Maison de Montfort-l'Amaury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maison de Montfort-l'Amaury
Image illustrative de l’article Maison de Montfort-l'Amaury
Armes

Blasonnement De gueules au lion d'argent à la queue fourchée.
Lignées Maison de Hainaut
Période XIe – XIVe siècle
Pays ou province d’origine drapeau de l'Île-de-France Province d'Île-de-France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France

La maison des seigneurs de Montfort-l'Amaury est une maison noble impliquée dans plusieurs crises du Moyen Âge. C'est une branche cadette de la maison de Hainaut.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Montfort posent un premier pied en Angleterre par le mariage de Simon III († 1181) avec Amicie de Leicester. Simon IV (1181 † 1218), cinquième comte de Leicester, dirigea la croisade des Albigeois et devint vicomte de Béziers, de Razès, d'Albi et de Carcassonne puis comte de Toulouse[1]. Son fils Amaury reprit ses prétentions, mais dut renoncer devant la résistance des comtes de Toulouse de la maison de Saint-Gilles et transmit ses droits au roi de France Louis VIII en 1224[2].

Plus tard, Simon V, sixième comte de Leicester, épousa Éléonore, fille de Jean sans Terre. Il fut le meneur de la révolte des barons contre Henri III. Ses troupes vainquirent les forces royales lors de la bataille de Lewes en 1264, avec la capture du prince Édouard. Mais il fut défait et tué à la bataille d'Evesham en 1265, son corps atrocement mutilé. Sa famille fut exilée[3].

Parmi leurs héritiers, Jean IV de Bretagne reprit le nom de Montfort et la guerre de Succession de Bretagne vit s'affronter Montfortistes et Blésistes. Ainsi le comté de Montfort fut-il lié au duché de Bretagne à la suite du mariage de Yolande de Montfort avec Arthur II de Bretagne en 1292. Lors de la guerre de succession de Bretagne (1341-1364), les Monfort font valoir leurs droits à la couronne ducale et l'emportent finalement, avec l'aide anglaise, à la bataille d'Auray (1364). À partir de 1365 et pendant deux siècles, la ville devient une dépendance de la Bretagne grâce au mariage de la dernière descendante des comtes de Montfort avec Arthur, duc de Bretagne. Les Monforts, devenus ducs de Bretagne, ils n'en restent pas moins comtes de Montfort et le comté est une de leurs possessions. Le comté reviendra à la couronne de France en 1547 lors de la réunion définitive de la Bretagne à la France, conformément au traité de 1532. Anne de Bretagne, duchesse de Bretagne et comtesse de Montfort, fut une bienfaitrice pour la ville. Henri II, fils de François Ier et de Claude de France, elle-même fille de la duchesse Anne de Bretagne, reine de France par son mariage avec Charles VIII puis Louis XII, devient roi de France à la mort de son père François Ier, en même temps que duc de Bretagne et comte de Montfort.

Généalogie[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guillaume
de Hainaut
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amaury Ier
Sgr Montfort
(1028 † 1053)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Isabelle
de Broyes
 
 
 
 
 
Simon Ier
Sgr Montfort
(† 1087)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Agnès
d'Évreux
 
 
 
 
 
 
 
Mainier
Sgr Épernon
xElisabeth
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amaury II
Sgr Montfort
(† 1089)
 
Isabelle
xRaoul II
Sgr Tosny
et Conches
 
Guillaume
év. Paris
(† 1101)
 
Richard
Sgr Montfort
(† 1089)
 
Simon II
Sgr Montfort
(† 1101)
 
Amaury III
Sgr Montfort
Cte Évreux
(† 1137)
 
Bertrade
x Foulque IV
xx Philippe Ier
 
Amaury
Sgr Épernon
 
Guillaume
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amaury IV
Cte Évreux
(† 1140)
 
Simon III
Sgr Montfort
Cte Évreux
(† 1181)
 
Agnès
x Galéran IV
Cte Meulan
 
 
 
Simon
 
Mainier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amaury V
Cte Évreux
(† 1182)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Simon
Sgr Montfort
(† 1188)
 
Bertrade
x Hugues
Cte Chester
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amaury VI
Cte Évreux
(† 1213)
 
 
 
 
 
Simon IV
Sgr Montfort
(† 1218)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guy
Sgr Castres
(† 1228)
 
Pernelle
nonne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amaury VI
Cte Montfort
(† 1241)
 
 
 
 
 
Guy
Cte Bigorre
(† 1220)
 
Robert
 
Simon V
Cte Leicester
 
3 filles:
Amicie († 1253)
Laure († 1227)
Pétronille
 
Philippe Ier
(† 1270)
Sgr Castres
Tyr Toron
 
Pernelle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean
Cte Montfort
(† 1249)
 
Laure
x Ferdinand
Cte Aumale
 
Alix
x Jourdain
de Chabannais
 
 
 
 
 
Guy
Cte Nola
 
 
 
 
 
Philippe II
Sgr Castres
(† 1270)
 
Jean
Sgr Toron Tyr
(† 1283)
 
Onfroy
Sgr Beyrouth
(† 1284)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Béatrice
x Robert IV
Cte Dreux
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anastasia
x Romano Orsini
sénateur de Rome
 
Jean
Sgr Castres
(† 1300)
 
Eléonore
Jean V
Cte Vendôme
 
 
 
 
 
Rupen
(† 1313)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Roberto Orsini
Cte Nola
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Onfroy
(1305 † 1326)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nicolo Orsini
Cte Nola
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Echive
x Pierre Ier
roi de Chypre

Notes, source et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Paladilhe, Simon de Montfort et le drame cathare, Via Romana, , 262 p. (ISBN 978-2916727592)
  2. Georges Bordonove, La Tragédie cathare en Les Grandes Heures de l’Histoire de France, Paris, Pygmalion, 462 p. (ISBN 2-85704-359-7), p. 357
  3. (en) J.R. Maddicott, Simon de Montfort, Cambridge, Cambridge University Press, , 432 p. (ISBN 978-0521376365)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Huguette Hadrot, Montfort l'Amaury : de l'an mil à nos jours, Paris, Somogy, , 191 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-85056-563-6)
  • Jean-Marie Guillouët, « L'iconographie de saint Yves et la politique dynastique des Montfort à la fin du Moyen Âge », in Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 107, no 107-1, 2000, p. 23-40, [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]