Vallon-en-Sully

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vallon-en-Sully
Vallon-en-Sully
L'entrée du bourg près de la gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Cher
Maire
Mandat
Alain chevalier [1]
2020-2026
Code postal 03190
Code commune 03297
Démographie
Gentilé Vallonnais [2]
Population
municipale
1 551 hab. (2018 en diminution de 6,73 % par rapport à 2013)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 13″ nord, 2° 36′ 32″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 280 m
Superficie 38,02 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Huriel
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Vallon-en-Sully
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Vallon-en-Sully
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vallon-en-Sully
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vallon-en-Sully
Liens
Site web vallonensully.net

Vallon-en-Sully est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vallon-en-Sully s'étend sur les deux rives du Cher. La rive gauche du village est communément appelée "le Bourg", alors que "la Grave" représente la rive droite du village.

Située à 24 km de Montluçon, 26 km de Saint-Amand-Montrond, 63 km de Moulins, 73 km de Bourges, 75 km de Nevers, 91 km de Vichy, 99 km de Châteauroux, 113 km de Clermont-Ferrand, 306 km de Paris.


Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vallon-en-Sully possède un territoire assez vaste, en effet, celui-ci recouvre 3802 ha, ce qui la classe parmi les 10% des communes les plus étendues de France.

L'altitude sur la commune varie entre 167 m et 280 m, les points bas se retrouvent au niveau des vallées du Cher et de l'Aumance, tandis que les points hauts se situent de part et d'autre de l'Aumance, ainsi que dans le sud de la commune[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vallon-en-Sully est arrosé principalement par le Cher et l'Aumance. La commune est aussi traversée par le canal de Berry.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Gare de Vallon-en-Sully, direction Paris.

Depuis 1991, l'autoroute A71 traverse la commune ; elle permet désormais de la relier à Paris en 2 h 40, à Clermont-Ferrand en 1 h 10. Une sortie est située sur la commune. Vallon-en-Sully est aussi traversée par la route départementale 2144 (anciennement route nationale 144), axe nord-sud reliant Bourges à Riom. La voie ferrée reliant Montluçon à Bourges qui traverse la commune dispose de la gare de Vallon-en-Sully desservie par des trains TER et intercités. Paris est à 3 h 15 par ce biais.

Vallon était desservie également par le canal de Berry fermé depuis 1955. On peut néanmoins y louer des bateaux électriques à l'heure.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vallon-en-Sully est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (55,8 %), forêts (25 %), zones agricoles hétérogènes (7,6 %), terres arables (6,7 %), zones urbanisées (4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,7 %), eaux continentales[Note 3] (0,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

On retrouve des traces de présence humaine dans la région dès le Paléolithique[11]. Un silex préssignien (débitage de type Levallois) a ainsi été découvert le long du Cher à Vallon-en-Sully, attestant d'une présence au Néolithique sur la commune[12].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Vallon-en-Sully faisait partie du territoire du peuple gaulois des Bituriges Cubes, qui s'étendait sur la partie ouest de l'Allier ainsi que dans les départements du Cher et de l'Indre. Ce qui devait être une des principales agglomérations bituriges se trouve ainsi dans la commune voisine de Hérisson, il s'agit de l'oppidum de Cordes-Châteloi. D'une surface dépassant 60ha, il est un des plus grands oppida bituriges retrouvé à l'heure actuelle[13].

Vallon se retrouve ensuite sur le tracé d'un grande artère romaine reliant Lyon à Poitiers[14].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Entre 1790 et 1794, Vallon-en-Sully absorbe la commune voisine des Prugnes[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot Vallon provient du gaulois avallo signifiant «pomme» et du suffixe -one, ce qui a dû signifier «pommeraie»[16]. Le mot Sully fait référence au fait que Vallon faisait partie des possessions de Sully dans le centre de la France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Situation du canton d'Huriel dans le département de l'Allier.

D'un point de vue administratif, Vallon-en-Sully fait partie de l'arrondissement de Montluçon[17], dans l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune est limitrophe du département du Cher, dans la région Centre-Val de Loire. Elle faisait partie du canton de Hérisson jusqu'en mars 2015, puis a été rattachée au canton d'Huriel à la suite du redécoupage cantonal de 2014[18]. Elle est membre de la communauté de communes du Val de Cher[19] et en est la commune la plus peuplée.

D'un point de vue électoral, Vallon-en-Sully fait partie de la deuxième circonscription de l'Allier[20].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, le premier tour n'a pas désigné d'élu dans l'immédiat. Jacques Jonin est élu au second tour. Il acquiert 15 des 19 sièges au conseil municipal dont 4 des 5 au conseil communautaire. Mohammed Kemih, battu, acquiert les sièges restants. Le taux de participation est de 76,56 %[21].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981   Émile Binon[22] PS  
mars 1983 mars 2001 Marius Audras[23]    
mars 2001 mars 2008 Gabriel Rambaud    
mars 2008 avril 2014 Mohammed Kemih DVG  
avril 2014 mars 2016 Jacques Jonin[24] DVD Retraité de la fonction publique
[25] En cours
(au )
Mohammed Kemih[26] DVD Retraité clerc de notaire[27]
Réélu en 2020

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Vallon-en-Sully n'est jumelée avec aucune autre ville[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[30].

En 2018, la commune comptait 1 551 habitants[Note 4], en diminution de 6,73 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9408238809229939791 0031 0221 049
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0971 2991 3181 3941 5151 6081 6821 6941 724
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7071 8311 7471 5341 6151 6271 5071 5291 572
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7451 7341 6771 7751 8091 7121 7281 6561 578
2018 - - - - - - - -
1 551--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vallon-en-Sully fait partie de l'académie de Clermont-Ferrand (zone A).

L'enseignement de la maternelle à la classe 3e y est dispensé grâce à une école maternelle d'une capacité de 35 élèves[32], une école primaire de 91 élèves[33], et le collège Alain Fournier, accueillant 256 élèves de Vallon et des communes avoisinantes[34]. Un restaurant scolaire ainsi qu'une garderie périscolaire[35] accompagnent ces établissements.

Aucun lycée ne se trouve sur la commune, les plus proches se situent à une vingtaine de km à Saint-Amand-Montrond et Montluçon.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune accueille un médecin généraliste[36], un dentiste[37], ainsi que plusieurs kinésithérapeutes et infirmiers. On y trouve aussi une pharmacie et un opticien[38]. La commune dispose d'un EHPAD situé dans le parc municipal d'une capacité de 71 places[39].

Les centres hospitaliers avoisinant Vallon-en-Sully sont ceux de Montluçon et de Saint-Amand-Montrond. On y trouve aussi la majorité des médecins spécialistes les plus proches.

Sports[modifier | modifier le code]

Clubs et associations sportives[modifier | modifier le code]

De nombreux sports sont pratiqués sur la commune. On compte des clubs de football, de pétanque, de cyclisme, de danse, de tennis de table, d’aïkido, et de pêche. On trouve aussi un club de tennis commun avec le village voisin de Chazemais. L'amicale laïque de Vallon-en-Sully propose enfin divers sports collectifs et individuels[40].

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un complexe sportif muni de deux terrains de football, de deux terrains de tennis et d'un dojo. Elle possède aussi un gymnase, un terrain multisports et un terrain de pétanque. Des pistes d'athlétismes, terrains de Basketball et de Handball sont aussi présents au sein des établissements scolaires de Vallon[41].

Un parcours sportif est inauguré en 2020 dans le parc municipal[42].

Événements[modifier | modifier le code]

Le Tour de France cycliste de 2001 passe par la commune (Contre la Montre Montluçon - Saint-Amand-Montrond remporté par L. Armstrong).

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2016, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 839 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,6% d'actifs dont 62,1 % ayant un emploi et 10,5 % de chômeurs[Insee 1].

On comptait 412 emplois dans la zone d'emploi contre 453 en 2011. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 525, l'indicateur de concentration d'emploi est de 78,5 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus de trois emplois pour quatre habitants actifs[Insee 2].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2015, Vallon-en-Sully comptait 163 établissements : 18 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 12 dans l'industrie, 11 dans la construction, 96 dans le commerce-transports-services divers et 26 étaient relatifs au secteur administratif[Insee 3].

En 2018, 10 entreprises ont été créées à Vallon-en-Sully, dont 5 entreprises individuelles[Insee 4].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Portrait de Jean Quinault, au cimetière de Vallon-en-Sully.
  • Alain-Fournier.
  • Jean Quinault, un des martyrs de Vingré, six Poilus fusillés pour l'exemple (dont 3 de l'Allier) le 4 décembre 1914 à Vingré dans l'Aisne et tous réhabilités par la Cour de cassation en 1921. Son nom est inscrit sur le monument aux morts d'Huriel[44]. Sa tombe à Vallon-en-Sully porte l'inscription "Martyr de Vingré"[45].
  • Lucien Pénat (1873-1955), artiste peintre, dessinateur et Premier Grand prix de Rome de gravure en 1902, né à Vallon-en-Sully.
  • Robert Villatte des Prûgnes (1869-1965), chef d'escadron d'artillerie pendant la Grande Guerre (4 ans sur le front), décoré de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre (4 citations), écrivain spécialiste de cynégétique, sujet sur lequel il écrivit plus de 80 ouvrages. Passionné de nature, il fit don de sa collection d'animaux naturalisés à la ville de Montluçon. Maire de Vallon-en-Sully pendant l'Occupation, mais modéré vis-à-vis du régime de Vichy, il ne fut pas inquiété à la Libération. Né à Montluçon, il a vécu et est décédé à Vallon-en-Sully.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Vallon-en-Sully.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Écartelé au 1) d’azur à la fasce d’argent accompagnée de quatre étoiles d’or, ordonnées 1 et 3; au 2) de gueules à la couronne de laurier d’or, au 3) de gueules au cor d’or virolé et lié du même, au 4) d’argent à la fasce de gueules.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T5 - Emploi et activité.
  3. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
  4. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2018.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Votre équipe municipale », sur www.vallonensully.fr (consulté le )
  2. https://www.habitants.fr/allier-03
  3. « Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le )
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « 1) Période préhistorique », sur Mon Bourbonnais, (consulté le )
  12. Guy Mazière, « Auvergne », Gallia Préhistoire, vol. 25, no 2,‎ , p. 357–405 (lire en ligne, consulté le )
  13. Christophe Batardy, Olivier Buchsenschutz et Françoise Dumasy, Le Berry Antique. Atlas 2000, vol. 21, Fédération pour l'édition de la Revue archéologique du Centre de la France, (lire en ligne)
  14. Yves Bruand, « La position stratégique des châteaux du Bourbonnais au Moyen Âge », Bulletin Monumental, vol. 110, no 2,‎ , p. 101–118 (DOI 10.3406/bulmo.1952.3714, lire en ligne, consulté le )
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne), p140
  17. Préfecture de l'Allier, « Périmètre des arrondissements de l'Allier au  », sur allier.gouv.fr (consulté le ).
  18. Journal officiel de la république, « Décret no 2014-265 du portant délimitation des cantons dans le département de l’Allier.  », sur allier.gouv.fr
  19. « Val de Cher – Communauté de communes du Val de Cher » (consulté le ).
  20. « Carte des circonscriptions », sur allier.gouv.fr, Préfecture de l'Allier, (consulté le ).
  21. Résultats des élections municipales de 2014
  22. article de La Montagne
  23. Hommage à Marius Audras sur le site de la commune de Vallon-en-Sully
  24. Vallon-en-Sully sur le site de l'association des maires et des présidents de communautés de l'Allier (consulté le 15 juillet 2014).
  25. « Mohammed Kemih retrouve son fauteuil de maire », La Montagne, .
  26. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  27. Supplément « Annuaire des maires Allier », La Montagne, , p. 31 (édition de l'Allier).
  28. « Annuaire des villes jumelées », sur afccre.org (consulté le ).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. politologue.com, « ECOLE - Ecole maternelle à Vallon-en-Sully », sur Politologue.com (consulté le )
  33. politologue.com, « ECOLE - Ecole élémentaire à Vallon-en-Sully », sur Politologue.com (consulté le )
  34. politologue.com, « ECOLE - Collège Alain Fournier à Vallon-en-Sully », sur Politologue.com (consulté le )
  35. « Garderie Périscolaire Vallon en Sully (adresse) », sur www.pagesjaunes.fr (consulté le )
  36. « Médecin à Vallon en Sully , prendre RDV », sur www.pagesjaunes.fr (consulté le )
  37. « Chirurgien-dentiste à Vallon en Sully , RDV et horaires », sur www.pagesjaunes.fr (consulté le )
  38. « Paramedical à Vallon en Sully », sur www.pagesjaunes.fr (consulté le )
  39. « VALLON EN SULLY : E.H.P.A.D. RESIDENCE LES CEDRES - Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes - Contacts et Informations », sur annuaire.action-sociale.org (consulté le )
  40. « Associations Sportives », sur www.vallonensully.net (consulté le )
  41. « Equipements sportifs Vallon-en-Sully : faire du sport à Vallon-en-Sully », sur Gralon (consulté le )
  42. Centre France, « Un parcours sportif flambant neuf », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  43. Centre France, « Tourisme - La péniche Española, à Vallon-en-Sully, stabilisée », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  44. MemorialGenWeb.org - Huriel : monument aux morts
  45. Source :Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Nicolas Offenstadt, Odile Jacob, 1999, p. 85.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :