Magnac-Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Magnac-Laval
Magnac-Laval
L'hôtel de ville.
Blason de Magnac-Laval
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Bellac
Intercommunalité Communauté de communes Haut Limousin en Marche
Maire
Mandat
Xavier Guibert
2020-
Code postal 87190
Code commune 87089
Démographie
Gentilé Magnachons
Population
municipale
1 744 hab. (2017 en diminution de 4,07 % par rapport à 2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 58″ nord, 1° 10′ 04″ est
Altitude Min. 189 m
Max. 324 m
Superficie 72,22 km2
Élections
Départementales Canton de Châteauponsac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Magnac-Laval
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Magnac-Laval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magnac-Laval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magnac-Laval
Liens
Site web www.magnac-laval.fr/

Magnac-Laval (Manhac la Vau en occitan marchois[1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Magnac-Laval en Haute-Vienne.

Le territoire communal est traversé par la rivière la Brame.

La commune de Magnac-Laval a une superficie de 72,2 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges, la préfecture, située, à vol d'oiseau, à 43,1 km au sud - sud-est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Magnac-Laval[2]
Tersannes Lussac-les-Églises Saint-Léger-Magnazeix
Dinsac Magnac-Laval Dompierre-les-Églises
Le Dorat,
Saint-Ouen-sur-Gartempe
Droux Villefavard
(par un quadripoint)

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville de Magnac était comprise dans la Basse-Marche. Elle porte le nom de Magnac-Laval depuis 1758, date à laquelle le marquisat de Magnac a été réuni à la baronnie d'Arnac pour former le duché de Laval, au bénéfice de Guy-André-Pierre de Montmorency-Laval.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Magnac-la-Montagne[3].

Le nom occitan de la commune est Manhac la Vau.

Ses habitants s'appellent les Magnachons[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]


début fin identité etiquette Qualité
1800 1813 DECRESSAC BACHELLERIE
1813 1830 François Léonard JEVARDAT- FOMBELLE
1830 1840 Jean-Baptiste BIGAUD BELLEVUE
1840 1863 Hippolyte Gui Théobald BEILOT
8/02/1863 11/06/1863 François Théodore PAQUET
1863 1870 Pierre CHAUSSERIE-LAPREE
1870 1870 A.BERTRAND
1870 1871 Jules BIGAUD-DUMONARD
1871 1878 Armand DAUBIN
1878 1888 Jules BIGAUD-DUMONARD
1888 1892 Gustave REBEYROL
1892 1913 Amable DUBRAC
1913 1919 Roger DUBRAC
1919 1942 Camille GRELLIER
1942 1953 Henri BANCEL
1953 1965 Bernard PENOT
1965 1971 Claude GIBOIN
1971 1983 Jacques MAYERAS
1983 1988 Bernard BABARIT
1988 1995 Claude CLAPAUD
1995 2020 Jean-Bernard JARRY
2020 en cours Xavier GUIBERT


Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2017, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2017, la commune comptait 1 744 habitants[Note 1], en diminution de 4,07 % par rapport à 2012 (Haute-Vienne : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 9362 6242 7772 9363 4553 4363 5673 5613 516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 4183 3513 4273 2393 6354 0184 1074 6994 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 7553 9553 8333 0902 8462 6652 6882 6032 668
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 7772 6252 5992 3722 2661 9782 0101 8101 751
2017 - - - - - - - -
1 744--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La bourgade est connue pour sa procession de saint Maximin dite de neuf lieues qui se déroule chaque année le lundi de la Pentecôte.

Marchant dans la campagne sur plus de 50 km en contournant la commune, les pèlerins avec une couronne de fleurs blanches et vertes autour du cou, partent la nuit à h 30 et ne rentrent qu'à la tombée du jour vers 20 h 30.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Châteaux de Chercorat et de Sirvenon.
  • L'église Saint-Maximin fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1925[9].
  • Étang des Pouyades (pêche à la carpe).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Magnac-Laval 1.svg

Les armes de la commune de Magnac-Laval se blasonnent[11] ainsi :

« De sable, à deux barres d'argent. »[12]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr + oc) Institut d'études occitanes du Limousin, « En Lemosin : La croix et la bannière », sur https://www.7alimoges.tv/ ; site officiel de la chaîne télévisée 7 à Limoges,  : « Nous avons suivi la procion en 2014, guidés par de vieux habitués, qui nous ont fait partager, en occitan limousin et en marchois car Magnac se trouve tout au nord de l'aire culturelle occitane), leur longue expérience de dévotion et d’observation participante. »
  2. Carte IGN sur Géoportail
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 12 avril 2011)
  5. Site des villes et villages fleuris, consulté le 15 janvier 2018.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. « Église Saint-Maximin », notice no PA00100385, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Fiche sur le site de l'Ordre de la Libération[1]
  11. « Les armoiries de la commune », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 1er avril 2011)
  12. Malte-Brun, dans La France illustrée, tome V, 1884