Équipe du Liechtenstein de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Drapeau : Liechtenstein Équipe du Liechtenstein
Écusson de l' Équipe du Liechtenstein
Généralités
Confédération UEFA
Couleurs bleu et rouge
Surnom La Nati
Stade principal Rheinpark Stadion
Classement FIFA en diminution 189e (6 avril 2017)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Autriche Rene Pauritsch
Plus sélectionné Mario Frick (125 sélections)
Meilleur buteur Mario Frick (16 buts)

Rencontres officielles historiques

Premier match

Officiel pour la FIFA:
Liechtenstein Drapeau : Liechtenstein 1–1 Drapeau : Malte Malte
()


Officiel pour la LFV:
Liechtenstein Drapeau : Liechtenstein 0–1 Drapeau : Suisse Suisse
()
Plus large victoire Luxembourg Drapeau : Luxembourg 0-4 Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein ()
Plus large défaite Liechtenstein Drapeau : Liechtenstein 1-11 Drapeau : Macédoine Macédoine ()

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 0
Championnat d'Europe Phases finales : 0

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe du Liechtenstein de football (en allemand Liechtensteinische Fussballnationalmannschaft) est constituée par une sélection des meilleurs joueurs du Liechtenstein sous l'égide de la Fédération du Liechtenstein de football.

Après la création du Liechtensteiner Fussballverband en 1934, qui adhère à la FIFA et à l'UEFA en 1974, l'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire en 1981 face à Malte. La « Nati », surnom de la sélection, comme celui de la Suisse, n'a jamais réussi à se qualifier pour une compétition internationale.

Les Liechtensteinois disputent la plupart de leurs rencontres à domicile au Rheinpark Stadion, stade d'une capacité de 6 127 places situé à Vaduz, capitale du pays. 160e du premier classement FIFA en août 1993, la sélection a terminé l'année 2014 au 132e rang mondial. L'Autrichien Rene Pauritsch est le sélectionneur du Liechtenstein depuis 2012.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers pas de la sélection liechtensteinoise (1932-1993)[modifier | modifier le code]

Le football au Liechtenstein avant 1981[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'une équipe de football devant un but.
Sélection du Liechtenstein en 1938.

Le football dans la principauté du Liechtenstein s'est formalisé en 1932 avec la fondation de trois clubs : le FC Vaduz (le 14 février[2]), le FC Balzers (le 1er mai[3]) et le FC Triesen (le 6 juin[4]).

Entre 1934 et 1937, les clubs du Liechtenstein sont affiliés à l'Association cantonale de football de Saint-Gall, qui organise une compétition entre clubs de la principauté afin de déterminer le champion du Liechtenstein. Quatre saisons sont organisées entre 1934 et 1937. Entre-temps, la Fédération du Liechtenstein de football (en allemand Liechtensteiner Fussballverband, abrégé en LFV) est créée le [5], représentant une principauté de 10 300 habitants en 1934[6]. Une sélection du Liechtenstein est mise en place mais n'étant pas affiliée à une instance internationale, elle ne dispute que des matchs contre des clubs, d'où des rencontres régionales. La fédération crée la seule compétition existante sur son sol, la Coupe du Liechtenstein de football (en allemand Liechtensteiner Cup), en 1946, qui existe encore aujourd'hui.

En 1974, la LFV, créée quarante années auparavant, rejoint les instances dirigeantes du football mondial et européen, la FIFA[7] le 16 janvier[5] et l'UEFA[8], le 22 mai[5]. Toutefois, ce n'est que sept ans plus tard, en 1981, que la Nati (contraction de l'expression Liechtensteinische Fussballnationalmannschaft pour « équipe nationale liechtensteinoise de football ») dispute ses premiers matchs.

Les débuts de la sélection (1981-1993)[modifier | modifier le code]

Invitée à la Coupe du Président 1981, à Séoul, en Corée du Sud, la sélection est affectée au groupe B, comprenant Malte, la Thaïlande, l'Indonésie, mais également des clubs sud-américains : le club uruguayen de Danubio FC et le club brésilien de Vitória FC[9]. Son premier match se déroule le , contre Malte. Durant la première mi-temps, l'équipe du Liechtenstein ouvre le score par l'intermédiaire de Ludwig Sklarski, qui devient ainsi le premier buteur de l'histoire de la sélection. La rencontre se solde finalement par un match nul 1-1. Elle connaît ensuite ses premières défaites, contre la Thaïlande deux jours plus tard, deux buts à zéro, contre le club uruguayen de Danubio FC, un but à zéro, et le club brésilien de Vitória FC (déjà vainqueur de ce tournoi en 1979), deux buts à zéro. Enfin, contre l'Indonésie, la sélection remporte trois buts à deux le premier match de son histoire, grâce à un triplé de Donath Marxer. Elle termine cinquième et avant-dernière du groupe B et n'est pas qualifiée pour les demi-finales[9]. La LFV ne recense pas ces matchs alors qu'à l'exception des matchs contre les clubs, la FIFA les considère comme les premiers matchs de la sélection.

Fort de ce bilan plutôt encourageant, le Liechtenstein dispute le un match contre la Suisse, à Balzers qui se solde par une courte défaite, d'un but à zéro[10], le but étant inscrit par Jean-Paul Brigger à la septième minute[11]. Bien qu'il s'agisse du cinquième match officiel selon la FIFA, la fédération liechtensteinoise considère cette rencontre comme premier match officiel[12].

Puis le 6 juin de la même année, à Vaduz a lieu une rencontre non-officielle contre une sélection pékinoise, se soldant par une victoire deux buts à zéro, grâce à un doublé du milieu de terrain Manfred Moser[12].

Par la suite, hormis un match amical contre l'Autriche se soldant par une défaite sur le score de six buts à zéro[note 1], la sélection principautaire ne dispute plus aucune rencontre jusqu’en 1990. Seulement trois matchs ont lieu entre 1990 et 1993, se soldant par trois défaites à domicile, contre les États-Unis (quatre buts à un), qui étaient en préparation pour la Coupe du monde de football de 1990, puis la Suisse (six buts à zéro) et pour finir l'Estonie (deux buts à zéro).

À partir de l'année 1994, l'équipe nationale peut ainsi disputer les phases qualificatives des championnats d'Europe de football et de la Coupe du monde[13].

Le Liechtenstein, un des petits poucets du football européen[modifier | modifier le code]

De 1994 à 2003 : la découverte difficile du niveau européen[modifier | modifier le code]

Un joueur de football au maillot bleu, vu de trois-quarts, se tient debout, les bras derrière le dos.
Mario Frick, attaquant liechtensteinois de classe internationale.

Le 20 avril 1994, la sélection liechtensteinoise dispute son premier match officiel de qualification en vue de l'Euro 1996. Cette rencontre, qui se déroule à Belfast, les oppose à l'Irlande du Nord, et alors qu'il était mené de quatre buts, le Liechtenstein inscrit à son tour un but grâce à son défenseur Daniel Hasler[14] réduisant l'écart avec le seul but que le joueur du FC Vaduz inscrit dans sa carrière internationale. Depuis ce match, le Liechtenstein prend part à toutes les phases qualificatives internationales aussi bien pour le Championnat d'Europe que la Coupe du monde, mais ne s'est jamais qualifié pour l'une d'entre elles.

Le onze de départ face à la Macédoine dans les éliminatoires de la Coupe du monde 1998 (1-11, le 9 novembre 1997 à Eschen)[15]

Martin Heeb - Thomas Hanselmann, Jürgen Ospelt, Daniel Telser, Alex Quaderer, Daniel Hasler, Roland Hilti (de), Stefan Hassler, Harry Zech (de) - Ralf Oehri, Franz Schädler (de)

Cette sélection connaît des éliminatoires pour la Coupe du monde 1998 particulièrement difficiles en encaissant pas moins de cinquante-deux buts dont onze contre la Macédoine[16], le 9 novembre 1997, ce qui constitue la pire défaite de la sélection du Liechtenstein.

Sa première victoire et par conséquent ses premiers points lors d'éliminatoires de championnat d'Europe intervient le 14 octobre 1998 à Vaduz contre l'Azerbaïdjan, remportant le match sur le score de deux buts à un, grâce à des buts du capitaine Mario Frick et de Martin Telser[17]. Cette victoire permet de mettre un terme à une série de trente matchs sans victoire dont un seul match nul. Cette victoire constitue la seule de la décennie 1990.

Le Liechtenstein est la seule équipe qui s'est fait battre par Saint-Marin, le 28 avril 2004, en match amical, sur le score d'un but à zéro[18],[19].

La campagne pour le Mondial 2006 : une performance pour le Liechtenstein[modifier | modifier le code]

Le onze de départ face au Portugal dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2006 (2-2, le 9 octobre 2004 à Vaduz)[20]

Peter Jehle - Martin Telser, Daniel Hasler, Christof Ritter, Michael Stocklasa - Raphael Rohrer, Martin Stocklasa, Andreas Gerster, Franz Burgmeier - Thomas Beck, Mario Frick

La meilleure performance est à ce jour un total de huit points récoltés lors des éliminatoires pour le Mondial 2006. Après une défaite contre l'Estonie (1-2) et une débâcle contre la Slovaquie (0-7), le Liechtenstein affronte le favori du groupe et finaliste de l'Euro 2004, le Portugal de Pauleta[21]. Au Rheinpark Stadion, devant 3 900 spectateurs, le Portugal mène deux buts à zéro à la mi-temps grâce à un but de Pauleta à la 23e minute et un but contre son camp de Daniel Hasler à la 39e minute. Au retour des vestiaires, Franz Burgmeier réduit la marque à la 48e minute puis Thomas Beck égalise à la 76e minute, ce qui permet au Liechtenstein d'engranger son premier point lors d'éliminatoires de Coupe du monde. Cela constitue ainsi une surprise et une contre-performance pour le Portugal[22].

Quatre jours plus tard, le 13 octobre 2004, au stade Josy-Barthel de Luxembourg, le Liechtenstein rencontre les joueurs du Grand-Duché. L'équipe remporte une victoire sur le score de quatre buts à zéro, qui devient ainsi la plus large victoire obtenue par la principauté et également sa première victoire à l'extérieur en matchs officiels, grâce au doublé de Franz Burgmeier et aux buts de Martin Stocklasa et de Mario Frick[23].

Il continue dans ces qualifications à prendre des points au Rheinpark Stadion face à la Slovaquie dans un premier temps avec un match nul et vierge[24], qui lui octroie un point de plus, puis dans un second temps avec une nouvelle victoire face au Luxembourg[25], qui rapporte trois points supplémentaires permettant au Liechtenstein d'obtenir un total de huit points. Grâce à ces performances, l'équipe se classe cinquième de son groupe et ne termine pas à la dernière place pour la première fois de son histoire.

Depuis 2006 : retour à la normale[modifier | modifier le code]

Photographie d'un stade de football depuis les tribunes.
Match du Liechtenstein contre le Pays de Galles, le 14 novembre 2006 à Wrexham, se soldant par une défaite de la Nati, sur le score de quatre buts à zéro.

Après les éliminatoires de la Coupe du monde 2006, le Liechtenstein réussit l'exploit de gagner deux matchs lors des qualifications pour le championnat d'Europe 2008, en s'imposant face à la Lettonie sur le plus petit des scores avec un nouveau but du capitaine Mario Frick à la 17e minute[26]. Il confirme ce bon résultat deux mois plus tard en réalisant un match nul (1-1) contre l'Islande, à Reykjavik[27]. L'équipe de la principauté retrouve l'Islande chez elle à Vaduz et réussit à décrocher sa seconde victoire sur le score de trois buts à zéro avec le treizième but de Mario Frick et un doublé de Thomas Beck[28]. Cette victoire constitue la plus grande victoire lors de qualifications pour un championnat d'Europe pour le Liechtenstein mais cela ne doit pas cacher que l'équipe a connu de lourdes défaites contre l'Espagne, le Danemark, l'Irlande du Nord[29] et elle ne peut l'empêcher de finir dernier du classement avec un total de sept points[30] soit un de moins que son adversaire islandais.

