Sainte-Maure-de-Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Maure (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune. Pour le fromage, voir Sainte-maure de touraine.
Sainte-Maure-de-Touraine
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Blason de Sainte-Maure-de-Touraine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Sainte-Maure-de-Touraine
Intercommunalité communauté de communes Touraine Val de Vienne
Maire
Mandat
Michel Champigny
2014-2020
Code postal 37800
Code commune 37226
Démographie
Gentilé Sainte-mauriens
Population
municipale
4 328 hab. (2014en augmentation de 6.29 % par rapport à 2009)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 47″ nord, 0° 37′ 19″ est
Altitude Min. 58 m – Max. 122 m
Superficie 40,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine
Liens
Site web sainte-maure-de-touraine.fr

Sainte-Maure-de-Touraine (prononcé /sɛ̃t mɔʁ dɘ tuʁɛn/) est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre-Val de Loire. Ses habitants sont appelés les Sainte-mauriens, Sainte-mauriennes. Sainte-Maure-de-Touraine est la deuxième commune la plus peuplée de l'arrondissement de Chinon après la ville de Chinon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Géographiquement situé au sud du département d'Indre-et-Loire, le pays de Sainte-Maure est desservi par l'autoroute A10 par la sortie no 25 et la nationale 10. Elle est située à mi-chemin entre Châtellerault et Tours. Paris est à 275 km par l'autoroute A10.

Sainte-Maure-de-Touraine, commune ayant le statut de bureau centralisateur de son propre canton, est située dans l'arrondissement de Arrondissement de Chinon, unité administrative appartenant au département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire[1],[2].

En termes de gestion administrative pour le quotidien et l'emploi de ses habitants, la ville tourangelle se trouve par ailleurs rattachée à son propre bassin de vie, mais également à la zone d'emploi de Tours, subdivisions qui concentrent respectivement 11 et 212 communes[3],[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sainte-Maure-de-Touraine est délimitée, dans le sens des aiguilles d'une montre, au nord par la commune de Sainte-Catherine-de-Fierbois, distante, « à vol d'oiseau », de 5,6 km ; par Le Louroux et Bossée, villes respectivement distantes de 13,8 km et 8,4 en direction du nord-est ; par la commune de Sepmes, située à 6,4 km en direction de l'est ; par la ville de Draché, localisée à 6,4 km en direction du sud-est ; par la commune de Maillé, distante de 7,3 km en axe sud ; par la ville de Pouzay, située à 7,2 km, en direction du sud-ouest ; par Noyant-de-Touraine, distante de 4,4 km, en axe ouest ; et par la commune de Saint-Épain, localisée à 7,1 km en direction du nord-ouest[5].


Communes limitrophes de Sainte-Maure-de-Touraine
Saint-Épain Sainte-Catherine-de-Fierbois Le Louroux, Bossée
Noyant-de-Touraine Sainte-Maure-de-Touraine Sepmes
Pouzay Maillé Draché

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie et hydrologie[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'un cours d'eau passant au-dessous d'un ouvrage d'art.
La Manse enjambée par l'aqueduc de Besnault, à Saint-Épain.

Le territoire communal est irrigué par la Manse, un affluent de la Vienne dont le parcours évolue sur une longueur de 30,5 km[6]. La commune est également irriguée par le Courtineau, un de « classe 4 » qui délimite le territoire de Sainte-Maure avec celui de Saint-Épain[7]. Il développe sur une longueur totale d'environ 10,7 km, prenant sa source à Louans, traverse la ville de Sainte-Catherine-de-Fierbois et vient se jeter dans la Manse, à la frontière extrême-ouest de Sainte-Maure[6],[7],[8]. Les mesures hydrologiques de ce ruisseau, cours d'eau, qui possède un coefficient de Pardé — ou « Pk », autrement dit le rapport du débit mensuel sur le module — estimé à 994 855,022, sont relevées au niveau de la station de Sainte-Maure, située en aval du pont du « chemin Souvres »[7].

Les données hydrologiques de la Manse, rivière dont le bassin versant se déploie sur une superficie de 186 km2, sont observées au niveau de la station de Crouzilles (lieu-dit de « la Couture »), établissement ouvert depuis le [9],[10]. Sur une période de 944 jours (période d'observation effectuée de 2015 à 2017), le régime de la Manse présente un régime variant entre une valeur minimale de 0,186 m3/s et une valeur maximale de 7,230 m3/s[10]. Pour la même période, débit instantanné maximale de la rivière tourangelle est estimé à 18,70 m3/s, tandis que son régime journalier maximal est de l'ordre de 13,30 m3/s[10]. En , le niveau de ce cours d'eau a été jaugé à une hauteur maximale de 1,52 m[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat d'Indre-et-Loire.

Les données météorologiques du tableau suivant sont celles relevées à la station Météo-France de Tours–Parçay-Meslay distante 37,8 km à vol d'oiseau de Sainte-Maure-de-Touraine[11],[12].

Données climatologiques de Tours-Parçay-Meslay pour la période 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 1,9 3,9 5,6 9,2 12,1 14 13,7 11,1 8,6 4,6 2,5 7,5
Température moyenne (°C) 4,7 5,2 8,1 10,4 14,2 17,5 19,8 19,6 16,5 12,7 7,8 5 11,8
Température maximale moyenne (°C) 7,3 8,5 12,3 15,2 19,1 22,8 25,5 25,4 21,8 16,8 10,9 7,5 16,1
Ensoleillement (h) 69,9 90,3 144,2 178,5 205,6 228 239,4 236,4 184,7 120,6 76,7 59,2 1 833,3
Précipitations (mm) 66,2 55,8 50,3 55,8 62,3 46,1 53,2 42,5 53,2 70,9 68 71,3 695,6
Source : Météo-France : station de Tours-Parçay-Meslay[11]

L'ensemble du département d'Indre-et-Loire est sous l'influence d'un climat océanique dégradé, un type de climat océanique caractérisé par des hivers humides et à températures clémentes, et des étés frais et relativement pluvieux. Le territoire départemental, est, dans une moindre mesure, soumis à l'influence d'un climat continental en raison de la distance qui le sépare du littoral atlantique[13],[14].

Au niveau local, Sainte-Maure-de-Touraine, appartenant à la région « Gâtine-sud-tourangelle », observe une pluviométrie dont la valeur, estimée entre 600 et 750 mm/an, est relativement faible[15]. Au sein de cette aire géographique, la température relevée est en moyenne de 11,2 °C[15]. La commune, comme l'ensemble de cette région d'Indre-et-Loire, est exposée à une moyenne de 66 jours de gelée par an sur une période comprise entre octobre et mai[15]. Elle peut-être également soumise à des sécheresses estivales et des gelées dites « tardives »[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution chronologique des mentions du castrum, du castellum, de la paroisse, puis de la commune[16],[Note 1] :


Extrait d'une carte de Cassini sur laquelle sont mentionnés la commune de Sainte-Maure-de-Touraine, ses lieux-dits et ses alentours, en région de Touraine.
Extrait d'une carte de Cassini[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Photographie colorisée représentant une structure mégalithique.
Le dolmen de « Bommiers », découvert à Sainte-Maure.

Le territoire de Sainte-Maure connaît un occupation dès l'époque du Néolithique avec notamment la présence d'un dolmen, dénommé « dolmen de Boumiers » (ou « Bommiers »), structure mise en évidence au lieu-dit de la « Pierre Fendue », mais également l'implantation de nombreux autres sites mégalithiques et gisements, l'ensemble disséminés sur le plateau communal[18],[19].

À l'âge du fer, le territoire communal, faisant alors partie intégrante de la civitas des Turones, est notamment marqué par l'implantation d'un oppidum[20],[21],[22]. Ce complexe urbain protohistorique, dénommé « oppidum des deux Manses » en raison de sa proximité avec le point de confluence des eaux de la Manse et de la petite Manse, recouvre une surface d'environ 10 ha[21],[20],[22]. Le site est entouré d'une enceinte fortifiée à éperon barré[23],[20],[20]. La fondation de l'oppidum des « Deux Manses », attribuée à la période laténienne dite « moyenne » — ou La Tène B, aux environs de 200 av. J.-C. —, succède à un complexe rural datant du milieu du Ve siècle av. J.-C. (début du second Âge du fer ou La Tène ancienne)[24],[20],[22].

Au cours du Haut Moyen Âge, l'utilisation du site de Sainte-Maure est notamment représentée par l'implantation d'une nécropole. Au sein de ce complexe funéraire, des sarcophages mérovingiens lors de prospection entreprises en 1866[18]. Toutefois, en raison du peu d'indices matériels mis au jour et d'une absence de recherches plus approfondies, cet ancien cimetière n'a pas été précisément caractérisé tant dans sa datation, que dans son développement spatial et son contexte socio-culturel[25].

Au Moyen Âge central, vers le XIe et XIIe siècles, le site de Sainte-Maure se voit pourvue d'un bourg de type « rural »[26]. À la différence de la plupart des centres urbains de Touraine qui ont été fondés à cette époque, celui de Sainte-Maure ne s'est pas constitué autour d'un château et/ou d'une église[26]. À ce titre, le bourg sainte-maurien a été doté, postérieurement à sa création, d'un édifice religieux[26]. À cette même période, alors que le centre de la paroisse tourangelle dispose depuis d'une forteresse érigée sous l'impulsion du comte d'Anjou Foulques de Nerra depuis le début du XIe siècle, le toponyme de la paroisse de Sainte-Maure, en raison de la présence d'un mur de fortifications venant l'enceindre, se révèle régulièrement accompagné du terme castrum[27]. L'établissement du bourg paroissial est étroitement associé à une donation[27]. Dans le cas de Sainte-Maure, il s'agit en l'occurrence de l'acte de transfert de biens afférent au prieuré de Saint-Mesmin[27].

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Sainte-Maure, porta provisoirement le nom de Maure-Libre[28].

En novembre 1852, lors du second plébiscite qui permet à Napoléon III d'asseoir sa légitimité, et qui fait suite au Coup d'État du 2 décembre 1851, l'ancien président, devenu empereur, recueille une large majorité des suffrages exprimés par les habitants de Sainte-Maure : sur les 606 votants, 550 se prononcent favorablement[29].

C'est en 1959 que la commune adopta le nom de Sainte-Maure-de-Touraine[28].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953   Marc Desaché UNR Syndic de la compagnie des agents de change, sénateur, président du conseil général
1995 2001 Jacques Coutris DVD  
2001 2014 Christian Barillet DVG  
2014 en cours Michel Champigny DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[30].

Économie[modifier | modifier le code]

Travail[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux qui suivent mettent en perspective les chiffres-clés de l'emploi à Sainte-Maure-de-Touraine et leur évolution de 2009 à 2014[31],[32] :

Structure de la population active de Sainte-Maure-de-Touraine (37)
entre 2009 et 2014.
Sainte-Maure-de-Touraine 2009 Sainte-Maure-de-Touraine 2014 Évolution
Population de 15 à 64 ans 2 331 2 402 Augmentation + 3,04 %
Actifs (en %) 72,8 75,3 Augmentation + 3,43 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 65,6 65,9 Augmentation + 0,4 %
Chômeurs (en %) 7,1 9,4 Augmentation + 32,4 %
Évolution de l'emploi à Sainte-Maure-en-Touraine (37) en 2009 et 2014.
Sainte-Maure-de-Touraine 2009 Sainte-Maure-de-Touraine 2014 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 1 895 1 885 Baisse - 0,53 %
Indicateur de concentration d'emploi 123,4 118,2 Baisse - 4,21 %

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau qui suit récapitule le nombre d'entreprises implantées en 2015 à Sainte-Maure-de-Touraine selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[Insee 1] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
Total  % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 371 100 228 112 14 7 10
Agriculture, sylviculture et pêche 39 10,5 28 11 0 0 0
Industrie 24 6,5 8 10 3 0 3
Construction 33 8,9 21 11 1 0 0
Commerce, transports, services divers 230 62,0 149 68 6 5 2
dont commerce et réparation automobile 82 22,1 52 23 3 3 1
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 45 12,1 22 12 4 2 5
Champ : ensemble des activités.

Cité du fromage de chèvre AOC portant son nom, Sainte-Maure-de-Touraine est une ville étape gastronomique et touristique.

La ville dispose aussi de trois zones d'activités : « La Canterie » (11 entreprises), « Les Saulniers I » (5 entreprises) et « Les Saulniers II ». Citons aussi la zone commerciale « Les trois marchands », située en bordure de RD 910 (ex-nationale 10), qui accueille les principaux centres commerciaux de la ville.

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Industrie et bâtiment[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Sainte-Maure-de-Touraine, observées sur une période de 22 ans[33] :

Évolution de l'agriculture à Sainte-Maure-de-Touraine (37)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 75 49 41
Équivalent Unité de travail annuel 99 67 64
Surface agricole utile (SAU) (ha) 2 937 3 089 3 242
Cheptel (nombre de têtes) 2 089 1 903 2 362
Terres labourables (ha) 2 551 2 892 2 985
Cultures permanentes (ha) 13 21 16
Surface toujours en herbe (ha) 367 173 233
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 39,2 63,04 79,1

Pour la période considérée, de 1988 à 2010, les données recensées mettent en évidence que nombre des exploitations agricoles, marqué par une forte baisse, est compensé par une hausse de leur surface moyenne[33]. À contrario, le nombre de têtes des animaux d'élevage observe une courbe d'évolution ascendante, son taux augmentant d'environ 13,1 %[33]. Par ailleurs, les études réalisées par le Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt en 2000 et 2010, montrent que la production dominante du secteur agricole communal s'oriente vers une politique économique basée sur la polyculture et le polyélevage[33].

Population et société[modifier | modifier le code]

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants de la Sainte-Maure-de-Touraine sont dénommés les Sainte Mauriens[34].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[36],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 4 328 habitants, en augmentation de 6,29 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 230 2 179 2 108 2 253 2 259 2 534 2 602 2 701 2 744
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 678 2 595 2 603 2 409 2 318 2 462 2 547 2 602 2 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 612 2 529 2 527 2 355 2 384 2 374 2 537 2 743 2 740
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 069 3 574 4 016 4 130 3 983 3 909 4 019 4 290 4 328
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population de Sainte-Maure-de-Touraine
exprimés en pourcentages[39].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2009 2009 - 2014
Taux de variation annuel de la population Augmentation + 4,4 % Augmentation + 3,3 % Augmentation + 2,9 % Augmentation + 2,2 % Augmentation + 1,6 % Baisse - 0,2 %
Solde naturel + 0,4 % + 0,4 % + 0,5 % + 0,3 % + 0,4 % + 0,1 %
Solde migratoire + 4,0 % + 3,0 % + 2,4 % + 1,9 % + 1,2 % - 0,2 %

Lors du dernier recensement arrêté au , la population municipale[Note 3] de Sainte-Maure-de-Touraine atteignait 4 328 habitants, donnée statistisque qui la place ainsi, en termes démographiques, au 14e rang des 277 communes composant le département d'Indre-et-Loire[40]. Bien le solde migratoire de la commune marque un sensible fléchissement entre 2009 et 2014, son solde naturel se révèle, quant à lui, toujours positif sur une période allant de 1968 à 2014[39].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Sainte-Maure-de-Touraine en 2014 (chiffres exprimés en pourcentage)[41].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,6 
90 ans ou +
3,6 
12,0 
75 à 89 ans
15,9 
16,9 
60 à 74 ans
17,9 
18,7 
45 à 59 ans
17,1 
19,0 
30 à 44 ans
16,0 
13,4 
15 à 29 ans
13,3 
18,4 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2014 (chiffres exprimés en pourcentage)[42].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90 ans ou +
1,9 
7,5 
75 à 89 ans
10,3 
15,3 
60 à 74 ans
16,1 
19,9 
45 à 59 ans
19,2 
19,0 
30 à 44 ans
17,9 
18,8 
15 à 29 ans
17,9 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le territoire communal dispose d'une zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique (sigle ZNIEFF) dont le classement a été réalisé en 1985[43],[44]. Cet espace naturel, inventorié par les services de l'INPN, recouvre une zone appartenant à la vallée du Courtineau[43],[45]. Globalement, la zone naturelle du Courtineau, qui ce se développe sur le plateau saint-maurien, présente un caractère environnemental relativement homogène[45]. Toutefois, elle dispose de plusieurs types d'habitat écologique, tels que des milieux à caractère semi-aquatiques, des niches arboricoles thermophiles, ou encore des écosystèmes troglodytiques, ces derniers apparaissant exclusivement au niveau des coteaux qui surplombent le cours du rû[45]. 3 groupes taxonomiques représentent la majeure partie des espèces recensées au sein de la ZNIEFF : des insectes, des ptéridophytæ et des essences de type phanérogame[45].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sainte-Maure-de-Touraine

Les armes de Sainte-Maure-de-Touraine se blasonnent ainsi : Écartelé : au premier de gueules aux neuf macles d'or accolées ordonnées 3, 3 et 3, au deuxième de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, au troisième d'azur aux trois fleurs de lys d'or, brisé d'un bâton componé d'argent et de gueules de six pièces, au quatrième d'hermine plain; sur le tout d'argent à la guivre d'azur ondoyant en pal, couronnée de gueules à l'issant du même[49].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce récapitulatif, non-exhaustif, a pour objectif de faire apparaître les différentes étapes chronologiques du toponyme de Sainte-de-Maure-Touraine.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. En termes démographiques et selon les bases de données de l'Insee, la population dite municipale d'une commune, qui n'est pas sa population totale, diffère sensiblement de cette dernière[40]. Dans le cas de Sainte-Maure-de-Touraine, la population totale, incluant de ce fait les personnes « comptées à part », se révèle être de 4 382 habitants[Insee 2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sainte-Maure-de-Touraine, Indre-et-Loire, Centre-Val-de-Loire, 37226. », sur le site OpenStreetMap (consulté le 6 juillet 2017).
  2. « Commune de Sainte-Maure-de-Touraine (37226) - commune actuelle : Géographie », sur le site de l'Insee, (consulté le 25 avril 2017).
  3. « Bassin de vie de Sainte-Maure-de-Touraine (37226) : 11 communes dans le bassin de vie de Sainte-Maure-de-Touraine », sur le site de l'Insee, (consulté le 6 juillet 2017).
  4. « Zone d'emploi de Tours (2412) : 212 communes dans la zone d’emploi de Tours. », sur le site de l'Insee, (consulté le 6 juillet 2017).
  5. « Sainte-Maure-de-Touraine », sur le site lion1906 (consulté le 5 juillet 2017).
  6. a et b « Fiche cours d'eau (L7024000) », sur le site du SANDRE (consulté le 14 août 2014).
  7. a, b et c « Jeux de référence - Courtineau à Sainte-Maure-de-Touraine : Code Sandre: 04570013 », sur le site du SANDRE, (consulté le 14 août 2014).
  8. « Cours d'eau Code Sandre: L7025200 », sur le site du SANDRE, (consulté le 14 août 2014).
  9. « Présentation de la station hydrométrique : La station L7024040 La Manse à Crouzilles », sur le site Banque Hydro - eaufrance (consulté le 14 août 2017).
  10. a, b, c et d « Présentation de la station hydrométrique : La Manse à Crouzilles - Synthèse », sur le site Banque Hydro - eaufrance, (consulté le 14 août 2017).
  11. a et b « Normes météorologiques pour Tours », sur site de l'association Météo-Centre (consulté le 17 avril 2017).
  12. « Orthodromie entre Parçay-Meslay et Sainte-Maure-de-Touraine », sur le site Lion1906 (consulté le 13 août 2017).
  13. « Les climats du monde », sur le site de l'Encyclopédie Larousse (consulté le 13 août 2017).
  14. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, , 991 p. (ISBN 978-2-85443-157-5), page 20.
  15. a, b, c et d « Étude climatologique de l’Indre-et-Loire (37) : V - La Gâtine Sud-Tourangelle » [PDF], sur le site de l'association météo-centre (consulté le 13 août 2013), p. 2.
  16. Carré de Busserolle 1884, p. 219.
  17. César-François Cassini, « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui : Fondettes (37 2 36 109) », sur le site de l'EHESS (consulté le 5 juillet 2017).
  18. a et b Denis Marquet, La Préhistoire en Touraine, Presses universitaires François-Rabelais, , 363 p. (lire en ligne), pages 182 et 183.
  19. « Dolmen de Bommiers », sur la Base Mérimée du Ministère de la Culture et de la Communication (consulté le 16 août 2017).
  20. a, b, c, d et e Jean-Marie Laruaz, « Atlas archéologique de Touraine : Les agglomérations à la fin de l'âge du Fer, 200 à 25 av. n.-è. (cartes et documents) », Revue archéologique du centre de la France, Fédération pour l'Edition de la Revue Archéologique du Centre de la France, no 53 (supplément),‎ (lire en ligne).
  21. a et b Jean-Marie Laruaz, « Atlas archéologique de Touraine : Les agglomérations à la fin de l'âge du Fer, 200 à 25 av. n.-è. (textes) », Revue archéologique du centre de la France, Fédération pour l'Edition de la Revue Archéologique du Centre de la France, no 53 (supplément),‎ (lire en ligne).
  22. a, b et c Francesca Di Napoli et Dorothée Lusson, « Deux occupations rurales de La Tène ancienne à Sainte-Maure-de-Touraine, Les Chauffeaux (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France, t. 50,‎ (lire en ligne).
  23. Jackie Despriée, « Centre. », Gallia préhistoire, t. 26, no fascicule 2,‎ , pages 280 et 281 (lire en ligne).
  24. Jean-Marie Laruaz, « Atlas archéologique de Touraine : L'habitat rural du Second âge du Fer (5e s.-1er s. av.notre ère) », Revue archéologique du centre de la France, Fédération pour l'Edition de la Revue Archéologique du Centre de la France, no 53 (supplément),‎ (lire en ligne).
  25. Cordier, « I. Étude archéologique. », Gallia, t. 32, no fascicule 1,‎ , pages 185 et 192 (DOI 10.3406/galia.1974.2659).
  26. a, b et c Elisabeth Lorans, « Bourgs, églises et châteaux en Touraine aux XIe et XIIe siècles : une première approche. », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 97, no 4,‎ , pages 440 à 460 (DOI 10.3406/abpo.1990.3370).
  27. a, b et c Chantal Senséby, « Un aspect de la croissance : Le développement des bourgs aux confins du Poitou, de l'Anjou et de la Touraine (XIe et XIIe siècles). », Journal des savants, no 1,‎ , pages 63 à 98 (DOI 10.3406/jds.1997.1604, lire en ligne).
  28. a et b « Sainte-Maure-de-Touraine - notice communale », sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS (consulté le 5 juillet 2017).
  29. Pierre Rouillé-Courbe, « Canton de Sainte-Maure », dans Pierre Rouillé-Courbe,  : réception de S.A.I. Le prince Louis-Napoléon dans le département de l'Indre-et-Loire., (lire en ligne), page 150.
  30. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  31. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. », sur le site de l'Insee (consulté le 11 août 2017).
  32. « EMP T5 - Emploi et activité. », sur le site de l'Insee (consulté le 11 août 2017).
  33. a, b, c et d « Recensement agricole 2010 : Données générales des exploitations ayant leur siège dans Sainte-Maure-de-Touraine commune », sur site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 15 août 2017).
  34. « Sainte Maure de Touraine 37800 », sur le site conseil-general.com (consulté le 12 août 2017).
  35. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  39. a et b « POP T2M - Indicateurs démographiques », sur le site de l'Insee (consulté le 6 juillet 2017).
  40. a et b « Populations légales en vigueur à compter du . Recensement de la population - Arrondissements - cantons - communes. : Indre-et-Loire (37). » [PDF], sur le site de l'Insee, (consulté le 13 août 2017), pages 10 à 16.
  41. « POPT3 - Population par sexe et âge à Sainte-Maure-de-Touraine en 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 juillet 2017).
  42. « Population par sexe et âge en Indre-et-Loire en 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 juillet 2017).
  43. a et b « Liste des ZNIEFF - Commune : Sainte-Maure-de-Touraine », sur le site de INPN (consulté le 16 août 2017).
  44. Liot 2014, p. 7.
  45. a, b, c et d G. Vuitton, « Vallée du Courtineau : (Identifiant national : 240009682) (ZNIEFF continentale de type 2) », pblications de l'INPN, Museum national d'histoire naturelle,‎ , p. 8 (lire en ligne [PDF]).
  46. « Benoît de Sainte-Maure par Jean-Paul Mourlon », sur universalis.fr (consulté le 19 juillet 2017)
  47. « Anciennes pblications », sur le site de la Société archéologique de Touraine (consulté le 17 août 2017).
  48. « Notice de personne - Bourassé, Jean-Jacques (1813-1872) », sur le site de la bnf (consulté le 17 août 2017).
  49. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Jacques Bourassé (dir.) et al., La Touraine, son histoire et ses monuments., A. Mame, , 610 p. (lire en ligne).
  • Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. : Mémoires de la Société archéologique de Touraine., t. IV, Tours, Société archéologique de Touraine, , 425 p. (lire en ligne), pages 219 à 232. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif, Ville de Sainte-Maure-de-Touraine - Plan local d'urbanisme associé à une Approche Environnementale de l'Urbanisme (AEU) : Rapport de présentation, , 347 p. (lire en ligne [PDF]).
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 967 p. (ISBN 2-85443-136-7).
  • Pierre Leveel, La Touraine disparue et ses abords immédiats., Chambray-lès-Tours, C.L.D. éditions, , 344 p. (lire en ligne).
  • Adélaïde Liot et al., Inventaire de la biodiversité communale - Commune de Sainte-Maure-de-Touraine, Région Centre - LPO Touraine, , 93 p. (lire en ligne [PDF]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Charles Loiseau de Grandmaison, Archives ecclésiastiques antérieures à 1790 : inventaire sommaire de la série H - Clergé régulier - H1 987, Archives départementales de Tours, , 358 p. (lire en ligne [PDF]).
  • Élizabeth Zadora-Rio (dir.) et al., Atlas Archéologique de Touraine, vol. 53 - Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, Tours, FERACF, (ISSN 1760-5709, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « Insee », mais aucune balise <references group="Insee"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.