Saint-Denis-de-Jouhet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Saint-Denis.

Saint-Denis-de-Jouhet
Saint-Denis-de-Jouhet
L'église et le monument aux morts en 2008.
Image illustrative de l’article Saint-Denis-de-Jouhet
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement La Châtre
Canton Neuvy-Saint-Sépulchre
Intercommunalité Communauté de communes de la Marche Berrichonne
Maire
Mandat
Bruno Simon
2014-2020
Code postal 36230
Code commune 36189
Démographie
Gentilé Dionisiens
Population
municipale
965 hab. (2015 en augmentation de 1,15 % par rapport à 2010)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 53″ nord, 1° 52′ 09″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 382 m
Superficie 43,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Jouhet

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Jouhet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Jouhet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Jouhet
Liens
Site web saintdenisdejouhet.fr

Saint-Denis-de-JouhetÉcouter est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Sud.

Les communes limitrophes[1] sont : Fougerolles (4 km), Crozon-sur-Vauvre (5 km), Chassignolles (6 km), La Buxerette (7 km), Mouhers (8 km), Neuvy-Saint-Sépulchre (9 km) et Cluis (10 km).

Les communes chefs-lieux[1] et préfectorales sont : Neuvy-Saint-Sépulchre (9 km), La Châtre (11 km), Châteauroux (34 km), Issoudun (47 km) et Le Blanc (63 km).

Localisation de la commune de Saint-Denis-de-Jouhet

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux et lieux-dits de la commune sont : les Bouchauds, la Fontbarbault, le Petit Jouhet et la Terre d'Ivry[2].

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Le territoire communal est arrosé par les rivières Vauvre[2] et Gourdon[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Normales et records pour la période 1981-2010 à la station météorologique de Châteauroux - Déols
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 1,3 3,5 5,3 9,2 12,4 14,4 14,3 11,2 8,5 4,1 1,8 7,3
Température moyenne (°C) 4,2 4,9 8 10,4 14,4 17,8 20,2 20 16,6 12,8 7,5 4,7 11,8
Température maximale moyenne (°C) 7,1 8,6 12,6 15,5 19,6 23,1 26 25,6 21,9 17,1 11 7,6 16,3
Record de froid (°C)
date du record
−22,8
16-01-1985
−22,8
14-02-1929
−10,8
01-03-2005
−4,2
07-04-1929
−1,4
11-05-1928
1,2
01-06-1936
4
10-07-1948
4,5
06-08-1967
0
30-09-1936
−5,2
30-10-1997
−8,7
24-11-1998
−17
10-12-1967
−22,8
16-01-1985
Température maximale la plus basse (°C)
date du record
−14,9
16-01-1985
−10,8
02-03-1956
−1,9
05-04-1971
1,5
06-04-1911
6,9
04-05-1977
11,1
09-06-1956
12,8
19-07-1966
13,9
31-08-2007
9,5
29-09-1919
2,8
27-10-1931
−2,9
22-11-1993
−10,2
20-12-1938
−14,9
16-01-1985
Température minimale la plus haute (°C)
date du record
12
02-01-1916
12,1
27-02-1960
14,9
11-03-1981
14,5
28-04-1913
18
12-05-1912
22,3
28-06-2005
23
21-07-1995
23,3
06-08-2018
20,5
05-09-2017
18,9
01-10-2001
15,1
07-11-1954
13,4
04-12-1961
23,3
06-08-2018
Record de chaleur (°C)
date du record
18,5
05-01-1999
22,9
24-02-1990
28
25-03-1955
31,5
22-04-1893
34,5
29-05-1944
37,7
26-06-1947
40,2
28-07-1947
40,5
02-08-1906
38
01-09-1906
30,3
07-10-2009
24,5
02-11-1899
20,5
16-12-1989
40,5
02-08-1906
Ensoleillement (h) 72,1 91,9 155,6 178,5 208,6 210,4 231,7 235,5 189,5 128,3 79,6 59 1 840,7
ETp Penman (mm) 13,8 23,2 56,1 82,1 112,9 132,8 147,8 131,5 79,5 41,3 15,9 10,2 847,1
Record de vent (km/h)
date du record
105,4
NC
132,1
23-02-2009
126
NC
104,4
NC
94,5
NC
109,8
13-06-2002
104,4
NC
115,2
NC
104,4
NC
97,2
NC
100,8
NC
126
NC
132,1
NC
Record de la pression la plus basse (hPa)
date du record
973,1
NC
965
NC
983,7
NC
981,8
NC
989,6
NC
991,6
NC
978,2
NC
996,9
NC
989,9
NC
980,1
NC
973
NC
967,9
NC
965
NC
Record de la pression la plus haute (hPa)
date du record
1 045,1
NC
1 043,4
NC
1 046,7
NC
1 035,7
NC
1 033,5
NC
1 047,5
NC
1 030,6
NC
1 030,6
NC
1 034,9
NC
1 035,6
NC
1 040,2
NC
1 045,6
NC
1 047,5
NC
Précipitations (mm) 59,2 48,8 52,1 65,8 73,3 54,9 56,6 56,1 64,3 73,8 64,9 67,3 737,1
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
48,7
20-01-1910
29,7
05-02-1955
32,4
29-03-1978
42,6
18-04-1964
54,1
12-05-1910
67,6
04-06-2002
60,4
08-07-1919
66,1
29-08-1945
58,6
17-09-1975
43
29-10-1981
35,2
05-11-1962
51,6
24-12-1995
67,6
04-06-2002
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 1 mm 4,9 5,3 5 5,8 6,2 7,5 7,4 7,2 8,3 6,4 5,7 5,9 6,3
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
7,1
1,3
59,2
 
 
 
8,6
1,3
48,8
 
 
 
12,6
3,5
52,1
 
 
 
15,5
5,3
65,8
 
 
 
19,6
9,2
73,3
 
 
 
23,1
12,4
54,9
 
 
 
26
14,4
56,6
 
 
 
25,6
14,3
56,1
 
 
 
21,9
11,2
64,3
 
 
 
17,1
8,5
73,8
 
 
 
11
4,1
64,9
 
 
 
7,6
1,8
67,3
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm
Article détaillé : Climat de l'Indre.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales : 19, 19F, 54, 72, 74 et 75[4].

La ligne de La Châtre à Guéret passait par le territoire communal, une gare desservait la commune. La gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Argenton-sur-Creuse[4], à 33 km.

Saint-Denis-de-Jouhet est desservie par la ligne H du Réseau de mobilité interurbaine[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 45 km.

Le territoire communal est traversé par 3 parcours[6] de randonnée, dont un est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[7] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 682
Résidences principales 70 %
Résidences secondaires 11,8 %
Logements vacants 18,2 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 80,6 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les origines de la commune ne sont pas connues mais elle porta de nombreux noms : Joué, Jouet, Juhé, Jouhé, Johec et Jho[8], avant de se voir accoler le nom du premier évêque de Paris, Saint Denis.

Durant la Révolution française, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Jouhet-les-Marrons[9] le . Le village était en effet connu pour abriter en nombre des châtaigniers.

Ses habitants sont appelés les Dionisiens[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village médiéval se trouvait dans la mouvance des seigneurs de Cluis-Dessous. Le puissant seigneur Pierre 1er Achard, époux d’une Dame de Jouhet, fit don avec elle du village et de son église au prieuré Saint-Jean l’Évangéliste d’Aureil vers 1100[11]. Cette maison canoniale des environs de Limoges avait gagné une image de sainteté grâce à son fondateur Gaucher, s’attirant ainsi les dons des aristocrates jusqu’au sud du Berry.

En effet, Jean Achard, un des fils de Pierre 1er venait d’entrer au prieuré. Des bâtiments d’exploitation, tout au moins, sont installés à une date inconnue hors du village, sur la route de Crevant, au lieu-dit le Prieuré. Peu à peu, le prieuré de Saint-Denis de Jouhet gagna en puissance et en richesse, se permettant de prendre une relative indépendance. Le pouvoir se morcelle sur la paroisse autour de sires aux Gouttes, aux Fougères mais surtout au château de Villemort, aujourd’hui sur la commune de Chassignolles (Indre), en bordure d’un grand bois longtemps parcouru par les loups.

À la Révolution, le village ne fait pas que changer de nom. Le prieuré est abandonné tandis que les maisons fortes des fiefs des Fougères et des Gouttes sont détruites en 1793[12].

La commune fut rattaché de 1973 à 2015 au canton d'Aigurande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement de La Châtre, du canton de Neuvy-Saint-Sépulchre, de la deuxième circonscription de l'Indre et de la communauté de communes de la Marche Berrichonne[13].

Elle dispose d'un bureau de poste[14].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1865 1891 Sylvain Elion ? ?
mars 2001[15] mars 2008 Jacques Brunet ? ?
mars 2008[16] mars 2014 Marie-Thérèse Renault ? Manipulatrice en imagerie médicale
mars 2014[17] en cours Bruno Simon DVD[18] Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2015, la commune comptait 965 habitants[Note 1], en augmentation de 1,15 % par rapport à 2010 (Indre : -3,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4501 4001 3771 7741 8321 8371 9021 9281 924
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9001 8311 7961 7701 9001 9401 9812 0152 116
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0572 1742 1021 9121 8521 8491 7821 6881 577
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 5211 4361 3481 2891 2001 008991954957
2015 - - - - - - - -
965--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieu d'enseignement[23] une école primaire publique. Le collège public (George-Sand) de secteur[24] se trouve à La Châtre. Les lycées publics de secteur[24] se trouvent à La Châtre (lycée polyvalent George-Sand) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise-Pascal).

Chaque année a lieu la Foire annuelle du 4 octobre, où est organisé un grand rassemblement datant du Moyen Âge[25]. Créée par les chanoines d'Aureil et installés dans le prieuré, elle servait d'abord à vendre les bêtes puis elle s'est élargie au matériel agricole et aux marchands divers. À la fin août a lieu la Fête de la tomate et du folklore.

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, L'Écho du Berry, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la zone d’emploi de Châteauroux et dans le bassin de vie de La Châtre[13].

Le village possède quelques commerces, mais surtout le dernier moulin en activité du département, dirigé par la troisième génération de meuniers de la famille Chaussé au lieu-dit le Moulin neuf.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Château de Seguières (privé) : sa tour domine la vallée du Gourdon.
  • Château de Fourson (privé) : maison forte du XVe siècle.
  • Château de Lusignan (privé) : c'est une belle maison de maître au bord d'un bois.
  • Église (XIIe et XIIIe siècles) : elle est classée monument historique[26]. Vitraux de la vie de saint Denis des XIIe et XIIIe siècles, les plus anciens de l'Indre. Un remploi probablement antique orne la droite de son portail.
  • Monument aux morts
  • Les Mottes : à la sortie du bourg, sur la gauche, en direction de Chassignolles, il y a des vestiges d’une motte féodale fossoyée intégrée au jardin d’une belle maison de maître.
  • Moulin Dumont : la plus vieille maison (privé) de la commune porte sur son linteau de porte la date du .

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Saint-Denis-de-Jouhet logo.jpg Logotype de la commune de Saint-Denis-de-Jouhet :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Indre », sur le site de Lion 1906, consulté le 3 septembre 2018.
  2. a b et c Géoportail, « Saint-Denis-de-Jouhet » ., consulté le 17 septembre 2018.
  3. « Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre », sur le site de la Prévention du risque sismique, consulté le 3 septembre 2018.
  4. a b et c « Saint-Denis-de-Jouhet », sur le site de ViaMichelin, consulté le 3 septembre 2018.
  5. « Indre (36) - Fiches horaires », sur le site du Réseau de mobilité interurbaine, consulté le 2 septembre 2018.
  6. Site de la commune de Saint-Denis-de-Jouhet : Loisirs, consulté le 10 septembre 2012.
  7. Site de l'Insee : Saint-Denis-de-Jouhet, consulté le 6 septembre 2016.
  8. Robert Lachâtre, St-Denis de Jouhet : 10 siècles de son Histoire, , p. 8.
  9. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, (lire en ligne).
  10. « Nom des habitants des communes françaises, Saint-Denis-de-Jouhet », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 31 mars 2012).
  11. Gaston de Senneville, Cartulaire des prieurés d’Aureuil et de l’Artige en Limousin, t. 48, coll. « Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin », , p. 160 et 275.
  12. Robert Lachâtre, St-Denis de Jouhet : 10 siècles de son Histoire, , p. 63.
  13. a et b « Commune de Saint-Denis-de-Jouhet (36189) », sur le site de l'Insee, consulté le 28 octobre 2018.
  14. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  15. « Résultats des élections municipales 2001 », sur le site du Ministère de l'Intérieur, consulté le 16 avril 2018.
  16. « Résultats des élections municipales 2008 », sur le site du Ministère de l'Intérieur, consulté le 16 avril 2018.
  17. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du Ministère de l'Intérieur, consulté le 16 avril 2018.
  18. Site du Monde.fr : Saint-Denis-de-Jouhet, consulté le 21 septembre 2016.
  19. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  23. Site de l'académie d'Orléans-Tours : « Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 16 août 2012.
  24. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  25. Site de la commune de Saint-Denis-de-Jouhet : Foire du 4 octobre, consulté le 16 août 2012.
  26. Notice no PA00097450, base Mérimée, ministère français de la Culture.