Chizé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chizé
Chizé
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Niort
Intercommunalité Communauté de communes Mellois en Poitou
Maire
Mandat
Daniel Barré
2020-2026
Code postal 79170
Code commune 79090
Démographie
Population
municipale
854 hab. (2018 en diminution de 3,17 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 59″ nord, 0° 20′ 47″ ouest
Altitude Min. 37 m
Max. 105 m
Superficie 23,50 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Niort
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mignon-et-Boutonne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Chizé
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Chizé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chizé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chizé
Liens
Site web www.chize.fr

Chizé est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants se nomment les Chizéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur les rives de la Boutonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chizé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Niort, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 91 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (54,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,9 %), forêts (33,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,7 %), zones agricoles hétérogènes (7,1 %), prairies (4,6 %), zones urbanisées (3,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est irriguée et drainée par la Boutonne, une rivière affluente de la Charente.

Elle bénéficie aussi d'une forêt de feuillus (forêt domaniale de Chizé) de 4 800 ha.

Chizé est très connue dans le monde de l'écologie scientifique en raison du laboratoire du centre d'études biologiques de Chizé (CEBC), basé en forêt domaniale de Chizé. Il abrite environ 70 chercheurs, ingénieurs, techniciens et étudiants qui y établissent des programmes d’étude sur les animaux (sauvages, dans leur milieu naturel, plus ou moins anthropisé). Ce laboratoire a formé de nombreux étudiants, actifs sur place et dans différentes parties du monde.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale dépend assez fortement de l'agriculture, toutefois un atelier de confection dynamique et une entreprise de matériels aéroportuaires génèrent pas mal d'emplois.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1363, la ville est livrée à Thomas de Woodstock, fils du roi d’Angleterre Édouard III, en application du traité de Brétigny, signé trois ans plus tôt[8].

En 1373, lors de la reconquête des territoires anglais enclavés en France prenant place durant la guerre de Cent Ans, Bertrand du Guesclin s'empare de la forteresse de Chizé alors aux mains des Anglais. Cette victoire lui permettra de faire se revêtir ses hommes des armures anglaises et ainsi de tromper les gardes de la ville de Niort, avant de prendre la cité sans perte humaine excessive.

Par arrêté préfectoral du 8 décembre 1972 prenant effet au , Availles-sur-Chizé est devenue commune associée à Chizé[9]. Les deux communes ont définitivement fusionné le 14 décembre 2015.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Robert Gauthier    
2001 mars 2008 Aline Renaudin PS  
mars 2008 En cours Philippe Tanare[10] PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

Avant la fusion des communes de 1973[modifier | modifier le code]

Évolution démographique d'Availles-sur-Chizé
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
218264228276287300306306298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
290312287275312308301290291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
282247256249260244253268299
1962 1968 - - - - - - -
284249-------
À partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Ldh/EHESS/Cassini [11].)
Évolution démographique de Chizé
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
640760675715819787788780806
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
778756760672656666695641617
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
572620610565556571537595579
1962 1968 - - - - - - -
568532-------
À partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Ldh/EHESS/Cassini [12].)

Après la fusion des communes[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Chizé, cela correspond à 2004, 2009, 2014[13], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
768871878879915921873854
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village est construit autour d'un promontoire rocheux où restent les ruines des fortifications du château fort médiéval, enjeu de nombreuses batailles pendant la guerre de Cent Ans.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Niort », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  8. Robert Favreau, in Jean Combes (dir.), Histoire du Poitou et des Pays charentais : Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Clermont-Ferrand, éditions Gérard Tisserand, , 334 p. (ISBN 2-84494-084-6, lire en ligne), p. 196.
  9. Code officiel géographique - Fiche de la commune de Chizé sur le site de l'Insee, consulté le 30 novembre 2010.
  10. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  11. « Notice communale d'Availles-sur-Chizé », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 27 novembre 2010).
  12. « Notice communale de Chizé », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 27 novembre 2010).
  13. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 2 avril 2012).
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.