Après la campagne de qualification européenne, la Nati subit une lourde défaite contre Malte sur le score de sept buts à un en mars 2008, avec l'exclusion du liechtensteinois Fabio D'Elia à la 21e minute et deux penalties sifflés en faveur des Maltais[31]. Quelques mois après ce match, l'équipe affronte l'Allemagne à domicile et doit s'incliner sur le score de six buts à zéro[32]. Quelques jours plus tard, l'équipe réalise un match nul et vierge contre l'Azerbaïdjan[33]. Début 2009, la Nati accroche quelques sélections sans pouvoir toutefois s'imposer[29]. La sélection décroche finalement son deuxième et dernier point face à la Finlande en septembre 2009[34]. L'équipe termine finalement dernière de son groupe.

Pour les qualifications de l'Euro 2012, la Nati subit de nombreuses défaites, notamment contre l'Espagne[29] alors championne du monde en titre. En matchs amicaux, la sélection réalise des résultats encourageants comme des matchs victorieux face à Saint-Marin et Andorre respectivement en février 2011[35] et août 2012[36] en amical, tous deux sur le score d'un but à zéro. Dans le cadre des éliminatoires du Championnat d'Europe 2012, elle décroche une victoire sur le score de 2-0 face à la Lituanie, alors qu'ils évoluaient sans leur capitaine et buteur Mario Frick, ni avec leur gardien habituel Peter Jehle[37].

Lors des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014, la Nati est humiliée à domicile lors son premier match perdu contre la Bosnie-Herzégovine (1-8)[38]. L'équipe perd beaucoup de matchs de ses qualifications[29] et remporte ses deux seuls points lors de matchs nuls contre la Lettonie[39] et la Slovaquie[40]. La sélection termine dernière de son groupe.

Pour la campagne qualificative de l'Euro 2016 en France, le Liechtenstein réussit à avoir quatre points sur douze, réussissant un match nul et vierge contre le Monténégro[41] et une victoire contre la Moldavie, sur le score d'un but à zéro, grâce au neuvième but de Franz Burgmeier[42].

Parcours dans les compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

L'équipe du Liechtenstein n'a jamais participé à la Coupe du monde de football. Elle est inscrite pour la première fois aux qualifications pour la Coupe du monde 1998 en France. Durant ces éliminatoires, elle connaît la pire défaite de son histoire, à domicile, le 9 novembre 1996, contre la Macédoine, se soldant par un score de onze buts à un pour les visiteurs. Elle n'a inscrit son premier point que contre le Portugal[43], pourtant finaliste de l'Euro 2004 quelques mois auparavant, le 9 octobre 2004, à domicile, ce qui constitue une sensation et quatre jours plus tard, elle remporte son premier match contre le Luxembourg, sur le score de quatre buts à zéro. Finalement, dans son groupe, le Liechtenstein engrange huit points, ce qui constitue sa meilleure performance (deux victoires contre le Luxembourg et deux matchs nuls contre le Portugal et la Slovaquie). Cet exploit n'est pas réédité dans les éliminatoires suivants.

Parcours de l'équipe du Liechtenstein en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Uruguay 1930 Non inscrit Drapeau : Angleterre 1966 Non inscrit Drapeau : États-Unis 1994 Non inscrit
Drapeau : Italie 1934 Non inscrit Drapeau : Mexique 1970 Non inscrit Drapeau : France 1998 Non qualifié
Drapeau : France 1938 Non inscrit Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1974 Non inscrit Drapeau : Corée du SudDrapeau : Japon 2002 Non qualifié
Drapeau : États-Unis du Brésil 1950 Non inscrit Drapeau : Argentine 1978 Non inscrit Drapeau : Allemagne 2006 Non qualifié
Drapeau : Suisse 1954 Non inscrit Drapeau : Espagne 1982 Non inscrit Drapeau : Afrique du Sud 2010 Non qualifié
Drapeau : Suède 1958 Non inscrit Drapeau : Mexique 1986 Non inscrit Drapeau : Brésil 2014 Non qualifié
Drapeau : Chili 1962 Non inscrit Drapeau : Italie 1990 Non inscrit Drapeau : Russie 2018 à venir

Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

Comme pour la Coupe du monde, l'équipe du Liechtenstein ne s'est jamais qualifiée pour le Championnat d'Europe. Elle est inscrite pour la première fois dans des éliminatoires pour l'Euro 1996 en Angleterre. Elle inscrit son premier point dans ces éliminatoires en faisant match nul et vierge contre l'Irlande, terminant dernière du groupe. Il faut attendre les éliminatoires de l'Euro 2000 pour voir la première victoire dans des éliminatoires de l'Euro, contre l'Azerbaïdjan, à domicile, sur le score de deux buts à un[44]. Elle termine avec quatre points, en obtenant un match nul et vierge contre la Hongrie. Elle connait quelques victoires après mais ce sont les défaites et la dernière place qu'elle côtoie. Sa pire défaite dans ces éliminatoires se solde par un score de huit buts à zéro, à deux reprises contre le Portugal en décembre 1994 et en juin 1999.

Parcours de l'équipe du Liechtenstein en championnat d'Europe
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : France 1960 Non inscrit Drapeau : Italie 1980 Non inscrit Drapeau : BelgiqueDrapeau : Pays-Bas 2000 Non qualifié
Drapeau : Espagne 1964 Non inscrit Drapeau : France 1984 Non inscrit Drapeau : Portugal 2004 Non qualifié
Drapeau : Italie 1968 Non inscrit Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1988 Non inscrit Drapeau : AutricheDrapeau : Suisse 2008 Non qualifié
Drapeau : Belgique 1972 Non inscrit Drapeau : Suède 1992 Non inscrit Drapeau : PologneDrapeau : Ukraine 2012 Non qualifié
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie 1976 Non inscrit Drapeau : Angleterre 1996 Non qualifié Drapeau : France 2016 Non qualifié

Tournois amicaux[modifier | modifier le code]

Le Liechtenstein a été invité à une occasion dans un tournoi amical, dans le cadre de la Coupe du Président, en 1981[9]. Au cours de ce tournoi, il réalise pour le premier match de son histoire un match nul contre Malte sur le score d'un but partout, permettant ainsi à Ludwig Sklarski de devenir le premier buteur de la sélection du Liechtenstein. Puis il remporte le premier match de son histoire, contre l'Indonésie, sur le score de trois buts à deux et a affronté trois sélections asiatiques et deux clubs sud-américains (Danubio FC et Vitória FC). Malgré ces premières, la sélection est éliminée au premier tour, terminant avant-dernière du groupe B.

Parcours en tournoi amical
Année Position
Drapeau : Corée du Sud Coupe du Président 1981 Premier tour (invité)

Composition[modifier | modifier le code]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Un homme brun avec le front légèrement dégarni sourit et est vu de face.
L'ancien sélectionneur de l'Autriche Alfred Riedl prend les rênes de la sélection du Liechtenstein de 1997 à 1998.
Principaux sélectionneurs de l'équipe liechtensteinoise
Entraîneur Période[note 2] M
Drapeau : Allemagne Dietrich Weise Octobre 1990 - Décembre 1996 18
Drapeau : Autriche Alfred Riedl Janvier 1997 - Mai 1998 6
Drapeau : Allemagne Ralf Loose Juillet 1998 - Juillet 2003 32
Drapeau : Suisse Martin Andermatt Mars 2004 - Octobre 2006 24
Drapeau : Suisse Hans-Peter Zaugg Janvier 2007 - Octobre 2012 45
Drapeau : Autriche Rene Pauritsch Novembre 2012 - aujourd'hui 18[45]

Onze techniciens ont occupé la fonction de sélectionneur de l'équipe nationale depuis 1982 en comptant ceux qui ont assuré l'intérim. Le Suisse Hans-Peter Zaugg, entraîneur lors de quarante-cinq matchs entre 2007 et 2012, détient le record de longévité. Il est le sélectionneur qui a remporté le plus de matchs avec la sélection, avec cinq matchs et a le pourcentage le plus important de matchs gagnés sur le nombre de matchs (11,1 %).

Les premiers sélectionneurs sont de nationalité liechtensteinoise et n'ont dirigé qu'un match. Les sélectionneurs étrangers qui prennent ensuite la succession dirigent la sélection sur une plus longue durée (d'un mois à six années). Tous les sélectionneurs étrangers sont de langue allemande (Allemagne, Suisse, Autriche). Entre ces mandats, un seul sélectionneur local a assuré l'intérim, Erich Bürzle en juin 1998, déjà sélectionneur en mai 1990.

Équipe technique actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'équipe technique actuelle de l'équipe nationale[note 9],[47].

Encadrement technique actuel de l'équipe du Liechtenstein
Nom Rôle
Drapeau : Autriche Rene Pauritsch Sélectionneur[48].
Drapeau : Suisse Michael Koller Sélectionneur adjoint[note 10],[49]
Drapeau : Autriche Dietmar Kupnik Entraîneur des gardiens[50].
Ecki Hermann Médecin de l'équipe
Handan Frauenfelder Médecin de l'équipe
Christian Schlegel Médecin de l'équipe
Mark Posselt Médecin de l'équipe
Roland Müller Physiothérapeute
Christian Artho Physiothérapeute

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Effectif annuel
Pos. Nom Date de naissance Sélections Buts Club Rang Sélections Joueur Période Buts
1 119 Mario Frick 1993–2016 17
2 115 Peter Jehle 1998– 0
3 112 Martin Stocklasa 1996–2014 7
4 92 Thomas Beck 1998–2013 5
5 91 Franz Burgmeier 2001– 11
6 79 Daniel Hasler 1993–2007 1
7 75 Martin Telser 1996-2007 1
8 72 Ronny Büchel 1998–2010 0
9 71 Michael Stocklasa 1998–2012 2
10 66 Fabio D'Elia 2001–2010 2

|}

La plupart des internationaux jouent dans le Championnat du Liechtenstein ou de Suisse et très peu évoluent dans le reste de l'Europe. Un seul a joué en dehors de l'Europe, il s'agit de Michele Polverino, jouant en deuxième division iranienne, avec le Steel Azin, entre 2011 et 2012[51]. Certains joueurs évoluant à l'étranger ainsi que ceux du FC Vaduz (Championnat de Suisse de football) sont professionnels, les autres ayant le statut d'amateur.

Un gardien de but de football avec un maillot jaune tient un ballon. Juste derrière lui, il y a un autre homme.
Peter Jehle, le gardien le plus capé avec cent-quinze sélection, faisant de lui le deuxième joueur le plus capé de la sélection du Liechtenstein.

Le joueur le plus connu de la sélection du Liechtenstein est Mario Frick. Il est le meilleur buteur de la sélection (17), le plus capé (119), il a pris sa retraite récemment [52]. Né en Suisse (à Coire), il joue depuis 1993 pour la Nati. Capitaine de la sélection, il est le premier joueur du Liechtenstein à jouer en Serie A, avec le Hellas Vérone[53], l'espace d'une saison 2001-2002, puis avec l'AC Sienne pendant trois saisons (2006 à 2009)[54]. Il retourne ensuite en Suisse, puis au Liechtenstein et joue depuis 2011 au FC Balzers en novembre il annonce sa retraitre [55].

Un joueur de football au maillot bleu est debout et se penche vers le sol. Vu de face, il regarde à sa gauche.
Franz Burgmeier, le deuxième meilleur buteur de la sélection avec onze buts.

Le gardien de but Peter Jehle est le deuxième joueur le plus capé de la sélection. Comme Frick, il est né en Suisse, à Grabs, a joué au Portugal pendant deux saisons (2006-2008[56]) au Boavista Porto, puis en deuxième division française avec le Tours FC entre 2008 et 2009[57]. Il joue actuellement au FC Vaduz depuis 2009[58].

Franz Burgmeier est le deuxième meilleur buteur de la sélection avec onze buts inscrits. Jouant comme milieu de terrain, il joue dans les championnats suisses et du Liechtenstein, mais a aussi joué en Angleterre une saison en quatrième division avec le Darlington FC[59].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Carte du Liechtenstein avec le nom de trois villes.
Liste des villes où la sélection du Liechtenstein a joué au moins un match

Les deux premières rencontres de la sélection, face à la Malaisie et la Suisse en 1981 et en 1982, se disputent au Sportanlage Rheinau (en) de Balzers. Ce stade, d'une capacité de 2 000 places, accueille au total quatre rencontres de la sélection durant les années 1980 et 1990, mais n'est plus utilisé depuis.

La sélection évolue ensuite au Sportpark Eschen-Mauren d'Eschen de 1990 à 1997, elle y dispute onze matchs avant d'être contrainte de quitter ce stade jugé trop ancien par la FIFA et l'UEFA[60], la Nati y joue son dernier match le 6 septembre 1997, une défaite huit buts à un contre la Roumanie. Ce stade, d'une capacité de 2 000 places également, a été réutilisé une seule fois depuis par la sélection, lors d'une défaite cinq buts à un face à la Biélorussie en mai 2014.

Depuis 1998, la sélection dispute ses rencontres à domicile au Rheinpark Stadion situé dans la capitale Vaduz[61]. Construit en l'espace d'un an de 1997 à 1998 pour un montant de 19 millions de francs suisses, ce stade, avec une capacité initiale de 3 500 places assises, est la plus grande enceinte de la principauté. Deux nouvelles tribunes, construites en 2006, ont porté sa capacité à 6 127 places assises[61]. Inauguré le 31 juillet 1998, la sélection y dispute le 10 octobre sa première rencontre face à la Slovaquie. Les Liechtensteinois s’inclinent sur le score de quatre buts à zéro.

Le stade accueille également les rencontres à domicile du FC Vaduz, engagé dans le championnat suisse, et la finale de la coupe du Liechtenstein. Il est également utilisé pour de nombreuses rencontres internationales notamment la finale du championnat d'Europe des moins de 19 ans en 2003.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Feuille de match entre le Liechtenstein et l'Australie (1-3), le 7 juin 2006.

De juin 1981 à février 2015, l'équipe du Liechtenstein a joué 155 matchs selon la FIFA pour un bilan de 12 victoires, 19 matchs nuls et 124 défaites. Elle a marqué 69 buts et en a encaissé 441. Mais d'après la fédération du Liechtenstein, de mars 1982 à février 2015, elle a joué 152 matchs[29], pour un bilan de 10 victoires, 18 matchs nuls et 124 défaites, 64 buts inscrits contre 437 encaissés[29].

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

La sélection du Liechtenstein a essentiellement rencontré des sélections européennes. Elle a cependant aussi disputé des matchs contre des sélections asiatiques (Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Arabie saoudite), rencontres qui se sont soldées par trois victoires sur quatre.

Elle rencontre une seule sélection océanienne[note 11] (Australie)[62] et une africaine (Togo)[63], toutes deux présentes en Europe dans le cadre de la préparation pour la Coupe du monde de football de 2006, qui se déroulait en Allemagne, se soldant par deux défaites.

Et pour finir, la seule confrontation contre une sélection de la CONCACAF (États-Unis) s'est soldée par une défaite (quatre buts à un)[64]. Elle n'a pas rencontré de sélections de la CONMEBOL.

Carte mondiale colorée
Carte des équipes rencontrées par le Liechtenstein[note 12].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe du Liechtenstein de football :
  •      De 1 à 2 matchs
  •      De 3 à 4 matchs
  •      De 5 à 6 matchs
  •      De 7 à 8 matchs
  •      De 9 à 50 matchs

Adversaires les plus fréquents[modifier | modifier le code]

L'équipe du Liechtenstein n'a joué que sept matchs contre des sélections non-européennes. Du fait de son faible niveau, elle connait beaucoup de défaites.

Géographiquement situé entre la Suisse et l'Autriche, le Liechtenstein n'a pas réussi à battre ses voisins (sept défaites en sept matchs contre la Suisse, sept défaites en sept matchs contre l'Autriche). Pourtant, les deux sélections les plus affrontées sont la Slovaquie et la Lettonie.

Bilan du Liechtenstein face aux sélections affrontées au moins sept fois[65]
Adversaire Joués Victoires Matchs nuls Défaites Buts pour Buts contre
Slovaquie 9[66] 0 2 7 1 26
Lettonie 9 1 1 7 4 15
Portugal 7 0 1 6 3 35
Autriche 7[note 13] 0 0 7 1 28
Suisse 7[67] 0 0 7 1 18

Victoires du Liechtenstein[modifier | modifier le code]

Sur ses cent cinquante-cinq matchs, seules douze victoires sont comptabilisées d'après la FIFA. Le Liechtenstein n'a remporté que deux matchs durant les années 1980, un seul durant les années 1990, cinq durant les années 2000 et quatre durant les années 2010[29]. Au vu du peu de rencontres remportées, l'écart le plus important entre deux victoires est de dix-sept années, ce qui constitue un record (la Malaisie en 1981 et l'Azerbaïdjan en 1998).

Tableau des victoires
FIFA LFV Date Adversaire Résultat Lieu de la rencontre Compétition
003. 22.06.1981 Drapeau : Indonésie Indonésie 3:2 Séoul (CdS) Match amical
004. 05.10.1981 Drapeau : Malaisie Malaisie 1:0 Balzers Match amical
034. 031. 14.10.1998 Drapeau : Azerbaïdjan Azerbaïdjan 2:1 Vaduz Qualifications Euro 2000
062. 059. 30.04.2003 Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite 1:0 Vaduz Match amical
075. 072. 13.10.2004 Drapeau : Luxembourg Luxembourg 4:0 Luxembourg (LUX) Qualifications Coupe du monde 2006
082. 079. 07.09.2005 Drapeau : Luxembourg Luxembourg 3:0 Vaduz Qualifications Coupe du monde 2006
094. 091. 28.03.2007 Drapeau : Lettonie Lettonie 1:0 Vaduz Qualifications Euro 2008
100. 097. 17.10.2007 Drapeau : Islande Islande 3:0 Vaduz Qualifications Euro 2008
124. 121. 09.02.2011 Drapeau : Saint-Marin Saint-Marin 1:0 Serravalle (SMR) Match amical
126. 123. 03.06.2011 Drapeau : Lituanie Lituanie 2:0 Vaduz Qualifications Euro 2012
133. 130. 14.08.2012 Drapeau : Andorre Andorre 1:0[68] Vaduz Match amical
155. 152. 15.11.2014 Drapeau : Moldavie Moldavie 1:0[69] Chișinău (MDA) Qualifications Euro 2016

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

Du fait de la faiblesse de l'équipe, le classement du Liechtenstein est depuis 1993 assez bas. Débutant à la 160e rang place en 1993, son classement le plus bas, il réussit l'exploit de se classer 122e rang en 2005 et en 2007, ce qui constitue le meilleur rang de son histoire à ce jour. Entre 1993 et 2014, le Liechtenstein occupe en moyenne le 146e rang[70]. La victoire contre la Moldavie lui a permis de remonter à la 132e rang place, en décembre 2014[71].

Classement FIFA de l'équipe du Liechtenstein
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Classement mondial[72] 160 156 157 154 158 159 125 147 150 147
Classement européen[72] 44 50 49 49 51 50 50 51 51 50
Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Classement mondial[72] 148 142 122 158 122 149 154 148 132 154
Classement européen[72] 50 49 47 48 46 50 51 50 48 51
Année 2013 2014
Classement mondial[72] 154 132
Classement européen[72] 50 48

Légende du classement mondial :

  •      de 1 à 25
  •      de 26 à 50
  •      de 51 à 209

Légende du classement européen :

  •      de 1 à 15
  •      de 16 à 30
  •      de 31 à 54

La sélection dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le livre Stamping Grounds: Liechtenstein's Quest for the World Cup[modifier | modifier le code]

Poussé par le piètre bilan de l'équipe dans les matchs de qualifications, l'écrivain britannique, auteur de livres populaires d'histoires non-fictives, Charlie Connelly (en) a suivi toute la campagne de qualification pour la Coupe du monde de football de 2002 et en a fait un livre avec le titre Stamping Grounds: Liechtenstein's Quest for the World Cup[73], paru dès le 23 mai 2002[73], en langue anglaise. Comme il est indiqué sur le livre, le Liechtenstein a perdu les huit matchs sans marquer un but. Il indique aussi dans son livre qu'avant lui, aucune personne n'a réalisé un ouvrage sur le football au Liechtenstein car « Peut-être que c'est parce qu'il n'y a pas beaucoup de choses à dire. » (« No one's written at such length about Liechtenstein before. Maybe that's because there's not much to say. »)[73] mais il espère que cet ouvrage mettra en avant ce pays, ainsi que sa sélection nationale[73].

Voici un passage de son livre Stamping Grounds :

« There are approximately 3,000 Liechtenstein men in total between the ages of fifteen and thirty-five. Not all of them will play football, and of those who do only a percentage will be capable of kicking a ball in a straight line. So it's probably a reasonable guess that Ralf Loose[note 14] has around four or five hundred basically competent footballers from whom to select a national team. »
« Until recently Liechtenstein had just one professional footballer. The same player, Mario Frick, is Liechtenstein's all-time leading international goalscorer. With three. And one of those was a penalty »[74],[75]

Voici la traduction :

« Il y a environ 3 000 hommes liechtensteinois âgés de quinze à trente-cinq ans. Tous ne joueront pas au football, et seul un faible pourcentage sera capable de taper dans un ballon en ligne droite. On peut donc estimer que Ralf Loose doit composer avec une base de quatre à cinq cent footballeurs compétents afin de pouvoir composer une sélection nationale. »
« Jusqu'à récemment, le Liechtenstein n'avait qu'un seul joueur professionnel. Ce joueur, Mario Frick, est le meilleur buteur de la sélection. Avec trois buts, dont un était un penalty. »

Ce livre reçoit une bonne critique par le When Saturday Comes, qui précise que c'est « le meilleur livre jamais écrit sur le football au Liechtenstein » (« The best book yet written about Liechtenstein football »), ou par l'Irish Times (« For all those people who might be just a tad jaded by the World Cup, this book is the perfect tonic », ce qui veut dire : « Pour toutes ces personnes qui pourraient être juste un peu blasées par la Coupe du monde, ce livre est le parfait tonifiant. »), comme par The Times Hot Holiday Reads (« Charlie Connelly's hilarious account of following the Liechtenstein national team should be swallowed whole in one sitting. », ce qui signifie : « Le contenu hilarant de Charlie Connelly pour suivre l'équipe nationale du Liechtenstein doit être avalé entier en une seule séance »)[73].

Le documentaire Kicken für die Krone[modifier | modifier le code]

Il existe aussi en langue allemande, un documentaire sorti le 24 mars 2008[76], intitulé Kicken für die Krone, qui dure 93 minutes, produit par Sebastian Frommelt et Sigvard Wohlwend, pour la boîte de production suisse-liechtenstenoise[77] Autoren.tv et en collaboration avec le groupe public audiovisuel suisse Schweizer Fernsehen. Le budget estimé de ce documentaire est de 650 000 francs suisses[76]. Ce documentaire montre la sélection du Liechtenstein de l'intérieur, pour voir la vie des internationaux (leur vie de famille, leur travail, le football, les voyages à l'étranger avec la sélection, les discours du sélectionneur et même les célébrations après les rares victoires), durant les éliminatoires de l'Euro 2008[78].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le match est comptabilisé par la LFV comme un match international, alors que ni la FIFA, ni l'ÖFB ne le reconnaissent.
  2. La période correspond aux dates des premier et dernier matchs dirigés.
  3. ou 2, si on prend on compte le match contre une sélection de Pékin, le 6 juin 1982, se soldant par une victoire deux buts à zéro, mais ce match n'est pas comptabilisé comme un match reconnu ni par la FIFA, ni par la LFV.
  4. ou 1, si on prend on compte le match contre une sélection de Pékin, le 6 juin 1982, se soldant par une victoire deux buts à zéro, mais ce match n'est pas comptabilisé comme un match reconnu ni par la FIFA, ni par la LFV.
  5. ou 50, si on prend on compte le match contre une sélection de Pékin, le 6 juin 1982, se soldant par une victoire deux buts à zéro, mais ce match n'est pas comptabilisé comme un match reconnu ni par la FIFA, ni par la LFV.
  6. Le match contre l'Autriche en juin 1984 est comptabilisé par la LFV comme un match international, mais pas l'ÖFB, ni par la FIFA.
  7. ou 46, si on prend on compte le match contre les moins de 23 ans algériens, le 3 mars 2010, défaite quatre buts à zéro. Match inofficiel mais recensé par la LFV comme match inofficiel.
  8. ou 35, si on prend on compte le match contre les moins de 23 ans algériens, le 3 mars 2010, défaite quatre buts à zéro.
  9. Mis à jour en février 2015
  10. Il est également le sélectionneur des moins de 17 ans du Liechtenstein.
  11. L'Australie quitte l'OFC pour adhérer à l'AFC dès le 1er janvier 2006, mais se présente à la Coupe du monde de football de 2006, comme représentant de la zone Océanie.
  12. Carte à jour après le match Liechtenstein-Moldavie du 15 novembre 2014. Les matchs contre l'Allemagne et l'Allemagne de l'Ouest sont cumulés
  13. 7 selon la fédération du Liechtenstein, 6 selon la FIFA ; le match du 7 juin 1984 (0-6 à Vaduz) est comptabilisé par la LFV mais pas par la FIFA, ni par l'Autriche.
  14. Le sélectionneur du Liechtenstein du moment, en 2002.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 30 décembre 2015).
  2. (de) « Verein », sur fcvaduz.li (consulté le 25 février 2015)
  3. (de) « Vereinschronik des FCB », sur fcbalzers.li (consulté le 25 février 2015)
  4. (de) « Allgemeines », sur fctriesen.li (consulté le 25 février 2015)
  5. a, b et c (de) « Fussball und Sport in Liechtenstein », sur lfv.li, LFV (consulté le 25 février 2015)
  6. (de) « Amt für Statistik Liechtenstein », sur llv.li (consulté le 4 mars 2015)
  7. « Fiche Liechtenstein », sur fr.fifa.com, FIFA. (consulté le 25 février 2015)
  8. « Fiche Liechtenstein », sur fr.uefa.com, UEFA (consulté le 25 février 2015)
  9. a, b et c (en) « 1981 President's Cup », sur rsssf.com (consulté le 22 février 2015)
  10. « Liechtenstein-Suisse du 9 mars 1982 », sur lfv.li, ASF (consulté le 26 février 2015)
  11. (de) « Statistik A-Nationalmannschaft », sur lfv.li, LFV (consulté le 25 février 2015)
  12. a et b (en) « Liechtenstein - International matches », sur RSSSF.com (consulté le 8 mars 2015)
  13. « Le Liechtenstein à pas de géant », sur fr.uefa.com, UEFA, (consulté le 25 février 2015)
  14. (de) « Statistik zu allen bisherigen Spielen gegen Nordirland », sur lfv.li (consulté le 25 février 2015)
  15. (de) « Liechtenstein - Macédoine du 9 novembre 2005 (1-11) », sur lfv.li (consulté le 25 février 2015)
  16. (de) « WM Qualifikation 1998 - Gruppe 8 », sur lfv.li (consulté le 25 février 2015)
  17. (de) « Statistik zu allen bisherigen Spielen gegen Aserbaidschan », sur lfv.li (consulté le 25 février 2015)
  18. (de) « Statistik zu allen bisherigen Spielen gegen San Marino », sur lfv.li (consulté le 25 février 2015)
  19. (en) « Friendlies 2004 », sur footballdatabase.eu (consulté le 6 mars 2015)
  20. (de) « Liechtenstein - Portugal du 9 octobre 2004 (2-2) », sur lfv.li (consulté le 22 février 2015)
  21. (de) « Statistik zu allen bisherigen Spielen gegen Portugal », sur lfv.li (consulté le 25 février 2015)
  22. « Le Liechtenstein au point », sur fr.uefa.com, UEFA, (consulté le 9 mars 2015)
  23. (de) « Luxembourg - Liechtenstein du 13 octobre 2004 (0-4) », sur lfv.li (consulté le 24 février 2015)
  24. « Liechtenstein - Slovaquie du 17 août 2005 (0-0) », sur lfv.li (consulté le 24 février 2015)
  25. (de) « Liechtenstein - Luxembourg du 7 septembre 2005 (3-0) », sur lfv.li (consulté le 24 février 2015)
  26. « Le Liechtenstein passe la seconde », sur uefa.com, (consulté le 25 février 2015)
  27. (en) « Iceland v Liechtenstein, 02 June 2007 », sur 11v11.com (consulté le 25 février 2015)
  28. « Euro-2008/qualifications - Liechtenstein bat Islande 3-0 », sur espnfc.com, (consulté le 25 février 2015)
  29. a, b, c, d, e, f et g (de) « Statistik A-Nationalmannschaft », sur lfv.li (consulté le 25 février 2015)
  30. (en) « Governance, Citizenship and the New European Football Championships: The European Spectacle », sur books.google.fr (consulté le 5 mars 2015)
  31. (en) « Malta beat Liechtenstein 7-1 », sur timesofmalta.com, (consulté le 25 février 2015)
  32. (en) « Germany beat Liechtenstein 6-0 in Vaduz on Saturday », sur dfb.de
  33. (en) « Azerbaijan 0-0 Liechtenstein », sur football.couk (consulté le 25 février 2015)
  34. (en) « Liechtenstein - Finland 1 - 1 », sur sofascore.com (consulté le 25 février 2015)
  35. (en) « San Marino 0-1 Liechtenstein », sur espn.co.uk, (consulté le 25 février 2015)
  36. « Le Liechtenstein surclasse Andorre 1-0 en match amical », sur athlet.org, (consulté le 25 février 2015)
  37. (en) « Lithuania suffer shock Euro 2012 loss to Liechtenstein », sur bbc.com, (consulté le 25 février 2015)
  38. (en) « Records fall as Bosnia put eight past Liechtenstein », sur uefa.com, (consulté le 25 février 2015)
  39. « Le Liechtenstein concède le match nul face à la Lettonie (1-1) », sur eurosport.fr (consulté le 25 février 2015)
  40. « Le Liechtenstein tient la Slovaquie en échec », sur uefa.com, (consulté le 25 février 2015)
  41. « Foot/Euro-2016/Qualif. - Liechtenstein et Monténégro 0 à 0 », sur lematin.ch, (consulté le 25 février 2015)
  42. « Euro 2016 : Le Liechtenstein s'impose face à la Moldavie 1 but à 0 », sur athlet.org, (consulté le 25 février 2015)
  43. (en) « Liechtenstein stun Portugal », sur dailymail.co.uk (consulté le 6 mars 2015)
  44. (en) « Liechtenstein - Azerbaijan », sur uefa.com (consulté le 6 mars 2015)
  45. (en) « Team - Liechtenstein », sur UEFA.com (consulté le 6 mars 2015)
  46. (de) « Freundschatsspiele inoffiziell », sur lfv.li, LFV (consulté le 8 mars 2015)
  47. (de) « Trainer und Betreuer Nationalmannschaft », sur lfv.li (consulté le 19 février 2015)
  48. « Rene Pauritsch », sur UEFA.com (consulté le 6 mars 2015)
  49. (en) « Michael Koller », sur Transfermarkt.com (consulté le 6 mars 2015)
  50. (de) « Dietmar Kupnik », sur Transfermarkt.de (consulté le 6 mars 2015)
  51. Arcinfo, « Polverino en Iran », Arcinfo.ch (consulté le 25 février 2015)
  52. 20 minutes, « A 40 ans, Mario Frick aide toujours le Liechtenstein », 20min.ch$ (consulté le 26 février 2015)
  53. (sv) Karl Schriever-Abeln, « Mario Frick åter i träning », Svenskafans.com (consulté le 3 mars 2015)
  54. RTS Sport, « 19e j : Sienne enfonce la Reggina », Foot 01 (consulté le 26 février 2015)
  55. RTS Sport, « Mario Frick retourne au Liechtenstein », RTS Sport (consulté le 26 février 2015)
  56. (pt) Maisfutebol, « Jehle (Boavista) foi o melhor do mês para o Sindicato dos Jogadores », Maisfutebol (consulté le 25 février 2015)
  57. LFP, « Carrière de Peter Jehle », LFP (consulté le 25 février 2015)
  58. (de) FC Vaduz, « Nummer 1 Peter Jehle », FC Vaduz (consulté le 25 février 2015)
  59. (en) « From Liechtenstein to Darlington » (consulté le 26 février 2015)
  60. Toni Turek, « Les petits princes de Vaduz », sur cahiersdufootball.net, Les Cahiers du football, (consulté le 11 mars 2015)
  61. a et b (de) « Rheinpark Stadion Vaduz », sur lfv.li, LFV.
  62. (en) « Liechtenstein-Australia », sur Youtube (consulté le 26 février 2015)
  63. « Matchs amicaux 2006 », sur mondedufoot.fr (consulté le 25 février 2015)
  64. « Statistiques et résultats de l'équipe A », sur football.ch (consulté le 23 janvier 2014)
  65. Mis à jour en février 2015
  66. (sk) « Dnes večer deviaty vzájomný zápas Slovenska s Lichtenštajnskom » (consulté le 26 février 2015)
  67. « Télégramme équipe nationale » (consulté le 26 février 2015)
  68. (ca) « Andorra no concreta les ocasions que té i acaba cedint per la mínima davant Liechtenstein », sur FAF (consulté le 2 mars 2015)
  69. (en) « Moldova-Liechtenstein », sur UEFA (consulté le 2 mars 2015)
  70. « Historique du Liechtenstein au classement FIFA », sur fifa.com (consulté le 19 février 2015)
  71. « Les nouveaux sommets du Liechtenstein », sur fifa.com (consulté le 19 février 2015)
  72. a, b, c, d, e et f « Classement mondial FIFA/Coca-Cola », sur fr.fifa.com (consulté le 19 février 2015)
  73. a, b, c, d et e (en) « Stamping Grounds: Exploring Liechtenstein and its World Cup Dream », sur charlieconnelly.com (consulté le 23 février 2015)
  74. (en) « Filming the Rise of Liechtenstein », sur Pitch Invasion (consulté le 23 février 2015)
  75. (en) « Stamping Grounds: Exploring Liechtenstein and its World Cup Dream », sur books.google.fr (consulté le 5 mars 2015)
  76. a et b (en) « Kicken für die Krone », sur charlieconnelly.com (consulté le 23 février 2015)
  77. (de) « Autoren.TV », sur Autoren.TV (consulté le 4 mars 2015)
  78. (en) « Kicken für die Krone / The Mouse that Scored », sur Youtube (consulté le 4 mars 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Charlie Connelly, Stamping Grounds: Exploring Liechtenstein and its World Cup Dream: Liechtenstein's World Cup Odyssey, Little Brown, , 336 p. (ISBN 0316859397)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 mars 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.