Bourg-lès-Valence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bourg-lès-Valence
Image illustrative de l'article Bourg-lès-Valence
Blason de Bourg-lès-Valence
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Bourg-lès-Valence
Intercommunalité CA de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
Maire
Mandat
Marlène Mourier
2014-2020
Code postal 26500
Code commune 26058
Démographie
Gentilé Bourcains, Bourcaines
Population
municipale
19 013 hab. (2011)
Densité 937 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 55″ N 4° 53′ 46″ E / 44.9486111111, 4.89611111111 ()44° 56′ 55″ Nord 4° 53′ 46″ Est / 44.9486111111, 4.89611111111 ()  
Altitude Min. 99 m – Max. 200 m
Superficie 20,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Bourg-lès-Valence

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Bourg-lès-Valence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-lès-Valence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-lès-Valence
Liens
Site web http://www.bourg-les-valence.fr/

Bourg-lès-Valence est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes, juste au nord de la ville de Valence.

Ses habitants sont appelés les Bourcains et les Bourcaines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans l'agglomération valentinoise, la commune de Bourg-lès-Valence s'étend sur une superficie de 20,3 km2, avec une densité de population de 918,2 habitants par km2. Bourg-lès-Valence a connu une hausse de 3,2 % de sa population par rapport à 1999.

La commune est limitrophe à la ville de Valence (préfecture de la Drôme) au sud, Saint-Marcel-lès-Valence à l'est, Saint-Péray à l'ouest, et Châteauneuf-sur-Isère au nord. Bourg-lès-Valence est située à 116 mètres d'altitude, le Rhône étant le principal cours d'eau qui traverse la commune. Bourg-lès-Valence est proche du parc naturel régional du Vercors, situé à environ 16 km à l'est. Elle se trouve à 1 heure de Lyon, 1 heure de Grenoble, et 2 heures de Marseille.

À proximité de quelques-uns des plus grands réseaux de communication de l'agglomération valentinoise, la commune de Bourg-lès-Valence permet un accès rapide et facile aux grands marchés rhônalpins et du sud-est de l'Europe. Elle se trouve à 10 kilomètres de la gare de Valence-TGV et à 5 kilomètres de celle de Valence-Ville.

En matière d'infrastructure routière et autoroutière, Bourg-lès-Valence est à proximité immédiate de l'A7 (Lyon/Marseille), de l'A49, (Grenoble/Genève), de la RN 7 et de la RN 86.

L'aéroport de Valence-Chabeuil se trouve à 15 min de Bourg-lès-Valence par le périphérique valentinois, l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry et l'aéroport de Marseille Provence sont respectivement à 1 heure et 2 heures (A7).

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Située au cœur de la vallée du Rhône, la commune de Bourg-lès-Valence attire des entreprises du fait de sa proximité des infrastructures de déplacement – autoroute, fer, et fleuve. La ville est située à 30 min de Lyon en TGV et bénéficie d'accès directs au périphérique de l’agglomération valentinoise et aux autoroutes A7 (Lyon-Marseille) et A49 (Romans-Grenoble).

Environ 900 entreprises se sont installées, représentant des secteurs variés comme l’industrie innovante (Spit, Imaje, Solystic, Oerlykon, Infologic, Biousse), l’énergie hydro-électrique (CNR), l’énergie bois (France turbo), l’agroalimentaire (La Valentinoise, CRENO), la logistique (Rétif), le bâtiment (Feirera), les travaux publics (Giamatteo, Lyon agglos).

Les zones d'activités économiques[modifier | modifier le code]

La commune de Bourg-lès-Valence comprend plusieurs zones d'activités économiques dont les trois principales sont:

  • La zone de l’Armailler

Cette zone est affectée depuis environ 10 ans au développement économique de l’agglomération valentinoise sous la maîtrise de la Communauté d'agglomération Valence-Romans Sud Rhône-Alpes.

  • La zone de Marcerolles

La zone de Marcerolles permet une offre variée et attractive pour les PME/PMI des secteurs industriels et BTP.

La surface minimum de vente se situe en général aux environs de 1 500 m2 selon les tranches de lotissement en cours de commercialisation.

  • La zone de la CNR

Cette zone est propriété de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) et permettra, à terme, le transport multimodal route, fer et fleuve du fait de sa situation privilégiée. Les terrains disponibles, d’une surface minimum de 5 000 m2, sont offerts à la location long terme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie

La commune de Bourg-lès-Valence est une collectivité territoriale administrée par un conseil municipal qui élit en son sein le maire.

La municipalité se compose du maire et de ses 11 adjoints, de 9 conseillers municipaux délégués et de 4 conseillers municipaux.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 avril 2001 Jacques Reynaud PS  
mars 2001 avril 2014 Bernard Piras PS Sénateur de la Drôme
avril 2014 en cours Marlène Mourier UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 19 013 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 072 2 086 1 900 2 647 2 820 2 898 3 059 3 110 2 870
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 057 3 276 3 615 3 536 3 757 3 572 3 995 3 928 4 336
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 436 4 750 5 072 5 241 5 869 6 471 6 772 7 662 8 348
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
10 856 12 812 15 616 16 033 18 230 18 347 18 420 19 013 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Transports[modifier | modifier le code]

  • La ville de Bourg-lès-Valence est desservie par le réseau de bus Citéa.
  • Bourg-lès-Valence possède également deux stations de vélocation Libélo.

Associations[modifier | modifier le code]

Bourg-lès-Valence compte plusieurs associations dont le :

  • REMAID (service d’aide aux victimes et de médiation pénale et aide en cas de procédure contentieuse enclenchée),
  • CLLAJ (comité local pour le logement autonome des jeunes),
  • SAO (service d’accueil et d’orientation et traitement de l’urgence afin de trouver un toit pour une ou plusieurs nuits),
  • ADLS (association drômoise de location sociale),
  • Resto du cœur insertion,
  • CALD (centre d’amélioration du logement de la Drôme),
  • CMS BLV (centre médico-social de Bourg-lès-Valence),
  • l’ESCALE (centre d’hébergement et de réinsertion sociale) (CHRS),
  • la Croix-Rouge française, délégation locale (Urgence, secourisme, formations, aide sociale...)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre.
  • La collégiale Saint-Pierre, une des plus anciennes églises du Valentinois, sépulture des évêques, détruite au cours des Guerres de religion en 1597, plusieurs fois reconstruite, a subi d'importantes modifications aux XIXe et XXe siècles, notamment des peintures murales du peintre et sculpteur André Deluol.
  • Château des Chanalets, d'époque moderne.
  • Le Théâtre Le Rhône, salle de spectacle et d'exposition offrant 600 places et constituant une salle majeure du bassin valentinois.
  • Château du Valentin, château épiscopal construit en 1668.
  • Château des Confolens, château médiéval datant en partie de 1091, ancien fort protégeant le confluent et chargé d'encaisser les impôts pour continuer sur Lyon, dominant le confluent de l'Isère (rivière) et du Rhône. Détruit pour effectuer les aménagements hydro-électriques vers 1965.
  • L'ancienne cartoucherie de Bourg-lès-Valence, réaménagée en Cour des Images, centre de création de l'image animée.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Bourg-lès-Valence a été récompensée par le « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » avec « deux fleurs »[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ange François Blein, né le 20 novembre 1767, général des guerres de la Révolution et de l'Empire (nom gravé sous l'Arc de Triomphe).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelée depuis 25 ans à deux villes allemandes, Ebersbach an der Fils et Ebersbach (Saxe), la commune de Bourg-lès-Valence a signé un pacte de jumelage avec la ville arménienne de Talin en mai 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 192 p, 2004

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :