Châtillon-Saint-Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Châtillon-Saint-Jean
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Romans-sur-Isère-2
Intercommunalité CA de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
Maire
Mandat
Gérard Fuhrer
2014-2020
Code postal 26750
Code commune 26087
Démographie
Population
municipale
1 221 hab. (2011)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 20″ N 5° 07′ 54″ E / 45.0889, 5.131745° 05′ 20″ Nord 5° 07′ 54″ Est / 45.0889, 5.1317  
Altitude Min. 192 m – Max. 343 m
Superficie 8,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Châtillon-Saint-Jean est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Les habitants de cette commune sont les Châtillonnaises et les Châtillonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Châtillon-Saint-Jean, située à sept kilomètres de Romans et limitrophe à l’est avec le département de l’Isère, est traversée par la Joyeuse.

Châtillon-Saint-Jean est situé à l'entrée de la Drôme des Collines, de l'Ardèche, du Vercors, à proximité de la Provence et des Alpes.

C'est ainsi une étape pour se rendre sur la côte méditerranéenne ou dans les stations de ski du Vercors.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Châtillon-Saint-Jean est un village très accessible et est un point de passage important[réf. souhaitée].

L'entrée principale est au sud, à la départementale 123, qui relie Châtillon aux villages environnants mais surtout à Romans-sur-Isère.

Les autres entrées du villages sont à l'ouest et à l'est (départementale 112). Une déviation, faite en 1999, contourne également le village pour permettre aux poids-lourds d'y circuler en dehors.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Triors Parnans Rose des vents
N Saint-Lattier (La Baudière)
O    Châtillon Saint Jean    E
S
Génissieux Romans-sur-Isère Saint-Paul-lès-Romans

Climat[modifier | modifier le code]

Le village bénéficie d'un climat continental à influence méditerranéen. Les hivers sont froids (0 à -5 °C au plus froid de la saison), le printemps est généralement précoce (fin mars, mi-avril, la floraison est rapide avec des températures comprises entre 15 et 20 °C), l'été est relativement chaud (30 à 35 °C), et l'automne est doux (15 à 20 °C).

Relevé météorologique
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 2 4 7 11 15 17 17 13 10 5 2 9
Température moyenne (°C) 4 5 9 12 16 20 23 22 18 14 8 5 13
Température maximale moyenne (°C) 7 9 14 17 21 25 28 28 23 18 11 8 17
Source : Météo France (approximations à partir de la station de Lyon)


Statistiquement, sur toute l'année, les précipitations sont assez rares surtout en hiver, elles s'intensifient à la mi-juillet, jusqu'en octobre. Elles peuvent être parfois violentes et provoquer des inondations et des dégâts importants (la catastrophe de septembre 2008 en est un exemple). Quelques fois dans l'année, on peut apercevoir un phénomène de grêle, ou un vent fort inhabituel. La neige quant à elle y est présente environ 2 à 3 fois par an. Le brouillard reste rarissime et n'apparaît qu'en début de matinée, les journées d'hiver.

Le record de chaleur a été de 40°C en août 2003.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la Révolution, la commune s’appelait Saint-Jean-d’Octavéon.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du village vient surtout du secteur primaire, avec l'exploitation des terres et l'agriculture, mais elle vient aussi du secteur secondaire, grâce aux industries installées sur Châtillon, et enfin une partie restante provient du secteur tertiaire, avec la naissance de nouveaux services.

Malgré sa petite taille, Châtillon prolonge ainsi l'activité économique du canton de Romans-sur-Isère 2, avec la zone artisanale les Flottes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 février 2001 Roger Bois    
mars 2001 février 2008 Jean-Paul Pernaut    
mars 2008 en cours Daniel Ardin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 221 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441 421 446 730 762 793 824 837 951
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
978 979 895 881 891 861 879 874 899
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
839 845 786 753 739 741 697 676 665
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
669 672 680 754 790 888 1 156 1 179 1 178
2011 - - - - - - - -
1 221 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La motte castrale : fortification médiévale située au nord-est de la commune, dans le secteur de la maison forte de Clérivaux. Elle est actuellement recouverte de bois et de taillis.
  • La maison forte de Clérivaux (privée), dont la construction remonte à la fin du XIIIe siècle.
  • L’Église Saint-Théobald de Gillons : église romane restaurée du XIIe siècle. Elle fut l’église paroissiale jusqu’à la Révolution.
  • Le château Bady (privé) du XVe siècle.
  • La statue de la Vierge : située sur une colline du village, la statue est accessible à tous pour une simple promenade. De la colline, on peut avoir une vue panoramique sur Romans, Valence, l'ouest, le Vercors et les monts du Matin.a
  • La mairie : anciennement au cœur du village, elle se retrouve désormais près de l'école, et a été aménagée sur un vieux bâtiment en ruines.

Commerces[modifier | modifier le code]

La commune de Châtillon-Saint-Jean possède 2 restaurants, 2 bars, un bureau-tabac, une boulangerie, une épicerie, une pizzeria/kebab, un coiffeur, une pharmacie, et un centre médical (rassemblant des médecins, infirmières, deux kinésithérapeutes, une pédicure podologue, une orthophoniste, une sage-femme ET des dentistes).

Le village est aussi très proche de la zone industrielle de Saint-Vérant, à tout juste 4 kilomètres, où l'on retrouve un centre commercial et différentes boutiques.

Activités et Loisirs[modifier | modifier le code]

Les environs offrent une foule d'activités pour les habitants ou les touristes (Paintball, VTT, beach-volley, randonnées, escalade, pêche, musique...) De luxueux gîtes sont également à leur disposition.

Depuis 2009, une discothèque se trouve également aux alentours du village.

Fêtes et évènements[modifier | modifier le code]

Chaque année, une brocante est organisée par l'orchestre d'harmonie (fanfare) de Châtillon "Les enfants de la Joyeuse", à Châtillon. Elle se déroule tous les derniers dimanches du mois d'août.

Ce vide-grenier attire beaucoup de personnes, autant les jeunes que les adultes. Ce jour-là, diverses animations sont présentes du côté de la salle des fêtes.

Les autres événements qui peuvent se dérouler tout au long de l'année sont indiqués sur le panneau d'affichage de la commune (près de la mairie) et se déroulent généralement à la salle des fêtes du village. D'autres événements assez médiatisés se trouvent à l'extérieur du village, comme la foire du Dauphiné. À l'inverse, il y a aussi des fêtes plus populaires, comme « De fermes en fermes » ou la Saint-Jean.

Écoles[modifier | modifier le code]

L'école regroupe trois bâtiments, parmi lesquels une école primaire, une garderie/cantine (CLSH) et une école maternelle.

Les enfants se rendent à la salle des fêtes pour y faire du sport, ou bien sur la place de la Mairie.

Cette même place rassemble une balançoire, des tables, des cages de football.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, de nombreuses rues ont été aménagées pour permettre à ses habitants de s'y déplacer plus aisément. Ainsi, on retrouve des trottoirs plus larges, de nouveaux passages piétons, mais aussi une nouvelle signalisation.

En 2009, l'éclairage public a bénéficié de nouveaux lampadaires, et ce, dans plusieurs rues.

Anim de Prox[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du programme Anim de Prox qui rassemble les jeunes des villages voisins âgés de 12 à 17 ans, afin qu'ils puissent pratiquer des activités très variées, entre adolescents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :