Le Grand-Pressigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Grand-Pressigny
L'église.
L'église.
Blason de Le Grand-Pressigny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Descartes
Intercommunalité Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Christophe Le Roux
2014-2020
Code postal 37350
Code commune 37113
Démographie
Gentilé Pressignois
Population
municipale
941 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 16″ nord, 0° 48′ 13″ est
Altitude Min. 52 m – Max. 135 m
Superficie 39,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny
Liens
Site web le-grand-pressigny.net/

Le Grand-Pressigny est une commune française, située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village se trouve à 31 km au sud-ouest de Loches, à 60 km du parc de la Brenne, à 20 km du parc animalier de la Haute-Touche, à 51 km du Futuroscope, et à 25 km de Châtellerault. Il est au confluent de la Claise, un affluent de la Creuse, et de l'Aigronne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes du Grand-Pressigny[2] sont les suivantes :

Rose des vents Neuilly-le-Brignon, Paulmy Rose des vents
Abilly N La Celle-Guenand, Le Petit-Pressigny
O    Le Grand-Pressigny    E
S
Barrou, Chaumussay

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le parc immobilier en 2007 est constitué de 661 logements[3] dont 498 résidences principales (75,5 %), 74 résidences secondaires (11,3 %) et 88 logements vacants (13,3 %). Le taux de résidences secondaires est supérieur à la moyenne départementale de 4,7 %[4]. Sur les 498 titulaires de résidences principales, 71,8 % sont propriétaires, 25,3 % locataires et 2,9 % logés gratuitement.

Entre 1999 et 2007, le nombre de logements s'est accru de 2,2 %, passant de 647 à 661, soit 14 de plus. Le parc immobilier est composé à 6,2 % d'appartements et 93,8 % de maisons individuelles. Au 1er janvier 2006, la commune comptait 57 logements sociaux[5] soit 8,6 % du parc immobilier.

Evolution des logements 1968 1975 1982 1990 1999 2007
Ensemble des logements 543 567 633 640 647 661
Résidences principales 457 442 456 459 481 498
Résidences secondaires 30 51 88 113 91 74
Logements vacants 56 74 89 68 75 88
Nombre moyen d'occupants des résidences principales 3,1 2,8 2,6 2,4 2,3 2,1

Nombre de logements
source INSEE

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dès le VIe siècle, Grégoire de Tours le mentionne sous la forme Prisciniacus[réf. nécessaire] dans la vie de Saint Nicet, dont il donna les reliques aux habitants de ce vicus[réf. nécessaire].

Au XVe siècle ce village portait le nom de Pressigny les Quatre Églises puis devint Pressigny-le-Grand. Les terres et l'église appartenaient, au IXe siècle, aux chanoines de Saint-Martin de Tours qui faisait partie de la viguerie d'Abilly.

C'est à la fin du XIIe siècle que le « Grand Pressigny » acquit le titre féodal qu'il garda jusqu'au XVIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Nucléus en « livre de beurre ».

La région du Grand-Pressigny est riche en silex turonien de très grande qualité et disponible sous forme de dalles de grandes dimensions. Ce silex a été exploité tout au long de la Préhistoire et les sites archéologiques sont nombreux sur la commune et dans les environs. Le Grand-Pressigny a donné son nom en particulier à l'industrie pressignienne.

De type Levallois, dès la fin du Néolithique, de 2800 à 2450 ans avant notre ère environ sur une durée de 4 à 5 siècles, le débitage pressignien produit de grandes lames par percussion indirecte pouvant atteindre près de 40 cm, débitées à partir de nucléus dits en « livre de beurre », par analogie avec la forme des mottes de beurre du XIXe siècle.

La région était un lieu de production important et, à la fin du Néolithique, les silex pressigniens ont été exportés sous formes de lames brutes ou transformées en poignards jusqu'en Suisse et aux Pays-Bas [6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Guillaume de Pressigny, un des chevaliers bannerets de Touraine sous Philippe Auguste fut le premier propriétaire connu. Ses descendants par lignée masculine lui succédèrent jusqu'en 1302, où Amaury III de Craon, marié à Isabeau de Pressigny, fit entrer le domaine dans sa famille.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Vers 1454, la terre fut achetée par Bertrand de Beauvau, et en 1501 par René de Prie.

Après 1523 se succédèrent les Savoie de Villard, La Beaume, d'Averton, Brûlart de Sillery, Bertrand, Masson de Maison-Rouge et Gilbert de Voisin. La ville du Grand-Pressigny portait des armoiries d'argent à la fasce de gueules.

La peste envahit Barrou au mois d'août 1632 et Le Grand-Pressigny au mois de juillet 1634. Les morts ne trouvaient plus de bras pour les transporter au cimetière. C'est devant leurs habitations, dans les jardins ou dans les champs qu'ils étaient ensevelis, le plus souvent par des mercenaires qui, pour se payer, prenaient le mobilier des victimes. Au Grand-Pressigny, on fit appel à une association connue sous le nom des Frères de la mort. En 1634-1635, la peste fit 85 victimes dans la paroisse.

Le village et ses environs furent frappés, le , par un ouragan catastrophique. Les grêlons atteignaient le poids d'une livre, et pendant les 6 heures que durèrent pluie et vent les champs étaient inondés et les arbres étaient déracinés . Les cultures furent détruites[7].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1821, le Grand-Pressigny annexe la commune d'Étableaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

Liste des maires du Grand-Pressigny depuis 1942
Période Identité Étiquette Qualité
1942 1954 Louis Leger   Notaire
1954 1977 Fernand Berthouin Radical
puis MRG-PRG
Entrepreneur-député
1977 1989 Jacques Vezin SE Exploitant agricole
1989 1995 Michel Leclerc   Notaire
1995   Jacques Vezin SE Retraité
2008 2014 François Nicolas Joannes   Pharmacien
2014 en cours Christophe Le Roux SE Artisan

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Grand-Pressigny faisait partie,jusqu'au , de la communauté de communes de la Touraine du Sud qui regroupe 21 communes situées dans la pointe sud de la Touraine entre le Poitou et le Berry. Créée le 14 décembre 2000, elle comprenait 15 624 habitants en 2007 pour une superficie de 639,39 km2, soit une densité de 24 habitants au km2. Elle est, depuis le , rattachée à la nouvelle communauté de communes Loches Sud Touraine.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises au Grand-Pressigny en 2009[8]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2009 et en €
Taxe d'habitation (TH) 14,34 % 127 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 24,93 % 154 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 39,45 % 51 000
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 0

Le taux de la taxe professionnelle est de 0 car elle est totalement transférée à l'intercommunalité. Son taux est de 13,02 %.

Budget de la commune[modifier | modifier le code]

En 2010, le budget de la commune s'élevait à 862 000 € et son endettement à 627 000 € [9].

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[9] :

Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[9] :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune du Grand-Pressigny comptait 1 012 habitants (population légale Insee) au 1er janvier 2009. La densité de population est de 26,4 hab./km2.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 941 habitants, en diminution de -7,02 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
967 953 1 115 1 098 1 768 1 870 1 876 1 828 1 909
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 840 1 809 1 832 1 686 1 702 1 779 1 774 1 705 1 637
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 648 1 569 1 559 1 556 1 583 1 559 1 595 1 595 1 580
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 480 1 415 1 256 1 185 1 120 1 119 1 084 1 012 941
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges au Grand-Pressigny en 2007 en pourcentage[14].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90 ans ou +
1,6 
10,3 
75 à 89 ans
17,5 
19,9 
60 à 74 ans
17,9 
23,7 
45 à 59 ans
24,4 
16,7 
30 à 44 ans
14,7 
12,6 
15 à 29 ans
10 
15,9 
0 à 14 ans
14 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage[15].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Grand-Pressigny
  • Musée départemental de la préhistoire du Grand-Pressigny, ouvert en 1922[16] par le docteur Édouard Chaumier et présenté de façon claire et agréablement didactique, il expose le produit des recherches dans les abris sous roche et dans les nombreux ateliers préhistoriques qui, à l'époque néolithique, exportaient des silex dans toute l'Europe. Les collections de silex taillés, de haches, de pointes de flèches et de polissoirs comptent parmi les plus importants du monde et constituent un centre capital d'études scientifiques de l'âge de la pierre.
  • Ses ruelles montant vers le château y sont bordées d'anciennes maisons aux Bassies.
  • Le cadran solaire de 1613 donne toujours l'heure.
  • L'église Saint-Gervais-Saint-Protais dont la construction s'est étagée du XIIe siècle au XVIe siècle.
  • L'exposition retraçant l'évolution du Grand-Pressigny à partir de cartes postales.

Événement culturel[modifier | modifier le code]

Les Paysages Nocturnes, festival de théâtre qui a lieu en juillet chaque année. Éteint en 2010, le festival reprend ses droits en 2013 sous le nom de Arts scéniques et vieilles dentelles[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François Étienne Émile Marie Bonamy

Né le 14 janvier 1916 au Grand-Pressigny. Interne des hôpitaux de Tours. Résistant, membre du réseau Saint-Jacques. Déporté « Nuit et Brouillard » le 24 août 1942. Successivement interné à la prison de Düsseldorf, à celle de Breslau, au camp d'Offenburg dépendant du KL de Flossenburg, puis finalement au KL de Flossenburg. Décédé le 21 avril 1945 au camp de Flossenburg – deux jours avant la libération du camp, très vraisemblablement lors des marches d’évacuation du camp.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason du Grand-Pressigny

Les armes du Grand-Pressigny se blasonnent ainsi : Gironné d'or et d'azur, au pal brochant contrepalé d'azur et d'or de quatre pièces, à la fasce brochante contrefascée d'or et d'azur de quatre pièces, sur le tout: de gueules à la croix d'argent chargée d'une moucheture d'hermine de sable en chef[18].

L'écusson de gueules à la croix d'argent chargée d'une moucheture d'hermine correspond au blason de la famille de Savoie-Villard, seigneur du Grand-Pressigny au XVIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Carte géographique », sur maps.google.fr (consulté le 22 juillet 2010)
  2. Visualiseur InfoTerre
  3. « Enquête annuelle de recensement 2007 », sur www.statistiques-locales.insee.fr (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  4. « Carte des résidences secondaires en Indre et Loire en 2006 », sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  5. « Carte des logements sociaux en Indre et Loire en 2006 », sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  6. La conservatrice du Musée de la Préhistoire du Grand Pressigny nous parle de ces lames de silex dans le reportage http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Emissions-de-radio/Le-Salon-noir/Radio-Le-Salon-noir-archives-2009/p-9686-Le-Musee-du-Grand-Pressigny-haut-lieu-de-la-prehis.htm
  7. « Communication orale en séance », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. XVII,‎ , p. XXXVIII (lire en ligne).
  8. Taxe.com
  9. a, b et c les comptes des communes sur le dédié du Ministère des Finances
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Pyramide des âges du Grand-Pressigny en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20/07/2010.
  15. Pyramide des âges d'Indre-et-Loire en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 25/07/2010.
  16. Musée Préhistoire Grand-Pressigny, sur prehistoiregrandpressigny.fr
  17. histoire du festival du Grand Pressigny.
  18. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :