Julien Doré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doré.

Julien Doré

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Julien Doré en 2013.

Nom de naissance Julien Doré
Naissance 7 juillet 1982 (32 ans)
Alès, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession auteur-compositeur-interprète, chanteur, acteur, danseur

Julien Doré, né le 7 juillet 1982 à Alès (Gard) en France, est un auteur-compositeur-interprète et acteur français, gagnant de l'émission télévisée Nouvelle Star en 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'arrière-arrière-petit-fils du célèbre illustrateur Gustave Doré[1]. Fils unique, il grandit à Lunel[2] et à Nîmes, où il poursuit ses études secondaires au lycée Louis Feuillade et pratique le football au Gallia Club Lunel. Après un bac littéraire, il fréquente l'école des Beaux-Arts de Nîmes pendant cinq ans.

En 2002, affublé du nom de Julian Goldy (pour Doré), il fonde le groupe Dig Up Elvis (Déterrez Elvis) avec Guillaume de Molina à la guitare, Céline Linsay au chant et au tambourin et son meilleur ami Julien Francioli à la basse. Baptiste Tiste les rejoint à la batterie un peu plus tard. Le groupe joue dans les bars de la région de Nîmes (c'est d'ailleurs là qu'une altercation aura lieu entre lui et le chanteur local Claude Biscuit, de Rocky Controlo, apparemment pour divergences artistiques) et évoque sur son site officiel un enregistrement en studio en 2006[3].

En 2006, Julien Doré et Guillaume de Molina forment également le projet « The Jean D'Ormesson[4] Disco Suicide » ou « Jean D'Ormesson's »[5], groupe protéiforme qui reprend des succès disco en les reformatant dans un style proche de la musique du sud des États-Unis. Sont ainsi réarrangés des titres comme Born to Be Alive ou Les Démons de minuit.

En 2007, il participe à l'émission de télé-crochet Nouvelle Star dont il sort gagnant, élu par le public. Il est élu « homme le plus sexy de l'année » par le magazine ELLE en 2007[6].

Avant le succès qu'il connaît grâce à Nouvelle Star, Julien Doré travaillait dans une entreprise de manutention et jouait avec son groupe Dig Up Elvis dans des bars de Nîmes où ils étaient « payé[s] en bières »[7]. Une vidéo placée sur YouTube le 27 octobre 2006 montre l'animateur Sébastien Cauet diffusant sur Fun Radio quelques secondes d'un titre intitulé Je vais t'enculer par un jeune chanteur nommé « Julien Doré[8] ». Il semblerait que Julien ait envoyé ce titre à l'animateur de radio, alors qu'il était encore étudiant. Il porte plusieurs tatouages : les noms de ses deux groupes (The Jean d'Ormesson's en haut du bras gauche et Dig up Elvis à la face interne de l'avant-bras droit), et aussi Marcel Duchamp sur le pectoral gauche, une grande croix celtique noire sur l'épaule gauche inspirée de celle de Dave Gahan qui changea sa vision de la musique lorsqu'il assista au concert Depeche Mode aux Arènes de Nîmes et Artist en haut du dos à droite, également un cœur à l'avant-bras gauche où est inscrit « Baie des Anges », « Rrose Selavy » au biceps droit et « dada » au poignet droit.

En 2009, il remporte les victoires de la musique dans la catégorie album révélation et vidéo clip ainsi que le globe de cristal pour le meilleur interprète masculin de l'année.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2007, Julien Doré est le compagnon de Louise Bourgoin. Ils se séparent en 2010. En 2013, il se sépare de l'actrice Marina Hands après une relation de 3 ans.

Il est végétarien[9].

Participation à la Nouvelle Star[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Julien Doré est sélectionné lors d'une audition à Marseille de la saison 5 de Nouvelle Star, où il se présente avec un ukulélé sur lequel il a apposé l'autocollant de son groupe « Dig Up Elvis ». Sa participation n'a à l'origine pour but que de faire de la publicité pour ce groupe[10]. D'ailleurs, le jury, au départ réticent à ce qu'il chante avec un instrument, le refuse. Mais la production décide tout de même de le faire passer, à condition qu'il chante a cappella. La deuxième chanson interprétée lors du casting par Julien devant le jury, Funny Fishy Pussy, est d'ailleurs une composition de son autre groupe « The Jean D'Ormesson Disco Suicide ».

Après les épreuves de sélection au théâtre du Trianon, Julien fait partie des 15 candidats sélectionnés pour les émissions en direct. Il débute par une reprise jazzy du titre Like a Virgin de Madonna (reprise empruntée au chanteur américain Richard Cheese). Il privilégie ensuite des reprises décalées ou interprétées de façon théâtrales et outrancières, jouant du grain de sa voix à la Alain Bashung qu'il pousse volontiers dans les aigus, en criant. Ces prestations lui valent d'être à la fois remarqué et critiqué, et lui permettent de s'installer comme un des phénomènes de la saison 5 de Nouvelle Star. Comme Christophe Willem en 2006, Julien Doré est quasiment toujours programmé en dernier dans l'ordre de passage, signe qu'il capte une grande partie de l'audience télévisée.

À partir de sa reprise de Moi... Lolita — chanson à l'origine interprétée par Alizée — dans une version acoustique qu'il a déclarée inspirée d'un concept qu'avait imaginé son groupe The Jean D'Ormesson Disco Suicide, il livre sa capacité personnelle d'adaptation musicale. Ici, la chanson est caractérisée par un tempo ralenti qu'il a fait adapter, grâce au pianiste, par l'orchestre de scène de Baltard, avec des paroles modifiées par des substitutions poétiques[11]. Avec cette interprétation, Julien Doré commence à attirer la curiosité de la presse écrite : il est notamment l'objet de la rubrique emblématique « Portraits » qui occupe la dernière page du quotidien Libération[12]. Il prend alors l'habitude de retoucher les paroles des chansons qu'il interprète, tout au long de l'émission de télé-crochet, afin d'y glisser des allusions personnelles (ainsi, dans Les Bêtises de Sabine Paturel, le vers « j'ai tout découpé tes rideaux » devient « j'ai tout relu Françoise Dolto », et dans Mourir sur scène de Dalida, « je veux mourir fusillée de lasers » devient « je veux mourir fusillé par Drucker »).

Il termine vainqueur de la Nouvelle Star 2007, face à Tigane, le 13 juin, lorsqu'il est élu par le public.

Liste des interprétations, par ordre chronologique[modifier | modifier le code]

Son parcours artistique[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

Le 16 juin 2008, Julien Doré a sorti son premier album solo qui s'intitule Ersatz, un titre que Julien a en tête depuis des années[réf. nécessaire]. Ersatz peut être aussi vu comme un jeu de mot caché, car un synonyme pourrait être « succédané », soit « succès d'année », ce que l'auteur avoue espérer dans une interview pour sept à huit en 2008.

Le premier extrait, Les limites, sorti le 31 mars 2008 en téléchargement, est un titre composé par David Scrima[13], musicien et dessinateur de musique rock. Le clip, décliné en trois versions, est une citation — ou un pastiche — respectant les cadrages, la chorégraphie et les thèmes d'un numéro musical de Serge Gainsbourg (en chanteur) et Jean-Pierre Cassel (en danseur) datant de 1964[14].

Dans un style inspiré de Jacques Dutronc, cette chanson est une sorte de transition entre la Nouvelle Star et l'album à venir. Plusieurs artistes collaborent à son album, comme Christophe, Arno, le groupe Cocoon ou encore Ben d'Herman Düne. Dans les Inrocks, Julien Doré se dit très influencé par le groupe Archive et voudrait reproduire sur son disque l'aspect cinématographique avec des chansons qui font des boucles, des cycles, des spirales. L'influence par Serge Gainsbourg est aussi marquée, certes par la présence sur son premier album de la chanson SS in Uruguay de Gainsbourg, mais aussi dans le style même de Julien Doré, sa manière de chanter, les thèmes choisis : Les limites en est un très bon exemple, avec des couplets chantés à la Gainsbourg, l'importance des rythmes, une instrumentalisation et un esprit ironique.

Entre deux sessions d'enregistrement de son album, Julien Doré, ami du créateur arlésien Christian Lacroix, a accepté de poser pour L'Express Styles dans l'appartement éphémère décoré par le couturier à la Cité de l'architecture et du patrimoine[15].

Il part en tournée d’octobre 2008[16] à décembre 2009, accompagné sur scène par Arman Méliès (guitares) et Julien Noël (claviers) qui ont tous deux participé à l’album, ainsi que par Jeff Boudreaux (batterie) et Édouard Marie (basse, contrebasse). Julien Doré chante alors les titres d’Ersatz mais également des reprises et des compositions inédites[17]. Pour garder une trace de quelques-uns de ces morceaux et de cette formation musicale auto-baptisée The Bash, un EP, comprenant cinq titres en anglais, est enregistré à l’automne 2009, sortant en partenariat avec le magazine ELLE[18].

Le 21 mars 2011, Julien Doré publie son second album intitulé Bichon et auquel ont collaboré notamment Arman Méliès, Dominique A, Philippe Katerine, Guillaume Brière et Benjamin Lebeau du groupe The Shoes. On y retrouve un duo avec Françoise Hardy (BB Baleine) et des participations d'Yvette Horner (Homosexuel) et de l'actrice algérienne Biyouna sur le morceau Bergman. Le premier extrait de l'album s'appelle Kiss me forever. L'artiste sera en tournée pendant quatre mois à compter du mois de septembre 2011[19].

En juillet 2013 sort Paris-Seychelles, premier single du 3e album studio LØVE[20], sorti le 28 octobre 2013. L'album se vend à plus de 200 000 exemplaires[21],[22]. En juillet 2014, sur la scène des Francofolies de La Rochelle, Julien revisite l'album La Notte, la Notte d'Étienne Daho[23].

En groupe[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière solo, Julien Doré continue à faire du rock avec ses amis. Le groupe Dig up Elvis dont Julien est le chanteur a fait plusieurs concerts à Paris et en Belgique à l'hiver 2007 : la Flèche d'Or, le Musée d'Art Moderne de la ville de Paris avec la mise en scène par Thomas Lélu, la première partie du groupe Sharko à Spa en Belgique, le Café Central à Bruxelles, etc.

Les Dig up Elvis ont aussi enregistré en studio quelques titres qu'ils ont écrits et composés comme Melodrama in Helsinki, Bach Rickenbacker, Bloody Protection, Mona Liza, I shit on my Rock and Roll.

Un EP du groupe est sorti en 2010 lors d'une tournée des clubs, nommé The Gipsy and The King.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la collection Écrire pour un chanteur de Canal Plus ; sélectionné pour la compétition européenne au 9e Festival du court métrage de Nice.
Portrait d'un génie de la musique, dont le talent n'a d'égal que l'absurdité de son instrument : il tousse depuis plus de quinze ans avec les orchestres du monde entier. Une équipe documentaire le suit durant les semaines précédant son dernier concert.

Doublage[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Coule d'Alex Beaupain, clip[24]
    • 2014 : On attendra l'hiver de Julien Doré, clip

Discographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2009). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Albums[modifier | modifier le code]

Ersatz s'est vendu à 200 000 exemplaires, Bichon à 63 000 et Love à 150 000 exemplaires[25].

EP[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Julien Doré and The Bash en partenariat avec ELLE comprenant 5 titres en anglais[26].

Titres : Winnipeg / The Wall / Just a Deal / Wheelchair / Brown Ears

Singles[modifier | modifier le code]

Année Single Album Classement
SWI FRA BEL (Fr)
2007 Moi... Lolita 2 1
2008 Les Limites Ersatz 48 15 10
Figures Imposées 34 11
2009 First Lady 15
Les bords de mer 11 8
Pour un infidèle (duo avec Cœur de pirate) 43 1 8
2011 Kiss me forever Bichon 3 8
L'été summer 12
2012 Laisse Avril 41
2013 Paris-Seychelles LØVE 5 9
2014 On attendra l'hiver 33 50
Chou wasabi (duo avec Micky Green) 46

DVD[modifier | modifier le code]

Compositeur de BO[modifier | modifier le code]

Contributions[modifier | modifier le code]

  • Mes mains sur tes hanches sur l'album Le Bal des gens bien en duo avec Adamo, tribute à Salvatore Adamo (2008).
  • Helsinki (Pap Deziel) en duo avec Mélanie Pain (2009)
  • Pour un infidèle en duo avec Cœur de Pirate (2009)
  • Via Da Te en duo avec Davide Esposito (2010)
  • Soleil Bleu (Julien Doré) en duo avec Sylvie Vartan sur l'album "Soleil Bleu" (2010)
  • "Anne cherchait l'amour" (Elli et Jacno), album: Nouvelle Vague, "Couleurs sur Paris" (2010)
  • "Les dégâts", texte de Julien Doré, musique de Julien Clerc, titre chanté par J. Clerc sur l'album "Fou peut-être" (2011)
  • "Marina", duo avec Chico et les Gypsies, album "Chico & the Gypsies ... & Friends" (2012)
  • "Normandia", texte et musique de Julien Doré, album "L'amour fou" de Françoise Hardy (2012)

Distinctions[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Laure Noualhat et Alexandra Schwartzbrod, article « Un faux air de faussaire », 31 mai 2007, Libération.
  2. Le Matin (quotidien suisse) « J'ai une bronchite qui traîne » Valérie Bünzli, 06/06/2007
  3. digupelvis.com Biographie du groupe
  4. L'orthographe correcte du nom du romancier est Jean d'Ormesson mais la seule source « officielle » du nom du groupe, la page myspace music créée par le groupe en 2006, écrit la particule avec majuscule
  5. myspace.com « The Jean D'Ormesson Disco Suicide ou Jean D'Ormesson's est un groupe concept à évolution malléable »
  6. www.elle.fr Palmarès des 15 hommes les plus sexy
  7. 20minutes.fr «Je ne suis pas un rebelle» entretien avec Alice Antheaume 10/05/2007
  8. www.youtube.com Vidéo « Cauet le meilleur de la radio »
  9. Méliné Ristiguian, « Tout pour la musique », Paris Match, semaine du 17 au 23 avril 2014, pages 84-89
  10. 20minutes.fr « Je ne suis pas un rebelle » entretien avec Alice Antheaume 10/05/2007 : « Puis, au moment où je reçois mon ukulélé commandé sur Internet, j’entends parler de ce casting Nouvelle Star à Marseille. J’y suis allé avec un autocollant de Dig Up Elvis sur mon ukulélé pour faire parler de mon groupe. Ce n’était qu’un plan de communication au départ. »
  11. 20minutes.fr « Je ne suis pas un rebelle » entretien avec Alice Antheaume 10/05/2007 : « Alizée, au moment où elle a explosé, m’a marqué. Avec mon groupe de musique, on avait décidé de reprendre « Moi... Lolita » en rendant le morceau plus bluesy. C’est de là que vient l’arrangement. »
  12. Libération « Un faux air de faussaire » 31/05/07
  13. Détails sur le site des Inrocks
  14. Il s'agit d'un « Top à Jean-Pierre Cassel » diffusé le 14 mars 1964 par l'ORTF au cours duquel Gainsbourg chante « Chez les Yéyés » à l'avant-plan, Cassel dansant un twist décalé à l'arrière-plan. Voir cet extrait dans les archives de l'INA
  15. Julien Doré : Nouvelle star de la mode
  16. Charente Libre, « Julien Doré prépare sa première tournée à la Nef » 22/10/08
  17. Exemple de set-list dans ce compte-rendu du hiboo.com
  18. ELLE, no 3 333 du 13 novembre 2009
  19. Tournée de Julien Doré en 2011
  20. « Paris-Seychelles : premières notes du nouvel album de Julien Doré », sur labandesonore.com (consulté le 4 juillet 2013)
  21. « Julien Doré : son nouvel album Love sortira le 28 octobre », sur [www.ptitblog.net ptitblog.net] (consulté le 3 septembre 2013)
  22. Julien Doré, double disque de platine, cheriefm.fr, consulté le 9 octobre 2014
  23. Julien Doré : La Notte, La Notte, Etienne Daho et moi, sur lexpress.fr, consulté le 14 juillet 2014
  24. Coule, le nouveau clip d’Alex Beaupain réalisé par Julien Doré, sur justmusic.fr, consulté le 14 juillet 2014
  25. http://www.ozap.com/actu/gagnants-de-nouvelle-star-les-plus-gros-vendeurs-d-albums/451800
  26. Source ELLE.com

Lien externe[modifier | modifier le code]