Samuel Eto'o

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samuel Eto'o
Samuel 2011.jpg
Samuel Eto'o en 2011.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Turquie Antalyaspor
Numéro 9
Biographie
Nom Samuel Eto'o Fils
Nationalité Drapeau : Cameroun Camerounais
Drapeau : Espagne Espagnol
Nat. sportive Drapeau : Cameroun Camerounais
Naissance (35 ans)
Lieu Nkon (Cameroun)
Taille 1,8 m (5 11)
Période pro. depuis 1997
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
- Drapeau : Cameroun UCB Douala
1996 Drapeau : Cameroun Kadji Sport
1996-1997 Drapeau : Espagne Real Madrid Castilla
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1997-2000 Drapeau : Espagne Real Madrid 006 00(0)
1997-1998 Drapeau : Espagne CD Leganés 030 00(4)
1999 Drapeau : Espagne RCD Espanyol 000 00(0)
2000-2004 Drapeau : Espagne RCD Majorque 165 0(70)
2004-2009 Drapeau : Espagne FC Barcelone 199 (130)
2009-2011 Drapeau : Italie Inter Milan 102 0(53)
2011-2013 Drapeau : Russie Anji Makhatchkala 073 0(36)
2013-2014 Drapeau : Angleterre Chelsea FC 035 0(12)
2014-2015 Drapeau : Angleterre Everton FC 020 00(4)
2015 Drapeau : Italie Sampdoria 018 00(2)
2015- Drapeau : Turquie Antalyaspor 034 0(21)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
- Drapeau : Cameroun Cameroun cadets
- Drapeau : Cameroun Cameroun juniors
1997-2014 Drapeau : Cameroun Cameroun 118 0(56)
2000 Drapeau : Cameroun Cameroun olympique 006 00(1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 16 mai 2016

Samuel Eto'o Fils, né le 10 mars 1981 à Nkon, est un footballeur international camerounais évoluant au poste d'attaquant à Antalyaspor. Il possède également un passeport espagnol (ce qui est théoriquement strictement interdit par le code de nationalité camerounaise)[1].

Considéré comme l'un des meilleurs footballeurs au monde de sa génération et l'un des meilleurs joueurs africains de tous les temps, Samuel Eto'o a marqué 130 buts en cinq saisons avec le FC Barcelone. En 2009 avec le club espagnol, puis en 2010 avec l'Inter Milan, il est devenu le premier et le seul joueur à remporter deux triplés (Championnat-Ligue des champions-Coupe) consécutifs. Il est le seul joueur en activité avec Cristiano Ronaldo, Raúl et Lionel Messi à avoir réussi à marquer dans deux finales de Ligue des champions et le quatrième joueur, après Marcel Desailly, Paulo Sousa et Gerard Piqué, à avoir remporté la Ligue des champions deux années de suite avec deux équipes différentes, il est aussi le seul Africain à l'avoir remportée à trois reprises. Il est considéré comme le meilleur numéro 9 de l'histoire du FC Barcelone par le club et ses socios.

Avec l'Ivoirien Yaya Touré, ils sont les deux seul joueurs à avoir reçu à quatre reprises, le titre de Ballon d'or africain de l'année en 2003, 2004, 2005 et 2010 ; l'ivoirien étant le seul à l'avoir remporté quatre fois de suite. Samuel Eto'o a remporté les Jeux olympiques 2000 de Sydney, il a gagné les CAN 2000 et 2002, et a participé à la coupe du monde 1998, à la coupe du monde 2002, à la coupe du monde 2010 et enfin à la coupe du monde 2014. Il est le meilleur buteur de l'histoire des Lions indomptables et meilleur buteur de l'histoire de la Coupe d'Afrique des nations, ainsi que le meilleur buteur de l'histoire du RCD Majorque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts au Cameroun[modifier | modifier le code]

Natif de Nkon, banlieue de Yaoundé, Samuel Eto'o Fils effectue ses premiers pas dans le quartier de Mvog-Ada, l'un des plus démunis de la capitale camerounaise. Pour offrir une vie plus confortable à ses six enfants (trois garçons et autant de filles), Eto'o père, comptable de métier, conduit les siens à Douala. La famille s'installe à Newbell, quartier sensible de la cité portuaire. Sur les terrains vagues bosselés, Samuel, fan de Roger Milla, dribble en liberté avant de rejoindre l'Union camerounaise des Brasseries de Douala. À treize ans et demi, l'attaquant impose son style en D2. Une poignée de buts et il débute avec les Cadets camerounais, avant d'être surclassé[2].

Débuts ratés en France[modifier | modifier le code]

Alors qu'il n'a que quinze ans, Samuel Eto'o rejoint la France pour tenter sa chance dans un club européen[3]. Arrivé à Marseille, il passe par Carpentras avant de rejoindre la capitale[3]'[4]. Il ne dispose alors que d'un visa de dix jours, bien insuffisant pour s'installer à Paris et ne peut pas sortir régulièrement de son appartement, pour ne pas risquer d'être refoulé[3]'[5]'[4]. Malgré les difficultés d'intégration et celles liées au climat, Eto'o reste plusieurs mois à Paris avec sa famille[6] et tente sa chance et demande à intégrer le centre de formation du Paris Saint-Germain[5]'[3]. Sans-papiers, le club parisien refuse de le recruter[3]'[5].

Il rentre au Cameroun et intègre l'école de football de la Kadji Sport Academies basée à Douala, capitale économique[7] et principal port d'entrée au Cameroun, où il est repéré par les formateurs du club[8]'[3]. Alors qu'il est l'un des meilleurs espoirs de la région, le club du Havre, en partenariat avec l'académie, l'invite à un essai, en Normandie[3]. Eto'o reste près d'une semaine sur place mais n'est pas retenu[3]. Jean-Pierre Hureau, alors président du club admonestera d'ailleurs le recruteur du club qui « ne l'avait pas jugé bon »[3]. Eto'o prend part à d'autres essais, à l'AS Saint-Étienne ou encore à l'AS Cannes mais ils ne se révèlent pas concluants[5].

Surclassé en équipe nationale, lors de sa première sortie avec les Juniors camerounais, Eto'o signe un doublé malgré la défaite contre la Côte d'Ivoire (3-2). Il est surtout repéré par Pirri, recruteur du Real Madrid, qui lui propose un essai. Dix jours après, Eto'o débarque en Espagne[2].

Real Madrid : difficultés à s'imposer (1996-2000)[modifier | modifier le code]

En 1996, Samuel Eto'o retourne en Europe avec un visa en règles[9] . Arrivé à l'aéroport de Barajas, à Madrid, il débute un période d'essai avec le prestigieux club espagnol du Real Madrid[7]. Alors qu'il n'a que quinze ans, il signe un contrat avec le club madrilène[7]. Lors de sa première saison, il évolue avec la Castilla, l'équipe réserve du Real Madrid à partir de 1997 puisqu'il est trop jeune pour évoluer avec l'équipe première du club.

Samuel Eto'o est prêté lors de la saison 1997-1998 au CD Leganés, qui évolue alors en 2e division espagnole[10]. Il fait ses débuts avec le club le 30 août 1997 et marque son premier but quelques jours plus tard, le 10 septembre face à Vallecas en Coupe du Roi[10]. Il fait partie du onze titulaire qui inaugure le stade de Butarque, le 14 février 1998[10]. En mai, il dispute le dernier de match de sa saison avec Leganés. En 30 matchs joués avec le club de deuxième division, il trouve le chemin des filets à quatre reprises[10].

Eto'o retourne au Real Madrid, lors de la saison 1998-1999, mais ne joue qu'un seul match avec le club. Ce match est le premier de Samuel Eto'o en Liga face au RCD Espanyol de Barcelone. En décembre 1998, le Real Madrid remporte la Coupe intercontinentale de la FIFA mais Samuel Eto'o ne participe pas à la finale de la compétition[11]. La saison suivante, il est prêté six mois à l'Espanyol Barcelone, entre janvier 1999 et juin 1999, prêt qui ne s'avère pas concluant puisqu'il ne joue aucun match avec l'Espanyol[12]. Il retourne à nouveau à Madrid où il est barré par Raúl, Fernando Morientes ou encore la nouvelle recrue Nicolas Anelka. Il joue tout de même six matchs avec son club formateur mais il ne marque aucun but. Parmi ces six matchs, il découvre la Ligue des Champions ainsi que le Championnat du monde des clubs dont il joue le match de la troisième place[13].

En janvier 2000, le Real prête Eto'o à Majorque six mois avec option d'achat[14]. En 13 matchs joués en première division, Samuel Eto'o délivre quatre passes décisives et marque six buts pour le club de Majorque[réf. nécessaire].

Révélation au RCD Majorque (2000-2004)[modifier | modifier le code]

Majorque achète 50% des droits de Samuel Eto'o pour 7,2 millions d'euros (1 200 milliards de pesetas)[15]. Madrid conserve l'autre moitié des droits du joueur camerounais afin de le racheter, s'ils le souhaitent, à moitié prix ou encore récupérer une importante part d'un transfert éventuel d'Eto'o vers un autre club[15]. Dès sa première saison complète avec Majorque, le club finit troisième du championnat derrière le Real Madrid et le Deportivo La Corogne et se qualifie en Ligue des champions[16]. Samuel Eto'o contribue à cette troisième place en marquant 11 buts en Liga.

La saison suivante est plus difficile pour Majorque tant au niveau national qu'européen[16]. Mal en point en championnat, le club termine 16e à seulement trois points du premier relégable Las Palmas et ne parvient pas à se distinguer en coupe d'Europe. Eto'o est quant à lui moins prolifique. Il ne marque que six buts mais est absent quelque temps pour cause Coupe d'Afrique des nations avec le Cameroun.

La saison 2002-2003 est marquée par deux matchs contre l'ancien club d'Eto'o, le Real Madrid. Majorque gagne 5-1 contre le club de la capitale en championnat avec un but[17] et deux passes décisives d'Eto'o[2]. En Coupe du Roi, Majorque obtient une autre large victoire (4-0) en quart de finale retour avec un doublé d'Eto'o en cinq minutes[18]. Ses bonnes performances lui permettent d'être élu Joueur Africain de l'Année (2003) pour la première fois de sa carrière[19]. Samuel Eto'o inscrit 31 buts en 71 matchs de championnat. Le RCD Majorque termine dans le milieu de tableau du championnat, à la neuvième position, et remporte la Coupe du Roi[16], contre le Recreativo Huelva grâce à un doublé d'Eto'o (3-0)[20]. Parti disputé la Coupe des confédérations avec sa sélection, en pleine compétition, le buteur reçoit l'autorisation de repartir en Espagne pour y disputer la finale de Coupe le 28 juin[2].

Lors de la saison 2003/2004, Majorque termine à une modeste onzième place en championnat mais atteint le 4e tour de la Coupe de l’UEFA. Lors d'un match entre Majorque et son ancien club, le Real Madrid, Eto'o marque un doublé. Il inscrit le premier but de la partie en lobant le gardien après un sprint de quarante mètres puis il redonne l'avantage aux siens en crucifiant Iker Casillas après une série de dribbles[21]'[22]. En 2004, après quatre ans à Majorque, Eto'o quitte le club en tant que meilleur buteur de l'histoire du RCD Majorque, en Liga avec 54 buts, en Ligue des Champions avec 2 buts et toutes compétitions confondues avec 70 buts[23].

FC Barcelone (2004-2009)[modifier | modifier le code]

Titres dès les premières saisons (2004-2006)[modifier | modifier le code]

Après une difficile négociation - le Président Florentino Pérez n’envisage pas de céder Samuel Eto'o au FC Barcelone et se sent prêt à le racheter[24] - entre le Real Madrid, le RCD Majorque, et le club catalan, il est finalement transféré en 2004 pour 24 millions d'euros au club rival du Real Madrid[25]'[26].

Eto'o est d'abord mis en concurrence avec Henrik Larsson lui aussi arrivé dans la même intersaison en provenance du club écossais du Celtic Glasgow[27]. Mais l'attaquant suédois se blesse rapidement[28] et voit Eto'o devenir titulaire au sein de l'un des meilleurs trios d'attaque du FC Barcelone : l'association de Ludovic Giuly avec Eto'o et surtout Ronaldinho[29]. L'international camerounais fait ses débuts avec le club barcelonais et marque son premier but face au Racing de Santander, en août 2004, en Liga[30]. Le 20 novembre, à l'instar des saisons précédentes, Eto'o marque un but face à son club formateur, le Real Madrid, en profitant d'une erreur entre Roberto Carlos da Silva et Iker Casillas[31]. Il participe ainsi à la victoire des siens par trois buts à zéro, à l'extérieur, au stade Santiago Bernabéu.

En fin de saison, le 14 mai 2005, Eto'o remet le FC Barcelone à égalité avec Levante UD, à la 60e minute du match. Il permet ainsi aux Catalans de faire match nul et d'être sacrés champions d'Espagne. Auteur de 24 buts en Liga[21] et de 4 en Ligue des champions pour sa première saison, Eto'o remporte son premier titre de champion d'Espagne mais il est éliminé en huitièmes de finale de Ligue des champions face à Chelsea. Bien que le trophée de Pichichi (meilleur buteur du championnat espagnol) soit remis à Diego Forlán, auteur de 25 buts en Liga[32], Samuel Eto'o est élu, pour la deuxième fois d'affilée, joueur africain de l'année devant l'ivoirien Didier Drogba[33].

Eto'o est revanchard et n'a jamais apprécié que le Real ne lui fasse confiance à l'époque où il en était le joueur. En effet devant près de 100 000 supporters du Barça, il dérape verbalement au Camp Nou, lors de la fête organisée pour célébrer la 17e Liga remportée par le FC Barcelone[34]. En prononçant à six reprises, micro en main : « Madrid, salaud, salue le champion ! »[34]. Jusqu'à ce que son coéquipier Gerard ne lui prenne le micro[34]. Cette attitude est critiquée par les médias espagnols : « L'intervention de Samuel Eto'o au Camp Nou a été le point final lamentable d'une magnifique fête bleu et grenat » (Marca, le 16 mai 2005) [34]; « Eto'o entache la fête » (El Mundo, le 16 mai 2005)[34].

En fin d'année, Eto'o voit Ronaldinho remporter le Ballon d'or 2005 alors qu'il est positionné à une modeste 10e place. À la suite de ce classement, il se fâche avec les journalistes de France Football en déclarant : « Je ne suis pas parmi les trois premiers ? Pourtant, je mérite plus que certains. Depuis que je suis au Barça, qui a fait mieux que moi ? Ce que ne tolèrent pas les Français, c'est qu'un Africain triomphe sans être passé par chez eux. S'ils ne sont pas contents, qu'ils aillent voir leur mère (...) Ceux qui ne croyaient pas en moi me lèchent le cul aujourd'hui pour une interview ». Il pourra malgré tout se consoler par une troisième place au titre de meilleur footballeur de l'année FIFA et par le trophée du joueur africain de l'année pour la troisième fois consécutive[réf. nécessaire][style à revoir].

Le 25 février 2006 alors que le Barça se déplace sur la pelouse du Real Saragosse. Pour la deuxième fois, les supporters du club local profèrent des insultes racistes à l'encontre de Samuel Eto'o. Les injures racistes et les cris de singe fusent dès qu'Eto'o touche le ballon. À la 76e minute, Samuel Eto'o prend subitement la direction de la sortie. Il ne veut plus jouer et le fait savoir à ses partenaires qui le retiennent, tout comme l'arbitre et certains joueurs de l'équipe adverse. Dans la mêlée, Samuel Eto'o montre son bras puis celui d'un joueur de Saragosse avec qui il partage la même couleur de peau. C'est Frank Rijkaard, l'entraîneur du FC Barcelone qui parviendra à calmer Samuel Eto'o et à le convaincre de reprendre la partie. Au coup de sifflet final, c’est un Samuel Eto'o très entouré qui quitte la pelouse en faisant de ses doigts pointés vers le ciel, deux « v » de la victoire[réf. nécessaire][style à revoir].

Au meilleur de sa forme, Eto'o enquille les buts avec le Barça qui est performant à tous les niveaux que ce soit en championnat ou en Ligue des champions. Cela ne l'empêche pas d'être champion d'Espagne et d'Europe. Avec ses 26 buts en Liga, il devient Pichichi pour la première fois alors qu'il avait été devancé par l'attaquant de Villarreal, Diego Forlán, dans les ultimes journées du championnat la saison d'avant. Dans la campagne de Ligue des champions, il marque 6 buts en Ligue des champions dont le but de l'égalisation en finale contre Arsenal à un quart d'heure du terme de la rencontre. Il marque aussi contre Chelsea en huitième de finale aller à Stamford Bridge pour la revanche de l'année précédente[réf. nécessaire][style à revoir].

