Patrice Garande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Patrice Garande
Image illustrative de l’article Patrice Garande
Garande avec Caen en 2016.
Situation actuelle
Équipe Dijon FCO (entraîneur)
Biographie
Nationalité Français
Naissance (61 ans)
Oullins (Rhône)
Taille 1,73 m (5 8)
Période pro. 1977-1994
Poste Attaquant puis entraîneur
Parcours junior
Années Club
1966-1968 CASCOL Oullins
1968-1973 JS Irigny
1973-1975 CASCOL Oullins
1975-1977 AS Saint-Étienne
Parcours amateur
Années Club
1994-1995 US Orléans
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1977-1979 AS Saint-Étienne 004 00(0)
1979-1980 CS Chênois 027 0(13)
1980-1981 US Orléans 038 0(23)
1981-1986 AJ Auxerre 162 0(61)
1986-1987 FC Nantes 022 00(4)
1987-1989 AS Saint-Étienne 074 0(26)
1989-1990 RC Lens 017 00(6)
1990-1991 Montpellier HSC 024 00(3)
1991-1992 Le Havre AC 022 00(7)
1992-1993 FC Sochaux 028 00(2)
1993-1994 FC Bourges 028 0(10)
1977-1994Total 446 (155)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1983-1988 France olympique 007 00(1)
1988 France 001 00(0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1999-2004 AS Cherbourg
2012-2018 SM Caen 95v 53n 104d
2020-2021 Toulouse FC 26v 10n 10d
2021- Dijon FCO 11v 1n 8d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 07 janvier 2022

Patrice Garande, né le à Oullins dans le Rhône, est un footballeur puis entraîneur français.

Formé à l'AS Saint-Étienne, il joue au poste d'attaquant de la fin des années 1970 au milieu des années 1990. Il connaît ses plus belles saisons à l'AJ Auxerre, avec qui il est meilleur buteur du championnat de France en 1984, et à l'AS Saint-Étienne lors de la saison 1987-1988.

Avec l'équipe de France olympique, il remporte en 1984 le tournoi des Jeux de Los Angeles. Il est également sélectionné à une occasion en équipe de France A en 1988.

Comme entraîneur, il dirige l'AS Cherbourg de 1999 à 2004 et occupe les fonctions d'entraîneur adjoint au Stade Malherbe Caen de 1995 à 1998 puis de 2005 à 2012. À la suite de la relégation en Ligue 2, il est nommé entraîneur principal pour la saison 2012-2013 en remplacement de Franck Dumas jusqu'en . Il entraîne une saison Toulouse FC de 2020 à 2021 avant de rejoindre le Dijon FCO en août de la même année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Patrice Garande signe sa première licence au CASCOL Oullins à l'âge de six ans[1]. Après deux ans dans ce club, il rejoint la JS Irigny puis, en 1973, retourne au CASCOL[2]. En 1975, il est repéré par l'AS Saint-Étienne et rejoint le centre de formation stéphanois. Il débute dans l'équipe réserve lors de la saison 1977-1978[3] et dispute la même année, à l'âge de dix-sept ans, son premier match en division 1, le 1978 lors d'un déplacement au FC Nantes des « Verts » qui se conclut sur une défaite un but à zéro[4]. L'année suivante, il ne dispute aucun match avec les professionnels, barré par l'éclosion de Laurent Roussey et de Laurent Paganelli, et doit se contenter d'être titulaire en équipe réserve où il marque douze buts en vingt-sept rencontres[5]. En fin de saison, Robert Herbin et Pierre Garonnaire lui indiquent qu'ils ne comptent pas sur lui à la suite du recrutement de Johnny Rep[6].

Patrice Garande quitte alors le club stéphanois en 1979 et suit Hervé Revelli en Suisse, au CS Chênois[6]. Titulaire au sein de l'attaque du club suisse, il réalise une bonne saison en marquant neuf buts en vingt-quatre matches[7].

La saison suivante, il revient en France et rejoint l'US Orléans en division 2, récent finaliste de la Coupe de France qui lui garantit une place de titulaire au poste d'attaquant[6]. Il y réalise une saison pleine en marquant vingt buts, terminant ainsi deuxième meilleur buteur du groupe B derrière Marcel Campagnac. Il est alors sélectionné en équipe de France espoirs pour le tournoi de Toulon qui voit la France terminer à la 4e place[8].

Contacté par le FC Tours, le Montpellier HSC et l'AS Nancy, il signe en à l'AJ Auxerre un contrat de stagiaire professionnel[6]. À la pointe de l'attaque ajaïste, il marque son premier but en division 1, le 1981, à la 70e minute d'un match disputé à l'extérieur et perdu trois à un contre l'US Valenciennes. Lors de cette saison, il se révèle aux yeux du grand public aux côtés d'Andrej Szarmach et marque six buts en vingt et un matches lors de la saison 1982 puis huit buts en vingt-cinq rencontres en 1983.

Au début de la saison suivante, les Auxerrois sont finalistes de la Coupe des Alpes, ils s'inclinent sur le score de deux à un face à l'AS Monaco[9]. En championnat, les Auxerrois réalisent une saison pleine, les joueurs enchainent huit victoires de suite à la fin de l'été et occupent la première place du classement pendant six journées[10]. Finalement, les Auxerrois terminent troisième derrière les Girondins de Bordeaux et l'AS Monaco se qualifiant ainsi pour la première fois en Coupe d'Europe. Patrice Garande joue un grand rôle dans ce classement et termine meilleur buteur du championnat de France, à égalité avec Delio Onnis, avec vingt-et-un buts sans tirer un seul pénalty[11],[12]. Quatorze ans après Hervé Revelli, il est le premier Français à terminer en tête du classement des buteurs.

Ses performances lui valent d'être appelé par Henri Michel en équipe de France olympique lors de la finale retour de qualification aux jeux olympiques, le , face à la RFA. Les Français s'imposent un but à zéro grâce à un but de Guy Lacombe[13]. Il est ensuite sélectionné pour participer aux phases finales des Jeux olympiques. Il marque le premier but des Français à la 43e minute du match contre le Qatar à Annapolis terminé sur un score nul deux buts partout, mais se blesse au tendon[14]. Il ne revient que lors de la finale contre le Brésil, disputée au Rose Bowl Stadium de Pasadena devant 101 799 spectateurs. Il entre à la 81e minute en remplacement de Daniel Xuereb alors que le résultat est déjà acquis[15]. C'est le second triomphe bleu de l'année après la victoire lors du championnat d'Europe.

La saison suivante, il reste le meilleur buteur auxerrois en marquant treize buts et le club termine quatrième du championnat. En fin de saison 1986, alors qu'il lui reste deux années de contrat avec l'AJ Auxerre, il rejoint le FC Nantes en signant un contrat de quatre ans et succède au poste d'avant-centre à Vahid Halilhodžić[16]. Il ne parvient cependant pas à s'imposer chez les Nantais et en 1987, il rejoint l'AS Saint-Étienne, son club formateur[12].

Patrice Garande forme avec Philippe Tibeuf une doublette de buteurs remarqués. Les deux joueurs sont surnommés les « Dupont et Dupont » par Jean-Michel Larqué, en allusion à leur entente sur le terrain[17]. Il marque dix-sept buts durant la saison 1987-1988, terminant deuxième meilleur buteur du championnat de France que les « Verts » terminent à la quatrième place. Son retour au premier plan lui vaut d'être rappelé en équipe de France olympique[18] puis de connaître son unique sélection en équipe de France, le , au Windsor Park de Belfast, face à l'Irlande du Nord, un match nul terminé sur un score nul et vierge[19]. La saison suivante est plus difficile, le club termine quatorzième et Patrice Garande ne marque que neuf buts.

Après deux saisons en vert, il rejoint le RC Lens qui vient d'être relégué en division 2. La saison est difficile et Patrice Garande n'est pas considéré comme un titulaire par l'entraîneur Marcel Husson qui lui préfère Roger Boli et le jeune Marc Maufroy[7]. Il quitte le club au bout d'une saison et signe au Montpellier HSC, récent vainqueur de la Coupe de France. Il joue dans le club montpelliérain un rôle de joker et ne rentre qu'en remplacement de Daniel Xuereb. L'année suivante, il signe au Havre AC qui vient d'être promu en division 1 et marque six buts en vingt matches puis, en 1992, change encore de club en rejoignant le FC Sochaux.

Il termine sa carrière professionnelle au FC Bourges en division 2 lors de la saison 1993-1994 puis rejoint les rangs amateurs de l'US Orléans avec qui il remporte son dernier trophée de joueur, le championnat de division d'honneur groupe Centre[20].

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Garande avec Huriez (adjoint) et Caveglia (directeur sportif) en 2013.

En 1995, il est recruté par le Stade Malherbe Caen, comme adjoint de Pierre Mankowski. Le club remporte cette année-là le Championnat de France de division 2 mais Mankowski ne conserve pas son poste. Patrice Garande reste pourtant au club, devenant successivement l'adjoint de Guy David en 1996-1997, de l'Argentin Gabriel Calderón, nommé à l'automne 1997 à la suite de la relégation du club, puis de Pascal Théault, qui ne souhaite pas le garder à ce poste. En 1998, il quitte le club bas-normand[21].

AS Cherbourg (1999-2004)[modifier | modifier le code]

Après plusieurs mois sans club, il devient en janvier 1999 conseiller technique de l'AS Cherbourg puis, la saison suivante, entraîneur du club. Le club joue les premiers rôles dans le groupe du CFA et parvient à monter en National en 2002[22]. En 2004, en fin de contrat, il quitte le club cherbourgeois[23].

SM Caen (2012-2018)[modifier | modifier le code]

En 2005, il revient au SM Caen en tant qu'adjoint de Patrick Parizon puis de Franck Dumas. En 2009, alors qu'il a obtenu les diplômes nécessaires à la direction d'une équipe professionnelle (le DEPF), il devient l'entraîneur diplômé officiel du club, Franck Dumas restant en pratique l'entraîneur. En , après une descente en Ligue 2, il devient entraîneur principal pour la saison 2012-2013[24].

Après un début de saison délicat, le club qui a pour objectif de « faire tout notre possible pour remonter »[25] passe très près de l'exploit en terminant à la quatrième place. La seconde saison démarre par un changement dans l'encadrement technique, Jean-Marie Huriez, ancien entraineur de l'AS Cherbourg succédant à Pape Fall au poste d'adjoint. En championnat, le Stade Malherbe connait un début de saison difficile et pointe à la huitième place à mi-saison. L'équipe réalise par la suite une série de douze rencontres sans défaite (huit victoires et quatre nuls) qui lui permet de se replacer dans la course pour la montée en Ligue 1, un but finalement atteint en fin de saison. Pour son retour parmi l'élite, l'objectif du club est le maintien[26]. Malgré un début de saison difficile, le SM Caen est dernier à la trêve avec seulement 15 points pris, l'équipe parvient à enchainer une série de matchs sans défaites, six victoires et un nul, de la 21e à la 27e journée. L'équipe réalise notamment un match nul face au Paris Saint-Germain et obtient la victoire face à l'Olympique de Marseille. Prônant un jeu offensif[27], son équipe termine quatrième meilleure attaque de Ligue 1. L'objectif du maintien est accompli à la 36e journée avec une victoire sur l'Olympique lyonnais. Son contrat est alors prolongé jusqu'en 2017[28]. La saison suivante, il est de nouveau prolongé jusqu'en à la suite des bons résultats en championnat[29].

Après le maintien lors de la dernière journée face au Paris Saint Germain (0-0), il annonce qu'il ne peut plus être l’entraîneur du SM Caen et quitte le club[30].

Toulouse FC (2020-2021)[modifier | modifier le code]

Le , après deux ans passé sans club, le Toulouse FC, qui vient d'être relégué de Ligue 1, décide de le choisir pour devenir le nouvel entraîneur du club pour la saison de Ligue 2 2020-2021[31].

Garande dirige son premier match officiel le en ouverture du championnat contre le promu Dunkerque au Stadium. Peu efficaces et au niveau, les Toulousains s'inclinent sur le score de 0-1[32]. Malgré une belle première saison prometteuse avec le Toulouse FC, le club fini de Ligue 2. Lors des barrages d'accession face au FC Nantes, club de Ligue 1, le club est battu au score cumulé des deux rencontres[33]. Alors que la remontée en Ligue 1 était un objectif prioritaire pour RedBird, le fonds d’investissement américain propriétaire du Téfécé depuis l’été 2020, Patrice Garande paie la contre-performance de son groupe contre le FC Nantes en barrage d’accession à la Ligue 2. Le 2 juin 2021, le club se sépare de lui et de son adjoint[34].

Dijon FCO (2021-)[modifier | modifier le code]

Après cinq journées du championnat 2021-2022 de Ligue 2, le Dijon FCO se retrouve à la 19e place du classement et décide alors de se séparer de son entraîneur, David Linarès. Le , Patrice Garande est nommé pour prendre les rênes de l'équipe bourguignonne.[35]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel de Patrice Garande durant sa carrière de joueur professionnel[36],[2],[7],[37].

Statistiques de Patrice Garande
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Sélection Total
Division M B M B C M B Équipe M B M B
1977-1978 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Division 1 3 0 1 0 - - - - - - 4 0
1978-1979 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Division 1 - - - - - - - - - - 0 0
1979-1980 Drapeau de la Suisse CS Chênois Ligue Nationale A 24 9 3 4 - - - - - - 27 13
1980-1981 Drapeau de la France US Orléans Division 2 33 20 5 3 - - - - - - 38 23
1981-1982 Drapeau de la France AJ Auxerre Division 1 21 6 2 0 - - - - - - 23 6
1982-1983 Drapeau de la France AJ Auxerre Division 1 25 8 1 0 - - - - - - 26 8
1983-1984 Drapeau de la France AJ Auxerre Division 1 37 21 1 0 - - - France olympique 4 1 42 22
1984-1985 Drapeau de la France AJ Auxerre Division 1 37 13 1 0 C3 2 0 - - - 40 13
1985-1986 Drapeau de la France AJ Auxerre Division 1 37 10 2 1 C3 2 2 - - - 41 13
1986-1987 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 21 4 1 0 - - - - - - 22 4
1987-1988 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Division 1 37 17 1 0 - - - France olympique
France
3
1
0
0
42 17
1988-1989 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Division 1 35 9 1 0 - - - - - - 36 9
1989-1990 Drapeau de la France RC Lens Division 2 14 5 3 1 - - - - - - 17 6
1990-1991 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 1 20 1 2 1 C2 2 1 - - - 24 3
1991-1992 Drapeau de la France Le Havre AC Division 1 20 6 2 1 - - - - - - 22 7
1992-1993 Drapeau de la France FC Sochaux Division 1 28 2 - - - - - - - - 28 2
1993-1994 Drapeau de la France FC Bourges Division 2 27 10 1 0 - - - - - - 28 10
Total sur la carrière 413 141 27 11 - 6 3 - 8 1 454 156

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Statistiques de Patrice Garande comme entraîneur[36]
Saison Club Championnat Coupes nationales
Division Matchs V N D Matchs V N D
1999-2000 AS Cherbourg 4 34 11 7 16 1 0 1 0
2000-2001 AS Cherbourg 4 34 19 10 5 2 1 0 1
2001-2002 AS Cherbourg 4 34 20 9 5 1 0 0 1
2002-2003 AS Cherbourg 3 38 12 14 12
2003-2004 AS Cherbourg 3 38 11 11 16
2012-2013 SM Caen 2 38 17 12 9 6 4 0 2
2013-2014 SM Caen 2 38 18 10 10 7 5 1 1
2014-2015 SM Caen 1 38 12 10 16 3 1 0 2
2015-2016 SM Caen 1 38 16 6 16 2 0 1 1
2016-2017 SM Caen 1 38 10 7 21 3 1 0 2
2017-2018 SM Caen 1 38 10 8 20 6 3 2 1
2020-2021 Toulouse FC 2 41 22 10 9 5 4 0 1
2021-2022 Dijon FCO 2 6 3 0 3 0 0 0 0
Total 447 180 113 155 36 19 5 12

Mis à jour le

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La fiche complète de l'ancien Vert Patrice Garande », sur www.anciensverts.com (consulté le )
  2. a et b « Fiche de Patrice Garande », sur FFF.fr
  3. « Championnat de France de Division 3 – saison 1977 – 1978 », sur archivesdelasse.pagesperso-orange.fr (consulté le )
  4. « Patrice Garande », sur www.racingstub.com (consulté le )
  5. « Championnat de France de Division 3 – saison 1978 – 1979 », sur archivesdelasse.pagesperso-orange.fr (consulté le )
  6. a b c et d « Histoire de l'AJ Auxerre, Patrice Garande » (version du 3 mars 2009 sur l'Internet Archive)
  7. a b et c « Patrice Garande, attaquant tout terrain », Nord éclair, (consulté le )
  8. « 9ème Festival Foot "Espoirs" », sur www.festival-foot-espoirs.com, (consulté le )
  9. (en) Erik Garin, « Cup of the Alps 1983 », RSSSF (consulté le )
  10. « Saison 1983 - 1984 », sur www.histoaja.free.fr (consulté le )
  11. Jacques Ferran et Jean-Philippe Réthacker, « Sélections françaises », Football 84-85, Les guides de l'Équipe,‎ , p. 99
  12. a et b « Biographie de Patrice Garande sur www.afterfoot.fr » (sur l'Internet Archive)
  13. Jacques Ferran et Jean-Philippe Réthacker, « Sélections françaises », Football 84-85, Les guides de l'Équipe,‎ , p. 130
  14. « Garande alerte à Malibu », sur www.poteaux-carres.com, (consulté le )
  15. Jacques Ferran et Jean-Philippe Réthacker, « Au pays de l'or bleu », Football 84-85, Les guides de l'Équipe,‎ , p. 91
  16. Guy Champagne, « Football club de Nantes », Football 86-87, But hors série,‎ , p. 78
  17. « Garande et vous avec nous », sur www.poteaux-carres.com, (consulté le )
  18. (en) Erik Garin, « France - Olympic - International Results - Details », RSSSF (consulté le )
  19. « Feuille du match Irlande du Nord 0-0 France », sur FFF.fr,
  20. « Patrice Garande », sur usoarago.canalblog.com (consulté le )
  21. « SM Caen : Patrice Garande nouvel entraîneur ? », sur lamanchelibre.fr, La Manche libre, (consulté le )
  22. « Patrice Garande », sur caensport.ifrance.com, (consulté le )
  23. « Cherbourg : Garande va partir », sur www.football365.fr (consulté le )
  24. « Patrice Garande entraîneur », sur smcaen.fr, (consulté le )
  25. « Patrice Garande : « Recréer une dynamique » », sur sportacaen.fr, (consulté le )
  26. AFP, « Caen ne rêve que de maintien », sur fr.fifa.com, (consulté le )
  27. « Caen, les raisons d'un renouveau », sur football365.fr, (consulté le )
  28. « Patrice Garande prolonge à Caen jusqu'en 2017 », sur lequipe.fr, (consulté le )
  29. « Caen : Patrice Garande entraîneur jusqu'en 2018 », sur lequipe.fr, (consulté le )
  30. « Patrice Garande ne sera plus l'entraîneur de Caen la saison prochaine », sur lequipe.fr, (consulté le )
  31. « Patrice Garande nouvel entraîneur du TFC », sur toulousefc.com,
  32. Sacha Tisic, « Foot : le TFC s'incline 0-1 contre Dunkerque en match d'ouverture de la Ligue 2 », La Dépêche du Midi, .
  33. « Football : le TFC s'impose 0-1 à Nantes, mais restera en Ligue 2 la saison prochaine », sur https://www.ladepeche.fr/,
  34. « Le Toulouse Football Club se sépare de Patrice Garande », sur toulousefc.com,
  35. « Ligue 2 : Dijon se sépare de David Linares, Patrice Garande le remplace », sur Eurosport, (consulté le )
  36. a et b « Fiche de Patrice Garande », sur footballdatabase.eu
  37. « Patrice Garande - Fiche de stats du joueur de football », sur pari-et-gagne.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]