MyHeritage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MyHeritage
Création 2003
Forme juridique Société non cotée en bourse
Siège social Or Yehuda, Israël (près de Tel Aviv-Jaffa) et Tel Aviv, Israël
Activité Internet
Produits Site de généalogie
Logiciel de généalogie
Données historiques consultables
Application mobile
Effectif 255
Site web www.myheritage.fr

MyHeritage est une plateforme de généalogie en ligne avec un site web, une application mobile, et un logiciel[1],[2],[3]. Les utilisateurs de la plateforme peuvent entre autres créer des arbres généalogiques, télécharger et parcourir des photos, et chercher dans des milliards de données historiques internationales[4],[5],[6]. En 2015, le service prend en charge 42 langues et a environ 80 millions d'utilisateurs dans le monde entier[7],[8]. La société est basée à Or Yehuda, en Israël[9] avec des bureaux supplémentaires à Tel Aviv[10], Lehi, dans l’Utah[11], et à Burbank, en Californie.

Historique[modifier | modifier le code]

2003–2007: Fondation et premières années[modifier | modifier le code]

Le premier bureau de MyHeritage dans le village de Bnei Atarot, en Israël

MyHeritage a été fondée en 2003 par Gilad Japhet (qui continue à servir en tant que PDG de la société)[1]. Japhet a démarré l'entreprise dans sa salle à manger dans le moshav de Bnei Atarot. Pendant quelques années, le siège social de l'entreprise fut situé dans une ferme familiale à Bnei Atarot[12],[13]. À ses débuts, MyHeritage a été presque entièrement autofinancé. En 2005, la société a reçu des fonds provenant d'investisseurs providentiels. Le service strictement gratuit est alors devenu freemium[1].

Au départ, les usagers de MyHeritage devaient télécharger les informations généalogiques depuis le logiciel de bureau. L'information pouvait être consultée en ligne, mais ne pouvait pas être modifiée[14]. En 2006, MyHeritage a introduit de nouvelles fonctionnalités, y compris le logiciel de reconnaissance faciale capable de reconnaitre les traits du visage à partir d'une base de données de photographies afin de relier les individus ensemble[15],[16]. En décembre 2006, la société a acquis Pearl Street Software qui était le créateur d’un logiciel généalogique (Family Tree Legends) et d’un site généalogique (GenCircles) avec plus de 160 millions de profils et 400 millions de documents publics[17].

En 2007, MyHeritage avait 150 000 arbres généalogiques, 180 millions de profils de personnes, 100 millions de photos, et 17,2 millions d'utilisateurs dans le monde. Le service était disponible en 17 langues. La société a alors commencé à offrir une nouvelle fonctionnalité en ligne permettant aux utilisateurs de télécharger des informations généalogiques directement sur le site de MyHeritage. MyHeritage a également reçu un total de 9 millions de dollars provenant du financement d’investisseurs, dont la moitié d’Accel[14].

2008–2012: Acquisitions et expansion[modifier | modifier le code]

Le siège de MyHeritage à Or Yehuda, en Israël

En 2008, MyHeritage a levé 15 millions de dollars d'un groupe d'investissement comprenant Index Ventures et Accel[18]. À cette époque, le site était passé à 260 millions de personnes de profils, 25 millions d'utilisateurs, 230 millions de photos et 25 langues prises en charge[19]. Peu de temps après l'obtention de fonds, MyHeritage a acquis Kindo, un service de généalogie du Royaume-Uni[20]. En 2009, la société a publié une nouvelle version de son logiciel de généalogie gratuit, Family Tree Builder, qui comprenait la possibilité de synchroniser entre le logiciel et le site Web[21].

En 2010, la société a acquis le Groupe OSN, basé en Allemagne, un réseau généalogique comprenant 7 sites de généalogie. Parmi ces sites du réseau OSN se trouvaient Verwandt.de en Allemagne, Moikrewni.pl en Pologne, et Dynastree.com aux États-Unis. L’acquisition apporta à MyHeritage plusieurs fonctionnalités (comprenant les blasons, la fusion d’arbres généalogiques, et la possibilité de se lancer dans les applications mobiles) et un total de 540 millions de profils de personnes, 47 millions d’utilisateurs actifs, et 13 millions d'arbres généalogiques[22],[23]. En 2011, ces chiffres sont passés à 760 millions de profils et 56 millions d’utilisateurs après que MyHeritage a acquis Bliscy.pl, un autre site de généalogie polonais[24].

Les autres acquisitions en 2011 comprennent le réseau familial néerlandais, Zooof; BackupMyTree, un service de sauvegarde destiné à protéger jusqu'à 9 téraoctets de données généalogiques hors ligne[25]; et FamilyLink, un développeur de sites de contenu d'histoire familiale et propriétaire d'une grande base de données de documents historiques (WorldVitalRecords.com, qui comprenait des recensements, des actes de naissance, décès et mariage ainsi que des archives de journaux historiques). À la fin de 2011, MyHeritage avait 60 millions d'utilisateurs, 900 millions de profils de personnes, 21 millions d'arbres généalogiques, et était disponible en 38 langues[26]. La société a également publié la première version de son application mobile pour les appareils iOS et Android[27].

En 2012, MyHeritage a dépassé 1 milliard de profils de personnes et a lancé plusieurs fonctionnalités, parmi lesquelles SuperSearch, un moteur de recherche pour des milliards de données historiques, et Record Matching, une technologie qui compare automatiquement MyHeritage avec des documents historiques aux profils sur le site et alerte les utilisateurs chaque fois qu’une correspondance est trouvée pour un parent dans leur arbre généalogique[28],[29],[30].

En novembre 2012, MyHeritage acquiert un de ses principaux concurrents, Geni.com. La société a gardé tous les employés de Geni qui continue à fonctionner comme une marque distincte à Los Angeles, en Californie[31]. Fondée par David Sacks en 2007, Geni est un site de généalogie dont le but est de "créer un arbre généalogique universel."[32] L'acquisition a apporté à MyHeritage 7 millions de nouveaux utilisateurs, portant le nombre total à 72 millions[33]. À l'époque, MyHeritage avait également 27 millions d'arbres généalogiques, 1,5 milliard de profils et était disponible en 40 langues[34]. En plus de l'acquisition de Geni, MyHeritage avait également levé 25 millions de dollars dans un cycle de financement mené par Bessemer Venture Partners[33].

2013–aujourd’hui : Partenariats, poursuite de la croissance, et au-delà[modifier | modifier le code]

En 2013, MyHeritage a conclu un partenariat stratégique pour permettre à FamilySearch d’utiliser ses technologies permettant à ses utilisateurs de retrouver plus facilement leurs ancêtres. Au moment de la transaction, MyHeritage avait 75 millions d'utilisateurs inscrits et 1,6 milliard de profils de personnes[35]. La société a également obtenu l'accès à toutes les fiches des recensements des États-Unis de 1790 à 1940[36].En avril 2013, MyHeritage a lancé Family Tree Builder 7.0 qui comprenait de nouvelles fonctionnalités telles la synchronisation, Unicode, et Record Matches[37].

MyHeritage a également introduit une fonction Web intitulée Record Detective qui fait automatiquement les connexions entre les différentes données historiques[38].

En 2014, MyHeritage a annoncé des partenariats et des collaborations avec de nombreuses entreprises et entités. En février 2014, la société a commencé un partenariat avec BillionGraves pour numériser et documenter les tombes et cimetières du monde entier[39]. En octobre 2014, MyHeritage a annoncé une collaboration avec 23andMe[40]. En octobre de la même année, la société a commencé un partenariat avec EBSCO Information Services pour fournir aux établissements d'enseignement (bibliothèques, universités, etc.) un accès gratuit à la base de données historique de MyHeritage[41]. En décembre 2014, MyHeritage a conclu un accord avec les Archives nationales du Danemark pour indexer les recensements et les registres paroissiaux de 1646 à 1930 (un total d'environ 120 millions de documents)[42]. La société a également dépassé les 5 milliards de données historiques dans sa base de données en 2014[43] et a lancé la fonctionnalité des Instant Discoveries, qui permet aux utilisateurs d'ajouter d’un coup des branches entières de parents à leur arbre généalogique[44].

En 2015, MyHeritage a atteint 6,3 milliards de données historiques[45], 80 millions d'utilisateurs inscrits, et 42 langues disponibles[7]. De plus la technologie de Traduction Internationale des Noms a été lancée; elle traduit automatiquement les noms de langues différentes pour que la recherche des ancêtres soit plus efficace[45].

Produits et services[modifier | modifier le code]

Les produits et services de MyHeritage existent dans les domaines du web, du mobile et des logiciels téléchargeables[1],[2],[3]. Le site Web de la société, MyHeritage.com, fonctionne sur un modèle freemium. S’inscrire, commencer à construire un arbre généalogique et recevoir des correspondances est gratuit. Le site fournira des aperçus de données historiques, de journaux ou d'autres arbres généalogiques, mais pour consulter la version intégrale de ces données, ou pour confirmer les relations, l'utilisateur devra avoir un abonnement payant. En outre, seuls les utilisateurs payants peuvent communiquer avec les autres membres[46].

La base de données en ligne de MyHeritage contient 6,3 milliards de données historiques[45], comprenant des recensements, des actes de naissance, mariage, décès, des documents militaires et d'immigration ainsi que des journaux historiques[26]. La fonctionnalité SuperSearch permet aux utilisateurs de rechercher à travers tout le catalogue des données historiques du site pour trouver des informations sur des parents potentiels[28],[30]. Les utilisateurs peuvent également télécharger des photos sur leurs arbres généalogiques[36]. L’application mobile de MyHeritage est disponible pour les appareils iOS et Android et offre une gamme de fonctionnalités similaires, parmi lesquelles la possibilité de consulter et de modifier les arbres généalogiques, de rechercher dans les bases de données historiques et de capture et de partager des photos[3].

Technologies de correspondances[modifier | modifier le code]

MyHeritage utilise plusieurs technologies de correspondance pour la recherche de l'histoire familiale. Celles-ci comprennent Smart Matching, Record Matching, Record Detective, Instant Discoveries, la Traduction Internationale des Noms, et Search Connect. Smart Matching est utilisé pour comparer l'arbre généalogique d'un utilisateur avec les arbres généalogiques de tous les autres utilisateurs. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs d'utiliser des informations sur leurs familles, venant d'autres utilisateurs qui pourraient leur être apparentés[2]. Record Matching est similaire ; il compare et fait correspondre les arbres généalogiques avec les données historiques[28],[29].

Record Detective est une technologie qui relie des données historiques connexes basées sur les informations d'une donnée historique. Elle utilise aussi des arbres généalogiques existants pour établir des connexions entre les données (par exemple, un certificat de décès et une licence de mariage)[38]. Instant Discoveries est une fonctionnalité qui compare les arbres généalogiques des utilisateurs à d'autres arbres généalogiques et aux données, puis instantanément leur montre une grande quantité d'information sur leur famille trouvée dans ces sources, emballée en une toute nouvelle branche qu’ils peuvent ajouter à leurs arbres[44]. La traduction Internationale des Noms permet aux utilisateurs de rechercher un parent dans leur langue, mais d’obtenir des données historiques avec le nom de leurs parents dans d'autres langues[45].

Search Connect est une fonctionnalité annoncée par MyHeritage en juillet 2015 et publiée en novembre de la même année[47]. La fonctionnalité indexe les requêtes avec les métadonnées des dates, lieux, personnes, etc., puis les affiche dans les résultats de recherche lorsque d’autres utilisateurs effectuent une recherche similaire. La fonctionnalité permet aux utilisateurs effectuant des recherches similaires d’entrer en contact afin de pouvoir collaborer[48].

