Peyrins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peyrins
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Romans-sur-Isère-1
Intercommunalité CA de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
Maire
Mandat
Bernard Picot
2014-2020
Code postal 26380
Code commune 26231
Démographie
Gentilé Peyrinois, Peyrinoises
Population
municipale
2 416 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 38″ N 5° 02′ 53″ E / 45.0938888889, 5.04805555556 ()45° 05′ 38″ Nord 5° 02′ 53″ Est / 45.0938888889, 5.04805555556 ()  
Altitude Min. 175 m – Max. 434 m
Superficie 25,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Peyrins

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Peyrins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peyrins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peyrins

Peyrins est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Peyrins est situé à 6 km au nord de Romans-sur-Isère (chef-lieu du canton).

Les communes les plus proches sont Mours-Saint-Eusèbe et Génissieux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Peyrins
Saint-Donat-sur-l'Herbasse Arthémonay Geyssans
Saint-Bardoux Peyrins Génissieux
Romans-sur-Isère Mours-Saint-Eusèbe

Histoire[modifier | modifier le code]

Les différents noms de la commune « Pairanium » ou « Pairinum » du XIe et XIIIe siècle, puis « Payranum » ou « Peyrinum » au XVe siècle, contiennent tous l’idée de pierre, de rocher ou de carrière. Ils évoquent la situation géographique du village adossé à un coteau de pierre molasse sur lequel se dressait « le Château du Roux » (détruit en 1580).

Le château et le mandement sont attestés en 1078, bien après les chevaliers de « Pairiano »[1]

Traversée par la Savasse et par de nombreux ruisseaux et sources, la commune de Peyrins est également un pays d’eau. Déjà en 1114 « Pairianum » s’engageait à donner deux tiers de ses eaux à Romans, en échange d'une rétribution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 2001 Lucien Cotte    
mars 2001 mars 2008 Alain Paret    
mars 2008 en cours Alain Paret    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 416 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 599 2 550 2 616 2 552 2 785 2 832 3 015 3 214 3 156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 970 3 041 3 012 2 892 2 054 1 540 1 546 1 530 1 437
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 404 1 400 1 346 1 224 1 200 1 229 1 245 1 272 1 298
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 286 1 302 1 652 1 882 2 055 2 309 2 447 2 468 2 415
2011 - - - - - - - -
2 416 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Foire des artisans et des commerçants : fin avril
  • Peyrinissime (course à pied) : 1er dimanche d’octobre
  • Tournoi de Beach Volley : le 1er week end de juillet
  • marché de Noël des écoles fin novembre début décembre

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du Gatelet (privé), ancienne maison forte du XVIIe siècle, juste à la sortie du village en direction de Margès.
  • Le château de Sallemard (privé) offert à Soffrey de Calignon par Henri IV en 1606 pour sa participation à l’élaboration de l’Édit de Nantes en 1598.
  • La Mèche : maison forte du XVIIe siècle.
  • Châteauroux : vestiges du château médiéval dominant le village.
  • L’église St Ange, classée aux Monuments Historiques, sur la colline du hameau de St Ange.
  • La chapelle St Roch sur la route de Margès.
  • Motte castrale installée sur une colline naturelle de grès.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Sirot 2007, p. 29.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard,‎ 2007 (ISBN 9782708407701).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Site du Château de Peyrins [1]