Communauté de communes du Pays de Pange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Communauté de communes du pays de Pange
Blason de Communauté de communes du pays de Pange
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Forme Communauté de communes
Siège Pange
Communes 17
Président Roland Chloup
Budget 1 480 700 
Date de création
Date de disparition
Code SIREN 200 000 164
Démographie
Population 12 350 hab. (2014)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Superficie 127,80 km2
Localisation
Localisation de Communauté de communes du pays de Pange
Localisation de la communauté de communes du Pays de Pange en Moselle
Liens
Site web cc-paysdepange.fr
Fiche Banatic Données en ligne

La communauté de communes du pays de Pange (CCPP) est une ancienne communauté de communes située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Histoire[modifier | modifier le code]

La communauté de communes du pays de Pange a été créée le [1],[2], de la transformation du SIVOM de Pange[3].

La première réunion constitutive a eu lieu le à Silly-sur-Nied, et a vu l'élection du maire de Courcelles-Chaussy Jean-Marie Gori comme président de la nouvelle communauté de communes.

Le , le district est transformé en communauté de communes[4].

Le , par arrêté préfectoral du 20 août 2014[5], la commune de Villers-Stoncourt, précédemment de la communauté de communes de Rémilly et environs, quitte la communauté de communes du Sud messin rejointe au et intègre la communauté de communes du Pays de Pange pour des raisons géographiques et socio-économiques[6].

Le 1er juin 2016, par arrêté préfectoral du 29 avril 2016, les communes de Colligny et Maizery fusionnent pour donner Colligny-Maizery ramenant le nombre de communes de l’intercommunalité à dix-sept.

Le 1er janvier 2017, les communes d’Ogy et Montoy-Flanville fusionnent pour donner Ogy-Montoy-Flanville et la communauté de communes fusionne avec la communauté de communes du Haut-Chemin pour former la communauté de communes du Haut Chemin-Pays de Pange.

Géographie[modifier | modifier le code]

La CCPP regroupe dix-sept communes de la partie nord du canton de Pange à l’est de Metz dans l’arrondissement de Metz-Campagne. Le relief y est globalement plat avec un point culminant à 300 m.

Intercommunalités limitrophes[modifier | modifier le code]

À l’est de la CCPP se situe la communauté d'agglomération de Metz Métropole et la communauté de communes du Val Saint-Pierre, au nord la communauté de communes du Haut-Chemin et au sud la communauté de communes de Rémilly et environs.

Transports[modifier | modifier le code]

Les routes départementales 603 au nord et 999 au sud influent sur la vie du territoire[7] :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Cours d’eau[modifier | modifier le code]

La Nied française traverse les communes de Pange, Sorbey, Sanry-Sur-Nied, Courcelles-Sur-Nied, Bazoncourt, Silly Sur-Nied et Courcelles-Chaussy. Elle donne lieu par année à des inondations. De nombreux ruisseaux plus petits traversent certains villages (par exemple le Ravenez à Courcelles-Chaussy).

Zones humides[modifier | modifier le code]

La CCPP compte deux étangs à vocation piscicole : le petit étang de Courcelles-sur-Nied entouré entièrement d’une saulaie et l’étang de Courcelles-Chaussy. Le marais de Bazoncourt est composée de roseaux communs ; la roselière est sèche, mais potentiellement inondables par le ruisseau voisin. Le marais de Maizeroy comprend une zone dense et exclusivement roselière, la prairie à Fromental, une aulnaie-saulaie très humide et des prairies de fauche (inondées dès mars).

Les communes de Pange, Maizeroy, Courcelles-Chaussy et Silly Sur Nied recensent des prairies inondables associées à quelques boisements marécageux. Elles permettent l'étalement des crues et participent ainsi à la protection des agglomérations situées en aval et à l'épuration des eaux. Quelques parcelles ont été labourées dans le lit majeur. Malgré ces dégradations, cet espace se compose encore de vastes prairies d'intérêt patrimonial.

Toutes ces zones sont inscrites au schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux Rhin-Meuse et sont recensées comme espace naturel sensible de Moselle.

Le Ravin du réservoir, encaissé dans des grès et exposé au nord, montre de nombreux suintements entretenant une atmosphère humide et froide. Il est environné par une hêtraie acide et le parc du château de Landonvillers qui apporte une grande diversité végétale avec son arboretum[8].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La CCPP possède 1 599 ha de forêts, soit 13 % du territoire, ce qui correspond à la moyenne départementale. Certaines communes, plus boisées, se distinguent tout de même des autres :

  • Courcelles-Chaussy : bois d’Urville, forêt domaniale de Landonvillers : 512 ha ;
  • Pange : bois de Gonvaux : 204 ha de forêt, mais aussi le bois de Jurieux et la forêt de Pange ;
  • Retonfey : bois de fer et bois de Vaudreville : 114 ha ;
  • Coincy : 113 ha ;
  • Bazoncourt : bois de Bazoncourt : 106 ha ;
  • Servigny-les-Raville : 104 ha ;
  • Silly-Sur-Nied : bois de Souflaune et de Bonfey 103 ha.

Les prairies de la Nied française abritent la nidification du Courlis cendré et celle du Busard des roseaux et forment une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1 et une zone importante pour la conservation des oiseaux[8].

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté de communes du pays de Pange, est composé de dix-sept communes de 2005 à 2014[9], auxquelles s’ajoute la commune de Villers-Stoncourt en septembre 2014 :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Pange
(siège)
57533 Pangeois 8,57 901 (2014) 105


Bazoncourt 57055 Bazoncourtois 13,21 532 (2014) 40
Coincy 57145 Cossignaciens 7,15 303 (2014) 42
Colligny-Maizery 57148 6,77 574 (2013) 85
Courcelles-Chaussy 57155 Courcellois 19,02 3 079 (2014) 162
Courcelles-sur-Nied 57156 Courcellois 5,06 1 192 (2014) 236
Maizeroy 57431 Machereux 8,73 375 (2014) 43
Marsilly 57449 3,22 532 (2014) 165
Montoy-Flanville 57482 Montévillois 6,32 1 150 (2014) 182
Ogy 57523 3,74 525 (2014) 140
Raville 57563 Ravillois 7,06 279 (2014) 40
Retonfey 57575 Retonféens 9,77 1 365 (2014) 140
Sanry-sur-Nied 57627 4,81 303 (2014) 63
Servigny-lès-Raville 57648 Servigniens 14,20 453 (2014) 32
Silly-sur-Nied 57654 Sillois 4,54 700 (2014) 154
Sorbey 57656 5,59 367 (2014) 66
Villers-Stoncourt 57718 10,57 252 (2014) 24

Démographie[modifier | modifier le code]

La population des communes de la CCPP connait une croissance de près de 40 % entre 1980 et 2010, essentiellement à la faveur du développement des lotissements[10].

Le territoire, à dominante rurale, est soumis à un important phénomène de périurbanisation dû à la proximité de l'agglomération messine : la densité de population décroît en s'éloignant de Metz vers l'est.

La population de la CCPP a augmenté de près de 40 % depuis le début des années 1990, essentiellement à la faveur du développement des lotissements[10].

  • 1999 : 10 900 habitants (3 680 ménages, 3 177 familles, + 14 % depuis 1990 ; 3 659 enfants, - 7,2 % depuis 1990)
  • 2006 : 11 678 habitants (+ 1 % entre 1999 et 2006)

La CCPP compte plus de 12 530 habitants en 2008[11].

Évolution de la population
1999 2006 2008 2014
10 90011 67812 53012 700
(Sources : CCPP, RL)

La population est jeune (près de 30 % de la population a moins de vingt ans). Les jeunes adultes sont sous-représentés. La part des personnes âgées est faible (13 % de plus de 60 ans)[10].

[modifier | modifier le code]

Logo CC Pays de Pange.jpg

Le logo de la communauté de communes met en valeur le cadre de vie du territoire : les couleurs représentent la terre, l’eau et la végétation et le motif symbolise le patrimoine châtelain de Pange, Courcelles-Chaussy et Landonvillers[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le conseil communautaire chargé d’administrer la CCPP est constitué de quarante délégués : deux pour les communes de moins de 1 000 habitants et pour les autres deux plus un délégué additionnel par tranche de 1 000 habitants supplémentaire (soit trois pour Montoy-Flanville et Retonfey et cinq pour Courcelles-Chaussy).

Il y a sept vice-présidents et un président.

La CCPP emploie quatre agents administratifs, quatorze techniciens et cinq professeurs pour l’école de musique.

La CCPP édite un journal Vies Communes pour ses habitants. Il est tiré à 5 000 exemplaires sur papier recyclé. Le premier numéro est paru en juillet 2008.

Il y a neuf commissions : finances et transferts de charges, aménagement de l’espace/développement économique, NTIC, environnement et développement durable, développement touristique/vie associative et culturelle, communication, services aux collectivités et prestations de service, services à la personne (petite enfance, périscolaire, personnes âgées), personnel communautaire[3].

Présidence[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  avril 2008 Jean-Marie Gori   Maire de Courcelles-Chaussy (depuis 1995)
avril 2008 en cours Roland Chloup[12]   Maire de Pange (depuis 2014)

Économie[modifier | modifier le code]

En octobre 2008, la CCPP compte environ 4 000 logements et habitations (93 % de logements individuels). Les 13 000 habitants représentent 3 800 familles dont 2 300 enfants entre 0 et 14 ans (1 500 sont scolarisés) et plus de 1 200 retraités. 300 entreprises ou établissements soit 1 550 salariés. 90 exploitations agricoles pour 8900 ha (150 emplois dans l’agriculture). La part des actifs est de 93 % (soit 7 % de demandeurs d’emplois)[13].

En 2010, la CCCP compte 215 entreprises[3].

Projets[modifier | modifier le code]

Le 30 mars 2009, la CCPP adopte un budget avec des investissements très importants. Ceci témoigne de la volonté des élus de préparer l’avenir du territoire et de ses habitants par des projets sturcturants : 4,27 M€ vont dans l’aménagement de la Z.A. de Courcelles-Chaussy et dans la desserte de la Z.A. de Montoy-Flanville. 1,2 M€ sont destinés à la réalisation de la voie verte reliant Courcelles-sur-Nied à Landonvillers[14].

Piste verte, voie piétonne et cyclable[modifier | modifier le code]

La commission « développement touristique, vie associative et culturelle » travaille sur le projet de voie piétonne et cyclable qui emprunterait en grande partie le tracé de l’ancienne voie ferrée. C’est un chemin qui s’étirera sur 12,5 kilomètres traversant les bans communaux de Courcelles-sur-Nied, Laquenexy, Pange, Maizeroy et Courcelles-Chaussy (Landonvillers)[15]. Le bureau de maitrise d’œuvre VRI de Montoy-Flanville déterminera le tracé exact tenant compte des contraintes propres aux cinq communes traversés et lancera un appel d'offres quant à la réalisation des travaux[16].

Zone industrielle à Courcelles-Chaussy[modifier | modifier le code]

La CCPP est chargée de l’aménagement de l’extension de la zone artisanale Saint-Jean à Courcelles-Chaussy, vingt parcelles réparties sur cinq hectares seront destinées à l’installation d’entreprises. Les travaux de voiries et desserte des réseaux sont estimés à 800 000 €[16].

Zone artisanale de Montoy-Flanville[modifier | modifier le code]

La CCPP est chargée de l'aménagement de l'extension de la zone artisanale intercommunale de La Planchette à Montoy-Flanville. Sont prévus : 15 ha supplémentaire, un giratoire, l’accès au village de Coincy, la sécurisation de la route départementale 603. Le coût de réalisation est estimé à 1,6 M€[17].

Numérisation des plans cadastraux[modifier | modifier le code]

La CCPP a signé une convention tripartite avec la DGI et le conseil général de la Moselle pour se doter d’un outil SIG. Les plans cadastraux des dix-sept communes, soit 14 368 parcelles, sont numérisés avec ce système pour des raisons de précision et de cohérence. La CCPP dispose ainsi d’un plan complet de son territoire et les communes peuvent effectuer des recherches plus facilement sur les plans cadastraux. Il sera possible d’intégrer par la suite des couches supplémentaire : réseaux secs et humides, voirie…[17]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • voies et villas romaines ;
  • château de Landonvillers ;
  • château de Colombey, détruit en 1870 ;
  • château de Montoy, château de Flanville ;
  • château de Pange ;
  • château d’Urville ;
  • château d’Aubigny ;
  • château de Maizeroy, XVIIIe siècle
  • château fort de Bazoncourt ;
  • château de Retonfey ;
  • ancien hôpital Saint-Laurent de Flanville ;
  • moulins de Bazoncourt, de Landonvillers, de Maizeroy
  • lavoirs
  • colombiers
  • écoles maternelles et primaires.
  • église de Saint-Agnan, Xe siècle à Saint-Agnan ;
  • église Saint-Alban de Sorbey, 1896 ;
  • église Saint-André de Servigny-lès-Raville, 1750 ;
  • église Saint-Arnoul de Silly-sur-Nied, XVIIIe siècle ;
  • église Saint-Barthélemy, de Raville, 1758 ;
  • église Saint-Christophe de Bazoncourt, XVIIIe siècle ;
  • église Sainte-Marie-Madeleine de Courcelles-sur-Nied, 1760 ;
  • église Saint-Martin de Pange, XIe siècle ;
  • église Saint-Martin de Retonfey ;
  • église Saint-Nabor de Colombey, XIIe siècle, en ruine ;
  • église Saint-Nicolas de Maizeroy, XVe siècle ;
  • église Saint-Pierre de Villers-Stoncourt, 1856 ;
  • église Saint-Rémi de Courcelles-Chaussy, XVIIIe siècle ;
  • temple protestant de Courcelles-Chaussy, XIXe siècle ;
  • presbytères ;
  • cimetières : cimetière du choléra à Servigny-lès-Raville ;
  • chapelles : Domangeville, Frécourt, Saint-Urbain de Sanry-sur-Nied ;
  • monuments commémoratifs ;
  • calvaires ;
  • croix de chemins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Wolljung, Marie Claude Malhomme, Communauté de communes du pays de Pange. Projet de territoire : diagnostic des 17 communes, Akouma consulting, mars 2007, 142 p. (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de la Communauté de communes du pays de Pange », sur http://www.banatic.interieur.gouv.fr le site de la DGCL (consulté le 30 avril 2014)
  2. Arrêté n°205-DRCL/1-033
  3. a, b, c et d Le Républicain lorrain, Les communautés de communes de Moselle — Communauté de communes de Pange, avril 2010.
  4. Arrêté nº2006-DRCL/1-001
  5. Arrêtés 2014-DCTAJ/1- 050 et 051 du 20 août 2014.
  6. « Villers-Stoncourt - La commune rejoint l’intercommunalité de Pange », sur le site du Républicain lorrain,
  7. Géographie sur le site de la CCPP
  8. a et b Spécificités de la CCPP
  9. « Liste des communes de la communauté de communes du pays de Pange », sur insee.fr (consulté le 13 décembre 2012)
  10. a, b et c Démographie sur le site de la communauté de communes pays de Pange. Consulté le 21 décembre 2011. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « demo » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  11. CCPP, Vies communes, nº 3, février 2009, p. 7.
  12. « Intercommunalité : les exécutifs se mettent en place », sur Carrefour des pays lorrains,
  13. CCPP, Vies Communes, nº 2, octobre 2008, p. 2.
  14. CCPP, Vies Communes, nº 4, juin 2009, p. 7.
  15. CCCP, Vies Communes, nº 2, octobre 2008, p. 6.
  16. a et b CCPP, Vies Communes, nº 3, février 2009, p. 3.
  17. a et b CCPP, Vies communes, nº 4, juin 2009, p. 3.