Valenciennes Football Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VA.
Valenciennes FC
Logo du Valenciennes FC
Généralités
Nom complet Valenciennes Football Club
Surnoms VA ("véha"), VAFC
Noms précédents Football-Club
de Valenciennes
(1913-1916)
Union Sportive
Valenciennes-Anzin
(1916-1987)
Union Sportive
Valenciennes-Anzin Arrondissement
(1987-1996)
Fondation 1913
Statut professionnel 1933-1996
2000-
Couleurs Rouge et blanc
Stade Stade du Hainaut
(25 172 places)
Siège Stade du Hainaut
Avenue des Sports
59300 Valenciennes
Championnat actuel Ligue 2
Président Drapeau : France Eddy Zdziech
Entraîneur Drapeau : France Réginald Ray
Joueur le plus capé Drapeau : France Rudy Mater (388)
Meilleur buteur Drapeau : France Serge Masnaghetti (128)
Site web va-fc.com
Palmarès principal
National[1] Championnat de France de D2 (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2018-2019 du Valenciennes FC
0
Localisation du Stade du Hainaut par rapport à la ville de Valenciennes.

Le Valenciennes Football Club, surnommé VA, en référence à la vieille entente sportive entre Valenciennes et la ville voisine d'Anzin (Nord) au sein de l'Union Sportive de Valenciennes-Anzin, est un club de football français fondé en 1913 à Valenciennes et actuellement dirigé par Eddy Zdziech depuis le 29 août 2014. L'équipe première évolue en Ligue 2 depuis la saison 2014-2015 et est actuellement entraînée par le technicien Réginald Ray depuis le 14 octobre 2017.

Résident dès 1929 du Stade Nungesser, situé dans le quartier du même nom à l'Est de Valenciennes, le club s’est installé en 2011 dans une nouvelle enceinte de 25 172 places : le Stade du Hainaut, toujours situé dans le quartier Nungesser.

L'équipe possède depuis 2008 un nouveau centre d'entrainement, basé sur le site de l’université du Mont Houy à Famars[2], et un nouveau centre de formation, inauguré en 2009 en présence de Bernard Laporte, alors secrétaire d’État aux sports, et de Valérie Létard, secrétaire d’État à la solidarité[3]. En 2014, à la suite des difficultés financières du club, le centre de formation est acheté par la Communauté d'agglomération de Valenciennes.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières années et première aventure professionnelle (1913-1952)[modifier | modifier le code]

Le Football Club valenciennois a été créé en 1913. Les matchs à domicile se déroulent sur un terrain situé au 132, rue de Famars. Dans le contexte de la guerre qui éclate en 1914, le manque de moyens impose le regroupement des clubs locaux dans un nouveau club omnisports : en 1916 naît l'Union Sportive de Valenciennes-Anzin. Le club participe après guerre aux championnats du District de l’Escaut.

Sous l’impulsion de son président, Fernand Le Mithouard, l’USVA adhère au professionnalisme en 1933 et débute en championnat de Division 2. Le club du Hainaut inaugure le Stade Nungesser, nouvelle enceinte sportive, en battant Le Havre AC sur le score de quatre à zéro. Il termine 7e pour sa première saison. Les Valenciennois terminent ensuite vice-champions de France de Division 2 dès l’année suivante et accèdent à la Division 1. Les internationaux Waggi ou Ignace participent à cette aventure. L’équipe est renforcée par deux Anglais, O'Dowd et Gibson. L'USVA débute en Division 1 par un déplacement à Sochaux. Et c'est sur le score de douze buts à un que le club va s'incliner, ce résultat est encore aujourd'hui le plus gros revers qu'un club ait connu en première division. Valenciennes va vivre une saison difficile, et terminer 15e du championnat. L'équipe est reléguée en division inférieure à la différence de buts.

À partir de 1936, le nouveau président du club, Étienne Turbot change la politique de recrutement du club. Il met fin aux contrats des vedettes étrangères, et recrute Wagner et Libérati. Les résultats sont de nouveau là : 2e du championnat et nouvelle montée en Division 1. Mais Valenciennes redescend aussitôt en deuxième division, après une décevante 16e place. Pendant l’Occupation, le club participe au championnat de guerre en zone interdite puis en zone Nord. Une nouvelle génération de joueurs comme Tempowski ou Bihel fait son apparition.

Le club repart en Division 2 après guerre. L’USVA, menée par Blaczyk et Pazur, parvient en finale de la Coupe de France en 1951, à la faveur d'une victoire contre Saint-Étienne en demi-finale sur un triplé d'Émile Vrand. Valenciennes perd sa finale contre Strasbourg 3-0 malgré la présence du Géant Bimbin à Colombes. L’année suivante, les Valenciennois échouent en match de barrage pour la montée.

La grande époque (1953-1982)[modifier | modifier le code]

En 1953, Robert Domergue devient entraîneur du club du Hainaut. C’est le début des années fastes pour Valenciennes. Le public ne s'y trompe pas et commence à venir au Stade Nungesser : le 13 mars 1955, le record d’affluence est battu avec 21 268 spectateurs pour la venue de Sedan. Le Hollandais volant Van Rhijn est sacré meilleur buteur en 1955 et 1956. Le club parvient à rejoindre l’élite en 1956 en battant en match de barrage son rival nordiste Lille. Le duo Domergue-Desmenez conduit l’équipe vers la première moitié du classement de Division 1 : d’abord 14e en 1957 puis 15e en 1958, 13e en 1959 et enfin 8e en 1960. Les internationaux Chiarelli ou Stako symbolisent cette période.

En 1960-1961, Valenciennes participe à l'éphémère Coupe anglo-franco-écossaise, perdant contre Dundee 4-3 en score cumulé[4].

Relégué en 1961 après une 19e place, l’USVA remonte la saison suivante. C’est alors une suite de places d’honneur en championnat : 9e en 1963, 6e en 1964 puis deux fois 3e en 1965 et en 1966 et 5e en 1968. La Coupe de l'UEFA n'existe pas encore, mais le club est désigné pour être le représentant français lors d'une tournée à Hong-Kong.

Le canonnier Masnaghetti est meilleur buteur du championnat en 1965 avec 35 buts. En Coupe de France, l’équipe atteint à deux reprises les demi-finales en 1964 et en 1970. Les internationaux Bonnel, Bras, Piumi, Provelli et Sauvage participent à cette époque glorieuse. Mais on peut citer aussi Magiera ou Kocik.

À partir de 1967, l'USVA est le seul club représentant le Nord-Pas-de-Calais parmi l'élite. Durant la saison 1969-1970, à la suite de la débâcle sportive et financière de ses voisins, Lille et Lens, le club valenciennois devient même le seul club professionnel à évoluer dans la région et doit son rayonnement à la qualité de son école de jeunes et à sa formation.

En 1970, l'USVA termine dernier du championnat et doit son maintien parmi l'élite au passage de la Division 1 à 20 clubs. Mais le club hennuyer est 19e la saison suivante et descend alors pour revenir dès 1972, après le premier titre de l'histoire du club en champion de France de Division 2. Puis, Valenciennes est à nouveau classé 19e et relégué en Division 2, en 1973. Revenu au club depuis deux ans, Robert Domergue cède sa place d'entraîneur à Jean-Pierre Destrumelle. L'USVA termine 2e en 1974 et perd de façon dramatique en barrage face au PSG (2-1, 2-4), puis 1er en 1975 et remonte parmi l'élite. Dans l'équipe valenciennoise, l'ailier Didier Six, meilleur buteur du club en 1976-1977 (12 buts), et le gardien Dominique Dropsy commencent à faire parler d'eux. Joueurs représentatifs de cette époque, Patrick Jeskowiak, Bruno Metsu, Pierre Neubert et Bruno Zaremba, meilleur buteur du club en 1975-1976 et 1977-1978, peuvent également être cités. Puis la mauvaise situation financière du club oblige à vendre ses meilleurs joueurs et à miser sur des jeunes stagiaires pro entourés par des joueurs d'expérience en fin de carrière comme Jan Wrazy, d'où sortiront les Benoît Tihy, Francis Gillot, Philippe Piette, réalisant au passage une saison 1979-1980 étonnante, flirtant avec l'Europe sous la houlette d'Erwin Wilczek avec un Nabatingue Toko de feu (12 buts).

La désillusion (1982-1996)[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison 81-82, Valenciennes redescendra en Division 2 pendant dix ans. Au fil des années, il apparaît de plus en plus dans les profondeurs du classement, et le public déserte le stade. 1986 voit l'arrivée de Jean-Louis Borloo à la tête du club et celle de Georges Peyroche en 1988 comme entraîneur provoque un sursaut de l'équipe. En 1989-1990, le club du Hainaut est coiffé sur le fil lors de l'ultime minute du championnat par Rennes pour l'accession directe. Et Strasbourg élimine ensuite Valenciennes en matchs de barrage. L'année suivante, l'USVA est à nouveau barragiste malheureux face à Lens.

En 1992 le club entrainé par Francis Smerecki, premier de son groupe, remonte enfin en Division 1, toujours grâce à ses jeunes poulains issu du centre de formation Wilfried Gohel, David Régis, Arnaud Duncker, Jerome Foulon et l'appui de valeur comme Gérard Buscher, Pascal Malbeaux, Eugène Ekéké. Puis c'est la chute : malgré un recrutement important de joueurs : Jorge Burruchaga qui effectua une de ses meilleures saisons françaises, Kálmán Kovács, Christophe Robert, Valenciennes ne reste qu'une saison parmi l'élite mal commencée par le changement d'entraineur après 4 journées, mais aussi à cause d'une fin de saison ternie par l'affaire de corruption, terminant 18e et perdant les barrages face à Cannes. La saison suivante, Valenciennes termine 20e en Division 2 et descend en National 1. La glissade continue : en 1994-1995, Valenciennes termine 15e de National 1. En 1996, le club touche le fond : il termine 3e de son groupe mais est relégué administrativement en National 2 (CFA) pour cause de bilan financier désastreux. Le professionnalisme est abandonné à la suite du dépôt de bilan. Ce fut durant ces dernières années l'exode de plusieurs jeunes qui se révèleront sous d'autre cieux notamment: Daniel Moreira, Jérémie Janot, Yohan Demont, Rudy Mater, Laurent Leroy et Ludovic Leroy tous issus à la base de la formation valenciennoise.

La renaissance (depuis 1996)[modifier | modifier le code]

D'accession en accession[modifier | modifier le code]

Le Valenciennes Football Club naît officiellement le 1er avril 1996, sur les restes de l'USVA. Le club termine 5e du championnat CFA 1996-1997, distancé à la différence de but par la réserve de Nancy, Raon-l'Étape et Boulogne-sur-mer. À l'issue de la saison 1997-1998, Valenciennes est sacré champion de France amateurs, et monte par conséquent en National. Le club de l'Escaut reste trois ans à ce niveau et rechute en CFA, entraîné à l'époque par Didier Ollé-Nicolle.

Puis c'est la renaissance. Didier Ollé-Nicolle fait remonter l'équipe en National. Et en 2005, sous l'impulsion du druide Daniel Leclercq, VA est champion de France du National avec 74 points. Steve Savidan, pour sa première saison avec VA, termine meilleur buteur avec 19 buts. La saison suivante, Antoine Kombouaré prend les commandes de l'équipe dont l'objectif est le maintien en deuxième division, mais les bons résultats font que les supporters se mettent à rêver d'une deuxième montée en deux saisons. Le club décroche même le titre de champion de France de Ligue 2 avec 74 points comme la saison précédente. C'est un fait historique puisque c'est la première fois qu'une équipe remporte deux titres d'affilée de deux niveaux différents. Steve Savidan termine une nouvelle fois meilleur buteur de l'exercice à égalité avec le Havrais Jean-Michel Lesage. C'est le retour parmi l'élite pour Valenciennes, treize ans après.

L'élite (2006-2014)[modifier | modifier le code]

2006-2009 : Maintien assuré avec Kombouaré[modifier | modifier le code]
Steve Savidan est le meilleur buteur du club de 2004 à 2008

Au terme de la saison 2006-2007, l'équipe du Hainaut termine à la 17e place. Pour l'année de sa remontée, le club n'aura été relégable qu'à une seule reprise (lors de la 26e journée). Solide défensivement, aucun des trois premiers du championnat ne marque à Nungesser (0-0 contre Lyon, Marseille et Toulouse). Steve Savidan est deuxième meilleur buteur du championnat derrière Pedro Miguel Pauleta. Savigol réalise même un quadruplé face à Fabien Barthez au cours du match Nantes-Valenciennes (victoire de VA 5-2).

La saison 2007-2008 démarre en trombe par le triplé d'une des recrues du mercato d'été, Johan Audel. Le club termine à la 13e place. Steve Savidan inscrit 13 buts et devient le meilleur buteur de L1 sur l'ensemble des saisons 2006-2007 et 2007-2008.

La saison 2008-2009 est marquée par un début difficile, conséquence d'un lourd remaniement de l'effectif (départs de Roudet, Savidan, Ouaddou entre autres). VA se retrouve lanterne rouge à la trêve avec 5 points de retard sur le premier non relégable. Malgré cela, le président Francis Decourrière maintient sa confiance à Kombouaré. L'équipe réalise une superbe seconde partie de saison (sous l'impulsion de Jean-Claude Darcheville, recrue du mercato d'hiver) qui l'amène jusqu'à la 12e place. Après quatre ans de loyaux services à Valenciennes, l'entraîneur décide de rejoindre le PSG. Il quitte le Hainaut sous les vivas du public de Nungesser après avoir battu 2 buts à 1 son futur club. Cette saison restera surtout marquée par le malaise cardiaque de David Sommeil lors d'un entraînement le et la terrible blessure (double fracture tibia-péroné) de Jonathan Lacourt lors du match de championnat (29e journée) Stade rennais-VAFC (0-0).

2009-2011 : Montanier et le beau jeu[modifier | modifier le code]

Durant le mercato d'été 2009, Philippe Montanier arrive dans le Nord, ainsi que de nouveaux joueurs (Cohade, Gomis, Ben Khalfallah) et impose un nouveau système de jeu, le 4-3-3. Après une adaptation difficile, l'équipe parvient à se hisser au niveau des places européennes au début de décembre pour finir à une honorable 10e place, confirmant une progression constante depuis la saison 2003-2004, où le club avait terminé 10e de National.

Le club terminera à la 12e place à l'issue de la saison suivante, arrachant son maintien à la dernière journée en battant l'OGC Nice (2-1) lors du dernier match officiel dans le stade Nungesser. Cette saison, VA encaisse un nombre impressionnant de buts dans le dernier quart d'heure. Cela n'empêche pas Grégory Pujol de terminer troisième meilleur buteur de Ligue 1 avec 17 buts. Peu de temps après, Montanier annonce son départ pour le Real Sociedad. Il est remplacé par Daniel Sanchez, en provenance du Tours FC[5].

Les résultats de Philippe Montanier à la tête du VAFC furent salués par l'ensemble des observateurs, et son bilan peut être jugé positif. S'il a consolidé le club en milieu de tableau, il s'est surtout signalé par le style qu'il a imprimé à l'équipe : un jeu vif et inspiré, tourné vers l'offensive, plus technique qu'auparavant. Cette progression a parfois pris des allures spectaculaires, au point que le club fut un temps surnommé le Barça du Nord par certains observateurs. Cette renommée dépassa vite les frontières et Montanier fut convoité par plusieurs clubs européens. Il s'engage finalement avec la Real Sociedad et quitte donc Valenciennes après deux saisons réussies.

Fin août 2009, Jean-Louis Borloo acquiert les parts de Dôme Investissement, holding qui contrôle le club de football[6].

2011-2013 : Départ des cadres sous Sanchez[modifier | modifier le code]

Daniel Sanchez entame son mandat par un match nul et vierge face à Amiens en amical. Le 26 juillet 2011, lors de l'inauguration du Stade du Hainaut, VA s'incline 0-1 face au champion d'Allemagne, le Borussia Dortmund. Le 17 décembre, après une nouvelle défaite en championnat sur la pelouse de Nice, Valenciennes pointe à la 19e et avant-dernière place du classement. Ce nouveau revers confirme les difficultés du VAFC à gagner hors de ses terres. Le 8 février 2012, le club élimine de la Coupe de France le tenant du titre et voisin lillois sur le score de 2 buts à 1 et se qualifie pour les 1/4 de finale, chose qui n'était plus arrivée depuis 18 ans[7]. Malheureusement, l'équipe nordiste se fait sortir par le Stade rennais 1-3 au tour suivant. À l'issue de la saison 2011-2012, le club pointe à la 12e position, place identique du précédent exercice. Le VAFC présente la particularité d'être l'un des meilleurs clubs à domicile (5e) mais le plus mauvais à l'extérieur avec seulement 7 points. Après cette 12e place au classement final et un maintien assuré lors de la dernière journée, Daniel Sanchez est sifflé par une partie du public lors de la cérémonie de clôture du championnat[8].

Le milieu colombien Carlos Sánchez évolue au VAFC de 2007 à 2013

Le mercato d'été 2012 voit le départ de deux joueurs cadres arrivés en fin de contrat (Renaud Cohade et Carlos Sánchez) sans qu'ils soient remplacés, la masse salariale du club étant placée sous le contrôle de la DNCG à cause d'un déficit estimé à 5 millions d'euros. C'est donc avec une équipe affaiblie par rapport à la saison précédente que VA commence sa préparation et ne parvient à ne gagner aucun de ses cinq premiers matchs amicaux, pourtant opposée à des équipes modestes (SCO Angers, RAEC Mons, Royal Antwerp...). Une série de matchs sans victoires qui inquiète les supporters en vue de la saison à venir. La fin du mois d'août voit le retour surprise de Carlos Sánchez sous forme de prêt alors qu'il avait quitté le club quelques semaines auparavant[9]. Le départ inattendu de Mamadou Samassa au Chievo Vérone en fin de mercato d'été permet l'arrivée d'Anthony Le Tallec qui ne tarde pas à se faire adopter par le public valenciennois en inscrivant pour son troisième match sous ses nouvelles couleurs un doublé face à l'Olympique de Marseille, match remporté 4-1. Au soir de la 9e journée et après un carton contre Lorient (6-1), le VAFC possède la meilleure attaque du championnat et réalise son deuxième meilleur début de saison depuis son retour parmi l’élite. Le club traverse une seconde partie d’exercice bien plus compliquée, après les départs au mercato d'hiver de Gil et de Kadir et l'absence pendant deux mois de Danic. Il ne prend que 19 points (18e sur la phase retour). Alors que le VAFC pointait à la 6e place à la trêve, il termine finalement 11e.

Comme la saison précédente, le mercato d'été est marqué par le départ de joueurs cadres de l'équipe. Ainsi le capitaine Carlos Sánchez quitte définitivement le Hainaut, idem pour le meilleur passeur du club Gaël Danic ou l'espoir Nicolas Isimat-Mirin. Après un large succès contre Toulouse lors de la 1re journée du championnat, le VAFC enchaine sept défaites d'affilée sans marquer le moindre but dans le jeu. Cela constitue la pire série depuis la remontée en Ligue 1. Cette série noire prend fin lors de la 9e journée et un match nul arraché à la dernière minute contre le Stade de Reims. Un résultat qui ne suffit pas à sauver la tête de l'entraineur Daniel Sanchez, qui est licencié le 10 octobre 2013.

2013-2014 : Relégation sous Jacobs et problèmes financiers[modifier | modifier le code]

Pour tenter de sauver le club, lanterne rouge du championnat, l'entraineur belge Ariel Jacobs arrive aux commandes le 14 octobre 2013. Champion de Belgique à deux reprises avec Anderlecht et champion du Danemark en titre avec le FC Copenhague, il signe pour deux ans et une année en option. Il débute par un match nul sur le terrain du Stade rennais alors que le VAFC était mené 2-0. Avec Jacobs, les Valenciennois connaissent de meilleurs résultats dont une victoire sur le terrain du 2e du championnat l’AS Monaco. Sous l’impulsion du ghanéen Abdul Majeed Waris, prêté par le Spartak Moscou, le VAFC rattrape son retard. Tant et si bien qu’au soir de la 29e journée, le club n’a plus que 2 points de retard sur le premier relégable l’Évian TG. Mais, dès la semaine suivante et une défaite à domicile contre le dernier, l’AC Ajaccio, Valenciennes retombe dans ses travers. L’humiliante défaite contre le FC Nantes (2-6) sonne le glas des espoirs de maintien des supporters, certains d’entre eux laissent éclater leur colère pendant et après le match[10]. Le 4 mai 2014, le VAFC est officiellement relégué en Ligue 2 après 8 saisons parmi l'élite. Il finit la saison avec une nouvelle série de 7 défaites consécutives et totalise 23 défaites en 38 matchs, un triste record. Outre la descente sportive en deuxième division, les inquiétudes se portent sur les difficultés financières du club. En effet, le club a un déficit estimé à 8 millions d'euros alors que le Président Jean-Raymond Legrand, qui a déjà injecté 13 millions d'euros personnellement, a assuré qu'il ne renflouerait plus les caisses[11].

Redressement judiciaire et retour en Ligue 2 (2014-)[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Borloo, président du VAFC de 1986 à 1991 et en 2014

Le 25 juin 2014, le tribunal de commerce de Valenciennes décide de placer le VAFC en redressement judiciaire avec poursuite de l'activité assortie d’une période d’observation de 6 mois alors que le club était en cessation de paiement depuis le 10 juin 2014. Comme l'affirme l'article 103 des règlements de la LFP, cette procédure entraine la « rétrogradation dans la division immédiatement inférieure à celle pour laquelle il aurait été sportivement qualifié la saison suivante »[12]. Le 26 juin, la Direction nationale du contrôle de gestion confirme la rétrogradation du club en division inférieure[13]. Alors que beaucoup de supporters pensaient que cette décision signifiait la rétrogradation du VAFC en National, il est révélé que le club nordiste était déjà sous le coup d'une rétrogradation administrative à titre conservatoire depuis janvier et que ce sursis a sauté le 10 juin avec la cessation de paiement. La DNCG a donc décidé que le VAFC évoluerait en CFA[14]. Un véritable coup dur pour les supporters valenciennois qui voient leur club retourner en enfer alors qu'il aura fallu 10 années pour voir le VAFC retrouver l'élite. Le 10 juillet 2014, la cour d’appel de Douai a annulé la procédure de redressement judiciaire ouverte à l’encontre du VAFC. Une union sacrée s'est formée au côté de Jean-Raymond Legrand pour sauver le club dans une dernière tentative, Luc Dayan et Jean-Louis Borloo ont apporté leur soutien. Le lendemain, la commission fédérale de la DNCG va dans le même sens et décide de réintégrer le VAFC en Ligue 2 pour la saison 2014-2015[15]. Cet épisode signe la fin d'un feuilleton qui aura vu le VAFC frôler le dépôt de bilan avant d'être finalement sauvé in extremis. Pour bien figurer devant le gendarme financier du football français, Jean-Raymond Legrand décide de démissionner de la présidence en faveur de Jean-Louis Borloo. Conformément au schéma prévu devant la Cour d'appel, Jean-Louis Borloo cède ses parts le 29 août 2014 et le Conseil d'Administration nomme à l'unanimité Eddy Zdziech au poste de Président du club.

Sur le plan sportif, Ariël Jacobs et le VAFC décident de mettre fin, d'un commun accord, au contrat qui les liait. Il est remplacé par Bernard Casoni le 17 juillet 2014[16]. L'ancien marseillais signe pour deux ans dans le Nord. La situation délicate du club dans cette intersaison a poussé les derniers cadres de l'équipe à partir, comme Grégory Pujol, Nicolas Penneteau ou l'emblématique Rudy Mater et c'est avec un nouveau groupe à créer que le VAFC commencera la saison. Pour les remplacer, Casoni décide de s'appuyer sur des joueurs d'expérience comme Fabrice Abriel ou Adama Coulibaly, qu'il a déjà entraîné à Auxerre. À cause d'un retard dans la préparation, l'équipe connait des résultats très décevants jusque la mi-septembre où le VAFC occupe la dernière place du championnat. Une amélioration a lieu à partir du mois de novembre et le club parvient à remonter dans la première partie de tableau. Malheureusement, cette embellie n'est que de courte durée et les mauvais résultats sont de retour dès le début de l'année 2015 où le club ne prend qu'un point sur 24 possibles. Cette série contraint le Président Zdziech à remercier Bernard Casoni, le 24 février 2015[17], pour le remplacer par David Le Frapper qui exerçait jusque-là la fonction d'entraîneur des moins de 19 ans. Son premier match en tant qu'entraîneur de l'équipe première a lieu à l'extérieur, face à Clermont Foot, et se solde par un 0-0. La première victoire a lieu la semaine suivante, toujours à l'extérieur, mais cette fois face à Orléans. La fin de saison est toujours autant compliquée et, à la veille de la dernière journée, le VAFC ne compte que 2 points d’avance sur le premier relégable. À la mi-temps de cet ultime match, le club était mené par le GFC Ajaccio alors que ses deux concurrents directs menaient au score, signifiant ainsi que VA était dans la zone rouge. Finalement, le VAFC parvient à retourner la situation pour gagner son match et ainsi se maintenir en Ligue 2.

La saison 2015-2016 est marquée par un rajeunissement de l'effectif avec un groupe composé pour moitié de joueurs provenant de la CFA 2 du club. Le début d'exercice est réussi grâce à de belles performances à l'extérieur notamment une victoire sur la pelouse du Red Star (1-5) mais l'incapacité du VAFC à gagner à domicile rapproche le club de la zone rouge lors de la fin de la phase aller (17e). En raison du manque de résultats et en l'absence de diplôme d'entraîneur professionnel, David Le Frapper est écarté de la tête de l'équipe première le 28 décembre 2015 pour travailler à nouveau au centre de formation[18]. Après un intérim de trois matchs assuré par son adjoint Nicolas Rabuel, le technicien bosnien Faruk Hadžibegić est nommé entraîneur pour deux saisons le 15 janvier 2016[19]. Après quatre matchs sans victoire, il remporte son premier succès sur le terrain du RC Lens (0-1). Cela faisait 26 ans que Valenciennes ne s'était plus adjugé le derby face à Lens et 35 ans que le club ne s'était plus imposé au Stade Bollaert. Le maintien est assuré lors de la 37e journée lors d'une victoire sur la pelouse du Paris FC (1-4). Cette victoire est symptomatique de la saison du VAFC qui a réalisé un excellent parcours à l'extérieur alors qu'il n'a remporté que 3 succès à domicile. Le club termine à la 12e place. La saison suivante est tout aussi moyenne et le club termine à une modeste 14e place.

Toujours en proie à des difficultés financières, le VAFC voit l'arrivée de Patrick Partouche en qualité d'actionnaire minoritaire durant l'été 2017. Il investit près de 1,5 million d'euros avant le passage du club devant la DNCG[20]. Le mercato estival est marqué par un renouvellement de l'effectif. Valenciennes voit les départs de ses deux meilleurs buteurs de l'exercice précédent Nuno Da Costa et Saliou Ciss ainsi que les espoirs Angelo Fulgini et Moussa Niakhaté. Pour les remplacer, le club mise sur deux révélations du dernier championnat National Medhy Guezoui et Tony Mauricio, il recrute également les expérimentés Johann Ramaré et Thiago Xavier. Le 25 septembre 2017, après neuf journées de championnat et deux défaites d'affilée, le Président Zdziech informe Faruk Hadžibegić de son intention de se séparer de lui. Toutefois, faute d'accord sur le licenciement, il conduit l'entraînement suivant dans lequel certains supporters lui apportent leur soutien[21]. Le soir même, le club fait un communiqué annonçant la suspension de l'entraîneur ainsi que l'ouverture d'une procédure disciplinaire pour des « faits graves »[22]. Après un intérim victorieux de deux matchs de Nicolas Rabuel, Réginald Ray devient le nouvel entraîneur le 14 octobre 2017[23]. Le changement d'entraîneur n'a pas l'effet escompté, les résultats ne s'améliorent pas et VA termine la saison à la 13e place.

Identité du club[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Le , Valenciennes se dote d’un nouveau logo pour l’ensemble de sa communication. Développé par le service communication du VAFC et réalisé par David Charrier, illustrateur, ce nouveau logo du VAFC doit accompagner le club dans son nouveau développement, initié par son retour en Ligue 1 (nouveau stade, centre d’entraînement et de formation, etc.)[24].Le blason actuel est basé autour du traditionnel cygne qui est placé à l'intérieur d'un bouclier. Le cygne est un oiseau mythique, devenu le symbole de la ville de Valenciennes. On le trouve sur le fronton de la gare de Valenciennes ou encore sur le fronton du musée des Beaux Arts de Valenciennes. Il est représenté sur le maillot du Valenciennes FC. Le cygne présent sur le logo de la ville et du club fait référence à la première citation de la ville de Valenciennes dans les livres d'histoire, dans un document relatant une sentence rendue en l’an 693 par Clovis II, roi des Francs. Le lieu-dit signifiait « la vallée des cygnes » qui au fil du temps est devenu « Val en cygnes » puis « Valenciennes ».

Sur le logo actuel apparaissent les quatre lettres VAFC, qui ne constituent pas à proprement parler un acronyme puisque le nom officiel est "Valenciennes Football Club". L'usage voudrait que le sigle VFC soit utilisé, mais les dirigeants ont sans doute voulu conserver la lettre A par souci de fidélité ou de visibilité. En effet le club est depuis longtemps désigné familièrement sous l'appellation VA ("véha") par les supporters et par les amateurs de foot en général, le "A" de USVA désignant la ville d'Anzin (banlieue de Valenciennes).

Couleurs[modifier | modifier le code]

Le club hennuyer arbore, à domicile, un maillot rouge, et ce depuis la création du club. Le short et les chaussettes sont blancs.

En 1950, la tenue est modifiée avec l'apparition d'un col de couleur blanc, ainsi que l'apparition du fameux scapulaire. En 1968, la tenue est modifiée avec l'apparition du logo du Coq Sportif, premier équipementier du club. En 1975, avec l'arrivée d'Adidas, trois rayures blanches sont présentes sur les côtés du maillot et du short. Le short sera rouge jusqu'en 1980. En 1979, les manches du maillot deviennent blanches. En 1981, le maillot devient rouge à rayures fines blanches verticales. De 1984 à 1987, le maillot devient rouge à grosse rayures blanches horizontales sur le torse. En 1987, c'est le retour du scapulaire qui avait disparu depuis 1965. En 1988, VA revient au maillot rouge avec deux bandes blanches sur les manches. C'est le retour du short rouge. En 1991, retour du short blanc pour une seule saison. Il reviendra de 1996 à 1998 puis de 1999 à 2005.

En 2005, le maillot est traditionnellement rouge avec une grande bande horizontale. Le maillot extérieur est noir et jaune, couleurs du Hainaut. En 2006-2007, le maillot est rouge. Le maillot extérieur est blanc alors que le troisième maillot est bleu ciel au lieu d'être bleu roi. À la fin de l'année, Francis Decourrière avouera que c'était une erreur d'Airness.

En 2007-2008, VA change d'équipementier et passe d'Airness à Diadora. Le motif est le même pour les trois maillots, à savoir deux rangées de plusieurs rayures concaves. Si le maillot domicile est tout naturellement rouge, le deuxième est noir à rayures jaunes, rappelant les couleurs maillot third de la saison 2005-2006, et le troisième maillot cette année-là est jaune fluorescent, couleur à la mode adoptée par des grands clubs comme Chelsea ou le FC Barcelone, avec des rayures noires.

En 2008-2009, c'est le grand retour du scapulaire après 21 ans d'absence. Le maillot extérieur est blanc à scapulaire rouge, tandis que le troisième maillot est bleu roi à scapulaire jaune, couleurs de la Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole.

Avec l'arrivée de l'équipementier Nike en 2009, VA arbore un maillot domicile ressemblant assez à celui d'Arsenal, à savoir rouge avec les manches blanches. C'est aussi le retour du short blanc et des chaussettes blanches. L'année suivante, l'équipement domicile redevient entièrement rouge tandis que les maillots extérieur et third sont respectivement blanc et noir.

Le scapulaire fait son retour en 2011 avec l'entrée dans le nouveau stade et l'arrivée d'un nouvel équipementier, Uhlsport. Le maillot extérieur est toujours blanc mais arbore de fins motifs évoquant le Stade du Hainaut. Le troisième maillot est noir avec un scapulaire rouge. Le scapulaire perdure, plus ou moins stylisé jusqu'à la saison 2014-2015. En 2015-2016, il disparaît à nouveau au profit d'un maillot domicile entièrement rouge, avec le logo du club en filigrane.

Maillots à domicile[modifier | modifier le code]

Évolution du style de maillot

Période Équipementier Sponsor principal
1968 – 1974 Le Coq Sportif
1974 - 1975 Blizz Men
1975 - 1979 Adidas Papeteries Gaspard
1979 - 1980 Chausettes La Bonnal
1982 - 1983 Sport 2000
1984 - 1987 Auchan Petite-Forêt
1987 - 1988 Lotto
1988 - 1989 Adidas Gepa
1989 - 1991 Supermarchés Champion
1991 - 1992 Stock Alliance
1992 - 1993 Puma
1993 - 1994 Groupe Valois
1994 - 1995 Salf
1995 - 1996 Adidas
1996 - 1997 Hummel Novotel Valenciennes
1997 - 1998 Uhlsport Dymat
1998 - 1999 Umbro
1999 - 2000 Puma
2000 - 2001 Netrel
2001 - 2002 Adidas
2002 - 2003 SITA
2003 - 2004 Sita Suez
2004 - 2005 Nike Toyota
2005 - 2007 Airness
2007 - 2009 Diadora
2009 - 2011 Nike
2011 - 2012 Uhlsport
2012 - 2016 GDE Recyclage
2016 - 2018 Kipsta Mutuelle Just
2018 - Acerbis C-Subtil
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1936/1938 1956/1957 1965/1975 1980/1987 1996/1998 1999/2003 2004/2005
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1950/1956 1957/1965 1987/1988
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
De 1968 à 1975
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
De 1975 à 1979
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1988/1991 1992/1996 1998/1999 2005/2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
De 1979 à 1980
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
De 1980 à 1992
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2003/2004
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008/2009
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2009/2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2010/2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011/2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012/2013
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2013/2014
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2015/2017
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2017/2018

Maillots à exterieur[modifier | modifier le code]

Évolution du style de maillot

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
original
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Années 90
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2005/2006 extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2005/2006 troisième
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2006/2007
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2007/2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008/2009 extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008/2009 troisième
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2009/2010 extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2009/2010 troisième
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2010/2011 extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2010/2011 troisième
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011/2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012/2013

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès de l'équipe première du Valenciennes Football Club
Championnats nationaux Coupes nationales Compétitions nationales disparues

Distinctions et trophées divers[modifier | modifier le code]

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Ce chapitre récapitule les matchs disputés par le Valenciennes FC dans les différentes compétitions, et les records s’y rapportant, à l’issue de la saison 2017-2018[26].

Au terme de la saison 2013-2014, le club a disputé 33 saisons parmi l'élite, ce qui le classe au 16e rang français.

Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Ligue 1 (1936-2014) 33 1214 375 338 501 1460 1773 -313
Ligue 2 (1934-2018) 30 2 1068 445 287 336 1557 1340 +217

Championnats disputés[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant indique le championnat disputé par le club au cours des saisons depuis 1946.

De sa création en 1913 jusqu'à l'année 1994 le club n'est jamais descendu en dessous de la deuxième division. Sa plus longue période parmi l'élite se situe entre 1962 et 1971, avec neuf saisons consécutives. Sa plus longue absence se situe entre 1994 et 2006 (12 saisons).

Évolution du championnat disputé par le Valenciennes FC[27]
Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV Niveau V Niveau VI
Division 1 Division 2 DH Nord-Pas-de-Calais
1945-1948
Division 1 Division 2 CFA/Division 3 DH Nord-Pas-de-Calais
1948-1956
1956-1961
1961-1962
1962-1971
Division 1 Division 2 Division 3 Division 4 DH Nord-Pas-de-Calais
1971-1972
1972-1973
1973-1975
1975-1982
1982-1992
1992-1993
Division 1/Ligue 1 Division 2/Ligue 2 National 1/National National 2/CFA National 3/CFA 2 DH Nord-Pas-de-Calais
1993-1994
1994-1996
1996-1998
1998-2001
2001-2002
2002-2005
2005-2006
2006-2014
2014-
  •      Championnat national professionnel
  •      Championnat national professionnel et amateur
  •      Championnat national amateur
  •      Championnat régional amateur
  •       Pas de promotion/relégation
  • Personnalités du club[modifier | modifier le code]

    Historique des présidents[modifier | modifier le code]

    Présidents du Valenciennes FC
    Rang Nom Période
    1 Drapeau : France Copin ? -1925
    2 Drapeau : France Albéric Colson 1925-1928
    3 Drapeau : France Fernand Le Mithouard 1928-1936
    4 Drapeau : France Étienne Turbot 1936-1939
    5 Drapeau : France Trinquet 1939-1946
    6 Drapeau : France Gaston Desbarbieux 1946-1950
    7 Drapeau : France André Dubois 1950-1954
    8 Drapeau : France Jacques de Breyne 1954-1959
    9 Drapeau : France Albert Lenclud 1959-1968
    10 Drapeau : France Zaly Bacharzina 1968-1972
    Rang Nom Période
    11 Drapeau : France Jean-Pierre Henaut 1972-1973
    12 Drapeau : France Henri-Arthur Pouille 1973-1980
    13 Drapeau : France Joseph Goldman 1980-1983
    14 Drapeau : France Jean-Marc Weisenburger 1980-1983
    15 Drapeau : France Alain Cleuet 1983-1985
    16 Drapeau : France René Carpentier 1985-1986
    17 Drapeau : France Jean-Louis Borloo 1986-1991
    18 Drapeau : France Jean-Louis Deneuville 1991-1992
    19 Drapeau : France Michel Coencas 1992-1993
    20 Drapeau : France Daniel Rust 1994-1995
    Rang Nom Période
    21 Drapeau : France Jean Claude Brienne 1996-1996
    22 Drapeau : France Bernard Moreau 1996-2003
    23 Drapeau : France Francis Decourrière 2004-2011
    24 Drapeau : France Jean-Raymond Legrand 2011-2014
    25 Drapeau : France Jean-Louis Borloo 2014-2014
    26 Drapeau : France Eddy Zdziech 2014-

    Historique des entraîneurs[modifier | modifier le code]

    Le premier entraîneur du club est l'Anglais Charles Griffiths, venu en 1933 de l'EAC Roubaix. Henri Pérus, arrivé en 1950, est le premier et unique entraîneur à ce jour à avoir réussi à hisser le Valenciennes Football Club en finale de la Coupe de France, lors de l'édition 1951. Robert Domergue, arrivé en 1953 est quant à lui, le premier entraîneur valenciennois à avoir réussi à hisser le club sur le podium du championnat de France lors de la saison 1963-1964. Il réédite cet exploit, lors de la saison 1964-1965.

    Entraîneurs du Valenciennes FC
    Rang Nom Période
    1 Drapeau : Angleterre Charles Griffiths 1933-1934
    2 Drapeau : France Raymond Demey 1934-1935
    3 Drapeau : Angleterre Charles Griffiths 1935-1936
    4 Drapeau : Belgique Robert De Veen 1936-1936
    5 Drapeau : France Pierre Fabian 1936-1938
    6 Drapeau : France Charles Demeillez 1938-1942
    7 Drapeau : France Pierre Parmentier 1944-1945
    8 Drapeau : France Charles Demeillez 1945-1946
    9 Drapeau : Angleterre Arthur Plummer 1946-1947
    10 Drapeau : France Pierre Parmentier 1947-1948
    11 Drapeau : France André Tison 1948-1950
    12 Drapeau : France Henri Pérus 1950-1951
    13 Drapeau : France Charles Demeillez 1951-1952
    14 Drapeau : Italie Drapeau : Argentine Carlos Verdeal 1952-1953
    15 Drapeau : France Edmond Le Maître 1953-1953
    Rang Nom Période
    16 Drapeau : France Robert Domergue 1953-1966
    17 Drapeau : France Gaby Robert 1966-1970
    18 Drapeau : France Louis Provelli 1970-1970
    19 Drapeau : France Robert Domergue 1970-1972
    20 Drapeau : France Jean-Pierre Destrumelle 1972-1979
    21 Drapeau : Pologne E.Wilczek / Drapeau : France B.Tempowski 1979-1982
    22 Drapeau : Pologne Erwin Wilczek 1982-1982
    23 Drapeau : France Léon Desmenez 1982-1986
    24 Drapeau : France Daniel Leclercq 1986-1987
    25 Drapeau : France Victor Zvunka 1987-1988
    26 Drapeau : France Georges Peyroche 1988-1991
    27 Drapeau : France Francis Smerecki 1991-1992
    28 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Boro Primorac 1992-1993
    29 Drapeau : France Bruno Metsu 1993-1994
    30 Drapeau : France Robert Dewilder 1994-1996
    Rang Nom Période
    31 Drapeau : France Dominique Corroyer 1996-1996
    32 Drapeau : France Ludovic Batelli 1996-2000
    33 Drapeau : France Didier Ollé-Nicolle 2000-2003
    34 Drapeau : France Daniel Leclercq 2003-2005
    35 Drapeau : France Antoine Kombouaré 2005-2009
    36 Drapeau : France Philippe Montanier 2009-2011
    37 Drapeau : France Daniel Sanchez 2011-2013
    38 Drapeau : Belgique Ariel Jacobs 2013-2014
    39 Drapeau : France Bernard Casoni 2014-2015
    40 Drapeau : France David Le Frapper 2015-2016
    41 Drapeau : France Nicolas Rabuel jan. 2016
    42 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Faruk Hadžibegić 2016-2017
    43 Drapeau : France Nicolas Rabuel sep.-oct. 2017
    44 Drapeau : France Réginald Ray oct. 2017-

    Statistiques et records[modifier | modifier le code]

    Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

    Joueurs les plus capés

    Joueur Matchs (D1/D2) Période
    1 Jean-Pierre Guinot 342 1961-1971
    2 Bolec Kocik 332 1958-1969
    1970-1971
    3 Jean-Claude Piumi 316 1959-1970
    4 Wolfgang Matzky 303 1958-1968
    5 Lucien Schaeffer 302 1953-1962
    6 Rudy Mater
    Nicolas Penneteau
    266 2002-2014
    2006-2014
    7 Louis Provelli 262 1957-1970
    8 Joseph Magiera 249 1962-1970
    9 Dominique Corroyer 246 1982-1990
    1992-1994
    10 Joseph Bonnel 234 1959-1967

    Meilleurs buteurs

    Joueur Buts (D1/D2) Période
    1 Serge Masnaghetti 111 1959-1966
    2 Petrus van Rhijn 94 1954-1958
    3 Jean-Pierre Guinot 66 1961-1971
    4 Dominique Corroyer 65 82-90 & 92-94
    5 Joseph Yegba Maya
    Bruno Zaremba
    61 1970-1973
    73-78 & 80-81
    6 Didier Six 58 1970-1977
    1987-1987
    7 Jean Weichert 51 1947-1956
    8 Grégory Pujol 50 2007-2014
    9 Edouard Stako 47 1953-1959
    10 Ignace Kowalczyk
    Erwin Wilczek
    43 1933-1936
    1973-1975
    Rudy Mater, joueur le plus capé de l'histoire du VAFC

    Les internationaux[modifier | modifier le code]

    Voici la liste des onze joueurs valenciennois sélectionnés en équipe de France.

    CL Nom Poste Première sél. Dernière sél. Sélections à VA Total sélections
    1 Drapeau : France Ignace Kowalczyk Attaquant 2 5
    2 Drapeau : France Édouard Waggi Attaquant - 1 1
    3 Drapeau : France Bernard Chiarelli Attaquant - 1 1
    4 Drapeau : France Édouard Stako Milieu 1er mars 1959 - 1 3
    5 Drapeau : France Jean-Claude Piumi Milieu 4 4
    6 Drapeau : France Joseph Bonnel Milieu 24 25
    7 Drapeau : France Serge Masnaghetti Attaquant 2 2
    8 Drapeau : France Paul Sauvage Milieu - 1 6
    9 Drapeau : France Louis Provelli Défenseur - 1 1
    10 Drapeau : France Jean-Claude Bras Attaquant 2 6
    11 Drapeau : France Didier Six Attaquant 7 52
    TOTAL 11 internationaux 46 106

    Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

    Le tableau liste l'effectif professionnel du Valenciennes FC pour la saison 2018-2019.

    Effectif professionnel du Valenciennes Football Club[28]
    Joueurs Encadrement technique
    No  P. Nat.[29] Nom Date de naissance Sélection[30] Club précédent Contrat
    16 G Drapeau de la France Perquis, DamienDamien Perquis 08/03/1986 (32 ans) SM Caen 2015-2021
    1 G Drapeau de la Côte d'Ivoire Konaté, HillelHillel Konaté 28/12/1994 (23 ans) Côte d'Ivoire -17 ans US Boulogne 2018-2020
    30 G Drapeau de la France Vincensini, ThomasThomas Vincensini 12/09/1993 (24 ans) FC Bastia-Borgo 2018-2019
    2 D Drapeau de la France Aloé, BaptisteBaptiste Aloé 29/06/1994 (24 ans) France espoirs Olympique de Marseille 2017-2020
    4 D Drapeau de la France Niakaté, SikouSikou Niakaté 10/07/1999 (19 ans) France -19 ans Formé au club 2017-2021
    8 D Drapeau de la France Nestor, LoïcLoïc Nestor 20/05/1989 (29 ans) Guadeloupe LB Châteauroux 2015-2018
    14 D Drapeau de la France Cuffaut, JoffreyJoffrey Cuffaut 15/03/1988 (30 ans) AS Nancy-Lorraine 2018-2021
    15 D Drapeau de la France Quenum, ChérifChérif Quenum 05/06/1993 (25 ans) US Avranches 2017-2020
    24 D Drapeau du Maroc Kantari, AhmedAhmed Kantari 28/06/1985 (33 ans) Maroc Toronto FC 2016-2020
    28 D Drapeau de la France Dos Santos, LaurentLaurent Dos Santos 21/03/1993 (25 ans) RC Strasbourg 2017-2020
    25 D Drapeau du Ghana Ntim, EmmanuelEmmanuel Ntim 12/03/1996 (22 ans) Ghana -20 ans FC Chambly Oise 2016-2020
    5 M Drapeau de la France Ramaré, JohannJohann Ramaré 05/06/1984 (34 ans) FC Sochaux-Montbéliard 2017-2019
    6 M Drapeau du Brésil Thiago Xavier, Thiago Xavier 27/12/1983 (34 ans) ES Troyes AC 2017-2019
    9 M Drapeau de la France flèche vers la droite Robail, GaëtanGaëtan Robail 09/01/1994 (24 ans) Paris Saint-Germain 2018-2019
    10 M Drapeau de la France Roudet, SébastienSébastien Roudet Capitaine 16/06/1981 (37 ans) France espoirs LB Châteauroux 2015-2019
    13 M Drapeau de la France Masson, JulienJulien Masson 18/06/1998 (20 ans) Formé au club 2017-2021
    18 M Drapeau de la France Karaboué, LossémyLossémy Karaboué 18/03/1988 (30 ans) France -19 ans APO Levadiakos 2017-2018
    19 M Drapeau du Sénégal Dabo, ElhadjElhadj Dabo 20/11/1995 (22 ans) CS Sedan Ardennes 2015-2020
    21 M Drapeau de la France flèche vers la droite Massouema, EdenEden Massouema 29/06/1997 (21 ans) Dijon FCO 2018-2019
    22 M Drapeau de la France Mauricio, TonyTony Mauricio 22/03/1994 (24 ans) US Boulogne 2017-2020
    23 M Drapeau de la France Nangis, LennyLenny Nangis 24/03/1994 (24 ans) France espoirs Lille OSC 2017-2020
    999 M Drapeau du Brésil Ribeiro Costa, LucasLucas Ribeiro Costa 09/10/1998 (19 ans) Pinheiro AC 2018-2021
    20 A Drapeau de la France Ambri, SteveSteve Ambri 12/08/1997 (20 ans) France -20 ans ESM Gonfreville 2017-2020
    27 A Drapeau de la France Guezoui, MedhyMedhy Guezoui 30/03/1989 (29 ans) US Quevilly-Rouen 2017-2019
    29 A Drapeau de la France Privat, SloanSloan Privat 24/07/1989 (28 ans) Guyane EA Guingamp 2018-2019
    999 A Drapeau de la France Foulon, GwennGwenn Foulon 20/10/1998 (19 ans) France -18 ans IC Croix 2017-2020
    999 A Drapeau de la France Romil, JorrisJorris Romil 27/12/1994 (23 ans) Les Herbiers 2017-2020
    Entraîneur(s)
    Entraîneur(s) adjoint(s)
    Préparateur(s) physique(s)
    • Drapeau : France Didier Bouillot
    Entraîneur(s) des gardiens
    • Drapeau : France Karim Boukrouh
    Kinésithérapeute
    • Drapeau : France Thomas Duée
    • Drapeau : France Matthieu Saison
    Médecin(s)
    • Drapeau : France Marc Chasselat
    • Drapeau : France Éric Maude

    Légende

    Mise à jour de l'effectif le 27 juin 2018 Consultez la documentation du modèle


    Joueurs prêtés
    P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Contrat Club en prêt
    G Drapeau : France Nicolas Kocik 04/08/1998 (19 ans) France -19 ans 2016-2021 Le Mans FC

    Structures du club[modifier | modifier le code]

    Structures sportives[modifier | modifier le code]

    Stades[modifier | modifier le code]

    Articles détaillés : Stade Nungesser et Stade du Hainaut.

    Le tout premier stade fut le stade Nungesser. Inauguré en 1930, il a été rénové en 2006 à l'occasion de l'accession en Ligue 1. Avec une capacité déclarée de 16 547 places, le taux de remplissage est, pour la saison 2007-2008, de 82,44 % en championnat, soit le 5e meilleur taux du championnat.

    Cette faible capacité limite les recettes de Valenciennes, ce qui conduit ses dirigeants à envisager la construction d'un nouveau stade d'une capacité de 25 172 places assises, toujours dans le quartier Nungesser, à environ à 500 mètres du stade actuel.

    Le 6 mai 2008, les travaux du Stade du Hainaut débutent et l'inauguration a lieu le , en présence de Jean-Louis Borloo[31], contre le champion d'Allemagne le Borussia Dortmund.

    Affluences du Valenciennes FC depuis 1947[32]
    Stade du HainautStade Nungesser

    Centre d'entraînement[modifier | modifier le code]

    Le centre d'entraînement de Valenciennes est un ensemble ultramoderne de 8 hectares, installé au Mont-Houy, près du village de Famars. Il compte notamment une plaine de jeu engazonnée correspondant à la surface de deux terrains, d’un troisième terrain en herbe et de deux synthétiques de dernière génération.

    Le centre, qui accueille l'entraînement de toutes les équipes du club et de nombreux matchs amicaux ou amateurs, se situe à proximité immédiate du principal campus de l'Université de Valenciennes. Inauguré le 1er août 2008 pour un investissement de 8,5 millions d'euros, il a remplacé les équipements du quartier Nungesser devenus obsolètes.

    Centre de formation[modifier | modifier le code]

    Valenciennes dispose d'un centre de formation, également situé au Mont-Houy, constitué notamment d'un bâtiment de 450 m2 incluant une quarantaine de chambres destinées à l’accueil des pensionnaires.

    Les joueurs qui y figurent attendent leur tour en équipe première. Cependant ces joueurs disposent d'un championnat de réserve (CFA), mais aussi d'une coupe (Coupe Gambardella) et d'un championnat U19. Le directeur du centre de formation à son démarrage est un ancien milieu de terrain du club, Gabriel Desmenez qui laissa sa place à Frédéric Zago, lui aussi un ancien, au début de la saison 2011/2012.

    Structures extra-sportives[modifier | modifier le code]

    Boutiques officielles[modifier | modifier le code]

    Depuis 2017, une boutique est ouverte au 2 rue du Quesnoy dans le centre ville de Valenciennes avec un numéro de téléphone (03 27 46 19 10). En plus de cela, des boutiques sont ouvertes les soirs de matchs dans le Stade du Hainaut

    Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

    Aspects juridiques[modifier | modifier le code]

    Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

    Le Valenciennes Football Club se compose d'une association, titulaire du numéro d'affiliation de la FFF, et d'une société. L'Association VAFC gère le centre de formation, la section amateur et des stages à travers toute la France[33]. La Société VAFC a le statut de société anonyme sportive professionnelle (SASP) depuis 2004.

    Organigramme[modifier | modifier le code]

    Eddy Zdziech est le président du Valenciennes Football Club. Alain Dhée est directeur général du club. Annabelle Viste est responsable financier, tandis que l'organisation et la sécurité sont assurées par Régis VERCRUYSSE. Plusieurs anciens joueurs figurent dans l'organigramme du club :Olivier BIJOTAT est responsable du centre de formation, Réginald RAY est l'entraîneur général, Christophe Delmotte s'occupant de la réserve. Le préparateur physique est Romain CARPENTIER. Karim Boukrouh est l'entraîneur des gardiens[34].

    Aspects économiques[modifier | modifier le code]

    Éléments comptables[modifier | modifier le code]

    Chaque saison, le VA FC publie son budget prévisionnel de fonctionnement après validation auprès de la DNCG, l'instance qui assure le contrôle administratif, juridique et financier des associations et sociétés sportives de football afin d'en garantir la pérennité. Le budget prévisionnel d'un club s'établit en amont de l'exercice à venir et correspond à une estimation de l'ensemble des recettes et des dépenses prévues par l'entité. Le tableau ci-dessous résume les différents budgets prévisionnels du club valenciennois saison après saison. Le budget prévisionnel du club pour la saison 2010-2011 est de 30 millions d'euros[35], ce qui correspond au dix-septième budget de Ligue 1[36].

    Historique du budget prévisionnel du Valenciennes Football Club
    Saison 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
    Budget 7,5 M€[37] 22,9 M€[38] 26,4 M€[39] 30 M€[40] 30 M€[41] 30 M€[40] 30 M€[42] 32 M€[43] 32 M€[44]
    Saison 2014-2015 2015-2016 2016-2017 2017-2018 2018-2019
    Budget 13,5 M€[45] 11 M€ 10,5 M€ 10 M€
    Légende : M€ = millions d'euros.

    Résultat[modifier | modifier le code]

    Le tableau suivant présente un extrait du compte de résultat du Valenciennes Football Club depuis la saison 2006-2007. Les droits audiovisuels, qui varient selon le nombre de diffusions de matchs du club ainsi qu'en fonction de son classement final, ainsi que le sponsoring tiennent une part importante dans le budget valenciennois.

    Extrait du compte de résultat du Valenciennes Football Club en millions d'euros
    Saison Championnat Produits[Note 1] Charges[Note 2] Rés. expl[Note 3]. Mutation

    [Note 4]

    Rés. net

    [Note 5]

    Matchs Spons. Subv. TV Merch. Total Rémun. Total
    2006-2007[46] Ligue 1 3,0 4,3 0,9 15,9 0,4 25,1 11,3 22,9 2,2 0 0,9
    2007-2008[47] Ligue 1 3,0 6,1 0,7 18,2 0,7 29,4 14,7 28,7 0,7 0,8 1,2
    2008-2009[48] Ligue 1 2,8 6,7 nc 17,9 nc 29,0 23,6 38,6 -9,5 7,9 0,6
    2009-2010[49] Ligue 1 2,5 5,6 nc 19,5 nc 28,9 28,4 42,9 -13 0,9 -10,9
    2010-2011[50] Ligue 1 2,4 6,1 nc 18,8 nc 28,8 25,8 38,8 -9,9 6,1 -2,8
    2011-2012[51] Ligue 1 4,0 7,0 nc 20,2 nc 33,3 25,0 40,2 -6,8 3,5 -4,3
    2012-2013[52] Ligue 1 3,1 6,1 nc 19,9 nc 30,8 23,3 37,2 -6,4 6,0 0,9
    2013-2014[53] Ligue 1 2,5 5,1 nc 15,7 nc 24,8 20,3 32,8 -8,0 0,5 -7,3
    2014-2015[54] Ligue 2 0,7 2,5 nc 6,5 nc 12,7 9,2 16,3 -3,7 1,4 3,8
    2015-2016[55] Ligue 2 0,7 2,7 nc 5,5 nc 10,3 7,6 13,0 -2,8 4,5 1,0

    Légende : Matchs = recettes matchs avec billetterie, Spons. = sponsors et publicités, Subv. = subventions des collectivités, TV = droits audiovisuels, Merch. = merchandising, Rémun. = rémunérations du personnel, Rés. expl. = résultat d'exploitation, Mutation = résultat exceptionnel (indemnités de mutation), Rés. net = résultat net.

    Soutien et image[modifier | modifier le code]

    Supporters[modifier | modifier le code]

    Les supporters du Valenciennes FC sont prépondérants dans la vie du club depuis près d'un siècle. Ils sont même élus « Champion de France des supporters » en 1957 pour leur soutien inconditionnel du début à la fin des matchs. La vague Ultra en provenance d'Italie déferle sur la France au milieu des années 1980. Le premier groupe Ultra de Valenciennes voit le jour en 1992, c'est la naissance des Red'n'white dragons 1992. La chute de VA à la suite de l'affaire VA-OM en 1993 va marquer une page noire dans l'histoire du club puisque le Stade Nungesser se vide de ses supporters avec les relégations successives du club. Cependant, quelque 4 000 supporters se massent encore dans l'enceinte pour voir évoluer VA en CFA face à des équipes comme le Red Star 93 ou le FC Rouen. Au début des années 2000, VA a pour objectif de renouer avec le professionnalisme. Les bons résultats permettent de voir l'éclosion de nouveaux groupes de supporters tels que les Ultras Roisters, Génération Rouge et Blanc, Red Devils, Scheldt Fans, ou encore Mentalita Valentiana. La remontée dans l'élite permet une meilleure visibilité du club, non seulement en France mais également dans le monde, au point qu'en 2008, une section de supporters voit le jour à Athènes (Grèce). En 2016 un nouveau groupe de supporters appelé "Les exilés de VA" voit le jour à Paris. Il s'agit d'un groupe qui fait les déplacements depuis Paris en passant par Beauvais et Amiens pour de rendre au stade du Hainaut lors des matchs à domicile de VA . L'ambiance valenciennoise est reconnue partout en France puisque les supporters valenciennois terminent chaque année dans le top 10 du Championnat de France des tribunes, en attendant de faire mieux dans le Stade du Hainaut.

    Le club compte parmi ses supporters célèbres l'homme politique Jean-Louis Borloo[56], l'ancien coureur cycliste Jean Stablinski[57] Jean-Marie Leblanc ou encore la Miss France Rachel Legrain-Trapani[58].

    Rivalités[modifier | modifier le code]

    Rivalités régionales[modifier | modifier le code]

    Le parcage valenciennois au stade Bollaert.

    Les principaux rivaux de Valenciennes sont ses plus proches voisins, le Lille OSC et le RC Lens. Cependant, la rivalité avec Lens est plutôt récente. Les relations étaient même particulièrement amicales durant plusieurs décennies. De nombreux supporters de Lens rejoignaient le Stade Nungesser pour encourager VA et de nombreux supporters de VA faisaient le chemin inverse pour encourager Lens, notamment lors de matchs contre le rival commun, le LOSC.

    La saison 2014-2015 marque un tournant dans les relations entre les deux clubs. En effet, lors de la rénovation du Stade Bollaert, le RC Lens est à la recherche d'un stade. Gervais Martel pense alors au Stade du Hainaut l'antre du VAFC pour effectuer les matchs à domicile de Lens. Le maire de Valenciennes accepte d'accueillir le Racing au Hainaut mais le club Valenciennois et les supporters refusent catégoriquement de céder leur stade alors que le VAFC frôle de justesse le dépôt de bilan et une relégation en CFA2. Lens se contentera finalement du Stade de la licorne, stade de l'Amiens SC, et seront relégués à l'issue de cette saison hors de l'Artois.

    Le refus de la location du Stade du Hainaut au RC Lens n'est pas la seule cause du différent entre les deux clubs du bassin minier. En effet, pour de nombreux supporters du VAFC, leur club souffre d'un déficit de couverture médiatique au profit du voisin artésien, que ce soit dans la presse écrite ou dans les radios locales. De plus, le renouvellement des supporters des deux clubs entraîne souvent une méconnaissance des relations passées et, plus généralement, un changement d'ambiance en tribunes.

    Les rencontres avec d'autres clubs nordistes ne manquent pas : les matchs opposant Valenciennes à Boulogne, Dunkerque ou Wasquehal ou Calais sont également des derbys, même si la rivalité n'y est pas aussi intense qu'avec Lille et Lens.

    Rivalités nationales[modifier | modifier le code]

    Historiquement, le grand rival national de Valenciennes est le Paris Saint-Germain, équipe affrontée lors du barrage de la fin de saison 1973-1974. L'USVA, alors 2e du groupe A de division 2, affronte le PSG, 2e du groupe B. Après avoir gagné à Nungesser 2 à 1, Valenciennes perd 4 à 2 au Parc des Princes. Les Nordistes réclament un hors-jeu du buteur parisien Dogliani et crient à l'injustice. Pour eux, le constat est simple : l'équipe de la capitale, menacée d'un dépôt de bilan en cas de non-accession à l'élite, a été favorisée par l'arbitrage. Depuis lors, les chants anti-parisiens ont vu le jour au stade Nungesser, y compris lors de matchs n'impliquant pas le PSG.

    Article détaillé : Affaire VA-OM.

    Au début des années 1990, un autre rival voit le jour, dans le championnat de France, pour Valenciennes : l'Olympique de Marseille. Les oppositions qui ont eu lieu en Ligue 1 de 2006 à 2014, puis en 2018 en Coupe de France, ont laissé place à des confrontations bouillantes sur le terrain comme dans les tribunes, au point que Canal+ en a fait parfois son « Grand Match » du dimanche soir (ce ne fut pas le cas en 2012).

    L'engouement autour de cette affiche s'explique par la triste affaire VA-OM qui a terni l'image des deux clubs au point que l'OM n'ait plus rien gagné pendant 17 ans et ait connu une relégation administrative en Ligue 2, et que VA ait été privé de football professionnel pendant plus d'une décennie. Les chants anti-parisiens ont alors fait place aux chants anti-marseillais.

    Cette rivalité s'est accentué également du fait des insultes des supporters des autres clubs à l'encontre de Valenciennes, que ce soit lors des déplacements, où les jets d'objets étaient nombreux, ou lors des matchs à domicile, même plusieurs années après - les supporters de Nantes avaient déployé en 2006 au Stade Nungesser une banderole où il était inscrit "Valenciennes, c'est combien pour ce match?".

    Autres équipes[modifier | modifier le code]

    Équipe réserve[modifier | modifier le code]

    L'équipe réserve (en rouge) lors du match contre l'AS Poissy du 10 septembre 2011

    Depuis la saison 2016-2017, l'équipe réserve de VA évolue en Division Honneur (devenue Régional 1 en 2017) soit le 6e échelon du football français. Elle joue chez elle au Centre de Formation du Mont-Houy. Elle est entraînée par Christophe Delmotte depuis le 5 juillet 2017[59].

    Section féminine[modifier | modifier le code]

    Le VAFC décide de créer une section féminine en 2017. Des détections ont lieu les 24 et 31 mai 2017. Le groupe est composé d'une trentaine de joueuses dont certaines viennent de Saint-Amand ou d'Aulnoye-Aymeries. Comme la section masculine, elles s'entraînent au Mont-Houy. L'équipe première évolue en R2 (4e division) et est entraînée par Simon Raux[60]. Sébastien Deparis se chargera de la réserve engagée en district[61].

    Section futsal[modifier | modifier le code]

    Le 24 mai 2017, le VAFC annonce la création d'une équipe de futsal, ce qui est une première pour un club professionnel. Plusieurs mois auparavant, le club avait lancé un appel aux clubs locaux afin d'effectuer une fusion pour la saison 2017-18. Deux clubs répondent favorablement à cette demande : celui du Faubourg de Lille et celui de Valenciennes Métropole. Le VAFC futsal évoluera en Division régionale (4e division) pour ses débuts[62]. L'ambition est de rejoindre le niveau national. La fusion concerne également les féminines qui évolueront en district.

    Médias[modifier | modifier le code]

    Magazine officiel[modifier | modifier le code]

    Lors de chaque journée de championnat à domicile, le club publie un mini-magazine officiel gratuit : Le Rouge & Blanc. Les fans ont la possibilité de s'abonner via le site officiel du club[63].

    TV[modifier | modifier le code]

    À l'instar d'autres clubs français et européens, le club de Valenciennes possède sa proche chaîne de télévision : VAFC Web TV[64], qui diffuse à ses abonnés les résumés des matchs de la saison, et des matchs de préparation.

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    Notes[modifier | modifier le code]

    1. Les produits correspondent au total des produits récurrents d’exploitation incluant les recettes et les subventions.
    2. Les charges correspondent au total des charges récurrentes d’exploitation du compte de résultat.
    3. Le résultat d'exploitation correspond aux produits (recettes et subventions) moins les charges récurrentes d’exploitation, hors cessions et acquisitions de joueurs.
    4. Les indemnités de mutation incluent les cessions et acquisitions de joueurs.
    5. Le résultat net correspond à l'addition du résultat d'exploitation, du résultat financier et du résultat exceptionnel, qui inclut notamment les indemnités de mutation versées à l'occasion des transferts.

    Références[modifier | modifier le code]

    1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
    2. « Centre d'entraînement », sur va-fc.com
    3. « Le centre de formation », sur va-fc.com
    4. Scottish Football Historical Archive
    5. http://www.lefigaro.fr/football-ligue-1-et-2/2011/06/08/02013-20110608ARTSPO00547-valenciennes-choisit-sanchez.php/
    6. Eric Darques, le "Zorro de la transparence dans le Nord", de Mauroy à Aubry en passant par Borloo, atlantico.fr, 11 janvier 2016
    7. http://www.lobservateurduvalenciennois.fr/0802201218-ans-apres--Valenciennes-est-en-quart-de-finale-de-la-coupe-de-France,1.media?a=3994
    8. http://www.lobservateurduvalenciennois.fr/23052012VAFC-Jean-Raymond-Legrand--laquo-Daniel-Sanchez-a-ete-tres-touche-par-les-sifflets-du-public-raquo.media?a=4371
    9. http://www.lavoixdunord.fr/sports/football-carlos-sanchez-revient-a-valenciennes-ia182b206n645429
    10. « Battu (6-2) par Nantes, Valenciennes coule à pic, ses supporteurs piquent une grosse colère », sur lavoixdunord.fr
    11. « VAFC, une relégation et un avenir en questions », sur nord-pas-de-calais.france3.fr
    12. « Le VAFC, placé en redressement judiciaire, s'accroche encore à la DNCG », sur lavoixdunord.fr
    13. « DNCG : Communiqué », sur va-fc.com
    14. « VA rétrogradé en CFA ! », sur lequipe.fr
    15. « Le VAFC jouera la saison prochaine en Ligue 2 », sur lavoixdunord.fr
    16. « Casoni, nouvel entraîneur », sur lequipe.fr
    17. « Bernard Casoni, c'est fini », sur lequipe.fr
    18. « Communiqué », sur va-fc.com
    19. « F. Hadzibegic nommé entraîneur du VAFC », sur va-fc.com
    20. « Patrick Partouche, comme une fée sur le berceau valenciennois », sur lavoixdunord.fr
    21. « Valenciennes: Grand n'importe quoi! Viré dimanche, Faruk Hadzibegic dirige l'entraînement mardi », sur 20minutes.fr
    22. « Communiqué du Président Zdziech », sur va-fc.com
    23. « Réginald Ray nouvel entraîneur du VAFC ! », sur va-fc.com
    24. Le nouveau logo, site officiel
    25. France Football - Valenciennes Football Club - Palmarès
    26. Ligue Professionnel de Football - Valenciennes Football Club - Les chiffres
    27. « Valenciennes Football Club », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 mai 2012)
    28. « Effectif professionnel actuel », sur va-fc.com (consulté le 22 décembre 2017)
    29. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
    30. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
    31. Valenciennes inaugure le stade du Hainaut (diaporama)
    32. Historique Valenciennes FC
    33. « Site officiel du Valenciennes Football » (consulté le 1er août 2011)
    34. « Karim Boukrouh «Pour un gardien, les pieds sont aussi importants que les mains» », sur lavoixdunord.fr (consulté le 15 juillet 2017)
    35. « Budgets des clubs », France Football, no 3356,‎
    36. « Budgets des clubs de Ligue 1 : classement 2010/2011 », sur sportune.fr (consulté le 1er août 2011)
    37. « Rapport DNCG 2005/2006 - Comptes individuels des clubs de L1 et L2 (Format PDF) », sur www.lfp.fr (consulté le 1er août 2011)
    38. « Rapport DNCG 2006/2007 - Comptes individuels des clubs de L1 et L2 (Format PDF) », sur www.lfp.fr (consulté le 1er août 2011)
    39. « Rapport DNCG 2007/2008 - Comptes individuels des clubs de L1 et L2 (Format PDF) », sur www.lfp.fr (consulté le 1er août 2011)
    40. a et b « Rapport DNCG 2008/2009 - Comptes individuels des clubs de L1 et L2 (Format PDF) », sur www.lfp.fr (consulté le 1er août 2011)
    41. « Rapport DNCG 2009/2010 - Comptes individuels des clubs de L1 et L2 (Format PDF) », sur www.lfp.fr (consulté le 1er août 2011)
    42. « Rapport DNCG 2011/2012 - Comptes individuels des clubs de L1 et L2 (Format PDF) », sur www.lfp.fr (consulté le 9 avril 2012)
    43. « Football (Valenciennes) : un budget légèrement en hausse », sur www.lavoixdunord.fr (consulté le 23 mai 2012)
    44. « Les budgets de la Ligue 1 en 2016-2017 », Sportune,‎ (lire en ligne)
    45. « Valenciennes : le budget 2014/2015 en chute libre », sur www.footmercato.net (consulté le 15 juillet 2014)
    46. DNCG, Comptes des clubs professionnels - Saison 2006-2007, (lire en ligne), p. 91
    47. DNCG, Comptes des clubs professionnels - Saison 2007-2008, (lire en ligne), p. 95
    48. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2008-2009, (lire en ligne), p. 42 et 43
    49. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2009-2010, (lire en ligne), p. 44 et 45
    50. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2010-2011, (lire en ligne), p. 44 et 45
    51. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2011-2012, (lire en ligne), p. 42 et 43
    52. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2012-2013 (lire en ligne), p. 42 et 43
    53. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2013-2014 (lire en ligne), p. 42 et 43
    54. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2014-2015 (lire en ligne), p. 80 et 81
    55. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2015-2016 (lire en ligne), p. 158 et 159
    56. Le coup de cœur est immédiat pour Jean-Louis BORLOO
    57. Jean Stablinski était un fervent supporter du VAFC
    58. Un coup d'envoi fictif de charme est donné par Miss France 2007 (Rachel Legrain Trapani), vêtue du maillot de Valenciennes.
    59. « Delmotte, une pointure à la tête de la réserve valenciennoise », sur lavoixdunord.fr,
    60. Le VAFC assume sa part de féminité
    61. « Le VAFC assume sa part de féminité », sur lavoixdunord.fr,
    62. « Futsal: trois clubs fusionnent et visent le niveau national », sur lavoixdunord.fr,
    63. Le Site officiel du VAFC
    64. VAFC Web TV : La Web TV officiel du VAFC

    Annexes[modifier | modifier le code]

    Bibliographie[modifier | modifier le code]

    • (fr) Collectif, Le football à l'U.S.V.A. de 1933 à 1960, Éditions Nord-Publicité, 1960
    • (fr) Union sportive de Valenciennes Anzin, USVA, Éditions Union sportive de Valenciennes Anzin, 1981
    • (fr) Antoine Casubolo, L'affaire OM-Valenciennes, Éditions Orban, 1994
    • (fr) Herve Bride, Valenciennes FC une Saison Passion 05-06 / les Enfants du Paradis, Éditions CMPC, 2006
    • (fr) Michel Morneau, De l'US Valenciennes-Anzin à Lyon. Quelle aventure !, Éditions La Voix du Nord, 2006
    • (fr) Gilbert Hocq et Jacques Verhaeghe, USVA/VAFC, Histoire du football professionnel à Valenciennes, Éditions Alan Sutton, 2011

    Vidéographie[modifier | modifier le code]

    • (fr) Série TV, Salut champion - La petite perle du Brésil, Bayerischer Rundfunk, RTBF, TF1, TELECIP, 1981
    • (fr) Téléfilm, La surface de réparation de Bernard Favre, ARTE France, Stephan Films, CRRAV, 2001
    • (fr) DVD, VAFC, une saison en images (2008/2009), VAFC, 2009
    • (fr) DVD, VAFC, une saison en images (2009/2010), VAFC, 2010

    Discographie[modifier | modifier le code]

    • (fr) 45 Tours, Allez V. A. (L'hymne des Supporters de L'U. S. V. A.) - VALENCIENNES POUR TOUJOURS, Mimi Blacker, Al Productions, 1971
    • (fr) CD, Ici c'est V.A., Major Mädj, 1Cité Prod, 2007

    Liens externes[modifier | modifier le code]