Alain Maurice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice.
Alain Maurice
Image illustrative de l'article Alain Maurice
Fonctions
Maire de Valence
22 mars 20085 avril 2014
Prédécesseur Léna Balsan
Successeur Nicolas Daragon
Président de la CA de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
Biographie
Nom de naissance Alain Maurice
Date de naissance 26 août 1962 (52 ans)
Lieu de naissance Die (Drôme)
Nationalité Drapeau de la France française
Parti politique PS
Profession Avocat

Alain Maurice, né le 26 août 1962 à Die (Drôme), est un avocat et homme politique français, membre du PS. Il a été maire de Valence de 2008 à 2014. Il est actuellement conseiller municipal d'opposition à la mairie de Valence.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Assistant parlementaire du sénateur Gérard Gaud en 1985, il devient avocat au barreau de Valence en 1991. Fondateur de l'association "Droit de Cité" en 1993, il est élu au conseil municipal de Bourg-lès-Valence en 1995, puis renouvelé aux élections municipales de 2001 où la liste "Droit de Cité" conduite par Philippe Michalet se maintient au second tour dans une triangulaire permettant ainsi à la gauche de conserver la Ville. Élu au conseil général de la Drôme (canton de Bourg-lès-Valence) en décembre 1996 au cours d’une élection cantonale partielle, puis renouvelé aux élections cantonales de mars 1998 ainsi qu’à celles de mars 2004.

Lors du basculement du conseil général à gauche en mars 2004, avec l'élection de Didier Guillaume comme président, il devient deuxième vice-président du Conseil général de la Drôme, chargé de la santé et de la solidarité.

En mars 2008, il se présente aux élections municipales à Valence sous les couleurs du parti socialiste avec une liste " Vive Valence ", largement ouverte à la société civile. Il fait alliance au second tour avec l'écologiste Michèle Rivasi, ce qui lui permet de battre Patrick Labaune (UMP) avec 51,71 % des suffrages lors du second tour[1].

Il publia pendant la campagne municipale un livre autour de son projet municipal, avec le rédacteur en chef du Dauphiné libéré Brice o'Hayon, qui s'intitule "Une nouvelle voie pour Valence", aux éditions ALTAL qui fit basculer - croient certains - l'élection en sa faveur. En réalité, c'est surtout la défection d'une partie de l'électorat de Patrick Labaune voulant sanctionner la démission du leader UMP en cours de mandat qui pourrait expliquer en partie la victoire d'Alain Maurice.

En avril 2008, il devient Président de l'intercommunalité de Valence Major (Syndicat Intercommunal des Services de l’Agglomération Valentinoise – SISAV) et conduit les travaux pour la création de la première agglomération Drômoise. Le 1er janvier 2010, Valence Agglo – Sud Rhône-Alpes est créée, il en devient le Président. Dans ce cadre il sera à l'initiative de la création, sur un territoire de 220 000 habitants (Drôme-Ardèche), de "Valence Romans Déplacement", Autorité Organisatrice des Transports Urbains entre Valence et Romans-sur-Isère, permettant ainsi à la Gare Valence TGV d'être enfin desservie par les transports en commun en août 2010.

Il lancera également en mars 2010 "Libélo" avec l'installation de 20 stations de location de vélos sur les communes de Valence, Bourg-lès-Valence et Guilherand-Granges. Il sera également à l'initiative du lancement du Schéma de Cohérence Territoriale sur un bassin de 106 communes des départements Drôme-Ardèche. Avec son ami Michel Destot, il relance l'idée d'un espace métropolitain autour du Sillon Alpin. En décembre 2010, Alain Maurice entre au bureau de l'association des maires de grandes villes de France, chargé de la communication auprès du président Michel Destot, maire de Grenoble. Il est l'un des fondateurs du cercle de réflexion « Inventer à Gauche ».

Ancien proche de Dominique Strauss-Kahn, il soutient la candidature de Martine Aubry aux primaires du Parti socialiste les 9 et 16 octobre 2011.

Candidat aux élections législatives de juin 2012 dans la 1re circonscription de la Drôme sous l'étiquette du Parti socialiste, il est battu au second tour avec 48,13 % par son adversaire UMP Patrick Labaune qui obtient 51,87 % des suffrages.

En mars 2014, il se représente à nouveau aux élections municipales de Valence. Sa liste " J'aime Valence ", étiquetée PS, ne remporte que 31 % des suffrages au premier tour. Il fait alliance au second tour avec son adjoint et tête de liste écologiste Patrick Royannez, mais il est battu par Nicolas Daragon (UMP) qui obtient après 54 % des voix. Il fait partie du conseil municipal dans le groupe d'Opposition Socialiste.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Conseil général de la Drôme
Commune de Bourg-lès-Valence
  • Conseiller municipal (1995-2008)
Commune de Valence
  • Maire (2008-2014)
  • Conseiller Municipal (depuis 2014)
Communauté d'agglomération Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
  • Président (2008-2014)

Autres fonctions exercées[modifier | modifier le code]

  • Président de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de la Drôme de 2005 à 2008 ;
  • Vice-président du SDIS (Service Départemental d'Incendie et de Secours) de la Drôme de 2004 à 2008 ;
  • Président de l'EPTB (Établissement Public Territorial de Bassin) Territoire Rhône de 2001 à 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]