Maison d'Amboise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maison d'Amboise
image illustrative de l’article Maison d'Amboise
Armes

Blasonnement Palé d'or et de gueules de six pièces.
Période XIe siècle au XVIIe siècle
Pays ou province d’origine Anjou
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Demeures Château d'Amboise, château de Chaumont-sur-Loire, château de Montrichard, château de Thouars, Château de Talmont,château de Ravel, château de Gaillon, château de Meillant, château de Sagonne, château de Bussy, château de Mauléon, château de Charenton-du-Cheretc.
Fonctions militaires chevaliers croisés, Amiral de France, Maréchal de France, sénéchaux, maréchaux de camp, gouverneurs de province, colonels de régiment.
Fonctions ecclésiastiques Cardinaux, Évêques, Archidiacres, Abbesse.

La maison d’Amboise est une des plus anciennes familles de la noblesse française dont la filiation suivie remonte au début du XIIe siècle. Elle tire son nom de la ville d'Amboise en Touraine, dont elle a possédé la seigneurie.

Elle forma les branches de Thouars (éteinte en 1469 dans la maison de La Trémoille) et de Chaumont (éteinte en 1524), qui donna les rameaux de Bussy, (éteint le 12 mai 1627) et d’Aubijoux (éteint en 1656)[1].

Origine[modifier | modifier le code]

La maison d’Amboise que l’on trouve dès le XIe siècle a pour origine Lisois, gentilhomme du Maine, qui fut nommé capitaine du château d’Amboise par Foulques III Nerra, comte d'Anjou.

Geoffroy II Martel comte d'Anjou pour récompenser Lisois lui donna des terres à Amboise. Lisois devint seigneur d’Amboise. Il mourut vers 1061. Son petit-fils Hugues Ier d'Amboise devint en 1107 seul seigneur d’Amboise[2].

Sa descendance forma les branches de Thouars et de Chaumont[3].

Maison d'Amboise[modifier | modifier le code]

La plupart des généalogistes reconnus (Louis Moréri, le père Anselme, Charles d'Hozier, La Chenaye-Desbois, Gustave Chaix d'Est-Ange, etc.) indiquent que la maison d'Amboise s'éteignit définitivement en 1656 avec François-Jacques d'Amboise, comte d’Aubijoux qui mourut dernier de son nom et de sa maison le 9 novembre 1656[1].

Il existe cependant une famille du nom d'Amboise issue de Jean d'Amboise, (né vers 1514 à Douai, décédé en 1584 à Paris), valet de chambre et chirurgien ordinaire du roi[4], que Borel d'Hauterive et d'autres auteurs du XIXe siècle affirment être de la maison d'Amboise[5]

  • Les lettres de chevalerie de juillet 1589 accordées à François d'Amboise, fils de Jean d'Amboise, chirurgien, rappellent les services de médecin de son père, mais ne font aucune mention d'un lien quelconque entre sa famille et la maison d'Amboise[6].
  • Sur la tombe de Jean d'Amboise figurait l'épitaphe suivante : Cy gist noble homme et sire maître Jehan d'Amboise, en son vivant conseiller et chirurgien ordinaire de cinq rois, qui trespassa le 13 jour de décembre 1584[4].
  • Michel d'Amboise cite les endroits où il vécut, hébergé par ses différents parents, jusqu'à son mariage en 1528 avec Isabeau du Bois (qu'il rencontra alors qu'il était secrétaire d'Antoinette d'Amboise au château de Barbezieux en Charente)[7] : à Sagonne (Cher) puis à Paris jusqu'en 1525 chez son demi-frère Georges d'Amboise, puis au château de Lignières (Cher) chez sa parente Catherine d'Amboise, puis trois ans au château de Barbezieux (Charente) chez sa parente Antoinette d'Amboise où il rencontra Isabeau du Bois qu'il épousa en 1528[8].
  • Michel d'Amboise indique que sa femme Isabeau du Bois mourut en couches en 1530 avec l'enfant qu'elle mit au monde[9],[10].

Branche de Thouars (aînée)[modifier | modifier le code]

Françoise d'Amboise
.

Cette branche a pour auteur Pierre II d'Amboise, qui succéda à la vicomté de Thouars en 1397 après la mort de Perronelle de Thouars, sa tante maternelle. Il avait pour mère Isabeau de Thouars, comtesse de Dreux, fille de Louis vicomte de Thouars et de Jeanne comtesse de Dreux. Cette branche aînée s'éteignit le 28 février 1470 par la mort de Louis d'Amboise, sans descendance mâle[3].

