Brigitte Fontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Brigitte Fontaine

Description de cette image, également commentée ci-après

Brigitte Fontaine

Informations générales
Naissance 24 juin 1939 (75 ans)
Morlaix, France
Activité principale auteur-compositeur-interprète, écrivain, comédienne
Genre musical Chanson française, free jazz, jazz, rock, world, classique, pop
Années actives Années 1960 à aujourd'hui

Brigitte Fontaine (née le 24 juin 1939 à Morlaix) est une auteur-compositeur-interprète, comédienne, dramaturge et écrivain française.

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Fille d'instituteurs, Brigitte Fontaine développe très tôt son goût pour l'écriture et la comédie. Son enfance, qu'elle déclare globalement heureuse, se déroule à Plouyé, une petite commune du Finistère, puis à Morlaix. Son bac littéraire en poche, elle se rend à Paris à 17 ans, pour devenir comédienne. Elle joue notamment au Théâtre de la Huchette dans La Cantatrice chauve d'Eugène Ionesco.

L'audience de Brigitte Fontaine s'est notablement élargie depuis le début des années 2000, et ses apparitions télévisuelles ne sont jamais banales. Humaniste et libertaire, Brigitte Fontaine l'est aussi depuis toujours dans ses engagements, comme lorsqu'elle signe le manifeste des 343 (en 1971 et en 2011), s'exprime (dès 1990[réf. nécessaire]) contre les guerres en Irak, soutient les étrangers en situation irrégulière et se prononce contre les prisons.

Du théâtre à la chanson, et inversement (1963 - 1968)[modifier | modifier le code]

En 1963, elle se tourne vers la chanson et se produit dans plusieurs salles parisiennes en interprétant ses propres textes. On la voit dans les cabarets de la Rive Gauche, puis aux Trois Baudets à Montmartre. A La Grande Séverine, elle joue dans une pièce de Boris Vian. On l'aperçoit même à la télévision dans "Les Mardis de la chanson". Dès 1964, elle fait la première partie de Georges Brassens notamment, à Bobino, dont la vedette américaine est Barbara.

Elle ne renonce pas pour autant à la comédie. Avec Jacques Higelin et Rufus, à La Vieille-Grille, puis au Théâtre des Champs-Élysées, elle crée la pièce Maman j'ai peur, qui obtient un succès critique et public si important qu'elle reste plus de deux saisons à l'affiche à Paris et donne lieu à une tournée européenne.

Le cabaret de la Vieille Grille à Paris

En 1965, puis en 1968, elle fait paraître deux albums de facture jazzy (Chansons décadentes et fantasmagoriques) puis pop (Brigitte Fontaine est… folle !), ainsi que deux 45 tours avec Jacques Higelin, dont le plus célèbre contient Cet enfant que je t'avais fait.

Elle entame en 1969 une longue collaboration avec le musicien Areski Belkacem. Avec ce dernier et Jacques Higelin, elle imagine pour la scène du Lucernaire Niok, un spectacle novateur, entre théâtre et chanson. Bientôt, Brigitte Fontaine écrit une série de textes en vers libres et en prose qui composent le show Comme à la radio, présenté au théâtre du Vieux-Colombier avant de devenir un disque. Enregistré avec l'Art Ensemble of Chicago, cet album marque une franche rupture avec la chanson française traditionnelle, en jetant les premiers ponts de la world-music. Sorti quelques mois avant ce disque, le 45-tours Lettre à monsieur le chef de gare de La Tour de Carol a par ailleurs été le premier titre français diffusé dans le Pop club radiophonique de José Artur, contribuant au succès de l'album - qui reçoit l'année suivante le prix Charles Cros.

En marge des hit-parades (1969 - 1979)[modifier | modifier le code]

Brigitte Fontaine, Fête du PSU, Colombes, 1973
Areski et Brigitte Fontaine, Fête du PSU, Colombes, 1973

Brigitte Fontaine devient alors une figure de l'underground français[1]. En une demi-douzaine d'albums publiés pour la plupart par le label indépendant Saravah, Brigitte Fontaine explore, sans se soucier des hit-parades, différents mondes poétiques. Renonçant aux rimes, usant parfois du talk-over, elle enregistre, avec très peu de moyens et souvent sur deux pistes, des chansons qui abordent avec humour ou gravité, selon l'humeur, des thèmes aussi divers que la mort ("Dommage que tu sois mort"), la vie ("L'été, l'été"), l'aliénation ("Comme à la radio", "Où vas-tu petit garçon"), la folie ("Ragilia"), l'amour ("Je t'aimerai") ou encore l'injustice sociale ("C'est normal"), l'inégalité des sexes ("Patriarcat"), l'idéologie et le crime ("Le 6 septembre"), le faux engagement politique ("L'Auberge (Révolution)"), le racisme ("Y'a du lard"), voire elle-même et son compagnon ("Brigitte", "La harpe jaune", "Nous avons tant parlé")... Le couple construit une œuvre foisonnante et cohérente à la fois, à l'écart des programmateurs de radio et de télévision, dans une liberté totale - sauf cas de censure, mentionnés par Benoît Mouchart dans sa monographie de Fontaine.

Parce qu'ils voguent entre pop, folk, électro et world music, les albums L'incendie et Vous et nous par exemple, du tandem Areski-Fontaine, figurent parmi les disques les plus inclassables de la scène française. Près de trente ans plus tard, l'audience internationale de ces 33-tours (réédités depuis en CD) a pris de l'ampleur, notamment grâce aux propos enthousiastes[réf. nécessaire] que tiendront à leur sujet dans la presse anglo-saxonne les membres du groupe Sonic Youth. Les disques "Brigitte Fontaine est folle" et "Comme à la radio" sont même réédités pour la première fois à destination des États-Unis en décembre 2013 par le label indépendant Superior Viaduct. Mais ils ne sont pas encore parvenus aux oreilles du grand public francophone, pour qui le travail de Brigitte Fontaine reste beaucoup moins connu que ses apparitions médiatiques.

Les prestations scéniques de Brigitte Fontaine et Areski Belkacem ne sont pas à cette époque des tours de chant traditionnels : mêlant improvisation théâtrale et chansons, leurs performances s'inscrivent davantage dans le genre du "happening" que dans celui du concert au sens propre. Les instrumentations sont d'ailleurs réduites à leur plus simple expression, les artistes n'hésitant pas à chanter a capella lorsqu'ils ne s'accompagnent pas eux-mêmes à la guitare, aux percussions, au mélodica ou à l'accordéon. De 1973 à 1979, ils seront seuls en scène, sans être soutenus par un orchestre. Ils se produisent alors principalement en France, mais aussi dans toute la francophonie et en Algérie. Ils donnent également de nombreux spectacles dans des prisons et des hôpitaux pyschiatriques.

L'exil ? (1980 - 1990)[modifier | modifier le code]

Les années 1980 sont pour Brigitte Fontaine et son époux Areski Belkacem une période de silence discographique. Loin des studios d'enregistrement, Fontaine se consacre alors à l'écriture et au théâtre. Toujours active, elle se produit sur scène au Québec, joue sa pièce Acte 2 dans une grande tournée à travers la francophonie, interprète Les Bonnes de Jean Genet à Paris, publie un roman (Paso doble) ainsi qu'un recueil de nouvelles (Nouvelles de l'exil). En 1984, elle enregistre un 45-tours (Les filles d'aujourd'hui), qui n'est presque pas diffusé à la radio mais qui lui permet de participer à quelques émissions télévisées, dont la plus populaire est « L'Académie des neuf ».

Après avoir donné en 1988 une série de concerts à Tokyo et dans les plus grandes villes de l'archipel nippon, il lui faut attendre près de cinq ans pour qu'une compagnie française distribue son nouvel album French corazon (écrit et composé dès 1984 mais sorti en 1988 au Japon, grâce au soutien de la journaliste Reiko Kidachi). Diffusé notamment sur M6, le clip du pataphysique Nougat, réalisé par la dessinatrice de bande dessinée Olivia Clavel, prépare le public au grand retour de la chanteuse sur les scènes françaises qui démarre par un concert événementiel en 1993, au Bataclan.

Période rose (1990-2000)[modifier | modifier le code]

Dans la décennie des années 1990, Brigitte Fontaine se rapproche des univers de Björk et Massive Attack en expérimentant de nouvelles formes musicales, plus électriques et, surtout, plus électroniques qu'auparavant. Ses textes marquent quant à eux un retour vers une forme versifiée plus classique. La parution de l'album Genre humain, en 1995, rencontre un beau succès, tant auprès de la critique que du grand public, avec des titres surprenants et drôles comme Conne (produit par Étienne Daho et Arnold Turboust), symbolistes comme La Femme à barbe (produit par les Valentins) ou lyriques comme Il se mêle à tout ça (produit par Yann Cortella et Areski Belkacem)... Elle coécrit la même année le single Jungle Pulse, sombre et érotique, interprété par Étienne Daho sur le disque Reserection. Ses prestations au Bataclan et au Café de la danse sont particulièrement cérémonielles : ses spectacles s'ouvrent ainsi toujours avec La Femme à barbe, que l'artiste interprète le visage dissimulé sous un long voile. Piégée par Raphaël Mezrahi qui réalise alors une série d'interviews-canulars, elle fait une apparition remarquée sur TF1 et commence à devenir un personnage médiatique, prisé pour son sens de la répartie inattendue et sa singularité vestimentaire et physique. C'est à cette même époque que la chanteuse décide de se raser le crâne.

En 1997, alors qu'elle publie un nouveau roman (La Limonade bleue), elle enregistre Les Palaces et son titre-phare Ah que la vie est belle !. L'album, très bien accueilli par la presse, est enrichi par les collaborations d'Areski Belkacem, du grand-frère de cœur Jacques Higelin et d'un nouveau complice de jeu : Alain Bashung. La production de cet album est assurée encore une fois par le tandem Cortella/Belkacem. Surtout, les chansons révèlent une inspiration renouvelée, moins abstraite et néanmoins tout autant poétique, avec les mêmes thèmes du plaisir (Délices et Orgue), des souvenirs (La Cour), de la peur du monde (Les Palaces), de la peur de soi (Le Musée des horreurs), utilisant la description et le portrait (L'Ile, Ali)...

Disques d'or (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Brigitte Fontaine au Salon du livre de Paris, mars 2010.

Disques d'or, ses albums Kékéland (2001) et Rue Saint Louis en l'Île (2004) ont bénéficié de collaborations prestigieuses (Noir Désir, Sonic Youth, Archie Shepp, -M-, Gotan Project, Zebda, etc.) et se présentent comme des bouquets variés, comprenant tangos (Pipeau, Rue Saint Louis en l'Île) et rock (Bis Baby Boum Boum), trip hop (God's Nightmare, Eloge de l'hiver) et reggae (Je fume), mêlant amour (Profond) et voyages (Guadalquivir, Fréhel), Betty Boop et la série noire (Rififi), Simone de Beauvoir et Rabelais... Depuis 2001, Brigitte Fontaine est en tournée dans toute la France (avec des escales en Belgique, en Suisse et même à Londres et Barcelone), accompagnée sur scène des mêmes musiciens (le bassiste Bobby Jocky, le guitariste Yan Péchin, le pianiste Dondieu Divin, le batteur Patrick Baudin, le violoncelliste Frédéric Deville et bien sûr le percussionniste Areski Belkacem).

Exhibitions et Prohibition (2005-2010)[modifier | modifier le code]

En 2005, après avoir donné une série de concerts avec ce groupe, mais aussi avec la Compagnie des musiques à ouïr, elle publie chez Flammarion un nouveau roman, La Bête curieuse, dont l'ambiance érotique annonce un peu la tonalité de son quinzième album, Libido (2006). Ce nouveau disque, orchestré par Dondieu Divin, renoue avec l'énergie vivante de ses concerts dans une ambiance très « baroque'n'roll », où sont convoqués Thérèse d'Avila, les soufis, les films hollywoodiens, Melody Nelson, et beaucoup de paradoxes… Seules collaborations pour cet album : Jean-Claude Vannier et -M- qui fait sa troisième apparition dans le fantasque univers de la Reine des Kékés dont les cheveux ont repoussé.

En octobre 2006, Brigitte Fontaine apparaît au Barbican Theater de Londres aux côtés de Jarvis Cocker, Badly Drawn Boy et quelques autres chanteurs anglais, pour la première interprétation en public de la mythique Histoire de Melody Nelson. En janvier 2007, elle se produit sur la scène du Théâtre d'Angoulême avec le dessinateur Blutch à l'occasion du Festival international de la bande dessinée. Le 29 mars de la même année, elle investit l'Olympia, entourée de ses amis Jacno, Arthur H, Christophe, Anaïs, Jacques Higelin, Maya Barsony et Jean-Claude Vannier. En avril, elle joue au Printemps de Bourges et participe, à la Cigale (Paris), à un concert de son admirateur québécois Pierre Lapointe pour une reprise en duo de « La symphonie pastorale » [2].

Après avoir donné tout au long du mois de septembre une série de concerts intimes sur une péniche accostée sous le Pont des Arts à Paris, Brigitte Fontaine reprend sa tournée à travers toute la France. Entre deux concerts, elle entre en studio avec Olivia Ruiz pour enregistrer un single inédit dont elle a écrit les paroles : « Partir ou rester »... En février 2008, elle publie chez Flammarion un nouveau roman (Travellings), tandis que Benoît Mouchart lui consacre une biographie (Brigitte Fontaine, intérieur/extérieur[3]). En mai de la même année, elle est invitée par Jamel Debbouze au Comedy Club, où elle donne une série de cinq concerts. En janvier 2009, elle participe à la création d'une nouvelle session de quatre concerts de dessins au Festival d'Angoulême : elle inspire le scénario de Dupuy-Berberian, joue le rôle de la conteuse et interprète "Soufi", une chanson inédite spécialement écrite pour l'occasion [4]. Quelques jours plus tard, elle donne une performance avec Lee Ranaldo dans le cadre d'une exposition d'art contemporain[5].

En février 2009, elle fait paraître aux Editions Belles Lettres-Archimbaud trois recueils de textes : une réédition de L'Inconciliabule (indisponible depuis 1980), Rien (suivi de Colère noire) et Contes de Chats, une suite de nouvelles, de poèmes et d'anecdotes illustrée par Jean-Jacques Sempé. Elle contribue au disque Mister Mystère de -M- par l'écriture de sept textes inédits et la reprise d'un titre créé sur "Libido". Paru en octobre 2009, son disque personnel intitulé Prohibition est réalisé par Ivor Guest et Areski Belkacem, avec la participation de Grace Jones et Philippe Katerine. Pour cet enregistrement, elle reçoit en février 2010 le Prix de l'humour noir du disque. Le 8 mars de cette même année, elle est l'invitée d'honneur du "Printemps des poètes" et interprète plusieurs de ses poèmes en prose sur la scène de l'Opéra comique, où elle partage l'affiche avec l'actrice Dominique Blanc et la chorégraphe Carolyn Carlson. Quelques mois plus tard, elle donne des performances analogues dans le cadre des festivals "Paris en toutes lettres" et "Correspondances de Manosque", puis en tournée à travers la France.

J'ai l'honneur d'être : portraits de l'artiste[modifier | modifier le code]

En mars 2011, Brigitte Fontaine publie trois nouveaux recueils de textes aux Belles-Lettres/Archimbaud, parmi lesquels figure une anthologie de chansons et de poèmes intitulée "Mot pour mot". Le cahier "Livres" du quotidien Libération salue cette parution le 31 mars 2011 [6] en consacrant deux pages à l'œuvre écrite de Brigitte Fontaine, "une alternance de mélancolie anxieuse et d’enragement social que l’école rangerait sans difficulté au panthéon romantique". Son nouvel album intitulé L'un n'empêche pas l'autre paraît le 23 mai 2011. Le 29 juin 2011, elle chante sur la scène du Bataclan avec Mathieu Chédid, Jacques Higelin, Grace Jones et Areski Belkacem. En juillet 2011, elle tourne dans Le Grand Soir, nouveau film de Benoît Delépine et Gustave Kervern, où elle interprète la mère des personnages joués par Benoît Poelvoorde et Albert Dupontel tandis qu'Areski interprète leur père. Le 30 janvier 2012, Bertrand Cantat rejoint Brigitte Fontaine sur la scène du Trianon[7] pour interpréter en duo "Les Vergers", une chanson de 1975 reprise en duo sur L'un n'empêche pas l'autre, ainsi que le très rock "Bis baby boum boum", un autre duo Fontaine-Cantat extrait de Kékéland, et, lors du rappel, pour "Soufi" (album Prohibition) où il se substitue à Grace Jones[8].

En octobre 2012, les éditions Actes Sud publient "Portrait de l'artiste en déshabillé de soie", où Brigitte Fontaine dévoile ses pensées intimes sans jamais céder à l'exercice des "mémoires" : point d'anecdotes au fil du texte, mais plutôt une suite de révélations et d'illuminations poétiques qui prolongent sous une forme nouvelle le travail de l'écrivain. En attendant la sortie de son prochain disque, Brigitte Fontaine fait une prestation remarquée sur scène, aux côtés de Christophe Miossec, Kent et Albin de la Simone, à l'occasion de plusieurs concerts hommages à Alain Bashung (le spectacle "Dernières nouvelles de Frau Major") sous la direction musicale de Yan Péchin[9]. Elle partage la même année avec l'accordéoniste Patrick Fournier une des Nuits de Nacre du festival de Tulle[10].

En septembre 2013, Fontaine assiste à la Gaîté Lyrique à la première projection publique du documentaire Reflets et Crudités qui lui est consacré (sorti au cinéma le 2 octobre) et publie son album J'ai l'honneur d'être avec la collaboration d'Areski et de Jean-Claude Vannier, dont le premier extrait, "Crazy Horse", fait l'objet d'un clip signé Enki Bilal. Les Inrocks se fendent d'un nouvel article élogieux quoique maladroit, mais pas d'une couverture[11]. Elle effectue ensuite une tournée qui passe en novembre par le Bataclan. Le 11 avril 2014, elle est une des têtes d'affiche, avec Grand Corps Malade, du festival Porte-Voix d'Oloron[12]. Elle présente trois spectacles différents aux Bouffes du Nord les 5, 6 et 7 juin 2013, alternant concert acoustique, lecture musicale et concert avec son groupe au grand complet (Yan Péchin, Patrick Baudin, Dondieu Divin, Bobby Jocky et Areski Belkacem). Elle provoque la surprise en reprenant à cette occasion la chanson "Je suis décadente (la concierge gamberge)" qu'elle n'avait plus jamais interprété sur scène depuis 1965.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Le goudron / Les beaux animaux, S, Saravah – SH 40 008, 1969
  • Quand tous les ghettos brûleront, Ça va faire un hit, S, Byg Records – 129052, 1974 (avec Areski Belkacem, arrangements de Jean-Claude Vannier)
  • L'inconciliabule, S, Saravah / RCA – RSB 499, 1980
  • Les filles d'aujourd'hui, S, Carrère-Celluloïd – CA171, 1984
  • Supermarket, S, (Virgin Visa 3537)
  • Dressing, S, Virgin, 1999
  • Partir ou rester, S, Polydor, 2007 (en duo avec Olivia Ruiz)

LPs[modifier | modifier le code]

EPs[modifier | modifier le code]

  • L'éternel féminin (EP, Disques Jacques Canetti – 27 271, 1966 (arrangements de Jimmy Walter).
  • Maman, j'ai peur (avec Jacques Higelin), EP, Disques Jacques Canetti - 261 004, 1966 (ou 67 ou 68 ?) (arrangements de Michel Colombier).
  • Les encerclés (avec Jacques Higelin), EP, Disc’AZ – 1190, puis Saravah – SHB 516X, 1968 (arrangements de Jean-Claude Vannier).
  • Vintage de choix, CDS 3 titres, Virgin SA 6839, 2001 (incluant 2 versions anglaises: Comme à la radio, J'ai 26 ans)

Participations[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

  • Le Roi Renaud (1968, en concert uniquement)
  • Je t'aime moi non plus (1997, 2007 et 2009 en concert uniquement et en duo avec Arthur H)
  • Paroles, paroles (1997, en concert uniquement et en duo avec Arthur H)
  • Les bêtises (1998, sur France Inter)
  • Les Zazous (2001, album Kekeland)
  • Les canuts (2001, 2004 et 2007, en concert à Lyon uniquement)
  • Le Chant des partisans (2002, en duo avec Noir désir aux Francofolies de la Rochelle)
  • La nuit je mens (2005, en concert uniquement et en duo avec Alain Bashung à l'Opéra comique ; 2013, en solo, dans le spectacle Dernières nouvelles de Frau Major au Cent Quatre)
  • Que je t'aime (2005, en concert uniquement avec la Compagnie des musiques à Ouïr)
  • Boum (janvier 2006, pour la télévision, en duo avec Doc Gynéco)
  • Valse de Melody (21 octobre 2006, en concert Histoire de Melody Nelson live, dirigé au Barbican Theatre de Londres ; 2008, à la Cité de la Musique de Paris par Jean-Claude Vannier) [13]

Chansons écrites pour d'autres interprètes[modifier | modifier le code]

  • « Toi et ton sax » pour Zizi Jeanmaire
  • « Les Encerclés », « Le Roi de la naphtaline », « Je veux des coupables » et « Rififi » pour Jacques Higelin
  • « Le brouillard », « Chanson pour sa mère », « À chaque tournant », « Bali », « Le dragon », « Les Borgia », « Les murailles », « La tête bandée », « Un soleil », « Les muzdus », « La vache », « Pif », « Salomé », « Le triomphe de l'amour » pour Areski Belkacem (les deux derniers sur l'album Le Triomphe de l’amour paru en 2010)
  • « Jungle pulse » (album Reserection 1995) et « Toi, Jamais Toujours » (album L'Invitation 2007) pour Étienne Daho
  • « Barbares attraits » (album Toi du monde 2000) et « Péplum » (album Fais-moi une fleur 2011, conçu en 2009) pour Maurane
  • « Irrésistiblement » pour Vanessa Paradis (album Divinidylle 2007)
  • « La beuglante » pour Maya Barsony (album Femme d'extérieur 2008)
  • « Le solitaire » pour Juliette Gréco (album Je me souviens de tout 2009)
  • « Phébus », « Tanagra », « Destroy », « Lettre à Tanagra », « Brigand », « Crise » et « Je les adore » pour Matthieu Chedid (album Mister Mystère 2010)
  • « Elle est SM » pour Axel Bauer (album Peaux de serpent 2013)

Précisons pour l'anecdote que la chanson « L'engourdie » (sur l'album « L'incendie ») avait été initialement écrite et composée pour Françoise Hardy, qui ne l'a jamais interprétée. De même, « Demie Clocharde » était originellement destiné à Jane Birkin, « Pipeau » à Henri Salvador, « La nacre et le porphyre » à Alain Bashung, « Entre guillemets » à Jacques Dutronc ; Brigitte Fontaine destinait à l'origine « Tanagra » à Johnny Hallyday et « Les Crocs » à Annie Cordy[14]. Elle aimerait également collaborer avec Mick Jagger, Patti Smith, Marianne Faithfull, MC Solaar[15] et quelques autres...

Chansons reprises par d'autres interprètes[modifier | modifier le code]

En studio
  • « Les dieux sont dingues » par Christine Sèvres (1968, LP « Christine Sèvres », CBS)
  • « Maman, j'ai peur », « Le beau cancer » et « Comme Rimbaud » par Christine Sèvres (1970, 2nd LP « Christine Sèvres », CBS)
  • « Comme à la radio » par Aut'Chose (1975, LP « Une nuit comme une autre », CBS)
  • « Dommage que tu sois mort » par Étienne Daho (1992, LP collectif « Urgence », Virgin)
  • « La vache enragée » par Philippe Katerine (1997, LP « Morceaux Choisis » de The Recyclers, Rectangle)
  • « Lettre à Monsieur le chef de gare de la Tour de Carol » et « Encore » par Sasha (1997, LP « Morceaux Choisis » de The Recyclers, Rectangle)
  • « Comme à la radio » par Jun Togawa (2000, LP « 20th Jun Togawa Good-bye 20th Century », God Mountain)
  • « Eternal » (adaptation anglaise de « Éternelle ») par Faun Fables (2004, LP « Family Album », Drag City Records)
  • « La grippe » par Étienne Daho et Jane Birkin (2004, LP « Rendez-vous » de Jane Birkin, EMI Music)
  • « J'ai 26 ans » par Catherine Leblanc Fredette (2005, CD "Où la route mène", Productions de l'Onde)
  • « Comme à la radio » par Lucien Francoeur et Aut'Chose (2005, CD « Chansons d'épouvante », ARTIC)
  • « Cet enfant que je t'avais fait » par Françoise Hardy et Rodolphe Burger (2006, LP « Parenthèses » de Françoise Hardy, EMI Music)
  • « Comme à la radio » par Otomo Yoshihide Invisible Songs (2007, LP « Sora », EWE Records)
  • « J'ai 26 ans » par White Hinterland (2008, EP « Luniculaire », Dead Oceans)
  • « Radio-No-Youni » (adaptation japonaise de « Comme à la radio ») par Asa-Chan + Junray (2008, CD « Jun Ray song Chang », Leaf La Baleine)
  • « Dévaste-moi » par Charlotte etc. (2009, CD « Bouquet d'épines », Patchrock)
  • « Cher » par Les Cris de Paris & Geoffroy Jourdain (2009, CD « Encores », Alpha)
  • « Mister Mystère » par Matthieu Chedid (2009, LP « Mister Mystère » de Matthieu Chedid, Barclay)
  • « Comme à la radio » par Marc Moulin (2009, LP « Best of », Blue Note)
  • « Quand tu n'es pas là » par Emmanuelle Seigner (2010, « Dingue », Columbia)
  • « Barbe à papa » par Stereo Total (2010, « Baby ouh ! » )
  • « Vous et nous » par Aurelia (2010, « The Hour Of The Wolf » )
  • « Dévaste-moi » par Stefie Shock (2011, « La mécanique de l'amour » )
  • « Inadaptée » par Moravagine (2011)
  • « Le Goudron » par Yacht (2012, single, DFA)
  • « Blanche-neige » par Barbara Carlotti (2013, « La fille », Gallimard)
Sur scène

Livres[modifier | modifier le code]

  • Chroniques du bonheur, Paris, éditions des femmes, 1975.
  • Madelon : alchimie et prêt-à-porter, récit, Paris, Seghers, 1979.
  • L'Inconciliabule, Paris, Tierce, 1980, Paris, Les Belles Lettres-Archimbaud, 2009.
  • Paso doble, roman, Paris, Flammarion, 1985.
  • Nouvelles de l'exil, Paris, Imprimerie nationale, 1988, et Paris, Flammarion, 2006.
  • Genre humain (recueil préfacé par Hélène Hazera), Christian Pirot éditeur, 1996.
  • La Limonade bleue, roman, l’Écarlate, 1997.
  • Galerie d'art à Kekeland, galerie de portraits, Paris, Flammarion, 2002.
  • La Bête Curieuse, roman, Paris, Flammarion, 2005.
  • Attends-moi sous l'obélisque, Paris, Le Seuil-Archimbaud, 2006.
  • Travellings, roman, Paris, Flammarion, 2008.
  • Rien suivi de Colère noire, Paris, Les Belles Lettres-Archimbaud, 2009.
  • Contes de chats, en collaboration avec Jean-Jacques Sempé, Paris, Les Belles Lettres-Archimbaud, 2009.
  • Le bon peuple du sang, Paris, Flammarion, 2010.
  • Antonio, Paris, Les Belles Lettres-Archimbaud, 2011.
  • Le bal des coquettes sales (en collaboration avec Léïla Derradji), Paris, Les Belles Lettres-Archimbaud, 2011.
  • Mot pour mot, Paris, Les Belles Lettres-Archambaud, 2011.
  • Les Charmeurs de pierres, roman, Paris, Flammarion, 2012.
  • Portrait de l’artiste en déshabillé de soie, Arles, Actes Sud, 2012

Théâtre[modifier | modifier le code]

Interprète
Interprète et auteur
Auteur
  • 2010 : Il était une fois mais pas deux, un "Cabaret Fontaine" composé de textes de chansons déchantés avec Sylvie Gravagna, musique de Fabrice Vieira, mise en scène de Michel Cochet, La Java
  • 2012 : Colère noire, avec Emmanuelle Monteil, musique de David Aubaile, mise en scène de Gerold Schumann, Théâtre du Lucernaire

Cinéma[modifier | modifier le code]

Actrice

Téléfilm[modifier | modifier le code]

Actrice

Œuvre radiophonique[modifier | modifier le code]

  • Les Jeux olympiques de l'orgasme (coécrit avec Léïla Derradji), 1983

Sur les autres projets Wikimedia :

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand Prix du disque de la Chanson Française de l'Académie Charles-Cros pour "Comme à la radio" (1970)
  • Grand Prix du disque de la Chanson Française de l'Académie Charles-Cros pour "Les Palaces" (1997)
  • Prix in honorem de l'Académie Charles-Cros pour l'ensemble de son oeuvre (2001)
  • Grand Prix de l'Humour noir pour "Prohibition" (2010)
  • Prix Hommage de la création musicale décerné par la Chambre Syndicale De l'Edition Musicale (2011)
  • Médaille Grand vermeil de la Ville de Paris (2012)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yann Plougastel, La chanson mondiale depuis 1945, éditions Bordas
  2. YouTube - Brigitte Fontaine ( with Pierre Lapointe ) - La Symphonie Pastorale
  3. rééditée en avril 2011 chez Le Castor Astral
  4. YouTube - TOUT EN IMAGE / MERCREDI 28 janvier (avec Brigitte Fontaine)
  5. YouTube - Lee Ranaldo Brigitte Fontaine Areski Leah Singer 2 Cnaei Chatou 08 02 09
  6. [1]
  7. Brain Magazine, 26 Novembre 2013; propos de B. Fontaine : "Je n'avais pas apprécié quand il est venu jouer avec moi au Trianon deux chansons et que la chronique du spectacle dans le Parisien n'a parlé que de ça."
  8. http://archives.lesoir.be/chanson-brigitte-fontaine-a-lance-sa-nouvelle-tournee-a_t-20120203-01TEYJ.html
  9. http://www.chartsinfrance.net/Brigitte-Fontaine/news-86158.html
  10. http://culturebox.francetvinfo.fr, 17/09/2012
  11. Brain Magazine, 26 Novembre 2013
  12. sudouest.fr/2014/02/19/le-festival-porte-voix-s-offre-deux-tetes-d-affiche
  13. YouTube - Brigitte fontaine chante Gainsbourg
  14. http://culturebox.france3.fr
  15. Voir article Respectmag - "Brigitte Fontaine / Bams : Amantes des mots"

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]