Meroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Territoire de Belfort
Cet article est une ébauche concernant une commune du Territoire de Belfort.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Meroux
Vue sur le village.
Vue sur le village.
Blason de Meroux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Arrondissement de Belfort
Canton Châtenois-les-Forges
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Stéphane Guyod
2014-2020
Code postal 90400
Code commune 90068
Démographie
Gentilé Meroutains
Population
municipale
843 hab. (2014)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 00″ nord, 6° 53′ 00″ est
Altitude Min. 340 m – Max. 406 m
Superficie 8,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Meroux

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Meroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meroux

Meroux est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle dépend du canton de Danjoutin. Ses habitants sont appelés les Meroutains.

La dénomination officielle est « Meroux ». Mais on rencontre souvent, bien qu'elle n'ait qu'un caractère d'usage, la graphie « Méroux », conforme à la prononciation locale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 6 km au sud-est de Belfort, à une altitude moyenne de 360 m. Son territoire d'une superficie de 885 hectares est traversé par la ligne de chemin de fer reliant Belfort à Delle. La LGV Rhin-Rhône (mise en service le 11 décembre 2011) a nécessité la construction sur le territoire de la commune de Meroux d'une gare nouvelle (Belfort - Montbéliard TGV) desservant les deux agglomérations de Belfort et de Montbéliard. Cette vocation de carrefour ne date pas d'hier puisqu'à l'époque romaine le village était traversé par une voie secondaire reliant Mandeure au nord de l'Alsace.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vézelois Novillard Rose des vents
Andelnans
Sevenans
N Charmois
O    Meroux    E
S
Moval Bourogne

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Merons (1210), Meroux (1328), Mertelingen (1394), Mertelingen et Mertlingen (1427), Meroulz (1604), Meroulx (1630), Méroux (1793).
  • En allemand : Mörlingen[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des armes datées de l'âge du bronze et de l'âge du fer découvertes sur le territoire du village atteste la présence d'une activité humaine à l'endroit où allait se développer bien plus tard Merodurum. Ce nom est celui donné à Meroux dans un titre rédigé en latin et datant de 1166. C'est la plus ancienne citation du village que l'on rencontre dans les archives. Dans les actes rédigés en allemand on trouve l'orthographe de Moerlingen. En 1442, après les ravages perpétrés dans la région par les Armagnacs, le prieuré bénédictin Saint-Nicolas de Meroux, qui existait déjà en 1210, est rattaché au chapitre de Belfort.

Comme bien d'autres villages de la région, Meroux fut ravagée par les troupes suédoises pendant la guerre de Trente Ans, vers 1632. La chapelle du prieuré, dédiée à saint Nicolas, sert de lieu de culte dépendant de la paroisse de Vézelois, reconstruite vers 1682, restaurée en 1768, elle est remplacée en 1824 par une église qui sera reconstruite à son tour vers 1885. Meroux devient une paroisse autonome en 1803 rassemblant les fidèles de Moval et du hameau de Leupe. En 1803 la population du village était de 421 habitants. De 1908 à 1913 a été construit (en béton armé) le fort de Meroux, un des maillons de la ceinture fortifiée entourant la place forte de Belfort selon les recommandations du général Séré de Rivières.

Le , Meroux a absorbée la commune voisine de Moval (code INSEE 90073), pour former la nouvelle commune de Meroux-Moval (avec le code INSEE 90068). Cette fusion totale de communes a été annulée à effet dû au 1er janvier 1997.

Battumagny[modifier | modifier le code]

Avant la guerre de Trente Ans existait tout près de Meroux un village qui fut détruit par les troupes suédoises. La population était à ce point décimée pendant cette période de grande misère que tous les villages et hameaux ne purent être reconstruits (Oye) ou survécurent à l'état de lieux-dits.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Meroux 90.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Parti : au premier d'azur à trois pommes de pin versées d'or, au second de gueules à trois besants d'or

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Avril 2014 2020 Stéphane Guyod    
mars 2008 Avril 2014 Françoise Faure    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 843 habitants, en augmentation de 3,95 % par rapport à 2009 (Territoire de Belfort : 1,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 342 460 506 566 570 535 572 583
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
540 555 563 561 641 623 728 597 574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
587 594 688 529 494 486 482 451 507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
472 464 479 509 893 660 787 827 843
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .