Mehun-sur-Yèvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mehun.
Mehun-sur-Yèvre
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Blason de Mehun-sur-Yèvre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Vierzon
Canton Mehun-sur-Yèvre
Intercommunalité Communauté de communes les Terres d'Yèvre
Maire
Mandat
Jean-Louis Salak
2014-2020
Code postal 18500
Code commune 18141
Démographie
Population
municipale
6 804 hab. (2013)
Densité 278 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 00″ Nord 2° 13′ 00″ Est / 47.15, 2.2167
Altitude Min. 107 m – Max. 137 m
Superficie 24,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mehun-sur-Yèvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mehun-sur-Yèvre

Mehun-sur-Yèvre [møœ̃] est une commune française du département du Cher et de la région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette ville régionale est située entre Bourges et Vierzon.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Foëcy Allouis Rose des vents
Quincy N Berry-Bouy
O    Mehun-sur-Yèvre    E
S
Sainte-Thorette Marmagne

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Photographie de la route départementale 2076
La RD 2076 traverse Mehun-sur-Yèvre.

La ville est traversée par la route départementale 2076 (ancienne route nationale 76).

D’autres routes traversent la commune :

Histoire[modifier | modifier le code]

Château de Mehun, miniature des Très Riches Heures du duc de Berry.
vers 1410-1416
musée Condé, Chantilly[1]

On la nomme parfois la cité de Charles VII. La cité est connue depuis le IXe siècle, tant par des sources écrites que par des sources archéologiques. Au Moyen Âge, la ville se développe autour de l'église et du château. Un atelier monétaire battait une monnaie locale au XIe siècle[2]. Au XVe siècle, elle est dotée d'une troisième enceinte et ses privilèges de franchise sont confirmés. La construction d'une nouvelle résidence par Jean de Berry, à la fin du XIVe siècle, contribue au développement des arts[3] ; l'arrivée de la cour du roi Charles VII au château développe l'économie.

L'activité de la ville décline progressivement après la mort du souverain. Elle reprend lors de l'installation des porcelainiers au XIXe siècle. Avec l'arrivée de Charles Pillivuyt en 1854 et le développement de l'industrie de la porcelaine à Mehun et dans sa région, une ville nouvelle est construite autour des manufactures.

Avant 1850 la ville de Mehun est organisée autour de son centre médiéval, puisqu'elle s'étend au-delà de la vallée de l'Yèvre. En 1880 sa population a presque doublé ; en 1900 la manufacture Pillivuyt emploie plus de 1 000 personnes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Cher.
Blason de Mehun-sur-Yèvre

Les armes de Mehun-sur-Yèvre se blasonnent ainsi :

D'azur, à trois fleurs de lis d'or, 2 et 1, et un franc-canton de gueules brochant sur la première fleur de lis[4].

On trouve aussi : D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au franc-canton cousu de gueules brochant sur le tout[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 6 804 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 669 2 187 2 499 2 949 3 310 3 557 3 333 4 097 4 260
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 803 5 471 6 176 6 501 6 326 6 350 6 591 6 572 6 334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 345 6 397 6 177 5 382 5 337 5 112 5 049 5 290 5 397
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
5 700 5 893 6 902 7 178 7 227 7 212 6 884 6 825 6 829
2013 - - - - - - - -
6 804 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : deux fleurs au Concours des villes et villages fleuris.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie d'Orléans-Tours et comptent les établissements suivants :

  • Collège Irène Joliot-Curie de Mehun-sur-Yèvre[8](près de la gare SNCF).
  • École primaire des Charmilles
  • École primaire Marcel-Pagnol
  • École primaire du Château
  • École maternelle Jean-de-la-Fontaine
  • École maternelle Jules-Ferry
  • École maternelle du Centre
  • École maternelle Marcel-Pagnol

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Château-musée Charles-VII.
  • Le château de Mehun-sur-Yèvre (Entre 1367 et 1416), place du Général-Leclerc
  • La statue de Jeanne d'Arc place Jeanne-d'Arc
  • Le tableau de Jeanne d'Arc à Mehun-sur-Yèvre (1886) devant la statue de la Vierge est l'œuvre de Grandin et est actuellement visible dans la collégiale Notre-Dame.
  • Les rives de l'Yèvre et du canal de Berry
  • L'Agneau pascal visible sur le clocher-porche de la collégiale Notre-Dame
  • Le tableau Le Christ sur la Croix (Avant 1629), toile peinte par Jean Boucher, actuellement visible à la collégiale Notre-Dame.
  • L'église Notre-Dame (XIe siècle), place du Marché-au-Beurre
  • La sculpture Tête d'ange (fin du XIVe siècle,début du XVe) visible au musée Charles-VII
  • Le tableau, le château avant la Révolution (Vers 1800) visible au musée Charles-VII
  • L'ancienne abbaye cistercienne (de femmes) de Notre-Dame de Beauvoir-lès-Mehun.
  • Le pôle de la porcelaine : collections de céramiques de la manufacture Pillivuyt et de Louis Lourioux à Foëcy.

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie de la porcelaine. Quatre usines fournissent environ 20 % de la production française en articles de table.

La ville abrite une usine du groupe Nexans[9].

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Écoles municipales de musique et de dessin
  • Centres de Loisirs

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Miniature du hâteau de Mehun au musée Condé : 65 cm, f.161v.
  2. Archives départementales de l’Indre, Berry médiéval : à la découverte de l’Indre au Moyen Âge, catalogue d’exposition, Châteauroux, Archives départementales de l’Indre, 2009, p. 12
  3. Le château du duc de Berry est représenté dans La Tentation du Christ qui illustre le début du Carême des Très riches heures
  4. Malte-Brun. La France illustrée (1882)
  5. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : février 2009.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  8. Site du collège de Mehun-sur-Yèvre
  9. Nexans - Nos implantations en France ; consulté le 19 mars 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Bon (Éd.) “Le Château et l'art, à la croisée des sources”, ill. n&Bc, coul, planches, cartes, plans, Mehun-sur-Yèvre, Groupe historique et archéologique de la région de Mehun-sur Yèvre, 2011, 528 pp., fort in. 4° de 302 x 220, ISBN 978-2-9540103-0-4.

Liens externes[modifier | modifier le code]