Liste des comtes de Meaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les comtes de Meaux régnaient sur le comté de Meaux.

vers 750 : Helmgaud

787 : Richard, présent lors de l'inventaire en l'abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle après le mort de l'abbé Witlaic

799-813 : Helmgaud II fils de Gauzhelm, lui-même fils d'Helmgaud Ier ; Il fut missi dominici de Charlemagne aux côtés de l'évêque Jessé d'Amiens ; il assista notamment au sacre de Charlemagne (d'après Les Annales regni Francorum de 799) et fut envoyé en 802 en ambassade auprès de Michel Ier Rhangabé vers 812-813[1]

862-877 : Louis II le Bègue († 879) roi de France (877-879)

?-886 : Thibert (ou Teutbert), comte de Madrie, fils ou petit-fils de Nivelon, sa fille épouse Pépin Ier d'Aquitaine[2]

886-888 : Thibert (Teutbert ou Tetbert) († 888), tué à Rouen, frère d'Anscharic évêque de Paris[2]

888-902 : Herbert Ier de Vermandois († 902), comte de Vermandois[2]

902-943 : Herbert II de Vermandois († 943), comte de Vermandois, fils du précédent

marié à Adèle, fille de Robert Ier, roi de France

943-966 : Robert de Vermandois († 966), comte de Meaux (943-967) et de Troyes (956-967), fils du précédent

marié à Adélaïde Werra, comtesse de Troyes, fille de Gilbert de Chalon, comte principal des Bourguignons

967-995 : Herbert de Vermandois, comte de Meaux et de Troyes, fils du précédent

995-1022 : Étienne Ier de Troyes, comte de Meaux et de Troyes, fils du précédent

1022-1037 : Eudes II de Blois (9831037), comte de Blois, de Reims, de Meaux et de Troyes, cousin du précédent, descendant d'Herbert II, comte de Vermandois

marié en premières noces en 1103 à Mathilde de Normandie († 1006)
marié en secondes noces à Ermengearde d'Auvergne

1037-1047 : Étienne II († 1047), comte de Meaux et de Troyes, fils du précédent et d'Ermengearde d'Auvergne

1047-1066 : Eudes II de Troyes († 1115), comte de Meaux et de Troyes, fils du précédent

il accompagne Guillaume le Conquérant et se fixe en Angleterre. Son oncle s'empare alors de ses domaines champenois.

1066-1089 : Thibaut Ier (10191089), comte de Blois, de Meaux et de Troyes, oncle du précédent, fils d'Eudes Ier et d'Ermengearde d'Auvergne

marié en premières noces à Gersende du Maine
marié en secondes noces à Adélaïde de Valois

1089-1102 : Étienne-Henri, († 1102), comte de Blois et de Meaux, fils de Thibaut Ier et de Gersende du Maine.

marié à Adèle de Normandie

1102-1151 : Thibaut II, († 1152), comte de Blois et de Meaux, comte de Champagne en 1125, fils du précédent.

Voir ensuite la liste des comtes de Champagne

Vicomté de Meaux[modifier | modifier le code]

Les comtes de Meaux étaient assistés par des vicomtes de Meaux[3], au moins depuis 1081/1098 Ils étaient aussi seigneurs de La Ferté-Ancoul/-sous-Jouarre (voir des précisions à cet article), et de la fin du XIe siècle jusqu'à la Révolution les vicomtes sont dans la descendance des anciens maîtres de La Ferté-sous-Jouarre : familles de La Ferté-Ancoul, puis d'Oisy (Simon), de Montmirail (Jean de Montmirel et sa fille Marie ; ils avaient aussi Condé, longtemps associé désormais à La Ferté-Ancoul et Meaux), de Coucy (Enguerrand III ; Enguerrand V), de Béthune-Locres, de Bar (Robert de Marle et sa fille Jeanne), de Luxembourg-Saint-Pol (Louis et sa petite-fille Marie), de Bourbon-Vendôme (Charles, duc de Vendôme et grand-père du roi Henri IV) puis de Bourbon-Condé (Louis).
Puis le 13 août 1627 Henri II de Condé (1588-1646 ; 26e vicomte de Meaux) cède la/le vicomté (mot épicène à l'époque) au duc de Sully, Maximilien de Béthune, issu des Béthune-Locres qu'on vient de rencontrer (l'évaluation était très faible 15 000 livres seulement, sauf bien sûr s'il s'agit du revenu et non du capital de la vicomté : cf. les pages Google et La fortune de Sully, p. 112, par Isabelle Aristide). Ce dernier la laisse à son fils cadet François duc d'Orval (1602-1678 ; frère de Maximilien II) et à son petit-fils Philippe († août 1682 ; fils de François ; il est dit avoir cédé de son vivant la vicomté à son cousin germain Maximilien III), puis à la postérité de Maximilien II, les ducs de Sully Maximilien III François (1615-1662), Maximilien IV Pierre (1640-1694), Maximilien V Pierre-François-Nicolas (1664-1712) Maximilien VI Henri (1669-1729 ; sans postérité : il y a une vacance à sa mort), Maximilien VIII Antoine-Armand d'Orval (1730-1786 ; dit le vicomte de Meaux dès sa naissance[4] ; père de Maximilien IX Alexis (1750-1776) et Maximilien X Gabriel-Louis (1756-1800)).

référence[modifier | modifier le code]

  1. Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle), Essai d'anthropologie sociale, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 206
  2. a b et c Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle), Publications de la Sorbonne, 1995 - Herbert Ier de Vermandois p. 258 ; Teutbert, comte de Madrie, note 33 p. 411 ; Teutbert, frère d'Anschéric p. 412
  3. « Vicomtes de Meaux, p. 724-727 (il vaut mieux ne pas contenir compte d'Hugues Ier et II d'Oisy) », sur Histoire de l'Eglise de Meaux, t. Ier, par dom Toussaints du Plessis, à Paris, 1731
  4. « Seigneurs (ducs) de Sully du nom de Béthune, p. 183 », sur Mémoires de la Société d'Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d'Orléans, t. XI, 1868