Bruyères-le-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatel.

Bruyères-le-Châtel
Bruyères-le-Châtel
L’hôtel de ville.
Blason de Bruyères-le-Châtel
Blason
Bruyères-le-Châtel
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Arpajon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Cœur d'Essonne Agglomération
Maire
Mandat
Thierry Rouyer
2014-2020
Code postal 91680
Code commune 91115
Démographie
Gentilé Bruyérois
Population
municipale
3 321 hab. (2016 en diminution de 2,01 % par rapport à 2011)
Densité 257 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 37″ nord, 2° 11′ 33″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 168 m
Superficie 12,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Bruyères-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Bruyères-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bruyères-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bruyères-le-Châtel
Liens
Site web ville-bruyereslechatel.fr

Bruyères-le-Châtel[1] (prononcé [bʁyjɛʁ lǝ ʃɑɛl] Écouter) est une commune française située à trente-deux kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Bruyères-le-Châtel en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 10,5 % 136,66
Espace urbain non construit 4,8 % 62,02
Espace rural 84,7 % 1 099,84
Source : Iaurif[2]

Bruyères-le-Châtel est située à trente-deux kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[3], point zéro des routes de France, dix-neuf kilomètres au sud-ouest d'Évry[4], quatorze kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[5], cinq kilomètres à l'ouest d'Arpajon[6], huit kilomètres au sud-ouest de Montlhéry[7], quinze kilomètres au nord-est de Dourdan[8], dix-sept kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[9], dix-huit kilomètres au nord-est d'Étampes[10], vingt-et-un kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[11], trente kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[12].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fontenay-lès-Briis Marcoussis Ollainville Rose des vents
Fontenay-lès-Briis N Ollainville
O    Bruyères-le-Châtel    E
S
Saint-Maurice-Montcouronne Breuillet Égly

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 129 hectares ; son altitude varie entre 46 et 168 mètres[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Charmoise, ainsi que par la Vidange, affluent de l'Orge de 3,7 km[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Bruyères-le-Châtel, située en Île-de-France, bénéficie d'un climat océanique atténué, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l'année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s'élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le et −19,6 °C le . La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. Toutefois, située à proximité du centre urbain et sans présence de vastes espaces de culture, l'ensoleillement de la commune s'établit à 1 798 heures annuellement, comme sur l'ensemble du nord du département. Avec 598,3 millimètres de précipitations cumulées sur l'année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Bruyères-le-Châtel.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[15],[16].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, le territoire de la commune comprend deux hameaux : Verville et Arpenty ; ainsi que des résidences privées : Les Ormes, Les Hauts de Bruyères, Le Val de La Remarde, La Vigne-Dieu, Les Cajuns.

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison du logement à Bruyères-le-Châtel et dans l'ensemble de l'Essonne en 2011, au travers de quelques indicateurs[17],[18] :

indicateurs de logement - Bruyères-le-Châtel, 2011.
Bruyères-le-Châtel Essonne
Part des résidences principales (en %) 94,4 93,2
Part des logements vacants (en %) 4,8 5,4
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 78,4 60,5

Par rapport à la situation moyenne de l'Essonne en matière de logement, Bruyères-le Châtel se distingue surtout par son taux de ménages propriétaires de leur résidence principale, supérieur de 18 points à la valeur départementale. Le parc immobilier a fortement progressé depuis la seconde Guerre mondiale, passant de 228 résidences principales en 1946 à 1 248 en 2009, ces constructions nouvelles tant pour les deux tiers des maisons individuelles[17].

Les résidences secondaires représentent 0,8 % des habitations de Bruyères-le-Châtel, valeur un peu inférieure à la moyenne de l'Essonne qui s'établit à 1,4 %[17],[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle fut citée sous le nom de Brocaria en 670[19], puis apud Brueras en 1156-57[20], Brueri castrum en 1204[19], Bruceti Castellum[19], Brueriae en 1467[19], Brières[19], Bruyère-le-Chastel[19]. La commune fut créée en 1793 sous le nom de Bruyeres et porta provisoirement, au cours de la Révolution française, celui de Bruyères-Libre. Le nom actuel a été introduit en 1801 dans le Bulletin des lois[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1307, échange entre Thomas, seigneur de Bruyères et le commandeur du déluge[22].

Le 31 mai 1609, le seigneur et baron de Bruyères, de Saint-Sulpice, Mauchamps, Saint-Chéron, la Repose et Le Coudreau, Claude d'Aubray, (1526-1609), vivant chevalier, décède à Paris âgé de 83 ans. Il est inhumé en l'église Saint-André-des-Arts, près de la muraille du chœur. Ses armes sont : "D'argent à trois trèfles de sable, accompagnés d'un croissant de gueules en abîme"[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Bruyères-le-Châtel est rattachée au canton d'Arpajon, représenté par les conseillers départementaux Dominique Bougraud (UDI) et Alexandre Touzet (UMP), à l'arrondissement de Palaiseau ; Bruyères-le-Châtel fait partie de la quatrième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Nathalie Kosciusko-Morizet (Les Républicains).

L'Insee attribue à la commune le code 91 3 01 115[24]. La commune de Bruyères-le-Châtel est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 101 151. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[25].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours
(au avril 2014)
Thierry Rouyer SE Biologiste[26]
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire d'un centre de première intervention des sapeurs-pompiers[42], d'une agence postale[43].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Bruyères-le-Châtel n'a développé aucune association de jumelage.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Bruyérois[44].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[46].

En 2016, la commune comptait 3 321 habitants[Note 1], en diminution de 2,01 % par rapport à 2011 (Essonne : +5,07 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
566652705819738675720760771
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
799746822688718716688649690
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7007457518008888518378261 704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0781 5212 1032 1992 5363 0133 0153 1873 308
2016 - - - - - - - -
3 321--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bruyères-le-Châtel en 2009 en pourcentages[48].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
4,6 
75 à 89 ans
4,7 
10,3 
60 à 74 ans
13,4 
22,9 
45 à 59 ans
21,5 
23,6 
30 à 44 ans
22,1 
17,8 
15 à 29 ans
16,3 
20,7 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[49].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Bruyères-le-Châtel sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose de l'école maternelle André Simon et de l'école élémentaire des Sources[50].

Culture[modifier | modifier le code]

Dans le parc du château de Bruyères-le-Châtel se trouve la résidence de création artistique La Lisière[51]. Lieu d'aide à la création porté sur les arts en espace public sous toutes ses formes, La Lisière accueille tout au long de l'année des artistes, des compagnies, et organise de temps à autre des sorties de résidence, des rencontres avec le public. En partenariat avec la compagnie La Constellation[52], basée à Grigny, elle organise également le festival essonnien « De jour // de Nuit »[53].

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a dans la commune deux médecins et deux dentistes en centre-ville, une pharmacie et deux kinésithérapeutes.

Sports[modifier | modifier le code]

Football, Judo, tennis, taekwondo, gymnastique, danse.

Loisirs[modifier | modifier le code]

Le Parc Aventure Floreval propose de nombreuses activités dans la forêt : parcours accrobranche, tyroliennes, catapulte mais également balade à poney, aire de jeux et promenade ludique.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Didier.

La paroisse catholique de Bruyères-le-Châtel est rattachée au secteur pastoral des Trois-Vallées-Arpajon et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Didier[54].

Le mouvement des focolari est présent sur la commune, dans le domaine d'Arny[55] depuis 2000[56], dans le but d'offrir un lieu « [fondé] sur la fraternité et l’accueil »[57]. Malgré des relations parfois tendues avec la municipalité[58], la « cité-pilote » accueille des familles, plusieurs entreprises de l'économie de communion, les éditions Nouvelle Cité et organise des rassemblements divers[57].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

À Bruyères-le-Châtel se trouve le centre de recherche CEA de Bruyères-le-Châtel de la direction des applications militaires du Commissariat à l'énergie atomique un centre de surveillance sismique et depuis 2006 le centre Teratec qui contient en particulier le superordinateur TERA-100 et les installations civiles liées.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 45 597 €, ce qui plaçait Bruyères-le-Châtel au 766e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[59].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Bruyères-le-Châtel 0,0 % 3,0 % 52,6 % 19,3 % 17,6 % 7,5 %
Zone d'emploi de Dourdan 0,7 % 6,0 % 18,9 % 28,5 % 26,3 % 19,6 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Bruyères-le-Châtel 0,6 % 6,6 % 1,8 % 1,7 % 77,2 % 3,9 %
Zone d'emploi de Dourdan 1,7 % 10,4 % 7,5 % 11,8 % 21,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[60],[61],[62]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les berges de la Charmoise, les bois au nord de la commune et les carrières géologiques ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[63]. La commune est traversée par le sentier de Petite Randonnée (PR 25) qui débute à la gare d'Égly. Après le bassin de retenue de l'Orge le sentier traverse la ville en passant par le lavoir de la Fontaine-Bouillant datant de 1728. Il continue au nord par le sentier de Soucy pour rejoindre le GR 111 dans la forêt de la Roche Turpin. Il termine sa boucle de 13 km en passant par Ollainville et le long de l'Orge pour revenir à la gare d'Égly.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Autrefois[Quand ?] il existait trois fontaines d'une eau particulièrement pure sur la commune. Deux lavoirs existent toujours: celui de la Fontaine-Bouillant était équipé d'une pompe élévatrice, vidé et curé tous les mois au XIXe siècle et celui de la Fontaine-Beurlin était alimenté par ces eaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Bruyères-le-Châtel :

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]


Blason de Bruyères-le-Châtel

Les armes de Bruyères-le-Châtel se blasonnent : D'or au lion de sable, la queue fourchée, nouée et passée en sautoir.

La commune s'est en outre dotée d'un logotype.

Logo commune de Bruyères-le-Châtel.svg

Bruyères-le-Châtel dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Marly, Le Hurepoix : Arpajon Et Son Canton. Avrainville, Bruyères-Le-Chatel, Cheptainville, Égly, Guibeville, Leuville-Sur-Orge, La Norville, Ollainville, Saint-Germain-Lès-Arpajon, t. II, J.-P. Bourgeron, (ISBN 9782903097011)
  • Collectif d'auteurs, Bruyères-Le-Châtel. D'hier et d'aujourd'hui, Association historique du vieux Bruyères, (ISBN 9782950955807)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Bruyères-le-Châtel dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 31/07/2012.
  2. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 07/11/2010.
  3. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  4. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  5. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  6. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  7. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  8. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  9. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  10. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  11. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  12. Orthodromie entre Bruyères-le-Châtel et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  13. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  14. [Fiche de la Vidange sur le site du SANDRE]
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  16. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  17. a b et c « Chiffres clés - Logement en 2011 à Bruyères-le-Châtel », sur le site de l'Insee (consulté le 29 novembre 2014).
  18. a et b « Chiffres clés - Logement en 2011 dans l'Essonne », sur le site de l'Insee (consulté le 29 novembre 2014).
  19. a b c d e et f Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  20. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), partie 3947, p. 264.
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. CVM voir Marivaux.
  23. Émile Raunié, Epitaphier du vieux Paris, Imprimerie nationale, 1890-1901, 3 vol, chapitre des épitaphes de l'église, p. 16.
  24. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 07/01/2010.
  25. Fiche entreprise de la commune de Bruyères-le-Châtel sur le site verif.com Consulté le 11/04/2011.
  26. %5BFREETEXT%5D=bruy%E8res&cHash=62fec9ff8d Fiche de la commune sur le site du conseil général de l'Essonne (consulté le 10 mai 2010)
  27. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  28. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  29. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  30. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  31. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  32. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/06/2012.
  33. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  34. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  35. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  36. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  37. Résultats de l'élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  38. Résultats de l'élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/03/2011.
  39. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/01/2013.
  40. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 05/07/2009.
  41. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  42. Carte d'organisation des centres de secours en Essonne sur le site du SDIS 91. Consulté le 23/02/2011.
  43. Coordonnées de l'agence postale de Bruyères-le-Châtel sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  44. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 01/04/2009.
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  48. Pyramide des âges à Bruyères-le-Châtel en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 11/07/2012.
  49. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  50. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 02/09/2010.
  51. (en) « La Lisière | Résidence de création artistique | Bruyères-le-Châtel », sur La Lisière | Résidence de création artistique | Bruyères-le-Châtel (consulté le 12 novembre 2018)
  52. La Constellation, creation et diffusion de spectacles vivants, « La Constellation », sur www.la-constellation.com (consulté le 12 novembre 2018)
  53. « http://www.dejourdenuit.fr/ », sur www.dejourdenuit.fr (consulté le 12 novembre 2018)
  54. Fiche de la paroisse de Bruyères-le-Châtel sur le site officiel du diocèse. Consulté le 19/10/2009.
  55. « Qui sont vraiment les Focolari ? », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2018)
  56. La-Croix.com, « Les Focolari édifient une cité idéale à Bruyères-le-Châtel », sur La Croix, (consulté le 27 janvier 2019)
  57. a et b La-Croix.com, « Dans l'Essonne, les Focolari édifient leur cité-pilote », sur La Croix, (consulté le 27 janvier 2019)
  58. « Les Focolari réclament 1,5 M à la commune », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2018)
  59. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
  60. %5CCOM%5CDL_COM91115.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 09/06/2010.
  61. %5CDL_ZE19901145.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Dourdan sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  62. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  63. Carte des ENS de Bruyères-le-Châtel sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 02/2019.
  64. Notice no PA00087843, base Mérimée, ministère français de la Culture
  65. Notice no IA91000204, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  66. Notice no PA00087842, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  67. Notice no IA91000206, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 03/05/2010.