Viâpres-le-Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viâpres-le-Petit
Viâpres-le-Petit
Entrée du village et église.
Blason de Viâpres-le-Petit
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Nogent-sur-Seine
Canton Creney-près-Troyes
Intercommunalité Communauté de communes Seine et Aube
Maire
Mandat
Delphine Carnet
2014-2020
Code postal 10380
Code commune 10408
Démographie
Gentilé Viâprot
Population
municipale
117 hab. (2015 en diminution de 7,87 % par rapport à 2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 48″ nord, 4° 02′ 35″ est
Superficie 11,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Viâpres-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Viâpres-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viâpres-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viâpres-le-Petit

Viâpres-le-Petit est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le cadastre de 1810 cite les Cheminées, la Cour, la Francourt, la Grange-des-Vallées, le Moulin-à-vent et la Maison-à-Sullq comme écarts.

Topographie[modifier | modifier le code]

Vico Aspero, Viaspera Parva.

Carte d'ancien régime du gouvernement de Méry, le Petit-Viapre en haut à gauche.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention est de 753 où Chelembert donnait l'oratoire de Vico Aspero du pagus de Arciacensis[1].

En 1789, le village dépendait de l'intendance de la généralité de Châlons-sur-Marne, de l'élection de Troyes et du bailliage de Sézanne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Viâpres-le-Petit.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’azur au chevron d’or accompagné, en chef à dextre d’un râteau levé d’argent, en chef à senestre, d’une vanette du même et, en pointe d’une gerbe de blé aussi d’or, au chef ondé aussi d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jacky Gombault[2]    
mars 2014 en cours Delphine Carnet DVG Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 117 habitants[Note 1], en diminution de 7,87 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
197209234242250242248250253
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
240245212212204211196168170
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
159163163166159148144121136
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
111951069693107121123125
2013 2015 - - - - - - -
115117-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (23,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 28,8 %, 15 à 29 ans = 8,5 %, 30 à 44 ans = 28,8 %, 45 à 59 ans = 16,9 %, plus de 60 ans = 17 %) ;
  • 52,8 % de femmes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 9,1 %, 30 à 44 ans = 27,3 %, 45 à 59 ans = 12,1 %, plus de 60 ans = 30,2 %).
Pyramide des âges à Viâpres-le-Petit en 2008 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
4,5 
5,1 
75 à 89 ans
13,6 
11,9 
60 à 74 ans
12,1 
16,9 
45 à 59 ans
12,1 
28,8 
30 à 44 ans
27,3 
8,5 
15 à 29 ans
9,1 
28,8 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département de l'Aube en 2008 en pourcentage[8].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,5 
75 à 89 ans
10,3 
13,7 
60 à 74 ans
14,3 
21,2 
45 à 59 ans
20,6 
20,2 
30 à 44 ans
19,1 
19,0 
15 à 29 ans
17,1 
19,1 
0 à 14 ans
17,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église dépendait du doyenné d'Arcis et à la mense abbatiale de Montier-la-Celle puis à la collation de l'évêque avec la suppression de celle-ci en 1770. La première mention de l'église date de 1153 dans une reconnaissance d'Annastase IV que la dîme relevait de l'abbaye de Montier. Elle datait du XIIe avec des modifications du XVIe et d'Arbois de Jubainville en donnait une description dans son Répertoire archéologique, n°22&23 et était à la dédicace de Cirice. Elle fut rebâtie en 1858 sous le vocable de st-Denis et st-Cirice.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Narcisse Thiesson, musicien, compositeur et facteur d'orgue né à Ervy le 25 août 1806. Il meurt à Viâpres-le-Petit, où il exerçait la fonction de prêtre, le 18 août 1872[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Lalore, Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, vol. 6, E. Thorin (Paris), (lire en ligne), « 1-1er mars 753 », p. 3.
  2. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. « Évolution et structure de la population à Viâpres-le-Petit en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 février 2012)
  8. « Résultats du recensement de la population de l'Aube en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 février 2012)
  9. Sources : Emile Socard, les hommes célèbres du département de l'Aube; Biographie des personnages les plus remarquables. Troyes, 1882.