Sens-Beaujeu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sens-Beaujeu
Sens-Beaujeu
Blason de Sens-Beaujeu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Intercommunalité Communauté de communes Pays Fort Sancerrois Val de Loire
Maire
Mandat
Laurent Fauroux
2020-2026
Code postal 18300
Code commune 18249
Démographie
Gentilé Sembeljoutains
Population
municipale
401 hab. (2018 en diminution de 2,91 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 39″ nord, 2° 42′ 32″ est
Altitude Min. 223 m
Max. 392 m
Superficie 21,54 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Satur - Sancerre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sancerre
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Sens-Beaujeu
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Sens-Beaujeu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sens-Beaujeu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sens-Beaujeu

Sens-Beaujeu est une commune française, située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire. Elle appartient également à l’ancienne province du Berry

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Sens-Beaujeu
Plan du bourg de Sens-Beaujeu

Située à la transition entre le Pays Fort et le Sancerrois, Sens-Beaujeu fait partie des plus vastes communes du canton de Sancerre.

Son territoire de plateaux est largement entaillé par la rivière de la Grande Sauldre et son affluent le ruisseau de l’Étang de Couët, formant des vallons humides au paysage encore bocager. La vallée est limitée au sud-ouest par une chaîne de collines couvertes de bois qui, partant de Neuilly en Sancerre (point culminant du canton 392 mètres dans la forêt communale) se dirige vers Aubigny sur Nère. A l'est la colline des Bruyères (365 mètres sur Crézancy) se prolonge sur Sens-Beaujeu (330 mètres) tandis qu'au nord le Bois Briou n'a que 276 mètres d'altitude. Le point le plus bas est à 230 mètres au Parc en limite avec Le Noyer. Les hauteurs de l'Est de la commune sont des collines de silex crétacé occupées par la forêt.

La superficie de la commune est de 2.154 hectares, avec une forme triangulaire pointée vers l'ouest et dont la base nord-sud (de 6 kilomètres) passerait près du bourg et au droit de ce dernier une petite avancée saillant en direction de l'est portant ainsi la longueur de l'axe est-ouest à plus de 8 kilomètres.

La diversité des sols, riches en pierre à chaux, argile, marne et sable, ont permis l’installation de fours à chaux ou de tuileries, comme l’ancienne Tuilerie des Barras dont il reste quelques vestiges[1].

La particularité de ce chef-lieu communal est incontestablement l’étendue de sa place, qu’enrichit une fontaine monumentale, avec sa vasque en fonte exceptionnelle pour le département[2].

La forte dispersion de son habitat (80 lieux-dits ou hameaux dénombrés) et son activité relevant de la polyculture (élevage d’ovins et de bovins, production céréalière) rattachent Sens-Beaujeu davantage au Pays Fort qu’au Sancerrois.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

A

  • Les Arrentis

B

  • Les Barberies
  • La Bardoise
  • Les Bardoises
  • Les Barrats
  • Bel Air
  • Les Bergères
  • Le Bois Briou
  • Le Bois Jarreau
  • Le Bordier
  • Bureau
  • La Buzardière

C

  • Le Chaillou
  • Les Chailloux
  • Château de Beaujeu
  • Le Château de la Motte
  • Le Château Joyeux
  • Les Chênes
  • Les Cherriers
  • Le Chezal Reine
  • Le Chezal Riffet
  • Le Crotet
  • Le Crotot
  • La Culotterie

D

  • Les Deux moulins

E

  • Engros

F

  • Les Fossés

G

  • Gambier
  • Les Grisons
  • Le Gué du Roi

L

  • Le Larray

M

  • Machereaux
  • La Maison Neuve
  • La Maison Rouge
  • Les Maisons Neuves
  • Les Malchains
  • La Martaine
  • Le Masnet
  • Même Rang
  • La Métairie Charlon
  • La Métairie du Chêne
  • La Métairie du Thou
  • Les Migeons
  • Le Montcontent (lotissement)
  • La Motte
  • Le Moulin d'Allery
  • Le Moulin de Conflans
  • La Moutonnerie

P

  • Les Petites Fontaines
  • La Pigeonnerie
  • Pincet
  • Les Potiers

Q

  • Les Quartiers Royers

R

  • Les Réaux
  • Les Rois
  • Les Rois du Gué
  • Le Ruguenard

T

  • Tierceau

V

  • La Valoterie
  • Le Vernoy


Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sens-Beaujeu est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Satur - Sancerre, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 14 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (84 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,3 %), prairies (34,8 %), forêts (14,7 %), zones agricoles hétérogènes (6 %), zones urbanisées (1,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte du Duché de Berry autour Sens-Beaujeu - 1566
Extrait du plan du cadastre napoléonien de Sens-Beaujeu - 1819

La présence d’habitation sur la commune de Sens-Beaujeu est ancienne puisque des vestiges archéologiques au lieu-dit Les Malchins attestent la présence d’une villa gallo-romaine aux abords du tracé probable d’une voie reliant Saint-Thibault-sur-Loire à Neung-sur-Beuvron. Des traces de construction romaine ont également été mises au jour à proximité du bourg.[10]

L’histoire du village est intimement liée à celle de la famille de Sully, une des plus puissantes familles du Berry au Xe siècle. Jean de Mesnil-Simon, descendant par alliance des Sully par son mariage avec Philippa de Rochechouart[11], déplace, à la moitié du XVIe siècle, le siège de sa seigneurie de la commune limitrophe de Neuilly-en-Sancerre à la paroisse de Sens, en faisant construire une imposante demeure seigneuriale au bord de la Sauldre, le Château de Beaujeu.

C’est à cette époque que le nom de Beaujeu commence à être attaché à celui de Sens, et le village prend officiellement le nom de Sens-Beaujeu en , lors de la création des communes.

Sorcellerie et procès des Sorciers de Marlou[modifier | modifier le code]

Repas et danses durant le sabbat. D'après Bartholomaeus Spranger, xvIIIe siècle

Sens-Beaujeu a été le théâtre d’une des plus célèbres histoires de sorcellerie : les Sorciers du carroy de Marlou. Le Berry a depuis longtemps cultivé la réputation populaire et internationale d'être le "foyer principal de la sorcellerie français", et le procès des Sorciers du carroy de Marlou est l’un des rares documents entiers qu’on a pu garder"[12],[13] .

Peu avant 1583, Bernard Girault, un garçon de douze ans, se retrouve ensorcelé par son cousin Étienne Girault. Un sorcier, Jean Tabourdet, sergent seigneurial à Sens-Beaujeau, l'aurait possédé en faisant venir à lui - par l'intermédiaire de son cousin - une petite bête noire.

Alerté qu’un jeune garçon de la Châtellenie de Beaujeu soit « possédé de malins esprits qui le tourmentent », le seigneur de Beaujeu, Jean du Mesnil-Simon demande à Pierre Ragun, bailly de Beaujeu et de Sens, de régler le procès. Le petit Girault raconte comment la bête l’a commandé de se rendre, la nuit, au carroy de Marlou (littéralement "Carrefour des mauvais loups", situé de nos jours au croisement des routes de Menetou-Ratel à Sancerre et de Bué à Sens-Beaujeu[14]). Comme tout carrefour, le carroi de Marlou constitue un lieu traditionnel de sabbat. Bernard raconte y voir beaucoup de gens, entre 25 et 30.

Aux termes d’un procès de trois mois, 5 personnes seront jugées coupables d’être sorciers ou de participer au sabbat. Ils seront pendus puis brûlés, à l’endroit même du Carroi de Marlou[15].

La Petite Vendée du Sancerrois[modifier | modifier le code]

Sens-Beaujeu est un lieu important du mouvement insurrectionnel royaliste qui se produisit dans le Cher en 1796, qu’on désigne sous le nom de "Petite Vendée du Sancerrois", en référence à la Guerre de Vendée qui opposa les républicains et royalistes, ces derniers combattant pour le retour de la Monarchie Française, en établissant sur le Trône Louis XVIII.

Le , l’Armée Catholique et Royale du Sancerrois, avec à sa tête le jeune adjudant-général dans l’armée de Condé, Louis Edmond Le Picard de Phélippeaux, passe à Sens-Beaujeu puis s'empare de Sancerre. Après y avoir séjourné quelques jours, les soldats se replient sur Sens-Beaujeu le , où ils dressent leur campement sur la place du village.

Dans la nuit du 11 au 12, l’armée royaliste est surprise et mise en déroute par l'armée républicaine, commandée par le général Desenfants, faisant une centaine de morts. Cet épisode, connu sous le nom de Bataille de Sens-Beaujeu, marque la fin de ce mouvement insurrectionnel .

Trois des principaux chefs de l’armée royaliste sont tués, dont l’Abbé Claude Antoine Buchet, curé de Jalognes et prêtre réfractaire, engagé comme prieur des troupes royalistes. Une stèle lui est dédiée sur la place de Sens-Beaujeu[16].

Les Economiques du Cher[modifier | modifier le code]

Entre 1885 et 1966, le département du Cher a été largement quadrillé par les trains[17]. De 1906 à , la Société générale des chemins de fer économiques a exploité la ligne La Guerche / Argent[18] (La Guerche-sur-l'Aubois et Argent-sur-Sauldre) via Veaugues, qui comportait une gare à Sens-Beaujeu[19].

Cette ligne permettait en particulier d’acheminer la population du Nord et de l’Est du département vers la sous-préfecture de l’époque (Sancerre) moyennant un changement à la gare de Neuilly Moulin-Jamet, véritable nœud ferroviaire[20].

L'ancienne gare de Sens-Beaujeu existe toujours et se trouve au bout d'une allée qui donne sur le chemin des Deux Moulins, au Larray.[21]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1796 Etienne Girault    
1796 1801 Nicolas Deschamps    
1801 1802 Louis-Claude Decensiere    
1802 1814 Claude Girault    
1814 1816 Jean-Baptiste Gressin    
1816 1821 François Besson    
1821 1830 Jean-Maurice De Pommereau    
1830 1835 Sylvain Poupaille    
1835 1861 Louis Saujot    
1861 1870 François De Guinaumont    
1870 1871 Louis Dubout    
1871 1874 Jean-Baptiste Renard    
1874 1874 Louis Dubout    
1874 1875 Jules Cirotte (Adjoint)    
1875 1876 Jean Chauveau    
1876 1876 Louis Hautin    
1876 1887 Jean-Baptiste Renard    
1887 1892 Louis Hautin    
1892 1892 Jean-Baptiste Renard (Fils)    
1892 1896 Pierre Vatan    
1896 1919 Jean-Baptiste Renard    
1919 1935 Jean Girault    
1935 1977 Raymond Godon    
1977 1994 Jean Raffestin    
1994 mars 2014 Michel Granjon    
mars 2014 mai 2020 Philippe Riffault    
mai 2020 En cours Laurent Fauroux    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[23].

En 2018, la commune comptait 401 habitants[Note 3], en diminution de 2,91 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1451 0999621 1091 1131 1841 2121 3141 381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3931 4591 4251 3261 2951 2871 3011 2221 170
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1451 1321 080979909807777730602
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
591511444430398377413425402
2018 - - - - - - - -
401--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Caprais. XIIIe s. XVe s. Fin XIXe s.
  • Le château de Beaujeu
  • Fontaine publique avec vasque en fonte aux visages d'angelots, 1879.
  • Le village comprenait 6 moulins dont l’un d’entre-eux est attesté depuis le XIIIe siècle[26]. Les moulins de Conflans et celui du Croté existent encore.
  • L'étang communal des Barberys, crée en 1976.


Le village autrefois[modifier | modifier le code]

  • Au cours de la deuxième moitiée du XIXe siecle, 5 foires se succédaient chaque année[27].
  • Plus peuplée que les communes limitrophes, Sens-Beaujeu fut un temps chef-lieu de canton.


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie d'Orléans-Tours.

Une école publique accueille les petits de première et deuxième années de maternelle et fait partie d'un regroupement inter-communal avec les communes de Menetou-Râtel et Crézancy-en-Sancerre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Blog de Sirius, « Sens-Beaujeu: l'ancienne tuilerie des Barras ».
  2. Conseil Général du Cher (Service de l’Inventaire du Patrimoine), « La fontaine de Sens-Beaujeu », sur Patrimoine du canton de Sancerre.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Jean-François Chevrot - Jacques Troadec, « Carte archéologique de la Gaule - Le Cher - Sens-Beaujeu », sur Google Books, .
  11. Base collaborative Pierfit, « Généalogie de Jean de Mesnil-Simon », sur Généanet.
  12. « Procès de sorcellerie, fait devant le Parlement de Paris contre Etienne Girault... », sur Bibliothèque Nationale de France - Ms Français n° 10.973, 20 décembre 1582-30 mars 1583.
  13. « Messes noires et empoisonnements », Le Parisien, .
  14. « Emplacement du « Carroi Marlou » de nos jours », sur Google Maps.
  15. Nicole Jacques-Chaquin et Maxime Préaud, « Les Sorciers du carroi de Marlou », sur Google Books.
  16. Georges Yver, « La petite Vendée du Sancerrois », sur www.persee.fr, Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine (1901, p. 349-376), .
  17. Le Répertoire des Rues Ferroviaires, « Carte ferroviaire du département du Cher », sur Rue du Petit train.
  18. Fil de discussion, « Balade le long des lignes SE du Cher », sur Forums de Passions Métrique et Etroite.
  19. Paul Hurley, « Le chemin de fer en Sancerrois, Pays Fort et Champagne Berrichone », sur Place des Librairies, .
  20. Blog de Sirius, « Neuilly-en-Sancerre : la gare de Moulin-Jamet ».
  21. « Emplacement de l'ancienne gare de Sens-Beaujeu », sur Google Maps.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. Conseil Général du Cher (Service de l’Inventaire du Patrimoine), « Généralités sur Sens-Beaujeu », sur Patrimoine du canton de Sancerre.
  27. Conseil Général du Cher (Service de l’Inventaire du Patrimoine), « Le village de Sens-Beaujeu », sur Patrimoine du canton de Sancerre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :