Malestroit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Malestroit » redirige ici. Pour mercantiliste, voir Jean de Malestroit.
Malestroit
La place du Bouffay.
La place du Bouffay.
Blason de Malestroit
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Malestroit (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Oust et de Lanvaux
Maire
Mandat
Bruno Gicquello
2014-2020
Code postal 56140
Code commune 56124
Démographie
Gentilé Maltrais, Maltraise ou Malestroyen, Malestroyenne
Population
municipale
2 492 hab. (2011)
Densité 429 hab./km2
Population
aire urbaine
16 453 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 38″ N 2° 22′ 56″ O / 47.8105555556, -2.3822222222247° 48′ 38″ Nord 2° 22′ 56″ Ouest / 47.8105555556, -2.38222222222  
Altitude Min. 10 m – Max. 95 m
Superficie 5,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Malestroit

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Malestroit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malestroit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malestroit
Liens
Site web http://www.ccvol.com/

Malestroit [maletʁwa] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Maltrë (ou Maltrae) en gallo, Malastred en breton.

Chef-lieu de canton, elle est traversée par le canal de Nantes à Brest et par la rivière Oust qui sont confondus à cet endroit.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom apparaît en 1131 sous la forme « Malestricum ». Le nom est d’origine dialectale (langue d'oïl) et signifie mauvais défilé[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

En 1451, la seigneurie de Malestroit est érigée en baronnie pour Jean IV Raguenel, Maréchal de Bretagne et devient la neuvième baronnie de Bretagne.

Le blason se décrit de la façon suivante :

  • De gueules à neuf besants d'or 3, 3 et 3 (« les Baguenaudes Malestroyennes » - Jean-Paul Bourban)

Devise[modifier | modifier le code]

La devise est inscrite au fronton de l’Hôtel de ville « Quae numerat nummos non est male stricta domus » qui peut être traduite par « le domaine qui compte (ses besans) n’est pas Malestroit » ou « Maison riche d'écus ne grince jamais ». (« les Baguenaudes Malestroyennes » - Jean-Paul Bourban)

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

On date traditionnellement la fondation de Malestroit à 987 par des moines qui s'installèrent sur les rives de l'Oust. Une trêve y est signée le 19 janvier 1343, au cours de la première guerre de Succession de Bretagne.

Le premier seigneur de Malestroit connu est Juhaël qui vivait au début du XIe siècle. Sa lignée se poursuit jusqu'à Péan ou Payen IV seigneur de Malestroit et de Largoët tué en 1347 lors de la Bataille de La Roche-Derrien, qui ne laisse comme héritier que sa sœur Jeanne de Malestroit épouse de Hervé de Châteaugiron. Leur fils Jean de Chateaugiron dit de Malestroit, seigneur d'Oudon à pour héritier son fils Jean de Malestroit capitaine Général en 1364 qui meurt en Italie en 1382. Sa fille Jeanne II (morte en 1429) épouse un membre d'une lignée cadette de la famille de Malestroit; Jean de Malestroit, seigneur de Beaumont (mort en 1416) dont une fille Jeanne (III) de Malestroit qui épouse à son tour Jean II Raguenel vicomte de la Bellière.

À partir du 4 janvier 1940, Malestroit et ses environs accueillent les contingents de Polonais qui formeront la Brigade de chasseurs de montagne qui participera à la bataille de Narvik[2].

En 1987, des festivités commémorent le millénaire de la cité bretonne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1980 1989 Jean Camussi - Entrepreneur
mars 1989 mars 2007 Maurice Mélois DvD Entrepreneur
mars 2007 mars 2014 Bernard Miloux DvD Directeur technique
mars 2014 en cours Bruno Gicquello DvD Consultant-formateur en communication

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 492 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 600 1 796 1 735 1 684 1 781 1 793 1 676 1 630 1 577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 548 1 583 1 633 1 691 1 627 1 689 1 741 1 712 1 685
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 693 1 716 1 840 1 795 1 895 1 956 2 101 2 250 2 052
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 381 2 483 2 506 2 465 2 357 2 472 2 479 2 478 2 492
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte onze monuments historiques :

  • L'église Saint-Gilles du XIe siècle, en partie détruite le 10 septembre 1592. Toute la partie nord de l'édifice a été ajoutée lors de la reconstruction, ainsi que des statues animalières (bœuf, lion, aigle). Elle a été classée par arrêté du 6 novembre 1931[5]
  • Les ruines de l'église de la Madeleine sur la route de Ploërmel, décorée activement pour les occasions par son association des habitants et amis du quartier de la Madeleine. Elle a été inscrite par arrêté du 20 décembre 1934[6].
  • La croix du faubourg Saint-Michel, inscrite par arrêté du 29 mars 1935[7].
  • La croix Joubin, inscrite par arrêté du 29 mars 1935[8].
  • Sept maisons situées sur la place du Bouffay et dans la rue du Général de Gaulle sont classées ou inscrites.

Autres monuments :

  • Monastère de l’Immaculée Conception, communauté de sœurs hospitalières Augustines fondée en 1866, elle appartient à la Congrégation des Augustines de la Miséricorde de Jésus.

Festival "au Pont du Rock"[modifier | modifier le code]

Depuis 1999 l'association Aux Arts Etc... organise le festival au Pont du Rock à Malestroit ainsi que de nombreux concerts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Guenin (VIIe siècle)
  • Ratuili ou Ratwili : Évêque d’Aleth IXe siècle
  • Nominoé (vers 800-851) IXe siècle Comte de Vannes et duc (ou roi) des Bretons
  • Juhael et Jacques de Malestroit, croisés Fin XIe-début XIIe siècle
  • Péan ou Païen de Malestroit XIIe siècle
  • Païen II de Malestroit Fin XIIe-début XIIIe siècle
  • Eudon de Malestroit XIIIe siècle
  • Geoffroi de Malestroit 1309-1343
  • Henri de Malestroit-Beaumont XIVe siècle
  • Païen IV de Malestroit XIVe siècle
  • Robin III Raguenel
  • Jean de Serent
  • Jean de Tinteniac
  • Jean II de Malestroit XIVe siècle
  • Thibaud de Malestroit XIVe siècle, évêque
  • Jean III de Malestroit XIVe - XVe siècles, seigneur de Beaumont et sire de Käer. Le constructeur du grand donjon du château de Largoët en Elven
  • Hervé Ier de Malestroit XIVe siècle
  • Hervé II de Malestroit Fin XIVe-Début XVe siècles
  • Jean II de Malestroit-Combourg Fin XIVe-Début XVe siècles
  • Jean de Malestroit-Raguenel Fin XIVe-Début XVe siècles
  • Jean de Malestroit Fin XIVe-Début XVe siècles, évêque de Nantes, chancelier du duc de Bretagne
  • Gaspard de Malestroit, évêque
  • Jean de Malestroit XVe siècle, seigneur d’Oudon
  • Philippe de Malestroit XVe siècle, seigneur de Beaumont
  • Guillaume de Malestroit XIVe ‑ XVe siècles, évêque
  • Jean IV de Malestroit-Raguenel (1436-1471)
  • Yvonnet Flourée, dit Prioris XVe siècle, homme d'affaires et officier de finance
  • Yves Gleu XVe siècle, évêque
  • Louis de Malestroit Fin XVe-Début XVIe siècles, seigneur de Beaumont
  • Jean IV de Rieux, Baron de Malestroit (1447-1518), Maréchal de Bretagne (1470)
  • Jean et Julien de Malestroit-Oudon XVIe siècle
  • Jean de Laval-Châteaubriant, baron de Malestroit (1487-1543)
  • Jehan Cherruier dit « Malestroit ». Éminent économiste d’Henri III et de Bretagne
  • Charles de Cossé duc de Brissac Baron de Malestroit (1550-1626), Maréchal de France Lieutenant général de Bretagne
  • Julien de Quistinic, défenseur de la cité assiégée XVIe
  • Clément de Guer-Malestroit marquis de Pontcallec, chef d'un complot contre le Régent
  • Marie Lefranc (1658-1781) Doyenne de l'humanité à 123 ans
  • Vincent Chaignart de la Gaudinaye (1746-1817), avocat en parlement, conseiller du roy, député à la Convention, maire de Malestroit
  • Loaisel de Treogate (1752-1812), romancier préromantique et dramatique
  • Armand Corentin, comte de Malestroit et marquis de Pontcallec (1738-1797)
  • Jean-Olivier Gaudin, général de cavalerie XVIIIe siècle
  • Félicité et Jean-Marie de La Mennais XVIIIe et XIXe siècles, communauté des Augustines 2 Faubourg Saint-Michel
  • Saint Poufra
  • Don Hercelin (1787-1855), abbé de la Grande Trappe de Soligny Fondateur du Monastère cistercien de Timadeuc
  • Albert Robida XIXe siècle, illustrateur
  • Charles Filiger (1863-1928), peintre du groupe de Pont-Aven
  • Arnaud Mulliez (1959-), fils de Gérard Mulliez, Association familiale Mulliez
  • Chanoine Seveno, restaurateur de l'église Saint-Gilles
  • Armand Seguin, peintre, graveur
  • Auguste Le Franc (1858-1943), prêtre, écrivain et chercheur
  • Dom Louis Gougaud (1877-1941), bénédictin
  • James Bouille (1894-1945), architecte
  • Mathurin (Maturin) Marie Dréano (1892-1973) Chanoine, professeur et littérateur, Docteur Es Lettres,auteur d'ouvrages sur Montaigne : « La Pensée Religieuse de Montaigne », « La Renommée de Montaigne en France au XVIIIème siècle : 1677-1802 », « La Religion de Montaigne ».
  • Jacques Bonsergent (1912-1940), premier français fusillé par l’occupant en 1940 y est inhumé.
  • Yvonne Beauvais (1901-1951), en religion Mère Yvonne Aimée de Jésus supérieure générale des Augustines de la Miséricorde de Jésus.
  • Louis Marsille (1872-1966), historien & érudit
  • Albert Aubry (1892-1951), député d’Ille-et-Vilaine
  • Edmond Besson (1887-1977), maire de Malestroit
  • Jean Rouxel (1935-1998), chimiste
  • Alphonse Lanoe (1926), peintre
  • Roger Plisson, navigateur solitaire
  • Marcel Cohen (1937-), journaliste, écrivain, auteur de Malestroit chroniques du silence (E.F.R., 1973)
  • Jean-Pierre Letort-Tregaro (1943), écrivain, universitaire
  • Jean de Malestroit de Bruc, écrivain
  • Queïnnec de Malestroit : musicien (XXe siècle)
  • Bernard Melois (1939), sculpteur
  • Les frères Alain et Daniel Bonnec, artistes peintres
  • Blandine Bellavoir, actrice (1984-)
  • Eugène Mounier (1906-2007) : écrivain et historien local de Malestroit ayant rédigé « Malestroit, son histoire, ses origines »
  • Daniel Rialet (1960-2006), acteur français, y est né et inhumé.
  • Famille de Sérent ;
  • Famille de Lannion.
  • Maxime Dupé (1993), footballeur professionnel, gardien de but du FC Nantes Atlantique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre. Toponymie générale de la France ; Étymologie de 35 000 noms de lieux. Volume II : Formations non-romanes. Formations dialectales. Genève : Librairie Droz, 1991. cas 25 357, p 1365
  2. Polish Troops in Norway published for the Polish Ministry of Information by M.I. Kolin (publishers) Ltd, London july 1943
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. « Notice no PA00091420 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Notice no PA00091417 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no PA00091418 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no PA00091419 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]