Diaspora arménienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de la diaspora arménienne.

La diaspora arménienne est un terme désignant les communautés arméniennes installées hors des territoires d'Arménie et du Haut-Karabagh. Sur une population arménienne mondiale estimée à 11 millions de personnes, seuls 3,3 millions résident en Arménie et à peine 130 000 dans le Haut-Karabagh[1]. Seul un Arménien sur trois habite les terres de l'actuelle République d'Arménie, mais jusqu'en 1920 les Arméniens peuplaient un territoire à cheval entre l'Empire ottoman et la Transcaucasie, cinq à six fois plus vaste que la superficie de l'Arménie actuelle : il couvrait la zone orientale de l'Anatolie, la grande partie ouest du haut-plateau arménien (Turquie) et des terres désormais rattachées à l'Iran et à la Syrie.

Historique[modifier | modifier le code]

Bien que la diaspora arménienne soit apparue en 1375 (lorsque le royaume arménien de Cilicie tomba sous la coupe des Mamelouks), elle prit réellement de l'ampleur après le génocide arménien (1915-1916). Malgré la mort de nombreux Arméniens, certains réussirent à s'enfuir et s'installèrent dans différentes villes de l'Europe de l'Est, des Balkans et du Moyen-Orient, notamment Moscou (Russie), Odessa (Ukraine), Sébastopol (Ukraine), Tbilissi (Géorgie), Athènes (Grèce), Beyrouth (Liban) et Alep (Syrie).

L'atelier photographique O. Kurkdjian & Co à Surabaya, Java oriental, à l'époque des Indes néerlandaises (1920-1940).

Plusieurs milliers d'Arméniens s'installèrent en Europe de l'Ouest[réf. nécessaire] (principalement en France, Allemagne, Italie et Pays-Bas) et aux Amériques (du Nord comme du Sud) à partir de 1890. De fortes communautés arméniennes existent également en Extrême-Orient russe et dans les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale. Si l'installation de certaines colonies fut encouragée par les autorités tsaristes puis soviétiques, d'autres, victimes des déportations staliniennes[2], n'eurent pas le choix. On trouve également des communautés arméniennes en Inde, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Afrique sub-saharienne (Soudan, Afrique du Sud, Éthiopie), et en Asie orientale (Birmanie, (Chine), Hong Kong, Indonésie, Japon, Philippines, Singapour). La culture arménienne a pu se préserver dans certaines de ces communautés, notamment par la religion, la cuisine, etc. La langue arménienne y suit une évolution différente de celle en Arménie : l'arménien dit « occidental », parlé en Europe et en Amérique, adopte généralement des sonorités plus proches des langues parlées dans les pays d'accueil. L'arménien dit « oriental », parlé notamment en Arménie et en Russie, a aussi beaucoup évolué durant la domination soviétique en empruntant de nombreux mots russes.

Juste après le génocide arménien, les Arméniens de la Diaspora ont vécu dans des camps de réfugiés. Néanmoins, lorsque leur situation financière s'est améliorée, les camps se sont transformés en quartiers - et les quartiers en villes. Ce fut le cas de nombreuses régions du Liban peuplées d'Arméniens, tels que la ville d'Anjar et le quartier de Bourj Hammoud dans la banlieue de Beyrouth. À cette époque, les Arméniens se sont employés à construire des églises, des écoles, des centres communautaires, etc. Différents partis politiques et associations bénévoles, comme la Fédération révolutionnaire arménienne (Dachnaktsoutioun), le parti social démocrate Hunchakian (Hentchak) et l'Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB[3]) se constituèrent partout où les Arméniens se trouvaient en nombre.

Dans les années 1940 et 1950, l'Union soviétique essayait d'étendre son influence sur le monde et surtout au Moyen-Orient. Le parti Hentchak, idéologiquement proche du communisme, soutint l'Union soviétique dans sa lutte pour s'étendre au Moyen-Orient. Pour sa part, l'UGAB, supposée neutre politiquement, a également soutenu l'URSS, parce que l'Arménie en faisait partie.[réf. nécessaire] La FRA-Dachnak, malgré ses origines socialistes, était un parti avant tout nationaliste qui se plaça dans l'opposition et défendit l'idée d'une Arménie libre et indépendante, soit à la République d'Arménie qui exista de 1918 à 1922 avant d'être intégrée à l'URSS. Cela n'empêcha pas la FRA, lorsque ses intérêts semblaient l'exiger, de s'allier temporairement à Moscou ou du moins d'en rechercher la protection[4]. Les autres partis firent le choix de soutenir l'Arménie soviétique, par pragmatisme, étant donné que c'était le seul lieu où les Arméniens pouvaient s'affirmer Arméniens en toute sécurité.

L'existence dans le Caucase d'une Arménie soviétique ou indépendante n'était pas la seule source de division au sein de la diaspora arménienne : il y eut aussi un conflit entre les dirigeants de l'Église apostolique arménienne. Les Arméniens ont en effet deux Catholicos. L'un d'eux, basé à Etchmiadzin (Arménie), est soutenu par le KGB[réf. nécessaire], ainsi que les partis Hentchak et Ramgavar, alors que le second, installé à Antélias (5 km au nord de Beyrouth, au Liban) était soutenu par les Dachnaks, car ils estimaient que le Catholicossat d'Etchmiadzin était un outil de propagande du communisme. Pendant les années 50, lorsque ce conflit atteint son apogée, des affrontements armés éclatèrent entre les deux camps, ainsi que des tentatives d'assassinat, des actes de profanation, etc. Néanmoins, les tensions s'estompèrent après le début de la guerre civile du Liban en 1975, lorsque les Arméniens durent se serrer les coudes pour assurer leur survie. Durant la guerre Iran-Irak, deux pays abritant d'importantes communautés arméniennes, des Arméniens se sont retrouvés enrôlés de part et d'autre dans les armées en guerre.

À la suite de l'expansion du panarabisme en Égypte et en Syrie, de l'islamisme en Iran et de la guerre du Liban, des dizaines de milliers d'Arméniens émigrèrent du Moyen Orient pour s'établir aux États-Unis, au Canada, en France et dans d'autres pays où existaient déjà des communautés arméniennes. Ils y trouvèrent des groupes de soutien à la République d'Arménie et à la reconnaissance et condamnation du Génocide arménien. Au début du XXe siècle, les pays où les Arméniens sont les plus nombreux (hormis l'Arménie et le Haut-Karabagh) se classent dans l'ordre suivant : la Russie, les États-Unis, la France, l'Iran (bien que cette communauté ait fortement diminué depuis les années 1970), le Liban, la Géorgie, la Syrie, l'Argentine, le Canada et l'Ukraine.

En France, les régions les plus importantes de la diaspora arménienne dans l'Union européenne sont : l'Île-de-France (Alfortville, Issy-les-Moulineaux), Marseille et ses environs, et la région Rhône-Alpes (Lyon, Valence, Décines)[5].

Répartition par pays[modifier | modifier le code]