Personnalités[3]:

  • Louis d'Amboise, vicomte de Thouars, prince de Talmont, comte de Guînes, de Benon, etc. Il épousa Marie de Rieux, fille de Jean III de Rieux (fils du maréchal de France Jean II de Rieux) et de Béatrice de (Rohan-)Montauban. Il prit le parti des Anglais et le roi Charles VII le fit prisonnier et saisit ses terres qui lui furent rendues quelques années après, à l’exception de la seigneurie d’Amboise qui fut confisquée. Il servit le roi au siège de Pontoise et au recouvrement de la Guyenne. Il fit don au roi de la vicomté de Thouars en 1461 et mourut en 1469.
Il eut trois filles :
- Françoise d'Amboise, duchesse de Bretagne par son mariage avec Pierre II de Bretagne.
- Péronnelle d’Amboise, mariée à Guillaume d'Harcourt comte de Tancarville, sans postérité.
- Marguerite d’Amboise, femme de Louis de La Trémoille. Elle apporta la vicomté de Thouars dans la maison de La Trémoille.

Branche de Chaumont (cadette)[modifier | modifier le code]

Cardinal Georges d'Amboise
.
Charles II d'Amboise
.

Cette branche a pour auteur Hugues Ier d’Amboise, seigneur de Chaumont, marié en 1304 à Jeanne de Saint-Vérain. Il passa une transaction en 1307 avec ses frères et fit hommage en 1315 de la terre de Saint-Vérain[3]. Elle s'éteignit en 1524 dans la Maison de Clermont-Gallerande (dans la Sarthe, aux confins de l'Anjou et du Maine), formant les Clermont d'Amboise.

Personnalités[3]:

  • Hugues II d’Amboise, seigneur de Chaumont-sur-Loire et de Saint-Verain, chevalier et chambellan du roi, mort à la bataille d'Azincourt en 1415.
  • Pierre d'Amboise, seigneur de Chaumont, chevalier, conseiller et chambellan des rois Charles VII et Louis XI, ambassadeur à Rome avec le cardinal d’Arras en 1462. Sur ordre du roi Louis XI, la place de Chaumont sur Loire qui appartenait à Pierre d’Amboise fut brûlée et rasée en 1465. Il meurt en son château de Meillant en 1473.
  • Jean III d'Amboise, évêque et duc de Langres, pair de France.
  • Emery d'Amboise, grand prieur de France, élu grand maître de Rhodes le 10 juillet 1503 où il meurt en 1512.
  • Louis Ier d'Amboise, évêque d’Albi, lieutenant-général pour le roi en Bourgogne en 1480 et en Languedoc et Roussillon. Mort en 1505.
  • Pierre III d'Amboise, évêque de Poitiers, abbé de Saint-Jouin et de Liré, mort à Blois en 1505.
  • Jacques d'Amboise, abbé de Jumièges, de Cluny et de Saint-Alyre de Clermont, évêque de Clermont-Ferrand, mort en 1516.
  • Georges d'Amboise (1460-1510), évêque de Montauban en 1484, archevêque de Narbonne et de Rouen en 1493, cardinal en 1498, légat en France.
  • Charles Ier d'Amboise, seigneur de Chaumont, de Sagonne, de Meillant, de Charenton, etc., gouverneur de l'Île-de-France, de Champagne, et de Bourgogne, conseiller, chambellan et chevalier de l'Ordre de Saint-Michel, Il meurt en 1480.
  • Louis d’Amboise, évêque d’Autun puis d’Albi. Cardinal en 1506. Il meurt en 1517.
  • Guy d’Amboise, seigneur de Ravel, capitaine des cent gentilshommes de la maison du roi, bailli de Montferrand, conseiller et chambellan du roi. Il meurt en 1508.
  • Charles II d'Amboise de Chaumont, seigneur de Chaumont, Sagonne, Meillan, Charenton, etc. Chevalier de l’Ordre du Roi, successivement grand maître, maréchal et amiral de France en 1502 et 1504. Gouverneur de la ville de Paris, du duché de Milan, de la seigneurie de Gennes/Gênes et de la province de Normandie. II fut fait lieutenant-général en Lombardie. II commanda l’avant-garde de l’armée du roi à la bataille d’Aignadel en 1509, prit plusieurs places sur les Vénitiens la même année et la suivante, et mourut de maladie à Corregio en Lombardie en 1511, âgé de trente-huit ans. Son corps fut porté à Amboise et enterré dans la chapelle de Saint-Jean de l’église des cordeliers. Il eut un fils naturel Michel d'Amboise, (né à Naples avant 1511) qui fut amené en France tout enfant, devint poète, fit de la prison et finit par mourir dans la misère sans laisser de postérité[11].

Rameau de Bussy (des Clermont (-Gallerande) d'Amboise)[modifier | modifier le code]

Personnalités[3]:

Rameau d’Aubijoux[modifier | modifier le code]

Hugues d'Amboise relevé pour Gaignières.

Personnalités[3]:

  • Hugues d’Amboise, seigneur d’Aubijoux à Marcenat, chevalier de l’ordre du Roi, capitaine de la compagnie des cent gentilshommes de sa maison, sénéchal de Roussillon &de Cerdagne, lieutenant-général en Toscane en 1496, capitaine d’Aigues-Mortes et sénéchal de Beaucaire en 1501. Il meurt à la bataille de Marignan en 1515.
  • Louis d'Amboise d'Aubijoux, comte d'Aubijoux, baron de Castelnau et Bonnefons/Bonnafous, de Graulhet, de Sauveterre, etc. Né posthume en 1536, élevé enfant d’honneur du Roi. Lieutenant de la compagnie de trente lances du comte de Ventadour, colonel des légionnaires de Languedoc, capitaine de cinquante hommes d’armes, gouverneur des diocèses d’Albi, Castres, Lavaur, comté de Pézenas, sénéchal d’Albi, chevalier des Ordres du Roi. Il meurt en 1614 âgé de 78 ans.
  • François d’Amboise, reçu dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1582[12], comte d'Aubijoux après le décès de son frère. Colonel des légionnaires de Languedoc.
  • François-Jacques d'Amboise, comte d'Aubijoux, baron de Castelnau, de Bonnefons, de Graulhet, de Sauveterre, de Casaubon, etc. Il fut Chambellan de Gaston duc d’Orléans, lieutenant-général en Languedoc, gouverneur de la ville & citadelle de Montpellier en 1645. Il ne se maria pas et mourut le dernier de son nom & de sa maison dans son château de Graulhet le 9 novembre 1656[3].

Alliances[modifier | modifier le code]

Familles de Bourbon, de Bretagne, de Luxembourg, de Rohan, de Beaujeu, de Polignac, de Vendôme, de Clèves, d'Harcourt, Malet de Graville, de Châtillon, de Rieux, de Sarrebruck, de Beauvau, de Lévis, d'Alluyes de Beuil, de Gouffier-Boisy, de Castelnau, de Saint-Belin, de Goyon-Matignon, de Chazeron, du Guesglin, de Chambes, de Chauvigny, de Lavardin, de Buzançais, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anselme de Sainte-Marie "Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France", tome VII, 1733, page 129.
  2. Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest 1842, pages 226 et 227
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Anselme de Sainte-Marie "Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France", tome VII, 1733, pages 119 à 129 : Généalogie de la maison d’Amboise
  4. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées encmethod
  5. A-F-J Borel d’Hauterive "Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines" 1856, page 173.
  6. Pierre Bayle "Dictionnaire historique et critique, 11e édition 1820, page 492 et 493 : Lettres de chevalerie de juillet 1589 pour François d'Amboise où est mentionné son père mais qui ne mentionnent nullement un lien avec la maison d'Amboise
  7. Claude-Pierre Goujet "Bibliothèque françoise, ou Histoire de la littérature françoise" 1745, pages 332 à 336.
  8. Claude-Pierre Goujet "Bibliothèque françoise, ou Histoire de la littérature françoise" 1745, pages 337-338.
  9. Claude-Pierre Goujet "Bibliothèque françoise, ou Histoire de la littérature françoise" 1745, page 339.
  10. Jacques George de Chaufepié "Nouveau Dictionnaire historique et critique pour servir de supplément ou de continuation au "Dictionnaire historique et critique" de Mr. Pierre Bayle", volume 1, 1750, page 276.
  11. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Gustave Chaix d page 167
  12. de La Roque, col.7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]