Château de Crussol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crussol.
Château de Crussol
Image illustrative de l'article Château de Crussol
Le château de Crussol
Type Château Fort
Début construction XIIe siècle
Propriétaire initial Gérald Bastet
Propriétaire actuel Commune de Guilherand-Granges
Protection  Inscrit MH (1927)
Coordonnées 44° 56′ 23″ N 4° 51′ 07″ E / 44.939613, 4.85184344° 56′ 23″ Nord 4° 51′ 07″ Est / 44.939613, 4.851843  [1]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Rhône-Alpes
Département Ardèche
Commune Saint-Péray

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Crussol

Le château de Crussol est une forteresse médiévale du début du XIIe siècle, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

Maintenant en ruines, le château de Crussol fut construit sur une hauteur dominant la vallée du Rhône, face à la ville de Valence (Drôme).

Posé sur la crête de la montagne de Crussol, au bord d'un versant de plateau de plus de 200 mètres de haut, le château domine Saint-Péray à l'ouest, Guilherand-Granges et Valence à l'est. Il s'étend sur trois hectares et comprend la Villette, un ensemble composé d'une centaine de maisons, ainsi que le château lui-même au sommet de la colline, le tout ceinturé par des remparts encore bien visibles, surtout sur l'arrière où il y a une tour.

Cette sentinelle, dressée sur un éperon rocheux dominant la plaine rhodanienne, contrôlait une voie de communication très fréquentée depuis la plus haute antiquité.

La végétation de la montagne de Crussol est constituée de pelouse sèche, de chênaie verte, landes sur marnes, éboulis sur calcaire et même de chênaie pubescente en faible proportion. De nombreux habitats représentent un intérêt, en particulier les prairies steppiques subcontinentales, que l’on appelle aussi des pelouses à orchidées, dont la plupart sont protégées par la loi française. La faune de Crussol est importante. La plupart des espèces avifaunes méditerranéennes remontent au nord jusqu’à Crussol. Il y a plusieurs espèces protégées sur ce territoire, on en compte 7 d'oiseaux et 19 d'autres animaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

La montagne est occupée depuis l'époque romaine, où un temple est édifié pour honorer Mars. Un premier ensemble fortifié est construit au sud pendant le Ve siècle mais abandonné quelques siècles plus tard pour le site actuel, situé au nord. Le premier château fort, construit probablement au cours du Xe siècle, était une construction en bois. Après avoir brûlé, il est rebâti en pierre calcaire au XIIe siècle, par un seigneur nommé Gérald Bastet, afin de contrôler la voie de communication existant le long du Rhône.

À la fin du XVe siècle, un mariage unit la famille de Crussol à la famille d'Uzès. Le château est alors abandonné pour celui d'Uzès, plus confortable. Les guerres de religion lui redonnent un certain attrait puisqu'il est pris et incendié à plusieurs reprises par les différents belligérants. Il est définitivement rasé au cours du XVIIe siècle.

Le 3 octobre 1855, un tir de mine dans la carrière située sous le château provoque la destruction d'une partie de l'édifice. Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 31 mai 1927[2].

En 1952, la foudre détruit une partie du donjon.

La commune de Guilherand-Granges a acheté les ruines en 1984, mais le site est situé sur la commune de Saint-Péray. La communauté de communes Rhône-Crussol travaille à la réhabilitation du site. On peut voir aujourd'hui une belle avancée des travaux de rénovation.

Chaque début d'été, une fête a lieu pendant deux jours sur le site, avec des concerts, des animations et des reconstitutions historiques.

Les ruines du château ainsi que le rocher de Crussol font partie des 18 sites naturels classés de l'Ardèche

Dans la nuit du 2 février 2014, un important éboulement touche une partie de la montagne de Crussol[3],[4] .

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Riou, L'Ardèche, Éditions Gérard Tisserand, 2000
  • Michel Riou et Michel Rissoan, L'Ardèche : Terre de Châteaux, Éditions Les Vivaraises - La Fontaine de Siloé, 2004
  • Robert Bornecque, Histoire de Valence et de sa région : Die-Crest, Éditions Horvath

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]