Derby barcelonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rivalité entre
le FC Barcelone et le RCD Espanyol
Réception de l'Espanyol au Camp Nou
Réception de l'Espanyol au Camp Nou
Généralités
Sport Football
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Villes ou région Barcelone
Derby Derbi barcelonés (Derby barcelonais)
Situation actuelle
Primera División FC Barcelone
RCD Espanyol
Localisation des clubs
Géolocalisation sur la carte : Catalogne

Le Derby barcelonais, Derbi barcelonés, Derby de Catalogne[1] ou Derby catalan[2] se réfère à l'antagonisme entre les deux clubs de football principaux de Barcelone, le FC Barcelone et le RCD Espanyol de Barcelone. La première confrontation a lieu le et voit la victoire du FC Barcelone. Le premier derby professionnel est disputé le , à l'occasion du premier championnat d'Espagne, et voit également la victoire du FC Barcelone.

Si le FC Barcelone est à la tête d'un des palmarès les plus importants sur la scène nationale et continentale, l'Espanyol ne compte que quatre coupes d'Espagne et deux finales de Coupe UEFA à son actif.

De plus, cette rivalité est marquée par la revendication d'une identité catalane. Bien que le RCD Espanyol ait été fondé par des Espagnols principalement originaires de la Catalogne, le Barça nourrit depuis une attache très forte au catalanisme.

Origine de la rivalité[modifier | modifier le code]

La rivalité tire son origine d'une différence de vision politique de la part des supporters des deux clubs. En outre, le RCD Espanyol rassemble les partisans d'une Espagne unie, faisant souvent partie d'une classe populaire et ouvrière, tandis que le FC Barcelone fédère pour sa part les autonomistes catalans, souvent d'une classe moyenne bourgeoise[3],[4]. Les fondateurs de l'Español avaient pour objectif de créer un club pour représenter les classes ouvrières, par opposition au cosmopolitisme mondain du FC Barcelone[5]. Le FCB nourrit traditionnellement une attache très forte au catalanisme et plus généralement à tout ce qui se rattache à sa région de Catalogne[6], en opposition au centralisme de Madrid[7].

Depuis 1995 et la catalanisation du nom de l'Español en Espanyol, l'opposition unionistes/catalanistes entre les deux clubs s'est apaisée[5].

La rivalité se maintient entre les deux clubs de par sa longue histoire, mais également parce qu'il s'agit du seul « vrai derby » disputé par le FC Barcelone, en opposition aux affiches l'opposant aux plus célèbres clubs européens, comme par exemple le Bayern Munich[8]. La différence flagrante de niveau entre les deux clubs a toutefois atténué la rivalité, notamment à partir de la fin des années 1950[9], sans toutefois provoquer une baisse du nombre d'incidents entre supporters.

Historique[modifier | modifier le code]

Débuts cordiaux (1900-1911)[modifier | modifier le code]

Le football arrive à Barcelone à la toute fin du XIXe siècle, ce qui engendre la fondation de deux des plus grands clubs d'Espagne : le FC Barcelone en 1899 et l'Espanyol de Barcelone en 1900. L'Español marque son antagonisme dès sa fondation : en outre, les enseignants de l’université de Barcelone à l'origine du club, décident de le nommer sociedad española de futbol pour se différencier du FC Barcelone, fondé par un étranger, le Suisse Hans Gamper, et marquer ainsi leur identité espagnole[3].

Le premier derby disputé entre les deux clubs est disputé le , selon le Mundo Deportivo, dans le Championnat de Catalogne. Le match s'est déroulé sur le terrain du Foot-Ball Club "Barcelone" et opposé alors le FC Barcelone au X Sporting ancêtre et descendant de l'Espanyol. Le FC Barcelone gagna alors le match par un score de 2 à 0 grâce à des buts de Comamala et de Harris[10]. Ces chocs citadins ne sont toutefois pas les grandes rivalités qu'il sont aujourd'hui[10].

Malgré tout, comme le rappelle Joan Segura Palomares, spécialiste de l'Espanyol, le premier match entre les deux clubs a été disputé le . L'Español aurait alors ouvert le score avec un but d'Àngel Ponz mais aurait perdu 4 à 1 suite à un quadruplé du suisse Gamper[10]. A la fin de ce match, Gamper et les autres joueurs du FC Barcelone aurait entonné trois hourras pour féliciter le comportement fair-play de l'Español[10].

Genèse et amplification de la rivalité (1911-1950)[modifier | modifier le code]

La bonne entente entre les deux clubs ne dure toutefois pas. Lors de la saison 1910-1911, l'Español s'est auto-proclamé vice-champion de la Coupe d'Espagne dans la phase finale disputée à Bilbao. Plusieurs clubs, parmi eux le Barça, ont choisi de ne pas assister à ce rendez-vous final, qui a donc été clairement dévalué[10].

La saison suivante, la Fédération royale espagnole de football, pour récupérer la faveur du FC Barcelone[Quoi ?], a choisi de lui accorder l'organisation de la Coupe suivante, ce que l'Español a considéré comme une offense. Le Barça a gagné cette Coupe, où l'Español n'a donc pas pris part, et l'Español a alors proposé un défi à son rival pour décider d'un superchampion. Il y a eu une double victoire de l'Español (1-0 et 4-0) mais le second choc s'est soldé par un scandale d'une telle proportion que les deux clubs, en plus de s'être accusé mutuellement de l'avoir provoqué, ont rédigé des lettres dans lesquelles ils juraient de ne plus jamais s'affronter[10].

Selon Jaume Sobrequés, historien et ancien dirigeant du FC Barcelone, c'est à l'époque avant la Guerre civile que la rivalité a été la plus forte, lors des confrontations dans le championnat de Catalogne.

Derbys de plus en plus déséquilibrés (1950-1987)[modifier | modifier le code]

Durant les années 1950, le FC Barcelone s'impose comme un des seuls clubs pouvant lutter contre la domination du Real Madrid. Malgré tout, lors de la saison 1950-1951, lors d'un derby, l'Español bat le FC Barcelone 6 à 0. Un record , qui, tient encore aujourd'hui, malgré la domination totale des blaugranas lors des derbys[9]. En 1957, les deux clubs s'opposent en finale de la coupe nationale. Le Barça s'impose alors 1 à 0 notamment grâce à Ladislao Kubala, à Antoni Ramallets et à Ramon Alberto Villaverde[9].

Une rivalité atténuée par la différence de niveau (depuis 1987)[modifier | modifier le code]

Le derby de novembre 1992 présente une affiche très déséquilibrée, puisque le FC Barcelone est déjà leader, avec une seule défaite sur les onze journées précédentes, tandis que l'Espanyol est treizième, à la lutte pour le maintien[11]. Le FC Barcelone s'impose 5-0 grâce à des buts de Stoichkov, Nadal, Koeman, Witschge et Begiristain, infligeant au club blaugrana la pire défaire de l'histoire des derbys barcelonais[12]. À l'issue de la saison, l'Espanyol est relégué en Segunda División, aucun derby n'est donc joué en 1993-1994.

En février 2003, le derby se présente dans un contexte particulier puisque les deux clubs se retrouvent en position délicate pour le maintien. En outre, le FC Barcelone, plutôt habitué à jouer le haut du tableau, doit faire face à une grave crise interne, et une défaite face à l'Espanyol pourrait l'amener en position de relégable[13]. Vainqueur dans le derby, le FC Barcelone termine la saison à la sixième place, alors que l'Espanyol termine premier non-relégable.

Le , le derby voit la première apparition professionnelle du jeune Lionel Messi, alors âgé de 17 ans, remplaçant alors le portugais Deco, devenant ensuite l'un des meilleurs footballeurs du début du XXIe siècle[14],[15],[16],[17].

En , le Barça dispute l'avant-dernière journée du championnat national contre l'Espanyol, ce match sera marqué par la réussite de Raúl Tamudo, qui « prive le Barça du titre de champion d'Espagne ». Tenuto ouvre le score mais est vite repris par Messi qui marque deux buts ; comme le Real est tenu en échec à Saragosse (2-2), le FC Barcelone est virtuellement leader. Cependant, à la dernière minute, Tamudo marque à nouveau, permettant à son club d'égaliser et empêchant le FCB de prendre la tête. Une semaine après, le Real est sacré champion[18].

Le , pour la 24e journée de championnat, l'Espanyol bat le FC Barcelone grâce à deux buts d'Iván de la Peña alors que le FCB était invaincu depuis le début du championnat, en août 2008, ce qui constitue un exploit dans cette saison largement dominée par le FCB, vainqueur par la suite de la Liga, la Coupe du Roi, et la Ligue des champions[19].

En décembre 2010, lors du premier derby se déroulant après la Coupe du monde, les supporters de l'Espanyol sifflent les noms de tous les joueurs du FC Barcelone quand ils sont cités par le speaker, sauf Andrés Iniesta, qui voit son nom scandé par les supporters[18]. En effet, quelques mois plus tôt, après avoir marqué le but décisif en finale de la Coupe du monde, il enlève son tee-shirt et fait un hommage à Daniel Jarque, capitaine de l'Espanyol, mort un an plus tôt ; il reçoit peu après la médaille d'or de l'Espanyol Barcelone[18].

Stades et spectateurs[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

FC Barcelone[modifier | modifier le code]

vue extérieure d'un stade
Façade du Camp Nou.
Le Camp Nou, stade du Barça
Articles détaillés : Camp Nou, stade des Corts et Mini Estadi.

Le FC Barcelone est résident et propriétaire du Camp Nou, un stade de 99 354 places[20] parmi les plus célèbres au monde, situé dans le quartier Les Corts, à l'ouest de Barcelone[21].

Le Camp Nou est considéré comme l'enfant de László Kubala : c'est en effet le formidable élan donné au club catalan par l'arrivée du célèbre joueur hongrois en 1950 qui oblige les dirigeants de l'époque à se lancer dans la construction d'un nouveau stade[21] pour remplacer le vieillissant stade des Corts, surnommé le « Vell Camp » (en français : « le vieux stade »). Ce dernier, inauguré en 1922 pour remplacer le précédent Camp de la Indústria[22], atteint une capacité de 60 000 places après plusieurs agrandissements successifs, mais apparaît trop vétuste par rapport aux ambitions du club[21].

Fin 1950, le club achète des terrains près du stade, dans le quartier Les Corts mais des divergences font traîner le début des travaux pendant plus de trois années[21]. Le , la nouvelle enceinte est inaugurée[21]. Agrandi pour la Coupe du monde de 1982, le Camp Nou atteint alors sa capacité maximale de 120 000 places. Après différentes rénovations au cours des années 1990 et 2000, le stade compte actuellement environs 100 000 places. Des travaux d'agrandissement sont régulièrement envisagés.

Espanyol de Barcelone[modifier | modifier le code]

Cornellá-El Prat, stade de l'Espanyol
Vue du nouveau stade du RCD à Cornellà

Historiquement le club jouait ses matches dans l'Estadi de Sarrià, qui avait une capacité de 43 000 spectateurs. Il a accueilli la Coupe du monde de football de 1982 et le championnat de football des Jeux olympiques d'été de 1992. Il a été démoli en 1997, 74 ans après son inauguration, à cause des problèmes économiques du club. De 1996 jusqu'à la saison 2008/09 le club jouait ses matchs, au Stade Olympique Lluís Companys à Montjuïc, le stade des Jeux olympiques d'été de 1992 de Barcelone. En 2003 la première pierre du nouveau stade de Cornellá est posée. Il peut accueillir 40.500 spectateurs, tous assis. L'inauguration a lieu le 2 août 2009 par un match amical[23] contre le Liverpool FC, que les bleus et blanc remportent par 3 à 0.

Affluences[modifier | modifier le code]

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Championnat d'Espagne[modifier | modifier le code]

# Saison Journée Rencontre Résultat Buts (domicile) Buts (extérieur)
1 1928-29 8 FC Barcelone-Español 1–0 Sastre (80)
2 17 Español-FC Barcelone 1–1 Juvé (54) Sastre (89)
3 1929-30 8 Español-FC Barcelone 4–0 Gallart (18)(26)(67), Ventolrà (39)
4 17 FC Barcelone-Español 5–4 Goiburu (14)(35), Diego (32), Bestit (85), Martí (87) Solé (12), Padrón (21), Gallart (68), Ventolrà (70)
5 1930-31 6 FC Barcelone-Español 6–2 Arocha (10)(20)(69), Bestit (16)(25), Roig (81) Edelmiro (14)(48)
6 15 Español-FC Barcelone 4–4 Edelmiro (14), Bonal (21), Solé (12), Besolí (81) Sastre (7), Arocha (16)(44)(66)
7 1931-32 3 Español-FC Barcelone 0–3 Goiburu (53), Ramon (68), Samitier (75)
8 12 FC Barcelone-Español 2–2 Samitier (22), Zabalo (78) Prat (29)(63)
9 1932-33 8 FC Barcelone-Español 1–1 Helguera (75) Prat (51)
10 17 Español-FC Barcelone 2–1 Pueyo (79)(81) Artigas (33)
11 1933-34 2 FC Barcelone-Español 5–0 Ventolrà (14), Ramon (15)(50), Morera (75)(77)
12 11 Español-FC Barcelone 3–2 Prat (17), Iriondo (31), Edelmiro II (72) Ventolrà (52)(84)
13 1934-35 6 Español-FC Barcelone 4–1 Iriondo (27)(53), Edelmiro (42), Prat (71) Raich (89)
14 17 FC Barcelone-Español 2–2 Raich (43), Berkessy (59) Prat (33), Edelmiro II (73)
15 1935-36 1 Español-FC Barcelone 1–0 Edelmiro (78)
16 12 FC Barcelone-Español 2–0 Enrique Fernández (26), Escolà (64)
17 1939-40 1 FC Barcelone-Español 0–1 Martínez Català (40)
18 12 Español-FC Barcelone 1–1 Prat (37) Emilín (66)
19 1940-41 6 FC Barcelone-Español 2–3 Gràcia (8), Vergara (12) Martínez Català (14)(62), Mas (16)
20 17 Español-FC Barcelone 3–1 Martínez Català (48), Jorge (55), Ara (77) Cardús (p.p.) (17)
21 1941-42 2 Español-FC Barcelone 5–2 Jorge (9)(23), Macala (60)(71), Mas (88) Martín (74), Navarro (84)
22 15 FC Barcelone-Español 1–2 Martín (88) Fàbregas (5), Macala (67)
23 1942-43 9 FC Barcelone-Español 2–0 Martín (23), Escolà (75)
24 22 Español-FC Barcelone 1–3 Juncosa (70) Bravo (5), Martín (53), Escolà (72)
25 1943-44 9 Español-FC Barcelone 1–3 Martínez Català (7) Martín (5), Riba (22)(49)
26 22 FC Barcelone-Español 1–3 Balmanya (59) Jorge (23)(56), Schild (85)
27 1944-45 9 FC Barcelone-Español 1–0 Martín (55)
28 22 Español-FC Barcelone 1–1 Ortí (37) Gonzalvo III (49)
29 1945-46 2 Español-FC Barcelone 0–2 Casas (p.p.)(50), Gonzalvo III (83)
30 15 FC Barcelone-Español 1–0 Martín (30)
31 1946-47 9 Español-FC Barcelone 0–1 Escolà (60)
32 22 FC Barcelone-Español 5–0 Escolà (23)(38)(57)(59), Bravo (35)
33 1947-48 11 Español-FC Barcelone 2–1 Segarra (1)(48) Badenes (38)
34 24 FC Barcelone-Español 5–1 César Rodríguez (28)(48)(64)(71), Seguer (44) Diego (15)
35 1948-49 13 Español-FC Barcelone 1–1 Rosendo Hernández (61) Basora (12)
36 26 FC Barcelone-Español 2–1 César Rodríguez (63)(70) Calvo (27)
37 1949-50 13 FC Barcelone-Español 1–2 Seguer (44) Rosendo Hernández (7), Fàbregas (73)
38 26 Español-FC Barcelone 2–2 Artigas (19), Teruel (89) César Rodríguez (28), Gonzalvo III (88)
39 1950-51 14 FC Barcelone-Español 4–1 Nicolau (7)(88), César Rodríguez (17)(59) Egea (29)
40 29 Español-FC Barcelone 6–0 Grau (15)(30), Arcas (28)(88), Marcet (32), Egea (48)
41 1951-52 1 Español-FC Barcelone 1–0 Celma (84)
42 16 FC Barcelone-Español 2–0 César Rodríguez (32)(80)
43 1952-53 12 FC Barcelone-Español 2–1 Hanke (52), Moreno (72) Mauri (17)
44 27 Español-FC Barcelone 0–2 Manchón (3), Moreno (18)
45 1953-54 14 Español-FC Barcelone 0–1 Kubala (57)
46 29 FC Barcelone-Español 1–4 Moreno (20) Faura (24), Cruellas (49), Marcet (53), Mauri (60)
47 1954-55 3 FC Barcelone-Español 1–0 Areta II (83)
48 18 Español-FC Barcelone 2–4 Cela (17), Gámiz (77) Manchón (2)(31)(73), Gimeno (p.p.) (52)
49 1955-56 14 Español-FC Barcelone 0–3 Kubala (50), Brugué (60), Tejada (71)
50 29 FC Barcelone-Español 1–0 Villaverde (14)
51 1956-57 14 FC Barcelone-Español 1–1 Manchón (17) Coll (14)
52 29 Español-FC Barcelone 2–0 Faura (57), Arcas (81)
53 1957-58 10 FC Barcelone-Español 3–1 Evaristo (7), Tejada (13), Kubala (61) Arcas (49)
54 25 Español-FC Barcelone 2–1 Benavídez (2), Olivella (p.p.) (75) Evaristo (21)
55 1958-59 6 Español-FC Barcelone 0–3 Luis Suárez (23), Tejada (54), Evaristo (66)
56 21 FC Barcelone-Español 5–3 Tejada (4), Kocsis (11)(87), Luis Suárez (53), Kubala (66) Camps (10)(78), Coll (50)
57 1959-60 14 FC Barcelone-Español 1–0 Kubala (80)
58 29 Español-FC Barcelone 0–1 Eulogio Martínez (81)
59 1960-61 8 FC Barcelone-Español 4–1 Tejada (14)(50), Luis Suárez (24), Kocsis (39) Ribera (86)
60 23 Español-FC Barcelone 1–2 Recaman (87) Luis Suárez (17), Evaristo (61)
61 1961-62 10 FC Barcelone-Español 2–0 Benítez (21), Vergés (85)
62 25 Español-FC Barcelone 1–1 Bedoya (75) Eulogio Martínez (60)
63 1963-64 14 Español-FC Barcelone 2–2 Paredes (30)(65) Kocsis (21), Fusté (47)
64 29 FC Barcelone-Español 5–0 Cayetano Ré (4)(16)(37), Kocsis (12), Gràcia (55)
65 1964-65 8 FC Barcelone-Español 1–0 Rifé (35)
66 23 Español-FC Barcelone 0–0
67 1965-66 8 Español-FC Barcelone 1–1 Bergara (21) Rifé (75)
68 23 FC Barcelone-Español 4–2 Zaballa (1)(70), Fusté (2), Rifé (70) Di Stefano (58), Rodilla (60)
69 1966-67 6 Español-FC Barcelone 2–0 Rodilla (9), Cayetano Ré (42)
70 21 FC Barcelone-Español 3–1 Zaballa (38), Eladio (46), Fusté (50) Cayetano Ré (55)
71 1967-68 2 FC Barcelone-Español 1–0 Gallego (82)
72 17 Español-FC Barcelone 1–0 Cayetano Ré (71)
73 1968-69 10 FC Barcelone-Español 1–0 Torres (75)
74 25 Español-FC Barcelone 0–0
75 1970-71 6 FC Barcelone-Español 3–0 Pina (25), Martí Filosia (28)(55)
76 21 Español-FC Barcelone 0–1 Martí Filosia (41)
77 1971-72 2 Español-FC Barcelone 3–0 José María (66), Amiano (73), Eladio (p.p.) (81)
78 19 FC Barcelone-Español 2–0 Pina (43), Reixach (51)
79 1972-73 6 Español-FC Barcelone 1–1 José María (12) Barrios (45)
80 23 FC Barcelone-Español 0–1 Glaría (67)
81 1973-74 4 FC Barcelone-Español 3–0 Pina (64), Asensi (73), Juan Carlos (81)
82 21 Español-FC Barcelone 0–0
83 1974-75 9 Español-FC Barcelone 5–2 Manolín Cuesta (26)(31), Amiano (42)(58), Marañón (82) Migueli (32), Clares (56)
84 26 FC Barcelone-Español 4–1 Clares (4)(76), Heredia (32), Reixach (51) Marañón (62)
85 1975-76 13 FC Barcelone-Español 5–0 Cruyff (13), Pina (22), Asensi (52), De Felipe (p.p.) (70)(80)
86 30 Español-FC Barcelone 3–0 Caszely (11), Solsona (57), Jeremias 69)
87 1976-77 15 Español-FC Barcelone 2–3 Marañón (63)(72) Clares (27), Asensi (62), Neeskens (81)
88 32 FC Barcelone-Español 4–2 Clares (20)(38), Asensi (48)(63) Marañón (34)
89 1977-78 11 Español-FC Barcelone 1–1 Flores (88) Neeskenss (77)
90 28 FC Barcelone-Español 1–1 Zuviría (22) Marañón (15)
91 1978-79 13 Español-FC Barcelone 0–2 Asensi (40), Canito (p.p.) (52)
92 30 FC Barcelone-Español 2–1 Asensi (27), Sánchez (48) Ayfuch (20)
93 1979-80 16 Español-FC Barcelone 2–0 Marañón (9), Arabí (87)
94 33 FC Barcelone-Español 3–1 Simonsen (47), Asensi (75), Ramírez (89) Marañón (32)
95 1980-81 2 FC Barcelone-Español 3–1 Simonsen (2), Quini (23), Krankl (33) Roberto Martínez (74)
96 19 Español-FC Barcelone 1–0 Marañón (8)
97 1981-82 13 Español-FC Barcelone 0–4 Simonsen (66), Quini (77)(80), Schuster (88)
98 30 FC Barcelone-Español 1–3 Alexanco (73) Urbano (60), Lauridsen (17), Murúa (76)
99 1982-83 6 FC Barcelone-Español 1–0 Marcos Alonso (81)
100 23 Español-FC Barcelone 0–3 Carrasco (40), Víctor Muñoz (70), Pichi Alonso (77)
101 1983-84 16 Español-FC Barcelone 1–0 Giménez (84)
102 33 FC Barcelone-Español 5–2 Marcos Alonso (8)(20)(34)(86), Carrasco (12) Zúñiga (27), Márquez (59)
103 1984-85 4 FC Barcelone-Español 1–0 Víctor Muñoz (10)
104 21 Español-FC Barcelone 0–0
103 1985-86 17 FC Barcelone-Español 0–0
104 34 Español-FC Barcelone 5–3 Márquez (9)(24)(68), Mauri (27), Pineda (88) Schuster (55)(81), Pedraza (89)
105 1986-87 9 FC Barcelone-Español 1–0 Robert (45)
106 26 Español-FC Barcelone 1–1 Gallart (65) Carrasco (40)
107 37 Español-FC Barcelone 0–0
108 42 FC Barcelone-Español 2–1 Archibald (15)(28) Pineda (52)
109 1987-88 3 Español-FC Barcelone 2–0 Pichi Alonso (61), Orejuela (79)
110 22 FC Barcelone-Español 3–2 Linker (1), Schuster (27)(32) Losada (8), Lauridsen (53)
111 1988-89 1 FC Barcelone-Español 2–0 Begiristain (61), Robert (64)
112 20 Español-FC Barcelone 2–2 Gabino (20), Gay (66) Bakero (35), Amor (73)
113 1990-91 1 Español-FC Barcelone 0–1 Stoitchkov (42)
114 20 FC Barcelone-Español 5–2 Laudrup (32)(72), Bakero (48)(53), Julio Salinas (70) Mendiondo (37), Àlex Garcia (82)
115 1991-92 18 FC Barcelone-Español 4–3 Begiristain (10), Laudrup (29), Stoitchkov (44), Koeman (81) Korneiev (46)(48), Lluís (88)
116 37 Español-FC Barcelone 0–4 Koeman (30), Begiristain (52), Eusebio (60), Ferrer (89)
117 1992-93 12 FC Barcelone-Español 5–0 Stoitchkov (30), Nadal (38), Koeman (57), Witschge (72), Begiristain (77)
118 31 Español-FC Barcelone 0–1 Koeman (67)
119 1994-95 3 Español-FC Barcelone 0–0
120 22 FC Barcelone-Español 3–0 Stoitchkov (2), Begiristain (22), Sergi (28)
121 1995-96 19 FC Barcelone-Espanyol 2–1 Nadal (38), Òscar (89) Bogdanovic (68)
122 40 Espanyol-FC Barcelone 1–1 Urzaiz (89) Figo (67)
123 1996-97 2 FC Barcelone-Espanyol 2–1 Giovanni (83), Pizzi (89) Lardín (69)
124 23 Espanyol-FC Barcelone 2–0 Raducioiu (14)(50)
125 1997-98 16 FC Barcelone-Espanyol 3–1 Luis Enrique (24), Giovanni (51), Sergi (72) Esnáider (58)
126 35 Espanyol-FC Barcelone 1–1 Sergio (56) Figo (37)
127 1998-99 7 Espanyol-FC Barcelone 1–2 De Lucas (59) Kluivert (9), Giovanni (82)
128 26 FC Barcelone-Espanyol 3–0 Rivaldo (16)(29), Kluivert (52)
129 1999-00 3 FC Barcelone-Espanyol 3–0 Rivaldo (74)(85), Kluivert (83)
130 22 Espanyol-FC Barcelone 1–1 Benítez (21) Kluivert (44)
131 2000-01 14 FC Barcelone-Espanyol 4–2 Rivaldo (13)(57), Xavi (43), Luis Enrique (61) Posse (52), Arteaga (82)
132 33 Espanyol-FC Barcelone 0–0
133 2001-02 18 Espanyol-FC Barcelone 2–0 Tamudo (56)(69)
134 37 FC Barcelone-Espanyol 2–0 Kluivert (44), Xavi (75)
135 2002-03 3 FC Barcelone-Espanyol 2–0 Kluivert (58), Luis Enrique (71)
136 22 Espanyol-FC Barcelone 0–2 Cocu (40), Xavi (42)
137 2003-04 16 Espanyol-FC Barcelone 1–3 Jordi Cruyff (8) Ronaldinho (10), Kluivert (20)(35)
138 35 FC Barcelone-Espanyol 4–1 Ronaldinho (34), Saviola (43)(57), Van Bronckhorst (54) Tamudo (18)
139 2004-05 7 Espanyol-FC Barcelone 0–1 Deco (9)
140 26 FC Barcelone-Espanyol 0–0
141 2005-06 18 Espanyol-FC Barcelone 1–2 Tamudo (60) Deco (43), Eto'o (46)
142 37 FC Barcelone-Espanyol 2–0 Jarque (p.p.) (19), Ronaldinho (51)
143 2006-07 18 Espanyol-FC Barcelone 3–1 Luis García (30), Tamudo (64), Rufete (87) Saviola (59)
144 37 FC Barcelone-Espanyol 2–2 Messi (42)(56) Tamudo (28)(89)
145 2007-08 14 Espanyol-FC Barcelone 1–1 Corominas (68) Iniesta (5)
146 33 FC Barcelone-Espanyol 0–0
147 2008-09 5 Espanyol-FC Barcelone 1–2 Corominas (20) Henry (76), Messi (90)
148 24 FC Barcelone-Espanyol 1–2 Touré Yaya (62) De la Peña (50)(54)
149 2009-10 14 FC Barcelone-Espanyol 1–0 Ibrahimovic (39)
150 33 Espanyol-FC Barcelone 0–0
151 2010-11 16 Espanyol-FC Barcelone 1–5 Osvaldo (63) Pedro (18)(60), Xavi (29), David Villa (78)(84)
152 35 FC Barcelone-Espanyol 2–0 Iniesta (29), Piqué (48)
153 2011-12 18 Espanyol-FC Barcelone 1–1 Álvaro Vázquez (85) Fàbregas (15)
154 37 FC Barcelone-Espanyol 4–0 Messi (11)(63)(73)(78)
155 2012-13 18 FC Barcelone-Espanyol 4–0 Pedro (15)(26), Xavi (9), Messi (28)
156 37 Espanyol-FC Barcelone 0–2 Alexis Sánchez (13), Pedro (89)
157 2013-14 12 FC Barcelone-Espanyol 1–0 Alexis Sánchez (67)
158 31 Espanyol-FC Barcelone 0–1 Messi (77)
159 2014-15 14 FC Barcelone-Espanyol 5–1 Messi (45)(50)(81), Piqué (53), Pedro (76) Sergio García (13)
160 33 Espanyol-FC Barcelone 0–2 Neymar (16), Messi (24)
161 2015-16 18 Espanyol-FC Barcelone 0–0
162 37 FC Barcelone-Espanyol

Autres résultats[modifier | modifier le code]

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

Dénomination du derby[modifier | modifier le code]

En catalan, la confrontation opposant le FC Barcelone et le RCD Espanyol est désignée sous l'appellation Derbi barceloní (en français : derby barcelonais)[A 1]. Cette même dénomination est parfois utilisée en anglais[A 1], en allemand[24], en bosnien[25], voire en français par certains médias belges ou suisses[26],[27].

À Barcelone, la notoriété du derby est telle qu'il est parfois désigné simplement comme étant El Derbi[A 2].

En espagnol, la confrontation est désignée sous l'appellation derby barcelonés[A 2]. Le terme gran derby de Cataluña (en français : grand derby de Catalogne) est également employé[28].

Incidents et opposition extra-sportive[modifier | modifier le code]

Le , l'Español et le FC Barcelone s'oppose lors d'un derby. L'Español compte alors dans ses rangs le gardien de but Ricardo Zamora, le milieu Crisanto Bosch et le défenseur Ricardo Saprissa tandis que le FC Barcelone joue notamment avec le célèbre attaquant philippin Paulino Alcantara. C'est entre ces deux derniers qu'une dispute éclate quand Saprissa arrête violemment Alcantara et le blesse à la mâchoire. La match devient alors violent et des disputes éclatent entre les supporters du FC Barcelone et ceux de l'Español. Une autre faute, qui provoque l'expulsion du blaugrana Josep Samitier, provoque aussi des disputes entre les joueurs-mêmes. Le match est injouable. L'arbitre le suspend donc et le public lui jette alors des pièces de monnaie pour le blesser. L'Español remporte alors le plus long derby de l'histoire qui sera rejoué à huit clos le , soit 54 jours plus tard[9],[18].

Le , quelqu'un a brûlé les serviettes normalement utilisées par les joueurs de l'Espanyol à la mi-temps, rendant l'atmosphère dans les vestiaires irrespirables. Lors du premier but de l'Espanyol, des mouvements de foule dans le stade, bondé, entraînent la mort d'une personne. À la suite de cet incident, les joueurs de l'Espanyol n'ont plus jamais utilisé les vestiaire du Stade des Corts, se réunissant à Sarrià avant de se déplacer[29].

En 1984, les Boixos Nois, supporters à tendance hooliganiste du FC Barcelone, se font remarquer par des insultes racistes visant le gardien de l'Espanyol, le Camerounais Thomas Nkono[30]. À partir de 1985, les Brigadas Blanquiazules, groupe de supporter d'extrême droite du RCD Espanyol, s'oppose régulièrement aux supporters du FC Barcelone. Ce groupe, inspiré des groupes hooligans fascistes du Milan AC et de la SS Lazio, est souvent à l'origine de sifflets racistes et d'autres dérives politiques. En janvier 1991, un membre français de la Brigade, Frédéric Rouquier, est passé à tabac et tué à coups de couteau par 5 membres du Boixos Nois, un groupe de supporters du FC Barcelone[30].

Le , un derby est joué à Montjuic, stade ou évoluait alors l'Espanyol. Durant le match, les Boixos Nois, groupe de supporters ultras du FC Barcelone, lancent des fumigènes sur les supporters adverses. Cinq personnes sont arrêtées pour violences. Depuis ce derby, les dirigeants de chaque club ne vendent plus de billets aux supporters adverses. Ainsi, au Camp Nou et au Cornella, il n'y a plus de parcage visiteurs les jour de derby barcelonais[18].

En avril 2015, en marge d'un derby de Liga, certains supporters de l'Espanyol se rendent coupables d'insultes diverses et de « huées racistes » visant les Brésiliens Neymar et Daniel Alves, l'Argentin Lionel Messi et les Espagnols Gerard Piqué et Jordi Alba. La Fédération royale espagnole de football, soutenue par le gouvernement, qui souhaite lutter contre les comportements xénophobes et violents liés aux sports, menace alors l'Espanyol de le condamner à payer plusieurs milliers d'euros d'amende[31],[32].

En janvier 2016, en huitièmes de la Coupe du Roi, le joueur de l'Espanyol Pape Kouly Diop est expulsé après avoir insulté le joueur du Barça Luis Alberto Suárez, faisant des allusions obscènes portant sur sa mère[33]. À l'issue d'un derby très tendu se terminant par un 4-1 pour le FC Barcelone notamment grâce à un doublé et deux passes décisives (pour Piqué et pour Neymar) de Messi, Suarez insulte les joueurs de l'Espanyol dans le couloir, alors que ces derniers monte les escaliers, ce qui provoque une bagarre entre les deux équipes. Le personnel de sécurité est contraint d'intervenir pour faire cesser les violences[33],[34],[35]. Le huitième retour est paradoxalement marqué par un épisode cocasse : Álvaro, défenseur de l'Espanyol insulte Messi en le traitant de nain. Messi lui répond alors « et toi t'es nul » ce à quoi Àlvaro répond « C’est vrai, on a raison tous les deux », provocant un éclat de rire au lieu d'une éventuelle dispute, et entraînant des réactions positives sur les réseaux sociaux[36].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le match est classé « à très haut risque » par la Police de Barcelone[37]. De ce fait, les moyens de sécurité mis en oeuvre les jours de matchs sont généralement très importants[38].

Lors des matchs à domicile de l'Espanyol, en particulier à Monjuïc, la police surveille particulièrement le groupe Boixos Nois, réputé violent et à l'origine de nombreux incidents. Une méthode utilisée pour limiter le champ d'action des supporters radicaux et éviter les lancers de projectiles sur le terrain est l'augmentation de l'intensité de la lumière des projecteurs les soirs de matchs, ce qui permet de mieux contrôler visuellement les groupes problématiques. Cette technique a notamment été utilisée par l'Espanyol lors du derby de septembre 2008[39].

En 2012, à la suite d'incidents à Montjuic avec des supporters radicaux du FC Barcelone, l'Espanyol renforce ses dispositifs de sécurité en déployant près de 1 000 personnes autour du stade, quatre heures avant le début de la rencontre. Entre 230 et 250 Mossos sont prévus, auxquels s'ajoutent 150 agents de sécurité et 70 agents de la Police de Cornella. 340 vigiles complètent le dispositif, pour contrôler les points d'accès au stade[40].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Le match bénéficie d'une couverture médiatique internationale importante.

En décembre 2014, le derby est diffusé en direct en Belgique par la chaîne de télévision 11+ du groupe Proximus TV[26].

Les médias sportifs bosniaques annoncent les matchs dans des articles mêlant composition des équipes et analyse[25].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Statistiques des confrontations[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

La différence de palmarès entre les deux clubs est souvent évoquée dans l'optique d'illustrer la différence de niveau sportif et de notoriété du FC Barcelone et du RCD Espanyol. En outre, en 2014, alors que le palmarès du FCB présente 22 Championnats d'Espagne, 26 Coupes d’Espagne et 4 Ligue des champions contre 4 Coupes d'Espagne pour l'Espanyol, le journal Le Figaro utilise cet argument pour comparer le derby au combat biblique entre David et Goliath[41].

Le tableau suivant propose une comparaison des palmarès des deux clubs. Seules les compétitions auxquelles les deux clubs ont participé et la Ligue des champions de l'UEFA à titre indicatif sont mentionnées.

Comparaison du palmarès du FC Barcelone et du RCD Espanyol
Catégorie Compétition Titre pour le
FC Barcelone
Dernier titre Titre pour le
RCD Espanyol
Dernier titre
Compétitions nationales Primera División / Liga BBVA 23 2015 0 -
Segunda División / Liga Adelante[note 1] 0 - 1 1994
Coupe d'Espagne 27 2015 4 2006
Supercoupe d'Espagne 11 2013 0 -
Compétitions disparues Championnat de Catalogne 21 1938 12 1940
Coupe de la Ligue 2 1986 0 -
Compétitions européennes Ligue des champions de l'UEFA 5 2015 0 -
Coupe des villes de foires 3 1966 0 -

Records[modifier | modifier le code]

Le meilleur buteur du l'histoire des derbys barcelonais est depuis décembre 2014 le joueur du FC Barcelone Lionel Messi qui, à la suite d'un triplé, compte 12 buts lors des derbys. Le précédent record incombait à César Rodríguez Álvarez, auteur de 11 buts en 21 derbys[42].

La plus large victoire du FC Barcelone s'est faite sur le score de 5-0, atteint sept fois, dont cinq fois à domicile et deux fois à l'extérieur. La plus large victoire du RCD Espanyol est 6-0 à domicile, en 1960-1961, et 4-1 à l'extérieur, en 1953-1954[43].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

En 2003, Radomir Antić, l'entraîneur du FCB, et Javier Clemente, l'entraîneur de l'Espanyol, sont des « ennemis déclarés » dont l'animosité remonte à 1997, où Antić a accusé Clemente d'avoir truqué le tirage de la Coupe du Roi, ce dernier ayant répondu avec des insultes. À la suite de cette affaire, les deux hommes s'étaient opposés devant les tribunaux[13].

Joueurs[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

Dans les années 1920, le gardien de but Ricardo Zamora est notamment l'objet de plusieurs transferts entre les deux clubs[44]. Les joueurs deviennent plus ou moins illégalement rémunérés, alors que l'amateurisme est en place en Espagne[44]. Le transfert de Zamora est considéré par la presse madrilène comme de l'amateurisme marron[44]. Cette affaire, en partie, permet d'aboutir à l'instauration officielle du professionnalisme en Espagne le [44],[10].

Durant les années 1970, le défenseur Canito est formé au FC Barcelone mais part à l'Espanyol pour revenir au FC Barcelone, alors que l'Espanyol était son club de coeur. Un de ses camarades au FC Barcelone dévoile qu'il portait un maillot de l'Espanyol sous celui des blaugranas à l'entrainement[18]. En , le FC Barcelone reçoit l'Athletic Bilbao tandis que l'Espanyol joue un match pour la maintien contre Hércules. Au milieu du match, le commentateur annonce un but de l'Espanyol à Alicante. Tout le public bronche tandis que Canito, lui lève les bras. Un an plus tard, il revient à l'Espanyol[18].

En 2003, deux joueurs de l'Espanyol formés au FC Barcelone, Iván de la Peña et Oscar García Junyent, abordent le derby avec une certaine rancœur envers le FCB, dont ils ont dû « s'exiler »[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seul le FC Barcelone B a disputé la Segunda División, l'équipe principale n'ayant jamais été reléguée.

Références issues du livre FC Barcelona[modifier | modifier le code]

  1. a et b Duthel 2011, p. 193
  2. a et b Duthel 2011, p. 192

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Barça claque l'Espanyol », sur sofoot.com,‎ (consulté le 12 mars 2016)
  2. « Le Barça fait taire les perruches », sur sofoot.com,‎ (consulté le 12 mars 2016)
  3. a et b yannick, « FC Barcelone – RCD Espanyol : plus qu’un derby. », sur liga.docteur-es-sport.fr,‎ (consulté le 27 mars 2016)
  4. (en) Andrew McFarland, « Ricardo Zamora: The First Spanish Football Idol », Soccer & Society, vol. 7, no 1,‎ (DOI 10.1080/14660970500355546)
  5. a et b (en) Chris Mann, « El derbi Barceloní: A question of Catalanism », sur thefootballramble.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  6. Vincent Machenaud, « Entretien avec Sandro Rosell : « Un Ballon d'or, ça vaut la Ligue des champions. » », France football, no 3379 (supplément),‎ , p. 26-27
  7. François Musseau, « Etre un "socio" du Barça, c’est avoir un passeport catalan (entretien avec Enrique Murillo) », Libération,‎ (consulté le 28 janvier 2011)
  8. Roger Bogunyà, « RCD Espanyol – FC Barcelone: Un vrai derby », sur fcbarcelona.com,‎ (consulté le 28 mars 2016)
  9. a, b, c et d Adrien Vincente, « Il se détestent : FC Barcelone - RCD Espanyol », sur lagrinta.fr,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  10. a, b, c, d, e, f et g « Histoire d'une rivalité centenaire », sur fcbarcelonaclan.fr,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  11. (es) « Liga BBVA 1993 Jornada 12 » (consulté le 29 mars 2016)
  12. (en) Jordi Claus, « Six classic Barça v Espanyol derbies », sur fcbarcelona.com,‎ (consulté le 29 mars 2016)
  13. a, b et c « Espagne : un derby catalan à hauts risques pour le Barça », sur rds.ca,‎ (consulté le 28 mars 2016)
  14. Jordi Clos, « Leo Messi: Premier match avec le Barça il y a 8 ans », sur fcbarcelona.com,‎ (consulté le 27 avril 2013)
  15. Loïc Tanzi, « Espanyol Barcelone - FC Barcelone : les quatre stats qui montrent que le Barça n'a pas à avoir peur », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 13 mars 2016)
  16. Thierry Roland, Mes plus grands moments de football, Larousse,‎ (ISBN 9782035876669, lire en ligne)
  17. Loïc Tanzi, « Espanyol Barcelone - FC Barcelone : les quatre stats qui montrent que le Barça n'a pas à avoir peur », sur Eurosport,‎ (consulté le 16 avril 2016)
  18. a, b, c, d, e, f, g et h « Le derby de Barcelone en cinq histoires », sur lequipe.fr,‎ (consulté en 16 mars 2016i)
  19. Timothé Crépin, « Barça, une si longue invincibilité face à l'Espanyol », sur francefootball.frfrancefootball.fr,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  20. (en) « FC Barcelona Information », sur fcbarcelona.cat (consulté le 5 juin 2011)
  21. a, b, c, d et e (en) « Camp Nou : Brief history », sur fcbarcelona.cat (consulté le 16 avril 2010)
  22. « Camp Nou : histoire du stade du FC Barcelone », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 16 avril 2010)
  23. Vilaweb, L'Espanyol inaugura camp guanyant el Liverpool (3-0)(ca) (consulté le : 10-8-09)
  24. (de) « Derbi Barceloní: La Liga verurteilt Rassismus », sur sport.de,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  25. a et b « El derbi barceloní : Barselona - Espanjol 19:00 » (consulté le 11 avril 2016)
  26. a et b « Derbi barceloní au Camp Nou », sur proximus11.be,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  27. QFA, « Le Barça souffre mais s'adjuge le Derbi barceloní », sur arcinfo.ch,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  28. (es) MD, « Fútbol español: Barcelona triunfa en el gran derby de Cataluña », sur elpaisonline.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  29. « Le derby de Barcelone, une chronique interminable d’incidents et d’expulsions. », sur fcbarcelonaclan.com,‎ (consulté le 27 mars 2016)
  30. a et b Franck Berteau, Le dictionnaire des supporters: côté tribunes,‎ , 486 p.
  31. « La Ligue espagnole va punir l'Espanyol pour les incidents du derby contre le Barça », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 27 mars 2016)
  32. « La Ligue espagnole enquête sur le derby barcelonais », sur www.goal.com,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  33. a et b Alexandre Alain, « Barça-Espanyol: Suarez provoque une bagarre après le match », sur rmcsport.bfmtv.com,‎ (consulté le 27 mars 2016)
  34. Steve Kouessan, « FC Barcelone vs Espanyol 4-1 : Messi et le Barça gagnent un derby muy caliente ! », sur www.melty.fr,‎ (consulté le 6 avril 2016)
  35. « FC Barcelone : ça a chauffé dans le tunnel ! », sur www.footmercato.net,‎ (consulté le 6 avril 2016)
  36. « Barcelone: Messi se fait traiter de nain, il répond, et tout le monde rigole », sur www.20minutes.fr,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  37. « FC Barcelone-Espanyol sous très haute surveillance », sur sportune.fr,‎ (consulté le 30 mars 2016)
  38. (es) Luis Buxeres, « Espanyol-Barça: El fútbol quiere recuperar el derbi », sur lavanguardia.com,‎
  39. (es) « Espanyol aumentará la seguridad para el Derbi ante Barcelona », sur mediotempo.com,‎ (consulté le 31 mars 2016)
  40. (es) Juan Carlos Gracia, « EL Espanyol-Barça, un derbi seguro », sur sport.es,‎ (consulté le 31 mars 2016)
  41. Romain Colange, « BARÇA-ESPANYOL : SI PROCHE, SI LOIN … », sur sport24.lefigaro.fr,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  42. « FC Barcelone : le Barça remporte le derby, nouveau record pour Messi », sur tf1.fr,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  43. (en) Bostjan Cernensek, « El Derbi Barceloní – The History Behind the Barcelona Derby »,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  44. a, b, c et d Paul Dietschy, Histoire du football, Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 551),‎ (1re éd. 2010), 791 p. (ISBN 226204712X, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Heinz Duthel, FC Barcelona-Barca: Futbol Club Barcelona. Barca o Blaugrana,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]