Liste des seigneurs de Sully-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sully.
Le château de Sully-sur-Loire

La liste des seigneurs de Sully présente la liste des seigneurs de la ville française de Sully-sur-Loire située dans l'ancienne province de l'Orléanais (dans l'actuel département du Loiret et la région Centre-Val de Loire).

Le château de Sully-sur-Loire est la demeure des seigneurs de Sully[1] et le centre décisionnel de la baronnie de Sully[2].

La baronnie est sous la dominance de plusieurs familles successives.

Liste des seigneurs de Sully ou Seuly[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Sully ou Seuly sont issus, successivement, de quatre maisons féodales[3],[4].

Maison de Sully[modifier | modifier le code]

Maison de Blois-Champagne[modifier | modifier le code]

Partage des fiefs de Marie de Sully :

- En sus de Sully-sur-Loire, les seigneuries transmises aux La Trémoille (dont Georges Ier de La Trémoille (1384-1446), fils de Guy VI et Marie de Sully ; père de Louis Ier (vers 1429-1483) et grand-père de Louis II ci-dessous) viennent des Craon, et des Lusignan par la mère d'Isabeau de Craon, Marguerite de Mello-Saint-Bris, une petite-fille d'Eustachie de Lusignan (elle-même petite-fille d'Hugues X de Lusignan et de la comtesse-reine Isabelle d'Angoulême). En effet, Marie de Sully était baronne de Sully et de Craon, dame de Sainte-Hermine, de Prahecq, et aussi de Corberia (en Anjou-Maine ; un héritage des Craon ? ; = La Corbière ?). Marie était aussi comtesse titulaire de Guînes[8], dame de Chisay ; et dame de Lussac, par son époux Gui VI de La Trémoille.

- Les d'Albret furent, eux, possessionnés en Berry grâce à une bonne part de l'héritage des Sully. Car Marie de Sully était princesse de Bois-Belle, dame d'Argent, de Clémont, de Villezon (près d'Argent et Clémont), des Aix et de La Chapelle d'Angillon, d'Orval, d'Espineuil-sur-Cher (Épineuil-le-Fleuriel), de Montrond, de Dun-Le-Roi, de Château-Meillant, de Saint-Gondom ; et dame de Chalucet.

Maison de La Trémoille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison de La Trémoille.

Louis II de La Trémoïlle (1460-1525 à Pavie) confie Sully en partie à son fils naturel Jean, mais la baronnie de Sully reste à ses descendants légitimes : son petit-fils François (1505-1541 ; fils de Charles de La Trémoïlle, prédécédé en 1515), lui-même père de Louis III (1521-1577) et grand-père de Claude de La Trémoïlle (1566-1604) : ce dernier vendit la baronnie de Sully en 1602 à Maximilien de Béthune (1559-1641), Ier duc et pair de Sully en 1606 (le grand ministre d'Henri IV descendait des anciens Sully : Jeanne de Sully dame d'Ivoy et Maupas ci-dessus, fille d'Henri II de Sully et Pernelle de Joigny-Châteaurenard, épouse vers 1280/1284 Adam IV vicomte de Melun, sire de Montreuil-Bellay < d'où la branche cadette des Melun seigneurs d'Antoing, vicomtes/burgraves de Gand et princes d'Epinoy, issue de leur petit-fils cadet Hugues Ier de Melun d'Antoing (vers 1330-vers 1400), baron de Rosny-sur-Seine par son deuxième mariage avec Béatrix de Wavrin de Beaussart < Anne de Melun de Gand, dame de Rosny, arrière-arrière-petite-fille d'Hugues Ier et Béatrix, est la grand-mère paternelle du Ier duc de Sully, par son mariage en 1529 avec Jean IV de Béthune, fils d'Alpin de Béthune de Locres : parents de François de Béthune, le père du duc).

Maison de Béthune[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison de Béthune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Le château de Sully-sur-Loire », notice no IA00013383, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. François Le Maire, Histoire et antiqvitez de la ville et dvché d'Orléans : avec les vies des roys, dvcs, comtes, vicomtes, gouverneurs, baillis, prevolts, maires, échevins et autres officiers avgmentée des antiqvitez des villes dépendantes du Chastelet & Bailliage d’Orléans, Orléans, Maria Paris, , 2e éd., 501 p. (lire en ligne), p. 23
  3. « Sully », sur Racines & Histoire
  4. (en) « Seigneurs de Sully », sur MedLands
  5. Histoire de Berry. Tome I - Gaspard Thaumas de La Thaumassière - Bibliothèque nationale de France
  6. « La Motte castrale de Beaujeu », sur Patrimoine du canton de Sancerre
  7. Fils du duc Jean de Berry
  8. À la décapitation du connétable Raoul II de Brienne (arrière-arrière-petit-fils d'Alphonse d'Acre de Brienne, fils de l'empereur-roi Jean de Brienne, et de Marie de Lusignan-Exoudun comtesse d'Eu), dernier comte de Guînes et d'Eu, en 1350 sur l'ordre du roi Jean le Bon, le comté d'Eu sera donné à Jean d'Artois, alors que le comté de Guînes restera à la Couronne. Cependant, d'autres biens moins importants sont laissés à la sœur héritière de Raoul, Jeanne de Brienne († 1389), comme Château-Chinon et Chizé. Sans postérité de ses deux maris (le connétable Gautier VI comte de Brienne et Louis comte d'Etampes), elle lègue ses biens à sa petite-cousine Marie de Sully : car la mère de Jeanne de Brienne était Jeanne de Mello, la demi-sœur de Marguerite de Mello mère d'Isabelle/Isabeau de Craon, cette dernière étant la mère de Marie de Sully. Jeanne de Brienne et Isabelle de Craon étaient donc cousines germaines ; Jeanne et Marguerite de Mello étaient filles de Dreu VI de Mello fils de Dreu V et d'Eustachie de Lusignan. De toute façon, Guînes et son comté sont aux mains des Anglais depuis janvier 1352, ce que confirment les traités de Brétigny et de Calais en mai et octobre 1360, et les Français ne les récupèreront définitivement qu'en janvier 1558, même s'il y eut des reprises partielles ou temporaires (cf. Charles VI en 1374). Vers 1390, Marie de Sully est donc une comtesse de Guînes très théorique, d'ailleurs non issue des anciens comtes. Marie de Sully est d'abord la femme ou la fiancée de Charles de Valois comte de Montpensier († 1382, fils du duc Jean de Berry), puis la femme de Guy VI de La Trémoille († 1398, titré comte de Guînes), avant d'épouser le connétable Charles d'Albret en 1400. En 1398, son fils Georges de La Trémoille, favori de Charles VII, porte à son tour le titre de comte de Guînes.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude des Presles, Les Sully, Paris, France-Empire, , 324 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]