Classement Pays Capitale Foyers de population arménienne Nombre d'Arméniens Dialecte(s) parlé(s) Informations complémentaires
1 Arménie Erevan Le pays entier 3 299 900 (au 1er janvier 2008)[6] Arménien oriental
2 Russie Moscou Moscou, Rostov-sur-le-Don, Saint-Pétersbourg, Caucase du Nord, Vladivostok (Extrême-Orient russe) 2 225 000[7] Arménien oriental et occidental Arméniens en Russie
3 États-Unis Washington, D.C. Los Angeles, Glendale, Fresno, San Francisco, Pasadena, Boston, Watertown, Détroit, New York, Chicago, Cleveland, Miami, Oakland, Phoenix, Philadelphie 1 270 000[8] Arménien occidental et oriental Arméniens des États-Unis
4 Iran Téhéran Téhéran, Ispahan, La Nouvelle-Djoulfa, Tabriz, Urmia, Nord-ouest de l'Iran 600 000[9] Arménien oriental Arméniens d'Iran
5 France Paris Paris, Marseille, Lyon, Nice, Aix-en-Provence, Avignon, Cannes, Grenoble, Montélimar, Montpellier, Saint-Chamond, Toulouse, Valence, Vienne, Clamart, Issy-les-Moulineaux, Alfortville, Lille, Meudon, Strasbourg, Mulhouse 500 000[10] Arménien occidental et oriental Arméniens de France
6 Ukraine Kiev Kiev, Odessa, Crimée, Dnipropetrovsk, Donetsk, Zaporizhzhia, Luhansk, Kharkiv 400 000[11] Arménien oriental Arméniens d'Ukraine
7 Géorgie Tbilisi Tbilisi, Samtskhe-Djavakheti, Adjarie, Abkhazie 248 900 (recensement de 2004)[12] Arménien oriental Arméniens en Géorgie
8 Syrie Damas Damas, Alep, Kamichli (en) 190 000[13] Arménien occidental Arméniens de Syrie
9 Liban Beyrouth Beyrouth, Bourj Hammoud, Anjar 140 000[14] Arménien occidental Arméniens du Liban
10 Haut-Karabagh[15] Stepanakert Toute la région 138 000[16] Arménien oriental
11 Argentine Buenos Aires Buenos Aires, Córdoba, Rosario, Mendoza, Mar del Plata 130 000[17] Arménien occidental Arméniens d'Argentine
12 Pologne Varsovie Varsovie, Cracovie, Gdansk 92 000[18] Arménien occidental et oriental Arméniens de Pologne
13 Canada Ottawa Montréal, Laval, Toronto, Cambridge, Vancouver 81 500[19] Arménien occidental et oriental Arméniens du Canada
14 Espagne Madrid Barcelone, Valence, Madrid, Alicante, Malaga 80 000[20] Arménien oriental et Arménien occidental Arméniens d'Espagne
15 Jordanie Amman 70 000[21] Arménien occidental Arméniens de Jordanie
16 Ouzbékistan Tachkent 70 000[22] Arménien oriental Arméniens d'Ouzbékistan
17 Grèce Athènes Athènes, Thessalonique, Le Pirée, Kavala 60 000[23] Arménien occidental et oriental Arméniens de Grèce
18 Australie Canberra Sydney, Melbourne 60 000[24] Arménien occidental et oriental Arméniens d'Australie
19 Allemagne Berlin Berlin, Hambourg, Cologne 42 000[25] Arménien occidental et oriental Arméniens d'Allemagne
20 Brésil Brasília São Paulo et sa périphérie 40 000[26] Arménien occidental Arméniens du Brésil
21 Turquie Ankara Istanbul, et des communautés persistant à Vakif et Sassoun ainsi que les Hémichis qui ont conservé leur dialecte arménien, le homchetsma, dans la province d'Artvin. 40 000 à 70 000 (sans compter les Hémichis ni les Arméniens qui changèrent de religion en 1915 pour échapper aux déportations)[27] Arménien occidental Arméniens de Turquie
22 Turkménistan Achgabat 30 000[28] Arménien oriental Arméniens du Turkménistan
23 Bulgarie Sofia Sofia, Plovdiv, Varna, Bourgas 30 000[29] Arménien occidental etoriental Arméniens de Bulgarie
24 Belgique Bruxelles 25 000[30] Arménien occidental Arméniens de Belgique
25 Biélorussie Minsk 25 000[31] Arménien oriental Arméniens de Biélorussie
26 Kazakhstan Astana 25 000[32] Arménien oriental Arméniens du Kazakhstan
27 Royaume-Uni Londres Londres, Manchester 20 000[33] Arménien occidental etoriental Arméniens du Royaume-Uni
28 Irak Bagdad Bagdad, Mossoul, Zakho, Bassorah, Avzrog, Kirkouk. 20 000[34],[35] Arménien occidental Arméniens d'Irak
29 Uruguay Montevideo 19 000[36] Arménien occidental Arméniens d'Uruguay
30 Hongrie Budapest Budapest et le canton de Pest 15 000[37] Arménien occidental Arméniens de Hongrie
31 Israël/État de Palestine Jérusalem Quartier arménien de la vieille ville de Jérusalem 13 000 Arménien occidental Arméniens d'Israël
32 Pays-Bas Amsterdam Amsterdam, Dordrecht, La Haye, Leiden, Rotterdam 10 000 Arménien occidental Arméniens des Pays-Bas
33 République tchèque Prague 10 000[38] Arménien occidental Arméniens de République tchèque
34 Égypte Le Caire Le Caire, Alexandrie 8 200 Arménien occidental Arméniens d'Égypte
35 Moldavie Chişinău 7 000 Arménien oriental Arméniens de Moldavie
36 Suède Stockholm 6 000 Arménien occidental etoriental Arméniens de Suède
37 Émirats arabes unis Abou Dabi 6 000 Arménien occidental Arméniens des Émirats arabes unis
38 Tadjikistan Douchanbé 6 000 Arménien oriental Arméniens du Tadjikistan
39 Lettonie Riga 5 000 Arménien oriental Arméniens de Lettonie
40 Suisse Berne 5 000 Arménien occidental Arméniens de Suisse
41 Koweït Koweit City 5 000 Arménien occidental Arméniens du Koweit
42 Venezuela Caracas 4 000 Arménien occidental Arméniens du Venezuela
43 Chypre Nicosie Nicosie, Limassol et Larnaca 3 500 Arménien occidental Arméniens de Chypre
44 Kirghizistan Bichkek 3 285 Arménien oriental Arméniens du Kirghizistan
45 Italie Rome Milan, Rome, Venise 3 000 Arménien occidental Arméniens d'Italie
46 Danemark Copenhague 3 000 Arménien occidental Arméniens du Danemark
47 Autriche Vienne 3 000 Arménien occidental Arméniens d'Autriche
48 Lituanie Vilnius 2 500 Arménien oriental Arméniens de Lituanie
49 Estonie Tallinn 2 000 Arménien oriental Arméniens d'Estonie
50 Roumanie Bucarest 1 780 Arménien occidental Arméniens de Roumanie
51 Chili Santiago du Chili 1 500 Arménien occidental Arméniens du Chili
52 Norvège Oslo 1 000 Arménien occidental Arméniens de Norvège
53 Finlande Helsinki 1 000 Arménien occidental Arméniens de Finlande
54 Soudan Khartoum 1 000 Arménien occidental Arméniens du Soudan
55 Thaïlande Bangkok 1 000 Arménien occidental Arméniens de Thaïlande
56 Honduras Tegucigalpa 900 Arménien occidental
57 Nouvelle-Zélande Wellington 600 Arménien occidental
58 Qatar Doha 600 Arménien occidental
59 Mexique Mexico 560 Arménien occidental
60 Slovaquie Bratislava 500 Arménien occidental
61 Serbie Belgrade 500 Arménien occidental
62 Albanie Tirana 500 Arménien occidental
63 Inde New Delhi Calcutta, Chennai (où est publiée la première revue en arménien, Azdarar) 500 Arménien occidental et oriental
64 Colombie Bogota 250–300? Arménien occidental
65 Monaco Monaco 200 Arménien occidental
66 Afrique du Sud Pretoria 200 Arménien occidental
67 Cuba La Havane 100 Arménien occidental
68 Éthiopie Addis-Abeba 100 Arménien occidental
69 République dominicaine Saint-Domingue 75 Arménien occidental
70 Irlande Dublin 70 Arménien occidental
71 Nigeria Abuja 60 Arménien occidental
72 Malte La Valette 40 Arménien occidental
73 Costa Rica San José 40 Arménien occidental
74 Singapour Singapour 35 Arménien occidental
75 Pérou Lima 35 Arménien occidental
76 Maroc Rabat 30 Arménien occidental
77 Zimbabwe Harare 28 Arménien occidental
78 Indonésie Jakarta 20 Arménien occidental
79 Pakistan Islamabad 20–200? Arménien occidental
80 Guatemala Guatemala 20–50? Arménien occidental

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BBC News, Armenia seeks to boost population, 21 février 2007
  2. (en) « Hamshenis denied return to Armenian SSR » (consulté le 26 février 2007).
  3. (en) Site de l'UGAB en anglais et Site de sa section française.
  4. Gaidz Minassian, Guerre et terrorisme arménien, Paris, PUF, 2002, pp. 72-74.
  5. Anahide Ter-Minassian, « Les Arméniens en France », dans la revue Les Dossiers d'archéologie, numéro 177, décembre 1992, pp. 132-135.
  6. Résultats du recensement sur armenews.com
  7. Démographie par pays sur ArmeniaDiaspora.com.
  8. cite note-15
  9. L'Encyclopédie de l'Orient affirme qu'il existe 400 000 personnes d'ethnies arméniennes résidant en Iran.
  10. L'[1]
  11. [2]
  12. Géorgie: Le département d'État des statistiques de Géorgie : 248 900 soit 5,7 % d'Arméniens sur une population estimée à 4 371 500 (données officielles de 2002). The World Factbook: 267 000 soit 5,7 % d'Arméniens sur une population estimée à 4 693 892 (estimation juillet 2004). Nationmaster.com: Georgia  : 400 000 soit 8,1 % d'Arméniens sur une population estimée à 4 934 413 (données officielles de 1989).
  13. L' Encyclopédie de l'Orient affirme que 160 000 Arméniens apostoliques et 30 000 Arméniens catholiques vivent en Syrie. L'addition de ces chiffres est 190 000.
  14. L'Encyclopédie de l'Orient établit que 120 000 Arméniens apostoliques et 20 000 Arméniens catholiques vivent au Liban. L'addition de ces chiffres est 140 000.
  15. Pour le statut international du Haut-Karabagh, cf. l'article « Haut-Karabagh ».
  16. Nationmaster.com:Azerbaijan: 156 000 soit 2 % d'Arméniens dans une population estimée à 7 830 764 (estimation de juillet 2003) en prenant en compte la note « presque tous les Arméniens vivent dans la région séparatiste du Haut-Karabagh ».
  17. 130 000 Arméniens vivent en Argentine selon Armeniandiaspora.com.
  18. 92 000 Arméniens vivent en Pologne selon Armeniandiaspora.com.
  19. [3]
  20. [4]
  21. L'Encyclopedie de l'Orient dénombre 70 000 Arméniens en Jordanie.
  22. 70 000 Arméniens vivent en Ouzbékistan selon Armeniandiaspora.com.
  23. [5]
  24. [6]
  25. 42 000 Arméniens vivent en Allemagne selon Armeniandiaspora.com.
  26. 40 000 Arméniens vivent au Brésil selon Armeniandiaspora.com.
  27. Anna Turay, « Tarihte Ermeniler », Bolsohays:Istanbul Armenians (consulté le 2007-01-04)
  28. Turkmenistan: Focus on Armenian migrants
  29. 30 000 Arméniens vivent en Bulgarie selonArmeniandiaspora.com.
  30. 25 000 Arméniens vivent en Belgique selon [7].
  31. 25 000 Arméniens vivent en Biélorussie selon Armeniandiaspora.com.
  32. 25 000 Arméniens vivent au Kazakhstan selon Armeniandiaspora.com.
  33. 20 000 Arméniens vivent au Royaume-Uni selon [8].
  34. 20 000 Arméniens vivent en Irak selon Armeniandiaspora.com
  35. Radio Free Europe
  36. 19 000 Arméniens vivent en Uruguay selon Armeniandiaspora.com.
  37. Demographic information of Hungary.
  38. 10 000 Arméniens vivent en République tchèque selon Armeniandiaspora.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]