wings le 6 décembre 1995. Il rejoint alors l'Avalanche avec Mike Keane en retour de Jocelyn Thibault, Martin Ručinský et de Andreï Kovalenko[20]. Les Avs termine la saison régulière avec quarante-sept victoires et cent-quatre points[21]. Ils terminent deuxièmes de l'association de l'Ouest[22].

L'Avalanche élimine tour à tour les Canucks de Vancouver, les Blackhawks de Chicago et les Red Wings de Détroit. Lors du sixième match, Claude Lemieux réalise une mise en échec sur Kris Draper en arrivant dans son dos. Le visage de Draper s'écrase contre la rambarde et il quitte la rencontre sur une fracture de la mâchoire. Alors que Lemieux n'écope que de cinq minutes de pénalités, il reçoit finalement une suspension pour deux matchs[23].

L'équipe accède à la finale et y affronte les Panthers de la Floride, tombeurs des champions de la conférence de l'Est de la saison régulière, les Flyers de Philadelphie, puis de leurs dauphins, les Penguins de Pittsburgh. Les Floridiens, emmenés par Scott Mellanby, sont impuissants face à la franchise du Colorado. Après avoir gagné le premier match 3-1, le Colorado remporte également le deuxième match. Au cours de cette rencontre, Forsberg inscrit un triplé en une période devenant le sixième joueur de l'histoire à réaliser cette performance[24]. L'équipe remporte également le troisième match dans la patinoire des Panthers sur la marque de trois buts à deux, le but vainqueur étant inscrit par Sakic. Lors du quatrième match, l'Avalanche du Colorado et les Panthers de la Floride ne parviennent pas à inscrire le moindre but lors du temps réglementaire, Roy et John Vanbiesbrouck arrêtant 29 et 35 tirs chacun. Trois périodes sont nécessaires pour voir un vainqueur et le défenseur de l'Avalanche, Uwe Krupp, inscrire le seul but du match au bout de 104 minutes et 31 secondes de jeu[25]. L'équipe remporte alors sa première Coupe Stanley en battant les Panthers en quatre matchs secs[26].

Sakic a été le meilleur pointeur des séries avec trente-quatre points, dont dix-huit buts et seize aides[27], et il remporte le trophée Conn Smythe remis au meilleur joueur[Note 2] des séries éliminatoires[28]. Avec la victoire de la Coupe Stanley, les Russes Alekseï Goussarov et Kamenski, et Forsberg deviennent des membres du Triple Gold Club des joueurs ayant remportés à la fois les Jeux olympiques, les championnats du monde et la Coupe Stanley[29].

Les saisons suivantes[modifier | modifier le code]

Peter Forsberg a joué avec l'Avalanche entre 1995 et 2004.

Lors de la saison 1996-1997, l'Avalanche remporte le trophée des présidents qui est remis à l'équipe ayant obtenu le plus grand nombre de points lors en saison régulière[14]. Avec une récolte de 107 points, les Avs sont éliminés par les Red Wings, futurs champions de la Coupe [12].

Au cours de l'été 1997, Sakic signe un offre hostile[Note 3] avec les Rangers de New York pour un contrat de 21 millions de dollars sur trois saisons. L'Avalanche se met à niveau du contrat proposé à Sakic[30], et par la suite, ce contrat enflamme les salaires et provoque indirectement la situation de crise et la grève de la saison 2004-2005[31].

Lors des séries éliminatoires de 1997, l'Avalanche rencontre les Oilers d'Edmonton mais ces derniers éliminent le Colorado malgré une avance de 3 matchs à 1[12]. Après la fin de la saison, l'entraîneur Crawford a refusé d'une prolongation de contrat pour deux ans et il est remplacé par Bob Hartley[32].

La saison 1998-1999 voit l'arrivée du champion olympique Milan Hejduk ainsi que Chris Drury. L'équipe a du mal à démarrer puisqu'il leur faut cinq matchs pour remporter une victoire[33]. Entre le 10 janvier et le 7 février 1999, les Avs remportent douze matchs consécutifs[34]. Les automatismes reviennent et l'équipe finit la saison avec quatre-vingt-dix-huit points, trois de plus que la saison précédente. Ils remportent la division Nord-Ouest, nouvellement créée pour accueillir les Predators de Nashville dans la conférence de l'Ouest. L'Avalanche est la deuxième meilleure équipe de cette dernière, encore une fois derrière les Stars[35] et sont sortis par cette même équipe lors de la finale de l'Ouest. Hejduk, le meilleur buteur en tant que recure de la saison, et Drury ont été élus membres de l'équipe d'étoiles des recrues. Drury remporte le trophée Calder, trophée remis à la meilleure recrue[13].

À partie de la saison suivante, l'équipe joue désormais ses matchs à domicile dans le Pepsi Center. Raymond Bourque et Dave Andreychuk rejoignent la franchise du Colorado juste avant le début des séries alors que l'équipe termine en tête de sa division[36], troisième derrière les Blues et les Stars[37]. L'équipe de Denver retrouve en finale de conférence les Stars de Dallas, champions en titre de la Coupe, après avoir éliminé l'Avalanche à ce même stade de la compétition en 1999. L'histoire se répète puisque les sept matchs sont une nouvelle fois joués et une nouvelle fois, les Stars en sortent vainqueurs[38].

2001, la deuxième Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

La saison 2000-2001 commence très bien pour les Avs obtennant neuf victoires à leur onze premiers matchs avec aucune défaite. Le 21 février 2001, l'Avalanche fait l'acquisition du défenseur Rob Blake et du centre Steven Reinprecht venant tous deux des Kings de Los Angeles en retour d'Adam Deadmarsh, Aaron Miller et d'un choix de première ronde en 2001[39]. L'Avalanche termine la saison régulière avec 52 victoires pour 16 défaites, 10 matchs nuls et quatre défaites en prolongation pour 118 points[36] pour remporter le trophée des présidents[14]. Sakic a été le meilleur buteur, passeur et pointeur chez l'Avalanche et il est le deuxième au niveau des points derrière Jaromír Jágr des Penguins de Pittsburgh et le deuxième pour les buts derrière Pavel Boure des Panthers de la Floride[40]. Il est tout de même le joueur avec le plus de buts vainqueurs, le plus de points en supériorité numérique (46) ainsi que le meilleur différentiel plus-moins[Note 4] (+45) de la ligue, à égalité avec Patrik Eliáš des Devils du New Jersey[41].

Aux séries éliminatoires, les Avs balaient au premier tour les Canucks de Vancouver 4 matchs à 0. Au cours du dernier match, Sakic, Forsberg et Éric Messier inscrivent les trois buts les plus rapides de l'histoire de la franchise avec trois buts en 38 secondes[42]. L'Avalanche rencontre ensuite les Kings de Los Angeles. Lors de la septième rencontre, le match était à égalité 1-1 après deux périodes. En troisième période, les Avs marquent quatre buts sans réplique marqués par Chris Drury, Ville Nieminen, Shjon Podein et Hejduk en l'emportant 5-1 à domicile après sept rencontres[43].

La Coupe Stanley gravée du nom des joueurs vainqueurs en 2001.

Lors de la finale de conférence, l'Avalanche rencontre les Blues de Saint-Louis, équipe classée au quatrième rang dans l'Ouest et champions de la saison régulière l'an dernier. L'Avalanche élimine la franchise du Missouri après cinq rencontres avec un score de 2-1 par un but de Sakic au bout de 24 secondes de la prolongation[44]. Les Avs remportent alors leur deuxième trophée Clarence S. Campbell et accèdent pour la deuxième fois de leur histoire en finale de la Coupe Stanley.

Les Avs rencontrent en finale les champions en titre de la Coupe, les Devils du New Jersey. Après cinq rencontres, le Colorado tire de l'arrière 3 matchs à 2. Le Colorado remporte le sixième match 4-0 en égalisant la marque à trois victoires partout[45]. Le septième et ultime match se déroule dans le domicile de l'Avalanche. Le Colorado remporte sa deuxième coupe par la marque 3-1 à la suite d'un doublé d'Alex Tanguay[46]. Alors que Sakic reçoit la Coupe, il refuse de la soulever. Même si traditionnellement, c'est le capitaine de l'équipe qui remporte la victoire qui soulève le premier la Coupe, son premier geste est de la donner à Bourque pour que celui-ci puisse enfin, après 22 saisons jouées, avoir cet honneur[47].

À titre individuel, le gardien du Colorado, Roy, remporte le trophée Conn Smythe du meilleur joueur des séries devenant le premier joueur de l'histoire de la LNH à remporter ce trophée à trois reprises[48]. Sakic remporte les trophées Hart, trophée du meilleur joueur selon les médias, Lady Byng, trophée du joueur avec le meilleur état d'esprit, et Lester B. Pearson, trophée du meilleur joueur selon ses pairs[49]. Shjon Podein remporte le trophée King Clancy, qui est remis au joueur ayant démontré le meilleur exemple de leadership et ayant le plus contribué à la société[50].

Entre 2001 et 2004[modifier | modifier le code]

En 2001-2002, l'équipe atteint pour la quatrième année de suite la finale de conférence mais s'incline face aux Red Wings de Détroit avec un blanchissage[Note 5] 7-0 de Dominik Hašek.

L'équipe connaît un départ calamiteux la saison suivante : alors que l'équipe n'a que dix victoires à ses 31 premiers matchs, l'entraîneur-chef Bob Hartley est congédié le 17 décembre 2002 et son adjoint Tony Granato assura l'intérim pour le reste de la saison[51]. L'équipe s'en tire très bien avec l'embauche de Granato avec 32 victoires en 51 matchs[52]. L'Avalanche remporte un neuvième titre de division consécutif, battant le record des Canadiens de Montréal avec huit titres remportés entre 1974 et 1982[53].

Forsberg et Hejduk, les meneurs de la LNH, comptent respectivement cent-six points et cinquante buts[54], Hejduk remportant le trophée Maurice Richard[55] et Forsberg, le trophée Art Ross[56]. Les deux joueurs remportent également à deux le trophée plus-moins de la LNH avec chacun +52[57]. Après avoir mené trois matchs à un contre le Wild du Minnesota, ces derniers effectuent une remontée pour venir à bout de l'équipe de Denver. Forsberg remporte le trophée Hart du meilleur joueur de la saison devenant le premier Suédois dans la LNH à remporter cet honneur[58],[55] alors que Patrick Roy annonce sa retraite le 28 mai 2003[59].

En 2003-2004, l'Avalanche fait signer pour un an Paul Kariya et Teemu Selänne, qui formaient un des meilleurs duos de la ligue il y a quelques années avec les Mighty Ducks d'Anaheim[60]. La tentative pour reconstruire le duo est un échec puisque Kariya manque une partie de la saison à cause d'une blessure au poignet et Selänne ne récolte que trente-deux points en soixante-dix-huit matchs.

Le 8 mars 2004, l'attaquant des Canucks de Vancouver Todd Bertuzzi frappe durement Steve Moore à la tête. Ce dernier est tombé la tête première sur la glace et est demeuré inconscient pendant plusieurs minutes. Il a eu une commotion cérébrale, deux vertèbres fracturées ainsi que plusieurs lacérations faciales qui mettra fin à sa carrière[61]. Cette attaque sauvage se voulait une réplique de Bertuzzi contre Moore afin de venger son capitaine Markus Näslund qui avait lui-même encaissé une rude mise en échec de la part de Moore un mois plus tôt. Faisant l'objet d'une enquête policière, Bertuzzi a été suspendu par la LNH pour le reste de la saison régulière et des séries éliminatoires et a dû payer une amende[62].

Pour la première fois depuis 1994, l'équipe ne remporte pas le titre de division au cours de la saison régulière mais elle se qualifie tout de même pour les séries. Les joueurs de l'Avalanche éliminent les Stars de Dallas lors du premier tour mais au tour suivant, les Sharks de San José prennent le pas sur les joueurs de Tony Granato quatre victoires à deux. En juillet 2004, Granato redevient entraîneur-adjoint après l'embauche de Joel Quenneville à titre d'entraîneur-chef[63].

L'après lock-out[modifier | modifier le code]

L'Avalanche lors d'un match contre les Canucks de Vancouver en octobre 2005.

La saison 2004-2005 de la LNH est annulée en raison d'un lock-out et les franchises de la LNH ne reviennent au jeu que pour la saison 2005-2006. Malgré tout, cette grève a permis à la ligue et l'Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey de s'entendre sur une nouvelle convention collective. Pour l'Avalanche, les conséquences sont immédiates : ils doivent abaisser leur masse salariale pour pouvoir continuer dans la ligue. L'équipe est alors obligée de laisser partir plusieurs joueurs talentueux mais onéreux (Peter Forsberg et Adam Foote) pour pouvoir conserver d'autres talents. Ainsi, à eux deux, Joe Sakic et Rob Blake représentent treize millions de dollars alors que le plafond par équipe est fixé à trente-neuf millions[64].

Les Avs font les séries en terminant la saison en septième position dans la conférence Ouest avec 95 points, le même nombre de points que les Oilers d'Edmonton[65]. Le Colorado cause la surprise en éliminant les Stars de Dallas, qui étaient alors deuxièmes dans la conférence avec cent-douze points. Les Mighty Ducks d'Anaheim vont mettre fin à la saison de l'Avalanche en les balayant quatre matchs à zéro.

La saison 2006-2007 voit l'arrivée de Paul Stastny, fils de l'ancienne vedette des années 1980 des Nordiques, Peter Šťastný. Le 11 mars 2007 contre le Wild du Minnesota, Stastny bat le record du plus grand nombre de matchs consécutifs avec au moins un point pour une recrue avec dix-huit parties ; le record appartenait à Teemu Selänne en 1992-1993[66]. Sa série prend fin le 18 mars dans une victoire 4-3 contre les Sharks de San José et s'arrête à vingt matchs[67]. Ce dernier bat également le record de l'Avalanche pour le plus grand nombre de points pour une recrue avec 78 réalisations. De son côté, Joe Sakic réussit à redorer son blason en réalisant cent points cette saison.

Avec des résultats en dent-de-scie fin février, les Avs connaissent un excellent mois de mars et à leurs dix-neuf derniers matchs, ils récoltent quinze victoires et deux défaites en autant de défaites en prolongation mais malgré tout, l'équipe ne parvient pas à se qualifier pour les séries éliminatoires avec 95 points, un point de plus que les Flames de Calgary qui occupe la huitième et dernière place qualificative de la conférence[68]. C'est la première fois en onze saisons que l'équipe rate les séries, la première depuis que la franchise joue dans le Colorado[69]. Stastny a été nommé pour remporter le trophée Calder remis à la meilleure recrue mais perd contre Ievgueni Malkine des Penguins de Pittsburgh[70].

La saison suivante, l'Avalanche fait signer durant l'inter-saison Ryan Smyth et Scott Hannan, qui signent respectivement des contrats de 31,25 millions de dollars pour cinq ans et 18 millions pour quatre ans[71]. Le 9 décembre 2007 dans une victoire 9-5 contre les Blues de Saint-Louis, l'Avalanche récolte la millième victoire de l'histoire de sa franchise[72]. La veille du dernier jour possible des échanges dans LNH, la « trade deadline », l'agent libre Peter Forsberg retourne avec l'équipe en signant un contrat pour le restant de la saison[73], et le lendemain, les Avs rapatrient Adam Foote des Blue Jackets de Columbus[74]. L'équipe finit sa saison à la deuxième place de sa division et se qualifie pour les séries. Elle bat au premier tour le Wild du Minnesota mais chute lourdement contre les champions de la saison régulière, les Red Wings de Détroit, se faisant balayé en quatre matchs secs.

Le 9 mai 2008, l'Avalanche annonce que l'entraîneur-chef Joel Quenneville ne sera pas de retour avec l'équipe la saison suivante[75]. Deux semaines plus tard, Tony Granato revient entraîner l'équipe.

La saison 2008-2009 a été catastrophique pour les Avs puisqu'ils terminent la saison avec une fiche négative[Note 6] de trente-deux victoires pour quarante-cinq échecs et cinq défaites en bris d'égalité. Avec 69 points, ils ont la plus faible récolte de points depuis leurs années à Denver et sont bons derniers de leur conférence mais le Lightning de Tampa Bay (66) et les Islanders de New York (61) de la conférence de l'Est ont une pire fiche que le Colorado.

Le 18 janvier 2009, Ryan Smyth et Milan Hejduk, ont marqué tous deux un but durant la partie contre les Flames de Calgary pour leurs 300e but en carrière. C'est seulement la deuxième fois que des coéquipiers marquent leur 300e but le même soir. Seul Ivan Boldirev et Danny Gare, des Red Wings de Détroit avaient également accompli cet exploit remarquable le 26 février 1983[76].

Reconstruction[modifier | modifier le code]

À la suite de leur saison décevante 2008-2009, le directeur général François Giguère et l'entraîneur Tony Granato ont été relevés de leur fonction et sont remplacés par Greg Sherman et Joe Sacco qui entraînait les Monsters du lac Érié, club-école de l'Avalanche dans la Ligue américaine de hockey[77]. Avant son embauche, les Avs avaient contacté leur ancien gardien vedette Patrick Roy pour être le nouvel entraîneur-chef mais ce dernier préfère refuser le poste[78]. Cette saison marquera aussi la dernière de Joe Sakic qui décide de prendre sa retraite[79]. Le Colorado réussit à se qualifier pour les séries avec la huitième et dernière place qualificative avec une récolte de 95 points, soit vingt-six de plus que l'an dernier. Toutefois, les Sharks de San José, premiers de la conférence, mettent fin à la saison des Avs en les éliminant en six rencontres, ceci malgré une avance de deux victoires à un[80]. Sacco a été finaliste pour le trophée Jack Adams du meilleur entraîneur mais perd contre Dave Tippett des Coyotes de Phoenix[81].

En 2010-2011, l'Avalanche connaît un bon début de saison et est même premier de sa division mi-décembre[82] mais lors de la seconde moitié de saison, les Avs vont connaître une dégringolade avec seulement six victoires à leurs 35 derniers matchs. À la fin de la saison, l'équipe est éliminée des séries avec l'avant-dernière place, en avant des Oilers d'Edmonton[83]. Possédant le deuxième choix au repêchage de 2011[Note 7], l'Avalanche choisit Gabriel Landeskog, deuxième choisi derrière Ryan Nugent-Hopkins par les Oilers[84].

La saison suivante, l'équipe est de nouveau éliminée des séries mais cette fois-ci avec une fiche moins pire que l'an dernier ; 41 victoires, 35 défaites et six défaites en bris d'égalité pour 88 points, soit à sept points des Kings de Los Angeles et du huitième rang. Landeskog reçoit le trophée Calder remis à la meilleure recrue dans la LNH[85].

Le 4 septembre 2012, Landeskog est nommé capitaine de l'Avalanche. Il devient alors le plus jeune capitaine permanent[Note 8] de la LNH à l'âge de dix-neuf ans et 286 jours, soit onze jours plus jeune que Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh en 2007[86].

Le 23 mai 2013, quelques jours après que l'équipe a embauché l'ex-capitaine Joe Sakic comme président des opérations hockey et de congédiée l'entraîneur Joe Sacco, l'Avalanche a annoncée la nomination de leur ancien gardien de but-vedette Patrick Roy au poste d'entraîneur-chef, et aussi de vice-président des opérations hockey. Cependant, il demeura dans l'administration de son club de hockey junior, les Remparts de Québec, qu'il a dirigé pendant huit ans.

Rivalité avec les Red Wings de Détroit[modifier | modifier le code]

Kris Draper, héros malheureux, en 1996, de la rivalité entre Détroit et Colorado.

La rivalité entre l’Avalanche du Colorado et les Red Wings de Détroit, existait bien avant que Denver ait une franchise de la LNH. En effet, celle-ci est née de la confrontation entre les Nordiques de Québec et les Red Wings bien qu'elle soit moins importante qu'aujourd'hui.

Une fois les Nordiques déplacés à Denver, elle subsistait. En route pour remporter leur Coupe Stanley en 1996, l’Avalanche a fait face aux Red Wings dans la finale de conférence.

En 1996, lors du sixième match, Claude Lemieux assena un violent coup de crosse à Kris Draper contre la rambarde, blessant grièvement l’attaquant des Wings[87]. Draper eut la mâchoire cassée, un nez fracturé et l’os orbital fracassé. Les blessures de Draper étaient assez sérieuses pour exiger la chirurgie réparatrice[88]. Les joueurs des Red Wings ont été choqués par cette attitude. Joueur des Red Wings, Dino Ciccarelli affirma qu’il ne pouvait pas croire d’avoir serré, un jour, la main de Lemieux. À l’issue de la rencontre, Lemieux tenta de se justifier en déclarant qu’il n’avait pas agi volontairement. Scotty Bowman, alors entraîneur des Red Wings, s’en prit aussi à Lemieux. Les coéquipiers de Lemieux tentaient aussi de prendre sa défense. Les confrontations entre l’Avalanche et les Red Wings n’allaient plus être aussi neutres qu’avant[89],[90].

Bien que les deux équipes aient joué sans incident notable lors de la saison régulière suivante, leur confrontation lors des séries éliminatoires de 1997 allait provoquer, le mercredi 26 mars, l’une des bagarres les plus violentes et les plus longues de l’histoire du hockey moderne, la fameuse bagarre du hockeytown[91]. Kirk Maltby, René Corbet, Brent Severyn et Jamie Pushor ont été impliqués dans des altercations lors de la première période, augmentant ainsi la tension entre les deux équipes. Après que Peter Forsberg et Igor Larionov soient entrés en collision, une bagarre éclata. Lemieux et Darren McCarty en viennent aux mains. Par la suite, plusieurs joueurs participent à cette bagarre, dont Patrick Roy et Mike Vernon, les deux gardiens de but[92]. Après de nombreuses minutes de combat, le match allait reprendre sur une glace maculée de sang.

Les matchs entre les deux équipes vont souvent être le lieu de nombreuses bagarres. Lors de la saison 1997-1998, sur la glace du Joe Louis Arena, Patrick Roy et Chris Osgood se battent[93], de même que McCarty et Lemieux. Il en découla de nombreuses pénalités et des matchs de suspensions.

Lors des saisons récentes, l’animosité s'est apaisée grandement, beaucoup de joueurs clé sur les deux équipes ayant pris leur retraite, ou été transférés. Pourtant en 2002, Dominik Hašek et Patrick Roy ont récidivé[94] et en 2008, Ian Laperrière blesse Nicklas Lidström sur une mise en échec, une bagarre avec Aaron Downey éclata[95].

Patinoires[modifier | modifier le code]

Depuis leur première saison à Denver, l'Avalanche a utilisé deux arénas en tant que patinoire pour leurs matchs à domicile.

Le McNichols Arena (1995-1999)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : McNichols Sports Arena.

Le McNichols Arena possédait 16 061 places pour le hockey et a été ouverte le 22 août 1975. Surnommé Big Mac, la salle servit de patinoire pour la franchise de l'Association mondiale de hockey les Spurs de Denver puis pour celle des Rockies du Colorado (de la LNH) puis des Flames du Colorado de la Ligue centrale de hockey. La salle a accueilli deux des quatre matchs de la finale de la Coupe Stanley en 1996.

Le dernier match de l'Avalanche au McNichols Arena était un match des séries éliminatoires de 1999 contre les Stars de Dallas au sixième match de la finale de conférence de l'Ouest le 1er juin 1999. Les Stars ont gagné le match 4 à 1 et le dernier but marqué dans cet amphithéâtre appartient au joueur de Dallas Richard Matvichuk[96].

Elle fut rasée en 1999, pour laisser place au parking du nouveau INVESCO Field at Mile High pour les Broncos de Denver de la National Football League[97].

Remplissage du McNichols Arena[98]
Saison Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ    GF   Total Moy %  PJ    GF   Total Moy %
1995-1996 41 38 656 708 16 017 99,7 % 11 11 176 671 16 061 100 %
1996-1997 41 41 658 501 16 061 100 % 9 9 144 549 16 061 100 %
1997-1998 41 41 658 501 16 061 100 % 4 4 64 244 16 061 100 %
1998-1999 41 41 658 501 16 061 100 % 9 9 144 549 16 061 100 %

Le Pepsi Center (depuis 1999)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pepsi Center.

La construction du Pepsi Center (surnommé The Can en raison du nom de l'aréna) a débuté en novembre 1997 sur un site de 18 600 m2. Le Pepsi Center a été inauguré le 1er octobre 1999 avec un concert de Céline Dion. Son coût de construction était de 164,5 millions USD. La salle peut accueillir jusqu'à 18 007 personnes pour le hockey sur glace[99].

L'Avalanche joue dans cette patinoire depuis la saison 1999-2000. Milan Hejduk a marqué le premier but de l'équipe dans la nouvelle patinoire sur une victoire de 2 à 1 contre les Bruins de Boston le 13 octobre 1999.

En 2001, la salle a accueilli le 51e Match des étoiles de la LNH. Elle a été jouée le 4 février 2001 et voit la victoire de l'Amérique du Nord sur le Reste du monde 14 buts à 12. Joe Sakic, Patrick Roy, Ray Bourque, Peter Forsberg et Milan Hejduk ont représenté l'Avalanche lors de cette compétition[100].

L'Avalanche détient le record de la LNH de la plus longue série de matchs joués à domicile à guichets fermés, avec 487 salles combles. La série débuta le 9 novembre 1995, à l’occasion du huitième match joué par l’Avalanche à domicile contre les Stars de Dallas avec une affleunce de 16 061 spectateurs au McNichols Arena. Presque onze ans plus tard, la série prit fin le 16 octobre 2006, lors d’un match contre les Blackhawks de Chicago, avec une affluence de 17 681 spectateurs, soit 326 de moins que la capacité du Pepsi Center[101]. L’Avalanche enregistre son 500e match joué à domicile à guichets fermés lors de leur 515e match à Denver le 20 janvier 2007, contre les Red Wings de Détroit[102].

Remplissage du Pepsi Center[98]
Saison Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ    GF   Total Moy %  PJ    GF   Total Moy %
1999-2000 41 41 738 287 18 007 100 % 9 9 162 063 18 007 100 %
2000-2001 41 41 738 287 18 007 100 % 13 13 234 091 18 007 100 %
2001-2002 41 41 738 287 18 007 100 % 11 11 198 077 18 007 100 %
2002-2003 41 41 738 287 18 007 100 % 4 4 72 028 18 007 100 %
2003-2004 41 41 738 287 18 007 100 % 6 6 108 042 18 007 100 %
2004-2005 0 0 Saison annulée - - - - -
2005-2006 41 41 738 287 18 007 100 % 4 4 72 028 18 007 100 %
2006-2007 41 15 722 127 17 612 97,8 % - - - - -
2007-2008 41 13 690 552 16 842 93,5 % 5 5 90 035 18 007 100 %
2008-2009 41 7 632 602 15 429 85,7 % - - - - -
2009-2010 41 5 571 849 13 947 77,5 % 3 3 54 021 18 007 100 %
2010-2011 41 5 590 084 14 752 81,9 % - - - - -
2011-2012[103] 41 635 440 15 498 86,1 % - - - - -

Affiliations[modifier | modifier le code]

Affiliations principales[modifier | modifier le code]

Ray Macias sous les couleurs des Monsters du lac Érié, équipe affiliée au Colorado dans la Ligue américaine de hockey.

Les franchises de la Ligue nationale de hockey ayant un effectif limité par convention, elles sont « affiliées » chaque saison à une ou plusieurs équipes de ligues moins importantes. Ceci leur permet de recruter de jeunes joueurs lors des repêchages annuels tout en leur permettant de continuer leur développement sans les lancer trop tôt dans le « grand bain ». De plus, ces équipes affiliées (aussi nommées clubs-écoles ou farm team en anglais) constituent une réserve de talents pour les franchises de la LNH qui font appel à eux au gré des blessures et/ou méformes des joueurs de l'effectif de départ. À l'exception de quelques équipes propriétaires elles-mêmes de leur club-école, les affiliations sont conclues par une entente contractuelle et ne sont donc pas figées dans le temps. Depuis leurs débuts, l'Avalanche été affilié aux équipes suivantes[104] :

Affiliations secondaires[modifier | modifier le code]

En plus de ces équipes, les franchises de la LNH possèdent une ou des affiliations dites « secondaires » avec des équipes évoluant dans des ligues mineures. Ces équipes, sont généralement utilisées comme réservoir pour les équipes précédentes en cas d'absence de joueurs blessés ou partis évoluer avec une équipe de la LNH. Au cours de leur histoire, l'Avalanche eu les affiliations secondaires suivantes[104] :

Identité de l'équipe[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Logo alternatif de l'Avalanche

Le logo de l’Avalanche n'a pas changé depuis la première saison. Le logo est composé de la lettre A, de couleur bordeaux, entourée par une avalanche de neige formant un C dévalant du côté gauche de la lettre et se terminant en un palet de hockey. Il y a un ovale bleu autour du logo.

Le logo alternatif de l’équipe est le pied de Bigfoot , et figure sur les épaules des maillots domicile et extérieur de l’Avalanche.

Maillots[modifier | modifier le code]

Matt Duchene avec le troisième maillot.

Les maillots de l’Avalanche n’ont changé qu'une fois depuis leur première saison. Les couleurs de l’équipe sont le bordeaux, le bleu et le blanc.

Le maillot domicile, qui était le maillot extérieur jusqu’en 2003 lorsque la LNH a décidé d’inverser les maillots domicile et extérieur[105], est à dominante bordeaux et bleu foncé. Il y a deux lignes noires et blanches en zigzag le long du maillot, une sur les épaules, l’autre près du ventre. Entre elles, le maillot est bordeaux et il est bleu foncé à l’extérieur de ces lignes. Des lignes semblables font le tour du cou. Le logo est placé au milieu du maillot. Au sommet de chaque épaule, se trouve le logo alternatif de Bigfoot.

Le maillot extérieur est identique, mais avec des couleurs différentes. La partie bordeaux du maillot domicile est blanche sur le maillot extérieur, la partie bleue est bordeaux, et les lignes noires et blanches deviennent blanches et bleu foncé.

L’Avalanche a introduit durant la saison 2001-2002 un troisième maillot[106]. Il est à dominante bordeaux. COLORADO est écrit en diagonale du maillot, là où est le logo sur les autres maillots. En bas, il y a trois lignes larges horizontales : la première et la dernière sont noires et celle du milieu est blanche. À la moitié des manches, il y a cinq lignes, noires, blanches et bordeaux de l’extérieur vers l’intérieur de chaque côté. Le logo de l'équipe est au sommet de chaque épaule des joueurs. Le troisième maillot n'est plus utilisé depuis 2007.

Depuis la saison 2007-2008, l'équipementier Reebok, fournisseur officiel de la LNH, décide de moderniser les maillots de toutes les franchises de la LNH[107]. À cette occasion, les Avs décident de changer leurs maillots[108]. Pour la saison 2009-2010, l'Avalanche décide d'avoir un nouveau troisième maillot. Il semblable au dernier troisième maillot mais a des changements : il n'a plus les trois lignes horizontales en bas du maillot et le maillot est surtout bleu au lieu de bordeaux. Il apparait pour la première fois le 14 novembre 2009 lors d'un match à domicile contre les Canucks de Vancouver[109].

Mascottes[modifier | modifier le code]

Comme les autres franchises de la LNH, l'Avalanche possède leur propre mascotte le 1er octobre 1997. Il s'agit de Howler (signifie « hurleur » en anglais), c'est un yéti de sept pieds et son poids est de 250 livres. La mascotte est présentement retirée de la LNH[110].

Le 3 octobre 2009, l'Avalanche a une nouvelle mascotte qui remplace Howler : Bernie. Sa première apparition a eu lieu lors d'un match contre les Canucks de Vancouver au Pepsi Center. C'est une des mascottes les plus récentes de la LNH et c'est un saint-bernard. Bernie mesure 6,5 pieds et pèse 225 livres. Son « numéro » dans le dos est un os[111].

Joueurs et entraîneurs[modifier | modifier le code]

Joueurs actuels[modifier | modifier le code]

L'équipe de l'Avalanche lors de la saison 2008-2009.

Voici la liste des joueurs actuels de l'Avalanche du Colorado classés par poste. Cet effectif peut varier au cours de la saison selon les blessures des joueurs et des renforts possibles venant des franchises associées.

Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif actuel de l'équipe[112],[113]
No Nom Nat. Position Arrivée Salaire
1 Varlamov, SemionSemion Varlamov Drapeau : Russie G 2011 - Capitals de Washington 5 900 000 $
20 Berra, RetoReto Berra Drapeau : Suisse G 2014 - Flames de Calgary 1 450 000 $
2 Holden, NickNick Holden Drapeau : Canada D 2013 - Agent libre 600 000 $
4 Barrie, TysonTyson Barrie Drapeau : Canada D 2009 - Repêchage (3e tour) 900 000 $
5 Guenin, NateNate Guenin Drapeau : États-Unis D 2013 - Agent libre 800 000 $
Redmond, ZachZach Redmond Drapeau : États-Unis D 2014 - Agent libre 750 000 $
6 Johnson, ErikErik Johnson Drapeau : États-Unis D 2011 - Blues de Saint-Louis 3 750 000 $
Stuart, BradBrad Stuart Drapeau : Canada D 2014 - Sharks de San José 3 600 000 $
8 Hejda, JanJan Hejda Drapeau : République tchèque D 2011 - Agent libre 3 250 000 $
44 Wilson, RyanRyan Wilson Drapeau : Canada D 2009 - Flames de Calgary 2 250 000 $
46 Elliott, StefanStefan Elliott Drapeau : Canada D 2009 - Repêchage (2e tour) 900 000 $
7 Mitchell, JohnJohn Mitchell Drapeau : Canada C 2012 - Agent libre 1 800 000 $
9 Duchene, MattMatt Duchene Drapeau : Canada C 2009 - Repêchage (1er tour) 6 000 000 $
11 McGinn, JamieJamie McGinn Drapeau : Canada AG 2012 - Sharks de San José 2 950 000 $
12 Iginla, JaromeJarome Iginla Drapeau : Canada AD 2014 - Agent libre 5 333 333 $
Winchester, JesseJesse Winchester Drapeau : Canada C 2014 - Agent libre 900 000 $
24 Cliche, Marc-AndréMarc-André Cliche Drapeau : Canada C 2013 - Ballotage 700 000 $
25 Talbot, MaximeMaxime Talbot Drapeau : Canada C/AD 2013 - Flyers de Philadelphie 1 750 000 $
29 MacKinnon, NathanNathan MacKinnon Drapeau : Canada C 2013 - Repêchage (1er tour) 925 000 $
40 Tanguay, AlexAlex Tanguay Drapeau : Canada AG 2013 - Flames de Calgary 3 500 000 $
Brière, DanielDaniel Brière Drapeau : Canada C 2014 - Canadiens de Montréal 4 000 000 $
55 McLeod, CodyCody McLeodA Drapeau : Canada AG 2007 - Agent libre 1 150 000 $
58 Bordeleau, PatrickPatrick Bordeleau Drapeau : Canada AG 2009 - Agent libre 1 000 000 $
90 O'Reilly, RyanRyan O'Reilly Drapeau : Canada C 2009 - Repêchage (2e tour) 6 000 000 $
92 Landeskog, GabrielGabriel LandeskogC Drapeau : Suède AG 2011 - Repêchage (1er tour) 5 571 429 $
Giguère, J.-S.J.-S. Giguère Drapeau : Canada G 2011 - Agent libre 1 500 000 $
Sarich, CoryCory Sarich Drapeau : Canada D 2013 - Flames de Calgary 2 000 000 $

Au temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Jari Kurri a joué sa dernière saison dans la LNH avec l'Avalanche en 1997.

Cette section présente les personnalités liées à l'équipe qui ont été par la suite admises au Temple de la renommée du hockey. Deux joueurs intronisés au temple ont déjà porté les couleurs de l'Avalanche :

Année
d'intronisation
Nom Période(s) avec l'Avalanche
1997 Bryan Trottier 1998 à 2002[Note 9]
2001 Jari Kurri 1997 à 1998
2004 Ray Bourque 2000 à 2001
2006 Patrick Roy 1995 à 2003
2012 Joe Sakic 1995 à 2009

Bryan Trottier a été intronisé au temple de la renommée en tant que joueur en 1997. Il n'a jamais joué pour l'Avalanche mais a été un des entraîneurs adjoint de 1998 à 2002, lors de la seconde Coupe Stanley en 2001[114].

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Les bannières accrochées dans la patinoire du Pepsi Center célébrant trois numéros retirés par l'Avalanche.

L’Avalanche a retiré quatre numéros depuis le début de la franchise. Les numéros retirés au temps de la franchise de Québec ont été remis en circulation après le déménagement à Denver. Il y avait eu le numéro 3 de Jean-Claude Tremblay, le 8 de Marc Tardif, le 16 de Michel Goulet et le 26 de Peter Šťastný. Le numéro de Peter Šťastný, le 26, a été porté par son fils Paul depuis 2006. Le numéro 99 de Wayne Gretzky, même s'il a jamais porté les couleurs de l'Avalanche, a été retiré pour toutes les franchises de la LNH en 1999.

Joe Sakic ; retiré le 1er octobre 2009
19
Peter Forsberg ; retiré le 8 octobre 2011[115]
21
Patrick Roy ; retiré le 28 octobre 2003
33
Adam Foote ; retiré le 2 novembre 2013
52
Ray Bourque ; retiré le 24 novembre 2001
77

Capitaines[modifier | modifier le code]

Adam Foote portant le C du capitaine en novembre 2009

Depuis le début de la franchise, le capitaine a été Joe Sakic qui a été capitaine depuis 1992 avec les Nordiques. Lors de la saison 1997-1998, Sakic se blesse au genou puis manque la saison entre février et avril 1998 : il est remplacé par le défenseur Sylvain Lefebvre qui sera capitaine jusqu'à ce que Sakic revient sur la glace. Il joue alors 18 matchs avec le C sur son maillot[116]. Depuis la retraite de Sakic, Adam Foote devient le capitaine des Avs jusqu'à sa retraite en 2011[117] ; au cours de la saison 2011-2012, Milan Hejduk devient le quatrième capitaine de l'histoire de l'Avalanche.

Cette liste ci-dessous présente les joueurs ayant porté le titre de capitaine avec l'Avalanche :

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

  • En gras sont marqués les entraîneurs ayant gagné la Coupe Stanley.
  • Ces statistiques inclut les résultats en séries éliminatoires.
  • La liste n'inclut pas les entraîneurs des Nordiques de Québec.

L'Avalanche a eu six entraîneurs différents depuis 1995. L'entraîneur actuel des Avs est Patrick Roy qui est nommé entraîneur-chef depuis la saison 2013-2014. Marc Crawford et Bob Hartley, les deux premiers entraîneurs ont gagné la Coupe Stanley en 1996 et 2001. Tony Granato est le seul entraîneur du Colorado à avoir entraîné à deux reprises, soit entre 2002 et 2004, et en 2008-2009[118].

Liste des entraîneurs de la franchise
No  Nom Premier match Dernier match PJ V  D  N 
[Note 10]
DP
[Note 10]
Remarques
1 Marc Crawford 6 octobre 1995 4 mai 1998 292 164 92 36 - Coupe Stanley 1996
2 Bob Hartley 10 octobre 1998 16 décembre 2002 439 242 139 48 10 Coupe Stanley 2001
Remplacé Remplacé en cours de saison
3 Tony Granato 19 décembre 2002 4 mai 2004 151 81 42 17 11 Entré  Remplacement en cours de saison
4 Joel Quenneville 5 octobre 2005 1er mai 2008 265 139 103 - 23
5 Tony Granato 9 octobre 2008 12 avril 2009 82 32 45 - 5
6 Joe Sacco 1er octobre 2009 17 avril 2013 294 130 134 - 30
7 Patrick Roy 2 octobre 2013 ... ... ... ... - ... Entraîneur actuel

Choix de premier tour[modifier | modifier le code]

Alex Tanguay est un des quatre joueurs en 1998 à être choisi au premier tour par l'Avalanche.
Chris Stewart, dix-huitième joueur en 2006.

Chaque année et depuis 1963, les joueurs des ligues juniors ont la possibilité de signer des contrats avec les franchises de la LNH. Cette section présente les joueurs qui ont eu la chance d'être choisis par l'Avalanche lors du premier tour. Ces choix peuvent être échangé et ainsi, une année l'Avalanche peut très bien ne pas avoir eu de choix de premier tour ou à l'inverse, en avoir plusieurs[119].

Choix de l'Avalanche
Année Rang Nom du joueur Équipe précédente (ligue)
1995 Marc Denis 25e au total Saguenéens de Chicoutimi (LHJMQ)
1996 Peter Ratchuk 25e au total Shattuck St. Mary's (Minn H.S.)
1997 Kevin Grimes 26e au total Frontenacs de Kingston (LHO)
1998 Alex Tanguay 12e au total Mooseheads d'Halifax (LHJMQ)
Martin Škoula 17e au total Colts de Barrie (LHO)
Robyn Regehr 19e au total Blazers de Kamloops (LHOu)
Scott Parker 20e au total Rockets de Kelowna (LHOu)
1999 Mikhaïl Koulechov 25e au total Severstal Tcherepovets (Superliga)
2000 Václav Nedorost 14e au total HC České Budějovice (Extraliga)
2001 Aucun choix
2002 Jonas Johansson 28e au total HV 71 (Elitserien)
2003 Aucun choix
2004 Wojtek Wolski 21e au total Battalion de Brampton (LHO)
2005 Aucun choix
2006 Chris Stewart 18e au total Frontenacs de Kingston (LHO)
2007 Kevin Shattenkirk 14e au choix Programme de développement des États-Unis (NAHL)
2008 Aucun choix
2009 Matt Duchene 3e au total Battalion de Brampton (LHO)
2010 Joey Hishon 17e au total Attack d'Owen Sound (LHO)
2011 Gabriel Landeskog 2e au total Rangers de Kitchener (LHO)
Duncan Siemens 11e au total Blades de Saskatoon (LHOu)
2012 Aucun choix
2013 Nathan MacKinnon 1er au total Mooseheads de Halifax (LHJMQ)
2014 Connor Bleackley 23e au total Rebels de Red Deer (LHOu)

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

L'Avalanche n'a eu que trois directeurs généraux depuis le demménagement à Denver : Pierre Lacroix (de 1995 à 2006), François Giguère (de 2006 à 2009) et Greg Sherman (depuis 2009).

Records de la franchise[modifier | modifier le code]

Joe Sakic, meilleur pointeur de l'histoire de l'Avalanche
Milan Hejduk, meilleur pointeur encore en activité de l'histoire de l'Avalanche.

Le tableau ci-dessous présente les meilleurs pointeurs de l'Avalanche depuis leur arrivée à Denver et les points comptabilisés ne concernent que les points inscrits sous le maillot de l'Avalanche[120],[121]. Mise à jour à la fin de la saison 2011-2012[122].

Liste des meilleurs pointeurs de l'équipe
Rang Saison régulière Séries éliminatoires
Joueur PJ B A Pts Joueur PJ B A Pts
1 Joe Sakic 870 391 624 1015 Joe Sakic 160 77 100 177
2 Milan Hejduk 991 371 423 794 Peter Forsberg 134 56 97 153
3 Peter Forsberg 544 202 503 705 Milan Hejduk 112 34 42 76
4 Alex Tanguay 450 137 263 400 Sandis Ozoliņš 82 18 47 65
5 Paul Stastny 427 126 248 374 Valeri Kamenski 56 24 34 58
6 Adam Deadmarsh 405 129 142 271 Adam Deadmarsh 82 22 33 55
7 Valeri Kamenski 289 106 155 261 Claude Lemieux 62 24 31 55
8 Sandis Ozoliņš 333 72 181 253 Chris Drury 80 26 24 50
9 John-Michael Liles 447 62 167 229 Alex Tanguay 83 18 32 50
10 Chris Drury 314 85 137 222 Rob Blake 68 16 27 43

Les records de l’équipe pour une seule saison sont listés ci-dessous :

Saison régulière[120]
Séries éliminatoires[121]
  • Nombre de buts : Joe Sakic avec 18 buts en 1996.
  • Nombre de passes décisives : Peter Forsberg avec 18 passes en 2002.
  • Nombre de point : Joe Sakic avec 34 points. Sandis Ozoliņš en 1996 et Rob Blake en 2001 détiennent tous les deux le record pour un défenseur avec 19 points chacun.
  • Nombre de minutes de pénalités : Adam Foote a été puni pendant 62 minutes en 2001.
  • Nombre de victoires: Patrick Roy en 1996 en 2001, avec 16
Records de la LNH
  • Paul Stastny réalise 20 matchs de suite avec au moins un point en 2006-2007, un record pour une recrue[66].
  • Pour commencer la saison 2010-2011, John-Michael Liles réalise neuf matchs de suite avec au moins une passe décisive, un record pour un défenseur[123].
  • Kārlis Skrastiņš débute 495 matchs consécutifs entre 2000 et 2007, soit 270 avec les Predators de Nashville et 225 avec l'Avalanche, un record pour un défenseur. Sa séquence prend fin le 24 février 2007[124].
  • Peter Forsberg détient de le record de la ligue en séries éliminatoires pour le meilleur différentiel +/- avec +54.

Records d'équipe[modifier | modifier le code]

En gras sont les records de la LNH.

  • Plus de titres consécutifs de division (1995 à 2003)
  • Plus de points en une saison : 118 points (2000-2001)
  • Plus de victoires en une saison : 52 victoires (2000-2001)
  • Plus de buts en une saison : 326 buts (1995-1996)
  • Plus de blanchissages en une saison : 11 jeux blancs (2001-2002)
  • Plus large victoire : 12 à 2 le 12 décembre 1995 contre les Sharks de San José.
  • Plus longue série de victoires : 12 victoires consécutifs (1998-1999) entre le 10 janvier 1998 et le 7 février 1998
  • Plus longue série de matchs joués à guichets fermés : 487 salles combles (entre 1995 et 2006)[102].
  • Plus de points sans être qualifié aux séries éliminatoires : 95 points (2006-2007)

Trophées[modifier | modifier le code]

Cette liste ci-dessous présente les trophées individuels et d'équipes gagnés par l'Avalanche[125] :

Coupe Stanley

Trophée des présidents. Ce trophée récompense la meilleure équipe de la saison. Il s'agit de l'équipe ayant marqué le plus de points en une saison. Ce trophée a été remis depuis la saison 1985-1986.

Trophée Clarence S. Campbell. Ce trophée est le pendant du trophée précédent mais pour l'association de l'Ouest. Il récompense la meilleure le champion de l'association de l'Ouest. Ce trophée a été remis depuis la saison 1967-1968.

Trophée Art Ross. Ce trophée récompense le talent offensif d'un joueur et est remis au joueur ayant inscrit le plus de points au cours de la saison. Ce trophée a été remis depuis la saison 1947-1948.

Trophée Calder. Ce trophée récompense le meilleur joueur dans sa première saison dans la ligue. Pour être éligible, le joueur ne doit pas avoir joué plus de 25 matchs dans la saison régulière précédant celle en cours et pas plus de six matchs durant les deux autres saisons précédentes dans une des ligues professionnelles. Ce trophée a été remis depuis la saison 1932-1933.

Trophée Conn Smythe. Ce trophée récompense le joueur le plus utile des séries éliminatoires. Ce trophée a été remis depuis la saison 1964-1965.

Trophée Hart. Ce trophée récompense le meilleur joueur, élu par l'Association professionnelle de la presse écrite. Ce trophée a été remis depuis la saison 1923-1924.

Trophée William M. Jennings. Ce trophée récompense le gardien de but de l'équipe ayant concédé le moins de buts durant la saison régulière. Ce trophée a été remis depuis la saison 1981-1982.

Trophée King Clancy. Ce trophée récompense le joueur ayant démontré le meilleur exemple de leadership et ayant le plus contribué à la société. Ce trophée a été remis depuis la saison 1987-1988.

Trophée Lady Byng. Ce trophée récompense le joueur avec le meilleur état d’esprit de la ligue. Ce trophée a été remis depuis la saison 1924-1925.

Trophée Lester Patrick. Ce trophée est remis à un individu ou à groupe d’individus pour services rendu au hockey aux États-Unis. Ce trophée a été remis depuis la saison 1965-1966.

Trophée Lester B. Pearson. Ce trophée récompense le meilleur joueur selon les autres joueurs (vote effectué au sein de l'Association des joueurs de la LNH). En 2010, il est renommé pour s'appeler le trophée Ted Lindsay. Ce trophée a été remis depuis la saison 1970-1971.

Trophée plus-moins de la LNH. Ce trophée récompense le joueur le plus utile de l’équipe (et donc de la ligue). Le ratio +/- d’un joueur est calculé en comptant +1 si le joueur est sur la glace au moment où son équipe marque un but sans être en supériorité numérique, et -1 s’il est sur la glace au moment où son équipe encaisse un but sans être en infériorité numérique. Ce trophée a été remis depuis la saison 1982-1983.

Trophée Maurice Richard. Ce trophée récompense le joueur ayant marqué le plus de buts en saison régulière. Ce trophée a été remis depuis la saison 1998-1999.

Première équipe des étoiles

Deuxième équipe des étoiles

Équipe des recrues de la LNH

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  2. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  3. Une offre hostile est un accord passé entre une équipe et un joueur d'une autre équipe. L'équipe possédant les droits du-dit joueur ont sept jours pour se mettre à niveau, sous peine de perdre le joueur en question.
  4. Le différentiel plus-moins d'un joueur est calculé en comptant +1 si le joueur est sur la glace au moment où son équipe marque un but sans être en supériorité numérique et -1 s'il est sur la glace au moment où son équipe encaisse un but sans être en infériorité numérique.
  5. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  6. Une fiche est négative quand l'équipe compte plus de défaites que de victoires.
  7. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voire d'une autre équipe.
  8. Au cours de la saison 1983-1984, Brian Bellows devient capitaine des North Stars du Minnesota alors qu'il est plus jeune que Landeskog ; il a 19 ans et 131 jours mais n'est nommé que capitaine par intérim.
  9. En tant qu'entraîneur adjoint
  10. a et b Les matchs nuls disparaissent au début de la saison 2005-2006.
  11. À égalité avec Patrik Eliáš des Devils du New Jersey

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Histoire de l'Avalanche », sur http://www.sportsline.com (consulté le 25 mars 2007)
  2. (en) Bob Kravitz, « Welcome to NHL's nastiest rivalry », sur http://nl.newsbank.com,‎ 18 décembre 1996 (consulté le 25 mars 2007)
  3. McAuliffe,« The Story of the Colorado Avalanche », p.  10
  4. (fr) Benoît Clairoux, « Les Nordiques de Québec - La fusion AMH-LNH », sur www.histoirenordiques.ca (consulté le 31 octobre 2010).
  5. McAuliffe, « The Story of the Colorado Avalanche », p.  18
  6. McAuliffe, « The Story of the Colorado Avalanche », p.  16
  7. (en) « Eric Lindros, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 17 août 2011)
  8. (en) « Standings for the Quebec Nordiques of the NHL », sur The Internet Hockey Database
  9. « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  195
  10. « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  196
  11. (en) « HOCKEY; Nordiques Will Play Rangers », sur www.nytimes.com, The New York Times,‎ 4 mai 1995 (consulté le 9 décembre 2009).
  12. a, b et c « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  217
  13. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 216.
  14. a, b et c « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  167
  15. a et b (en) James Deacon, « Nordiques Move to Colorado », sur www.thecanadianencyclopedia.com,‎ 6 mai 1995 (consulté le 11 mai 2007)
  16. (en) « Quebec's government plans bailout to keep Nordiques from moving », sur nl.newsbank.com,‎ 9 avril 1994 (consulté le 25 mars 2007)
  17. (en) « NHL's Nordiques sold, moving west to Denver \ Comsat Entertainment Group bought the team. Quebec had refused to fund a new hockey arena », sur nl.newsbank.com,‎ 26 mai 2007 (consulté le 25 mars 2007)
  18. (en) « Miscellaneous/Community/Altitude », sur downloads.avalanche.nhl.com (consulté le 17 juin 2007)
  19. (en) « Premier match de l'Avalanche du Colorado », sur www.avalanchedb.com (consulté le 17 août 2011)
  20. (fr) « Patrick Roy - Biographie, photos, statistiques et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 9 décembre 2009).
  21. « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  187
  22. « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  197
  23. (en) « 1996: Rogue Claude clips Draper's Wings », sur archives.cbc.ca (consulté le 9 décembre 2009).
  24. (en) « Avs hope for miracle with Forsberg, Foote », sur www.csindy.com (consulté le 9 décembre 2009).
  25. (en) Andre Delsol, Doug Hanson et Chad Lysohirka, « Colorado Avalanche vs. Florida Panthers - Game 4 - 1996 », sur www.avalanchedb.com (consulté le 9 décembre 2009).
  26. Weekes, « The Big Book of Hockey Trivia », p.  512
  27. « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  213
  28. Strachan, « Cent ans de hockey », p. 232
  29. (en) « Le Triple Gold Club », sur www.iihf.com (consulté le 28 décembre 2010)
  30. (en) « Joe Sakic, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 4 août 2012).
  31. (fr) « Joe Sakic a tout chamboulé », sur RDS.ca,‎ 20 septembre 2004
  32. « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p.  138
  33. (en) « Forsberg Scores First Goal », sur www.nytimes.com, The New York Times,‎ 3 novembre 1998 (consulté le 11 décembre 2009).
  34. (en) « Records de la franchise Avalanche/Nordiques », sur downloads.avalanche.nhl.com (consulté le 17 juin 2007)
  35. (en) « Classement par conférence 1998-99 de la LNH », sur www.nhl.com (consulté le 11 décembre 2009).
  36. a et b « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p. 199
  37. (en) « 1999-2000 Standings by Conference », sur NHL.com (consulté le 4 juin 2011).
  38. « 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide », p. 218
  39. (en) « Kings take Avs' Aulin to complete Blake trade », sur www.highbeam.com,‎ 23 mars 2001 (consulté le 25 mars 2007)
  40. (en) « Meilleurs pointeurs de la saison 2000-2001 », sur hockeydb.com
  41. (en) « Liste des vainqueurs du trophée plus-moins de la LNH », sur www.rauzulusstreet.com
  42. (en) « Compte rendu du quatrième match », sur Avalanche Database
  43. (en) « Compte rendu du septième match », sur www.avalanchedb.com
  44. (en) « Compte rendu du cinquième match », sur www.avalanchedb.com
  45. (en) « Compte rendu du sixième match », sur www.avalanchedb.com
  46. (en) « Compte rendu du septième match », sur www.avalanchedb.com
  47. Hornby, « Les plus grands moments du hockey », p. 144
  48. (en) « Legends of Hockey — Silverware — 2000–01 King Conn Smythe Trophy Winner — Roy, Patrick », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 mars 2011)
  49. (en) « Historique et liste des récipiendaires des différents trophées de la LNH », sur www.nhl.com
  50. (en) « Legends of Hockey — Silverware — 2000–01 King Clancy Memorial Trophy Winner — Podein, Shjon », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 17 juin 2007)
  51. (en) Mike Brehm, « Avs bench change: Hartley out, Granato in », sur USA Today,‎ 18 décembre 2002.
  52. (en) « Tony Granato hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  53. (en) « NHL Hockey: Colorado Avalanche Team Report - April 10th », sur The Sports Network,‎ 10 avril 2004 (consulté le 17 juin 2007)
  54. « Official Guide & Record Book / 2010 », p.  162.
  55. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p.  215.
  56. « Official Guide & Record Book / 2010 », p.  210.
  57. (en) « National Hockey League (NHL) Bud Light Trophy (NHL +/- Award) », sur www.rauzulusstreet.com (consulté le 23 octobre 2010).
  58. (en) « Silverware -- 2002-03 -- Hart Memorial Trophy Winner -- Forsberg, Peter », sur Legends of Hockey.
  59. (fr) « Patrick Roy : son histoire », sur RDS.ca,‎ 11 septembre 2008.
  60. (en) « Avalanche sign Kariya, Selanne to one-year deals », Sports Illustrated,‎ 3 juillet 2003 (consulté le 10 juillet 2011)
  61. (en) « Moore seeks further damages from Bertuzzi », sur USA Today,‎ 7 mars 2006.
  62. (en) Lester Munson, « NFL cautionary tale: Todd Bertuzzi », sur ESPN,‎ 15 mars 2012.
  63. (en) John Marshall, « Avs make bench switch to Quenneville », sur 7 juillet 2004,‎ 7 janvier 2004.
  64. (en) Associated Press, « Sakic, Blake to stay; Forsberg, Foote up in air », sur ESPN,‎ 26 juillet 2005.
  65. (en) « 2005-2006 Conference Standings », sur NHL.com (consulté le 5 août 2012).
  66. a et b (en) Colorado Avalanche, « Stastny Breaks NHL Rookie Record », sur Colorado Avalanche,‎ 11 mars 2007 (consulté le 6 août 2012).
  67. (en) Colorado Avalanche, « Avs Playoff Push Continues With 4-3 Win Over Sharks », sur Colorado Avalanche,‎ 18 mars 2007 (consulté le 6 août 2012).
  68. (en) « 2006-2007 Conference Standings - NHL.com - Standings », sur NHL.com (consulté le 6 août 2012).
  69. (en) National Hockey League, National Hockey League Official Guide & Record Book 2007, Dan Diamond & Associates, Inc., 2006 (ISBN 978-1-894801-02-7)
  70. (en) Adrian Dater, « Calder just eludes Stastny », sur Denver Post,‎ 15 juin 2007 (consulté le 6 août 2012).
  71. (fr) « Direction Colorado pour Ryan Smyth », sur RDS.ca,‎ 1er juillet 2007 (consulté le 6 août 2012).
  72. (en) Associated Press, « Avalanche 9, Blues 5 », sur Colorado Avalanche,‎ 9 décembre 2007 (consulté le 6 août 2012).
  73. (en) Colorado Avalanche, « Forsberg Returns to Avalanche », sur Colorado Avalanche,‎ 25 février 2008 (consulté le 6 août 2012).
  74. (en) Colorado Avalanche, « Colorado Acquires Adam Foote », sur Colorado Avalanche,‎ 26 février 2008 (consulté le 6 août 2012).
  75. (en) Colorado Avalanche, « Avs, Quenneville Part Ways », sur Colorado Avalanche,‎ 9 mai 2008 (consulté le 6 août 2012).
  76. (en) La Presse Canadienne, « Avalanche forwards Ryan Smyth and Milan Hejduk score 300th career goals », sur NHL.com,‎ 18 janvier 2009 (consulté le 6 août 2012).
  77. (en) Adrian Dater, « Avs hire Sacco as head coach », sur Denver Post,‎ 4 juin 2009 (consulté le 24 septembre 2012).
  78. (en) « Roy will not take Avalanche job », sur ESPN,‎ 29 mai 2009 (consulté le 24 septembre 2012).
  79. « Sakic met fin à sa grande carrière », sur RDS.ca,‎ 9 juillet 2009 (consulté le 24 septembre 2012).
  80. « Les Sharks ont survécu à l'Avalanche », sur RDS.ca,‎ 24 avril 2010 (consulté le 24 septembre 2012).
  81. (en) La Presse Canadienne, « Phoenix Coyotes coach Dave Tippett captures the Jack Adams Award », sur News1130,‎ 23 juin 2010 (consulté le 24 septembre 2012).
  82. (en) « NHL Division Standings after Dec 17 in 2010-11 season », sur ShrpSports (consulté le 24 septembre 2012).
  83. (en) « 2010-2011 Standings by League », sur NHL.com (consulté le 5 juin 2011).
  84. (en) « 2011 NHL Entry Draft Picks », sur The Internet Hockey Database (consulté le 24 novembre 2011).
  85. La Presse Canadienne, « Gabriel Landeskog remporte le trophée Calder en tant que recrue par excellence », sur NHL.com en français,‎ 20 juin 2012 (consulté le 24 septembre 2012).
  86. (en) Colorado Avalanche, « Landeskog Named Avalanche Captain », sur Colorado Avalanche,‎ 4 septembre 2012 (consulté le 24 septembre 2012).
  87. (en) [vidéo] Résumé de la rivalité Détroit-Colorado sur YouTube
  88. (en) David Amber, « Amber's 10 Degrees: NHL's dirtiest plays », sur ESPN,‎ 25 octobre 2007
  89. (en) « Part II -- Top rivalries », sur ESPN,‎ 29 octobre 2005
  90. (en) « New book explores Avs-Wings rivalry », sur http://www.denverpost.com,‎ 29 janvier 2007
  91. (en) [vidéo] Résumé du match Détroit-Colorado du 26/03/97 et sa "fameuse" bagarre sur YouTube
  92. (en) Thomas Neumann, « Happy anniversary to Red Wings, Avalanche », sur http://sports.espn.go.com,‎ 9 avril 2007 (consulté le 27 mars 2007)
  93. (en) [vidéo] Bagarre entre Osgood et Roy sur YouTube
  94. (en) [vidéo] Petite bagarre entre Hašek et Roy sur YouTube
  95. (en) [vidéo] Downey vs Laperriere Feb 18, 2008 sur YouTube
  96. (en) Doug Hanson et Chad Lysohirka, « June 1, 1999 - Game 6 - Dallas Stars vs. Colorado Avalanche - Score: L 1-4 », sur Avalanche Database (consulté le 4 septembre 2012).
  97. (en) « Faits et chiffre sur le McNichols Arena », sur http://hockey.ballparks.com
  98. a et b (en) « Assistance aux parties de l'Avalanche », sur AvalancheDB (consulté le 13 novembre 2010)
  99. (en) « Informations sur le Pepsi Center », sur le site officiel de l'aréna.
  100. (en) « Joueurs qui ont représenté l'Avalanche lors du Match des étoiles », sur Avalanche Database.
  101. (en) Terry Frei, « Avs see sellout streak get away », sur Denver Post,‎ 17 octobre 2006.
  102. a et b (en) Colorado Avalanche, « Avalanche Reaches 500th Sellout In Denver », sur Colorado Avalanche,‎ 20 janvier 2007.
  103. (en) « NHL Attendance Report 2011-12 », sur http://espn.go.com
  104. a et b (en) « Colorado Avalanche Minor League Affiliate », sur www.hockeydb.com (consulté le 6 août 2012).
  105. (en) Article sur l’inversion des couleurs des maillots sur http://www.statenews.com/.
  106. (en) Adrian Dater, « OILERS 4, AVALANCHE 1 "Third jersey'to make debut on Halloween », sur www.denverpost.com,‎ 19 octobre 2001 (consulté le 26 mars 2007)
  107. (en) Andrew M. Greenstein, « Nouveaux maillots des équipes de la LNH en 2007-2008 », sur The NHL Uniform Database (consulté le 4 septembre 2012).
  108. (en) Andrew M. Greenstein, « Nouveaux maillots de l'Avalanche en 2007-2008 », sur The NHL Uniform Database comparé aux maillots 2006-2007.
  109. (en) « Rink Notes: Tucker Ready To Return », sur avalanche.nhl.com,‎ 10 novembre 2009
  110. (en) « Mascott Madness », sur http://www.nhl.com (consulté le 15 décembre 2006)
  111. (en) « Site sur Bernie le saint-bernard »
  112. (en) « Effectif actuel de l'Avalanche », sur Colorado Avalanche (consulté le 6 août 2012).
  113. (en) « Salaire des joueurs de l'Avalanche », sur www.avalanchedb.com (consulté le 11 novembre 2010)
  114. (en) Avalanche#photo « Biographie de Trottier », sur www.legendsofhockey.net
  115. « Avs send Forsberg's No. 21 to the rafters », sur www.nhl.com (consulté le 8 octobre 2011)
  116. (en) « Avalanche Captains », sur Avalanche DB.
  117. (fr) Associated Press, « Foote est en paix avec sa décision », sur site officiel du Réseau des sports,‎ 8 avril 2011 (consulté le 27 avril 2011)
  118. (en) « Liste des entraîneurs de l'Avalanche », sur www.avalanchedb.com
  119. (en) « Liste des choix de premier tour de l'Avalanche », sur avalanche.nhl.com (consulté le 29 décembre 2010)
  120. a et b (en) « Records en saisons régulières de l'Avalanche », sur www.avalanchedb.com (consulté le 18 novembre 2010)
  121. a et b (en) « Records en séries éliminatoires de l'Avalanche », sur www.avalanchedb.com (consulté le 20 novembre 2010)
  122. (en) « Colorado Avalanche all-time player roster ».
  123. (en) « Liles Sets NHL Record », sur avalanche.nhl.com,‎ 27 octobre 2010.
  124. « Skrastins' Record Streak Ends At 495 », sur avalanche.nhl.com,‎ 25 février 2007 (consulté le 8 août 2012).
  125. (en) « Liste des trophées gagnés par l'Avalanche », sur www.avalanchedb.com (consulté le 23 octobre 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • (en) Colorado Avalanche, 2010-11 Colorado Avalanche Media Guide,‎ 2010, 224 p.
  • (en) Bill McAuliffe, The Story of the Colorado Avalanche, The Creative Company,‎ 2008, 42 p. (ISBN 978-1583416167, résumé)
  • (en) Don Weekes, The Big Book of Hockey Trivia, Greystone Books,‎ 2005, 576 p. (ISBN 978-1553651192, résumé)
  • Lance Hornby, Les grands moments de Hockey, Modus Vivendy,‎ 2005, 222 p. (ISBN 2-89523-337-3)
  • Al Strachan et Eric Duhatschek, Cent ans de hockey, Hurtubise HMH ltée,‎ 2000, 304 p. (ISBN 2-89428-439-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]