Saisons blanches et blessures (2006-2008)[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Lors de la saison 2006-2007, le trio magique « REM » (Ronaldinho, Eto'o, Messi) est constitué mais la saison commence mal pour Eto'o. Il se blesse tout seul lors de la rencontre de Ligue des champions opposant le FC Barcelone au club allemand du Werder Brême et est indisponible cinq mois. Il fait son retour au mois de février dans une équipe barcelonaise qui est nettement moins bonne que celle des deux dernières saisons. Mais ce dernier ne retrouve pas tout de suite son niveau d'antan. Lors d'un match contre le Racing Santander Eto'o, laissé sur le banc par Franck Rijkaard, refuse d'entrer en jeu et sèche l'entraînement le lendemain. Ronaldinho lui reprochera son comportement individualiste en lui disant qu'il faut penser au groupe et Samuel Eto'o répond : « Si un partenaire dit qu'il faut penser au groupe, c'est à lui de penser au groupe. Moi, je pense toujours en premier au groupe et après à l'argent. Ça, c'est ce qui m'a le plus blessé » (Cadena SER). En effet, ce « coup de gueule » révèle la véritable nature des rapports qui sévissent entre les joueurs et les dirigeants. « Au FC Barcelone, il y a une guerre, d'un côté ceux qui m'ont fait venir ici (Joan Laporta) et de l'autre côté, ceux (Sandro Rosell) qui ont fait venir d'autres joueurs. Je sais que mes buts font du mal à certains, et pour ça je prends des coups. Ceux qui viennent régler les problèmes des vestiaires en conférence de presse sont de mauvaises personnes. Si cela continue, je révélerai à mon tour d'autres secrets ». À la suite de ce conflit, les relations entre Eto'o et Ronaldinho ne seront plus au beau fixe. Eto'o marque tout de même 11 buts en 19 matchs de championnat, mais Barcelone perd son titre de champion d'Espagne au profit du rival madrilène et est éliminé en huitième de finale de Ligue des champions.

Eto'o à l'entrainement du Barça en mars 2008.

À l'été 2007, Thierry Henry signe au Barça. La presse, particulièrement enthousiaste à l'idée de voir le quatuor Ronaldinho-Messi-Henry-Eto'o évoluer sous le même maillot, ce quatuor sera surnommé "les 4 fantastiques". Mais Eto'o se blesse encore en début de saison, lors d'un match amical contre l'Inter Milan, victime d'une fracture du fémur droit. Dans le même temps, il est annoncé partant vers le Milan AC, champion d'Europe 2007, pour plus de 60 millions d'euros, mais il refuse l'offre souhaitant rester en Espagne. Le 17 octobre 2007, Samuel Eto'o jure sur la constitution espagnole et obtient la double nationalité.

Dès son retour sur la pelouse début décembre 2007, il marque en Ligue des champions contre le VfB Stuttgart et trois jours plus tard marque un doublé au stade Mestalla contre le Valence CF pour une victoire 3-0. Au début de l'année 2008, il participe à la CAN 2008 avec le Cameroun contre le gré de son club qui le trouve trop juste physiquement.

De retour du Ghana, il finit la saison en ayant marqué 16 buts en 18 matchs de Liga, mais dans une équipe du Barça en pleine décadence malgré l'éclosion de Messi avec un Ronaldinho fantomatique et un Deco qui joue en marchant. Inquiet du comportement de ses joueurs majeurs, le président Joan Laporta avait lancé une opération espionnage pour dévoiler au grand jour leurs vices cachés. Pour la deuxième année consécutive, le Barça ne remporte aucun trophée.

Triplé pour finir (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Eto'o avec le FC Barcelone en août 2008.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À l'intersaison 2008, le FC Barcelone opère de grands changements durant l'été. Frank Rijkaard est licencié et remplacé par une ancienne gloire du club, Josep Guardiola. Des titulaires tels que Ronaldinho et Deco sont transférés (respectivement au Milan AC et à Chelsea), Guardiola considérant qu'ils possèdent trop d'ego et ont une mauvaise influence sur l'équipe. Eto'o, faisant partie de ce cercle de joueurs jugés indésirables par Guardiola, est annoncé dans différents clubs (Chelsea, Milan AC, Lyon, Tottenham, Manchester City ou encore un retour au Real Madrid), même les plus insolites telles que le FC Bunyodkor, meilleur club du championnat ouzbek qui lui proposait un salaire de 40 millions d’euros. À la suite d'une bonne pré-saison, huit buts notamment lors des matches amicaux, le nouvel entraîneur du Barça décide de conserver Eto'o.

Samuel Eto'o en duel avec Patrice Évra lors de la finale de la Ligue des champions européenne 2009

Eto'o marque 30 buts en 36 matchs de championnat et termine à la seconde place du classement des buteurs de la Liga derrière Diego Forlán (avec notamment un quadruplé contre le Real Valladolid, un hat-trick contre Almería et son traditionnel but contre le Real). Il inscrit aussi 4 buts en Ligue des champions, 6 en comptant son doublé à l'aller lors du 3e tour préliminaire contre le Wisla Cracovie.

Le 27 mai 2009 à Rome, Samuel Eto'o est l'un des artisans de la victoire du FC Barcelona en finale de la Ligue des champions contre Manchester avec un but à la 10e minute : servi par Iniesta, il efface le défenseur Nemanja Vidić et marque d'un « pointu extérieur » évitant le retour de Michael Carrick. Il remporte en 2009 avec le Barça un triplé historique : Championnat, Coupe d'Espagne, Ligue des champions. Il aura été une pièce essentielle de l'exceptionnelle saison du club catalan.

Il est, avec 152 buts en 200 matchs toutes compétitions confondues (0,76 but par match), l'un des meilleurs buteurs de l'histoire du FC Barcelone derrière des anciennes gloires comme César Rodríguez, Paulino Alcántara, ou Ladislao Kubala, et a été élu par les socios meilleur "9" de l'histoire du club.

Deux saisons remplies de titres à l'Inter Milan (2009-2011)[modifier | modifier le code]

Eto'o sous le maillot de l'Inter Milan en août 2009.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le 27 juillet 2009, en échange de Zlatan Ibrahimović et de 46 millions d'euros, Eto'o signe un contrat de 5 ans avec l'Inter Milan, son entraîneur au Barça, Pep Guardiola, ne comptant plus sur lui[35]. Il touche un salaire annuel de 10,5 millions d’euros et des primes diverses évaluées à 3 millions d’euros, faisant de lui le footballeur le mieux payé en Italie. Il dira lors de sa première conférence de presse : « Je suis Samuel Eto'o et je ne veux être comparé à personne d'autre. Je suis venu pour gagner la Ligue des champions et je suis là où je veux être ». Eto'o porte le numéro 9 à l'Inter Milan.

Pour son premier match officiel, il réduit l'écart lors de la finale de la Supercoupe d'Italie disputée et perdue contre la Lazio de Rome à Pékin. Il inscrit son premier but en Serie A sur un penalty lors de la première journée contre Bari (1-1). Le 10 décembre 2009, le Camerounais inscrit son premier but en Ligue des champions avec son nouveau club à domicile face au Rubin Kazan (2-0). Toute la saison, Eto'o joue sur le côté gauche de l'attaque, son entraîneur José Mourinho lui préférant l'argentin Diego Milito dans l'axe. À un nouveau poste, Eto'o marque moins mais brille tout autant dans le jeu et marque des buts décisifs notamment à Stamford Bridge contre Chelsea lors du huitième de finale retour de la Ligue des champions ou contre la Fiorentina en demi-finale retour de la Coupe d'Italie. Le mercredi 28 avril 2010, l'Inter Milan se qualifie pour la finale de Ligue des champions aux dépens du FC Barcelone. Samuel Eto'o dispute sa 3e finale de Ligue des champions en 5 ans (2006, 2009, 2010). Le 22 mai 2010, l'Inter Milan remporte la compétition en battant le Bayern Munich (2-0), Samuel Eto'o devient donc le premier joueur de l'histoire à avoir gagné deux années d'affilée le triplé championnat-coupe nationale-Ligue des champions avec deux clubs différents (Inter Milan et FC Barcelone). Il entre également dans le cercle très fermé des joueurs ayant gagné deux Ligues des Champions consécutives avec deux clubs différents.

À l'aube de la saison 2010-2011, sous la houlette de son nouvel entraîneur Rafael Benitez, Samuel Eto'o s'est désormais fixé un objectif : jouer plus près des buts et redevenir le terrible buteur qu'il fut durant son épopée catalane. Si l'année 2010 fut un immense succès pour son club, dans un registre plus personnel, elle fut moins gratifiante pour Eto'o, lui qui était passé dans l'ombre de Diego Milito, nettement plus décisif pour l'équipe nerazzurra. Benitez, qui connaît le Camerounais depuis ses premiers pas au centre de formation du Real Madrid, adopte un schéma tactique plus offensif dans lequel Samuel semble s'épanouir.

Le 21 août 2010, Samuel Eto'o contribue à la conquête du quatrième titre de l'année, en inscrivant un doublé en Supercoupe d'Italie face à l'AS Rome mais perd la Supercoupe d'Europe. Il termine cette année 2010 par une Coupe du monde des clubs, où, lors de la finale, il offre une passe décisive pour Pandev avant d'inscrire son but (3-0). Lors du deuxième match de poule de Ligue des champions, Eto'o réalise un hat-trick (triplé) face au Werder Brême, son premier avec l'Inter Milan ainsi qu'une passe décisive pour son coéquipier Wesley Sneijder, ce qui permet au club lombard d'écraser son adversaire 4-0. Il est d'ailleurs le deuxième joueur dans l'histoire de l'Inter à marquer un triplé en Ligue des champions, après Adriano[36]. Le dimanche 21 novembre 2010, lors du match de Série A opposant les siens à Chievo Verone, il assène un étonnant "coup de tête" au défenseur Boštjan Cesar à la 36e minute. Eto'o n'est pas vu directement par l'arbitre mais cela lui coûte tout de même une suspension de 3 matchs en championnat d'Italie ainsi qu'une amende de 30 000 €. À la trêve hivernale, il est le meilleur buteur de la Ligue des champions 2010-2011 avec 7 buts en 6 matchs et un des meilleurs buteurs du Calcio avec 9 buts en 13 matchs. Malgré ses buts l'Inter termine deuxième de sa poule et est seulement septième de la Serie A.

En 2011, avec l'arrivée de Leonardo comme entraîneur et une défaite en huitième-de-finale aller de Ligue des champions à domicile (0-1) face au Bayern Munich, Samuel Eto'o réalise son plus grand match de la saison en qualifiant quasiment à lui tout seul l'Inter Milan sur la pelouse de l'Allianz Arena 3 buts à 2, avec un but et 2 passes décisives pour Wesley Sneijder et Goran Pandev. Après ce match, le Président de l'Inter Milan dit : « Je ne sais pas si le transfert d'Eto'o est la meilleure affaire que j'ai effectué depuis que je suis le Président du club, mais je crois que c’était une très grande affaire pour nous. Eto’o est incroyable. Pour rien au monde, je ne reprendrai Ibrahimovic en échange d’Eto’o, et pour tous ceux qui ont vu le match, ils diront que c’est une chance pour nous de l’avoir. Samuel est extraordinaire » (Massimo Moratti, Tuttosport). Après un mois d'avril qui voit une élimination en LDC et un retard accentué en championnat, l'Inter gagne tout de même un trophée, puisqu'ils remportent la finale de la Coupe d'Italie (3-1) contre Palerme grâce notamment à un doublé de Samuel Eto'o.

Europe et lutte pour le titre avec l'Anji Makhachkala (2011-2013)[modifier | modifier le code]

Eto'o sous le maillot du Anzhi en septembre 2011.

Le 19 août 2011, Samuel Eto'o est transféré pour 27 millions d'euros à l'équipe caucasienne du FK Anji Makhatchkala évoluant dans le championnat russe où il retrouve Roberto Carlos ou Iouri Jirkov, pour un contrat de 3 ans qui lui rapporte 20,5 millions d'euros net par an (plus 20 000 € par but et 10 000 € par passe décisive) devenant le footballeur le mieux payé de la planète[37]. Suleyman Kerimov, le président du club, est prêt à ce que Samuel Eto'o continue à vivre à Milan entre les matches. Le milliardaire russe originaire du Daghestan se dit aussi prêt à payer un entraîneur particulier à Eto'o, ainsi que de mettre à sa disposition un jet privé pour faire la navette entre la Russie et l'Italie. Sans oublier son cadeau de bienvenue : le dernier modèle de Ferrari. Eto'o reçoit donc le feu vert à toutes ses demandes. Dans un premier temps, il indique cependant qu'il préférerait habiter à Moscou afin de participer aux entraînements collectifs avec ses coéquipiers. Même s'il ne se déplace pas avec ses partenaires lors de déplacements étant donné qu'il a son jet privé[réf. nécessaire].

Pour son premier match avec l'Anzhi, il inscrit un but contre Rostov, vingt-deux minutes après son entrée en jeu[38]. Il récidive à l'occasion de son second match, en inscrivant le but de l'égalisation contre Volga NN (17e minute)[39]. L'Anzhi atteint son premier objectif celui de finir dans les huit premières places de la saison régulière synonyme de playoff pour le titre aux côtés du Zénith Saint-Pétersbourg, du Spartak Moscou, du CSKA Moscou, du Dynamo Moscou, du Roubine Kazan, du Lokomotiv Moscou et du Kouban Krasnodar. Eto'o et ses partenaires finissent à la 5e place et se qualifie au 2e tour de la qualification de Ligue Europa 2012-2013[réf. nécessaire].

En 2012, l'Anzhi se renforce avec l'arrivée d'un entraîneur de renommée mondiale, le néerlandais Guus Hiddink et de joueurs comme Lacina Traoré, Lassana Diarra ou Christopher Samba. Samuel Eto'o en devient le capitaine. Ils commencent la saison en se qualifiant en phase de poules de la Ligue Europa en éliminant Budapest Honvéd, Vitesse Arnhem et l'AZ Alkmaar. Lors de la phase de groupes, l'Anji Makhatchkala tombe dans un groupe relevé avec Liverpool, Udinese et les Young Boys Berne. Le club russe termine deuxième avec le même nombre de points que Liverpool, premier du Groupe A. Eto'o inscrit 3 buts lors de ces 6 matchs. En championnat, le club termine deuxième de la phase des matchs allers à deux points du CSKA Moscou. Formant un redoutable duo d'attaque avec Lacina Traoré, Eto'o compte 7 buts lors de la première partie de saison, 3 de moins que son compère ivoirien. Le 14 février, pour son premier match en 2013, Eto'o inscrit un but en seizièmes de finale aller de Ligue Europa contre Hanovre 96, puis rate un pénalty. Mais il se rattrape en délivrant une passe décisive pour Mbark Boussoufa, l'Anzhi remporte le match 3-1. Le club russe sera éliminé au tour suivant par Newcastle. Après un bon début de saison, l'Anzhi finit 3e du championnat et perd en finale de la Coupe de Russie contre le CSKA Moscou. Sur le plan individuel, Samuel Eto'o sera élu meilleur joueur du championnat de Russie[réf. nécessaire].

De club en club (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

Eto'o sous le maillot des Blues en avril 2014

Le 29 août 2013, Samuel Eto'o signe un contrat d'un an avec un salaire annuel de 8 millions d'euros à Chelsea, rejoignant ainsi son ancien entraîneur de l'Inter, José Mourinho. Le 19 octobre 2013, il inscrit son premier but pour les Blues face à Cardiff City pour le compte de la 8e journée, après avoir été à l'origine de l'ouverture du score en chipant le ballon au gardien qui le faisait rebondir au sol (4-1). Le 19 janvier 2014, il réalise un triplé face à Manchester United pour une victoire 3-1 à Stamford Bridge. Depuis 60 ans, aucun Blues n'avait réussi à inscrire un hat-trick face aux Red Devils. Fin février, pensant ne pas être filmé, José Mourinho déclare à Canal + que Chelsea ne possède pas de buteur et se moque d'Eto'o en disant qu'il a plutôt 35 ans que 32[40]. Quelques jours plus tard c'est l'ex-femme de l'attaquant qui déclare qu'il aurait en réalité 39 ans[41]. L'attaquant leur répond le 8 mars en inscrivant le 300e but de sa carrière en club contre Tottenham (4-0) qu'il célèbre en imitant un vieillard au poteau de corner[42]. 12 buts en 35 matchs dont 9 en 21 rencontres de Championnat, c'est le bilan du Camerounais lors de son passage londonien qui ne durera que le temps d'une année à cause notamment de la dégradation de ses relations avec José Mourinho malgré leur passé commun qui les avait rendus proches[réf. nécessaire].

Sous les couleurs d'Everton

Le 26 août 2014, libre de tout contrat, il s'engage pour deux ans avec Everton où il portera, étrangement, le n°5, habituellement porté par les défenseurs[43]. Le 30 août 2014, Samuel Eto'o marque son premier but face à son ancienne équipe Chelsea à la 78e minute malgré une écrasante défaite à domicile 3-6. Plus tard, lors de la 9e journée de championnat, il donne la victoire à son équipe grâce à un doublé précieux face à Burnley (3-1)[44]. Néanmoins, jugé par la majorité de la presse comme un "détour manqué", l'ancien capitaine des Lions Indomptables désire, dès le mercato hivernal, se relancer. Le club italien de la Sampdoria s'aligne fermement pour compter le camerounais parmi son effectif[45] et intéresse le joueur malgré une offre généreuse provenant de Santos, selon son agent[46].

Le 18 janvier 2015, Eto'o se met d'accord avec le club italien de l'UC Sampdoria dans le cadre d'un transfert dès le mercato hivernal. Le directeur sportif du club italien indique qu'il ne reste plus qu'un accord à trouver avec Everton sur les frais de libération. Finalement, le transfert est rendu officiel le 24 janvier 2015 où l'attaquant portera le no 99. C'est lors de la 21e journée de Serie A que Samuel Eto'o joue son premier match sous le maillot de la Sampdoria. Il entre en jeu à la 71e minute à la place d'Eder, alors que son équipe est menée 3-0 face au Torino à l'extérieur. Les génois perdront la rencontre sous le score conséquent de 5-1. Mécontent de ce score, l'entraineur de l'UC Siniša Mihajlović décide de supprimer le jour de repos du lundi suivant, en le remplaçant par une double session d'entraînement pour l'ensemble des joueurs. Ceci n'est pas apprécié par Eto'o qui, après la session matinale, choisit de ne pas rester, se rendant même à sa résidence milanaise[47]. Malgré tout, il retrouve les terrains peu après. Le 20 février, Eto'o manque une nouvelle session d'entraînement à cause d'un malaise cette fois-ci[48]. Lors de la 26e journée de Serie A face à Cagliari, Samuel Eto'o est l'auteur d'une jolie reprise de volée excentrée synonyme de premier but sous ses nouvelles couleurs (2-0).

Le 25 juin 2015, il rejoint Antalyaspor après avoir passé sa visite médicale [49]. Le 15 août 2015, à l'occasion de la première journée de süperlig, Eto'o inscrit un doublé face à Başakşehir [50].

Équipe du Cameroun (1997-2014)[modifier | modifier le code]

Début précoces rapidement récompensés (1997-2003)[modifier | modifier le code]

Samuel Eto'o débute avec l'équipe camerounaise cadets à treize-quatorze ans avant d'être surclassé en Juniors avec qui il signe un doublé malgré la défaite lors de son premier match contre la Côte d'Ivoire (3-2)[2].

Au cours de sa première saison en Espagne, au CD Leganés prêté par le Real Madrid, Eto'o est convoqué en équipe du Cameroun A par le nouveau sélectionneur Claude Le Roy. Samuel part en tournée avant d'être sélectionné pour la Coupe du monde 1998 à la fin de la saison. Le 17 juin, à 17 ans et 3 mois, le plus jeune joueur du tournoi rentre contre l'équipe d'Italie[2].

Sur le plan offensif, l'équipe est dominée par Patrick Mboma et François Omam-Biyik. Dans la première journée, le Cameroun et l'Autriche se neutralisent sur le score de (1-1). Le but Camerounais est inscrit par Pierre Njanka au terme d'une longue remontée du terrain. Lors de la deuxième journée, l'Italie, finaliste de la Coupe du monde de football de 1994, bat le Cameroun (3-0), Eto'o entre en jeu à la place du capitaine Omam-Biyik à la 66e minute. À la dernière journée, le Cameroun et le Chili se séparent sur un match nul (1-1). Le Cameroun est donc éliminé.

En 2000, à la CAN, il joue son premier match face à la Côte d'Ivoire profitant de l'indisponibilité de Joseph-Désiré Job qui était titulaire aux côtés de Patrick Mboma. Très satisfaisant, il sera titularisé pendant tout le reste de la compétition, où il marque quatre buts. L'équipe du Cameroun entraînée par Pierre Lechantre gagne cette compétition face au Nigeria[réf. nécessaire].

L'année 2000 est marquée par une médaille d'or aux Jeux olympiques d'été de 2000, à Sydney, en Australie avec un but de Samuel Eto'o en finale contre l'Espagne de Xavi, Puyol ou Marchena qui seront 10 ans plus tard champion du monde en Afrique du Sud[réf. nécessaire].

Pour la CAN 2002 au Mali, Samuel Eto'o est beaucoup moins prolifique qu'à la dernière Coupe d'Afrique en ne marquant qu'un seul but dans toute la compétition, en match de poule contre le Togo. En quarts de finale, le Cameroun bat l'Égypte sur le score de (1-0), en demi-finale, les Lions Indomptables battent sans difficulté le Mali (3-0) et en finale, la sélection camerounaise conserve la Coupe d'Afrique en battant le Sénégal (3-2) aux tirs aux buts[réf. nécessaire].

Cette même année il dispute sa deuxième coupe du monde personnelle. Mais le Cameroun ne passe pas le premier tour, malgré une victoire (1-0) contre l'Arabie saoudite avec un but d'Eto'o, un match nul (1-1) contre l’Irlande et une défaite (0-2) contre l'Allemagne[réf. nécessaire].

En juin 2003, il dispute la Coupe des confédérations et atteint la finale perdue contre la France (0-1). Eto'o est l'auteur du seul but du match contre les champions du monde en titre brésiliens lors du premier match de poule. En pleine compétition, le buteur reçoit l'autorisation de repartir en Espagne pour y disputer la finale de la Coupe du Roi face à Huelva le 28 juin (victoire 3-0)[2].

Échecs successifs (2004-2010)[modifier | modifier le code]

À la CAN 2004, le Cameroun tenant du titre de l'épreuve, est le favori à sa propre succession avec le duo d'attaque que Samuel Eto'o forme avec Patrick Mboma entouré de joueurs comme Modeste M'Bami du Paris Saint-Germain ou Éric Djemba-Djemba de Manchester United. Mais cette coupe d'Afrique sera décevante avec une élimination en quart de finale contre les nigérians malgré l'ouverture du score d'Eto'o lors de ce match[réf. nécessaire].

Eto'o lors de la CAN 2008.

Pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2006, le Cameroun tombe sur un groupe difficile avec notamment l'Égypte et la Côte d'Ivoire. Le défenseur Pierre Wome se charge d'un penalty qui peut qualifier le Cameroun lors du dernier match contre l'Égypte (1-1), mais il le rate en envoyant la balle sur le poteau et le Cameroun ne se qualifie pas pour le Mondial allemand après quatre coupes du monde consécutives. Eto'o accusera Wome de l'avoir empêché de frapper le penalty sifflé en faveur du Cameroun à la 94e minute en déclarant, à la presse espagnole : « J'allais me saisir du ballon quand Wome m'a appelé et m'a dit qu'il se sentait très confiant dans le fait qu'il allait marquer ». Ce qu'a nié ce dernier : « Personne ne voulait tirer ce penalty. Personne. Ni Eto'o, ni Rigobert Song, parce qu'ils savaient ce qui pouvait arriver s'ils le rataient. J'ai eu le courage de me présenter au point de penalty ». Ensuite Samuel Eto'o tente de se rattraper : « Il faut accepter ce genre de choses (...) Je suis triste pour mon pays, mes équipiers et moi-même » (L'Équipe)[réf. nécessaire].

Malgré la non-qualification au Mondial Allemand, le Cameroun est le favori de la CAN 2006 et ça commence bien pour les Lions Indomptables. Eto'o marque 5 buts en trois matchs, et son premier triplé avec l'équipe du Cameroun contre l'Angola, mais le Cameroun est éliminé en quart de finale face à la Côte d'Ivoire aux tirs au but, Eto'o ratant son pénalty[réf. nécessaire].

Lors de la CAN 2008, Eto'o inscrit 5 buts, finissant encore meilleur buteur, et devenant au passage meilleur buteur de l'histoire de la Coupe d'Afrique des nations avec 16 buts, le précédent record étant attribué à Laurent Pokou avec 14 réalisations. Le Cameroun perd en finale contre l'Égypte (0-1). Malgré ses 5 buts et son titre de meilleur buteur de l'histoire de la compétition, Eto'o fera une CAN en demi-teinte. Tous les buts qu'il a marqué étaient en phase de poules et il n'a pas été décisif lors des matchs à élimination direct[réf. nécessaire].

Eto'o lors d'un Maroc-Cameroun fin 2009.

Le 12 août 2009 à l'occasion du match amical Autriche-Cameroun, Eto'o obtient le brassard de capitaine de l'équipe nationale succédant ainsi à Rigobert Song qui le cède pour la première fois depuis dix ans[réf. nécessaire].

Pour la CAN 2010 en Angola, présent dans un groupe D avec le Gabon, la Tunisie et la Zambie, ils ont un parcours mitigé avec une victoire (3-2) contre la Zambie (but d'Eto'o), un nul (2-2) contre la Tunisie (but d'Eto'o) et une défaite (0-1) contre le Gabon, ils réussissent tout de même à se qualifier pour les quarts de finale en finissant second du groupe grâce à une meilleure attaque. Le Cameroun se fait encore battre par sa bête noire égyptienne, 3 buts à 1[réf. nécessaire].

Il a offert des montres de sa marque personnelle Eto'o World d'une valeur d'environ 33 000 euros chacune, à chacun de ses 22 coéquipiers de l'équipe nationale après la qualification pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud mais seront aussi décevants lors de ce mondial en étant éliminé au premier tour avec 3 défaites en autant de matchs : (0-1) contre le Japon, (1-2) contre le Danemark et (1-2) contre les Pays-Bas. C'est lui qui a inscrit les 2 buts des Camerounais alors qu'il avait été critiqué par Roger Milla avant le Mondial[réf. nécessaire].

Suspension puis retraite sans résultats (2011-2014)[modifier | modifier le code]

Le 4 juin 2011, lors du match des qualifications pour la Coupe d'Afrique des nations 2012 contre le Sénégal, les Lions Indomptables concèdent un match nul et vierge à domicile. Durant ce match, estimant que l'équipe devait garder un jeu offensif pour maintenir toutes ses chances de l'emporter, Samuel Eto'o conteste publiquement le choix de son entraîneur Javier Clemente. Alors qu'il y a (0-0) et que le Cameroun domine la rencontre et doit impérativement gagner ce match, l'entraîneur effectue deux changements défensifs, avec les entrées de Bedimo et Chedjou en remplacement d'un milieu de terrain N'Guemo et d'un attaquant Choupo-Moting. Dans le temps additionnel, Eto'o rate malheureusement un penalty décisif à la victoire au Cameroun. Avant la rencontre, Samuel Eto'o s'était déjà fait remarquer en refusant de s'entraîner car Alexandre Song avait refusé de lui serrer la main[réf. nécessaire].

Finalement le Cameroun ne se qualifiera pas à la CAN 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale.

Le 15 novembre 2011, le Cameroun refuse de jouer le match amical contre l'Algérie pour faute de non paiement de prime de match. La Fédération camerounaise de football décide d'infliger à Samuel Eto'o, alors capitaine, une suspension de 15 matches[51]. Cette suspension sera ensuite réduite[52],[53].

Sa suspension levée, il est rappelé par le sélectionneur Denis Lavagne pour le match éliminatoire de la CAN 2013 contre le Cap-Vert le 8 septembre 2012[54]. Mais cinq jours plus tard, Samuel Eto'o annonce qu'il refuse de revenir en sélection[55].

Après avoir refusé la sélection en septembre 2012, Samuel Eto'o décide de se remettre à la disposition[56] de son sélectionneur Jean-Paul Akono dans l'optique du match retour des éliminatoires de la CAN 2013 contre le Cap-Vert le 14 octobre 2012[réf. nécessaire]. Malgré le retour de Samuel Eto'o, le Cameroun n’a pas réussi à arracher son billet pour la CAN 2013 en Afrique du Sud[réf. nécessaire].

Le 8 septembre 2013, Samuel Eto'o annonce sa retraite internationale à l'issue du match remporté par les Lions Indomptables face à la Libye (1-0)[57]. Un mois plus tard, il revient sur sa décision[58],[59].

Lors des éliminatoires du mondial brésilien, le Cameroun, entrainé par Volker Finke, se situe dans le Groupe I et a pour adversaires la Libye, le Togo et la République démocratique du Congo. Le Cameroun termine finalement à la première place avec 13 points[réf. nécessaire]. Dans cette phase de groupes, Eto'o marque deux buts, tous deux inscrits dans le même match contre le Togo (2-1) dont un sur pénalty[réf. nécessaire]. Ayant repoussé l'échéance de sa retraite, il retrouve son brassard de capitaine des Lions Indomptables face à la Tunisie, pour un match de barrage aller-retour décisif[60]. Le score au match aller est de 0-0, tandis que les camerounais réussissent à s'imposer au match retour devant leur public à Yaoundé sous le score de 4-1. Ainsi, le Cameroun parvient à se qualifier pour sa septième coupe du monde[réf. nécessaire].

Au tirage au sort, le Cameroun est attribué dans le Groupe A avec le Brésil en tant que pays hôte, le Mexique et la Croatie[réf. nécessaire]. Toutefois, comme en 2010, le rêve camerounais prend fin prématurément à la suite de 3 défaites dès les phases de poules avec neuf buts encaissés pour un seul inscrit (0-1 face au Mexique, 0-4 face à la Croatie et 1-4 face au Brésil). Souffrant du genou, Samuel Eto'o n'aura pris part qu'au premier match contre le Mexique[61].

C'est sur cette aventure malheureuse que le quadruple joueur africain de l'année prend sa retraite comme il l'avait annoncé[réf. nécessaire].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Unbalanced scales.svg
Cette section ne respecte pas la neutralité de point de vue. (août 2016).
Considérez son contenu avec précaution et/ou discutez-en. Il est possible de souligner les passages non neutres en utilisant {{passage non neutre}}.
N.B. Ce modèle est à réserver à des cas simples d'articles pouvant être neutralisés par un contributeur seul sans qu'un débat soit nécessaire. Lorsque le problème de neutralité est plus profond, préférez le bandeau {{Désaccord de neutralité}} et suivez la procédure décrite.

Eto’o est sans doute l’un des attaquants les plus rapides du monde, possédant une vision du jeu, une adresse et une précision uniques face aux buts. Fin dribbleur, et pouvant mener une action jusqu'au bout, il est également doué d’une vivacité et d’une intelligence tactique qui lui permettent de faire des appels en une fraction de seconde, et d’effectuer des combinaisons en « une-deux » avec ses partenaires. Il est très fort dans la surface de vérité, et possède une lourde frappe lui permettant de marquer sur de longues distances et quelques fois sur coup-franc. Considéré comme un leader sur le terrain, il peut évoluer sur tous les fronts de l’attaque (axe, flanc droit, flanc gauche, derrière les attaquants) et même en défense quand cela s’avère nécessaire (arrière gauche, arrière droit). Des entraineurs tels que Frank Rijkaard, Josep Guardiola, José Mourinho, Rafael Benitez et Leonardo l’ont considéré comme le « guide » sur le terrain en raison de sa polyvalence et de son aura. Souvent traité de joueur à l’égo surdimensionné, il se révèle plutôt être un « leader silencieux ayant l’esprit d’équipe » comme le décrivent des joueurs comme Demetrio Albertini et Paolo Maldini diront de lui qu’il est « l’attaquant le plus fort du monde ».

Autour des terrains[modifier | modifier le code]

Fondation Samuel Eto'o[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La Fondation Samuel Eto'o a été créée en mars 2006, elle est constituée comme une organisation à but non lucratif dont les activités se concentrent principalement en Afrique de l'Ouest. Cette fondation entend utiliser ce facteur avec responsabilité et engagement et sensibiliser de cette manière notre société sur les besoins d'un continent comme l'Afrique. Son objectif est de protéger l'enfance et la jeunesse, en apportant des aides d’urgence et en encourageant l'éducation, la santé et l'intégration sociale pour les plus défavorisés, afin de les aider à construire des opportunités pour l'avenir.

En remerciement pour la fondation qu'il a créée pour les garçons de son Cameroun natal, Samuel Eto'o reçoit le 21 mars 2010 à l'espace Oberdan de Milan, l'Altropallone, décerné par un jury présidé par Gianni Mura et composé par la présence de Milly Moratti (marraine du Prix), Gianni Di Domenico (Président de Altropallone), et Michele Papagno (Coordinateur de la campagne Altrimondiali).

Samuel Eto'o est à la tête du projet Fundesport, quatre centres de formation basés au Cameroun (Douala, Yaoundé, Limbé et Bamenda) et un autre au Gabon (Libreville). Il s'agit d'offrir les meilleures chances aux jeunes sportifs africains, en utilisant le football comme un outil de développement social, économique et culturel tout en veillant à garantir à ces jeunes une insertion professionnelle sécurisée. Des jeunes comme Lionel Enguene, Jean-Marie Dongou et Gaël Etock passés par Fundesport ont intégré La Masia (centre de formation du FC Barcelone). Fabrice Olinga, devenu international camerounais à 16 ans, est aussi passé par Fundesport. Une section a été créée pour le handball féminin grâce à un partenariat avec le BM Atlético de Madrid. La Fondation Samuel Eto'o utilise également le sport comme outil visant à renforcer l'intégration des enfants handicapés mentaux.

Depuis 2008, la Fondation Samuel Eto'o concède chaque année 80 bourses aux meilleurs étudiants de l'Université de Yaoundé II. En 2010, la fondation a également fait un effort important avec la livraison de matériel informatique.

Sur le plan humanitaire, la fondation a contribué à la création de cinq orphelinats au Cameroun. En 2008, la Fondation Samuel Eto'o et USP Fundación Alex (basée à Barcelone) sont parvenues à un accord pour offrir une assistance hospitalière aux enfants du Cameroun, âgés entre 1 et 14 ans, atteints de maladies difficilement opérables dans le pays.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Samuel Eto'o a deux frères David et Étienne qui sont également footballeurs[62]'[63].

Marié depuis le 6 juillet 2007 à Georgette, il est le père de quatre enfants : Maelle, Étienne, Siena et Lynn[64]. En 2012, l'ancien barcelonais divorce[65] et déclare dans la presse : « Il y a des hauts et des bas dans une vie de couple, ainsi va la vie et je la prends avec la philosophie ». Samuel Eto'o est également le père d'une fille, Annie, née en 2002 d'une précédente relation avec Anna Barranca[64]. Eto'o est entré en conflit à plusieurs reprises avec Anna Barranca qui l'accuse d'avoir « gâché la vie de sa fille »[64].

Début 2016, Samuel Eto'o, par l'intermédiaire de ses avocats qui ont intenté une action de justice en référé, fait interdire la parution en France d'un livre (Revenge porn) qui révèle les détails de la relation du footballeur avec Nathalie Koah, une ex-maîtresse[66],[67] pour atteinte à l’intimité de la vie privée[68].

Sponsors et culture populaire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Samuel Eto'o est en partenariat avec l'équipementier Puma dont il est l'une des figures emblématiques, la marque Versace (qui l'a habillé spécialement avec sa compagne pour le Festival de Cannes 2011), la marque de boissons Guinness, la société de réseau téléphonique Orange.

En décembre 2011, il crée son propre réseau de téléphonie mobile nommé Set Mobile ; un projet ambitieux qui vise tout le continent africain en commençant par son pays natal le Cameroun.

Il apparaît dans plusieurs spots publicitaires en Espagne, en Italie, en Russie et en Afrique, et a fait la une de plusieurs grands magazines tels que Rolling Stone, Vanity Fair, Forbes.

Plusieurs artistes ont chanté son nom dans plusieurs pays, c’est le cas du groupe de rap La Granja dans « Eto'o (Su jugador favorito) » et du rappeur Frank T dans « Magia Negra » en Espagne, des rappeurs italiens Brusco dans « La Sensi che mi piace » et Surfa dans « Pazza Inter », du rappeur Russe Rayden dans le titre « Samuel Eto'o » ; du célèbre artiste Congolais Koffi Olomidé, le célèbre artiste du Coupé décalé Dj Arafat, des rappeurs français Booba dans le titre « Cesar Palace », La Fouine dans le titre « Reste en chien », Sinik dans le titre « Incompris », LIM dans le titre « Faut qu'on nique tout », Mister You dans les titres « J’ai un peu tisé » et « La galère », ou encore Mokobé dans le titre « Oulala ». Eto'o fait plusieurs apparitions avec Rigobert Song dans le clip de la chanson « Juste moi » du rappeur français né au Cameroun Pit Baccardi et dans le clip des chanteurs Camerounais X Maleya intitulé « Son mè ». D'autres camerounais tels la chanteuse Gueya La Route dans « Le pitchichi » ou encore le chanteur Longue Longue dans « Samuel Eto'o » rendront hommage à Samuel Eto'o. Un autre musicien Camerounais, Roger Etia vient de publier l'une des plus belles chansons pour Samuel Eto'o Fils. Cette chanson qui rend également hommage au Grand Lion, a pour titre: "Le Parcours de Samuel Eto'o". Le CD et le DVD ont été offerts à Samuel quelques jours avant le match contre la Libye à Yaoundé. En 2014, alors que le rappeur originaire de Vitry-sur-seine, Rohff est incarcéré pour des faits de violences, Samuel Eto'o Fils paye la caution de ce dernier afin qu'il puisse être libéré.

Samuel Eto'o a la particularité de parler de lui à la troisième personne du singulier. Pour certains, c'est une façon de montrer qu'il a une très haute estime de lui-même, pour d'autres, il s'agit tout simplement de mégalomanie. Cette attitude lui a souvent valu d'être moqué par certains journalistes et il s'est parfois attiré les foudres des supporters, notamment à cause des déclarations chocs qui en découlent.

Statistiques détaillées[modifier | modifier le code]

Générales[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente les statistiques en carrière de joueur de Samuel Eto'o[69],[70],[71]

Statistiques de Samuel Eto'o au 16 mai 2016[72]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe UEFA Coupe du monde des clubs Drapeau : Cameroun Cameroun Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
1998-1999 Drapeau de l'Espagne Real Madrid PD 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 0 0 2 0 0
1999-2000 Drapeau de l'Espagne Real Madrid PD 2 0 0 - - - - - - - - - C1 3 0 0 - - - 1 0 0 - - - 6 0 0
Sous-total 3 0 0 - - - - - - - - - - 3 0 0 - - - 1 0 0 1 0 0 8 0 0
1997-1998 Drapeau de l'Espagne CD Leganés (prêt) SD 28 3 0 2 1 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 6 0 0 36 4 0
1999 Drapeau de l'Espagne RCD Espanyol (prêt) PD 0 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 0 0 1 0 0
Sous-total 28 3 0 2 1 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 7 0 0 37 4 0
2000 Drapeau de l'Espagne RCD Majorque (prêt) PD 13 6 4 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 6 5 0 19 11 4
2000-2001 Drapeau de l'Espagne RCD Majorque PD 28 11 4 5 2 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 7 1 0 40 14 4
2001-2002 Drapeau de l'Espagne RCD Majorque PD 30 6 5 1 1 0 - - - - - - C1+C3 7+2 2+1 1+0 - - - - - - 15 6 1 55 16 7
2002-2003 Drapeau de l'Espagne RCD Majorque PD 30 14 2 6 5 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 7 2 0 43 21 2
2003-2004 Drapeau de l'Espagne RCD Majorque PD 32 17 10 2 0 1 - - - 2 1 0 C3 7 4 0 - - - - - - 6 2 0 49 24 11
2004 Drapeau de l'Espagne RCD Majorque PD 0 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 1 0 1 1 0
Sous-total 133 54 25 14 8 1 - - - 2 1 0 - 16 7 1 - - - - - - 42 17 1 207 87 28
2004-2005 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone PD 37 24 2 1 0 0 - - - - - - C1 7 4 2 - - - - - - 6 2 1 51 30 5
2005-2006 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone PD 34 26 7 - - - - - - 2 2 0 C1 11 6 4 - - - - - - 6 5 1 53 39 12
2006-2007 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone PD 19 11 8 2 1 0 - - - 2 0 0 C1 3 1 3 1 0 0 - - - 3 1 0 30 14 11
2007-2008 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone PD 18 16 3 3 1 0 - - - - - - C1 7 1 0 - - - - - - 11 9 1 39 27 4
2008-2009 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 36 30 5 4 0 0 - - - - - - C1 12 6 2 - - - - - - 5 4 0 57 40 7
Sous-total 144 107 25 10 2 0 - - - 4 2 0 - 40 18 11 1 0 0 - - - 31 21 3 230 150 39
2009-2010 Drapeau de l'Italie Inter Milan Serie A 32 12 5 2 1 0 - - - 1 1 0 C1 13 2 2 - - - - - - 14 7 0 62 23 7
2010-2011 Drapeau de l'Italie Inter Milan Serie A 35 21 8 4 5 0 - - - 1 2 0 C1 10 8 5 1 0 0 2 1 1 7 4 0 60 41 14
2011 Drapeau de l'Italie Inter Milan Serie A 0 0 0 - - - - - - 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - 1 0 0
Sous-total 67 33 13 6 6 0 - - - 3 3 0 - 23 10 7 1 0 0 2 1 1 21 11 0 123 64 21
2011-2012 Drapeau de la Russie Anji Makhatchkala PL 22 13 4 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 4 4 2 27 17 6
2012-2013 Drapeau de la Russie Anji Makhatchkala PL 25 10 7 3 2 0 - - - - - - C3 16 9 1 - - - - - - 3 2 0 47 23 8
2013 Drapeau de la Russie Anji Makhatchkala PL 6 2 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 6 2 0
Sous-total 53 25 11 4 2 0 - - - - - - - 16 9 1 - - - - - - 7 6 2 80 42 14
2013-2014 Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC PL 21 9 2 3 0 0 2 0 0 - - - C1 9 3 1 - - - - - - 6 1 0 41 13 3
2014-2015 Drapeau de l'Angleterre Everton FC PL 14 3 1 1 0 0 1 0 0 - - - C3 4 1 1 - - - - - - - - - 20 4 2
2015 Drapeau de l'Italie Sampdoria Gênes Serie A 18 2 3 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 18 2 3
2015-2016 Drapeau de la Turquie Antalyaspor Süperlig 31 20 6 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 32 20 6
Sous-total 31 20 6 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 32 20 6
Total sur la carrière 504 252 86 42 19 1 3 0 0 9 6 0 - 111 48 21 2 0 0 3 1 1 118 56 6 792 382 115

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Avec le Drapeau : Cameroun Cameroun :

Palmarès[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En club[modifier | modifier le code]

Samuel Eto'o est le seul joueur à avoir réalisé deux triplés consécutifs (championnat - Coupe - Ligue des champions) avec deux clubs différents. En effet, en 2009, il a gagné la Liga, la coupe du Roi et la Ligue des champions avec le FC Barcelone, puis en 2010, il gagne le Scudetto, la coupe d'Italie et la Ligue des champions avec l'Inter Milan. Il a également remporté la Coupe du monde des clubs 2010 avec l'Inter Milan, en gagnant 3-0 face au Tout Puissant Mazembe en finale et en inscrivant un but. Il finit meilleur joueur de la compétition.

Drapeau : Espagne Real Madrid 
Drapeau : Espagne RCD Majorque 
Drapeau : Espagne FC Barcelone 
Drapeau : Italie Inter Milan 
Drapeau : Russie FK Anji Makhatchkala 

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Avec le Drapeau : Cameroun Cameroun :

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Classement au Ballon d'or
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
15e 10e 6e 30e 17e 5e 12e 8e

Records[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Les 50 personnalités qui font le Cameroun : Samuel Eto'o », Jeune Afrique, no 2520-2521, du 26 avril au 9 mai 2009, p. 40
  • « Les 100 personnalités de la diaspora africaine : Samuel Eto'o », Jeune Afrique, no 2536-2537, du 16 au 29 août 2009, p. 54
  • « Playing for the world : Samuel Eto'o », Vanity Fair, 2010
  • « L’aube d’un titan - les ambitions de Set Mobile au Cameroun : Samuel Eto'o », Forbes Afrique, édition d'août/septembre 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CAMEROUN: Ces célébrités qui torpillent la Constitution avec un passeport étranger », sur times24.info,‎ (consulté le 21 mai 2016)
  2. a, b, c, d, e, f et g Laurent Maltret & Alain Gadoffre, « Star : Samuel Eto'o, la griffe du lion », Onze Mondial, no 174,‎ , p. 64 à 67 (ISSN 0995-6921)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i (fr) « Et Le Havre a laissé filer Eto'o... », sur France Football
  4. a et b « Eto'o, un sans-papier devenu grand », sur Sports.fr
  5. a, b, c et d (fr) « Top 10 : La Ligue 1 les a ratés - SO FOOT.com », sur SOFOOT.com
  6. « PSG - Chelsea : Eto'o ne verra pas Paris », sur metronews.fr,‎
  7. a, b et c « La double vie de Samuel Eto'o », sur Courrier international (consulté le 9 juin 2016)
  8. Samuel Eto’o : de l’ombre à la lumière
  9. (fr) « Top 10 : La Ligue 1 les a ratés - SO FOOT.com », sur SOFOOT.com
  10. a, b, c et d « Samuel Eto'o | Leganés », sur Samuel Eto'o | Leganés - Web Oficial
  11. « Intercontinental Club Cup 1998 », sur www.rsssf.com
  12. (fr) RMC SPORT, « Les neuf clubs dont Eto’o a porté le maillot avant Antalyaspor », sur RMC SPORT
  13. « FIFA Club World Championship 2000 », sur www.rsssf.com
  14. « Chelsea new boy Eto'o reveals how he was close to being a Gunner once upon a time », sur Mail Online
  15. a et b « El Madrid vende a Etoo al Mallorca por 1.200 millones | Deportes | Fútbol - Abc.es », sur ABC
  16. a, b et c « Liga : comment Majorque compte redevenir une place forte du football espagnol ! », sur Foot Mercato : Info Transferts Football - Actu Foot Transfert
  17. « Real Madrid - RCD Mallorca, May 3, 2003 - La Liga - Match report | Transfermarkt », sur www.transfermarkt.co.uk
  18. « RCD Mallorca - Real Madrid, Jan 29, 2003 - Copa del Rey - Match report | Transfermarkt », sur www.transfermarkt.co.uk
  19. « African Player of the Year », sur www.rsssf.com
  20. « elmundodeporte.com | en vivo », sur www.elmundo.es
  21. a et b (fr) FIFA.com, « Samuel Eto'o, le meilleur est à venir », sur FIFA.com,‎
  22. « Real Madrid - RCD Mallorca, 08.05.2004 - Primera División - Spielbericht | Transfermarkt », sur www.transfermarkt.at
  23. « Eto'o, el mejor jugador en la historia del Mallorca, dice adios | terra », sur www.terra.com
  24. « Eto'o is Barca priority », BBC,‎ (lire en ligne)
  25. (es) Agencias, « El tanteo por Eto'o acaba el viernes para el Madrid », sur Cadena SER,‎
  26. (es) « El crack que faltaba », Mundo Deportivo,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  27. « Larsson va s'en aller », sur Eurosport,‎
  28. « Barcelone : Larsson out six mois », sur Foot Mercato : Info Transferts Football - Actu Foot Transfert
  29. (en) « Lionel Messi, Neymar, Ronaldo, Ronaldinho, Rivaldo, Romario and more: what is Barcelona’s best-ever strikeforce? », sur The Sun,‎
  30. « Racing Santander - FC Barcelona, Aug 29, 2004 - La Liga - Match report | Transfermarkt », sur www.transfermarkt.com
  31. « FC BARCELONA-REAL MADRID 3-0 (2004/05) | FC Barcelona », sur www.fcbarcelona.com
  32. MIKI SORIA, « El Barça en la Liga - Pichichi - Eto'o », sur Sport,‎
  33. (fr) « Eto'o élu meilleur joueur africain 2004 par Al Mountakhab », sur Camfoot.com
  34. a, b, c, d et e « Eto'o dérape », sur Eurosport,‎
  35. F.C. Internazionale Milano - Official Website
  36. Football Data: Eto'o Italy's leading scorer F.C. Internazionale Milano - Official Website
  37. « Footballeur le mieux payé au monde, Samuel Etoo », sur sportune.fr (consulté le 15 décembre 2011)
  38. « Eto'o buteur pour son premier match avec Anzhi Makhachkala », sur opl.fr, 27 août 2011.
  39. « Eto'o marque encore avec Anzhi Makhachkala », sur opl.fr, 12 septembre 2011.
  40. Quand Mourinho chambre Eto'o
  41. L'ex d'Eto'o dit qu'il a 39 ans
  42. Eto’o: Prends ça Mourinho ! Peut-être vieux mais déjà 300 buts en carrière
  43. Samuel Eto'o signe deux ans à Everton
  44. « Eto'o ranime Everton, Tottenham dans le coma », sur francetvsport.fr,‎ (consulté le 2 février 2015)
  45. « Mercato : La Sampdoria fait le forcing pour Samuel Eto’o », sur europe-mercato.com,‎ (consulté le 2 février 2015)
  46. « Eto’o rebondit à la Sampdoria ! », sur camer-sport.be,‎ (consulté le 2 février 2015)
  47. « Sampdoria: déjà un souci avec Eto'o ! », sur footmercato.net,‎
  48. « SAMPDORIA GÈNES: SAMUEL ETO’O QUITTE ENCORE L’ENTRAINEMENT ! », sur AfricaTopSports
  49. « OFFICIEL - Eto'o signe à Antalyaspor », sur Goal.com,‎ (consulté le 17 août 2015)
  50. « Le doublé monstrueux d'Eto'o », sur SO FOOT.com,‎ (consulté le 17 août 2015)
  51. Affaire Cameroun/Algérie: le capitaine Eto’o suspendu 15 matches, www.rfi.fr, 17 décembre 2011.
  52. Cameroun : la suspension de Samuel Eto'o ramenée à huit mois, www.rfi.fr, 7 janvier 2012.
  53. Suspension réduite pour Eto'o, www.lequipe.fr, 7 janvier 2012.
  54. Cameroun : Lavagne convoque Samuel Eto'o !, www.jeuneafrique.com, 22 août 2012.
  55. Cameroun : Samuel Eto’o refuse de revenir chez les Lions, www.rfi.fr, 27 août 2012.
  56. Eto'o accepte de revenir, www.sports.fr
  57. Eto'o arrête la sélection, www.lequipe.fr, 8 septembre 2013.
  58. Eto'o est de retour en sélection..., www.lequipe.fr, 8 octobre 2013.
  59. Cameroun: après avoir annoncé sa retraite, Eto'o annonce son retour chez les Lions, www.eurosport.fr, 8 octobre 2013.
  60. « Foot-Cameroun : Eto'o de retour en sélection », sur europe1.fr,‎ (consulté le 3 février 2015)
  61. « Le Cameroun éliminé au 1er tour : "Je ne sais pas si on a tiré les leçons du passé" », sur rts.ch,‎ (consulté le 3 février 2015)
  62. « David Eto'o rejoue avec l'Union de Douala », sur Lion Indomptable,‎
  63. « Entretien avec... Etienne Eto’o : « Je suis au chômage, c’est très difficile de porter ce nom » », sur Foot Mercato : Info Transferts Football - Actu Foot Transfert
  64. a, b et c « Eto'o non vuol vedere la figlia Annie. E nemmeno pagarle gli alimenti », sur La Gazzetta dello Sport - Tutto il rosa della vita
  65. « Cameroun : L'attaquant Samuel Eto'o a divorcé », sur cameroun24.net (consulté le 14 mars 2016)
  66. « Samuel Eto'o fait interdire le livre d'une ex », sur Le Huffington Post (consulté le 8 mars 2016)
  67. Amandine Rebourg, « Revenge porn : le footballeur Samuel Eto'o fait interdire le livre de son ex-compagne, Nathalie Koah », sur Metronews (consulté le 8 mars 2016)
  68. Louise Nsana, « Journal Du Cameroun.com: Le livre de Nathalie Koah «Revenge Porn» interdit de parution », sur Journalducameroun.com (consulté le 8 mars 2016)
  69. « Estadísticas Etoo », sur marca.com
  70. « Profil de Samuel Eto'o », sur fr.soccerway.com
  71. (en) « Samuel Eto'o », sur whoscored.com
  72. « Samuel Eto'o », sur footballdatabase.eu
  73. Samuel Eto'o remporte le Golden Foot Award, www.dhnet.be, 21 septembre 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :