Étoile-sur-Rhône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étoile-sur-Rhône
Image illustrative de l'article Étoile-sur-Rhône
Blason de Étoile-sur-Rhône
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Portes-lès-Valence
Intercommunalité CA de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
Maire
Mandat
Françoise Chazal
2014-2020
Code postal 26800
Code commune 26124
Démographie
Population
municipale
4 878 hab. (2011)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 16″ N 4° 53′ 40″ E / 44.8377777778, 4.8944444444444° 50′ 16″ Nord 4° 53′ 40″ Est / 44.8377777778, 4.89444444444  
Altitude Min. 93 m – Max. 241 m
Superficie 42,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Étoile-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Étoile-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étoile-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étoile-sur-Rhône

Étoile-sur-Rhône est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes. Le toponyme Étoile vient du latin stella, qui signifie « étoile », mais a ici le sens dérivé de « carrefour en étoile », avec au moins cinq branches.

Ses habitants sont appelés les Etoiliens et Etoiliennes.

La devise du village est "Non Licet Omnibus"

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Étoile-sur-Rhône est située à 13 km au sud du centre-ville de Valence, préfecture du département de la Drôme.

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans l'agglomération valentinoise, à proximité de quelques-uns des plus grands réseaux de communication du territoire, la commune d'Étoile-sur-Rhône permet un accès rapide et facile aux grands marchés rhônalpins et du sud-est de l'Europe.

En matière d'infrastructure routière et autoroutière, la commune d'Étoile est à proximité immédiate de l'A7 (Lyon/Marseille), de l'A49, (Valence/Grenoble), de la RN 7 et de la RN 86.

Étoile est à : 10 min de Valence, 1 heure de Lyon, 1 heure de Grenoble, 2 heures de Marseille.

Depuis l'aéroport de Valence-Chabeuil (à 10 min d'Étoile), Lyon-Saint-Exupéry et Marseille Provence sont à 1 h et 1 h 50.

Comme son nom l'indique, il s'agit effectivement d'un carrefour le long de la vallée du Rhône vers les routes menant vers les communes de Crest et Die.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

L'histoire ancienne d'Étoile est riche : le lieu est un carrefour naturel vers le nord, le sud et l'est ; il constitue par ailleurs un poste de surveillance idéal de la vallée du Rhône.

Ainsi, la présence humaine sédentaire sur le territoire d'Étoile est avérée dès le néolithique, comme en témoignent les nombreux vestiges préhistoriques trouvés ici (actuellement dispersés dans les musées de la région).

L'histoire connue débute toutefois à l'époque romaine, le site accueillant notamment un camp militaire fortifié.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

C'est au Moyen Âge que la vocation de « sentinelle » d'Étoile se renforce, rôle qu'elle partage avec Livron-sur-Drôme, Savasse et la Garde-Adhémar. La bourgade devient alors le fief des évêques de Valence, puis des comtes du Valentinois. Parallèlement, l'établissement à Étoile d'une importante communauté cistercienne contribue grandement à l'attraction culturelle et commerciale d'Étoile. La charte des franchises féodales (1244), en libérant Étoile de nombre de ses obligations (ses habitants sont exemptés d'impôts et de corvée) consacre cette prééminence.

Tout au long du XIIIe siècle, l'influence et les possessions d'une grande famille aristocratique, les Poitiers, ne cesse de se renforcer.

Renaissance et guerres de religion[modifier | modifier le code]

À la fin du Moyen Âge, Étoile est une cité florissante, qui aurait abrité plus de 5000 habitants. Diane de Poitiers, maitresse très influente du roi Henri II, y a séjourné fréquemment, contribuant ainsi à sa renommée et à sa fortune.

La cité semble être restée assez longtemps à l'abri des troubles liés aux guerres des religions. Toutefois, en 1566 (l'année de la mort de Diane), les huguenots prirent possession du bourg et le conservèrent deux ans durant. Ils l'envahirent à nouveau en 1588 mais ne purent obtenir la reddition de la garnison, retranchée dans le château. Ils repartirent après avoir pillé le village.

L'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Alors que le pouvoir royal se renforce peu à peu, au détriment des provinces, Étoile passe de mains en mains. Dans le même temps, la cité perd son statut de place forte. Richelieu, qui craint que certains lieux stratégiques du sud-est ne deviennent des poches de résistance huguenote, ordonne la destruction d'un grand nombre de fortifications. Étoile en fait partie et ses murailles sont fortement détruites. En revanche, il semble que le passage de troupes ait été nombreux et répété, ce qui aurait contribué à l'appauvrissement de la collectivité. Les dragons notamment, ont laissé un très mauvais souvenir à la population, se livrant à des vols, à des saccages et à des maltraitances.

La Révolution[modifier | modifier le code]

Éclipsées par le centralisme royal, les provinces se sont lentement endormies, en apparence tout au moins. En réalité, la révolution couve, à Étoile peut-être plus qu'ailleurs. L'activisme révolutionnaire y est en effet assez précoce. Dès l'été 1789, la communauté se réorganise autour du curé Chaix, qui devient premier échevin et de la milice bourgeoise dont le colonel Melleret prend la tête. C'est le 29 novembre 1789 que se produit, à Étoile, un événement d'une grande portée : c'est ici que s'est formé la première fédération de patriotes de 17 communes des environs de Valence et de La Voulte-sur-Rhône. C'est le point de départ d'un mouvement qui aboutira à la constitution d'une véritable armée patriotique nationale, comme l'a expliqué Michelet dans sa célèbre Histoire de la Révolution française.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Sandro Duca PS  
2014 en cours Françoise Chazal UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 878 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 374 2 340 2 454 2 872 2 989 2 987 3 056 3 083 3 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 118 3 107 3 104 3 048 3 138 3 002 3 048 2 894 2 852
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 890 3 007 2 567 2 123 2 127 2 060 1 972 2 051 2 123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 133 2 268 2 559 2 897 3 504 4 054 4 418 4 471 4 878
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune d'Étoile-sur-Rhône est très bien équipée en commerces, artisanats et services utiles aux Étoiliens, comme en entreprises industrielles qui s'y sont installées.

La municipalité s'efforce de développer l'activité de ses entreprises et d'accueillir de nouvelles implantations ; mais elle tient également à préserver un cadre de vie agréable et à maintenir ou développer des services publics municipaux efficaces. Vous trouverez ainsi, à Étoile, crèches et garderie multi-accueil du Pôle Petite Enfance et Relais Assistantes Maternelles, écoles maternelles et primaires modernes et bien équipées, lycées et universités très proches (Valence, Grenoble, Lyon, Saint-Étienne)...

La ville à la campagne

Étoile a un côté très rural, mais Valence est toute proche (10 min), avec ses collèges, ses lycées et ses filières universitaires, ses équipements sportifs et culturels... 550 élèves sont scolarisés dans les 4 écoles publiques et privée de la commune. La commune offre des équipements à vocation culturelle ou sportive : gymnase, espace polyvalent, tennis, stade...

Les zones industrielles

Grâce à ses quatre zones industrielles, Étoile offre un tissu d'activités très diversifié... De nombreuses entreprises de renom se sont ainsi déjà installées sur la commune. Citons notamment :

  • MERCEDES-BENZ France
  • BRIOCHE PASQUIER
  • PÂTISSERIE PASQUIER
  • CARROSSERIE INDUSTRIELLE VINCENT
  • PALFINGER FRANCE
  • SOPREM
  • PROTEM
  • LEROUX & LOTZ MAINTYS (ex-SOCRIT)
  • PRECIDELTA & DECODELTA
  • ENALSA...
  • CEMEX...

Culture[modifier | modifier le code]

La commune d'Étoile-sur-Rhône propose à ses habitants et ses visiteurs un agenda culturel riche en manifestations tout au long de l’année. Pour les scolaires et pour tous; des expositions en partenariat avec la communauté de communes des Confluences Drôme Ardèche et la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette qui abordent aussi bien les thèmes scientifiques que l’art contemporain. Des concerts, pièces de théâtre, fête de la musique et le festival d’été « Du Lac aux Étoiles » se succèdent au cours de l’année.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • ruelles pittoresques
  • d'anciennes mesures à blé
  • la fontaine couverte (plus ancien monument d'Étoile)
  • vestiges du château des Poitiers
  • l'église Notre-Dame-d'Étoile datant des XIIe et XIIIe siècles. Son portail nord comprend six remarquables chapiteaux. On voit à l'intérieur quelques traces de peinture du XVIe siècle.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune d'Étoile-sur-Rhône bénéficie du label « ville fleurie » avec « 1 fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Pologne Połaniec (Pologne)
Drapeau de l'Italie Viggiano (Italie)
Drapeau de la Grèce Vonitsa (Grèce)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :