Équipe de Suède de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de Suède de football féminin.
Drapeau : Suède Équipe de Suède
Écusson de l' Équipe de Suède
Généralités
Confédération UEFA
Couleurs jaune et bleu
Surnom Blågult (« Les Bleus-Jaunes »)
Stade principal Friends Arena
Classement FIFA 45e (1er octobre 2015)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Suède Erik Hamrén
Capitaine Zlatan Ibrahimović
Plus sélectionné Anders Svensson (148 sélections)
Meilleur buteur Zlatan Ibrahimović (62 buts)

Rencontres officielles historiques

Premier match (Norvège, 11-3)
Plus large victoire 12-0, Lettonie ()
12-0, Corée du Sud ()
Plus large défaite 1-12, Grande-Bretagne ()

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 11
médaille d'argent, Coupe du Monde Finaliste en 1958
Championnat d'Europe Phases finales : 6
médaille de bronze, Europe Troisième en 1992
Jeux olympiques médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d'or en 1948

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe de Suède de football (en suédois : Sveriges herrlandslag i fotboll) est la sélection de joueurs suédois représentant le pays lors des compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération suédoise de football.

L'équipe fait ses débuts en 1908, à l'occasion des Jeux olympiques. En 1924, elle remporte la médaille de bronze aux JO de Paris, où est organisé le premier tournoi de football mondial. Forfait lors de la première édition de la Coupe du monde en 1930, elle atteint les quarts de finale puis les demi-finales des deux éditions suivantes, organisées en Europe.

Après la Seconde Guerre mondiale, la Suède bénéficie de l'apparition de son trio d'attaque Gre-No-Li. Elle est championne olympique à Londres en 1948 puis termine à la troisième place de la Coupe du monde en 1950. En 1958, comme sélection-hôte, la Suède atteint la finale de la Coupe du monde, où elle s'incline face au Brésil.

42 ans plus tard, les Suédois brillent de nouveau lors l’Euro 1992, organisé à domicile, ou ils atteignent les demi-finales (défaite contre l'Allemagne) puis lors de la Coupe du monde de 1994, dont elle termine troisième après ne s'être inclinée qu'une fois, face au Brésil lors du match précédant. La Suède se qualifie depuis à la plupart des tournois internationaux (surtout l'Euro dont elle n'a manqué aucune phase finale depuis 2000), mais malgré les nombreux buts de son attaquant vedette Zlatan Ibrahimović, qui détient le record en la matière avec sa sélection, elle ne parvient pas à y réitérer ses performances passées (4 éliminations au premier tour sur les 5 dernières participations a l'Euro, absence de la Suède des phases finales des 2 dernières coupes du monde)

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts de la Suède (1908-1938)[modifier | modifier le code]

L'équipe suédoise a ses débuts en 1908.

Le football apparaît dans la région à la fin du XIXe siècle et plus précisément durant les années 1890, notamment à Göteborg ou à Stockholm, où sont fondés les premiers clubs du pays : le Örgryte IS en 1887, le AIK Fotboll en 1891 qui existent encore aujourd'hui. Le match de football le plus ancien ayant été rapporté oppose Örgryte IS et Idrottssällskapet Lyckans Soldater le [2]. Une première édition du championnat national est organisée en 1896[3]. La Fédération de Suède de football (Svenska Fotbollförbundet) est fondée en 1904[2], elle est un membre fondateur de la FIFA fondée la même année[2],[4].

La fédération suèdoise propose au cours de l'année 1908 aux fédérations voisines d'organiser une rencontre amicale avant de jouer les Jeux olympique 1908, le Danemark refuse la proposition tout comme la Finlande qui se trouve encore trop faible, la Norvège accepte elle l'invitation[3]. Le , la fédération suédoise organise donc le premier match officiel de l’équipe de Suède de football (Sveriges herrlandslag i fotboll). Elle s'impose à Göteborg face à son voisin Norvégien, dont c'est également la première sortie, une large victoire sur le score de 11 buts à 3[2],[3]. Après l'accord de la fédération anglaise[3], la Suède reçoit une sélection venant d'Angleterre au cours du mois de septembre contre laquelle elle s’incline largement (1-6)[note 1].

L'équipe de Suède lors des JO 1912.

Le Comité olympique suédois permet à son équipe de foot de participer pour la première fois aux Jeux Olympiques grâce à son financement[3]. La Suède effectue ses débuts dans la compétition le contre la Grande-Bretagne[C 1], la Suède s'incline lourdement sur le score de 12 buts à 1, ce qui est la plus large défaite des Suédois[2],[5]. Les suédois rencontrent ensuite les Pays-bas dans un match pour la troisième place mais s’inclinent (0-2)[2],[6],[C 1].

En 1912 la sélection suédoise dispute à domicile les Jeux olympiques[C 2], au premier tour elle affronte les Pays-bas, elle s'incline (4-3) en prolongation au Stade olympique de Stockholm, la Suède dispute ensuite le tournoi de repêchage, elle est alors battue par la sélection italienne[7],[8],[9], l'année suivantes la Suède dispute ses deux premières rencontres face au voisin Danois, elle s'incline lourdement à Copenhague (0-8), avant de subir un nouveau revers à domicile (0-10)[8], ce résultat constitue la seconde plus lourde défaite de l'histoire du football suédois[5].

Durant la Première Guerre mondiale, la Suède dispute dix-huit rencontres. Elle affronte uniquement ses voisins scandinave, la Norvége à neuf reprises et le Danemark huit fois, seul exception la Suède affronte les États-Unis à Stockholm en août 1916 contre lesquels elle s'incline (2-3)[10].

En 1920, la Suède dispute les Jeux Olympiques d'Anvers, lors du premier tour la Suède s'impose très largement face à la Grèce[C 3] grâce notamment au quintuplé de son attaquant Herbert Karlsson, en quart de finale la Suède s'incline une nouvelle fois contre la sélection des Pays-bas[C 3], la Suède prend alors part au tournoi de repêchages où elle rencontre l'Espagne[C 4], malgré l'ouverture du score rapide d'Albin Dahl la Suède s'incline (1-2)[11].

Les suédois disputent les Jeux olympiques de Paris[C 4], ils débutent par un large succès contre la Belgique en huitièmes de finale[C 5] grâce aux triplés de ses attaquants Sven Rydell et Rudolf Kock, en quart de finale la Suède s'impose face à l'Égypte[C 5], en demi-finale elle s'incline contre la Suisse, une nouvelle fois les suédois rencontre les Pays-bas lors des Jeux Olympiques, cette fois-ci lors du match pour la troisième place, suédois et néerlandais font match nul (1-1), ils disputent un match d'appui le lendemain au Stade olympique de Colombes avant la finale olympique, les suédois s'imposent (3-1)[C 5] grâce au doublé de Sven Rydell, la Suède remporte la médaille de bronze[4],[12].

Le les suédois affrontent à domicile la Lettonie, ils s'imposent 12 buts à 0[13], ce qui constitue le plus large succès de l'histoire du football suédois[5]. L’équipe de Suède n’a pas participé aux Jeux olympiques d'Amsterdam, la Suède était candidat à l'organisation de la Coupe du monde 1930 avant de retirer sa candidature au profit de l'Italie[14], finalement la Suède n'y participe pas.

En 1933 la sélection suédoise dispute les éliminatoires de la Coupe du monde 1934, placée dans le groupe 1 avec l'Estonie et la Lituanie, elle débute le en battant l'Estonie au Stade olympique de Stockholm, ce match est le premier match de qualification de l’histoire de la Coupe du monde[15], à la fin du mois de juin la Suède s'impose en Lituanie, validant sa qualification pour la Coupe du monde 1934[16], sa première participation à la Coupe du monde[B 1]. Lors de la phase finale la Suède débute en huitième de finale contre l'Argentine, finaliste de la dernière édition, notamment grâce au doublé de son attaquant Sven Jonasson la Suède s'impose (3-2), en quart de finale, elle est battue par l’Allemagne (1-2)[17],[B 1].

Au cours de l'année 1937, la Suède dispute les éliminatoires de la Coupe du monde 1938, elle fait partie du groupe 1 avec l'Allemagne, l'Estonie et la Finlande. La Suède débute par deux succès à domicile contre la Finlande puis contre l'Estonie, déjà qualifiée elle se déplace fin novembre à Hambourg où elle est largement battue par l'Allemagne[18].

La Suède dispute donc la Coupe du monde 1938, elle se rend en France en avion devenant la première sélection à se rendre à une Coupe du monde par les airs[19], la Suède est exemptée du huitième de finale et fait ses débuts directement en quart de finale[B 2], en raison du forfait de l'Autriche[19] annexée par l'Allemagne. En quarts de finale elle affronte Cuba qu'elle domine largement (8-0)[B 2] grâce aux triplés de ses attaquants Harry Andersson et Gustav Wetterström. En demi-finale la sélection suédoise retrouve la Hongrie, malgré une ouverture du score précoce, dès la première minute par Arne Nyberg, la Suède s'incline largement (1-5)[B 3].La Suède dispute ensuite le match pour la troisième place contre le Brésil, la Suède s'incline (4-2)[B 4] terminant la compétition à la quatrième place[B 2].

L'âge d'or de la Suède (1948-1958)[modifier | modifier le code]

L'équipe suédoise lors des jeux olympiques 1948.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale les rencontres footballistiques entre les nations sont très fortement limités, du fait de sa neutralité la Suède n'a pas été occupée lui permettant de disputer différents matchs internationaux, l'équipe nationale joue seize matchs pendant la guerre[20], principalement contre les autres pays nordiques, dont le Danemark à sept reprises, la Finlande trois fois, mais aussi contre l'Allemagne, la Hongrie et la Suisse également neutre lors du conflit, toutes rencontrées à deux reprises chacune. Le championnat suédois est maintenu pendant la Seconde Guerre mondiale.

La Suède dispute les jeux olympiques de Londres en 1948[21], malgré une défaite l'année précédente quatre buts à deux contre l'Angleterre à Highbury[22], la Suède fait partie des favoris de la compétition. Au premier tour la Suède rencontre l'Autriche, les suédois mènent rapidement grâce au doublé de Gunnar Nordahl, Kjell Rosen ajoute un nouveau but en seconde période pour un succès (3-0) de la Suède[C 6]. En quatre de finale la Suède affronte une sélection asiatique, la Corée du Sud, une première depuis l'échec de Berlin contre le Japon douze ans plus tôt[21]. Les suédois grâce notamment au quadruplé de Nordahl et au triplé de Carlsson, s'imposent largement (12-0)[C 7], égalant leur record de la plus large victoire[5]. En demi-finale la Suède retrouve son voisin danois, rapidement mené au score, la Suède inscrit quatre buts en première période par Carlsson et Rosén, les suédois l'emportent finalement (4-2)[C 7] pour se qualifier pour leur première finale olympique. Pour la première finale olympique retransmise à la télévision, la Suède affronte la Yougoslavie contre laquelle elle s'impose (3-1) remportant son premier titre olympique[C 8].

Durant l'année 1949 la Suède dispute le Tours préliminaires de la Coupe du monde en 1950, elle fait partie du groupe 5 avec la Finlande et l'Irlande, elle s'impose lors des ces trois rencontres, deux fois contre l'Irlande ainsi que contre la Finlande avec un large succès (8-1), après le retrait de cette dernière le match disputé est comptabilisé comme un match amical, la Suède forte de ses succès se qualifie pour la Coupe du monde en 1950[23].

La sélection suédoise en 1950.

La Suède dispute au Brésil la Coupe du monde en 1950, elle fait partie du groupe C, composée de seulement trois équipes avec l'Italie, championne du monde en titre mais affaiblie et le Paraguay du fait du forfait de l'Inde. La Suède débute son mondial par un duel face aux azzurri, malgré un moins bon départ les suédois reviennent au score puis prennent deux buts d'avance notamment grâce au doublé de Jeppson pour finalement s'imposer (3-2)[B 1]. La Suède rencontre ensuite le Paraguay à Curitiba, elle mène rapidement au score à la suite des réalisations de Sundqvist et de Palmér, les suédois sont finalement rejoints et il concèdent le nul (2-2)[B 1]. la Suède accède au Tour final, un groupe composé de quatre sélections pour déterminer le champions du monde[B 1], ce groupe est également composé du Brésil, de l'Espagne et de l'Uruguay vainqueurs des autres groupes au premier tour[B 5]. Les suédois débutent ce tour final par une cinglante défaite face à l'hôte brésilien (7-1), elle s'incline ensuite contre l'Uruguay (3-2) alors qu'elle avait réussit à mener au score à deux reprises, elle s'impose finalement contre l'Espagne (3-1)[B 1] pour terminer la compétition à la troisième place[B 5].

Tenant du titre, les suédois participent aux Jeux olympiques 1952 d’Helsinki[C 7]. Les suédois font leurs débuts dans la compétition lors des huitièmes de finales en affrontant la Norvège contre lesquels ils s'imposent (4-1)[C 9]. En quart de finale la Suède joue contre l'Autriche, menée au score elle s'impose en inscrivant trois buts dans les dix dernières minutes pour un succès (3-1)[C 9]. Lors de la demi-finale la Suède est largement défaite par la Hongrie[C 9]. Lors du match pour la troisième place elle s'impose (2-0) contre l'Allemagne de l'Ouest[C 9] grâce à Ingvar Rydell buteur en début de en début de rencontre puis à Gösta Löfgren qui récidive dans les dernières minutes.

Au cours de l'année 1953 la Suède prend part aux éliminatoires de la Coupe du monde 1954. Elle fait partie d'un groupe de trois avec la Belgique et la Finlande. Battue dès le premier match disputé à domicile contre Belgique, avant d'enchainer avec un nul en Finlande, malgré un succès à Stockholm contre cette même sélection, elle s'incline finalement en Belgique dans un match qu'elle à l'obligation de gagner, la Suède est éliminée manquant le mondial suisse[24].

L'équipe suédoise qui finira 2e en 1958.

La Fédération de Suède de football devient membre de l'UEFA lors de sa création en 1954[4]. En 1956, la fédération suédoise encourage les meilleurs joueurs professionnels suédois à entrer en sélection pour la future coupe du monde à domicile. Elle peut compter sur Gunnar Gren et Nils Liedholm, deux des 3 attaquants qui forment le trio d'attaquants milanais du Gre-No-Li[25].

Lors de la Coupe du monde 1958 disputée à domicile[B 6], la Suède fait partie du groupe C, en compagnie notamment de la Hongrie, finaliste de la précédente édition, du Mexique et du Pays de Galles[B 7]. L'hôte suédois débute par un succès (3-0) devant les 32 000 spectateurs stade de Råsunda à Solna face au Mexique grâce au doublé de Simonsson et au penalty de Liedholm. Lors de la 2e journée le doublé de Kurt Hamrin permet aux suédois de l'emporter (2-1) contre la Hongrie, lors de la dernière journée, suédois et gallois font match nul (0-0)[B 7]. Pour leur quatrième rencontre consécutive à Råsunda les suédois affrontent en quart de finale l’URSS, les réalisations de Kurt Hamrin et de Agne Simonsson offrent un succès (2-0) à la nation organisatrice[B 7]. En demi-finale, ils battent la RFA (3-1)[B 6] devant 50 000 spectateurs à Ullevi, le stade de Göteborg grâce au buts de Skoglund, de Gren et d'Hamrin. La finale est disputée le 29 juin à 15 h devant près de 50 000 spectateurs contre la sélection brésilienne de Pelé, Garrincha ou encore Zagallo, les joueurs suédois entraînés par Raynor[B 8] s’inclinent lourdement (5-2)[B 6] réussissant néanmoins à sauver l'honneur par Nils Liedholm et Agne Simonsson[26].

Période mitigé des années 1960 aux années 1980[modifier | modifier le code]

La sélection suédoise obtient des résultats décevant pendant les années 1960. Après un mondial brillant à domicile, la sélection suédoise bien que membre fondateur l'UEFA ne dispute pas la édition de la « Coupe d'Europe des nations ». Pourtant vice-championne du monde en titre, la Suède ne réussit pas pour la Coupe du monde 1962, au Chili. Placée dans un groupe à trois avec la Belgique et la Suisse, elle termine première à égalité avec la sélection helvétique, toutes deux crédités d'un bilan de trois succès dont deux face à la Belgique et d'une défaite. Un match de barrage est organisé en novembre 1961 à Berlin-Ouest entre les deux sélections, ce match est joué dans la partie occidentale de la ville, isolée à cause du mur construit trois mois plus tôt, les suédois manquent la qualification en s'inclinant sur le score de 2-1[27].

La Suède prend part à la seconde édition du « Coupe d'Europe des nations ». La Suède effectue ses débuts le face à la Norvège lors des tours éliminatoires, la sélection suédoise se défait de la Norvège puis de la Yougoslavie après deux confrontations accrochées, un match nul à Belgrade puis un succès trois buts à deux à Malmö, en quart de finale, la Suède rencontre l'Union soviétique, tenante du titre, lors du match aller disputé à domicile les Suédois arrachent le match nul (1-1) grâce à l'égalisation d'Hamrin en fin de match, au match retour, ils s'inclinent (3-1) au stade Lénine de Moscou[28].

La Suède enregistre un nouvel échec en éliminatoire lors du tour préliminaire de la Coupe du monde 1966, elle termine deuxième de son groupe derrière l'Allemagne de l'Ouest et devant une faible sélection de Chypre[29]. La Suède échoue ensuite lors des éliminatoires de Championnat d'Europe 1968, dans une formule de qualification remaniée, la Suède termine troisième de son groupe de qualification derrière la Bulgarie et le Portugal et devant le voisin norvégien[30].

La Suède domine son groupe, en remportant ses trois premiers matchs sur quatre disputés, lors qualifications à la Coupe du monde 1970, devançant la France et la Norvège[31]. En phase finale, elle affronte dans le groupe B l'Italie, championne d'Europe en titre, Israël et l'Uruguay, champion d'Amérique du sud[B 7]. Pour son entrée en lice, la Suède s'incline face à l'Italie un but à zéro[32]. Lors de la deuxième journée la Suède rencontre Israël, les Suédois malgré l'ouverture du score de Turesson concèdent le match nul (1-1). La Suède affronte ensuite l'Uruguay elle s'imposent dans les dernières minutes grâce à Ove Grahn, ce court succès est néanmoins insuffisant pour accéder aux quarts de finale, la Suède est éliminée[B 7] étant devancée par l’Uruguay qui dispose d'une meilleure différence de but.

La Suède échoue une nouvelle fois dans sa quête d'une qualification pour un championnat d'Europe, lors des éliminatoires du Championnat d'Europe 1972, placée dans le groupe 6 avec notamment l'Italie mais également l’Autriche et l'Irlande, la Suède termine troisième avec un bilan équilibré de deux succès pour deux nuls et deux défaites[33].

Scène du match Suède-Bulgarie en 1974.

Lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1974 la Suède fait partie du groupe 1, avec l'Autriche, la Hongrie et Malte, malgré des débuts délicats en concédant un nul à domicile contre la Hongrie puis en Autriche les suédois se reprennent en remportant trois de leurs quatre derniers matchs, Autrichiens et Suédois terminent à égalité avec huit points et une différence de but de +7, un match de barrage est disputé entre les deux sélections le 28 novembre 1973 au Parkstadion de Gelsenkirchen, grâce aux de buts dans la première demi-heure de Sandberg et Larsson, les Suédois s'imposent (2-1) validant leur billet pour le Mondial 1974[34].

Lors de la phase finale la Suède est membre du groupe 3 avec la Bulgarie, les Pays-Bas et l'Uruguay[B 7]. La Suède débute par deux match nuls consécutifs contre la Bulgarie puis contre les Pays-Bas[B 9], lors de l'ultime match décisif pour la qualification, les Suédois s'imposent (3-0) au Rheinstadion de Düsseldorf avec notamment Ralf Edström. Au deuxième tour la Suède fait partie du groupe B, avec l'Allemagne de l'Ouest nation hôte et second du groupe 1, la Yougoslavie et la Pologne[B 10], vainqueurs respectivement des groupes 2 et 4. La Suède débute par une défaite contre la Pologne (1-0)[B 7] puis contre l'Allemagne de l'Ouest (4-2)[B 7], déjà éliminée la Suède se console avec un ultime succès (2-1) contre la Yougoslavie[B 7] arraché en fin de match grâce à une réalisation de Conny Torstensson.

La Suède participe ensuite aux qualifications de l'Euro 1976, elle débute mal ses éliminatoires en s’inclinant lors des deux premières journées pourtant disputées à domicile au Råsunda, contre l'Irlande du Nord puis la Yougoslavie, la Suède se reprend en enchainant trois succès consécutifs dont deux contre le rival norvégien, le dernier match contre la Yougoslavie est décisif, la Suède doit nécessairement s'imposer, les deux sélections sont à égalité mais la Yougoslavie, la Suède s'incline (3-0), la Suède termine troisième de son groupe[35].

Autriche - Suède, 7 juin 1978

En phase préliminaire à la Coupe du monde 1978, la Suède parvient à terminer en tête du groupe 6, devant la Norvège et la Suisse. La Suède remporte ses trois premiers matchs, elle s'incline lors de son dernier match en Norvège, cette défaite empêche la qualification directe de la Suède mais une différence de but avantageuse entretient l’espoir de qualification, elle bénéficie ensuite de la défaite norvégienne en Suisse pour valider son billet pour le Mexique[36].

Lors de la phase finale la Suède est membre du groupe 3 avec l'Autriche, le Brésil et l'Espagne. La Suède effectue ses débuts dans la compétition en rencontrant le Brésil à Mar del Plata, la Suède malgré l’ouverture du score de Thomas Sjöberg les suédois concèdent le match nul (1-1). La Suède ses deux matchs suivant au Stade José Amalfitani de Buenos Aires, elle s'incline tout d'abord l'Autriche, un but à zéro, dans l'obligation de gagner en espérant un résultat favorable, la Suède connaît le même sort quatre jours plus tard contre l'Espagne lors du dernier match décisif avec un nouveau revers un but à zéro. Elle quitte la compétition à la quatrième et dernière place sans remporter le moindre match[B 7] derrière l'Autriche et le Brésil, toute deux qualifiées pour le second tour, et l'Espagne[B 11].

Les années 1980 sont marqué par l'absence de qualification en phase finale pour la Suède, cette série d'échec débute avec les éliminatoires deu Championnat d'Europe 1980, placée dans le Groupe 5 avec la France, le Luxembourg et la Tchécoslovaquie tenante dut titre, avec seulement un succès, contre la faible sélection du Luxembourg, pour deux matchs nuls et trois défaite, la Suède termine loin de la place qualificative pour le Championnat d'Europe 1980[37].

Les Suédois ne réussissent pas à sortir de leur groupe lors du tours préliminaires de la Coupe du monde 1982, les hommes du nouveau sélectionneur Lars Arnesson terminent troisième, derrière l'Écosse première et l'Irlande du Nord, toutes deux qualifiées, devançant seulement le Portugal et Israël[38].

Dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 1984, la Suède fait partie du groupe 5, les Suédois terminent deuxième à seulement un point de la première place qualificative pour la phase finale, la Suède doit laissé cette place à la Roumanie contre laquelle elle s'est inclinée à deux reprises, la Suède devance néanmoins de grandes équipes comme la Tchécoslovaquie et l'Italie[39].

La Suède prend part au tour préliminaire de la Coupe du monde 1986 au sein de groupe 2, cette campagne est une nouvelle fois un échec, terminant à la troisième place, la première non qualificative derrière l'Allemagne de l'Ouest et le Portugal[40]. Malgré un nouveau sélectionneur Olle Nordin la Suède essuie une nouvelle désillusion lors des éliminatoires du Championnat d'Europe 1988 au sein d'un groupe 2 relevé, elle termine une nouvelle fois à la première place non qualificative, cette-fois derrière l'Italie mais devant des sélections tels le Portugal ou la Suisse[41].

Des hauts et des bas au cours des années 1990[modifier | modifier le code]

La sélection suédoise prend part au tour préliminaire de la Coupe du monde 1990, elle fait partie du groupe 2, avec quatre succès et deux nuls, les Suédois réussissent à se qualifiés en remportant le groupe, devançant l'Angleterre, la Pologne et l'Albanie[42]. Lors de la phase finale, la Suède est placée dans le groupe C avec le Brésil, le Costa Rica et l'Écosse. Les hommes d'Olle Nordin effectuent leurs débuts dans la compétition au Stadio delle Alpi de Turin face au Brésil contre lesquels ils s’inclinent (2-1) malgré la réduction de l'écart par Tomas Brolin[43]. Lors de la seconde journée la Suède rencontre l'Écosse, les suédois s'incline sur le même score[44], lors de l'ultime journée ils affrontent le Costa Rica, malgré l'ouverture du score de Johnny Ekström, la Suède s'incline une troisième fois sur le même score[44], la Suède avec trois défaites en autant de rencontres est éliminée dès le premier tour[45].

Au cours de l'année 1992 la Suède organise l’Euro, la Suède dispute le match d'ouverture contre la France, Jan Eriksson ouvre le score avec que Jean-Pierre Papin n'égalise, les deux équipes se séparent dos à dos lors de cette première rencontre (1-1)[46], lors de la seconde journée la Suède affronte le voisin danois grâce à Tomas Brolin les suédois l'emportent (1-0) ce qui leurs permet de prendre la tête du groupe[47], la troisième journée décisive est disputée face à l'Angleterre, malgré une ouverture du score précoce des anglais les suédois égalisent au retour des vestiaires par Jan Eriksson avant que Tomas Brolin offre le succès à la Suède en fin de match, qualifiant la Suède pour les demi-finale aux dépens des anglais[48],[49]. En demi-finale les hommes de Tommy Svensson affrontent l’Allemagne, seconde du groupe B, la Suède est rapidement menée au score par la Mannschaft , les Allemands prennent deux buts d'avance à l'heure de jeu, Tomas Brolin réduit rapidement l'écart sur penalty, à deux minutes du terme Riedle inscrit son second but de la mi-temps, Kennet Andersson réduit immédiatement le score, cela s’avère néanmoins insuffisant, la Suède s'incline 3 buts à 2 en demi-finale de son Euro[50].

Lors des éliminatoires de la Coupe du monde de 1994 la Suède se qualifie en remportant les groupe 6, devançant la Bulgarie et la France[51]. Lors de la phase finale la Suède est placée dans le groupe B avec le Brésil, le Cameroun et la nouvelle équipe de Russie. La Suède effectue ses débuts au Rose Bowl de Pasadena contre le Cameroun, les Suédois prennent rapidement l'avantage grâce à Roger Ljung, les camerounais réussissent néanmoins à retourner la situation pour prendre l'avantage, Martin Dahlin égalise à un quart d'heure du terme, les deux sélections font match nul (2-2)[52]. La Suède affronte ensuite la Russie la rapide ouverture du score par Salenko les Suédois égalisent sur pénalty par Tomas Brolin avant que Martin Dahlin d'un doublé n'offre la victoire à la Suède (3-1)[52]. Lors de l'ultime match, malgré l'ouverture du score de Kennet Andersson[B 12], la Suède concède le match nul (1-1) contre le Brésil[52]. En huitièmes de finale, la Suède rencontre l’Arabie saoudite grâce à Martin Dahlin qui ouvre le score puis au doublé de Kennet Andersson[B 12] elle s'impose sur le score de trois buts à un[B 7], en quarts de finale, elle rencontre la Roumanie lors d'un match très disputé, Tomas Brolin donne l'avantage à la Suède en fin de match avant que les Roumains n'égalisent, menée ensuite lors de la prolongation, la Suède revient à hauteur grâce au but de Kennet Andersson[B 12], lors de la séance de tirs au but Thomas Ravelli arrête le tir au but décisif de Miodrag Belodedici offrant le succès à la Suède (2-2 a.p. ; 5-4 tab)[53]. Lors de la demi-finale la Suède s'incline une nouvelle fois contre le Brésil, sur un exploit individuel de Romário (0-1)[54] au Rose Bowl de Pasadena[B 13]. Elle parvient néanmoins à obtenir une troisième place[B 14] méritée aux dépens de la Bulgarie avec un large succès (4-0)[55],[B 7].

Lors des éliminatoires de l'Euro 1996, la Suède échoue à se qualifier, terminant troisième de son groupe, distancée par la Suisse et la Turquie[56]. La Suède de Tommy Svensson enregistre lors des qualifications de la Coupe du monde 1998 en terminant une nouvelle fois à la troisième place, derrière l'Autriche et l’Écosse[57].

Deux participations à la Coupe du monde et qualifications régulières à l'Euro (2000-2016)[modifier | modifier le code]

Les hommes du nouveau sélectionneur Tommy Söderberg disputent les éliminatoires de l'Euro 2000, il réussissent à rester invaincu lors de ces éliminatoires remportant leur groupe de qualification[58], concédant uniquement un nul (0-0) contre l'Angleterre[59] et seulement un seul but au cours des huit matchs disputés, prenant ainsi le seul billet directement qualificatif pour l'Euro 2000. Lors de la phase finale la Suède est placée dans le groupe B avec une des nations organisatrice, la Belgique mais également l'Italie et la Turquie. La Suède effectue ses débuts face à la Belgique au Stade du Roi Baudouin de Bruxelles, menée de deux buts, Johan Mjällby réduit l'écart, la Suède s'incline néanmoins (2-1)[60]. Lors de la seconde journée la Suède affronte la Turquie, les deux sélections font match nul (0-0)[61], pour la dernière journée la Suède s'incline (2-1) contre l'Italie[62].

La Suède fait partie du groupe 4 lors du tours préliminaires de la coupe du monde 2002, les Suédois remportent leur groupe de qualification devant la Turquie[D 1] en restant invaincu au cours des qualifications[D 2]. Lors de la phase finale la Suède est placée dans le groupe F, ce groupe composé de l’Angleterre et de l’Argentine et du Nigeria est considéré comme le « groupe de la Mort »[D 1]. La Suède effectue ses débuts dans la compétition face à l'Angleterre et son sélectionneur suédois Sven-Göran Eriksson au Stade Saitama 2002 la Suède est rapidement menée au score, en seconde période le milieu de terrain Niclas Alexandersson égalise, les deux sélections se séparent sur un match nul (1-1)[63],[D 3]. La Suède affronte ensuite le Nigeria à Kobe menée au score la Suède s'impose grâce au doublé de son attaquant du Celtic Glasgow Henrik Larsson[64],[D 3]. Lors de la dernière journée la Suède rencontre l'Argentine, Anders Svensson ouvre le score à l'heure de jeu, les argentins réussissent à arracher le match nul (1-1) en fin de match[65],[D 4], la Suède termine première de son groupe devançant l'Angleterre, l'Argentine et le Nigeria[D 5]. La Suède dispute son huitième de finale à l'Oita Stadium contre le Sénégal, malgré l'ouverture du score d'Henrik Larsson l’égalisation sénégalaise pousse la Suède a disputer la prolongation, le but en or d'Henri Camara élimine la Suède[66],[D 6].

La Suède remporte son groupe de qualification pour l'Euro 2004 devançant la surprenante équipe de Lettonie[67]. Lors de la phase finale disputée au Portugal, la Suède bénéficie du statut de tête de série lors du tirage au sort[68], elle est placée dans le groupe 3 avec la Bulgarie, son voisin et rival le Danemark ainsi que l'Italie. la Suède fait son entrée dans la compétition à l'Estádio José Alvalade de Lisbonne contre la Bulgarie,la Suède domine largement son adversaire en s'imposant (5-0)[69]. La Suède affronte ensuite l'Italie, rapidement mise en difficulté par l'ouverture du score italienne par Antonio Cassano, la Suède égalise en fin de match par Zlatan Ibrahimović pour arracher le match nul (1-1)[70]. Le dernier match de poule est disputé contre le Danemark, menée à deux reprises la Suède égalise une première fois par Henrik Larsson au retour des vestiaires puis par Mattias Jonson dans la dernière minute du temps réglementaire, ce match nul (2-2) offre la qualification aux deux sélection, l'Italie est éliminée[71]. En quart de finale la Suède première de son groupe rencontre les Pays-Bas, second du groupe D, le match est conclu sur score nul et vierge (0-0), les Suédois s'inclinent aux tirs aux buts 5 à 4[72].

L'équipe de Suède à la Coupe du monde 2006.

En phase préliminaire à la coupe du monde 2006, la Suède termine deuxième du groupe 4 derrière la Croatie, face à laquelle elle concède deux défaites, elle parvient à se qualifier en terminent dans les 2 meilleurs deuxièmes de tous les groupes qualificatifs[73]. Lors de la phase finale, la Suède est placée par le tirage au sort dans le groupe B avec l'Angleterre, le Paraguay et Trinité-et-Tobago[D 7], la Suède est considéré comme un des outsiders de ce mondial[D 8]. La formation de Lars Lagerbäck effectue ses débuts le 10 juin 2006 contre Trinité-et-Tobago, la Suède bien que favorite de la rencontre et en supériorité numérique toute la seconde période concède le match nul (0-0)[74]. La seconde journée est disputée à Olympiastadion de Berlin contre le Paraguay, les Suédois s'imposent en toute fin de match grâce au but de Fredrik Ljungberg[75]. L'ultime rencontre de la phase de groupe est disputée face à l’Angleterre menée au score à deux reprises la Suède réussit par deux fois à égaliser par Marcus Allbäck puis par Henrik Larsson dans le arrêts de jeu, ce match (2-2)[76] permet à la Suède de terminer deuxième de son groupe lui permettant d’accéder aux huitièmes de finale. La Suède affronte à ce stade de la compétition la nation hôte, l'Allemagne, rapidement menée de deux buts à la suite du doublé de Podolski puis réduite à dix avant la pause à la suite de l'expulsion de Teddy Lučić, la Suède s'incline sur le score de (2-0)[77].

La Suède termine deuxième de son groupe de qualification lors des éliminatoires de l'Euro 2008 en terminant deuxième derrière l'Espagne. Lors de la phase finale la Suède est membre du groupe D avec l'Espagne comme en phase qualificative, le champion d'Euro en titre la Grèce et la Russie. La Suède effectue ses débuts dans la compétition face à la Grèce, Zlatan Ibrahimović puis Petter Hansson permettent à la Suède de s'imposer (2-0)[78]. La Suède rencontre lors de la deuxième journée la sélection espagnole, la Suède s'incline (2-1), rapidement menée au score Zlatan Ibrahimović égalise pur les siens, dans les arrêts de jeu l’attaquant espagnol Villa inscrit le but de la défaite pour la Suède[79]. Le 18 juin la Suède joue sa qualification au Tivoli Neu d'Innsbruck contre la Russie, les deux équipes sont à égalité de points mais la Suède peut se contenter d'un match nul puisque disposant d'une meilleure différence de but[80], la Suède s'incline (2-0) dans ce match décisif, elle termine troisième de son groupe et échoue à se qualifier pour les quarts de finale[81].

Lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2010 disputée en Afrique du Sud Suède échoue à se qualifier, placée dans le groupe 1 elle termine troisième à trois points du rival Danois et à un point de la place de barragiste du Portugal[82].

L'équipe de Suède avant le match contre l'Ukraine lors de l'Euro 2012.
Ibrahimović buteur contre la France.

Lors des éliminatoires de l'Euro 2012, la Suède est membre du groupe E, avec huit succès et deux défaites lors de son parcours elle termine deuxième de son groupe derrière les Pays-Bas et devant la Hongrie[83], en terminant meilleur deuxième la Suède est directement qualifiée pour la phase finale[84]. Lors du tirage au sort de l'Euro 2012 la Suède fait partie du pot 3[85], elle est placée dans le groupe D avec l'Ukraine, nation coorganisatrice, l'Angleterre et la France[86]. La Suède effectue ses débuts contre l'Ukraine Kiev de Kiev, malgré l'ouverture du score de Zlatan Ibrahimović la Suède s'incline à la suite du doublé du vétéran de Shevchenko[87],[88]. Lors du second match la Suède affronte l'Angleterre, menée au score à la mi-temps, la Suède prend l'avantage après le retour des vestiaire, la Suède s'incline néanmoins (3-2) lors de cette rencontre, cette seconde défaite consécutive élimine l'équipe suédoise[89]. Le dernier match de la Suède est disputé contre la France, les Suédois sauvent l'honneur un décrochant un succès dans l'épreuve grâce aux de Zlatan Ibrahimović et Sebastian Larsson[90],[91].

La Suède est membre du groupe C lors des éliminatoires de la Coupe du monde de 2014, lors de cette campagne la Suède obtient un match nul mémorable contre l'Allemagne au Stade olympique de Berlin, menée de quatre buts par la Mannschaft elle réussit à obtenir le nul (4-4)[92]. La Suède termine deuxième de son groupe et obtient une place en barrage, elle termine devant l'Autriche et l'Irlande. Lors des barrages elle affronte le Portugal de Cristiano Ronaldo. Lors du match aller à Lisbonne la Suède s'incline (1-0)[93]. Lors du match retour à Solna, ils s'inclinèrent de nouveau (3-2) avec un triplé de Cristiano Ronaldo malgré un doublé de Zlatan Ibrahimović et ne parvient pas à se qualifier pour le mondial au Brésil[94].

Pour les éliminatoires de l'Euro 2016, la Suède fait partie du groupe G, après une campagne difficile la Suède finit troisième de son groupe de qualification, derrière l'Autriche et la Russie, elle enregistre notamment un lourd revers à domicile face à l'Autriche[95]. La Suède prend part aux match de barrage, elle rencontre le voisin danois[96], la Suède se qualifie après un succès à domicile (2-1)[97] puis un match nul (2-2) au Danemark[98].

Composition[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Les tableaux suivants donnent une vue d'ensemble des joueurs les plus capés et des meilleurs buteurs de la sélection :

Joueurs les plus capés[99],[note 2]
Sélections Joueur Période Buts
148 Anders Svensson 1999-2013 21
143 Thomas Ravelli 1981–1997 0
128 Andreas Isaksson 2002– 0
127 Kim Källström 2001– 16
117 Olof Mellberg 2000-2012 8
116 Roland Nilsson 1986–2000 2
115 Björn Nordqvist 1963-1978 0
112 Zlatan Ibrahimović 2001–2016 62
109 Niclas Alexandersson 1993–2008 7
106 Henrik Larsson 1993–2009 37
Meilleurs buteurs[100],[note 3]
Buts Joueur Période Sélections
62 Zlatan Ibrahimović 2001-2016 112
49 Sven Rydell 1923-1932 43
43 Gunnar Nordahl 1942-1948 33
37 Henrik Larsson 1993-2009 106
32 Gunnar Gren 1940-1958 57
31 Kennet Andersson 1990-2000 83
30 Marcus Allbäck 1999-2008 74
29 Martin Dahlin 1991-1997 60
27 Agne Simonsson 1956-1961 51
26 Tomas Brolin 1990-1995 47
La génération d'avant-guerre (1924-1938)[modifier | modifier le code]

Sven Rydell est le premier grand joueur de la sélection suédoise, il évolue au poste d'attaquant lors des années 1920 et 1930, il ne dispute qu'une seule compétition internationale avec la Suède, les Jeux olympiques de 1924, il contribue a l'obtention de la médaille de bronze, auteur de six buts sur l'ensemble de la compétition, il réalise un doublé lors du match pour la troisième place disputé contre les Pays-Bas[101],[102], Rydell totalise 49 buts en seulement 43 matchs[103],[104], il fut le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale de Suède,[104] pendant 82 ans, détrôné par Zlatan Ibrahimović le 4 septembre 2014[105]. Il est l'un des onze premiers joueurs à être intronisé dans le Hall of Fame du football suédois lors de sa création en 2003[102].

L'attaquant Herbert Karlsson n'as porté les couleurs de la sélection suédoise que de 1918 à 1922, il compte 20 sélection au cours desquels il réussit à inscrire 19 buts[106], il ne participe qu'une seule fois aux jeux olympiques en 1920, il réalise une excellente compétition terminant meilleur buteur de l'épreuve avec sept buts inscrits[107], un quintuplé face à la Grèce au premier tour puis un doublé face aux Pays-Bas.

Albin Dahl est un joueur majeur de l'équipe suédoise des années 20, il compte 29 sélections pour 21 buts inscrits entre 1919 et 1931[108], il participe par deux fois aux jeux olympiques en 1920 et 1924, lors de sa première participation il inscrit un but contre la Grèce au premier tour puis un nouveau lors du quart de finale perdu face aux Pays-Bas, il inscrit également un but contre l'Espagne lors du Premier tour du tournoi de repêchages, il n'inscrit aucun but lors des jeux de 1924 rempotant néanmoins la médaille de bronze.

Per Kaufeldt fait partie de l'équipe médaillée de bronze aux jeux olympiques en 1924 inscrivant trois buts lors de la compétition[109], international pendant dix ans de 1921 à 1931, il compte 33 sélections pour 23 buts inscrits[110].

Sven Jonasson, joueur emblématique de l'IF Elfsborg et meilleur buteur de l'Allsvenskan[111], international de 1932 à 1940[111], il porte le maillot suédois à 42 reprises pour 20 buts inscrits[111], il participe par deux fois à la Coupe du Monde inscrivant trois buts[111], une première fois en 1934, il est décisif en huitièmes de finale contre l'Argentine en inscrivant un doublé, puis en 1938, titulaire lors des trois matchs disputés, il inscrit un but lors de la petite finale mais ne peut empêcher la défaite suédoise, il participe également aux Jeux olympiques 1936 à Berlin mais il ne marque pas de but au cours de la compétition.

Joueurs de l'âge d'or suédois (1948-1958)[modifier | modifier le code]
Photographie en noir et blanc d'une scène d'un match de football : un joueur en blanc tacle l'autre, en noir.
Liedholm durant la finale.
Hamrin célébrant son but en demi-finale de la Coupe du monde 1958 contre la RFA.

Gunnar Gren, Gunnar Nordahl et Nils Liedholm forment un efficace trio offensif appelé Gre-No-Li, ils remportent les Jeux olympiques 1948 avec la Suède, avant d'évoluer ensemble avec le club italien du Milan AC de 1949 à 1953[112].

Gunnar Nordahl porte le maillot suédois de 1942 à 1948, il inscrit 43 buts internationaux en 33 apparitions[113], vainqueur des Jeux olympiques 1948[104] il termine co-meilleur buteur de l'épreuve[104] avec sept buts inscrits[114], notamment un quadruplé en quarts de finale contre la Corée du Sud puis un but en finale contre la Yougoslavie. Il fait partie des joueurs intronisés au Hall of Fame du football suédois lors de sa création en 2003[115].

Gunnar Gren évolue sous les couleurs suédoises de 1940 à 1958, il compte 57 sélections au cours desquels il a inscrit 32 buts[116], il inscrit un doublé en finale des Jeux olympiques 1948 contre la Yougoslavie, il dispute la Coupe du Monde 1958[104] à domicile malgré son âge, il devient à cet occasion le joueur le plus âgé a participé à un une Coupe du Monde, il inscrit un but en demi-finale face à l'Allemagne de l'Ouest, il est titulaire lors de la finale perdu face au Brésil.

Nils Liedholm compte 21 sélections et 10 buts inscrits pour la Suède, il inscrit un doublé en quart de finale des jeux olympiques de 1948 avant de remporter la médaille d'or, Liedholm étant professionnel il a manqué les deux éditions précédentes[117], il est le capitaine, à près de 36 ans, de la sélection suédoise lors de la phase finale de la coupe du monde de football de 1958, organisée par son pays, il inscrit deux buts lors de la compétition, ouvrant notamment le score lors de la finale[117].

Kalle Svensson est le gardien de but emblématique de l'équipe de Suède et du club de Helsingborgs des années 1950, il a participé par deux fois aux Jeux olympiques, en 1948 il remporta l'or, bien que remplaçant de Torsten Lindberg et en 1952, il remporte la médaille de bronze. Il participe également deux fois à la Coupe du Monde, il termine troisième en 1950 avant d'être finaliste de l'édition 1958, il compte 73 apparitions internationales.

Kurt Hamrin évolue au poste d'ailier[104], international entre 1953 et 1965, Hamrin a eu 32 capes et a marqué 17 buts pour la Suède, il participe à la 1958, il inscrit quatre buts au cours de la compétition, il inscrit les deux buts de la Suède lors du match du premier tour contre la Hongrie, il ouvre le score en quart de finale contre l'URSS, il inscrit également le dernier but suédois lors de la demi-finale face à l'Allemagne de l'Ouest[104].

Agne Simonsson a inscrit 27 buts lors de ses 51 sélections en équipe de Suède entre 1957 et 1967[118]. Il est membre de l'équipe suédoise finaliste de la coupe du monde 1958. Il a inscrit 4 buts au cours de ce Mondial[118], deux contre le Mexique au premier tour, un contre l'URSS en quart de finale et un contre le Brésil en finale. En 1959, il devient le premier footballeur à être élu meilleur athlète suédois de l'année par le quotidien Svenska Dagbladet[118]. Simonsson est intronisé en 2008 au Hall of Fame du football suédois[119].

Principaux joueurs des années 1960 à 1990[modifier | modifier le code]

Le gardien de but Ronnie Hellström, le défenseur central Björn Nordqvist et l'attaquant Bo Larsson forment l'ossature de l'équipe de Suède des années 1970 en participant à trois reprises à la phase finale de la Coupe du Monde.

Ronnie Hellström est considéré comme l'un des meilleurs d'Europe à la fin des années 1970, gardien emblématique de Hammarby IF puis du FC Kaiserslautern, il est titulaire dans les cages de la Suède lors des Coupe du monde 1970, 1974 et 1978[104], international de 1968 à 1980, il compte 77 sélections[120].

Björn Nordqvist dispute également les trois coupes du monde d'affilée au cours des années 1990, international de 1963 à 1978, il compte 115 sélections[121], au moment de l’arrêt de sa carrière il est le Suédois le plus capé de l'histoire de la sélection, capitaine de la sélection suédoise à partir de 1967, il compte 92 capitanats[122] ce qui constitue un record.

Bo Larsson, joueur emblématique du Malmö FF dont il est le meilleur buteur, compte 70 sélections internationales pour dix-sept buts inscrits au cours de ses quatorze années passées sous le maillot suédois, il est le capitaine de la Suède lors de la Coupe du monde 1974, absent à la suite de ce mondial il effectue son retour international pour disputer la Coupe du monde 1978 en Argentine[123].

Le gardien de but Thomas Ravelli, le défenseur central Roland Nilsson, le Milieu offensif Tomas Brolin, et les attaquants Martin Dahlin et Kennet Andersson sont les joueurs majeurs de la sélection suédoise des années 1990.

Thomas Ravelli effectue ses débuts internationaux en 1981, il devient rapidement le gardien de but disputant dix matchs dès sa première année[124], en tant que titulaire il participe à la Coupe du monde 90 et à la Coupe du monde 94 aux États-Unis, lors de ce mondial la Suède termine à la troisième place, Ravelli se met en évidence lors du quart de finale disputé face à la Roumanie en arrêtant le tir au but décisif de Miodrag Belodedici[104],[53]. En tant que portier titulaire il dispute également l'Euro 92 à domicile, il met un terme à sa carrière en 1997, il compte 143 sélections en équipe de Suède[125].

Roland Nilsson compte 116 sélections avec la Suède entre 1986 et 2000[126], ce qui en fait le 3e joueur le plus sélectionné du pays après Thomas Ravelli et Anders Svensson, il a également inscrit deux buts pour son pays. Nilsson dispute également deux Coupe du Monde en 1990 et 1994, il dispute également par deux fois le Championnat d'Europe en 1992 et en 2000, il ne dispute que le premier match de groupe face à la Belgique, coupable sur l'ouverture du score belge[60] avant de rester sur le banc lors des deux rencontres suivantes, il met un terme à sa carrière international peu après l'Euro 2000.

Tomas Brolin a disputé 47 matchs et inscrit 26 buts pour son pays[127], il effectue ses débuts internationaux en avril 1990 face au Pays de Galles en inscrivant un doublé avant de rééditer sa performance le mois suivant face à la Finlande pour sa seconde sélection, il fait partie de la sélection qui dispute la Coupe du monde 1990, il prend part au trois matchs inscrivant même un but face au Brésil[104]. Il participe ensuite à l'Euro 92 à domicile, il termine co-meilleur buteur du tournoi avec trois réalisations, notamment le seul but lors de la victoire face au Danemark et le but de la victoire en fin de match face à l’Angleterre[104], il participe ensuite à la Coupe du monde 1994 aux États-Unis, il inscrit trois buts au cours de la compétition, le premier en poule face à la Russie , un en quart de finale disputé face à la Roumanie puis un lors de la petite finale disputé face à la Bulgarie, preuve de son mondial réussit il fait partie de l'équipe type de la Coupe du Monde[104].

Martin Dahlin est l'un des attaquants majeurs de la Suède des années 1990, il est le premier joueur de couleur à jouer pour la Suède[118], star dans son pays il était surnommé le «le play-boy»[118], international de 1991 à 1997, Dahlin compte soixante sélections pour vingt-neuf buts inscrits[118],[128], il participe à l'Euro 1992 qui voit la Suède échouer en demi-finale, il participe ensuite à la Coupe du monde 1994 inscrivant quatre buts en cinq matches[128], il est décisif au cours de la phase de poule, inscrivant le but de l'égalisation contre le Cameroun[128] en ouverture puis un doublé contre la Russie[128], il est également l'auteur de l'ouverture du score en huitième de finale contre l'Arabie saoudite[128].

Kennet Andersson évolue pour la Suède de 1990 à 2000, il a inscrit trente et un buts au cours de ses quatre-vingt-trois sélections[129], tout comme Roland Nilsson, Andersson a participé par deux fois au Championnat d'Europe en 1992 et en 2000, lors de la Coupe du monde 1994, il inscrit cinq buts en sept matchs[130],[B 12], il marque en phase de poule contre le Brésil[B 12], il inscrit ensuite un doublé et effectue une passe décisive contre l'Arabie saoudite en huitième de finale[B 15] puis deux autres buts, un en quart de finale contre la Roumanie[B 15] puis un lors de la petite finale contre la Bulgarie[B 15], il termine troisième meilleur buteur de cette compétition[B 15].

La sélection depuis 2000[modifier | modifier le code]
Henrik Larsson en équipe de Suède lors de l'Euro 2004.
Zlatan Ibrahimovic en équipe de Suède lors de l'Euro 2012 contre l'Ukraine.

Henrik Larsson compte cent-six sélections en équipe de Suède au cours desquels il a inscrit trente-sept-buts[131], en 2004, il est nommé par la Fédération suédoise meilleur joueur suédois des cinquante dernières années. Larsson a effectué ses débuts internationaux le contre la Finlande[118]. Au cours de sa carrière international il participe à trois Coupe du monde, en 1994, il n'est que remplacent mais il réussit à inscrire un but face à la Bulgarie[104], il participe ensuite au Mondial 2002, où il parvient à inscrire trois buts en quatre matchs, Larsson décide de prendre sa retraite internationale au terme de l'épreuve[132],[133], en 2006, il inscrit un but en match de poule contre l'Angleterre, il prend de nouveau sa retraite internationale au terme de la compétition[134]. Larsson participe également à trois reprises au Championnat d'Europe en 2000 où il inscrit un but, après sa retraite internationale, il effectue son retour pour l'Euro 2004 où il inscrit trois buts en phase de groupe, il dispute sa dernière compétition internationale lors de l'Euro 2008[118]. Le , il prend définitivement sa retraite internationale[135].

Anders Svensson en 2006.

Zlatan Ibrahimovic, est avec soixante-deux réalisations en cent douze sélections le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de Suède, il effectue ses débuts internationaux le face aux Îles Féroé. Il est sélectionné pour la Coupe du monde 2002 où il est remplaçant. Il devient titulaire de l’équipe à la veille de l’Euro 2004, associé en attaque à Henrik Larsson, il inscrit deux buts au cours de la compétition. Il contribue à la qualifications pour la Coupe du monde 2006 en finissant meilleur buteur, Ibrahimović dispute trois rencontres mais ne marque aucun but lors de la phase finale de la compétition. Exclu de l'équipe nationale pour une rencontre de qualification pour l'Euro 2008 à la suite d'une sortie nocturne, il annonce sa retraite internationale[104], il effectue néanmoins son retour pour participer à l'Euro 2008 où il marque deux des trois buts suédois lors du tournoi. À la suite de l'échec pour la qualification à la Coupe du monde 2010, Ibrahimović pense a arrêter sa carrière internationale[104] avant d'annoncer de nouveau son retour au cours de l'été 2010[136]. Il participe ensuite à l'Euro 2012, la Suède est éliminée au premier tour malgré deux buts d'Ibrahimović, un contre l'Ukraine et un contre l'équipe de France. Le , lors d'une confrontation entre la Suède et l'Angleterre en match amical à Solna, il réussit l'exploit d’inscrire un quadruplé[137], il devient le meilleur buteur de l'histoire de sa sélection dépassant Sven Rydell le en marquant deux buts en amical contre l'Estonie[138].

Le milieu de terrain Anders Svensson détient le record plus grand nombre de sélections avec la Suède avec cent quarante-huit apparitions au cours desquelles il a inscrit vingt-et-un buts[139], international de 1999 à 2013 il a participé à deux Coupe du monde, en 2002 et 2006 atteignant deux fois les huitième de finale, il a également disputé trois Championnat d'Europe en 2004, 2008 et 2012.

Le gardien de but Andreas Isaksson, le défenseur Olof Mellberg, et milieux de terrain Fredrik Ljungberg et Kim Källström sont les autres joueurs majeurs de la sélection des années 2000.

Andreas Isaksson a effectué ses débuts internationaux en 2002, il compte cent vingt-sept sélections pour la Suède[140], il a participe à deux Coupes du monde en 2002 en tant que remplaçant et en 2006, il a également disputé trois Championnat d'Europe en 2004, 2008 et 2012. Olof Mellberg compte cent dix-sept sélections ainsi que huit buts inscrits pour la Suède[141], capitaine de 2002 à 2006, il a participé à deux Coupes du monde en 2002 et en 2006, il a également disputé quatre Championnat d'Europe en 2000, en 2004, 2008 et 2012, à la suite de cette compétition, il décide de mettre un terme à sa carrière internationale[142].

Fredrik Ljungberg est international pendant dix ans de 1998 à 2008, période au cours de laquelle il a évolué principalement à Arsenal, il compte soixante-quinze sélections pour quatorze buts inscrits[143], il a lui aussi participé à de nombreuses phases finales, à deux Coupes du monde en 2002 et en 2006, il a également disputé trois Championnat d'Europe en 2000, en 2004, capitaine lors de l'2008, il met un terme à sa carrière à la suite de cette compétition[143],[144]. Kim Källström compte cent vingt-cinq capes internationales et seize buts inscrits[145], il a participé à la Coupe du monde 2006 en Allemagne ainsi qu'à trois Championnat d'Europe en 2004, 2008 et 2012.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Voici la liste de joueurs sélectionnés pour participer à l'Euro 2016[146].

Sélections et buts actualisés le 29 mars 2016.

Pos Nom Date de naissance Sélections Buts Club
1 GB Andreas Isaksson (34 ans) 128 0 Drapeau de la Turquie Kasımpaşa
12 GB Robin Olsen (26 ans) 3 0 Drapeau du Danemark FC Copenhague
23 GB Patrik Carlgren (24 ans) 1 0 Drapeau de la Suède AIK
2 DF Mikael Lustig (29 ans) 50 2 Drapeau : Écosse Celtic
3 DF Erik Johansson (27 ans) 8 0 Drapeau du Danemark FC Copenhague
4 DF Andreas Granqvist (31 ans) 50 3 Drapeau de la Russie FK Krasnodar
5 DF Martin Olsson (28 ans) 34 5 Drapeau de l'Angleterre Norwich City
13 DF Pontus Jansson (25 ans) 7 0 Drapeau de l'Italie Torino
15 DF Victor Lindelöf (22 ans) 2 0 Drapeau du Portugal SL Benfica
17 DF Ludwig Augustinsson (22 ans) 3 0 Drapeau du Danemark FC Copenhague
6 ML Emil Forsberg (24 ans) 15 1 Drapeau de l'Allemagne RB Leipzig
7 ML Sebastian Larsson (31 ans) 82 6 Drapeau de l'Angleterre Sunderland
8 ML Albin Ekdal (26 ans) 21 0 Drapeau de l'Allemagne Hambourg SV
9 ML Kim Källström (33 ans) 127 16 Drapeau de la Suisse Grasshopper Club Zurich
14 ML Oscar Lewicki (24 ans) 9 0 Drapeau de la Suède Malmö FF
16 ML Pontus Wernbloom (30 ans) 50 2 Drapeau de la Russie CSKA Moscou
18 ML Oscar Hiljemark (24 ans) 9 1 Drapeau de l'Italie Palerme
21 ML Jimmy Durmaz (27 ans) 30 2 Drapeau de la Grèce Olympiakos
22 ML Erkan Zengin (30 ans) 19 3 Drapeau de la Turquie Trabzonspor
10 AT Zlatan Ibrahimović Capitaine (34 ans) 112 62 Drapeau de la France Paris Saint-Germain
11 AT John Guidetti (24 ans) 7 0 Drapeau de l'Espagne Celta
19 AT Marcus Berg (29 ans) 37 10 Drapeau de la Grèce Panathinaïkos
20 AT Emir Kujović (28 ans) 3 1 Drapeau de la Suède IFK Norrköping

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Principaux sélectionneurs de la Suède
Entraîneur Période[note 4] M
Lars Lagerbäck 2000-2009 141
John « Bill » Pettersson 1921-1936 138
Rudolf Kock 1943-1956 110
Georg Ericson 1971-1979 91
Tommy Söderberg 1998-2004 88
Tommy Svensson 1991-1997 87

De son premier match en 1908 à 1954, la sélection de Suède ne dispose pas d'un sélectionneur unique appointé, mais fonctionne avec un conseil de sélection. En comptant les présidents du Comité de sélection, vingt-deux techniciens ont assuré la direction de l'équipe nationale, tous sont suédois, depuis l'instauration du sélectionneur unique, en 1962, dix sélectionneurs se sont succédé[147],[148]. Lars Lagerbäck, sélectionneur de 2000 à 2009 détient avec 141 matchs dirigés le record de longévité sur le banc suédois[148].

Ludvig Kornerup est le premier à diriger la sélection suédoise, président du comité de la sélection suédoise, il entraîne l'équipe nationale suédoise lors des six matchs de l'année 1908[149], notamment lors des Jeux olympiques de 1908[150], où il mène son équipe à la quatrième place du tournoi.

De 1909 à 1916, cinq entraineurs se succèdent sur le banc suédois, aucun pour plus de dix rencontres, successeur de Wilhelm Friberg, John Ohlson dirige la sélection suédoise à seulement cinq reprises au cours de l'année 1912[151], il dirige néanmoins l'équipe suédoise lors des Jeux olympiques de 1912 disputés à domicile. Anton Johanson est le premier à trouver une certaine stabilité au poste d'entraineur de la Suède, restant en poste entre 1917 et 1920, il dirige l'équipe suédoise à vingt-cinq reprises[152] notamment au cours des Jeux olympiques de 1920, au cours desquels son équipe est éliminée en quart-de-finale.

John « Bill » Pettersson dirige la sélection suédoise cent trente-huit fois entre 1921 et 1936[153], sous sa direction l'équipe de Suède prend deux fois part aux jeux olympiques, en 1924 son équipe remporte la médaille de bronze et en 1936 ainsi qu'une fois à la Coupe du Monde en 1934[154], lors des Jeux olympiques 1924 et de la Coupe du Monde 1934, Pettersson est assisté par l'entraineur hongrois József Nagy. Après un an passé à la tête de l'équipe de Suède, Carl Linde[155] est remplacé par Gustaf Carlsson qui dirige la Suède à vingt-quatre reprises avant son décès en 1942, ancien capitaine de la Suède lors Jeux olympiques 1924, il dirige la Suède lors de la Coupe du Monde 1938[156] au cours de laquelle il est également assisté par József Nagy[157].

Georg Ericson, sélectionneur en 1971-1979.

Rudolf Kock de 1943 à 1956 puis Eric Persson de 1957 à 1961 sont les deux derniers présidents du comité de sélection, Rudolf Kock, ancien international suédois aux trente-sept sélections, dirige l'équipe suédoise à cent dix reprises[158] au cours desquels il dispute les jeux olympiques victorieux de 1948, la Coupe du Monde 1950 et les Jeux olympiques 1952[159], son successeur Eric Persson dirige quant à lui la Suède lors de la Coupe du Monde 1958 disputée à domicile, au cours de laquelle son équipe termine finaliste[160]. Les deux hommes sont assistés par l'entraîneur anglais George Raynor qui dirige l'équipe lors du titre olympique de 1948, lors de la Coupe du monde 1950, lors des Jeux olympiques de 1952 et surtout lors de la Coupe du monde 1958[B 8],[161].

À la suite de la non-qualification pour la Coupe du monde 1962 au Chili, le système de sélection évolue avec désormais un sélectionneur unique, Lennart Nyman devient en 1962 le premier sélectionneur de la sélection suédoise[162], il reste à la tête de la sélection nationale jusqu'en 1965, il dirige l'équipe nationale à trente-six reprises[163], il quitte la sélection nationale après son échec lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1966. Örvar Bergmark, défenseur international au sein de l'équipe finaliste en 1958, devient sélectionneur en 1966, au cours de ses quatre années de mandat, il dirige son pays à 49 reprises[164], malgré un échec lors des éliminatoire du Championnat d'Europe 1968, il réussit à qualifier son pays pour la Coupe du monde 1970[165], mais il ne réussit pas à passer le premier tour.

Georg Ericson, ancien joueur et entraineur de l'IFK Norrköping[166], sélectionneur en 1971 à 1979[167], il entraîne la sélection pendant huit ans au cours desquelles elle dispute 91 rencontres sous ses ordres[168], participant notamment à deux Coupes du Monde, classé à égalité avec l'Autriche lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1974, un match de barrage disputé entre les deux sélections le 28 novembre 1973 au Parkstadion de Gelsenkirchen, il est remporté par les hommes d'Ericson, lors de la Coupe du monde 1974, son équipe termine cinquième de la compétition[166], la sélection suédoise dispute également sous ses ordres la de la Coupe du monde 1978 en Argentine[167].

Lars Arnesson, sélectionneur des espoirs en 1975-76 puis en 1979 devient sélectionneur en 1980[169] en succédant à Georg Ericson. Il dirige la sélection lors des éliminatoires des Coupe du Monde 1982 et 1986 sans jamais réussir à qualifier son pays, il quitte son poste de sélectionneur après 59 matchs passés sur le banc suédois[170].

Olle Nordin dirige l'équipe nationale suédoise de 1986 à 1990, pour un total de 45 matchs[171], il réussit à qualifier la sélection suédoise pour la Coupe du Monde 1990, douze ans après sa dernière apparition dans la compétition, il dirige l'équipe lors de la phase finale[172], son équipe s’incline à trois reprises lors de la phase de groupe, cette élimination est une grande déception pour lui[173], il quitte son poste au terme du Mondial. Il est remplacé par Nils Andersson assure l’intérim dirigeant les quatre dernières rencontres de l'année 1990[174].

Tommy Svensson dirige la sélection de 1991 à 1997[175]. Il mène notamment les joueurs suédois en demi-finale de l'Euro 1992 disputé à domicile, par la suite, il réussit à qualifier son équipe pour la Coupe du monde 1994, auteur d'un parcours brillant l'équipe atteint les demi-finales, battue par le Brésil, elle se classe troisième de la compétition après avoir battu la Bulgarie lors de la petite finale. Tommy Svensson continue à diriger la sélection avec moins de succès, ne la qualifiant ni pour l'Euro 1996 ni pour la Coupe du monde 1998, il quitte son poste sur ce dernier échec après 87 matchs à la tête de la sélection[176].

Lars Lagerbäck, sélectionneur de 2000 à 2009.
Erik Hamrén, sélectionneur depuis 2009.

Tommy Söderberg, ancien sélectionneur des espoirs de 1994 à 1997, quitte son poste pour rejoindre celui de l'équipe A, il dirige l'équipe seule jusqu'à la fin de l'année 1999, réussissant à qualifier son équipe pour l'Euro 2000[177] en remportant son groupe de qualification et en restant invaincu. Lars Lagerbäck assistant de Tommy Söderberg[178] et également ancien sélectionneur des espoirs est nommé co-sélectionneur au début de l'année 2000[178], les deux hommes dirigent ensemble la sélection pendant quatre années, disputant notamment trois phases finales[179], lors de l'Euro 2000, ils ne réussissent pas à sortir de la phase de groupe, ils emmènent leur équipe en huitième de finale de la Coupe du monde 2002 puis en quart lors de l'Euro 2004[178], Tommy Söderberg quitte alors son poste pour retourner entrainer les espoirs après 88 match passés avec les A[180].

Lars Lagerbäck devient à la suite de l'Euro 2004 l'unique sélectionneur de la Suède[181], il est alors assisté par Roland Andersson, il qualifie son équipe pour la Coupe du monde 2006, devant le premier sélectionneur suédois à participer à quatre phases finales consécutives[178], après avoir passé le premier tour, son équipe s'incline une nouvelle en huitième de finale, par la suite la Suède de Lars Lagerbäck se qualifie pour l'Euro 2008 mais ne réussit pas à sortir de son groupe, il reste à la tête de la Suède pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2010, échouant à qualifier son pays, il quitte son poste de sélectionneur à l'issue échec[182], avec un total de 141 rencontres dirigées[183] il détient le record de longévité pour un sélectionneur suédois.

Erik Hamrén est le sélectionneur actuel de la Suède, il devient sélectionneur en novembre 2009[184], sous contrat avec le club norvégien de Rosenborg, il entraine le club jusqu'en juin 2010 avant de se consacrer pleinement à la sélection suédoise[185], il réussit à qualifier la Suède pour l'Euro 2012, dans un groupe relevé, son équipe termine à la quatrième place à un point seulement de la qualification, il ne réussit en revanche pas à qualifier son équipe pour la Coupe du monde 2014, malgré cet échec, la fédération suédoise lui renouvelle sa confiance en prolongeant son contrat[186], il qualifie la Suède pour l'Euro 2016 en disposant du Danemark en barrage[184], compétition après laquelle il va céder son poste[184].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Råsunda et Friends Arena.
Le Råsunda enceinte historique de l'équipe de Suède
L’intérieur du nouveau Friends Arena

La sélection suédoise dispute sa première rencontre officielle à domicile le au Idrottsplatsen på Tegelbruksängen de Göteborg face à la Norvège[187]. Lors de ses débuts la Suède dispute trois autres rencontres à Göteborg, au Valhalla Idrottsplats, le match suivant en septembre 1908 puis deux autres matchs en 1912.

La Suède rejoint la capitale dès 1911, elle dispute ses premiers matchs à Solna en banlieue de Stockholm au Råsunda Idrottsplats, le stade d'une capacité de 12 000 places[188] est construit sur un terrain de 22 000 hectares achetés par la fédération suédoise deux ans plus tôt[189], il est inauguré en 1910 situé à six kilomètres au nord-ouest du centre de Stockholm[188], le stade est utilisé lors de certains matchs des Jeux olympiques de 1912[189], il est principalement utilisé en 1914 avec six matchs, le stade est en tout utilisé douze fois entre 1911 et 1933. La sélection suédoise effectue ses débuts au Stade olympique de Stockholm lors des Jeux olympiques de 1912, le stade devient le stade principale des suédois avec soixante-huit matchs disputés entre 1912 et 1936.

En 1937 est inauguré le stade Råsunda[188], il remplace l'ancien stade Råsunda Idrottsplats et est d'une capacité de 40 000 places[188]. Le premier match international disputé a lieu le [B 16], à l'occasion d'un match amical joué et perdu (0-4) face à l'Angleterre[190],[B 16]. Le stade devient immédiatement le principale stade de la sélection, il reçoit la finale de la Coupe du Monde 1958 perdu face au Brésil[188],[B 16], le record d'affluence de l'enceinte a lieu le lors d'une rencontre amicale face à l'Allemagne de l'Ouest, avec 52943 personnes présentes dans les gradins[188]. Les suédois disputent également au Råsunda la demi-finale perdu face à l'Allemagne de l'Euro 1992[188]. Le stade reçoit son dernier match le [190], la capacité est alors réduite à 36 608 places. Entre son inauguration en 1937 et sa destruction en 2013, le stade à accueilli la sélection national à cent quatre-vingt quinze reprises[191].

La Suède évolue désormais dans son nouveau stade le Friends Arena, le stade se trouve également à Solna en banlieue de Stockholm. Le stade est inauguré le lors d'un match amical entre la Suède et l'Angleterre[192], les suédois s'imposent (4-2)[193],[194].

Parmi les autres villes où la Suède a évolué régulièrement, sont présentes Göteborg et Malmö, respectivement deuxième et troisième ville du pays. Les Suédois ont joués près de soixante-dix fois à Göteborg, outre les premiers matchs disputés dans la ville en 1908 et 1912, la sélection a disputé dix matchs au Gamla Ullevi, le stade inauguré en 1916 est démoli en janvier 2007 pour être remplacé par le nouveau Gamla Ullevi. Le Stade Ullevi inauguré pour la Coupe du monde 1958[195] devient le deuxième stade de l'équipe de Suède, elle y dispute son premier match lors de la demi-finale victorieuse face à l'Allemagne de l'Ouest, le stade reçoit la finale de la Euro 1992[195], le stade a actuellement une capacité de 43 200 places, la Suède a disputé cinquante-quatre rencontres sur cette pelouse, elle y a disputé son dernier match en 2012.

La Suède a disputé une trentaine de matchs à Malmö, dans trois stades différents, elle dispute tout d'abord deux matchs au Malmö Idrottsplats, face à la Lettonie en 1929 puis la Finlande en 1949, elle a également disputé dix rencontres au Malmö Stadion, inauguré également pour la Coupe du Monde 1958, le stade d'une capacité de 30 000 places est remplacé par le Swedbank Stadion inauguré en 2009[196], l'équipe nationale a disputée trois matchs dans ce stade.

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant liste le palmarès de l’équipe de Suède de football dans les différentes compétitions internationales officielles. Il se compose d'un titre olympique et de deux troisièmes places en Coupe du monde[197].

Palmarès de l’équipe de la Suède en compétition
Coupe du monde Compétitions continentales Jeux olympiques

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

L’équipe suédoise a participé à onze phases finales[B 1], elle dispute son premier match de qualification le 11 juin 1933 face à l'Estonie. La Suède réussit sa meilleure performance à domicile en atteignant la finale de la compétition en 1958, battue par le Brésil[B 7]. La Suède termine par deux fois à la quatrième place de l'épreuve, en 1950, et en 1994, elle bat largement la Bulgarie lors de la petite finale, en 1938 les suédois s'incline contre le Brésil lors du match pour la troisième place. Parmi ses autres performances, la Suède atteint les quart de finales en 1934, le second tour en 1974, les huitièmes de finales en 2002 et 2006, elle ne passe en revanche pas le premier tour en 1970, 1978 et 1990.

Parcours de l'équipe de Suède en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Uruguay 1930 Non invité Drapeau de l'Angleterre 1966 Non qualifiée Drapeau des États-Unis 1994 Demi-finale (3e)
Drapeau de l'Italie 1934 Quart de finale Drapeau du Mexique 1970 Premier tour Drapeau de la France 1998 Non qualifiée
Drapeau de la France 1938 Quatrième Drapeau de l'Allemagne 1974 Second tour Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2002 Huitième de finale
Drapeau du Brésil 1950 Troisième (3e) Drapeau de l'Argentine 1978 Premier tour Drapeau de l'Allemagne 2006 Huitième de finale
Drapeau de la Suisse 1954 Non qualifiée Drapeau de l'Espagne 1982 Non qualifiée Drapeau de l'Afrique du Sud 2010 Non qualifiée
Drapeau de la Suède 1958 Finaliste (2e) Drapeau du Mexique 1986 Non qualifiée Drapeau du Brésil 2014 Non qualifiée
Drapeau du Chili 1962 Non qualifiée Drapeau de l'Italie 1990 Premier tour Drapeau de la Russie 2018

Parcours en Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

L’équipe de Suède a participé à six phases finales, elle dispute son premier match de qualification le 21 juin 1962 face à l'Norvège. La Suède réussit sa meilleure performance à domicile en atteignant les demi-finales de la compétition en 1992, battue par l'Allemagne. Parmi ses autres performances, la Suède atteint les quart de finales en 2004, elle ne passe en revanche pas le premier tour en 2000, 2008, 2012 et 2016.

Parcours de l'équipe de Suède en championnat d'Europe
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de la France 1960 Non inscrit Drapeau de la France 1984 Non qualifiée Drapeau de l'AutricheDrapeau de la Suisse 2008 Premier tour
Drapeau de l'Espagne 1964 Non qualifiée Drapeau de l'Allemagne 1988 Non qualifiée Drapeau de la PologneDrapeau de l'Ukraine 2012 Premier tour
Drapeau de l'Italie 1968 Non qualifiée Drapeau de la Suède 1992 Demi-finale Drapeau de la France 2016 Premier tour
Drapeau de la Belgique 1972 Non qualifiée Drapeau de l'Angleterre 1996 Non qualifiée
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie 1976 Non qualifiée Drapeau de la BelgiqueDrapeau des Pays-Bas 2000 Premier tour
Drapeau de l'Italie 1980 Non qualifiée Drapeau du Portugal 2004 Quart de finale

Parcours aux Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

L’équipe suédoise A a participé sept fois aux Jeux olympiques d'été. En 1999, la FIFA décide que les matchs de football disputés dans le cadre des Jeux olympiques à partir des Jeux olympiques de Rome de 1960 ne comptent pas comme sélection nationale en équipe A, à partir de 1992, les phases finales des Jeux olympiques sont disputés par les sélections des moins de 23 ans. La Suède a réussi sa meilleure performance en remportant la compétition en 1948 en disposant de la Yougoslavie en finale, ella est également parvenue à ramener deux médailles de bronze en 1924 après avoir battu les Pays-Bas et 1952 en disposant de l'Allemagne de l’Ouest, en 1908 elle s'incline lors du match pour la troisième place contre les Pays-Bas[note 5].

Parcours aux Jeux olympiques d'été
Année Position Année Position Année Position
De 1900 à 1904 Non inscrite Drapeau de la Grande-Bretagne 1948 médaille d'or, Jeux olympiques Vainqueur Drapeau du Canada 1976 Non qualifiée
Drapeau de la Grande-Bretagne 1908 Quatrième Drapeau de la Finlande 1952 médaille de bronze, Jeux olympiques 3e place Drapeau de l'URSS 1980 Non qualifiée
Drapeau de la Suède 1912 Premier Tour Drapeau de l'Australie 1956 Non participant Drapeau des États-Unis 1984 Non qualifiée
Drapeau de la Belgique 1920 Quart de finale Drapeau de l'Italie 1960 Non participant Drapeau de la Corée du Sud 1988 Quart de finale
Drapeau de la France 1924 médaille de bronze, Jeux olympiques 3e place Drapeau du Japon 1964 Non qualifiée Depuis 1992 Compétition disputée par les U23
Drapeau des Pays-Bas 1928 Non participant Drapeau du Mexique 1968 Non qualifiée
Drapeau de l'Allemagne nazie 1936 Premier Tour Drapeau de l'Allemagne 1972 Non qualifiée

Parcours en compétitions amicales[modifier | modifier le code]

Au cours de son histoire, la sélection roumaine a disputée diverses compétition amicales. Dans le cadre de ces tournois, seul les match entre sélections nationales A sont reconnus officiellement par la FIFA.

Entre 1924 et 2001, la Suède a disputée aux quatorze éditions du Championnat nordique, cette compétition entre pays nordique se déroule généralement sur plusieurs années, la Suède a remportée à neuf reprises la compétions entre 1933 et 1977, la Suède a également terminée par quatre fois à la deuxième place[198]. La Suède termine deuxième derrière le Danemark de la première édition disputée de 1924 à 1928[199] puis de nouveau deuxième lors de l’édition suivante, disputée entre 1929 et 1932[200], les suédois enchaînent par la suite neuf succès de rang dans l'épreuve entre 1933 et 1977,la Suède termine à la seconde place de la compétition lors des deux éditions suivantes en 19781980 [201] puis en 19811983 [202], la dernière édition est disputée de 2000 à 2001, lors de cette première édition disputée à si équipes, la Suède termine cinquième de la compétition[203].

La Suède a participé à plusieurs reprises aux Tournois anniversaires des fédérations scandinaves, en 1939 les Suédois participent au Tournoi du 50e anniversaire de la Fédération danoise, la Suède s'incline en demi-finale contre la Norvège, elle termine troisième du tournoi avec la Finlande également battu en demi-finale[204]. Les suédois participent ensuite au cours de l'année 1947 au tournoi fêtant les 40 ans de la Fédération finlandaise, les Suédois s'imposent en demi-finale contre Danemark avant de remporter la finale contre la Norvège[205]. En 1952 la Suède dispute en Norvège le tournoi anniversaire des 50 ans de la NFF après un succès en demi-finale contre le Danemark, les suédois s’inclinent en finale contre la Finlande[206]. Deux ans plus tard les suédois disputent le tournoi anniversaire de leur fédération, les Suédois remportent le tournoi en disposant en final de la NFF[207]. En 1952 la sélection suédoise dispute le tournoi des 50 ans de la SPL, comme dix ans plus tôt, la Suède ramène un succès de Finlande remportant la finale contre l'hôte Finlandais[208]. En 1989 au Danemark se déroule le tournoi du centenaire de la DBU, lors du tournoi à trois avec le Danemark et le Brésil, les Suédois prennent la seconde place[209].

Parcours au Championnat nordique
Année Class. M V N D bp bc
19241928 2e 10 6 1 3 31 19
19291932 2e 12 6 1 5 35 31
19331936 1er 12 7 2 3 31 22
19371947 1er 12 9 0 3 41 16
19481951 1er 12 7 2 3 36 22
19521955 1er 12 8 4 0 44 14
19561959 1er 12 9 2 1 45 17
19601963 1er 12 7 3 2 24 10
19641967 1er 12 5 4 3 22 14
19681971 1er 12 10 2 0 32 10
19721977 1er 12 8 2 2 24 9
19781980 2e 3 3 0 3 7 6
19811983 2e 6 3 1 2 7 4
20002001 5e 5 1 2 2 3 4
Total 9 titres 146 88 26 32 382 198
Parcours en Tournois anniversaires
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : Danemark 1939 50 ans de la DBU 3e 1 0 0 1 0 1
Drapeau : Finlande 1947 40 ans de la SPL 1er 2 2 0 0 11 2
Drapeau : Norvège 1952 50 ans de la NFF 2e 2 1 0 1 3 3
Drapeau : Suède 1954 50 ans de la SVFF 1er 2 2 0 0 9 0
Drapeau : Finlande 1957 50 ans de la SPL 1er 2 1 1 0 5 1
Drapeau : Danemark 1989 100 ans de la DBU 2e 2 1 0 1 30 14
Total 3 titres 11 1 3 14 96 77

Entre novembre 1981, la Suède dispute en Finlande la Coupe de Lahti, pour cette première édition, les suédois s'imposent en demi-finale contre la Norvège[note 6] avant de perdre en finale contre la Finlande[210]. En 1988 la Suède participe victorieusement à deux compétition, la première au mois de janvier, elle remporte le Tournoi de Las Palmas en disposant de l'Allemagne de l'Est puis de la Finlande en finale[211], au printemps elle dispute à Berlin-Ouest le Tournoi des Quatre Nations, elle s'impose en demi-finale aux tirs au but contre l'Allemagne de l’Ouest avant de battre en finale l'Union soviétique[212]. En 1991 les suédois disputent à domicile le Tournoi Scania, ils sont défait dès le premier match par l'Union soviétique, lors du match pour la 3e place les suédois s'imposent largement face au Danemark[213]. Dans le cadre de sa préparation à la Coupe du monde 1994, la Suède dispute au cours du mois de février la Coupe Joe Robbie à Miami, après un nul inaugural contre la Colombie, elle s'impose contre les États-Unis[214], la Suède remporte le tournoi grâce à un plus grand nombre de buts marqués que la Colombie[215].

Parcours au Coupe de Lahti
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : Finlande 1981 2e 2 1 0 1 5 4
Total 0 titre 2 1 0 1 5 4
Parcours au Tournoi de Las Palmas
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : Espagne 1988 1er 2 2 0 0 5 1
Total 1 titre 2 2 0 0 5 1
Parcours au Tournoi des Quatre Nations
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1988 1er 2 1 1 0 3 1
Total 1 titre 2 1 1 0 3 1
Parcours au Tournoi Scania
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : Suède 1991 3e 2 1 0 1 6 3
Total 0 titre 2 1 0 1 6 3
Parcours à la Coupe Joe Robbie
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : États-Unis 1994 1re 2 1 1 0 3 1
Total 1 titre 2 1 1 0 3 1

Juste avant de disputer la Coupe du monde 1994, la Suède participe à la Coupe nordique, un tournoi amical de préparation avec le Danemark et la Norvège, les scandinaves remporte le tournoi. En 1995 les Suédois disputent en Angleterre la Coupe Umbro, avec deux matchs nuls et une défaite, ils prennent la troisième place derrière le Brésil, l'Angleterre et devant le Japon[216]. La Suède participe par deux fois au Tournoi de Hong Kong, une première fois victorieusement en 1996[217], elle prend en 2004 la troisième place du tournoi[218]. La Suède participe quatre fois à la King's Cup en Thaïlande, elle participe à ces tournois avec un effectif composé de joueur évoluant dans les championnats scandinaves, elle remporte la compétition à chacune de ses apparitions, en 1997[219], en 2001[220] en 2003[221] et en 2013[222]. En février 2011 la Suède dispute le Tournoi international de Chypre, après un succès face à Chypre en demi-finale elle s'incline aux tirs au but en finale face à l'Ukraine[223].

Parcours à la Coupe nordique
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : Danemark Drapeau : Norvège Drapeau : Suède 1994 1re 2 1 0 1 2 1
Total 1 titre 2 1 0 1 2 1
Parcours au Coupe Umbro
Année Class. M V N D bp bc
Drapeau : Angleterre 1995 3e 3 0 2 1 5 6
Total 0 titre 3 0 5 1 5 6
Parcours au Tournoi de Hong Kong
Année Class. M V N D bp bc
1983-1995 Non invité
Drapeau : Hong Kong 1996 1re 2 1 1 0 2 1
2001-2003 Non invité
Drapeau : Hong Kong 2004 3e 2 1 0 1 3 3
2005-2006 Non invité
Total 1 titre 4 2 1 1 5 4
Parcours au King's Cup
Année Class. M V N D bp bc
1968-1996 Non invité
Drapeau : Thaïlande 1997 1er 4 3 1 0 6 1
1998-2000 Non invité
Drapeau : Thaïlande 2001 1er 4 2 2 0 9 3
2002 Non invité
Drapeau : Thaïlande 2003 1er 4 3 1 0 12 4
2004-2012 Non invité
Drapeau : Thaïlande 2013 1er 2 1 1 0 4 1
Total 4 titres 14 9 5 0 31 9
Parcours au Tournoi de Chypre
Année Class. M V N D bp bc
1997-2009 Non invité
Drapeau : Chypre 2011 2e 2 1 1 0 3 1
Total 0 titre 2 1 1 0 3 1

Statistiques[modifier | modifier le code]

Du au , l'équipe suédoise a joué 997 matchs pour un bilan de 492 victoires, 214 matchs nuls et 291 défaites. Elle a marqué 2 028 buts et en a encaissé 1 335[224],[note 7].

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

La sélection suédoise, grâce à ses onze participations en Coupe du monde et de nombreux matchs amicaux joués à travers le monde, a rencontré plus de quatre-vingt autres équipes nationales[20]. Elle a joué sur tous les continents, elle effectue son premier déplacement hors d'Europe à l'occasion de la Coupe du monde 1950 disputée au Brésil, outre ce mondial, et des tournées amicales, la Suède a participé à trois autres Coupes du monde sur le continent américain, au Mexique en 1970, en Argentine en 1978 et aux États-Unis en 1994, la Suède a également jouée en Afrique à partir de 1976, en Asie dès 1962 à Bangkok face à la Thaïlande puis pour le mondial 2002 au Japon, et en Océanie à l'occasion de deux tournées en Australie en 1992 et 1996.

La Suède a affronté une grande majorité des nations européennes et quasiment l'ensemble des nations sud-américaines (à l'exception de la Bolivie et du Pérou). Concernant les rencontres face aux nations non européennes, la majorité de ces match ont lieu face aux nations asiatique ainsi que face aux nations sud-américaines, les matchs face au nations africaines s’avèrent les plus rares avec seulement 21 oppositions, la Suède a affrontée à cinq reprises l'Australie alors membre de l'OFC mais n'as affronté aucune sélection actuellement membre de la Confédération d'Océanie.

Adversaires les plus fréquents[modifier | modifier le code]

L'équipe suédoise a joué au moins vingt matchs contre onze équipes, toutes européennes. Elle a un bilan positif contre quatre d'entre elles, le Danemark, la Norvège, la Finlande et la Pologne, un bilan neutre contre l'Angleterre et un bilan négatif contre, la Hongrie, l'Autriche, la Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas et l'Italie.

Les adversaires les plus fréquents de la Suède sont les autres nations scandinaves, Danemark et Norvège en tête, affrontés a plus de cent reprises, c'est également le cas de la Finlande rencontré en 88 occasions, ce nombre élevé de confrontations s'explique pat la participation de ces quatre nations au Championnat nordique, la Suède entretient donc une rivalité particulière avec ses voisins notamment le Danemark.

Bilan de la Suède face aux sélections affrontées au moins vingt fois[note 8]
Adversaire Joués Victoires Matchs nuls Défaites Buts pour Buts contre Différence
Drapeau : Danemark Danemark[225],[226],[note 9] 106 46 20 40 187 175 +12
Drapeau : Norvège Norvège[227],[228] 106 60 22 24 276 145 +131
Drapeau : Finlande Finlande[229] 88 67 11 10 295 95 +200
Drapeau : Hongrie Hongrie[230],[231] 45 16 11 18 77 91 -14
Drapeau : Autriche Autriche[232],[233] 36 13 6 17 55 55 0
Drapeau : Allemagne Allemagne[234] 36 12 9 15 60 70 -10
Drapeau : Suisse Suisse[235] 28 10 8 11 46 42 +4
Drapeau : Pologne Pologne[236] 26 14 4 8 56 37 +19
Drapeau : Angleterre Angleterre[237],[note 10] 23 7 9 7 31 35 -4
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas[238] 23 8 5 10 47 44 +3
Drapeau : Italie Italie[239] 22 6 6 10 24 27 -3

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

La Suède a connu son meilleur classement FIFA en novembre 1994 en atteignant la 2e place[240]. Leur plus mauvais classement est une 45e place atteinte en octobre 2015[241]. La Suède a enregistrée sa meilleure progression lors du mois de septembre 1995 avec un gain de 12 places, au cours du mois de juillet 2009, la Suède a enregistré son plus fort recul avec la perte de 11 places au classement mondial. Depuis la création du classement FIFA, le classement moyen de la Suède se situe au 21e rang [242]. La Suède termine l'année 2015 à la 35e place du classement FIFA.

Classement FIFA de l'équipe de Suède[fifa 1]
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Classement mondial 9 3 13 17 18 18 16 23 16 25 19 13 14 14 24 32 42 33 18 20 27 44 35
Classement européen 7 2 10 14 11 12 13 15 11 16 13 9 10 10 17 19 25 20 13 12 16 26 24

Légende du classement mondial :

  •      de 1 à 15
  •      de 16 à 25
  •      de 26 à 209

Légende du classement européen :

  •      de 1 à 10
  •      de 11 à 20
  •      de 21 à 54

Records[modifier | modifier le code]

L'équipe suédoise a obtenu ses deux plus larges victoires de son histoire contre la Lettonie sur le score 12 buts à 0 le , puis contre la Corée du sud sur le même score le lors des jeux olympiques[5]. Le match perdu le contre la Grande-Bretagne sur le score de (1-12), est la plus lourde défaite de l'histoire du football suédois[5]. La Suède a terminée meilleure attaque des Jeux olympiques 1948 avec 22 buts inscrits[243] et de la Coupe du monde 1994 avec 15 buts inscrits[244]. La Suède, avec son succès (5-0) contre le Bulgarie lors de l'Euro 2004, codétient le record du plus large succès dans un Championnat d'Europe[245].

Au niveau individuel, c'est le milieu de terrain Anders Svensson avec 148 sélections, qui détient le record d'apparitions sous le maillot suédois. Il devance dans ce classement les gardiens de but Thomas Ravelli ancien recordman avec 143 capes, et Andreas Isaksson et ses 128 sélections[99]. Zlatan Ibrahimović, est avec un total de 62 buts en 111 sélections le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale suédoise[100]. Albin Hallback est avec six buts inscrits lors du succès contre la Lettonie en 1927 le buteur le plus prolifique de la Suède en un seul match[246]. Le joueur le plus âgé à avoir porté le maillot suédois est le gardien de but Thomas Ravelli, international jusqu'à 38 ans un mois et 29 jours[5], concernant les joueurs de champs il s'agit d'Henrik Larsson, international jusqu'à ses 38 ans et 20 jours[247].

Identité[modifier | modifier le code]

Surnoms[modifier | modifier le code]

L'équipe de Suède dispose de différents surnoms, le plus fréquemment utilisé est Blågult (en français : « Les bleus et jaunes »)[248],[249],[B 1], l'équipe nationale est également surnommée Kronos (en français : « Couronne »)[249].

Couleurs[modifier | modifier le code]

Les couleurs du drapeau suédois ont toujours fait partie des couleurs de la sélection suédoise, la tenue domicile est composé d'un maillot jaune, d'un short bleu et de chaussettes jaunes. La tenue domicile n'a jamais été modifié sensiblement, les seuls changement sont des détails notamment bleu présent sur le maillot en fonction des modèles fournis par l'équipementier.

Concernant la tenue extérieur de la Suède, elle joue historiquement, au fil du temps des détail en jaune et bleu sont ajoutés à la tenue extérieur, à partir des années 1970 la tenue extérieur évolue, notamment du fait que le blanc n'est que peu éloigné de la première tenue jaune, ces dernières années la tenue extérieur est bleu foncé avec une diagonale jaune, bleu nuit avec la croix scandinave jaune[250] ou encore un dégradé de bleu et de gris[251].

Sur le maillot était présent le drapeau suédois, dernièrement on trouve sur la poitrine des joueurs le logo de l'équipementier ainsi que le logo de la fédération suédoise, drapeau suédois en forme de bouclier surnom-monté d'un ballon de football[252].

Concernant les fournisseurs techniques de l'équipe suédoise, le maillot lors de la Coupe du Monde 1970 est fournit par l'équipementier anglais Umbro, de 1974 à 2003 l'équipe suédoise est équipée par l'allemand Adidas, de 2003 à 2013 la Suède est de nouveau fournit par l'anglais Umbro, le premier contrat débute en 2003 pour une durée de six ans[253], le contrat avec Umbro est fianlement prolongé en 2007[254], en janvier 2013 la fédération suédoise annonce un partenariat de six ans avec l'allemand Adidas qui redevient le fournisseur technique de la Suède[255],[256].

Supporters[modifier | modifier le code]

Supporteurs suédois
Supporters lors de l'Euro 2012

Les supporters suédois sont apparus la première fois lors des Jeux olympiques d’été de 1912 disputés à domicile à Stockholm, où ils scandaient Heja Sverige Friskt humör, det är det som susen gör (en français : « Allez la Suède : être de bonne humeur est ce qui fait la différence ! ») au cours des rencontres[273]. Parmi les autres chants fréquemment utilisés par les Suédois, Oi Oi Oi, des Sverige, Sverige, Sverige (en français : « Suède, Suède, Suède ») répétés à de nombreuses reprises, ou encore Heja Sverige Friskt humör, det är det som susen gör (en français : « Nous sommes tous des supporters suédois ! »)[273].

Les supporters suédois se sont pour la première fois déplacé en masse lors de la Coupe du Monde 1974 disputée en Allemagne de l'Ouest. Depuis, la Suède a toujours fait ses déplacement avec de nombreux supporteurs, cette ferveur se développe jusqu'à Coupe du Monde 2006 disputée en Allemagne, atteignant des sommets lors de la rencontre face au Paraguay disputée à l'Olympiastadion de Berlin, où 50 000 supporters suédois assistent à la rencontre[274]. Les supporteurs suédois font partie des plus nombreux lors de l'Euro 2012 avec environ 12 000 supporteurs lors du premier match face à l'Ukraine et environ 18 000 supporteurs face à l'Angleterre[274]. Les supporters suédois ont été élus meilleurs fans du monde lors de la Coupe du Monde 2006[273].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références issues du livre Encyclopedia of the FIFA World Cup[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Dunmore 2015, p.322
  2. a, b et c Dunmore 2015, p.11
  3. Dunmore 2015, p.12
  4. Dunmore 2015, p.326
  5. a et b Dunmore 2015, p.13
  6. a, b et c Dunmore 2015, p.18
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Dunmore 2015, p.323
  8. a et b Dunmore 2015, p.302
  9. Dunmore 2015, p.30
  10. Dunmore 2015, p.31
  11. Dunmore 2015, p.34
  12. a, b, c, d et e Dunmore 2015, p.93
  13. Dunmore 2015, p.307
  14. Dunmore 2015, p.53
  15. a, b, c et d Dunmore 2015, p.94
  16. a, b et c Dunmore 2015, p.301

Références issues du livre Olympic Football Tournaments (1908-2008)[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ikwunze 2011, p.20
  2. Ikwunze 2011, p.21
  3. a et b Ikwunze 2011, p.22
  4. a et b Ikwunze 2011, p.23
  5. a, b et c Ikwunze 2011, p.24
  6. Ikwunze 2011, p.28
  7. a, b et c Ikwunze 2011, p.29
  8. Ikwunze 2011, p.93
  9. a, b, c et d Ikwunze 2011, p.30

Références issues du livre The Global Art of Soccer[modifier | modifier le code]

  1. a et b Witzig 2006, p.250
  2. Witzig 2006, p.251
  3. a et b Witzig 2006, p.252
  4. Witzig 2006, p.254
  5. Witzig 2006, p.292
  6. Witzig 2006, p.265
  7. Witzig 2006, p.306
  8. Witzig 2006, p.303

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le fédération suédoise reconnait le match comme une rencontre officielle contrairement à son homologue anglaise.
  2. Mis à jour le 17 février 2016. Les joueurs en gras sont encore en activité.
  3. Mis à jour le 17 novembre 2015. Les joueurs en gras sont encore en activité.
  4. La période correspond aux dates des premier et dernier matchs dirigés.
  5. La Suède est éliminée en quart de finale mais bénéficie du forfait de la France, très lourdement battu en demi-finale, pour participer à la petite finale.
  6. Match considéré comme officiel par la SVFF mais pas par la NFF.
  7. Bilan des match joués selon la SVFF, certains de ces matchs ne sont pas reconnus officiellement par la FIFA.
  8. Comprend l'ensemble des match reconnus par la SVFF, certains de ces matchs ne sont pas reconnus officiellement par la FIFA. Données mises à jour le 29 février 2016
  9. Le match arrêté du 2 juin 2007 est compté comme un match nul (3-3), le match du 31 janvier 2000, non reconnu par la FIFA est inclus.
  10. N'inclus pas les trois matchs disputés face à l'équipe d'Angleterre amateur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ (consulté le 1er octobre 2015).
  2. a, b, c, d, e et f (sv) « Milstolpar i svensk fotbollshistoria » (consulté le 4 avril 2016)
  3. a, b, c, d et e (sv) « 90 år sedan första landskampen » (consulté le 4 avril 2016)
  4. a, b et c « Associations membres : la Suède », sur uefa.org, Union des associations européennes de football (consulté le 4 avril 2016)
  5. a, b, c, d, e, f et g (sv) « Svergies landslag - statistik » (consulté le 4 avril 2016)
  6. (en) Lars Aarhus, « Games of the IV. Olympiad », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  7. (it) « 1912 - STOCCOLMA » (consulté le 18 avril 2016)
  8. a et b (sv) « Milstolpar i svensk landslagshistoria » (consulté le 4 avril 2016)
  9. (en) Macario Reyes, « V. Olympiad Stockholm 1912 Football Tournament », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  10. (en) « Sweden v USA, 20 August 1916 » (consulté le 4 avril 2016)
  11. (en) Karel Stokkermans, « VII. Olympiad Antwerp 1920 Football Tournament », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  12. (en) Karel Stokkermans, « VIII. Olympiad Paris 1924 Football Tournament », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  13. (en) « Football MATCH: 29.05.1927 Sweden v Latvia » (consulté le 4 avril 2016)
  14. (es) « Uruguay 1930 » (consulté le 4 avril 2016)
  15. (en) « Sweden and Estonia show the way » (consulté le 4 avril 2016)
  16. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1934 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  17. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1934 (Italy, May 27-June 10) », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  18. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1938 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 6 avril 2016)
  19. a et b (sv) « Historisk guide till fotbolls-VM » (consulté le 4 avril 2016)
  20. a et b (en) « Sweden - International Results », sur www.rsssf.com (consulté le 28 février 2016)
  21. a et b (sv) « Olympiska spelen i London 1948 » (consulté le 7 avril 2016)
  22. (en) « England 4 Sweden 2 », sur englandfootballonline.com (consulté le 27 août 2015)
  23. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1950 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  24. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1954 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 10 avril 2016)
  25. (en) « Inside history: AC Milan owe huge debt to swedich trio Gre-No-Li » (consulté le 10 avril 2016)
  26. « Rétro 1958 : Le Brésil décroche sa première étoile » (consulté le 10 avril 2016)
  27. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1962 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 16 avril 2016)
  28. (en) Marcel Haisma et John van den Elsen, « European Championship 1964 (Details) », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 16 avril 2016)
  29. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1966 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  30. (en) Karel Stokkermans et Martín Tabeira, « European Championship 1968 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 16 avril 2016)
  31. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1970 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  32. (it) « Capitolo II: Per un solo gol, L'Italia vinse per 1-0 » (consulté le 18 avril 2016)
  33. (en) Karel Stokkermans et Martín Tabeira, « European Championship 1972 Qualifying Stage », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 16 avril 2016)
  34. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1974 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  35. (en) Karel Stokkermans et Martín Tabeira, « European Championship 1976 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  36. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1978 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  37. (en) Karel Stokkermans et Martín Tabeira, « European Championship 1980 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  38. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1982 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  39. (en) Karel Stokkermans, « European Championship 1984 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  40. (en) Karel Stokkermans et Sergio Henrique Jarreta, « World Cup 1986 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  41. (en) Karel Stokkermans, « European Championship 1988 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  42. (en) « World Cup 1990 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  43. (sv) « VM-klassiker mot Sverige: 1990 – Den perfekta starten » (consulté le 18 avril 2016)
  44. a et b (sv) « 1-2 1-2 1-2: I dag är VM 1990-dagen » (consulté le 18 avril 2016)
  45. (en) « World Cup 1990 (Italy, June 8-July 8) », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  46. « Euro 1992 - France Suède : 1-1 » (consulté le 19 avril 2016)
  47. (en) « Brolin strike sees Sweden dent Danish dreams » (consulté le 19 avril 2016)
  48. (en) « Hosts Sweden send England packing » (consulté le 18 avril 2016)
  49. (en) « Sweden 2 England 1 [0-1] » (consulté le 18 avril 2016)
  50. (en) « Sweden vs. Germany – 1992 EURO Semi Final – Häßler and Riedle power Germany into final » (consulté le 19 avril 2016)
  51. (en) « World Cup 1994 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  52. a, b et c (en) « The cult World Cup teams we loved: Sweden 1994 » (consulté le 19 avril 2016)
  53. a et b (en) « WORLD CUP USA '94 / QUARTERFINALS » (consulté le 27 mars 2016)
  54. (en) « Brazil has final word, finishes Sweden, 1-0 WORLD CUP 1994 »,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  55. (en) « On this day: Sweden hammer Bulgaria to finish third at World Cup » (consulté le 19 avril 2016)
  56. (en) « European Championship 1996 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  57. (en) « World Cup 1998 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  58. (en) John Beuker et Karel Stokkermans, « European Championship 2000 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  59. (en) « Sport: Football Scholes off as English hopes crumble », sur http://news.bbc.co.uk,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  60. a et b (en) « Belgium kick off with fine win » (consulté le 27 mars 2016)
  61. (en) « Sweden v Turkey clockwatch », sur http://news.bbc.co.uk,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  62. (en) « Sweden bow out after Italy defeat », sur http://news.bbc.co.uk/2/hi/euro2000/797976.stm,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  63. (en) « Sweden hold drab England » (consulté le 20 avril 2016)
  64. (en) « Swedes knock out Nigeria » (consulté le 20 avril 2016)
  65. (en) « Sweden send Argentina packing » (consulté le 20 avril 2016)
  66. (en) « Golden day for Senegal » (consulté le 20 avril 2016)
  67. (en) Sturmius Burkert et Erdinç Sivritepe, « European Championship 2004 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  68. (en) « Lisbon draw looms large »,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  69. « La Suède écrase la Bulgarie, Italie-Danemark 0-0 » (consulté le 21 avril 2016)
  70. « Un nul pour l'Italie, la Bulgarie éliminée » (consulté le 21 avril 2016)
  71. « Quand la Suède et le Danemark éliminaient l’Italie » (consulté le 21 avril 2016)
  72. (en) « Holland end Swede dream » (consulté le 21 avril 2016)
  73. (en) « World Cup 2006 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 22 avril 2016)
  74. (en) « Trinidad and Tobago 0-0 Sweden » (consulté le 22 avril 2016)
  75. (en) « Sweden 1-0 Paraguay » (consulté le 22 avril 2016)
  76. « L'Angleterre assure l'essentiel » (consulté le 22 avril 2016)
  77. (en) « Germany 2-0 Sweden » (consulté le 22 avril 2016)
  78. « Euro 2008 : La Grèce s'incline d'entrée face à la Suède (0-2) » (consulté le 22 avril 2016)
  79. « Foot: Euro-2008 - L'Espagne bat la Suède et se rapproche des quarts » (consulté le 22 avril 2016)
  80. « Trois bonnes raisons de regarder Russie-Suède » (consulté le 22 avril 2016)
  81. « Euro 2008: la Russie écarte la Suède et ira en quarts de finale » (consulté le 22 avril 2016)
  82. (en) « World Cup 2010 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 22 avril 2016)
  83. (en) « Euro 2012: Sweden team profile » (consulté le 24 avril 2016)
  84. « Tous les qualifiés pour l'Euro 2012 » (consulté le 24 avril 2016)
  85. « EURO finals draw seedings unveiled » (consulté le 24 avril 2016)
  86. « Euro 2012 : la France avec l'Ukraine, l'Angleterre et la Suède » (consulté le 24 avril 2016)
  87. « Euro 2012 : l'Ukraine bat la Suède 2-1 » (consulté le 24 avril 2016)
  88. « Euro 2012: Shevchenko offre la victoire à l'Ukraine contre la Suède » (consulté le 24 avril 2016)
  89. « L'Angleterre ressuscite et élimine la Suède de l'Euro 2012 » (consulté le 24 avril 2016)
  90. « Euro 2012 : la France va en quarts par la petite porte » (consulté le 24 avril 2016)
  91. « Euro 2012: la France perd contre la Suède et affrontera l'Espagne » (consulté le 24 avril 2016)
  92. « Allemagne-Suède : 4-4, la Suède revient de 4-0 à 4-4 en 28 minutes » (consulté le 25 avril 2016)
  93. « Le Portugal domine la Suède en barrage aller (1-0) grâce à Cristiano Ronaldo » (consulté le 25 avril 2016)
  94. « Suède - Portugal (2-3) : Auteur d'un triplé, Cristiano Ronaldo envoie le Portugal au Mondial » (consulté le 25 avril 2016)
  95. « Qualifications Euro 2016 (Groupe G) : La Suède de Zlatan a pris l'eau, l'Autriche tient son billet » (consulté le 16 novembre 2015)
  96. « La Suède de Zlatan Ibrahimovic affrontera le Danemark en barrages de l'Euro 2016 » (consulté le 25 avril 2016)
  97. « Euro 2016 (barrage aller) : la Suède n'a pas de marge après sa victoire face au Danemark (2-1) » (consulté le 25 avril 2016)
  98. « Euro 2016 : la Suède et l’Ukraine dernières qualifiées » (consulté le 25 avril 2016)
  99. a et b (en) Appearances for Sweden National Team, sur rsssf.com
  100. a et b (en) Roberto Mamrud, « Goalscoring for Sweden National Team », sur www.rsssf.com,‎ (consulté le 10 mars 2016)
  101. (sv) « Sven Rydell » (consulté le 19 mars 2016)
  102. a et b (sv) « Legendar #1: Sven Rydell » (consulté le 19 mars 2016)
  103. (en) « Sven Rydell - Goals in International Matches » (consulté le 19 mars 2016)
  104. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o « TOP 10 - Les meilleurs joueurs suédois de l'Histoire » (consulté le 22 mars 2016)
  105. « Nouveau record pour Ibra » (consulté le 19 mars 2016)
  106. (en) « Football PLAYER: Herbert Karlsson » (consulté le 20 mars 2016)
  107. (en) « Players - Top goals » (consulté le 20 mars 2016)
  108. (en) « Football PLAYER: Carl Dahl » (consulté le 20 mars 2016)
  109. (sv) « Per Kaufeldt » (consulté le 20 mars 2016)
  110. (en) « Football PLAYER: Per Kaufeldt » (consulté le 20 mars 2016)
  111. a, b, c et d (sv) « Den störste av dem alla Sven Jonasson » (consulté le 19 mars 2016)
  112. (en) « Gre-No-Li: Sweden’s trinity of greats echo down the years » (consulté le 22 mars 2016)
  113. (en) « Gunnar Nordahl - Goals in International Matches » (consulté le 22 mars 2016)
  114. (en) « Players - Top goals London 1948 » (consulté le 20 mars 2016)
  115. (sv) « Nordahl, Gunnar » (consulté le 22 mars 2016)
  116. (en) « Gunnar Gren - Goals in International Matches » (consulté le 22 mars 2016)
  117. a et b (en) « Nils Liedholm » (consulté le 19 mars 2016)
  118. a, b, c, d, e, f, g et h « Avant Zlatan Ibrahimovic, ils incarnaient la Suède » (consulté le 22 mars 2016)
  119. (sv) « Simonsson, Agne » (consulté le 22 mars 2016)
  120. (en) « Football PLAYER: Ronnie Hellström » (consulté le 27 mars 2016)
  121. (en) « Björn Nordqvist - Century of International Appearances » (consulté le 27 mars 2016)
  122. (sv) « Från Alexandersson till Öberg - Här är Sveriges alla lagkaptener » (consulté le 27 mars 2016)
  123. (en) « Bo Larsson » (consulté le 27 mars 2016)
  124. (en) « Ravelli, Thomas » (consulté le 27 mars 2016)
  125. (en) « Thomas Ravelli - Century of International Appearances » (consulté le 27 mars 2016)
  126. (en) « Roland Nilsson - Century of International Appearances » (consulté le 27 mars 2016)
  127. (en) « Football PLAYER: Tomas Brolin » (consulté le 27 mars 2016)
  128. a, b, c, d et e « Que sont-ils devenus... Martin Dahlin ? » (consulté le 2 avril 2016)
  129. (en) « Kennet Andersson - Goals in International Matches » (consulté le 2 avril 2016)
  130. (en) « Kennet ANDERSSON » (consulté le 2 avril 2016)
  131. (en) « Henrik Larsson - Century of International Appearances » (consulté le 20 mars 2016)
  132. (en) « Larsson quits world stage » (consulté le 20 avril 2016)
  133. (en) « Larsson rejects Swede call » (consulté le 3 avril 2016)
  134. (en) « Larsson ends international career » (consulté le 3 avril 2016)
  135. (sv) « Henke slutar - och hyllar Lagerbäck » (consulté le 3 avril 2016)
  136. « Zlatan revient en sélection », sur lequipe.fr (consulté le 3 avril 2016)
  137. « La Suède domine l'Angleterre avec un quadruplé de Zlatan Ibrahimovic », sur eurosport.fr
  138. F. M., « Nouveau record pour Ibra », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  139. (en) « Anders Svensson - Century of International Appearances » (consulté le 3 avril 2016)
  140. (en) « Andreas Isaksson - Century of International Appearances » (consulté le 3 avril 2016)
  141. (en) « Olof Mellberg - Century of International Appearances » (consulté le 3 avril 2016)
  142. (en) « Former Villa skipper Mellberg to retire from internationals after Euros » (consulté le 3 avril 2016)
  143. a et b (en) « Ljungberg announces retirement » (consulté le 3 avril 2016)
  144. « Fredrik Ljungberg annonce sa retraite internationale » (consulté le 3 avril 2016)
  145. (en) « Kim Källström - Century of International Appearances » (consulté le 3 avril 2016)
  146. (sv) « Sveriges EM-trupp », svenskfotboll.se,‎ 11 mai 2016.
  147. (sv) « Förbundskaptener », Svenskfotboll.se.
  148. a et b « managed Sweden national team, in chronological order » (consulté le 4 mars 2016)
  149. (en) « Football MANAGER: Ludvig Kornerup » (consulté le 5 mars 2016)
  150. (en) « Olympic football tournament 1908 - National Squads » (consulté le 5 mars 2016)
  151. (en) « Football MANAGER: John Ohlson » (consulté le 5 mars 2016)
  152. (en) « Football MANAGER: Anton Johanson » (consulté le 5 mars 2016)
  153. (en) « John "Bill" Pettersson » (consulté le 5 mars 2016)
  154. (sv) « Pettersson, John A "Bill" » (consulté le 5 mars 2016)
  155. (en) « Football MANAGER: Carl Linde » (consulté le 5 mars 2016)
  156. (sv) « Carlson, Gustaf » (consulté le 5 mars 2016)
  157. (en) « World Cup 1938 finals Coaches, assistants, reserve players » (consulté le 5 mars 2016)
  158. (en) « Football MANAGER: Rudolf Kock » (consulté le 5 mars 2016)
  159. (sv) « Kock, Rudolf "Putte" » (consulté le 5 mars 2016)
  160. (sv) « Persson, Eric » (consulté le 5 mars 2016)
  161. (en) « Football MANAGER: George Raynor » (consulté le 5 mars 2016)
  162. (sv) « 1962-1965 Lennart Nyman » (consulté le 9 mars 2016)
  163. (en) « Football MANAGER: Lennart Nyman » (consulté le 9 mars 2016)
  164. (en) « Football MANAGER: Orvar Bergmark » (consulté le 9 mars 2016)
  165. (sv) « 1966-1970 Orvar Bergmark » (consulté le 9 mars 2016)
  166. a et b (sv) « Svensk fotboll sörjer Georg "Åby" Ericson » (consulté le 9 mars 2016)
  167. a et b (sv) « Georg Åby Ericson död » (consulté le 9 mars 2016)
  168. (en) « Football MANAGER: Georg Ericson » (consulté le 9 mars 2016)
  169. (sv) « 1980-1985 Lars Arnesson » (consulté le 9 mars 2016)
  170. (en) « Football MANAGER: Lars Arnesson » (consulté le 9 mars 2016)
  171. (en) « Football MANAGER: Olle Nordin » (consulté le 9 mars 2016)
  172. (sv) « 1986-1990 Olle Nordin » (consulté le 9 mars 2016)
  173. (en) « Costa Rica 2, Sweden 1 » (consulté le 9 mars 2016)
  174. (sv) « 1990 Nils Andersson » (consulté le 9 mars 2016)
  175. (sv) « 1991-1997 Tommy Svensson » (consulté le 9 mars 2016)
  176. (en) « Football MANAGER: Tommy Svensson » (consulté le 10 mars 2016)
  177. (sv) « 1998-1999 Tommy Söderberg » (consulté le 9 mars 2016)
  178. a, b, c et d (en) « Lagerback: I love my job » (consulté le 10 mars 2016)
  179. (sv) « 2000-2004 Tommy Söderberg & Lars Lagerbäck » (consulté le 9 mars 2016)
  180. (en) « Football MANAGER: Tommy Söderberg » (consulté le 10 mars 2016)
  181. (sv) « 2004-2009 Lars Lagerbäck » (consulté le 9 mars 2016)
  182. (en) « Eriksson in line for Sweden post » (consulté le 10 mars 2016)
  183. (en) « Football MANAGER: Lars Lagerbäck » (consulté le 10 mars 2016)
  184. a, b et c « Le sélectionneur de la Suède, Hamrén, partira après l'Euro 2016 » (consulté le 10 mars 2016)
  185. « Hamren named as new Sweden coach » (consulté le 10 mars 2016)
  186. (en) « Sweden extend coach Hamren's contract until 2016 » (consulté le 10 mars 2016)
  187. (sv) « 90 år sedan första landskampen » (consulté le 3 mars 2016)
  188. a, b, c, d, e, f et g « Rasunda Stadium, Solna » (consulté le 3 mars 2016)
  189. a et b (sv) « ”Råsunda En sagolik historia 1937-2012” » (consulté le 3 mars 2016)
  190. a et b (en) « Sweden's farewell to the Råsunda » (consulté le 3 mars 2016)
  191. (en) « MATCHES → hosted by Råsunda Fotbollstadion, Solna » (consulté le 17 mars 2016)
  192. « La Friends Arena inaugurée mercredi » (consulté le 3 mars 2016)
  193. « Ibra frappe quatre fois ! » (consulté le 3 mars 2016)
  194. (sv) « Här gör Zlatan första målet på Friends Arena » (consulté le 3 mars 2016)
  195. a et b (en) « Nya Ullevi » (consulté le 3 mars 2016)
  196. (en) « Swedbank Stadion » (consulté le 3 mars 2016)
  197. « Infos Association, Distinctions » (consulté le 13 septembre 2015)
  198. (en) « Nordic Championships - Overview », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  199. (en) « Nordic Championships 1924-28 », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  200. (en) « Nordic Championships 1929-32 », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  201. (en) « Nordic Championships 1978-80 », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  202. (en) « Nordic Championships 1981-83 », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  203. (en) « Nordic Championships 2000-01 », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  204. (en) « Danish FA 50th Anniversary Tournament 1939 », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  205. (en) « Suomen Palloliitto 40th Anniversary Tournament », sur eu-football.info (consulté le 25 février 2016)
  206. (en) « Norges Fotballforbund 50th Anniversary Tournament », sur eu-football.info (consulté le 25 février 2016)
  207. (en) « Svenska Fotbollförbundet 50th Anniversary Tournament », sur eu-football.info (consulté le 25 février 2016)
  208. (en) « Finnish FA 50th Anniversary Tournament 1957 », sur eu-football.info (consulté le 25 février 2016)
  209. (en) « Dansk Boldspil Union 100th Anniversary Tournament (Denmark 1989) », sur www.rsssf.com (consulté le 25 février 2016)
  210. (en) « 1981 Lahti Cup (Lahti, Finland) », sur www.rsssf.com (consulté le 26 février 2016)
  211. (en) « Maspalomas Tournament 1988 », sur www.rsssf.com (consulté le 26 février 2016)
  212. (en) « Four Nations Tournament (West-Berlin, West Germany 1988) », sur www.rsssf.com (consulté le 26 février 2016)
  213. (en) « Scania 100 Tournament (Sweden 1991) », sur www.rsssf.com (consulté le 26 février 2016)
  214. (en) « Joe Robbie Cup 1994 (Miami) », sur www.rsssf.com (consulté le 27 février 2016)
  215. (en) « Sweden Wins Cup On Tiebreaker » (consulté le 27 février 2016)
  216. (en) « Umbro Cup 1995 », sur www.rsssf.com (consulté le 27 février 2016)
  217. (en) « Carlsberg Cup 1996 », sur www.rsssf.com (consulté le 27 février 2016)
  218. (en) « Carlsberg Cup 2004 », sur www.rsssf.com (consulté le 27 février 2016)
  219. (en) « King's Cup 1997 (Bangkok, Thailand) », sur www.rsssf.com (consulté le 27 février 2016)
  220. (en) « King's Cup 2001 (Bangkok, Thailand) », sur www.rsssf.com (consulté le 27 février 2016)
  221. (en) « King's Cup 2003 (Bangkok, Thailand) », sur www.rsssf.com (consulté le 27 février 2016)
  222. (en) « King`s Cup 2013 », sur eu-football.info (consulté le 28 février 2016)
  223. (en) « Cyprus International Tournament 2011 », sur eu-football.info (consulté le 28 février 2016)
  224. (en) « international football match results of Sweden », sur eu-football.info (consulté le 28 février 2016)
  225. (en) « Sweden national football team v Denmark in all times » (consulté le 29 février 2016)
  226. (en) « Sweden national football team v Denmark* in all times » (consulté le 29 février 2016)
  227. (en) « Sweden national football team v Norway in all times » (consulté le 29 février 2016)
  228. (en) « Sweden national football team v Norway* in all times » (consulté le 29 février 2016)
  229. (en) « Sweden national football team v Finland in all times » (consulté le 29 février 2016)
  230. (en) « Sweden national football team v Hungary in all times » (consulté le 29 février 2016)
  231. (en) « Sweden national football team v Hungary* in all times » (consulté le 29 février 2016)
  232. (en) « Sweden national football team v Austria in all times » (consulté le 29 février 2016)
  233. (en) « Sweden national football team v Austria* in all times » (consulté le 29 février 2016)
  234. (en) « Sweden national football team v Germany in all times » (consulté le 29 février 2016)
  235. (en) « Sweden national football team v Switzerland in all times » (consulté le 29 février 2016)
  236. (en) « Sweden national football team v Poland in all times » (consulté le 29 février 2016)
  237. (en) « Sweden national football team v England in all times » (consulté le 29 février 2016)
  238. (en) « Sweden national football team v Netherlands in all times » (consulté le 29 février 2016)
  239. (en) « Sweden national football team v Italy in all times » (consulté le 29 février 2016)
  240. « Classement masculin 22 novembre 1994 » (consulté le 28 février 2016)
  241. « Classement masculin 1 octobre 2015 » (consulté le 28 février 2016)
  242. « Suède Classement masculin » (consulté le 28 février 2016)
  243. (en) « Teams - Top goals » (consulté le 26 avril 2016)
  244. « Equipes - Plus grand nombre de buts » (consulté le 26 avril 2016)
  245. Romeo Ionescu, The Complete Results and Line-ups of the European Football Championships 1958–2008., Soccer Books Limited, , 369 p. (ISBN 978-1862231726)
  246. (en) « Sweden hat trick scorers » (consulté le 26 avril 2016)
  247. (sv) « Henke blir äldste utespelaren » (consulté le 26 avril 2016)
  248. James B. Minahan, The Complete Guide to National Symbols and Emblems, Greenwood, , 977 p. (ISBN 978-0313344961, lire en ligne)
  249. a et b (en) « Football Team Nicknames » (consulté le 20 janvier 2016)
  250. (en) « Boldness, passion woven into Sweden’s 2014 away kit » (consulté le 29 février 2016)
  251. (en) « Sweden EURO 2016 adidas Away Kit » (consulté le 29 février 2016)
  252. (it) « La Svezia ha presentato la maglia 2014-2015 per ripercorrere il cammino di Usa ’94 » (consulté le 29 février 2016)
  253. (en) « Press release » (consulté le 29 février 2016)
  254. (en) « Euro 2012: A group-by-group sponsorship guide to the teams » (consulté le 29 février 2016)
  255. (en) « Swedish FA and Adidas confirm new partnership detail » (consulté le 29 février 2016)
  256. (en) « Sweden Announce Adidas Kit Deal » (consulté le 29 février 2016)
  257. (en) « FIFA World Cup 1934 » (consulté le 1er mars 2016)
  258. (en) « FIFA World Cup 1938 » (consulté le 1er mars 2016)
  259. (en) « FIFA World Cup 1950 » (consulté le 1er mars 2016)
  260. (en) « FIFA World Cup 1958 Knock-Out Stages » (consulté le 1er mars 2016)
  261. (en) « FIFA World Cup 1970 Group 2 » (consulté le 1er mars 2016)
  262. (en) « FIFA World Cup 1974 Final Group Stage » (consulté le 1er mars 2016)
  263. a et b (en) « FIFA World Cup 1978 Group 3 » (consulté le 1er mars 2016)
  264. a et b (en) « FIFA World Cup 1990 Group C » (consulté le 1er mars 2016)
  265. (en) « European Championship 1992 Final Stages » (consulté le 1er mars 2016)
  266. a et b (en) « FIFA World Cup 1994 Group B » (consulté le 1er mars 2016)
  267. (en) « UEFA Euro 2000 Group B » (consulté le 1er mars 2016)
  268. a, b et c (en) « FIFA World Cup 2002 Group F » (consulté le 1er mars 2016)
  269. (en) « UEFA Euro 2004 Group C » (consulté le 1er mars 2016)
  270. (en) « FIFA World Cup 2006 Group B » (consulté le 1er mars 2016)
  271. (en) « UEFA Euro 2008 Group D » (consulté le 1er mars 2016)
  272. (en) « 2012 UEFA European Football Championship » (consulté le 1er mars 2016)
  273. a, b et c « Chants de supporters européens » (consulté le 29 février 2016)
  274. a et b (en) « Sweden fans set to add colour to Kyiv » (consulté le 29 février 2016)
Références FIFA
  1. Classement mondial et européen année après année :
    « Classement FIFA de décembre 1993 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 1994 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 1995 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 1996 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 1997 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 1998 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 1999 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2000 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2001 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2002 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2003 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2004 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2005 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2006 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2007 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2008 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2009 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2010 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2011 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2012 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2013 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2014 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)
    « Classement FIFA de décembre 2015 - Zone UEFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association,‎ (consulté le 28 février 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • (en) Tom Dunmore, Encyclopedia of the FIFA World Cup [« Encyclopédie de la Coupe du monde de la FIFA »], Scarecrow Press, , 406 p. (ISBN 9780810887435, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ejikeme Ikwunze, Olympic Football Tournaments (1908-2008) [« Tournois olympiques de football (1908-2008) »], Xlibris Corporation, , 150 p. (ISBN 9781465354662, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Richard Witzig, The Global Art of Soccer, CusiBoy Publishing, coll. « Paperback », , 500 p. (ISBN 0977668800, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]