Microsoft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 38′ 22.55″ N 122° 07′ 42.42″ O / 47.6395972, -122.12845

Microsoft Corporation
logo de Microsoft Corporation
Création à Albuquerque
Dates clés 1981 : lancement de MS-DOS
1985 : lancement de Windows 1.0
1992 : lancement de Office
2001 : lancement de la Xbox
2011 : achat de Skype
2014 : achat de Nokia mobile OY et rachat de Mojang AB
Fondateurs Bill Gates, Paul Allen
Personnages clés Bill Gates, Steve Ballmer, Paul Allen, Satya Nadella
Forme juridique Corporation
Action NASDAQ : MSFT, HKEX : 4338
Slogan Be what's next ( « Prenez de l’avance » )
Siège social Drapeau des États-Unis Redmond (Washington(États-Unis)
Direction Satya Nadella (CEO)
Activité Système d'exploitation, logiciels, jeux vidéo, téléphonie mobile, tablette/ordinateur, objets connectés
Produits Microsoft Windows, Office, Xbox, MSN, Skype, Bing, Surface, Lumia, Microsoft Band, Microsoft HoloLens, Minecraft, Claviers, Souris
Filiales Microsoft Mobile OY LTD (anciennement Nokia)
Effectif 117 354 (21 juillet 2015)[1].
Site web www.microsoft.com
Capitalisation 447,02 milliards de $ (2015)[2]
Fonds propres en augmentation 65,22 milliards d'euros (2014)
Dette Increase Negative.svg 16,85 milliards d'euros (2014)
+ 42,83%
Chiffre d’affaires en augmentation 93,58 milliards d'euros (2015)[3]
+ 7,77%
Résultat net en augmentation 12,19 milliards d'euros (2015)
+ 44,76%

Microsoft Corporation est une entreprise d'informatique et de micro-informatique multinationale américaine, fondée par Bill Gates et Paul Allen. Son activité principale consiste à développer et vendre des systèmes d’exploitation et des logiciels. Son revenu annuel a atteint 77,85 milliards de dollars sur l’exercice en 2013[4] et elle emploie 117 000 personnes dans 107 pays différents.

Le siège social de Microsoft se situe à Redmond, près de Seattle, et ses meilleures ventes sont le système d’exploitation Windows et la suite bureautique Microsoft Office. La société est parfois désignée MSFT, « la firme de Redmond » ou « Redmond » en raison de l’influence qu’a le siège social sur la région.

La stratégie commerciale de Microsoft, reposant sur la vente liée, lui a permis de diffuser son système d’exploitation Windows sur la grande majorité des ordinateurs de bureau. De nos jours, on remarque que la mission originale de Microsoft, c'est-à-dire d’avoir « un ordinateur sur chaque bureau et dans chaque maison, tournant sur Windows » est pratiquement accomplie, car Windows occupe plus de 90 % de part de marché dans le monde[5].

Microsoft possède aujourd'hui une filiale, grâce au rachat de Nokia mobile OY, cette filiale se nomme Microsoft Mobile, elle est responsable de la production et du développement technologique des smartphones de Microsoft comme les Lumia[6],[7].

Microsoft est présent dans d'autres activités, comme le moteur de recherche Bing, les périphériques (claviers, souris), et différents appareils comme la Xbox, qui est une console de jeu internationale.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le nom « Microsoft » est un mot-valise issu de la contraction de « microcomputer software », il apparaît pour la première fois dans un courrier adressé à Paul Allen par Bill Gates en juillet 1975, sous la forme « Micro-soft »[8]. Le nom sous sa forme actuelle sera déposé le 26 novembre 1976 dans l’État du Nouveau-Mexique[9]. Le siège social de cette société est situé à Redmond dans l’État de Washington ; ainsi Microsoft est parfois appelée « la firme de Redmond ».

Cette entreprise est surtout connue pour ses logiciels, comme les systèmes d’exploitation MS-DOS et Windows, la suite bureautique Microsoft Office, ses outils de développement, ses jeux vidéo, également pour divers produits matériels (périphériques pour PC, consoles de jeux Xbox, smartphones Lumia, et pour ses services Internet. (voir la liste des activités pour plus de détails) Microsoft domine depuis plusieurs années le marché des systèmes d’exploitation grand-public. Son système d’exploitation Windows, régulièrement réédité, s’est imposé comme un standard dans le domaine informatique.

Depuis le 27 mai 2010, Microsoft est la seconde capitalisation boursière du NASDAQ, derrière Apple[10]. La société emploie environ quatre-vingt-huit mille personnes à travers le monde. Elle est dirigée, depuis le , par Satya Nadella qui succède à Steve Ballmer en qualité de directeur général. C'est le troisième à occuper ce poste[11],[12].

En 2015, Microsoft est l'entreprise technologique qui a racheté le plus grand nombre de sociétés avec un total de 35 acquisitions, dépassant ainsi Google et Apple[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création et début de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Bureau de Microsoft en Allemagne

La société Micro-Soft est née en , à Albuquerque, dans le Nouveau-Mexique, du besoin de deux étudiants américains, Bill Gates et Paul Allen, de formaliser la vente de l’interpréteur de langage informatique BASIC : Altair Basic qu’ils avaient acheté à partir d’un freeware, pour ce qui est considéré comme le premier ordinateur personnel américain, l’Altair 8800, de la société MITS, avec le premier langage de programmation pour micro-ordinateur de l’histoire de l’informatique. La marque Microsoft (originalement Micro-Soft, le trait d’union disparaissant quelques années plus tard) fut déposée le [14],[15].

À l’origine, elle a été fondée pour développer et vendre des programmes informatiques BASIC pour l’Altair 8800, puis elle est devenue un des sous-traitants d'IBM. Microsoft a réussi à dominer le marché du système d’exploitation de l’ordinateur personnel avec MS-DOS au milieu des années 1980. Elle a pu ensuite s'affranchir d'IBM. L’introduction en bourse de la société, et l’envolée du prix des actions qui s’ensuivit, ont fait quatre milliardaires et environ 12 000 millionnaires parmi les employés de Microsoft[16],[17]

Au cours de son histoire, la société a été critiquée pour abus de position dominante, parfois devant la justice américaine et européenne, ou pour des copies, ces dernières critiques s'étant atténuées après la paix Apple-Microsoft de 1997[18],[19],[20].

Ce premier contrat de Microsoft représenta le véritable tour de force de Bill Gates, étant peut-être même plus important pour cette société que le rôle que jouera ensuite MS-DOS : contrairement à ce qui se faisait à l’époque, où les constructeurs achetaient aux éditeurs leurs logiciels avec tous les droits, Bill Gates et Paul Allen demandèrent de recevoir chacun trois mille dollars pour leur Altair Basic tout en restant propriétaires, et ne concédèrent qu’une licence à MITS, qui devait leur reverser trente-cinq dollars par exemplaire distribué. À titre indicatif le prix de vente de l’Altair 8800 étant de 397 dollars, la licence de Microsoft en représentait donc 8,8 %. C’est ainsi que le BASIC de Microsoft se retrouva dans deux micro-ordinateurs populaires introduits en 1977 : le PET de Commodore et le TRS-80 de Tandy[21].


Au cours de cette période, l'informatique évolue et dépend moins des "grands systèmes IBM", les constructeurs proposant une informatique plus décentralisée. En 1980, IBM s’apprêtant à lancer l’IBM PC, a demandé son BASIC (dont une version en mémoire ROM) à Microsoft. IBM a, par ailleurs, demandé à la société Digital Research, dirigée par Gary Kildall de lui fournir une version de son système d’exploitation CP/M[22].

L’histoire du contrat manqué par Gary Kildall est très controversée, cependant la version avancée par de nombreuses personnes, dont Tim Paterson, qui sera bientôt amené à travailler pour Microsoft, et la moins contestée, affirme que Kildall et son ancienne épouse, Dorothy McEwen, auraient refusé de signer un accord de confidentialité. De plus, ils ont refusé de modifier CP/M-86, ont demandé une redevance plus élevée, et surtout, le CP/M 86 étant totalement exempt de bogue, n’ont pas autorisé IBM à en modifier le codage[22].

Campus de Microsoft à Redmond (Washington)

IBM se tourna alors vers Microsoft, et voulut sous-traiter CP/M pour l’IBM PC. Le contrat avec Microsoft ne le permettant pas, celui-ci dépensa 25 000 $ en pour une licence non exclusive pour un système d’exploitation, disponible à un stade expérimental, clone de CP/M, le QDOS (Quick and Dirty Operating System, système d’exploitation vite et mal fait). En , Microsoft engagea Tim Paterson pour porter QDOS sur l’IBM PC. En , Microsoft acheta tous les droits sur 86-DOS pour cinq mille dollars. IBM vit ainsi sauvé son projet d’IBM PC, mais au prix, qu’elle ignora, de la perte de sa position dominante : cet accord va permettre de réaliser des clones, et surtout, à IBM d’empocher des redevances sur le MS-DOS pour les correctifs qu’elle y a apportés (débogage). IBM avait détenu jusqu’à 66 % du marché des mainframes propriétaires ; sa part du marché des PC ne dépassa jamais un maximum de 21 %, atteint vers 1983, puis a décliné pour placer ce constructeur derrière Dell et Compaq (aujourd’hui intégrée par Hewlett-Packard), situation devenue marginale, inimaginable en 1981[23],[24].

Microsoft vendit donc à IBM des licences pour ce système d’exploitation tiers, le 86-DOS, écrit par Tim Paterson de Seattle Computer Products pour le microprocesseur Intel 8086 (le Intel 8088 qui équipa le Compatible PC est compatible avec le Intel 8086, et juste un peu moins rapide que ce dernier, et possède le même langage machine). Le MS-DOS devint ainsi l’un des trois systèmes d’exploitation disponibles pour l’IBM PC, avec CP/M 86 (Gary Kildall mis face à une concurrence a fini par se laisser convaincre) et PC/IX, une version d’UNIX ne possédant pas de mode de protection mémoire. Microsoft a acheté pour 50 000 dollars le logiciel qui va ériger son empire, même si elle a dû en compléter le développement pour répondre au cahier des charges d’IBM. Celui-ci fut édité sous le nom d’IBM PC-DOS 1.0 lors de l’introduction des IBM PC sur les marchés anglophones, le . Étant plus léger, moins cher et rendu plus disponible que ses deux concurrents, il devint rapidement le système d’exploitation installé d’office sur les IBM PC, puis plus tard des Compatible PC[25],[26].

Comme pour le BASIC, Microsoft s’est réservé le droit de vendre des licences à d’autres constructeurs sous le nom de MS-DOS. Avec l’essor des Compatible PC dès le milieu des années 1980 (de Texas Instruments, Compaq, Seiko Epson, Thomson, Amstrad…), MS-DOS s’imposa rapidement et devient de facto la plate-forme de référence professionnelle, et un monopole, selon les points de vue. En 1987, des milliers de constructeurs de compatible PC existaient dans le monde, et tous sans exception avaient un point de passage obligé qui était le système d’exploitation de Microsoft, le plus performant de tous, dans un souci, crucial pour le monde professionnel, d’unité, de standardisation, et de portabilité de tous les ordinateurs compatible PC[27].

La montée en puissance de Microsoft[modifier | modifier le code]

D’abord simple environnement graphique pour MS-DOS, Windows est devenu entre 1993 et 2001 un système d’exploitation à part entière. Quelques coups de stratégie de marketing ne sont pas étrangers à ce succès, comme l’ajout de trois touches « Windows » sur les claviers afin de marquer celui-ci dans l’esprit du consommateur comme « étant fait pour Windows » et marginaliser ainsi le concurrent potentiel OS/2 développé par IBM, et codéveloppé initialement par Microsoft et IBM, jusqu’au divorce officiel entre les deux sociétés en . Selon Microsoft, un soin particulier a également été apporté aux questions d’ergonomie, et en particulier à la question des polices de caractères typographiques, dès les versions 3.0 (Adobe Type Manager) et 3.1 (TrueType) de Windows[28].

Bien des années plus tard, Microsoft affirmera considérer son avance sur le plan de l’ergonomie comme l’atout qui permettra à Windows de survivre face à la concurrence libre de Linux et de KDE/GNOME. De fait, Microsoft consacre une part très importante de son budget aux questions d’ergonomie : un service observe toutes les hésitations d’utilisateurs novices, pour rendre les menus plus clairs, démarche fastidieuse et rarement réalisée sur des logiciels gratuits[29].

Windows est alors devenu le standard micro-informatique de facto solidement soutenu par l’effet réseau indirect de milliers de logiciels et de périphériques matériels spécifiques à Windows qui ont nécessité des milliards de journées/hommes de développement[30].

Quelques-uns s’y risqueront : Go Software, avec un produit performant, rapide, et très riche en fonctionnalités, mais alors que beaucoup d’applications sont déjà portées ou en cours de portage sous Windows (Go se reconvertira dans les interfaces de téléphones mobiles), ou Be Inc. avec le système d’exploitation BeOS, créé par Jean-Louis Gassée, ancien patron de la R&D d’Apple. L’élaboration d’un produit capable de rivaliser avec Windows impliquerait de disposer, comme Microsoft, de revenus réguliers pendant les années nécessaires au développement d’un tel système. Or, le temps que celui-ci soit développé, Microsoft aurait déjà pris de l’avance, et éventuellement modifié les standards. La société Be propose tout de même BeOS, orienté d’emblée dans la gestion de la vidéo : ce système d’exploitation ne décollera jamais vraiment hors d’un cercle de passionnés. Et Be intentera d’ailleurs un procès antitrust contre Microsoft pour abus de position dominante, qui s’achèvera par un accord financier à l’amiable entre les deux sociétés[31],[32].

En 1986 Microsoft lance l'environnement graphique Windows 1.0, peu après la sortie des produits concurrents GEM de Digital Research et Mac OS de Apple. La version 1.0 de Windows, rudimentaire - les fenêtres ne peuvent même pas se recouvrir -, n’inquiète pas sérieusement Apple, qui ne réagit pas. La version 2.0 est une concurrence plus sérieuse, et Apple intente un procès contre Microsoft pour plagiat, peu de temps après avoir intenté un procès similaire contre Digital Research. Cette dernière usa de tous les moyens légaux pour faire traîner le procès en longueur. Apple perdit définitivement son procès contre Microsoft en appel en 1994. Apple, en situation financière délicate, menaça ensuite d'attaquer à nouveau Microsoft, ce qui aboutit à un règlement à l’amiable en 1997, au moment du retour de Steve Jobs à la tête d’Apple, appelé « paix Apple-Microsoft de 1997 l'a sorti de grosses difficultés »[33].

Siège social de Microsoft à Redmond, dans l’État de Washington (États-Unis).

Cet accord comprenait une prise de participation temporaire de Microsoft dans le capital d’Apple (à hauteur de 150 millions de dollars soit 6 % du capital de la pomme), et l’obligation pour Microsoft de développer Internet Explorer et Microsoft Office pour Mac OS au moins jusqu’en 2002. En échange, Apple abandonnait ses poursuites[34]. Pendant douze ans et demi, Microsoft a conservé le record de la plus grande capitalisation de l'histoire boursière, avec le niveau de 620,58 milliards de dollars atteint le 30 décembre 1999. Le 20 août 2012, ce record est battu par Apple, à 622,10 milliards de dollars, grâce au succès populaire de ses appareils mobiles iPhone et iPad[35].

Un facteur important de l’adoption généralisée de Windows a été son rôle d’interface non seulement graphique, mais également de pilotes. Sous MS-DOS, chaque éditeur de logiciel devait développer individuellement la gestion de tout le panel des milliers de périphériques compatible PC existants et à venir. Tâche colossale que les éditeurs de logiciels n’ont plus à gérer sous Windows dans la mesure où celui-ci se charge de gérer lui-même en standard tous les pilotes de périphériques de l’univers compatible PC[36],[22]. Le Campus Microsoft est le nom informel de siège social de Microsoft, situé au One Microsoft Way à Redmond, Washington. Microsoft d'abord déplacé sur le terrain du campus le 26 Février, 1986, semaines avant la société est devenue publique le 13 mars Le siège a depuis expérimentés multiples expansions depuis sa création[37].

On estime qu'il englobe plus de 74 kilomètres carrés (740,000 m2) d'espace de bureau et 30.000-40.000 employés[38]. D'autres bureaux sont situés à Bellevue et Issaquah (90.000 employés dans le monde). En janvier 2006, Microsoft a annoncé l'achat de campus de Redmond Safeco.(Anciennement un des principaux employeurs de Redmond, Safeco commencé à consolider ses bureaux dans le quartier universitaire de Seattle à la Tour Safeco en 2005.)[39]

En Février 2006, Microsoft a annoncé qu'il avait l'intention d'étendre son campus de Redmond par 10 kilomètres carrés (100,000 m2) à un coût de 1 milliard $ et a dit que ce serait pour créer un espace pour entre 7.000 et 15.000 nouveaux employés au cours des trois années suivantes[40].

L’histoire de Microsoft ne se résume cependant pas à celle de Windows. D’autres pans importants de l’activité de Microsoft ont permis sa croissance :

  • Ses logiciels d’application commercialisés maintenant autour de la suite Microsoft Office. Au départ, il s’agissait de Multiplan, qui concurrençait notamment Lotus 1-2-3, et Word, qui concurrençait Wordperfect. Le passage à Windows et l’intégration sous forme de suite de ces logiciels, complétés par Powerpoint, et en 1997, d’Outlook, ont permis à Microsoft de générer un nouveau pôle et une nouvelle dominance représentant un chiffre d’affaires du même ordre de grandeur que celui de Windows[41].
    Campus de Microsoft en Inde, Sud de l'Asie
  • Son activité dans les logiciels pour serveurs, qui a démarré en 1990, avec LAN Manager, un système d’exploitation réseau surcouche d’OS/2. S’ensuivit la version serveur de Windows NT, devenu Windows Server qui bénéficia un temps [42] d’une part de marché mondiale supérieure à 65 %, et qui a signé le déclin de Novell Netware qui n’a pas su s’adapter, notamment lors de l’essor de l’Internet. L’activité serveurs a été complétée par une large gamme de produits comme SQL Server (base de données), Exchange (serveur de messagerie), BizTalk Server, Operations Manager, et autres outils d’administration système. L’activité serveur représentait en 2006 23 % du chiffre d’affaires de Microsoft, et était sa principale source de croissance des revenus et profits[43],[44].
  • L’activité grand public, avec des logiciels de jeu (Flight Simulator), des encyclopédies (Encarta), des logiciels de gestion de finance personnelle (Money), une suite bureautique grand public (Works), et des matériels (souris, claviers, etc.). Cette activité a connu un développement important en 2001 avec le lancement de la Xbox, renouvelé avec le lancement fin 2005 de la Xbox 360[45], puis avec celui de la Xbox One, fin 2013.
  • L’activité Internet avec le portail MSN lancé en 1995 qui a subi plusieurs transformations depuis, avec la partie « logicielle » de MSN fournie sous la marque « Windows Live », depuis 2005. Microsoft est devenu un acteur majeur de ce marché avec Hotmail (messagerie) et surtout Live Messenger (messagerie instantanée), tout en peinant sur son moteur de recherche (Bing) face au leader de ce domaine, Google[46].
  • Les versions successives du système d'exploitation Windows (comme Windows 8 et Windows 10) intègrent certaines fonctionnalités incluses dans les précédentes versions des logiciels comme la suite bureautique Office. La firme espère ainsi réintégrer ses développements informatiques passés, à l'instar du ruban de Office 2007 que l'on trouve sous Windows 8. Les autres activités de Microsoft semblent donc avoir un rôle moteur dans le développement de Windows[47].
  • Le 16 juillet 2014, Microsoft rachète l'entreprise Mojang, connue pour son jeu Minecraft, pour 2,5 milliards de dollars[48].
  • Microsoft se positionne également sur les appareils lecteurs de flux multimédias en temps réel en lançant à partir du 31 octobre 2014 aux États-Unis le Wireless Display Adapter[49]. Concurrent direct du Chromecast de Google, le système de Microsoft s'en différencie notamment en ne nécessitant pas de réseau Wi-Fi[50], mais seulement un protocole Miracast permettant de diffuser du contenu. La clé Hdmi est commercialisée en France à partir de février 2015[51].
  • En février 2015, Microsoft rachète l'application mobile Sunrise (créé en 2012) qui permet de gérer son agenda sous différents standards (Google Calendar, ICloud ou Microsoft Exchange). Cette acquisition aurait coûté au moins 100 millions de dollars au groupe[52]. Le même mois, Microsoft acquiert N-trig, une entreprise israélienne spécialisé dans les stylos numériques pour 200 millions de dollars[53].

Le Seattle Times a rapporté au début de Septembre 2015, que Microsoft avait embauché un cabinet d'architecture Skidmore, Owings & Merrill pour commencer une refonte de plusieurs milliards de dollars du campus de Redmond, en utilisant 1,3 kilomètres carrés supplémentaires (130 000 m2) autorisées par un accord avec la Ville de Redmond[54].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Années 1970

  •  : Développement de Altair 8800 par la Micro Instrumentation and Telemetry Systems.
    Paul Allen
  •  : Gates et Allen complètent leur interpréteur Altair Basic pour l’Altair 8800.
  •  : commercialisation de l’Altair Basic.
  •  : Gates propose à Allen d’utiliser le nom « Micro-soft » pour désigner leur association.
  •  : dépôt de la marque de commerce Microsoft par Bill Gates et Paul Allen.
  •  : Microsoft commercialise un compilateur FORTRAN.
  •  : fin de l’association entre Microsoft et MITS après une longue dispute judiciaire.
  •  : Microsoft commercialise un compilateur COBOL-80.
  •  : Microsoft fonde un premier comptoir de vente outremer à Tokyo, au Japon.
  •  : le chiffre d’affaires de la société dépasse le million de dollars.
  •  : Microsoft annonce un BASIC pour le microprocesseur 8086.
  •  : Microsoft s’installe en Europe par le biais d’un représentant belge : Vector Microsoft.

Années 1980

  •  : Microsoft commercialise la SoftCard Z-80, une carte s’enfichant dans un Apple II
  •  : le gestionnaire Steve Ballmer rejoint Bill Gates et Paul Allen.
  •  : Microsoft annonce le XENIX OS, un système d’exploitation portable pour microprocesseurs 16 bits.
  •  : IBM introduit son PC, avec IBM PC-DOS 1.0.
  •  : Microsoft change de logo. Le nouveau logo reçoit un nom : le « Blibbet ».
  •  : Microsoft commercialise sa première souris. Contrairement à la souris d’Apple, elle possède deux boutons.
  •  : Microsoft ouvre ses bureaux aux Ulis en France, avec à sa tête Bernard Vergnes[55].
  •  : première version du logiciel de traitement de texte Word pour MS-DOS, l’ancêtre d’Office.
  •  : Microsoft dévoile Microsoft Windows. Il s’agit d'un complément à MS-DOS, qui permet d’ouvrir plusieurs programmes en même temps et de passer de l’un à l’autre par le biais de fenêtres.
  •  : Microsoft présente l’interface graphique Windows 1.0 pour son système MS-DOS. À cause du peu de fonctionnalités apportées, c’est un échec.
  •  : Microsoft entre en Bourse. Le cours de l’action débute à 21 $ et termine la journée à 28 $.
  •  : nouveau logo Microsoft. Les employés protestent et lancent une campagne de sauvegarde du « Blibbet ». Le nouveau logo est tout de même adopté.
  •  : commercialisation de MS OS/2, un nouveau système d’exploitation développé pour tirer parti des possibilités des microprocesseurs 286 et 386.
  •  : commercialisation de Windows 2.0, tournant sur MS-DOS. Au nombre de nouveautés : nouvelle apparence, fenêtres se superposant.
  •  : Microsoft acquiert Forethought Inc., qui produit un logiciel de présentation nommé PowerPoint.
  •  : Microsoft commercialise Excel pour Windows. Il s’agit du premier produit tournant exclusivement sous Windows.
  •  : Apple poursuit Microsoft en justice pour plagiat de « look and feel » (intuitivité) par Windows 2.0, qui lui, commence à séduire.

Années 1990

  •  : Microsoft lance Windows 3.0 et c’est le succès : 10 millions d’exemplaires vendus en 2 ans.
  •  : Microsoft devient le premier éditeur de logiciel à dépasser le milliard de dollars de vente annuelle.
  •  : premiers spots publicitaires destinés à la télévision. Ces spots vantent les mérites de Windows. Également : Microsoft et Fox Software (Foxpro) fusionnent.
  •  : Microsoft commercialise Windows 3.1. Cette version présente plus de 100 améliorations par rapport à Windows 3.0 et connaît un succès sans précédent : plus d’un million de pré-commandes !
  •  : le président américain George Bush décerne à Bill Gates la médaille nationale de la technologie pour réussite technologique et commerciale aux États-Unis.
  •  : commercialisation de Windows for Workgroups 3.1. Elle permet l’échange de courriels, des fichiers, des imprimantes et la gestion de réseaux.
    Steve Ballmer
  •  : commercialisation d’Access pour Windows.
  •  : commercialisation de Encarta, la première encyclopédie destinée à un ordinateur. Également : commercialisation de MS-DOS 6.0.
  •  : plus de 25 millions de personnes utilisent Windows à travers le monde.
  •  : commercialisation du premier Windows NT. Microsoft s’attaque au monde de l’entreprise. Également : Commercialisation de la seconde souris Microsoft.
  •  : commercialisation de Windows for Workgroups 3.11.
  •  : le magazine Fortune décerne à Microsoft le titre de « compagnie la plus innovante ».
  •  : Windows for Workgroups 3.11 devient le système d’exploitation le plus vendu. 300 000 copies ont été vendues à travers le monde.
  •  : Microsoft acquiert la montréalaise Softimage Inc. pour 30 millions de dollars[réf. souhaitée].
  •  : Microsoft choisit le nom officiel de la prochaine version de Windows (dont le nom de code est Chicago) : Windows 95.
  •  : Bill Gates annonce Microsoft Office for Windows 95, qui regroupe traitement de texte, calendrier, carnet d’adresses, courriel, etc..
  •  : Microsoft et DreamWorks SKG (Steven Spielberg) fondent DreamWorks Interactive (laquelle sera rachetée par Electronic Arts en 2000).
  •  : lancement de Windows 95. Un million de copies seront vendues quatre jours seulement après sa sortie.
  • 1996 : création de MSNBC, un partenariat entre Microsoft et la National Broadcast Corporation (NBC).
  •  : lancement de Windows NT 4.0 qui remplace Windows NT 3.11. Cette version est plus lourde que Windows 95 mais plus fiable.
  •  : lancement d’Internet Explorer 3.0, c’est le début de la fin pour Netscape.
  •  : le différend qui opposait Microsoft et Apple au sujet de la paternité (et de la propriété) de l’interface graphique.
  •  : début du procès « anti-trust » contre Microsoft aux États-Unis.
  •  : commercialisation de Windows 98, considéré à l’époque comme une révision mineure de Windows 95.
  • 1999 : Commercialisation de Windows 98 Deuxième Édition.

Années 2000

Années 2010

Microsoft Lumia 950 XL

Systèmes, logiciels et technologies[modifier | modifier le code]

Stratégie du One Windows[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Microsoft Windows.
Logo de Windows

Microsoft veut que Windows 10 harmonise l'expérience utilisateur et la fonctionnalité entre les différentes classes de périphériques, par exemple en corrigeant les lacunes de l'interface utilisateur qui ont été introduites dans Windows 8[70],[71],[72]. Ou bien encore centraliser toutes les applications autour de Windows. Cette stratégie, Microsoft la nomme "One Windows" c'est-à-dire créer un seul écosystème regroupant les Windows pour smartphones, Xbox, les objets connectés ainsi que les autres projets de Microsoft comme le casque à réalité augmentée Hololens ou le tableau interactif de réunion Surface Hub[73],[74],[75],[76],[77].

Ces applications universelles sont faites pour fonctionner sur plusieurs plates-formes et les classes de périphériques, y compris les smartphones, tablettes, Xbox, et d'autres compatible avec Windows 10[78],[79],[80].Les applications universelles de Windows, partage du code entre les plates-formes pour s'adapter aux besoins de l'appareil et des taches demandée, pour synchroniser les données entre Windows 10 et les différents appareils qui sont distribués par le Windows Store qui est lui aussi unifié[81],[82].

Les applications que Microsoft propose avec Windows 10 sont par exemple :

  • Le Windows Store qui est une boutique en ligne créée par Microsoft. Il est disponible pour Windows 8, Windows 10 et pour Windows RT. En 2015, Microsoft établi une fusion entre le Windows Store et le Windows Phone Store afin d'unifier smartphones, tablettes et PC[86]. Le 29 juillet, Microsoft ouvrit le nouveau Windows Store unifié aux développeurs. Les développeurs pourront ainsi soumettre leurs applications devenues des applications universelles afin d'être exécutées sur divers appareils Windows 10 : PC, tablette, smartphone, Xbox One voire HoloLens et Raspberry Pi. Avec Windows 10, Microsoft adopte toujours plus sérieusement sa stratégie d’applications universelles. Ainsi, des logiciels existants ont été mis à jour et de nouveaux font leur apparition tandis qu’ils peuvent désormais tous être lancés en mode fenêtré.
Logo de Cortana
  • Microsoft Edge est le nouveau navigateur web de Microsoft conçu pour remplacer Internet Explorer[87]. Contrairement à Internet Explorer, Edge est une application universelle, c'est-à-dire qu'il peut tourner sur PC, tablette et smartphone. Son nom de code, « Spartan », provenait du héros de la série de jeux vidéo Halo, le Spartan John-117. Également, le navigateur est muni d'un mode lecture. On peut aussi prendre des notes facilement depuis Microsoft Edge grâce à l'outil 'Écrire une Note Web' intégré au navigateur.

Windows est installé sur presque 90 % des ordinateurs personnels vendus dans le monde[88], et dégage actuellement 87 % de marge bénéficiaire. Néanmoins, Windows perd petit à petit des parts de marché au profit de Linux et de OS X d’Apple[89]. Mais Windows reste aujourd’hui le produit le plus rentable de l’éditeur, suivi de près par la suite Microsoft Office. À ce jour la dernière version de Windows est Windows 10. C’est la première version de Windows qui est officiellement la même sur toutes les plateformes (ordinateur de bureau, ordinateur portable, tablette tactile, smartphone, montre connectée) bien qu’il s’agisse d’une version modifiée du Windows 10 original. Microsoft a déclaré que c'est la dernière « grande » version disponible sur support physique et que les mises à jour suivantes seront disponibles gratuitement en OTA (via Internet) en tant que « service packs » nommés Windows 10.x.x. Une version spécifique, Windows 10 Mobile, sera disponible pour les appareils mobiles à processeurs ARM et dont l'écran fait moins de 8 pouces. Le système pour les tablettes de moins de 8 pouces aura donc une apparence proche de celle de Windows Phone alors que les tablettes de plus de 8 pouces auront obligatoirement une architecture 32 bits ou 64 bits et exécuteront Windows 10 pour PC. Bill Gates a appelé son service d'exploitation Windows (fenêtres), car l'innovation principale du système d'exploitation était l'emploi de fenêtres d'affichage[90].

La famille Windows Phone est un système d’exploitation mobile qui est le principal produit orienté mobiles de la firme. Il inclut des services de Microsoft comme Office, OneDrive, Xbox Live et Bing. Il intègre aussi des fonctionnalités axées vers les médias sociaux tels Facebook et Twitter. Comme Windows Phone est une nouvelle plate-forme, il n'existe aucune compatibilité avec les applications Windows Mobile. Les ventes des portables sous Windows Phone 7 sont limitées, avec seulement 3 % des ventes en 2011[91].

Les ventes de smartphones sous Windows Phone 8 partent dans une meilleure direction pour Microsoft. En effet en 2013, Windows Phone 8 dépasse les 10% de parts de marché en Europe[92] et se retrouve même devant iOS en Amérique latine[93]. Windows 10 Mobile est la version mobile du système d'exploitation Windows 10 développé par Microsoft[94]. Windows 10 Mobile succède à Windows Phone 8.1, et est conçu pour les smartphones et les tablettes tactiles d'une diagonale d'écran inférieure à 8 pouces, fonctionnant sur les architectures ARM, ainsi qu'IA-32. Sa sortie est prévue pour fin [95].

Office la suite bureautique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Microsoft Office.
Logo de la suite Office

À l’origine, c’est une suite bureautique de l’éditeur, composée de nombreux logiciels dont le traitement de texte Word, le tableur Excel, le logiciel de présentation PowerPoint, le logiciel de publication Publisher, l’outil de communication et agenda Outlook et la base de données Access. Depuis 2003, la suite Office s’est largement étendue, avec de nombreux logiciels serveurs comme Office Communication Server ou Microsoft Office Web Applications. La suite Office est aussi éditée pour le système OS X d’Apple, mais avec un nombre de logiciels réduit[96]. Office est un des logiciels les plus rentables de l’éditeur.

Dans les nouvelles versions d'Office, Microsoft axe sa stratégie sur des applications qui hébergent les données dans le Cloud, avec notamment la sortie de la licence Office 365. Cet outil en ligne permet d'avoir accès à de nombreuses ressources, telles que la suite Office 2016 (version en ligne ou locale), SharePoint, Office Online, OneNote, OneDrive, etc., en fonction du niveau de licence acquis.

Office Online, est une version en ligne gratuite de Microsoft Office accessible depuis un navigateur web, et dont certaines fonctionnalités sont toutefois réduites par rapport aux logiciels de la suite Office installés sur un ordinateur. Office Online regroupe ainsi les services en ligne Word Online, Excel Online, PowerPoint Online, OneNote Online mais aussi Outlook.com. La page d'accueil d'Office.com vous permet également d'accéder à vos espaces Contacts, Calendrier et OneDrive. Il combine les fonctionnalités traditionnelles d'Office et des fonctions de co-création en temps réel, de sorte qu'il est possible de collaborer gratuitement avec vos proches et amis sur des documents texte, présentations, feuilles de calcul et bloc-notes partagés.

Logo de Skype

Microsoft propose aussi un drive que se nomme Microsoft OneDrive qui est un ensemble de services en ligne : stockage et applications Word, Excel, PowerPoint et OneNote, dont les fonctionnalités sont toutefois réduites par rapport aux logiciels installés sur un ordinateur. Ce service a été créé en 2007 et a porté les noms Windows Live Folders, Windows Live SkyDrive, SkyDrive et enfin son nom actuel depuis janvier 2014.

Le service peut s'utiliser de deux manières : à travers un navigateur web, en téléchargeant des fichiers sur un serveur, en les récupérant sur son ordinateur au besoin et en les partageant avec des amis ou avec tous les internautes ; ou à travers le logiciel OneDrive qui permet une synchronisation rapide entre OneDrive et les supports informatiques compatibles. Ce service est une manifestation du concept de cloud computing.

Début 2012, Microsoft a annoncé l'intégration de SkyDrive dans Windows 8. En avril 2012, la capacité de stockage est abaissée à 7 Go et devient payante au-delà, avec des offres allant de 8 à 37 euros par an permettant d'atteindre jusqu'à 100 Go. Toutefois, pour les utilisateurs déjà inscrits, il était possible de demander l'extension à 25 Go gratuitement. Cette possibilité n'existe plus depuis le 1er mai 2012.

À la fin de juillet 2013, à la suite d'un procès perdu contre le groupe audiovisuel britannique British Sky Broadcasting (BSkyB), Microsoft sera contraint de changer le nom de son service de stockage en ligne[97]. Finalement, c'est le 27 janvier 2014 que Microsoft annonce le changement de nom en OneDrive. Le 18 février 2014 le nom de SkyDrive devient officiellement OneDrive.

Skype est un logiciel gratuit qui permet aux utilisateurs de passer des appels téléphoniques et vidéo via Internet, ainsi que le partage d'écran. Les appels d’utilisateur à utilisateur sont gratuits, tandis que ceux vers les lignes téléphoniques fixes et les téléphones mobiles sont payants. Il existe des fonctionnalités additionnelles comme la messagerie instantanée, le transfert de fichiers et la visioconférence.

Logo de OneDrive

En décembre 2014, Skype lance Skype Translator. Cette application permettra la traduction instantanée des communications vocales dans plus de 40 langues. Pour son lancement, les deux premières langues supportées par l'application sont l'anglais et l'espagnol[98].

Le , Microsoft[99] annonce que les utilisateurs de Windows Live Messenger seront d'ici quelques mois intégré dans Skype. Windows Live Messenger sera désactivé le premier trimestre 2013[100] (exception faite de la Chine). À cela s'ajoute un changement technologique, puisque 80 %[101] de la messagerie instantanée transiteraient par les serveurs de Messenger.

En décembre 2014, Skype lance Skype Translator. Cette application permettra la traduction instantanée des communications vocales dans plus de 40 langues. Pour son lancement, les deux premières langues supportées par l'application sont l'anglais et l'espagnol[98]. Skype est désormais intégré à la suite bureautique en ligne qui se nomme Office Online[102].

Influence sur internet[modifier | modifier le code]

Microsoft voulait être influent dans le monde d'internet comme toute société à l'époque par exemple avec Internet Explorer qui est un navigateur web équipant un peu plus de 60 % des ordinateurs du monde en (Selon StatOwl.com)[103]. La version actuelle est la version 11 avec Windows 8. Une version d’Internet Explorer est disponible gratuitement pour les systèmes Mac OS d’Apple mais le développement de cette version a toutefois été arrêtée en 2003. Néanmoins, le navigateur perd des parts de marché depuis 2004, avec l’arrivée d’autres navigateurs comme Mozilla Firefox, Google Chrome et Safari[103]. Cette baisse coïncide avec l'ajout du ballot screen en Europe, un écran obligeant le consommateur de choisir son navigateur web, une mesure imposée par la Commission européenne[104].

Logo de Bing

Notamment avec Bing, qui est le moteur de recherche développé par la société Microsoft. Il a été rendu public le . Au moment de sa sortie, en 2008, cela révélait un changement dans la stratégie commerciale de Microsoft, qui séparait son moteur de recherche de sa suite d’applications Windows Live. Dans sa version finale, Bing offre les options de recherches suivantes : sites web, images, vidéos, shopping, actualités, cartes, voyages...

Selon Microsoft, ce moteur de recherche innove en termes d’algorithmes, qui donne des résultats plus pertinents, mieux organisés et classés en rubriques thématiques[105]. De plus, de nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées, comme des comparateurs de prix[106].

L’objectif pour Microsoft avec ce quatrième moteur de recherche est de mieux concurrencer la suprématie du géant Google, le leader absolu dans ce secteur. Ce dernier compte, à la date d'avril 2009, 65,3 % de part de marché. Lors du lancement de Bing, Microsoft a prévu un budget communication compris entre 80 et 100 millions de dollars[107].

Ce moteur de recherche est intégré aux pages de MSN et Windows Live. En juillet 2009, un partenariat a été conclu entre Microsoft et Yahoo!. Cet accord prévoit que Bing fournisse son algorithme au moteur de recherche Yahoo! Search sur les portails Yahoo!.

Logo de MSN

Concernant MSN c'est un portail web offrant des sites et services Internet fourni par Microsoft. The Microsoft Network est originellement un service en ligne et fournisseur d'accès à internet commercialisé le , en même temps que la sortie de Windows 95.

MSN se présente comme une plateforme interactive, donnant à terme un accès facilité à l'ensemble des produits de Microsoft, comme Outlook.com, Skype, la suite Office en ligne et le service de stockage dématérialisé OneDrive. Facebook et Twitter sont quant à eux intégrés à l'ensemble du site afin de pouvoir communiquer et échanger des informations à tout moment par le biais des réseaux sociaux.

MSN se divise désormais en dix univers (actualités, sport, finance, lifestyle, cuisine et vins, divertissement, santé et forme, etc.). En vrac, les internautes peuvent y retrouver aussi bien les derniers résultats sportifs que des avis portant sur plus de 1,5 million de bouteilles de vin, 300.000 recettes de cuisine illustrées, mais aussi les horaires d'un vol, la météo des jours à venir ou encore les derniers cours de la bourse. Il est possible de configurer l'ensemble de ces services afin d'avoir toujours accès à tout moment ses rubriques favorites[108].

Développement et productivité[modifier | modifier le code]

Microsoft propose aussi plusieurs outils pour les entreprises comme Microsoft SQL Server qui est le système de gestion de base de données (SGBD) phare de Microsoft, codéveloppé avec Sybase jusqu’en 1994. Microsoft Access est le SGBD personnel inclus dans la suite Office, et Extensible Storage Engine est le moteur de SGBD utilisé dans des produits de la marque tels que Exchange ou Active Directory[109]. Plus d'une centaines d'outils périphériques sont disponibles, soit lors de l'installation (SQL Profiler, Database Tuning Advisor, Data Collector...), soit directement sur le site de Microsoft (SQLdiag, SQLioSim, SQL Server Best Practices Analyzer...), soit à travers le site communautaire opensource Codeplex (RML Utilities, PAL, Open DBDiff...).

Une instance de SQL Server est une installation de toute ou partie des services SQL Server sur une machine Windows et peut héberger de nombreuses bases de données. Un même OS supportant jusqu'à 50 instances différentes (ce qui n'est pas conseillé en production).

SQL Server existe en différentes éditions : CE (Compact Édition - solution embarquée pour les smartphones), Express (plusieurs déclinaisons - gratuite), Web (en mode SPLA : Service Provider License Agreement - auprès d'hébergeurs Web), Standard, BI et Enterprise - ceci pour la production. L'édition Developper (équivalente à l'édition Enterprise) est destinée au développement.

Il y a aussi Visual Studio qui est la suite de développement de la firme, incluant divers éditeurs et compilateurs, essentiellement une version améliorée de BASIC nommée Visual Basic, ainsi que des évolutions de C++ et de C#, qui constitue la réponse de Microsoft au langage Java. Cette suite permet aussi de tirer parti des fonctionnalités du .NET Framework.

Logo Visual Studio 2013

Depuis le [110], une nouvelle version apporte[111] :

  • la possibilité de se connecter avec plusieurs comptes ;
  • le développement multiplateforme mobile (IOS, Android, Windows Phone) ainsi que le déboggage ;
  • la prise en charge du débogage des applications DirectX12 pour les diagnostics des graphiques ;
  • la possibilité de se connecter à divers services (Azure, Salesforce, Office 365) ;
  • l'ajout de l'analyse dynamique ;
  • l'amélioration de l'installation d'outils d'extensibilité ;
  • l'ajout d'une fonctionnalité pour envoyer des commentaires auprès de Microsoft ;

Cette version marque une fusion entre les éditions Premium et Ultimate pour simplifier le choix : trois éditions sont disponibles : Community, Professionnel et Enterprise[112].

Le numéro de version interne de Visual Studio 2015 est 14.0 (le symbole _MSC_VER étant défini comme 1900).

Microsoft propose aussi la suite Microsoft Azure (Windows Azure jusqu’en 2014)qui est le nom de la plate-forme applicative en nuage pour entreprise de Microsoft. Son nom évoque le concept de « cloud computing » ou informatique en nuage (l'externalisation des ressources informatiques d'une entreprise vers des datacenters distants). Il s'agit d'une offre d'hébergement (applications et données) et de services (workflow, stockage et synchronisation des données, bus de messages, contacts…). Un ensemble d'API permet d'utiliser et d'accéder à cette plateforme et aux services associés. Un environnement d'exécution (le « Live Operating Environment ») permet une intégration étroite avec les principaux systèmes d'exploitation existant (Windows, Mac OS et Windows Phone).

Industrie du Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Microsoft Studios.
Scene du jeu Age of Empires

Microsoft est l’éditeur de nombreux jeux vidéo pour PC dont Flight Simulator, Age of Empires, Fable ou Viva Piñata. Un service communautaire a été lancé en 2006, « Games for Windows ». Cette gamme accueille plusieurs jeux comme Gears of War ou GTA IV, mais est abandonnée par de grands éditeurs tels THQ[113], qui justifie son retrait par des « demandes récurrentes de joueurs lassés par ce service ». En 2013, le service Games for Windows est abandonné par Microsoft, face à la concurrence d'autres plateformes comme Steam, et pour mettre en valeur les nouveaux services de Microsoft comme le Windows Store qui propose lui aussi des jeux. Il propose également DirectX, une API multimédia (vidéo, son, réseau, etc.) pour le développement d’application Windows (principalement des jeux vidéo) et aussi Silverlight qui permet de visionner des animations vectorielles (faisant ainsi concurrence à Adobe Flash Player), intégrant de l’audio et de la vidéo.

Microsoft Studios, créé en 2002 sous la dénomination Microsoft Game Studios (aussi appelé Microsoft Game Division), est une société détenue par Microsoft qui développe et édite des jeux vidéo pour les plates-formes Microsoft Windows ou les consoles Xbox, Xbox 360 et Xbox One. La société publie notamment les jeux des studios de développement internes comme 343 Industries ou Rare Ltd., mais aussi des studios de développement tiers comme BioWare ou Bizarre Creations.

Dans la semaine du 7 septembre 2014, des rumeurs circulent sur ce rachat. Aucune des deux sociétés n'a commenté cette rumeur[114]. Finalement le 15 septembre Mojang est rachetée par Microsoft pour 2,5 milliards de dollars. Mojang explique que Minecraft, leur plus grand jeu, était devenu trop difficile à gérer et que depuis 2012 il travaillait en collaboration avec Microsoft, lequel était donc le meilleur choix. Markus Persson a aussi rajouté qu'il voulait se séparer depuis longtemps de Minecraft et s' occuper d'autres jeux comme Cobalt et Scrolls. Markus Persson subissait des pressions de sa communauté quant au manque de contenu dans son jeu principal, Minecraft. Il profita donc de cette occasion pour se séparer de son entreprise, qu'il ne souhaitait plus gérer. Par ailleurs, Markus Persson a affirmé sur son blog personnel, peu après la revente de Mojang à Microsoft, qu'il n'était pas question d'argent, mais que son départ était lié à une trop forte pression due à une communauté de plusieurs millions de personnes qui suivaient de près ce qu'il faisait[115].

Le 15 septembre 2014, Microsoft acquiert la société Mojang (à l'origine du jeu Minecraft) pour 2,5 milliards de dollars. Minecraft est un jeu vidéo indépendant de type « bac à sable » développé par le Suédois Markus Persson alias Notch, puis par le studio de développement Mojang. Ce jeu vidéo plonge le joueur dans un univers réaliste mais cubique : tout est composé de blocs en 3D pixelisés. Un des principes de base consiste à exploiter les ressources naturelles (minéralogiques, fossiles, animales et végétales) pour en faire de la nourriture, des produits manufacturés ou des matériaux de construction.

Matériel et projet de Microsoft[modifier | modifier le code]

Xbox, la console de jeu[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Xbox, Xbox 360 et Xbox One.
Xbox One

Microsoft s’est lancé en 2001 dans ce secteur hautement concurrentiel, en sortant sa propre console de jeux vidéo la Xbox et en 2005 la Xbox 360. Elles proposent toutes les deux des centaines de jeux et un mode de jeu en ligne communautaire, le Xbox Live. La Xbox 360 permet également de se connecter à Windows Live Messenger, Facebook et Twitter et d’utiliser d’autres services de Microsoft. Elle peut également lire des DVD, des vidéos, ou de la musique. Depuis une récente mise à jour s'inspirant de l'interface de Windows 8, différentes applications sont arrivées sur la console comme Internet Explorer Xbox 360, YouTube, Dailymotion et différentes télés de rattrapage (TF1, Pluzz, Arte, M6...)

La Xbox 360 possède environ 30 % des parts de marché sur le marché des consoles de jeux vidéo en [116]. Elle est de plus rentable depuis 2008 pour l’éditeur[117]. Les consoles Xbox au Japon ont peu de succès, contrairement à l'Amérique du Nord. Au Japon, la Xbox 360 peine à atteindre 1 million d’unités vendues en 3 ans, alors que la PS3 s’est vendue à presque 3 millions en 2 ans, et la Wii à 7 millions en 2 ans[118]. Malgré quelques remontées en 2008 et 2009 grâce notamment à la sortie de plusieurs JRPG (en) comme Star Ocean 4 ou Infinite Undiscovery[119], elle reste loin derrière. Néanmoins, cela ne l’empêche pas d’avoir un succès dans le reste du monde[120].

La Xbox One est une console de jeux vidéo de huitième génération développée par Microsoft. Dévoilée le , elle succède à la Xbox 360 et se place en concurrence frontale avec la PlayStation 4 de Sony, et plus indirectement avec la Wii U de Nintendo. Elle est disponible depuis le dans treize pays et depuis dans vingt-six autres pays. D'abord uniquement commercialisée avec Kinect, Microsoft propose la console seule à partir du .

Lumia, le smartphone de la firme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Microsoft Lumia.

Microsoft Lumia (appelé jusqu'en 2014 Nokia Lumia) est une gamme d'appareils mobiles conçue et commercialisée par Microsoft Mobile et précédemment par Nokia. Lancée en novembre 2011, cette série de smartphones et d'une tablette tactile est le résultat de la coopération des sociétés Nokia, constructeur des téléphones, et Microsoft, concepteur du système d'exploitation Windows Phone. Le nom Lumia vient du mot finnois lumi, qui signifie « neige »[121].

À la suite du rachat de la branche mobile de Nokia par Microsoft, celui-ci annonce en octobre 2014 que désormais la gamme Nokia Lumia s’appellera Microsoft Lumia[122].

Les appareils Lumia, outre les fonctions élémentaires (téléphonie, SMS et MMS), disposent, comme leurs concurrents, d'un écran tactile capacitif multipoint, d'un appareil photo équipé d'une caméra HD, d'un système de géolocalisation intégré, d'un logiciel de cartographie numérique inclus, d'un système d'écoute et de téléchargement de la musique, d'un client Internet, d'applications bureautiques Office, d'une plateforme permettant le téléchargement d'applications mobile (Windows Store).

Comme les appareils Lumia utilisent exclusivement Windows Phone, les mises à jour de l'OS sont souvent accompagnées de mises à jour firmware lors du déploiement. Nokia et Microsoft Mobile ont publié plusieurs mises à jour firmware exclusives aux dispositifs Lumia, celles-ci sont nommées grâce à une couleur qui leur sont associées, comme : "Lumia Black". Les mises à jour peuvent contenir des améliorations logicielles de types photographies ou avancées technologiques ; mais aussi des corrections de bugs.

En Juillet 2015, Bloomberg a rapporté que Microsoft préparait une restructuration de Microsoft Mobile, qui comprend la gamme Lumia Microsoft. Microsoft a également signalé qu'il commercialisera moins de modèles[123].

Dans le cadre d'une restructuration plus importante du groupe d'ingénierie, Microsoft Devices & Studios a été fusionné avec le Groupe d'ingénierie des systèmes d'exploitation pour former le plus grand groupe d'ingénierie regroupant Windows et les périphériques, et en juillet 2015, il a été annoncé que le chef de la gamme Surface, Panos Panay serait à la tête de la nouvelle organisation Microsoft, qui comprend les Microsoft Lumia ainsi que divers autres produits matériels Microsoft tels que les Band, HoloLens, et Xbox[124]

Surface, tablette et ordinateur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Microsoft Surface.
Microsoft Surface Pro 4

Microsoft Surface est une gamme de tablettes PC conçues et commercialisées par Microsoft. Cela comprend les tablettes PC (Surface et Surface Pro), les ordinateurs portables (Surface Book), et les tableaux interactifs (Surface Hub).

La gamme Surface est donc concentrée en trois grandes lignes majeures :

  • les tablettes, dédiées aux utilisateurs ayant un budget réduit et aux étudiants
  • les tablettes Pro, dédiées aux professionnelles
  • les ordinateurs hybrides, dédiées aux professionnelles et gamers à la recherche de performances et d'exclusivités

Le Surface Hub, le tableau interactif, est lui considéré comme un produit à part, qui par son prix élevé ciblera les entreprises

Actuellement il existe 5 modèles de cette tablette avec sa déclinaison Pro. Les Surface tourne sous Windows RT, Windows 8 et Windows 10. Au mois d'octobre 2015 Microsoft annonce qu'elle sortira son premier ordinateur portable : Le Surface Book, en concurrence direct avec le Macbook d'Apple

Band, le bracelet sportif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Microsoft Band.
Microsoft Band 2

Microsoft Band est une montre connectée dévoilée le 29 octobre 2014. Disponible dès le lendemain aux États-Unis, elle est l'une des premières à fonctionner aussi bien avec Windows Phone, Android et iOS. L'utilisation de Microsoft Band avec un Windows Phone permet d'interagir avec Cortana, l'assistant personnel présent dans le système d'exploitation de la firme de Redmond, grâce au microphone intégré[125].

L'appareil se synchronise par le biais de l'application Microsoft Health disponible sur Windows Phone, Android, et iOS. Elle se connecte à un smartphone au moyen du système Bluetooth mais peut fonctionner de manière autonome puis être synchronisée avec un PC sous Windows ou un Mac.

Annoncé le , le Microsoft Band 2 est la seconde génération du bracelet connecté. Tout comme la première génération, il comprend un cardiofréquencemètre optique, un accéléromètre à 3 axes, un gyromètre, un GPS, un microphone, un photodétecteur, des capteurs de réponse corporelle, un capteur à ultraviolets, un thermomètre de peau et un capteur de déplacement capacitif ; il comprend également un nouveau capteur : le baromètre, permettant de mesurer l’altitude. Cortana est directement intégrée au bracelet.

HoloLens, le futur de Microsoft[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Microsoft HoloLens.

Présenté le 21 janvier 2015, HoloLens est un casque de réalité augmentée permettant de simuler des hologrammes qui s’intègrent dans le champ de vision de l’utilisateur. Selon Satya Nadella, dirigeant de la société, le dispositif va faire rentrer l'industrie dans l'ère de « l'informatique holographique »[126]. Le développement de Microsoft HoloLens est conduit par l’équipe d’Alex Kipman et s’est fait en partenariat avec la NASA[127]. Le casque est dévoilé par Microsoft lors de la conférence Windows 10: The Next Chapter, le . Le , Microsoft va encore plus loin et montre une démonstration en direct lors d'un événement consacré à l'avenir de Windows 10, baptisé Build 2015[128]. Le , Microsoft dévoile lors de l’E3 2015 une version de Minecraft compatible avec HoloLens. Mojang se livre même à une démonstration en direct sur scène[129]. Le , Microsoft annonce que les kits de développement pour Microsoft HoloLens seront distribués lors du premier trimestre de 2016, pour 3 000 $[130].

Le casque est un ordinateur complet équipé d’une version de Windows adaptée et compatible avec Windows 10[131]. Trois processeurs sont utilisés : le premier est le CPU principal, le deuxième est un processeur graphique (GPU) et le troisième gère les hologrammes (baptisé HPU pour « Holographic Processing Unit »)[132],[133]. Des capteurs de mouvements permettent à l’utilisateur de se déplacer en l'utilisant, le son produit par le casque est spatialisé[127]. La simulation des hologrammes fonctionne avec les gestes de l’utilisateur, une commande vocale est aussi disponible, le casque ne nécessite pas d’être connecté à Internet ou à un autre appareil pour fonctionner[134]. Il pèse environ 400 grammes.

Direction, finances et activités[modifier | modifier le code]

Dirigeants et Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Bill Gates
  • Bill Gates : cofondateur emblématique de Microsoft, avec Paul Allen, il en est l’actionnaire principal (ce qui a fait de lui l’homme le plus riche du monde de 1995 à 2008 cédant sa place à Warren Buffett avec 67 milliards de dollars selon le classement annuel du magazine Forbes ; il récupère finalement sa place de premier du classement en 2009, mais la perd à nouveau en 2010 au profit de Carlos Slim. Il redevient premier en 2014). Président et Directeur de l’Architecture Logicielle (il fut PDG de 1975 à 2000), désigné personnalité de l’année 2005 par l’hebdomadaire Time Magazine, aux côtés de sa femme Melinda et du chanteur Bono du groupe U2, pour leur participation à l’effort humanitaire en général, et particulièrement cette année-là, à la suite du tsunami de 2004 en Asie et de l’ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans[135]. Il a annoncé en qu’après une période de transition de deux ans, il se consacrera à plein temps à la Fondation Bill-et-Melinda-Gates (Bill & Melinda Foundation), tout en demeurant actionnaire, président, et conseiller de Microsoft. Bien peu d'entreprises ont eu une image liée si fortement à leur fondateur, si bien qu'il a souvent été comparé à Henry Ford et à William Rockefeller, qui furent comme lui à l'origine de nouveaux domaines économiques (véhicules particuliers et industrie pétrolière), et également d'excès de la société de consommation. C'est en tant que grande figure du marché qu'il subit son entartage par Noël Godin et ses acolytes, en 1998 à Bruxelles[136].
  • Steve Ballmer, employé de l’entreprise depuis 1980, il en devient le directeur (Chief Executive Officer) en , lorsque Bill Gates décide de prendre du recul par rapport à la gestion de la société, pour se consacrer essentiellement à la stratégie-produits. Il fait la connaissance de Bill Gates à l'Université Harvard et entre chez Microsoft en 1980. Ballmer est CEO de l'entreprise de 2000 à 2014, date à laquelle il cède son poste à Satya Nadella. Depuis le , il est officiellement le nouveau propriétaire des Clippers de Los Angeles Le 23 août 2013, il annonce qu'il prendra sa retraite d'ici un an[137].
  • Enfin, le 4 février 2014, il est remplacé à la direction de l'entreprise par Satya Nadella. Il était précédemment vice-président de la branche Cloud et Entreprise de cette entreprise, notamment responsable de la gestion et de l'évolution des plates-formes informatiques (serveurs et postes de travail), de la branche Développement et des activités cloud (dématérialisées) du groupe.

La société est dirigée par un conseil d'administration composé principalement de l'extérieur de l'entreprise, comme il est habituel pour les sociétés cotées en bourse. Les membres du conseil d'administration à partir du mois de septembre 2014 sont: John W. Thompson, Dina Dublon, Bill Gates, Maria Klawe, David Marquardt, Mason Morfit, Satya Nadella, Charles Noski, Helmut Panke et John W. Stanton[138],[139].

Les membres du Conseil sont élus chaque année lors de la réunion annuelle des actionnaires en utilisant un système de vote à la majorité.

Il y a actuellement cinq comités au sein du conseil d'administration, qui supervisent les questions plus spécifiques de l'entreprise :

Ces comités comprennent le Comité économique, qui traite des questions comptables avec la société, y compris le Comité des finances et de la comptabilité; le comité de rémunération, qui approuve la rémunération pour le chef de la direction et d'autres employés de la société; le Comité des finances, qui gère les questions financières telles que proposer des fusions et acquisitions; la gouvernance et des candidatures, qui gère diverses questions, y compris des entreprises nomination du conseil d'administration; et le Comité de conformité antitrust, qui observe les pratiques de l'entreprise et juge si la société à violé les lois antitrust[140].

Bourse, économie et finances de l'entreprise[modifier | modifier le code]

D’après les comptes annuels, le chiffre d’affaires de Microsoft s’élevait en 2005 à 39,788 milliards de dollars. C’est-à-dire une augmentation de 8 % depuis 2004.

Satya Nadella

En 2009, le chiffre d’affaires était de 58,69 milliards de dollars pour 16,26 milliards de bénéfices[141].

En 2011, le chiffre d'affaires était de 69,9 milliards de dollars (+16,04 % par rapport à 2009)[142]

Le chiffre d’affaires est réparti en 7 segments de produits : client, serveur et outils, Information Worker, Microsoft Business Solutions, MSN, Mobile and Embedded Devices, Home and Entertainment.

La partie « Client » regroupe notamment Windows XP. Elle rapporte en 2005 12 234 millions de dollars (+6 %) de chiffre d’affaires. Ceci correspond à une augmentation de 12 % du nombre de licences OEM mais celle-ci est balancée par une diminution de 9 % du chiffre d’affaires issu des ventes au détail de ces mêmes licences. Ceci indique un changement de la structure du chiffre d’affaires : le système d’exploitation est de plus en plus une vente liée à l’achat du matériel.

La partie « Serveur et Outils » contient par exemple le serveur Exchange. Son chiffre d’affaires est de 3 259 millions de dollars (+130 %) en 2005.

« Information worker » concerne essentiellement les outils bureautiques pour un chiffre d’affaires de 11 013 millions de dollars (+3 %) en 2005. Les autres segments sont soit en perte soit apportent une contribution mineure en regard des 3 premiers.

Depuis le , Microsoft est coté en Bourse, au NASDAQ : MSFT.

En , avec une valorisation boursière de 408,68 milliards de dollars, Microsoft est la 2e plus grosse valorisation boursière au monde[143].

La société, qui auparavant n’avait jamais distribué de dividende, verse 3 $ par action le . Ce versement de dividende ayant été aidé par une réduction de la taxation concernée de 35 à 15 %. La somme versée en dividendes aux actionnaires de Microsoft en 2004 approche donc les 28 milliards USD.

Données financières de Microsoft[144]
Années Nombres d'employés Capitalisation
en millions. US-$
Profit
en millions. US-$
2005 61.000 39.778 12.250
2006 71.172 44.280 12.600
2007 78.565 51.120 14.070
2008 91.259 60.420 17.680
2009 92.736 58.440 14.570
2010 88.596 62.484 18.760
2011 90.412 69.943 23.150
2012 94.290 73.723 23.600
2013 99.139 77.850 21.860
2014 128.076 86.830 22.070
2015 117.354 93.580 22.190

Avant même la polémique des années 2000 sur les stock-options, Microsoft fut l'un des premiers grands groupes à renoncer à ce type de rémunération, lui préférant le système d'actions gratuites, plus favorable à une croissance régulière, et étalée dans le temps, du chiffre d’affaires et des bénéfices. Lorsque Microsoft a lancé son public et offre publique initiale (IPO) en 1986, le prix des actions d'ouverture était de 21 $; après la journée de négociation, le prix a clôturé à 27,75 $. En Juillet 2010, avec neuf divisions d'actions de la société, des actions IPO serait multiplié par 288; Si l'on devait acheter IPO aujourd'hui compte tenu des fractionnements et d'autres facteurs, il en coûterait environ 9 cents. Le prix de l'action a atteint un sommet en 1999 à environ 119 $ (60,928 $ tenu des fractionnements).

La société a commencé à offrir un dividende le , à partir de huit cents par action pour l'exercice suivi par un dividende de seize cents par action l'année suivante, le passage de chaque année à des dividendes trimestriels en 2005 avec huit cents par action par trimestre et un paiement ponctuel spécial de trois dollars par action pour le deuxième trimestre de l'exercice financier. Bien que la société avait des augmentations des distributions de dividendes, le prix de l'action de Microsoft est resté stable pour deux ans[145],[145],[146].

