Scoutisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Scouts et guides de différents pays lors du Moot Scout mondial de 1996.

Le scoutisme (de l'anglais scout, lui-même issu du vieux français « escoute » signifiant éclaireur) est un mouvement de jeunesse mondial créé par Lord Robert Baden-Powell, un général britannique à la retraite, en 1907, à Brownsea. Aujourd'hui, le scoutisme et le guidisme comptent plus de 38 millions de membres dans 217 pays et territoires, de toutes les religions et de toutes les nationalités, représentés par plusieurs associations scoutes au niveau mondial.

Le scoutisme est un mouvement de jeunesse reposant sur l'apprentissage de valeurs fortes, telles que la solidarité, l'entraide et le respect. Son but est d'aider le jeune individu à former son caractère et à construire sa personnalité tout en contribuant à son développement physique, mental et spirituel afin qu'il puisse être un citoyen actif dans la société. Pour atteindre cet objectif, le scoutisme s'appuie sur des activités pratiques dans la nature, mais aussi des activités en intérieur, destinées plutôt à un apprentissage intellectuel. Le scoutisme s'appuie sur une loi et une promesse et a souvent une dimension religieuse ou spirituelle.

Les membres sont appelés « scouts » (suivant le terme anglais international d'origine) ou parfois « éclaireurs » (sa traduction) dans les pays francophones. Au sens strict, ces termes désignent les jeunes gens âgés de 11 à 14 ans ou de 11 à 17 ans (lorsque le mouvement est dit unitaire). Au sens plus large, les encadrants, les animateurs ou les anciens membres sont des scouts, ou « restent des scouts dans l'âme ». Dans les pays francophones, les plus jeunes sont communément appelés des « castors », « hirondelles », « louveteaux », «louvettes », « jeannettes », « baladins » ou « exploratrices » et les plus âgés des « scouts », « éclaireurs » « guides », « pionniers », routiers », « aînés », etc. Le « scout » est connu du public par le port d'un foulard et d'une tenue plus ou moins complète.

Le guidisme est l'équivalent féminin du scoutisme. À partir des années 1950, certains mouvements scouts ont fait le choix de la mixité (ou « coéducation ») dans les unités, tandis que d'autres conservent aujourd'hui des unités exclusivement masculines ou féminines.

Historique du mouvement[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Croquis de Burnham par Baden-Powell, en Rhodésie, en 1896.

En Rhodésie du Sud en 1896, Frederick Russell Burnham avait enseigné des techniques de survie à Robert Baden-Powell, devenant ainsi l'une des sources d'inspiration de la création du scoutisme. Les prémices d'une idée de scoutisme datent du siège de Mafeking en Afrique du Sud au cours de la Seconde Guerre des Boers (1899-1902) au cours de laquelle Baden-Powell sert comme officier de commandement. Avec beaucoup d'astuce et de courage communicatif, il réussit à sauver la ville de Mafeking qui était assiégée depuis 217 jours par des troupes ennemies quatre fois plus nombreuses. Baden-Powell utilisa les jeunes de la ville appelés les cadets comme messagers pour transmettre des messages à pied et à vélo, comme observateurs, sentinelles et éclaireurs.

À la libération de la ville, le 16 mai 1900, Baden-Powell est acclamé comme un héros et est nommé major-général par la reine elle-même. Il prouva que des jeunes étaient tout à fait capables de réussir une mission, pourvu qu'on leur fasse confiance. Il publie ses observations sous le nom de « scouting » (l’art des éclaireurs) dans un petit fascicule destiné aux militaires appelé : « Aids to scouting ».

À son retour en Angleterre, Baden-Powell fut accueilli triomphalement. Il constate que « Aids to scouting » a un immense succès auprès des garçons britanniques et est utilisé par des éducateurs. Il reçoit même beaucoup de courriers de garçons lui demandant des conseils. Frappé par le spectacle d'une jeunesse britannique des quartiers désœuvrés livrée à la drogue et au tabac, souvent en mauvaise santé et délinquante, il décide de mettre l'expérience apprise à la guerre au service des jeunes gens, cette fois dans une optique de paix. « Sa carrière lui a permis de connaître les hommes pour leur permettre de donner le meilleur d’eux-mêmes avec bienveillance et patience », commente Michel Seyrat, spécialiste de la pensée du fondateur du scoutisme[1].

S'inspirant de nombreuses expériences éducatives auprès des mouvements de jeunesse de l'époque, il reprend des éléments entiers des méthodes d'autres associations, suscitant parfois des conflits comme celui qui l'oppose à Ernest Thompson Seton. Mais ce qui le caractérise c'est sa capacité à synthétiser toutes ces lectures et toutes les expériences sur lesquelles il s'est documenté pour produire un mouvement de jeunesse qui possède ses propres références et ses rites caractéristiques. Notons parmi ses sources, les Wandervogel Allemands ou Autrichiens, les rites d'initiation Zoulous, la gymnastique développée en Allemagne par F.L. Jahn, sans compter les codes de chevalerie dont il n'était pas le premier à s'inspirer, suivant en cela l'exemple de Ruskin aux États-Unis (Knight of King Arthur) ou le mouvement Woodcraft qui pratiquait déjà un système de badges.[réf. nécessaire]

Mais ce qui marque également Robert Baden-Powell, c'est sa propre adolescence et son environnement familial. Son enfance est bercée par le récit des aventures de son grand-père, l'amiral William Henry Smyth. Il pratique la voile avec ses frères, ce qui lui inspire plus tard plusieurs récits autobiographiques, notamment la construction du voilier de son frère avec quelques amis du métier.

Il apprend la répartition des responsabilités à bord, l'acquisition de compétences et la vie d'équipage. Un autre de ses ancêtres, John Smyth, explorateur, avait traversé l'Océan et sillonné la Virginie, alors territoire inexploré. Comment échapper à toutes ses influences quand sa mère l'autorise à accompagner Warington, l'ainé des Baden Powell, navigateur endurci, auprès duquel il acquiert une expérience de la navigation qui l'influencera durablement[2].

« À la fin de ma carrière militaire », dit Baden-Powell, « je me mis à l'œuvre pour transformer ce qui était un art d'apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d'apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n'a rien de commun avec les principes militaires. »

Pierre sur Brownsea Island commémorant le premier camp scout.

En 1907, alors âgé de 50 ans, il organise un camp de quinze jours avec une vingtaine de garçons de différentes classes sociales sur l'île de Brownsea, qui débute le 29 juillet. Il y teste ses idées d'éducation par le jeu, d'indépendance et de confiance. À la suite de ce camp, Sir William Smith (fondateur de la « boy’s brigade ») lui demande d’écrire un ouvrage sur la manière dont le « Scouting » pouvait être adapté à la jeunesse qu’il appelle : Scouting for boys (Éclaireurs).

Baden-Powell pensait alors que ce livre pourrait donner des idées aux jeunes pour se regrouper en organisations. En effet, les premières patrouilles de scouts furent créées et Baden-Powell reçut de nombreuses demandes d'aide. Il les encouragea et le développement du mouvement scout commença au Royaume-Uni avec la création des scouts marins, des scouts de l'air et d'autres unités spécialisées.

Baden Powell dirigea avec son frère Warington un camp nautique en 1908, à Buckler's Hard, dans le Hampshire, en Angleterre, peu après celui de Brownsea Island en 1907, avec là aussi une vingtaine de garçons posant les fondations des « Sea Scouts ». C'est ainsi que Baden-Powell en vint à lancer le scoutisme marin avec l'aide de son frère Warington, avocat à l'amirauté, marin expérimenté et promoteur de la navigation en canoë. Cependant, les scouts marins ne seront pas nommés ainsi avant 1912. Auparavant, en 1910, Warington aura écrit Sea Scouting and Seamanship for Boys, préfacé par son frère, le premier manuel de scoutisme marin, qui fut reçu avec beaucoup d'enthousiasme par les nombreux jeunes britanniques intéressés par cette nouvelle forme de scoutisme.

Baden-Powell ne pouvant plus conseiller personnellement chaque jeune qui lui demandait de l'aide, il décida de mettre en place une formation des adultes pour l'encadrement. Le Wood Badge course est alors créé à ce propos. En 1919, Gilwell Park près de Londres est acheté afin d'être utilisé comme camp et site d'entraînement pour les adultes.

L'expansion[modifier | modifier le code]

Le scoutisme a commencé à se répandre à travers la Grande-Bretagne et l'Irlande bien avant la publication du Scouting for boys de Baden-Powell et il s'étend rapidement dans l'empire britannique. La première unité hors du Royaume-Uni connue a été transportée à Gibraltar en 1908 suivie par Malte peu de temps après. Le Canada devint le premier dominion possédant un programme Boy Scout, puis l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud quelques années après. Le Chili est le premier pays hors des dominions britanniques à posséder un mouvement scout reconnu. Le mouvement fait des émules en France à partir de 1909 à Nantes[3],[4].

Le premier rally scout se tient au Crystal Palace à Londres en 1910. Il attira 10 000 garçons ainsi que de nombreuses filles. En 1910, la Belgique, l'Inde, Singapour, la Suède, la Suisse, le Danemark, la France, la Russie, la Finlande, l'Allemagne, la Norvège, le Mexique, l'Argentine, la Grèce et les États-Unis ont des Boy Scouts...

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En 2007, le scoutisme célèbre ses 100 ans d'existence, avec plusieurs grands événements tel que le renouvellement de la promesse qui a eu lieu le 1er août partout dans le monde, le JAMbe (rassemblement de 95 000 scouts et guides en Belgique, ce qui constitue un record[5]), le jamboree mondial à Chelmsford et sur l'île de Brownsea (Royaume-Uni), ou encore la jamboree de Chambord(France) réunissant plus de 23700 scouts unitaires de France, ou l'Aquajam réunissant des pionniers et caravelles français et espagnols dans les Pyrénées.

En 2008, on compte plus de 28 millions de scouts et plus de 10 millions de guides dans le monde, répartis dans 216 pays[6],[7].

Top 20 des pays en nombre de scouts, tout mouvement et tout sexe confondu[6],[7].
Pays Communauté Date d'introduction du scoutisme ... du guidisme
États-Unis 9 500 000 1919 1912
Indonésie 8 100 000 1912 1912
Inde 3 700 000 1909 1911
Philippines 2 550 000 1910 1918
Thaïlande 1 400 000 1911 1957
Royaume-Uni 1 000 000 1907 1909
Bangladesh 950 000 1920 1928
Pakistan 575 000 1909 1911
Kenya 420 000 1910 1920
Corée 280 000 1922 1946
Allemagne 260 000 1910 1912
Canada 260 000 1908 1910
Japon 240 000 1913 1919
Italie 220 000 1910 1912
Ouganda 210 000 1915 1914
France 180 000 1910 1911
Nigeria 160 000 1915 1919
Pologne 160 000 1910 1910
Belgique 160 000 1911 1915
Hong Kong 160 000 1914 1916

Principes[modifier | modifier le code]

Le but et les principes du scoutisme[modifier | modifier le code]

Selon l'Organisation mondiale du mouvement scout, le but et les principes du mouvement scout sont[8] :

But 

Le mouvement scout a pour but de contribuer au développement des jeunes en les aidant à réaliser pleinement leurs possibilités physiques, intellectuelles, sociales et spirituelles, en tant que personnes, que citoyens responsables et que membres des communautés locales, nationales et internationales.

Principe 
  • Le devoir envers Dieu (exception si le mouvement est a-confessionnel, neutre ou laïque)
    • L’adhésion a des principes spirituels, la fidélité à la religion qui les exprime et l’acceptation des devoirs qui en découlent.
  • Le devoir envers autrui
    • La loyauté envers son pays dans la perspective de la promotion de la paix, de la compréhension et de la coopération sur le plan local, national et international.
    • La participation au développement de la société dans le respect de la dignité de l’homme et de l’intégrité de la nature.
  • Le devoir envers soi-même
    • La responsabilité de son propre développement

- Chapitre I de la Constitution et Règlement Additionnel de l’Organisation Mondiale du Mouvement Scout

Diversité des pédagogies[modifier | modifier le code]

Le camp scout est le point culminant de l'année.

Historiquement, deux sources distinctes ont contribué à la création du scoutisme :

  • La première est issue de l'expérience militaire de Baden Powell, principalement du siège de Mafeking où pour la première fois il a utilisé des jeunes comme messagers. Cette première source se manifeste encore aujourd'hui dans la symbolique de la vie en équipe et d'une hiérarchie minimale en son sein ;
  • La seconde source est issue du premier camp réalisé par Baden Powell sur l'île de Brownsea en 1907, synthèse d'expériences préexistantes.

Ces deux sources donnent lieu aujourd'hui à des divergences d'application selon les associations qui les mettent en œuvre. On vit ensuite Baden Powell vouloir étendre son recrutement à toutes les couches de jeunes gens, du fait qu’il constituait une des premières formes d'encadrement des loisirs. Dès le départ, Baden Powell construit un mouvement de jeunesse dont il va établir les principes dans son livre Scouting for boys ainsi qu'une série de conférences.

Le scoutisme est fondé sur un principe pédagogique qui cherche à donner des responsabilités à l’enfant et à l’adolescent pour former son caractère par le jeu et l'action dans la nature et à épanouir sa vie sociale dans le respect des valeurs traditionnelles de son milieu social. De manière régulière, le scoutisme propose des camps en milieu naturel et des activités d’entraide, de bienfaisance, humanitaires. À l'origine les jeunes étaient séparés par classe d’âge et par sexe, assurant différentes activités en fonction des groupes.

La loi scoute[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Loi scoute.

La loi scoute est la règle que chaque jeune adhérent à un mouvement scout tente de respecter. Elle fait partie, comme la promesse, le système des patrouilles et les activités de plein air des principes édictés par lord Robert smith Baden-Powell dans son livre Éclaireurs édité en 1908.

Il est important de souligner que le terme de loi chez les scouts n'a en aucun cas de sens légal. La loi est une série de « conseils de vie » qui sont proposés au jeune. C’est lui qui choisit de « faire de son mieux » pour suivre ces conseils, après réflexion et avec l’aide de ses chefs, de sa famille et des amis. En cas de non-respect de la loi, aucune sanction ne sera prise. Tout au plus une discussion lui permettra de prendre conscience pour faire mieux la fois suivante et ainsi progresser. Chaque jeune a donc la possibilité de s’approprier cette loi et de la mettre en application à son rythme en fonction de ses points forts et de ses faiblesses.

Si les principes fondateurs sont les mêmes, la loi scoute diffère dans son contenu et sa formulation d'un mouvement à l'autre, et d'un âge à l'autre.

La Promesse scoute[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Promesse scoute.

La Promesse est l'engagement solennel que prend, au cours d'une cérémonie, le ou la jeune pour marquer son adhésion à la loi et aux valeurs du scoutisme. Elle fait partie des constantes de toutes les branches du scoutisme. Seule la forme change d'un mouvement à l'autre. Dans bien des associations la promesse contient une référence à Dieu. Quelques associations font de la promesse un engagement devant les pairs.

« Soyez toujours fidèles à votre Promesse scoute même quand vous aurez cessé d'être un enfant - et que Dieu vous aide à y parvenir ! » sont les derniers mots de la lettre d'adieu que Baden-Powell adresse à l'ensemble des éclaireurs.

Pratique du scoutisme[modifier | modifier le code]

Habillement, symboles et culture scout[modifier | modifier le code]

Les mots de Baden-Powell sur le scout à son image sont : recherche, observation, déduction, nautisme, secourisme, santé, discipline, responsabilités, chevalerie et patriotisme.

La tenue[modifier | modifier le code]

Guide polonaise en uniforme comprenant chemise, foulard, ceinturon et chapeau. D'autres mouvements ne revêtent que la chemise et le foulard.

La tenue est une des caractéristiques du mouvement scout comme le rappelle Baden-Powell lors du Jamboree de 1938 : « il recouvre les différences de pays et d'origines et leur fait sentir qu'ils appartiennent tous à la même Communauté du Monde. »

Inspiré de celui porté par les troupes coloniales britanniques, l'uniforme original est constitué d'une chemise kaki, d'un short et d'un chapeau à larges bords (Quatre-bosses). Par ailleurs, Baden-Powell portait également un short puisque d'après lui, le fait d'être habillé de la même façon que les jeunes contribuait à réduire la distance qui les séparait des adultes. On lui prête aussi l'affirmation selon laquelle « on n'attrape pas froid par les genoux ! »

De nos jours, les tenues ont évolué. Si certains mouvements ont conservé une tenue classique, dans d'autres, les tenues se sont simplifiées et colorées. On en trouve des bleus, orange, rouges ou verts, ne gardant parfois de la tenue qu'une chemise et un foulard. De la même façon, les shorts sont parfois remplacés par des pantalons, notamment dans les pays où la culture demande de la réserve ou pour des raisons climatiques. La jupe-pantalon peut aussi être adoptée pour les Guides dans certain pays. De même, le chapeau "quatre-bosses" peut être remplacé par un béret à deux flots, un bachi (béret à pompon, pour les marins) ou un calot, voire assez souvent, pas de couvre-chef du tout.

Enfin, chaque association, dans les différents pays, dispose d'une couleur pour son uniforme et au sein d'une même association, il arrive que la couleur de la tenue diffère en fonction de l'âge.

Insignes et badges[modifier | modifier le code]

De multiples foulards scouts, représentants chacun un groupe local. Une tradition veut qu'ils s'échangent.

Le mouvement scout possède deux symboles internationaux : la fleur de lys utilisée par les organisations membres de l'Organisation mondiale du mouvement scout et le trèfle par les membres de l'Association mondiale des Guides et Éclaireuses. Ces badges font partie de l'uniforme officiel des scouts.

Le badge de l'OMMS est circulaire et violet avec une fleur de lys en son centre. Il est entouré par un morceau de corde fermé par un nœud plat. La fleur de lys est un symbole ancien utilisé par Baden-Powell pour les scouts enrôlés dans l'armée britannique et qui est par la suite adopté et modifié par le mouvement scout. La pointe en flèche représente le Nord sur une boussole et avait pour but de guider les scouts sur le chemin de l'aide et de l'unité. De la même façon, les trois pointes de la fleur de lys représentent les trois devoirs envers Dieu (ou un "Idéal Élevé" pour les mouvements non confessionnaux), soi-même et les autres et rappellent également les trois principes de Franchise, Dévouement et Pureté. Les deux étoiles à cinq branches représentent la vérité et le savoir avec les dix branches symbolisant les dix points de la loi scoute. Enfin, le lien au bas de la fleur tend à montrer l'esprit de famille du scoutisme[9].

Le symbolisme du trèfle de l'AMGE est assez similaire : les trois feuilles représentent les trois devoirs et les trois parties de la promesse scoute, les deux étoiles à cinq branches symbolisent la loi scoute et la veine au centre représente l'aiguille de la boussole montrant le droit chemin. Enfin, la base du trèfle représente la flamme de l'amour et les couleurs bleu et or le soleil qui brille sur tous les enfants du monde[10].

Le svastika a également été utilisé par les Boy scouts. D'après « Johnny » Walker[11], la première utilisation par le scoutisme date du Thanks Badge de 1911. En effet, le dessin de la médaille du mérite de Baden-Powell en 1922 ajoutait un svastika à la fleur de lys en signe de bonne chance à celui qui la recevait. Comme Rudyard Kipling, il avait sans doute découvert ce symbole en Inde. Cependant, au cours de l'année 1934, de nombreux scouts ont demandé un changement dans le dessin du fait de l'utilisation du svastika par le parti national-socialiste des travailleurs allemands. Une nouvelle médaille du mérite est alors éditée en 1935.

Les mouvements chrétiens utilisent généralement le symbole de la croix sous diverses formes comme la croix de Jérusalem, la croix potencée, ou encore la croix de Malte.

Totem[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Totem.

Le terme « totem », originaire des Indiens d'Amérique, a été repris par la tradition scoute dans certains pays. Il s'agit de qualifier son titulaire d'un nom d'animal suivi d'un adjectif, ce nom et cet adjectif représentant ses qualités morales et/ou physiques. Dans la tradition scoute, ce totem est donné à la suite d'une épreuve initiatique (constituant la « totémisation »). Le nom de l'animal devient alors une partie officielle connue de tous, l'usage de l'adjectif étant parfois réservé aux autres « sachems ».

Toutefois, à la suite de dérives dans la pratique de la « totémisation », la majorité des mouvements scouts en France l'ont interdite. D'autres associations françaises l'ont réservée à leurs seuls aînés dans un cadre ludique. En Belgique et Suisse notamment, la totémisation subsiste mais dans un cadre rénové. Au Québec, la pratique de la totémisation demeure courante.

Activités réalisées[modifier | modifier le code]

Gamme d'activités pratiquées par les scouts, ici en Grande-Bretagne, en Belgique, aux États-Unis, en Allemagne et en Indonésie

Organisations et structures[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux mouvements de scoutisme à travers le monde, qui reprennent à peu près les mêmes principes éducatifs. Ces mouvements sont généralement affiliés à des fédérations internationales.

Fédérations internationales[modifier | modifier le code]

Deux fédérations internationales dominent le scoutisme mondial, par le nombre de leurs adhérents et le fait qu'elles aient été mises en place sous la houlette de Robert Baden-Powell : l'organisation mondiale du mouvement scout (OMMS, ou WOSM en anglais), basée à Genève (Suisse) et l'association mondiale des guides et éclaireuses (AMGE, ou WAGGGS en anglais), basée à Londres (Royaume-Uni).

Ces deux fédérations ne reconnaissent qu’une seule association par pays, ce qui a conduit les associations de certains pays à se regrouper en une fédération (à l'image de la fédération du scoutisme français), afin que cette dernière soit reconnue par ces organismes.

Il existe d'autres fédérations internationales, comme l'union internationale des guides et scouts d'Europe (UIGSE), basée à Château-Landon (France), qui regroupent des associations non-adhérentes à l'OMMS ou l'AMGE.

Fédérations et organisations nationales[modifier | modifier le code]

En Amérique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]
Au Canada[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Mouvement scout du Canada.

Deux associations scoutes canadiennes sont reconnues par OMMS, il s'agit de Scouts Canada et de l'Association des scouts du Canada. Elles desservent respectivement les Canadiens anglophones et francophones.

Deux associations sont membres de l'UIGSE: Association Évangélique du Scoutisme au Québec et Federation of North-American Explorers.

Cinq associations membres de la World Federation of Independent Scouts :

  • BPSA - British Columbia
  • BPSA - Manitoba
  • BPSA - Newfoundland and Labrador
  • BPSA - Nova Scotia
  • BPSA Saskatchewan
  • Independent Scouting Association
  • Traditional Explorers Association Council of Ontario

Une association bilingue est indépendante des autres grandes association du scoutisme:

Le fonds d'archives de la Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme - District de St-Jean est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[12]. Le fonds d'archives de la Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme - Corporation District Guides et Scouts du Cuivre est conservé au centre d'archives de Rouyn de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[13]. Le fonds d'archives de la Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme - Section de Québec est conservé au centre d'archives de Québec de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[14].

En Afrique[modifier | modifier le code]

Au Sénégal[modifier | modifier le code]

L'Association des scouts et guides du Sénégal a été créée en 1953.

Elle fait partie de la Confédération sénégalaise du scoutisme et de l'Organisation mondiale du mouvement scout. La section des guides est membre de l'Association mondiale des guides et éclaireuses depuis 1981.

L'association mixte comprend 19 000 membres. La section des guides en accueille 4 093 (en 2003).

Au Congo[modifier | modifier le code]

Au Congo, il existe plusieurs associations scoutes. Le scoutisme est arrivé au Congo en 1927 et a pris de l'ampleur jusqu'en 1965. Pour des raisons d'ordre politique, il a connu un coup d'arrêt à cette date pour reprendre en 1990 à l'occasion de la conférence nationale qui a de nouveau autorisé le libre mouvement associatif. C'est ainsi que les associations ont repris les activités pour certaines et sont nées pour d'autres.

Dans la perspective d'œuvrer ensemble, cinq associations se sont organisées en Conseil du scoutisme congolais :

L'association des Scouts et Guides du Congo est membre observatrice à l'association mondiale des Guides et Éclaireuses pour sa branche féminine.

Depuis le mois de juillet 2011, le Conseil du Scoutisme Congolais a laissé la place au mouvement du Scoutisme Congo. Lors de l'Assemblée générale constitutive, tenue à Brazzaville du 1er au 2 juillet, neuf associations scoutes se sont mis ensemble pour former le Mouvement du Scoutisme Congolais. Un pas important est franchi par les associations en devenant des sensibilités et non des associations. Désormais, la dynamique scoute au Congo compte:

  • La sensibilité catholique, représentée par l'Association des Scout et guides du Congo;
  • La sensibilité évangélique, représentée par les Eclaireurs Unionistes du Congo;
  • La sensibilité kimbaguiste, représentée par les Eclaireurs Kimbangistes du Congo;
  • La sensibilité laïque, représentée par les Eclaireurs Communautaires du Congo, les Eclaireurs Du Congo et les Eclaireurs Neutres du Congo;
  • La sensibilité lassiste, représentée par les Eclaireurs D'Afrique;
  • La sensibilité Louzolo - Amour OPH, représentée par les Eclaireurs Louzolo Amour;
  • La sensibilité salutiste, représentée par les Eclaireurs Salutistes du Congo.
En Algérie[modifier | modifier le code]

Le scoutisme en Algérie date de 1935, avec la fondation des Scouts musulmans algériens (SMA) par Mohamed Bouras. La première section à Alger en 1935 s'appelait la section al Falah. Bien entendu dans l'Algérie coloniale d'alors, les grands mouvements métropolitains étaient représentés.

En Tunisie[modifier | modifier le code]

Le mouvement scout en Tunisie date de 1924. La première troupe de scouts tunisiens a été fondée en 1933. En 1956, l'association scoute en Tunisie s'est formée sous le nom Les Scouts Tunisiens. C'est en 1957 que l'Association des Scouts Tunisiens[15] est devenue membre de l'Organisation Mondiale du Mouvement Scout[16]. L'Association des Scouts Tunisiens est membre du Bureau Arabe des Guides[17] depuis sa création.

En Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

Le scoutisme est arrivé en Côte d'Ivoire en 1937 et regroupe trois fédérations; deux sont reconnues par l'OMMS et l'AMGE depuis 1973 et la CIS regroupes les associations de scoutisme indépendants:

  • la Fédération Ivoirienne de Scoutisme, composée de 3 ASN: Association des Scouts Catholiques de Côte d'Ivoire, des Éclaireuses et Éclaireurs de Côte d'Ivoire, des Éclaireurs Éclaireuses Unionistes de Côte d'Ivoire.
  • la Fédération Ivoirienne de Scoutisme Féminin
  • la Conférence Ivoirienne de Scoutisme, composée des Éclaireurs Neutres de Côte d'Ivoire www.eclaireursneutres.org, des Scouts Marins de Côte d'Ivoire, des Scouts d'Afrique de Côte d'Ivoire - Reconnue par la WFIS
  • association des Scouts Musulmans de Côte d'Ivoire, regroupant quelques groupes scouts musulmans en Côte d'Ivoire.
  • Toutes les associations des scoutismes des 3 grandes fédérations sont divisées en différentes régions scoutes, elles-mêmes subdivisées en district.


En Europe[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Scoutisme en France.

En France, il existe près de 50[réf. nécessaire] groupements se réclamant du mouvement scout. Neuf d'entre eux, regroupés en fédérations, sont reconnus par le ministère français de la Jeunesse et des Sports :

Seuls ces neuf mouvements, nommés familièrement le G9, peuvent bénéficier du régime spécifique de l'accueil de scoutisme qui offre des facilités.

À côté de ces mouvements, il existe en France un nombre important d'associations non reconnues (ni par le ministère de la Jeunesse et des Sports, ni par l'OMMS, ni par l'UIGSE) qui se partagent 8 200 membres[réf. nécessaire] comme l'Association française de scouts et guides catholiques, les Scouts de Doran, les flambeaux et claires flammes, les Scouts et guides Godefroy de Bouillon…

L'ouvrage écrit par Marine Digabel scout une piste pour grandir, présenté comme le livre du centenaire, permet une approche du scoutisme français sortie des clichés de "scout toujours" en développant les propositions et les idéaux d'aujourd'hui des différentes associations.

Les Presses d'Île-de-France, maison d'édition des Scouts et Guides de France, publient 100 textes, 100 images[22] à l'occasion du centenaire du scoutisme. Cet ouvrage se présente comme l'album de famille des Scouts et Guides de France.

En Belgique[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Scoutisme en Belgique.
Organisation d'une unité Les Scouts.

L'association Guidisme et Scoutisme en Belgique (GSB) est composée de trois organisations francophones (dont font partie les unités germanophones également (sauf Scouts et guides pluralistes)) :

Il existe également deux organisations néerlandophones :

Les Guides et scouts d'Europe sont rattachés à l'Union internationale des guides et scouts d'Europe.

Ces associations regroupent à peu près 160 000 scouts (sur 10 000 000 d'habitants). Ce qui fait de la Belgique un des premiers pays en termes de taux de pénétration.

En Suisse[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Scoutisme en Suisse.

Le scoutisme a cette particularité d’être unifié en Suisse, étant donné que le nom « scoutisme » a été déposé et est donc protégé[23]. Seules quelques associations en dehors du Mouvement scout de Suisse ont l’autorisation d’utiliser ce terme.

En Suisse, les scouts sont organisés en 23 associations cantonales et environ 700 groupes locaux.

Les premiers groupes de scouts se sont formés en 1912. En 1913 la FES, la Fédération des Eclaireurs suisses a vu le jour, suivie en 1919 de la FESes, la Fédération des Eclaireuses suisses. De la fusion des deux fédérations FES et FESes en 1987 est né le MSdS.

Le MSdS compte 50 000 membres (22 000 filles et 28 000 garçons) et est ainsi la plus grande organisation de jeunesse en Suisse[24].

À noter que Genève est le siège de l'OMMS (Organisation Mondiale du Mouvement Scout).

En Allemagne[modifier | modifier le code]

En Allemagne aussi les associations de scoutisme se sont regroupées de manière à pouvoir être reconnues par l’OMMS et l’AMGE. Pour les filles, il s’agit du Ring deutscher Pfadfinderinnenverbände[25] (cercle des associations de guides) et du Ring deutscher Pfadfinderverbände[26] (cercle des associations de scouts). Chaque cercle est composé de trois associations : une catholique, une protestante et une interconfessionnelle. Les associations catholiques pour filles et pour garçons (aujourd'hui coéduquée) sont indépendantes, les associations protestantes et interconfessionnelles n'ont chacune qu'une structure pour les filles et les garçons. Il y a donc en tout quatre associations reconnues au niveau mondial.

Il y a environ 250 000 guides et scouts en Allemagne[réf. nécessaire], dont 190 000 appartenant à l'une de ces quatre associations. La plus importante association (95 000 membres) est celle de la Pfadfinderschaft Sankt Georg[27] (Scouts allemands de Saint Georges), à l'origine mouvement pour les garçons et aujourd'hui coéduquée. Y correspond la Pfadfinderinnenschaft Sankt Georg[28] (Guides de Saint Georges, 10 000 membres), mouvement catholique réservé aux filles.

Le mouvement protestant se nomme Pfadfinderinnen und Pfadfinder[29] (association des guides et scouts protestants) et compte environ 50 000 jeunes. Le mouvement interconfessionnel se nomme Bund der Pfadfinderinnen und Pfadfinder[30] (Union des guides et scouts) et compte environ 32 000 jeunes.

En plus de ces associations appartenant à l'un des deux cercles, il existe plus de 150 associations se réclamant du scoutisme en Allemagne.

Noter également les associations confessionnelles Katholische Pfadfinderschaft Europas[31] (catholique) et Evangelische Pfadfinderschaft Europas[32] (protestante), toutes deux membres allemands de l'UIGSE-FSE.

Scoutisme dans l'art[modifier | modifier le code]

Scoutisme dans la littérature[modifier | modifier le code]

Littérature scoute au musée de Sisteron.

Le scoutisme est à la base d’une abondante littérature pour adolescents, exaltant les vertus (dévouement, service…) mises en avant par le scoutisme.

  • La collection « Signe de Piste » est l’une des séries phares de ce genre littéraire. En ce qui concerne l’illustration, certains auteurs, notamment Pierre Joubert ont fait du scoutisme leur principale source d’inspiration.

Le scoutisme est également largement exploité dans la littérature pour la jeunesse. Parmi les exemples les plus célèbres:

Voici une liste alphabétique non exhaustive des albums de bande dessinée ayant trait au scoutisme :

Scoutisme au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voici une liste alphabétique non-exhaustive des films ayant trait au scoutisme :

Thème principal
Thème secondaire


Films documentaires sur le scoutisme
  • Images du Jamboree reportage de 35 minutes noir et blanc sonore réalisé au jamboree de Bad-Ischl en 1951 par Georges Ferney.
  • Cent ans de scoutisme est un DVD contenant les documentaires de François Rabaté Paroles de scouts et Histoires de scouts. Paru en novembre 2007 pour le centième anniversaire de la création du scoutisme.

Scouts célèbres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des scouts célèbres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Scouts et Guides de France - Baden-Powell : un regard de confiance
  2. « notre ainé, marin de profession et capitaine de notre bateau » et autres citations in À l'école de la vie de Lord Baden Powell.
  3. Scouts et Guides en Bretagne éditeur : Yoran Emmbanner Auteur : Christophe Carichon (ISBN 978-2-916579-10-8)
  4. thèse sur l'histoire de la mission populaire évangélique, auteur Jean Paul Morley
  5. Revue de presse à propos du JAMbe
  6. a et b (en) « Triennial Report 2005-2008 » [PDF], World Organization of the Scout Movement (consulté le 2008-07-13)
  7. a et b « Our World », World Association of Girl Guides and Girl Scouts,‎ 2006 (consulté le 2006-12-07)
  8. Article II de la constitution mondial de l'OMMS
  9. « The World Crest Badge…(and why do we *all* wear it?) », Black Eagle.net. (consulté le 24 janvier 2006)
  10. « The World Trefoil », wagggs.org (consulté le 30 mars 2006)
  11. « Early Badge use », Scouting milestones. (consulté le 10 janvier 2006)
  12. Fonds Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme (P168) et Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme, district de Saint-Jean (P170) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  13. Fonds Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme - Corporation District Guides et Scouts du Cuivre (P9) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  14. Fonds Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme - Section Québec (P480) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  15. Les Scouts Tunisiens
  16. World Organization Of The Scout Movement
  17. Arab Scout Bureau
  18. Charte de l’Oradou, site du scoutisme français
  19. a et b « PV AG Scoutisme Français 2014 » (consulté le 25/07/2014)
  20. « Notre mouvement », sur http://www.scouts-europe.org,‎ 2014 (consulté le 22 juillet 2014)
  21. Dossier de presse 2009 des SUF
  22. Les Scouts et Guides de France - 1 livre pour 1 siècle d’engagement
  23. Swissreg, consulté marque no. 553035
  24. Chiffres : août 2003
  25. Ring deutscher Pfadfinderinnenverbände
  26. Ring deutscher Pfadfinderverbände
  27. Deutsche Pfadfinderschaft Sankt Georg
  28. Pfadfinderinnenschaft Sankt Georg
  29. Verband christlicher Pfadfinderinnen und Pfadfinder
  30. Bund der Pfadfinderinnen und Pfadfinder
  31. Katholische Pfadfinderschaft Europas
  32. Evangelische Pfadfinderschaft Europas
  33. Sac au dos sans trêves - La vie de Jacques Sevin