Portes-lès-Valence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portes-lès-Valence
La mairie.
La mairie.
Blason de Portes-lès-Valence
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Portes-lès-Valence
(chef-lieu)
Intercommunalité CA de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
Maire
Mandat
Geneviève Girard
2014-2020
Code postal 26800
Code commune 26252
Démographie
Population
municipale
9 507 hab. (2011)
Densité 659 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 27″ N 4° 52′ 37″ E / 44.8741666667, 4.8769444444444° 52′ 27″ Nord 4° 52′ 37″ Est / 44.8741666667, 4.87694444444  
Altitude Min. 106 m – Max. 183 m
Superficie 14,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Portes-lès-Valence

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Portes-lès-Valence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Portes-lès-Valence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Portes-lès-Valence

Portes-lès-Valence est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes, juste au sud de la ville de Valence.

Ses habitants sont appelés les Portois et les Portoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans l'agglomération valentinoise, la commune de Portes-lès-Valence s'étend sur une superficie de 14,4 km² et compte environ 11 000 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2012. Avec une densité de 652,7 habitants par km², Portes-lès-Valence a connu une nette hausse de 16,5 % de sa population par rapport à 1999.

La commune de Portes-lès-Valence est limitrophe à la ville de Valence, (préfecture de la Drôme) au nord, d'Étoile-sur-Rhône au sud, de Beauvallon au sud-est, de Montéléger à l'est, et de Soyons à l'ouest (en territoire ardèchois), Portes-lès-Valence est située à environ 119 mètres d'altitude et est constituée de plusieurs terrasses de 101 m d'altitude en moyenne. La commune est proche du parc naturel régional du Vercors à environ 16 km à l'est.

Le Rhône et le ruisseau de Lambert sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Portes-lès-Valence.

Le climat de la commune est méridional avec 2 500 heures de soleil, on trouve des populations spontanées de chênes verts ainsi que du thym, l'essence dominante de la commune est le chêne pubescent, on y trouve aussi des populations de canne de Provence.

Le Rhône borde la commune de son côté ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Soyons (Ardèche) Valence Valence Rose des vents
Soyons (Ardèche) N Montéléger
O    Portes-lès-Valence    E
S
Soyons (Ardèche) Étoile-sur-Rhône Beauvallon

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune de Portes-lès-Valence se trouve à 20 kilomètres au sud de la gare de Valence-TGV et à 8 kilomètres de celle de Valence-Ville.

On peut rejoindre aisément Lyon (100 kilomètres au nord) et Marseille (220 kilomètres au sud) par l'Autoroute A7, au péage de Valence Sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire et la vie actuelle de Portes-lès-Valence sont indissociables de sa situation sur l’une des routes méridiennes les plus fréquentées du continent européen.

Le Rhône, toujours redouté pour ses crues (comme en 1812, 1840, 1856 ou 1993) a été pendant des siècles l’axe principal de circulation, malgré les difficultés de la "remonte". Il est aujourd’hui corseté, sinon dompté.

La voie terrestre, tracée dès la préhistoire, aménagée par les Romains, reconstruite au XVIIIe siècle, tient aujourd’hui le premier rôle. La route, longtemps supplantée par la voie ferrée, domine désormais avec l’A7 qui connaît des flux estivaux étonnants (plus de 60 000 véhicules par jour en été).

Si elle peut apparaitre aujourd’hui comme une simple banlieue de Valence, Portes possède pourtant des caractères spécifiques très marqués. Issue d’une modeste commune à vocation entièrement agricole, Fiancey, elle a connu une extraordinaire expansion liée à la présence d’un complexe ferroviaire parmi les plus importants du Sud-Est de la France[réf. souhaitée].

C'est en 1908, au moment de cette expansion démographique, que la commune abandonne son nom de Fiancey et choisit celui de Portes-lès-Valence[1].

Plus récemment, elle s'est reconverti en ville industrielle, sans renoncer pour autant, mais en la modernisant, à sa fonction traditionnelle de plaque-tournante pour les transports[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de 29 membres élus, dont le maire et ses adjoints. Sous la présidence du maire, il se réunit au moins une fois par trimestre ou plus si besoin est. En moyenne, le conseil municipal de Portes-lès-Valence se réunit tous les mois afin de favoriser le débat entre élus et de prendre des décisions collectivement. Le conseil municipal est l’organe de décision de la commune. Les votes du conseil sont exprimés sous forme de délibérations. Le conseil émet des vœux et des avis.

Ces séances ont lieu à la mairie de Portes-lès-Valence (salle du conseil municipal) et sont publiques. Elles sont annoncées par voie d’affichage.

De façon exceptionnelle, et conformément au règlement intérieur adopté en séance du 30 juin 2008 en conseil municipal, l’assemblée communale peut être délocalisée dans une salle appropriée, afin de faciliter le débat et l’échange avec la population, sur des sujets au plus haut chef.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1944 mai 1945 Marius Testu    
mai 1945 décembre 1946 Xavier Faure    
décembre 1946 juin 1978 Gabriel Coullaud PCF Conseiller général du canton de Portes-lès-Valence (1973-1982)
juin 1978 mars 2001 Jean-Guy Pinède PCF puis DVG Conseiller général du canton de Portes-lès-Valence (1982-2006)
mars 2001 mars 2008 Geneviève Girard DVD  
mars 2008 mars 2014 Pierre Trapier PCF  
mars 2014 en cours Geneviève Girard UDI  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 507 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
227 201 247 343 435 430 431 468 475
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
497 485 448 455 515 516 518 504 526
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
563 556 1 400 1 582 2 088 2 555 2 700 2 737 3 340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 580 6 123 6 834 7 337 7 818 8 090 9 172 9 507 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Les zones d'activités économiques[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Portes-lès-Valence bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[3].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville de Portes-lès-Valence est desservie par le réseau de bus Citéa (lignes 9 de 10).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).
  4. http://www.elunet.org/spip.php?article43811

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :