Mauléon (Deux-Sèvres)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mauléon
Mauléon (Deux-Sèvres)
Ancienne porte de ville.
Blason de Mauléon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bocage Bressuirais
Maire
Mandat
Pierre-Yves Marolleau
2020-2026
Code postal 79700
Code commune 79079
Démographie
Population
municipale
8 578 hab. (2019 en augmentation de 1,95 % par rapport à 2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 25″ nord, 0° 44′ 54″ ouest
Altitude Min. 104 m
Max. 226 m
Superficie 120,64 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Mauléon
(ville isolée)
Aire d'attraction Cholet
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mauléon
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mauléon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mauléon
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Mauléon
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Mauléon
Liens
Site web www.mauleon.fr

Mauléon est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine. Elle a obtenu le label Village étape en 2016.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mauléon est située sur la RN 249 (E 62), à vingt minutes par la route de Cholet et de Bressuire, à l'extrême nord-ouest du département des Deux-Sèvres. Elle est limitrophe de la région Pays de la Loire (Vendée et Maine-et-Loire).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Mauléon est desservie en autocars par le réseau Tréma (lignes 6, 102, 103, 104 et 115) et par la ligne 14 du réseau régional.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Commune très étendue des Deux-Sèvres, Mauléon est limitrophe de treize autres communes, dont quatre en Maine-et-Loire et trois en Vendée.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 858 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Nueil-les-Aubiers », sur la commune de Nueil-les-Aubiers, mise en service en 1938[7] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,7 °C et la hauteur de précipitations de 831,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « La Roche-sur-Yon », sur la commune de La Roche-sur-Yon, dans le département de la Vendée, mise en service en 1984 et à 58 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[11] à 12,1 °C pour 1981-2010[12], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mauléon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mauléon, une unité urbaine monocommunale[17] de 8 578 habitants en 2019, constituant une ville isolée[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Cholet, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 26 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (91,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (35,4 %), terres arables (30,7 %), zones agricoles hétérogènes (24,6 %), zones urbanisées (4,3 %), forêts (4,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mauléon est une contraction de « mauvais lion », signifiant « méchant lion »[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mauléon est située sur un éperon rocheux entouré de la vallée de l'Ouin et qui s'oppose au Mont-Gaillard (Château-Gaillard) et au quartier de Saint-Jouin.
En 1080, le nom de Mauléon apparaît dans les premières chartes de l’abbaye de la Trinité.

Mauléon est un fief de la famille qui portait ce nom, au moins depuis Raoul de Mauléon (fl. dans la seconde moitié du XIe siècle et au tout début du XIIe siècle), certainement un cadet de la Maison de Thouars, respectivement fils et frère puîné de Geoffroi II (vicomte vers 1015-1045/1055) et d'Aimeri IV de Thouars (vicomte vers 1055-1093)[24] ; on ne sait au juste comment Raoul acquit Mauléon ; les généalogies traditionnelles présentent la femme d'Aimery IV, Arégarde (ou Arengardis, Orengardis), comme la fille héritière d'un certain Geoffroy de Mauléon (il aurait donc existé une première famille seigneuriale de ce nom), et comme la sœur de Raoul, mais on sait aujourd'hui que ledit Raoul de Mauléon était plutôt le beau-frère et non le frère d'Are(n)garde : par un arrangement de famille, Raoul aurait-il hérité de sa belle-sœur ? ; on présente aussi parfois Raoul comme le fils d'Arégarde et d'Aimery[25], mais en fait il est bien de la même génération qu'Aimeri, et il est cité en 1099 puis 1107 comme l'oncle (paternel, donc, plutôt que maternel) d'Arbert/Herbert II et de Geoffroy III de Thouars, deux fils d'Aimery IV.

Le plus connu des sires barons de Mauléon est Savary Ier (vers 1180-1233), sénéchal du Poitou, troubadour, poète, corsaire et preneur de ville. Notamment, il s'empara de Niort en 1205 pour le compte de Jean sans Terre. Savary était l'arrière-arrière-petit-fils de Raoul (Ier ou II) de Mauléon[26] ; époux de Belle-Assez de Pareds et Chantemerle (à Moutiers ?), fille de Guillaume, sire de Pouzauges et de Pareds. Savary est suivi de sa fille Alix de Mauléon, femme en 1239 de Guy Ier de Thouars. Au XIIIe siècle, Mauléon appartient donc aux vicomtes de Thouars, et plus tard au XVe siècle, à la Maison d'Amboise (car l'héritière Isabeau de Thouars, comtesse de Dreux, fille de Jeanne de Dreux et de Louis de Thouars, épouse en 1356 Ingelger d'Amboise), puis à leurs héritiers les La Trémoille (car Marguerite d'Amboise épouse en 1446 Louis Ier de La Trémoille).

Mauléon fut très disputée pendant les guerres de religion car c'était un lieu stratégique. En 1587, Henri de Navarre s'empare de Mauléon. Et la ville est prise six fois de suite, tantôt par les huguenots, tantôt par les catholiques. En 1642, le château (remparts, tours…) qui domine l'éperon est démantelé par Richelieu très soucieux de la réunification du pays encore trop attaché à ses traditions selon lui.

En 1713, le duc de La Trémoille et de Thouars, Charles-Bretagne, vend la baronnie au marquis de la Flocellière, Gilles de Granges de Surgères, et Louis XIV la joint au marquisat de La Flocellière (mars 1713 ; enregistrement en février 1716)[27]. Vingt-trois ans plus tard, ce dernier revend la baronnie (contrat du 20 avril 1736)[28] au duc Alexis II Madeleine-Rosalie de Châtillon (> branche de Porcien-Châtillon) (1690-1754), gouverneur du dauphin, fils de Louis XV (nommé le 12 novembre 1735). Usant de son influence à la cour, celui-ci fit ériger la baronnie en duché-pairie dès la fin d'avril 1736[29], en lui donnant son nom (la famille prenait son origine à Châtillon-sur-Marne) : c'est ainsi que Mauléon devint pour un temps Châtillon (ou encore Châtillon-le-Château)[30], et plus tard Châtillon-sur-Sèvre, alors que la Sèvre nantaise ne passe qu'à 8 kilomètres environ. Son fils Louis-Gaucher (1737-1762) lui succéda en 1754 et épousa deux ans plus tard la fille unique du duc de la Vallière, mais il mourut prématurément (de la variole, à vingt-cinq ans)[31] en laissant deux filles survivantes. Tandis que l'aînée héritait du duché de la Vallière, la cadette, Louise-Emmanuelle de Châtillon (1763-1814, née posthume, et morte en Russie sans postérité survivante), épousa en 1781 un lointain descendant des Thouars et des Mauléon, Charles-Bretagne-Marie de La Trémoille (1764-1839).

En 1793, la ville de Châtillon-sur-Sèvre, devient la capitale de la Vendée militaire, et ce durant la période des guerres de Vendée (1793-1796).

Le , les communes de Saint-Jouin-sous-Châtillon et de Châtillon-sur-Sèvre se réunissent et deviennent une seule et même commune sous l'ancien vocable de Mauléon. Par arrêté préfectoral du prenant effet au , Saint-Amand-sur-Sèvre, La Chapelle-Largeau, Loublande, Moulins, Rorthais, Saint-Aubin-de-Baubigné et Le Temple fusionnent avec la commune de Mauléon. Saint-Amand-sur-Sèvre redevient indépendante le (arrêté préfectoral du )[32].

Économie[modifier | modifier le code]

Grandes entreprises[modifier | modifier le code]

La commune abrite le siège social de 7 grandes entreprises[33] réalisant plus de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le niveau de vie médian de la commune se chiffre à 17 622  annuels, un chiffre moins élevé (-12,27 %) que le revenu médian national (19 785 ).

Le taux de pauvreté (10,1 %) est plus bas que le taux de pauvreté français (13,9 %)

47,7 % des foyers fiscaux de la commune sont non imposables[34].

Territoires zéro chômeur de longue durée[modifier | modifier le code]

Le Grand Mauléon est un des territoires sélectionnés pour l'expérimentation "territoires zéro chômeur de longue durée"[35].

Dans ce cadre est créée en l'association "Entreprise solidaire d'initiatives et d'actions Mauléonnaise" (ESIAM)[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 1989 Louis Fruchard CD puis UDF-CDS Médecin des Hôpitaux de Paris
Ancien maire de Saint-Jouin-sous-Châtillon
Conseiller général du canton de Mauléon (1964 → 1988)
Président du conseil régional de Poitou-Charentes (1986 → 1988)
mars 1989 mars 2001 Louis-Marie Marolleau DVD Principal de collège retraité
Conseiller général du canton de Mauléon (1994 → 2008)
mars 2001 mars 2014 Daniel Amiot UMP Retraité
Conseiller général du canton de Mauléon (2008 → 2009)
Président de la CC Delta-Sèvre-Argent [Quand ?]
Président de la CA du Bocage Bressuirais (janvier → avril 2014)
mars 2014 En cours Pierre-Yves Marolleau DVD Professeur de collège
Président de la CA du Bocage Bressuirais (2020 →)
Réélu pour le mandat 2020-2026

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué trois fleurs à la commune[36].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1965, Châtillon-sur-Sèvre prend le nom de Mauléon à la suite de sa fusion avec Saint-Jouin-sous-Châtillon.

En 1973, sept communes s'associent avec Mauléon : La Chapelle-Largeau, Loublande, Moulins, Rorthais, Saint-Aubin-de-Baubigné, Le Temple, et Saint-Amand-sur-Sèvre. Cette dernière reprend son indépendance en 1992.

Les évolutions démographiques de ces communes figurent sur leurs articles respectifs.

Démographie de Saint-Jouin-sous-Châtillon[modifier | modifier le code]

Démographie de Châtillon-sur-Sèvre, puis de Mauléon[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[38].

En 2019, la commune comptait 8 578 habitants[Note 8], en augmentation de 1,95 % par rapport à 2013 (Deux-Sèvres : +0,87 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
9005687739351 0601 1701 2561 4151 494
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 4601 5371 3561 3791 4731 3361 4471 5171 342
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 3171 3421 2691 3051 3251 3501 2951 3001 254
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
2 6608 1968 4458 7797 3277 8247 8858 3548 519
2019 - - - - - - - -
8 578--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

La hausse sensible de population entre 1962 et 1968 résulte de la fusion des communes de Châtillon-sur-Sèvre et Saint-Jouin-sous-Châtillon et celle entre 1968 et 1975, de la fusion des communes de Saint-Amand-sur-Sèvre, La Chapelle-Largeau, Loublande, Moulins, Rorthais, Saint-Aubin-de-Baubigné et Le Temple avec la commune de Mauléon en 1973. La baisse de la population entre 1990 et 1999 s'explique, quant à elle, principalement par le rétablissement de la commune de Saint-Amand-sur-Sèvre, qui s'est détachée de celle de Mauléon en 1992. Depuis 1999, la population de Mauléon est en nette augmentation.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’abbaye de la Sainte-Trinité[modifier | modifier le code]

Fondée vers la fin du XIe siècle, l’abbaye de la Trinité de Mauléon de l’ordre de saint Augustin devient rapidement le principal centre religieux de la contrée. Les moines réguliers vont s'installer dans l’abbaye jusqu'en 1540. Ensuite les moines commendataires prennent la relève. Les guerres de religion précipitent son déclin et elle est pillée plusieurs fois à la fin du XVIe siècle.

En 1660 l’abbaye de la Trinité entre dans la congrégation de France des Génovéfains dont le siège se trouvait à l’abbaye de Sainte-Geneviève à Paris. Elle est partiellement restaurée par les frères cardinaux d'Escoubleau de Sourdis au XVIIe siècle. Finalement, c'est au milieu du XVIIIe siècle que l'on reconstruit entièrement l'abbaye de la Trinité sur un plan en « fer à cheval » dont la façade mesure plus de 65 mètres de long. Ruinée pendant la Révolution, l'abbaye de la Trinité n’est pas épargnée par les guerres de Vendée.

L'histoire de l'abbaye s’arrête en 1806 avec son dernier prieur. Vendue comme bien national en 1803, elle est rachetée en 1813 par la commune de Châtillon-sur-Sèvre pour y installer ses administrations : hôtel de ville, palais de justice, gendarmerie et asile pour enfants. Dans l'aile ouest du bâtiment, les sœurs de la Sagesse qui s'occupent de l'asile, font élever une chapelle de style néo-gothique. Aujourd'hui encore, l'ancienne abbaye abrite l'hôtel de ville. À la place de la gendarmerie se trouve la poste et à la place de l'asile pour enfant, le musée du BRHAM (Bureau de recherches historiques et archéologique du Mauléonnais).

L’abbaye de la Trinité est construite dans la pierre locale, le granit, est de style néo-classique. Le premier niveau est percé de grandes baies éclairant un grand couloir qui autrefois servait de corridor qui rappelle le cloître. Le second niveau possède aussi de belles fenêtres encadrées de pierres de taille en saillie. Un joli balcon en fer forgé décore l'entrée principale et l'on peut encore apercevoir le blason du duc de Châtillon surmonté de la couronne ducale et du collier de l’ordre du Saint-Esprit.

L’église de la Sainte-Trinité[modifier | modifier le code]

Fondée au XIIe siècle, l'église de la Trinité est également ruinée par les guerres de religion au XVIe siècle et incendiée pendant la guerre de Vendée.

En 1793, d’Elbée est élu généralissime des Insurgés dans l'église de la Trinité.

Elle est agrandie au XIXe siècle de trois travées et restaurée. L’église de la Sainte-Trinité possède une façade harmonieuse qui date de 1854 (restaurations). Son ancien portail roman a été réutilisé comme porte d'entrée du presbytère.

La nef est un vaste volume scandé de piliers rectangulaires. Son abside a des pans coupés revêtus de boiseries réalisés en 1835 sur le modèle des stalles de la cathédrale d'Angers.

L'église a connu un autre événement historique : à la suite de la loi de décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l'État, le , une altercation entre les gendarmes de Cholet qui viennent faire l'inventaire et les Châtillonnais éclate. Des traces sur les portes de l'église en témoignent encore et montrent les « blessures » des catholiques.

Depuis le début de l'année 2006 l'église de la Trinité subit un grand chantier de restauration : voûtes, charpentes, murs.

Le presbytère[modifier | modifier le code]

Fondé au XVIIe siècle par les génovéfains sur la demande du cardinal d'Escoubleau de Sourdis, le presbytère de style classique est un beau monument. Les frères d'Escoubleau de Sourdis ont par la même occasion remis de l'ordre dans la vie des moines qui à cette époque semblaient bien apprécier les tavernes et les auberges.

La façade du presbytère est découpée en trois niveaux de hauteur inégale, séparés par des bandeaux de pierres de granit en saillies. Les larges fenêtres au rez-de-chaussée, entourées d'un imposant chaînage de granit contribuent, avec la porte d'entrée, à donner un aspect austère et cossu. La date "1840", est inscrite sur le fronton triangulaire au-dessus de la porte principale pour indiquer l'année où ce monument est redevenu l'actuel presbytère.

Henri d'Escoubleau de Sourdis était l'évêque de Maillezais et de Mauléon. Il devient archevêque de Bordeaux et avec son frère François, ils entreprennent de grandes réparations de l'église et de l’abbaye de la Trinité de Mauléon. De plus, étant le cousin germain de Gabrielle d'Estrées (la favorite du roi), il est très proche d'Henri IV.

La fontaine de la Bachelette[modifier | modifier le code]

Installée au printemps en 1994 et inaugurée le pour la fête de la musique, la fontaine est une œuvre contemporaine de l'artiste Crespin Guest de Nogent-sur-Marne.

Trois colonnes rectangulaires sont surmontées de trois personnages masculins, nus, qui semblent danser. Seul le personnage central porte sur ces épaules un mouton. Cette scène rappelle la fête de la bachelette qui existait bien avant l'époque médiévale et qui avait lieu dès le dernier vendredi du mois d'avril et qui durait plusieurs jours. Les jeunes gens célibataires ou futurs mariés, étaient mis à l'honneur d'où le nom de bachelette qui vient de bachelier autrement dit « bas-chevalier » (jeune chevalier). Des jeux et des danses étaient organisés. L'une des attractions principales était réservée aux jeunes hommes qui faisaient tournoyer un mouton au-dessus de leurs têtes après l'avoir bien nourri et bien saoulé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au lion d'or, à la bordure d'azur chargée de huit besants d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bélisaire Ledain, abbé Gabard, « Châtillon-sur-Sèvre », dans Paysages et monuments du Poitou, Imprimerie typographique de la Société des Librairies-Imprimeries réunies, Paris, 1894, tome VIII, Deux-Sèvres, p. 1-15 (lire en ligne)
  • Claudy Valin, « Actes du colloque des 22 et 23 mai 1993 à Mauléon », Révolution et Contre-Révolution dans le Chatillonnais, Éditions Bordessoules, 1994, 257 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Nueil-les-Aubiers - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Mauléon et Nueil-les-Aubiers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Nueil-les-Aubiers - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Mauléon et La Roche-sur-Yon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de La Roche-sur-Yon - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de La Roche-sur-Yon - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de La Roche-sur-Yon - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Mauléon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Cholet », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6)..
  24. « La question de la succession dans la famille de Thouars, p. 11-20, par Jacques Duguet », sur Bulletin de la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, troisième série, tome II, 1er semestre 1994
  25. « Raoul de Mauléon », sur Geneanet Pierfit
  26. La filiation semble s'établir ainsi : Raoul Ier (ou II) de Mauléon (certainement un Thouars, fils cadet de Geoffroi II, frère puîné d'Aimeri IV et petit-neveu de Raoul Ier de Thouars ; fl. aux alentours de l'an 1100), époux de Rivoille de Châtelaillon < père d'Oger de Mauléon, marié à une Rochefort < Ebles de Mauléon, mari d'Eustachie de Lezay, dame de Talmont < père de : - Aénor/Eléonore (x Pierre II de Preuilly), - Raoul II (ou III ; x Alix, fille de Thibaud II Chabot de Vouvant et Mervent) et - Guillaume de Mauléon (x Béatrice, dame de Machecoul, La Roche-sur-Yon et Luçon ; † 1235 ; remariée à Aimery VIII de Thouars) (trois personnages fl. à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe, de part et d'autre de l'an 1200) < Savary de Mauléon (fils de Raoul II ou III ; né vers 1180 et † en 1233).
  27. « Gilles-Charles de Granges de Surgères, marquis de La Flocelière et de Mauléon, p. 160-161 », sur Histoire généalogique de la Maison de Surgères en Poitou, par Louis Vialart, chez Jacques Chardon, à Paris, 1717
  28. Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisonneuve et Larose, , xxvi-1218, p. 282, note 4
    Contrat reçu à Paris, AN, étude CXII, n° 524 bis.
  29. Levantal (1996), op. cité, p 282 et 507-509.
  30. Expilly (Abbé), Dictionnaire... des Gaules et de la France, t. 2, Paris, Desaint et Saillant (etc.), , p. 189
  31. Base généalogique Roglo.
  32. Code officiel géographique - Fiche de la commune de Mauléon sur le site de l'INSEE, consulté le 30 novembre 2010.
  33. « Créer des listes personnalisées d'entreprises avec Verif.com », sur www.verif.com (consulté le ).
  34. « Données fiscales et impôts pour Mauléon | Le Monde.fr », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  35. DICOM_Mathilde.S et DICOM_Mathilde.S, « La liste des dix territoires « zéro chômeur de longue durée » est arrêtée », sur Ministère du Travail, (consulté le ).
  36. Site des villes et villages fleuris, consulté le 6 février 2021.
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. « Eglise Saint-Jouin », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  42. « Polissoir », notice no PA00101260, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. Site de la prison du Château de Mauléon, Poitou-Charente, Inventaire du patrimoine (lire en ligne).