Alain Robbe-Grillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robbe-Grillet.

Alain Robbe-Grillet

Description de l'image  Alain Robbe-Grillet.jpg.
Activités Romancier, Cinéaste, Essayiste
Naissance 18 août 1922
Brest
Décès 18 février 2008 (à 85 ans)
Caen
Langue d'écriture français
Mouvement Nouveau Roman
Distinctions Prix Fénéon (1953), Membre de l'Académie française (fauteuil 32)

Œuvres principales

Alain Robbe-Grillet, né le 18 août 1922 à Brest et mort le 18 février 2008 à Caen est un romancier et cinéaste français. Considéré avec Nathalie Sarraute comme le chef de file du nouveau roman, il a été élu à l'Académie française le 25 mars 2004 sans être reçu. Son épouse est la romancière Catherine Robbe-Grillet, dont le nom de plume est Jeanne de Berg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'ingénieur, Alain Robbe-Grillet suit ses études au lycée Buffon, à celui de Brest, puis au lycée Saint-Louis[1]. Il entre à l'Institut national agronomique à Paris, dont il sort diplômé ingénieur agronome, puis est envoyé au STO à Nuremberg. À son retour en 1945, il est chargé de mission à l'Institut national de la statistique à Paris, puis ingénieur à partir de 1949 à l'Institut des fruits et agrumes coloniaux, au Maroc, en Guinée française, à la Martinique et à la Guadeloupe (1949-51)[1].

Il se consacre ensuite à la littérature. Son premier roman, Les Gommes, parait en 1953 aux Éditions de Minuit et Roland Barthes lui consacre un article dans Critique. Se liant d'amitié avec Jérôme Lindon, directeur des éditions de Minuit, il en devient conseiller littéraire entre 1955 et 1985[1]. On considère parfois Les Gommes comme le premier « nouveau roman », mais l'expression n'apparaît que quelques années plus tard, sous la plume d'un critique. En 1963 paraît Pour un Nouveau Roman, recueil d'articles de Robbe-Grillet publiés notamment dans L'Express. Il se fait ainsi en quelque sorte le théoricien de ce mouvement littéraire, malgré sa résistance explicite vis-à-vis d'une telle dénomination (la première phrase de Pour un Nouveau Roman est « Je ne suis pas un théoricien du roman »). Néanmoins, on le qualifia souvent de « pape du nouveau roman ».

Il travaille également pour le cinéma, notamment sur le scénario de L'Année dernière à Marienbad, réalisé par Alain Resnais en 1961. En 1966, il réalise en coproduction franco-belge, Trans-Europ Express. Les films qu'il a réalisés ensuite oscillent entre érotisme et sado-masochisme. Il était connu pour être un adepte du sado-masochisme, comme sa femme Catherine Robbe-Grillet.

Peu à peu, ses romans se sont tournés vers l'érotisme, et vers l'« autobiographie fantasmatique[2] », romans qui ont parfois été plus appréciés à l'étranger (notamment aux États-Unis) qu'en France, au moins du point de vue des universitaires. Il participe pourtant au Haut comité pour la défense et l’expansion de la langue française entre 1966 et 1968[1].

De 1972 à 1997, Alain Robbe-Grillet enseigne aux États-Unis, à l'université de New York (NYU) et à l’Université Washington à Saint-Louis, et dirige le Centre de sociologie de la littérature à l’université de Bruxelles entre 1980 et 1988.

Élu à l'Académie française au 32e fauteuil, succédant à Maurice Rheims, le 25 mars 2004, il n'a jamais prononcé son discours de réception, refusant le port de l'habit vert et une tradition qu'il considérait comme dépassée, provoquant ainsi l'impatience des autres immortels[3]. De plus, comme l'a précisé sa femme (On n'est pas couché du 17/11/2012), il refusait que son discours de réception soit approuvé à l'avance par un comité d'académiciens. Sa mort ayant eu lieu avant que le problème ne trouve de solution, il n'a jamais siégé à l'Académie française.

Installé dans le Calvados au Mesnil-au-Grain, à partir de 1963, il y écrit la plupart de ses livres et consacre sa formation d'agronome au parc du château du XVIIe siècle. Plus tard, il travaille avec l'Institut mémoires de l'édition contemporaine ouvert en 2003 à Caen, où il dépose ses archives et dont il a fait du directeur son légataire universel.

Il apparaît le 24 octobre 2007, dans l'émission de Frédéric Taddéi, Ce soir (ou jamais !) pour présenter son livre Un roman sentimental[4].

Alain Robbe-Grillet meurt à Caen dans la nuit du 17 au 18 février 2008 d'une crise cardiaque[5].

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Œuvre d'Alain Robbe-Grillet.

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Ciné-romans[6][modifier | modifier le code]

  • L'Année dernière à Marienbad, éditions de Minuit (1961)
  • L'Immortelle, éditions de Minuit (1963)
  • Glissements progressifs du plaisir, éditions de Minuit (1974)
  • C'est Gradiva qui vous appelle, éditions de Minuit (2002)

Conte pour adultes[modifier | modifier le code]

Fictions à caractère autobiographique[modifier | modifier le code]

Essais et divers[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Colloques et séminaires[modifier | modifier le code]

Principaux travaux (Jean Ricardou)[9] :

  • Nouveau roman : hier, aujourd'hui, Cerisy-la-Salle, 1971[10].
  • Robbe-Grillet : analyse, théorie, Cerisy-la-Salle, 1975[11].
  • Pour une théorie matérialiste du texte, Cerisy-la-Salle, 1980[12].

Synthèses critiques[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • Temple aux miroirs, avec Irina Ionesco (1977)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Robbe-Grillet (Alain) », Who's Who in France.
  2. "lemonde.fr" .
  3. Édouard Launet, « Toujours vert », Libération, 8 mai 2007.
  4. Ce soir ou jamais, .France 3, 24 octobre 2007
  5. Communiqué officiel du premier ministre.
  6. Voir l'entretien Alain Robbe-Grillet et le ciné-roman sur Ina.fr.
  7. Lors d'une interview donnée dans l'émission Ce soir (ou jamais !) du 24 octobre 2007, Alain Robbe-Grillet a déclaré à propos de "conte de fées pour adultes", ne pas le considérer comme faisant partie de son œuvre littéraire.
  8. Enregistrement sur CD et transcription de cet enregistrement dans un livre de vingt-cinq émissions préalablement diffusées sur France-Culture durant l'été 2003.
  9. Entre tradition et modernité (1967-1980).
  10. Cerisy-la-Salle, 1971.
  11. Cerisy-la-Salle, 1975.
  12. Cerisy-la-Salle, 1980.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Écouter cet article (info sur le fichier)