Standard and Poor et Moody's ont tous deux donné une cote de AAA à Microsoft, dont les actifs ont été évalués à 41 milliards $, comparativement à seulement 8,5 milliards $ de dettes non garanties. Par conséquent, en février 2011, Microsoft a publié une obligation d'entreprise d'un montant de 2,25 milliards de $ avec des taux d'emprunt relativement faible par rapport aux obligations d'État[147].

La filiale Microsoft Mobile[modifier | modifier le code]

Quartier Général de Microsoft Mobile

Microsoft Mobile est une société multinationale de téléphone mobile et un dispositif informatique mobile de fabrication basée à Espoo, en Finlande, et une filiale en propriété exclusive de Microsoft. Il est un organe juridique qui supervise et juridiquement représente les activités dans la conception, le développement, la fabrication et la distribution de téléphones mobiles, smartphones, ordinateurs et tablettes, des accessoires et des services associés[148].

Microsoft Mobile a été créée à la suite de l'acquisition de la division Appareils et Services de Nokia par Microsoft, qui a été achevée en avril 2014. En octobre 2014, il a été annoncé que les futurs appareils Lumia porteraient le nom et le logo de Microsoft au lieu de «Nokia». Microsoft Mobile est l'une des diverses divisions de matériel de Microsoft, d'autres incluent Surface, Band, HoloLens et Xbox.

Microsoft a acquis les marques Asha et Lumia dans le cadre de la transaction, et existe également des licences de la marque Nokia de Nokia[149],[150], ainsi que le Nokia PureView et ClearBlack, Nokia Surge, Nokia Mural, et des marques de commerce de Symbian-liés ont été acquis par Microsoft. En outre l'accord inclus 8.500 brevets liés à la conception étant transférés par Nokia à Microsoft, et Microsoft seront autorisés 30.000 brevets "d'utilité" par Nokia sur une base non-exclusive pour 10 ans[151]. Alors que Microsoft conserve une licence limitée pour utiliser le nom et le logo Nokia sur les téléphones dotés, la société n'a été accordée une licence de transition pour le nom de la marque sur les smartphones Nokia[152],[153],[154].

Dans le rapport de trimestre Q3 [155] Microsoft a déclaré que leurs ventes ont augmenté de 6,5% par rapport à un an plus tôt en raison de l'inclusion de la division de combinés Nokia, la vente d'un total de 8,6 millions de combinés Lumia (une augmentation de 18% par rapport à l'année précédente ), et 25,7 millions de combinés non-Lumia qui n'a cessé de diminuer au fil des ans, mais par rapport à la précédente 3 quarts Q3 2015 a été un déclin massif à l'égard des ventes précédentes, qui est un phénomène courant après l'augmentation des ventes qui ont eu lieu durant les fêtes. En dépit de l'augmentation des ventes au cours des trimestres passés les coûts globaux de R & D, et d'autres coûts de recettes ont dépassé les ventes de 4 millions $, et Microsoft a fait une perte de 12 cents sur chaque téléphone mobile, la société a vendu avant la prise en marketing, recherche et le développement, et d'autres dépenses[156].

En Juin 2015, Microsoft a pris sur les droits à Nokia Theatre LA Live, une salle de concert de 7100 de siège à Los Angeles a été rebaptisé le Théâtre Microsoft nommer, et en tant que propriétaire de ce lieu, Microsoft serait fournir et installer les équipements AV et la rénovation des espaces publics, et place extérieure de 40,000 pieds carrés de LA Live sera connu sous le nom Microsoft Square, un lieu de 2.300 places dans le Plaza[157],[158].

Le Microsoft Talo est l'immeuble du siège social de Microsoft Mobile (anciennement partie de la Nokia Corporation), situé dans Keilaniemi, Espoo, juste à l'extérieur d'Helsinki, capitale de la Finlande. Le bâtiment était précédemment nommé Le Nokia House. Les deux régions les plus méridionales de l'immeuble ont été construits dans les années 1990 et la troisième partie la plus septentrionale a été construit en 2000. Autour de 5000 employés travaillent dans les locaux.

Sur décembre 2012, Nokia a annoncé qu'elle a vendu son immeuble de bureaux de la tête aux Exilion Finlande-basé pour 170 millions € et la location sur une base à long terme. Après l'achèvement de l'acquisition par Microsoft de l'activité de l'appareil de Nokia en avril 2014, le bâtiment a reçu son nouveau nom: Microsoft Talo[159],[160],[161].

Lieux et centres d’activités[modifier | modifier le code]

Microsoft possède des infrastructures et des bureaux partout dans le monde, même s'ils sont plus nombreux en Europe, aux États-Unis, en Inde et Chine littorale.

  • Microsoft possède un complexe à New York pour la recherche de nouveaux services.
  • Microsoft est aussi basé en Europe avec un siège à Paris en France. En , l'entreprise crée un nouveau complexe à Zurich, en Suisse, pour son développement en Europe[162],[163].
  • Plusieurs bâtiments sont placés au Proche-Orient et Moyen-Orient : en Israël, à Dubaï et au Qatar.
  • En Afrique du Sud sont présents les locaux de Microsoft pour son développement en Afrique.
  • En Asie se situant dans les villes de Hong-Kong et Tokyo.
  • Le site de Microsoft australien basé dans la ville de Sydney.
  • À l'occasion d'une visite en France, Steve Ballmer annonce le 31 aout 2013 la création d'un centre de recherche et développement à Paris. Microsoft crée à partir de 2013 un complexe de serveurs à Paris, en France, dans la zone industrielle de Aubervilliers. Une sortie du péripherique, un canal pour le refroidissement ainsi qu'une ligne de métro sont prévues. Un complexe de 18 000 m2 est installé à Paris Issy les Moulineaux. 500 millions d'euros ont été investis dans le projet[164].
  • En octobre 2010, Microsoft a annoncé près de 9 milliards de dollars d’investissement en recherche et développement (2009) et la création de data centers gouvernementaux pour son offre de cloud privé d’ici 12 à 18 mois. Pour consolider son offre cloud, Microsoft a investi 500 millions $ à Chicago en septembre 2009 et 500 millions $ à Dublin en juin 2010[165].

En , Microsoft Research a présenté sa prospective en réalité augmentée, notamment avec les projets Skinput et Light Space[166].

Le site de Microsoft France se situe à Issy les Moulineaux. Leur Campus d’Issy-les-Moulineaux incarne un engagement pour réduire leur empreinte écologique. À partir de l’été 2012, Microsoft s’est engagé à présenter un bilan carbone neutre au niveau mondial. En France, pour optimiser leur empreinte écologique, ils ont choisi d’implanter leur Campus, certifié HQE Exploitation, au cœur d’un des plus importants programmes tertiaires Haute Qualité Environnementale d’Ile-de-France. Outre son siège d'Issy Les Moulineaux, Microsoft dispose également d'un accélérateur, Microsoft Ventures[167], localisé dans le quartier parisien du Sentier.

Dans ce complexe, 1700 salariés travaillent sous les ordres de Alain Crozier. En juillet 2014, Microsoft annonce la suppression de 18 000 emplois, soit 14 % des effectifs de l'entreprise. La dernière vague de licenciements touche notamment le service informatique[168].

Environnement et condition de travail[modifier | modifier le code]

Cafétéria de Microsoft

En 2011, le Greenpeace a sorti un rapport notant les dix premières grandes entreprises dans l'informatique dématérialisée sur leurs sources d'électricité pour leurs centres de données. À l'époque les centres de données consommés en hausse de 2 % de toute l'électricité globale (mondiale) et cette quantité(montant) ont été projetés pour augmenter. Phil Radford de Greenpeace a dit "nous sommes concernés dans cette nouvelle explosion dans l'utilisation d'électricité qui pourrait nous enfermer dans des sources d'énergie vieilles, polluantes au lieu de l'énergie propre disponible aujourd'hui[169] Microsoft et d'autres leaders de l'industrie de technologie de l'information doivent embrasser l'énergie propre de faire fonctionner leurs centres de données ainsi que leurs cloud."[170] En 2013, Microsoft a consenti à acheter la totalité de la puissance produit par un projet éolien de Texas pour faire fonctionner un de ses centres de données[171].

Microsoft est classé à la 7e place dans le Guide du Greenpeace pour l'Électronique Plus verte, qui classe les 18 fabricants d'électronique selon leurs politiques sur les produits chimiques, toxiques, recyclant et sur le changement climatique[172],[173].

Le campus américain principal de Microsoft a reçu une certification d'argent de la Direction(du Leadership) dans l'Énergie et le Design(la Conception) Environnemental (LEED) le programme en 2008 et il a installé plus de 2,000 panneaux solaires en plus de ses constructions de bâtiments dans son campus de la Silicon Valley, produisant approximativement 15 % de l'énergie totale nécessaire pour faire fonctionner le campus[174].

Microsoft se sert des formes alternatives de transition pour l'écologie. Il a créé un des plus grands systèmes de bus privés du monde, qui se nomme "le Connecteur", pour transporter les gens de l'extérieur de l'entreprise pour visiter le campus, "la Navette Connecteur" comporte une grande flotte de voitures hybrides pour économiser le carburant. L'entreprise subventionne aussi le transport public régional[174],[175]. En , Microsoft a pris position pour addition du transport public supplémentaire et le véhicule électrique en libre service ainsi que le pont flottant connectant Redmond à Seattle[176].

Microsoft était le classé numéro 1 dans la liste des Meilleurs Lieux de travail multinationaux du Monde par l'Endroit formidable pour travailler par l'Institut en 2011[177].

Le siège social, d'une façon informelle connu comme « Microsoft Redmond Campus » est localisé à dans Redmond, Washington. Microsoft s'est initialement déplacé sur les terres du campus le , deux semaines avant que l'entreprise ne soit entrée en bourse le 13 mars. Le siège social a depuis éprouvé des expansions multiples depuis son établissement.

Il est évalué pour englober plus de 80 kilomètres carrées (750,000 m2) d'espace de bureau et 30,000 à 40,000 salariés travaillent sur le campus[178].

Investissement et Partenariat[modifier | modifier le code]

Logo de la Cop 21

Microsoft propose également un programme de formation et certification (Microsoft certified systems engineer, Microsoft certified solution developer, Microsoft Certified Professionaletc.). Microsoft présente aussi un programme de distribution gratuite de logiciels pour les étudiants du second degré, appelé MSDN Academic Alliance.

En France, Microsoft revendique générer avec son écosystème environ 75 000 emplois[179]. En 2013, 96 % des revenus mondiaux de Microsoft étaient générés par son écosystème de partenaires équivalent à 14 millions d'employés[180]. Microsoft signe en 2007 son premier accord de partenariat avec une université française[181].

Dans son livre blanc sur les ressorts économiques du cloud computing, Microsoft revendique plus de 600 000 partenaires dans plus de 200 pays[182]. Alors qu'en France le nombre de partenaires Gold de l'éditeur a été volontairement réduit de moitié à 239 dont 12 grossistes, Microsoft annonce investir une enveloppe de 5,8 Md$ de licences, de formations et de primes sur ses partenaires en 2011[183].

Microsoft a investi 13 millions d’euros afin de favoriser la réussite du Plan Numérique à l’École, réforme envisagé par la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Cette démarche qui s’étendra sur les 18 prochains mois qui consiste notamment à assurer des formations aux enseignants et autres cadres de l’éducation, la mise en place de plateformes collaboratives, des mises à jour matérielles mais aussi une introduction expérimentale à l’apprentissage du code[184].

Ce partenariat survient quelque temps après la visite de Satya Nadella sur Paris. Début novembre, le PDG de Microsoft avait rencontré le président François Hollande afin de s’entretenir au sujet du Plan Numérique à l’École mais aussi discuter sur l’avenir des métiers du numérique[185]. L’ambition première du projet est tout logiquement d’amener une modernisation globale du milieu éducatif. Cela passe par une refonte des méthodes d’enseignement mais aussi par un renouvellement des supports éducatifs[186],[187].

Durant ces cinq prochaines années, le fondateur de Microsoft investira 2 milliards de dollars pour soutenir les technologies vertes. Bill Gates profitera du coup d'envoi de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) pour annoncer un investissement massif dans les technologies vertes (« clean tech »)[188],[189].

Bill Gates a promis de débourser 2 milliards de dollars de sa poche durant les cinq prochaines années pour contribuer à combattre le réchauffement climatique. D'après le classement établi par Forbes, il demeure en 2015 l'homme le plus riche de la planète avec une fortune évaluée à plus de 79 milliards de dollars. On ne connaît pas encore comment ces fonds seront utilisés, mais ils soutiendront les nouvelles technologies[190],[191].

En 2015, pour concurrencer Google avec son application Santa Tracker, le NORAD met en place un partenariat avec Microsoft pour l'utilisation de son logiciel cartographique Bing Maps, en contrepartie le NORAD devra faire la promotion du navigateur web Microsoft Edge ainsi que du système d'exploitation Windows 10[192].

Marque et marketing[modifier | modifier le code]

Selon une étude BVA publiée par Capital le 23 juin 2011, Microsoft est la marque préférée des Français, juste devant Apple et Samsung. Les opérateurs Virgin Mobile et France Télécom ferment ce classement[193].

Centre Georges-Pompidou

En 2004, Microsoft demande à des Institut de recherche de faire des études indépendantes comparant le coût total de possession de Windows Server 2003 pour Linux, et les entreprises ont conclu que les entreprises trouvent plus facile à administrer Windows que Linux, ainsi ceux sous Windows aurait administrer rapidement une baisse des coûts pour leur entreprise. Cela a entraîné une vague d'études connexes, menée par le Yankee Group qui a conclu que la mise à niveau d'une version de Windows Server à un autre, coûte une fraction des coûts de commutation à partir de Windows Server pour Linux, bien que les entreprises interrogées ont noté la décroissement de la sécurité et la fragilité des serveurs Linux et le souci de se laisser enfermer dans l'aide de produits Microsoft[194].

Une autre étude, publiée par l'Open Source Development Labs, a affirmé que les études de Microsoft étaient "tout simplement pas à jour et unilatérale» et leur enquête a conclu que le coût total de possession de Linux a été plus faible en raison des administrateurs Linux qui gèrent plusieurs serveurs en moyenne[195].

Dans le cadre de la campagne "Les faits", Microsoft a mis en évidence la plateforme de trading de .NET Framework qu'il avait développé en partenariat avec Accenture pour la Bourse de Londres, affirmant qu'il a fourni des "cinq neuf" fiabilité. Après avoir subi les temps d'arrêt prolongé et de fiabilité, le LSE a annoncé en 2009 qu'il avait l'intention de déposer sa solution Microsoft et passer à un basé sur Linux en 2010[196],[197].

En 2012, Microsoft a embauché un sondeur politique nommé Mark Penn[198]. Il a créé une série de publicités négatives ciblant l'un des principaux concurrents de Microsoft, Google. Les annonces, appelés "Scroogled", pour tenter de faire remarquer au monde que Google est dangereux[199] pour les consommateurs, avec les résultats de recherche truquées pour favoriser les annonceurs payés de Google, que Gmail viole la vie privée de ses utilisateurs, de placer les annonces liées au contenu de leurs courriels ainsi que les résultats commerciaux qui favorisent les produits Google[200].

Du 5 et 18 octobre 2015, Microsoft France met en place une opération de séduction à Paris avec son "Windows Cube", afin de promouvoir son nouveau système Windows 10. Situé sur le parvis de Beaubourg devant le Centre Pompidou, ce lieu permet de découvrir une gamme de nouveaux produits pour Windows 10, et de se familiariser avec ses fonctionnalités telles que Cortana, Windows Hello, le mode Continuum ou encore le navigateur Edge à travers différents pôles expérientiels[201].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Le , Microsoft a dévoilé le nouveau logo de l'entreprise à l'ouverture de sa 23e boutique Microsoft Store à Boston indiquant le changement de cap de la société et de mise au point du style classique à l'interface moderne qui utilisera la plate-forme Windows, Windows Phone et la Xbox One.[202],[203],[204],[205].

Controverses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Facts About Microsoft
  2. http://www.boursorama.com/bourse/profil/resume_societe.phtml?symbole=1rAMSF
  3. http://www.boursorama.com/bourse/profil/profil_finance.phtml?symbole=1rAMSF
  4. (en) Fast Facts About Microsoft, rapport de Microsoft, dernière mise à jour le , consulté le .
  5. (fr) [1], rapport de force du système de Microsoft, dernière mise à jour le , consulté le .
  6. [2]
  7. [3]
  8. (en) The History of Microsoft - 1975 - Microsoft
  9. (en) The History of Microsoft - 1976 - Microsoft.
  10. Bourse : c’est historique, Apple vaut plus cher que Microsoft, Branchez-vous.com, publié le 27 mai 2010.
  11. Jérôme Lefilliâtre, Qui est Satya Nadella, le nouveau patron de Microsoft ?, Challenges, 4 février 2014
  12. (en) « Annonce sur le site de Microsoft »
  13. (fr) « Microsoft a racheté plus de sociétés que Google et Apple en 2015 », sur lesechos.fr (consulté le 8 mars 2016)
  14. Roy A. Allan, A History of the Personal Computer,‎ (ISBN 0-9689108-0-7, lire en ligne)
  15. « Microsoft Company History »
  16. (en) The Microsoft Millionaires Come of Age, article du New York Times du 29 mai 2005, consulté le 20 février 2008.
  17. Martin Finucane, « Harvard Square newsstand sold the magazine that started a revolution », Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  18. « Microsoft follows Apple into the retail business », CNET, CBS Interactive,‎ (consulté le 17 juillet 2010)
  19. Gaynor, Tim, « Long lines as Microsoft opens retail store », Reuters, Thomson Reuters,‎ (lire en ligne)
  20. Mintz, Jessica, « Windows 7 operating system makes its debut », NBCNews.com, NBCUniversal,‎ (lire en ligne)
  21. « Bill Gates: A Timeline », BBC News, BBC,‎ (lire en ligne)
  22. a, b et c Engines that move markets,‎ (ISBN 9780471205951, lire en ligne)
  23. « Microsoft to Microsoft disk operating system (MS-DOS) », Smart Computing, Sandhills Publishing Company, vol. 6, no 3,‎
  24. Mark Blaxill et Ralph Eckardt, The Invisible Edge: Taking Your Strategy to the Next Level Using Intellectual Property, Portfolio Hardcover,‎ (ISBN 1-59184-237-9, lire en ligne)
  25. Athow, Desire, « Microsoft Windows 3.0 Is 20 Years Old Today!!! », ITProPortal,‎ (consulté le 4 avril 2012)
  26. Waner, Jim, « Novell Files WordPerfect Suit Against Microsoft », internetnews.com,‎ (lire en ligne)
  27. « Competitive Impact Statement : U.S. v. Microsoft Corporation », Justice.gov (consulté le 11 mai 2011)
  28. « U.S. v. Microsoft: Timeline », Wired,‎ (lire en ligne)
  29. Dyar, Dafydd Neal, « Under The Hood: Part 8 », Computer Source,‎ (lire en ligne)
  30. Poundstone, William, « Square Manhole Covers and Crazy Questions », G4TV.com,‎ (lire en ligne)
  31. Markoff, John, « Fears of Misuse of Encryption System Are Voiced », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  32. Stajano, Frank, « Security for whom? The shifting security assumptions of pervasive computing », Software Security—Theories and Systems, Springer-Verlag Berlin Heidelberg, vol. 2609,‎ , p. 16–27 (ISBN 978-3-540-00708-1, DOI 10.1007/3-540-36532-X_2, lire en ligne)
  33. [4]
  34. Charles Arthur, « Microsoft falls behind Apple for first time in 20 years | Technology », London, The Guardian,‎ (consulté le 11 mai 2011)
  35. Solveig Godeluck, « Apple, première capitalisation boursière de toute l'Histoire », Les Échos,‎
  36. Thurrott, Paul, « Windows Server 2003: The Road To Gold », winsupersite.com, Penton Media,‎ (consulté le 15 juillet 2010)
  37. Fast Facts About Microsoft
  38. « Facts About Microsoft », Microsoft (consulté le 21 juillet 2015)
  39. Todd Bishop, « Microsoft makes a deal for Safeco's Redmond campus », Seattle Post-Intelligencer,‎ (lire en ligne)
  40. Brier Dudley, « Microsoft speeding up plans for huge campus redevelopment », The Seattle Times,‎ (lire en ligne)
  41. Gerald Wee, « Steve Ballmer on management style », ITWorld, IDG,‎ (lire en ligne)
  42. [5]
  43. Robert Vamosi, « Windows Vista Ultimate review », CNET, CBS Interactive,‎ (consulté le 4 avril 2012)
  44. « Vista gives Microsoft view of record profit », Edinburgh Evening News, Johnston Press,‎ (consulté le 1er février 2009)
  45. « AFP:EU hits Microsoft with record 899 million euro antitrust fine », Google News, Google,‎ (lire en ligne)
  46. « Microsoft Chronology », CBS News, CBS Interactive,‎ (lire en ligne)
  47. (fr) Le ruban de Windows 8 - Windows8.free.fr
  48. Lee Hutchinson, « It's official: Microsoft acquires Mojang and Minecraft for $2.5 billion », Ars Technica (consulté le 19 septembre 2014)
  49. http://www.clubic.com/television-tv/tv-connectee/actualite-729005-microsoft-wireless-display-adapter-vs-chromecast.html
  50. http://www.begeek.fr/microsoft-devoile-wireless-display-adapter-concurrent-du-chromecast-146875
  51. « La clé HDMI de Microsoft diffusant l'écran du mobile sur la TV sort en France », Numerama,‎
  52. « Microsoft Is Acquiring Calendar App Sunrise For North Of $100 Million », TechCrunch,‎
  53. Microsoft buys Israeli digital pen maker N-trig: report, Reuters, 12 février 2015
  54. Hui-yong Yu et Dina Bass, « Microsoft considers multibillion-dollar overhaul to Redmond campus », The Seattle Times,‎ (lire en ligne)
  55. Daniel Ichbiah, Bill Gates et la saga de Microsoft, Pocket,‎ , p. 43
  56. Microsoft essaie de décrocher la lune et d’augmenter ses capacités mobiles avec l’acquisition prévue de MobiComp, Biz-Affaire, publié le 26 juin 2008.
  57. Microsoft Bing est en ligne mais ne fait pas encore bang !, ZDNet.fr, publié le .
  58. Windows 7 : lancement le jeudi 22 octobre, ZDNet.fr, publié le 3 juin 2009.
  59. Office 2010 bêta : premier aperçu en images, 01net.com, publié le 18 novembre 2009.
  60. Ericsson to buy Microsoft IPTV business, Niklas Pollard et Sven Nordenstam, Reuters, 8 avril 2013
  61. http://www.microsoft.com/en-us/news/press/2013/aug13/08-23AnnouncementPR.aspx
  62. Microsoft to acquire Nokia's handset business for 7,2 billion $, Reuters, 3 septembre.
  63. AOL adopte Bing jusqu'en 2026 et devient la régie publicitaire de Microsoft, Kevin Hottot, Next Inpact, 1er juillet 2015
  64. Microsoft abandonne une partie de ses ambitions dans la publicité en ligne, Jérôme Marin, Le Monde, 2 juillet 2015
  65. Microsoft supprime 18 000 emplois, dont 12.500 chez Nokia, Julien Dupont-Calbo, Les Échos, 17 juillet 2014
  66. Microsoft to buy Minecraft maker Mojang for $2.5 billion, Mia Shanley et Bill Rigby, Reuters, 15 septembre 2014
  67. Microsoft to buy Israeli cyber security firm Adallom: report, Reuters, 20 juillet 2015
  68. [6]
  69. [7]
  70. Tom Warren, « Microsoft's universal apps are now called Windows apps »,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  71. « Windows 10 review: Technical Preview (January 2015) », sur PC Pro (consulté le 7 février 2015)
  72. « Windows 10 Settings Menu: The System tab », sur CNET (consulté le 7 février 2015)
  73. « This is Windows 10 for phones », sur The Verge, Vox Media (consulté le 22 janvier 2015)
  74. Sebastian Anthony, « Don’t call them Metro: Microsoft rebrands Universal apps as "Windows apps" », Ars Technica, Condé Nast,‎
  75. « Guide to Universal Windows Platform (UWP) apps », sur MSDN, Microsoft (consulté le 12 août 2015)
  76. [8]
  77. [9]
  78. « Windows 10 Technical Preview 2: Configure Tablet Mode », sur Thurrott.com (consulté le 16 juillet 2015)
  79. « Windows 10 Technical Preview 2: Continuum and Tablet Mode », sur Thurrott.com (consulté le 16 juillet 2015)
  80. Zack Bowden, « Windows 10: The tablet experience is better than ever (with video) », sur WinBeta (consulté le 16 juillet 2015)
  81. Bright Peter, « Microsoft's next attempt to fill the Windows 10 app gap: Web app apps », sur Ars Technica, Condé Nast,‎
  82. « Here's how Microsoft hopes to get Android and iOS phone apps into its Windows 10 Store », sur ZDNet (consulté le 3 mai 2015)
  83. « Découvrez Cortana pour Windows Phone - Aide et Astuces Windows Phone (France) », sur Windows Phone France (consulté le 29 novembre 2014)
  84. (en) Tom Warren, « This is Cortana, Microsoft’s answer to Siri », sur The Verge,‎ (consulté le 5 mars 2014)
  85. Vincent Hermann, « L'assistant vocal Cortana de Windows Phone 8.1 se dévoile en images », sur PC INpact,‎ (consulté le 5 mars 2014)
  86. http://www.itespresso.fr/unification-de-windows-microsoft-prepare-une-operation-threshold-70422.html
  87. « Exclusive: First look at Microsoft’s brand new ‘Spartan’ project for Windows 10 », sur bgr.com,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  88. (en) OS Statistics, sur W3Schools.
  89. Parts de marché : OS X en hausse, Windows en baisse, Clubic, publié le 5 février 2008.
  90. Les notions de fenêtrage ont été auparavant décrites dans le livre "L'ergonomie du logiciel sur micro-ordinateur" de Didier Hallépée (éditions L'impensé radical, 1980) et utilisées notamment dans le progiciel de Gestion de stock de Bijouterie Geistock fonctionnant sur Pet de Commodore et dans les solutions de comptabilité marchandise déployées dès 1983 dans l'ensemble des magasins Prisunic sur ordinateurs Sirius puis IBM PC
  91. (en) Windows Mobile 7 Sales Data Show Slow Initial Sales, blog mobile please, 14 février 2011
  92. (fr)« Windows Phone dépasse 10% de parts de marché en Europe », sur windowsphonecorner.com (consulté le 24 décembre 2013)
  93. (fr)« Windows Phone confirme face à iOS en Amérique Latine », sur windowsphonecorner.com (consulté le 24 décembre 2013)
  94. « Windows 10 : où en est la version mobile ? », sur clubic.com (consulté le 11 juin 2015)
  95. « Microsoft prévoit Windows 10 Mobile pour fin septembre », sur nextinpact.com (consulté le 11 juin 2015)
  96. Configuration minimale requise pour Microsoft Office pour Mac 2011
  97. « Microsoft va devoir renommer son service SkyDrive »
  98. a et b (en) « Skype’s real-time translator goes live for registered users on Windows 8.1 »
  99. http://blogs.skype.com/en/2012/11/skypewlm.html
  100. http://www.place4geek.com/blog/2013/01/msn-windows-live-messenger-sarretera-le-15-mars-2013-que-faire/
  101. http://www.theverge.com/2012/11/5/3603014/windows-live-messenger-retirement-skype
  102. [10]
  103. a et b L’avance d’Internet Explorer sur ses concurrents diminue encore, CNET France, 3 février 2009. Consulté le 21 février 2009.
  104. « zdnet.fr - Internet Explorer en recul en France depuis la diffusion du ballot screen »
  105. http://news.cnet.com/8301-17939_109-10251432-2.html
  106. Communiqué de presse, Microsoft lance un nouveau service de recherche sur Internet www.bing.com
  107. Avec Bing, Microsoft repart à l'assaut de Google, lemonde.fr
  108. « Msn », sur Msn,‎ (consulté en 2102014)
  109. (en) Jim McBee, Barry Gerber, Microsoft Exchange server 2003, John Wiley and Sons - 2004, (ISBN 978-0-7821-4250-1)
  110. (en)"Visual Studio 2015 RTM | Release Note"
  111. (en)"What's New in Visual Studio 2015"
  112. (fr)"Microsoft simplifie sa gamme Visual Studio 2015 et reconduit l'édition Community
  113. THQ abandonne Games for Windows Live, Mathieu Chartier, Gamepro.fr, 16 septembre 2010.
  114. (en) Evelyn M. Rusli, Shira Ovide, Sven Grundberg, Joann S. Lublin, « Microsoft Near Deal to Buy Minecraft Maker Mojang », The Wall Street Journal, 9 septembre 2014.
  115. (en) « I’m leaving Mojang », sur Notch.net,‎ (consulté le 21 novembre 2014).
  116. (en) source : VG Chartz.[réf. insuffisante]
  117. Oui, la Xbox 360 est rentable, Gamekyo, 20 juillet 2008. Consulté le 21 février 2009.
  118. Site d’informations concernant les ventes de consoles de jeux vidéo.[réf. insuffisante]
  119. www.gamekult.com Remontée de la Xbox 360 avec Star Ocean 4.
  120. www.vgchartz.com Elle reste globalement devant la PS3 dans le monde comme elle est sortie un an avant.[réf. insuffisante]
  121. Rich Edmonds, « Some interesting "Did you know..." facts about Nokia. », Windows (Phone) Central,‎ (lire en ligne)
  122. « Microsoft n'utilisera bientôt plus le nom de Nokia », sur Figaro interactif,‎
  123. « Microsoft to Cut Jobs, Take $7.6 Billion Writedown on Nokia », sur Bloomberg News (consulté le 8 juillet 2015)
  124. Pradeep Viswav, « Surface Chief Panos Panay Is Taking Over Engineering For All Of Premium Devices Including Lumia Windows Phones. », Windows Mobile PowerUser,‎ (lire en ligne)
  125. (en) John Callaham, « Joe Belfiore: Windows Phone team worked to add Cortana to Microsoft Band », sur Windows Central,‎
  126. (en) « At Windows 10 Event, Microsoft Jumps Into Augmented Reality With HoloLens Headset », sur NY Times
  127. a et b « Face aux Google Glass, Microsoft proposera ses casques HoloLens », sur Les Échos.fr,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  128. « HoloLens : Nouvelle démo, fonctionnalités et partenaires », sur Casques-VR.com,‎ .
  129. Julien L., « Minecraft sur HoloLens : un couple impressionnant », sur Numerama,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  130. Xavier Eutrope, « Surface Pro, Surface Book, Lumia : Microsoft répond à Apple », sur Figaro interactif,‎ (consulté le 10 octobre 2015)
  131. Laszlo Perelstein, « Réalité augmentée : Microsoft à la frontière de l'Oculus et des Google Glass », sur latribune.fr,‎ (consulté le 23 janvier 2015)
  132. Julien L., « HoloLens : Microsoft dévoile un casque holographique », sur numerama.com,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  133. Raphaële Karayan, « HoloLens: le masque de réalité virtuelle de Microsoft va-t-il révolutionner l'informatique? », sur lexpansion.lexpress.fr,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  134. Le HuffPost avec AFP, « Windows 10 et lunettes "HoloLens" : les nouveaux paris de Microsoft pour se réinventer », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  135. (en) The Good Samaritans, time.com, 19 décembre 2005.
  136. France 3 - 19/20, « Bill Gates entarté », sur ina.fr,‎
  137. http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/le-patron-de-microsoft-steve-ballmer-va-prendre-sa-retraite-d-ici-un-an_399277.html
  138. « Microsoft appoints activist investor Mason Morfit to board », Reuters,‎ (lire en ligne)
  139. « Microsoft Board of Directors », PressPass, Microsoft (consulté le 6 septembre 2014)
  140. « Microsoft Corporation Corporate Governance Guidelines », Microsoft,‎ (consulté le 18 juillet 2010)
  141. (en)2010 - The Global 2000 - Profits list, Forbes, publié le 21 avril 2010. Consulté le 26 décembre 2010.
  142. Alternatives économiques no 329 novembre 2013
  143. Microsoft est redevenu la 2e plus grosse valorisation boursière, Journal du Net, 17 novembre 2014
  144. [11]
  145. a et b « Dividend Frequently Asked Questions », Microsoft (consulté le 18 août 2008)
  146. « Yahoo MSFT stock chart », Yahoo Finance (consulté le 13 décembre 2008)
  147. « Microsoft sells $2.25 billion of debt at low rates », Reuters,‎
  148. « Dead Pink phone fallout hits Microsoft's top brass », The Register,‎
  149. « Nokia Lumia 710 hands-on (video) », Engadget (consulté le 8 novembre 2012)
  150. Amar Toor, « Nokia announces the Lumia 800 », 012, Engadget,‎ (lire en ligne)
  151. Mary Jo Foley, « Microsoft and Nokia weave an entangled patent web. », ZDNet,‎ (lire en ligne)
  152. Michael John, « Microsoft announces Lumia », sur Cellz, Cellz (consulté le 13 novembre 2014)
  153. « Capitulation: Nokia adopts Windows Phone 7 », =Ars Technica,‎ (consulté le 12 février 2011)
  154. Brian Fung, « Is Nokia about to become a patent troll? », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  155. Shira Ovide, « Microsoft Outperforms Its Low Growth Expectations, ‘We did a little bit better in lots of places,’ financial chief says. », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  156. Aman Jain, « Is Microsoft Corporation Planning To Write Off Nokia Acquisition?Microsoft may be planning to write-off part of the amount paid for the Nokia acquisition, and the announcement could come by July. », Value Walk,‎ (lire en ligne)
  157. August Brown, « L.A. Live's Nokia Theatre changes name to Microsoft Theater. », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  158. Adam Sohn, « L.A. LIVE's Home Of Concerts And Award Shows Renamed Microsoft Theater. », Bloomberg Business,‎ (lire en ligne)
  159. « Official: Nokia to sell and lease back of Nokia House », InfaTech,‎
  160. Nokia House now has Microsoft Branding
  161. Microsoft Talo
  162. www.microsoft.com
  163. Christian P. Illek
  164. [12]
  165. Enterprise Cloud Economics, novembre 2010, page 5.
  166. France : Microsoft techdays du 10 février 2011
  167. http://www.frenchweb.fr/nouvelle-promotion-microsoft-ventures/180618
  168. http://www.zdnet.fr/actualites/microsoft-procede-a-de-nouveaux-licenciements-39817494.htm
  169. « Dirty Data Report Card », Greenpeace (consulté le 22 août 2013)
  170. "Amazon, Microsoft: Let's keep 'the cloud' clean", Phil Radford
  171. "Microsoft looks to boost eco credentials with wind-powered data centre", Suzanne Goldenberg
  172. « Guide to Greener Electronics – Greenpeace International (16th Edition) », Greenpeace International (consulté le 3 avril 2012)
  173. « Ranking tables October 2010 – Greenpeace International », Greenpeace International (consulté le 24 janvier 2011)
  174. a et b Mills, Elinor, « Microsoft vs. Google: Who's greener? », CNET, CBS Interactive,‎ (lire en ligne)
  175. « Fostering Alternative Ways to Commute at Microsoft », Microsoft
  176. « Seattle hires consultant to look at 520 bridge plan », King5 Television News,‎ (lire en ligne)
  177. Janet I. Tu, « Microsoft Pri0 | Microsoft named best multinational workplace », 012, Seattle Times Newspaper,‎ (lire en ligne)
  178. Fast Facts About Microsoft. Microsoft.com. Retrieved on 2013-08-25.
  179. Attachée à sa démarche partenariale originelle, Microsoft France génère avec son écosystème environ 75 000 emplois au cœur de l’économie du logiciel
  180. Quizz spécial France 2020, Ed. MEDEF, août 2014, #1, page 46.
  181. « Microsoft signe un partenariat avec une université française », sur lesechos.fr (consulté le 6 octobre 2014)
  182. Enterprise Cloud Economics, novembre 2010, page 23.
  183. Valery Marchive, Microsoft investit 5,8 Md$ dans son réseau de partenaires, LeMagIT, 23 juillet 2011
  184. [13]
  185. [14]
  186. [15]
  187. [16]
  188. [17]
  189. [18]
  190. [19]
  191. [20]
  192. [21]
  193. http://www.tomsguide.fr/actualite/Free-High-Tech-France,33516.html
  194. Bishop, Todd, « Studies on Linux help their patron: Microsoft », Seattle Post-Intelligencer, Hearst Seattle Media, LLC,‎ (lire en ligne)
  195. Jaques, Robert, « Linux fans hit back at Microsoft TCO claims », vnunet.com,‎ (lire en ligne)
  196. David M. Williams, « London Stock Exchange gets the facts and dumps Windows for Linux », ITWire,‎
  197. « London Stock Exchange Rejects .NET For Open Source », Slashdot,‎
  198. Nick Wingfield, « Microsoft Battles Google by Hiring Political Brawler Mark Penn », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  199. « Scroogled: Why So Negative, Microsoft? », TechCrunch,‎ (consulté le 18 avril 2014)
  200. Kashmir Hill, « Googlers Love Microsoft's 'Scroogled' Gear. Mug and Shirts Sell Out. », Forbes,‎
  201. (fr) [22], article du SortiràParis du 29 octobre 2015, consulté le 29 octobre 2015.
  202. Steven H. Eric, « NEW MICROSOFT LOGO REVEALED », Flapship.com,‎ (consulté le 23 août 2012)
  203. « Microsoft's new logo has ties to the past »
  204. « Microsoft's logo is not new, it's from 1995 »
  205. Jeffrey Meisner, « Microsoft Unveils a New Look », The Official Microsoft Blog,‎ (consulté le 23 août 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]