Family Tree Builder[modifier | modifier le code]

Family Tree Builder est un logiciel téléchargeable gratuitement qui permet aux utilisateurs de construire des arbres généalogiques, de télécharger des photos, d’afficher des cartes et des statistiques, et plus encore. Le téléchargement du logiciel est gratuit mais, tout comme le site de MyHeritage, il dispose d’un modèle freemium et les utilisateurs peuvent acheter un forfait Premium pour avoir plus de fonctionnalités. La version actuelle du logiciel (Family Tree Builder 7.0) a été publiée en 2013 et a apporté des fonctionnalités comme Record Matching, la prise en charge d’Unicode, et un nouveau système de synchronisation. Les informations sur Family Tree Builder peuvent être consultées et mises à jour sur le site de MyHeritage et sur l'application mobile de MyHeritage[37].

Reconnaissance et récompenses[modifier | modifier le code]

En 2013, MyHeritage a été choisie par Globes comme la startup israélienne la plus prometteuse en 2013–2014. La compagnie a été classée numéro un parmi un choix de 4800 startups[49]. En outre en 2013, Deloitte a classé MyHeritage au 10e rang des compagnies ayant la plus forte croissance en Europe, au Moyen-Orient, et en Afrique (EMEA) sur la liste Deloitte Fast 500[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Pascal-Emmanuel Gobry, « How A Startup No One Would Touch Crushed Silicon Valley Moguls And Became A Giant », Business Insider,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c David Meyer, « MyHeritage automates record-matching as genealogy wars heat up », Gigaom,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c « MyHeritage sort une application remaniée pour la généalogie », Business Wire,‎
  4. Marc Cherki, « MyHeritage s'offre un site américain de généalogie », Lefigaro,‎ (lire en ligne)
  5. Clément Bècle, « MyHeritage + FamilySearch = Super SuperSearch », genBecle.org,‎ (lire en ligne)
  6. Guillaume de Morant, « MyHeritage annonce la version 7 de Family Tree Builder », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Ganna Rudenko, « Anna Milkman: You shouldn’t think that manna from heaven is everywhere here », Jewish News,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « MyHeritage », sur www.crunchbase.com (consulté le 2 novembre 2015)
  9. Gabe Friedman, « Global Family Reunion a triumph for online genealogy », The Times of Israel,‎ (lire en ligne)
  10. Guillaume de Morant, « MyHeritage annonce 5 milliards de données historiques », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  11. Guillaume de Morant, « Généalogie internationale : MyHeritage lance un outil de traduction automatique », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  12. Madhumita Venkataramanan, « MyHeritage: reuniting the war's lost families », Wired UK,‎ (lire en ligne)
  13. Guillaume de Morant, « Tableaux spoliés. La France peut mieux faire », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  14. a et b Michael Arrington, « MyHeritage Takes 180 Million People Profiles To War With Geni », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  15. Ellen Crean, « Family Trees Grow Online », CBS News,‎ (lire en ligne)
  16. Joe Heim, « MyHeritage.com », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  17. Nicholas Deleon, « MyHeritage Expands Its Family Tree », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  18. Ernst-Jan Pfauth, « MyHeritage raises $15 million from Index and Accel », The Next Web,‎ (lire en ligne)
  19. Michael Arrington, « Family Tree Wars Continue: MyHeritage Raises Big Round, Shows Impressive Growth », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  20. Ernst-Jan Pfauth, « MyHeritage adds another branch to its tree: Kindo », The Next Web,‎ (lire en ligne)
  21. Ayelet Noff, « MyHeritage Releases New Version of Family Tree Builder », The Next Web,‎ (lire en ligne)
  22. Sarah Lacy, « MyHeritage Buys Germany's OSN, Now 540 Million Profiles Strong », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  23. Guillaume de Morant, « MyHeritage rachète Familleunie : une nouvelle ambition sur le marché français ? », GénéInfos,‎ (lire en ligne)
  24. Robin Wauters, « Exclusive: MyHeritage acquires Poland's Bliscy.pl, now 760 million profiles strong », TEchCrunch,‎ (lire en ligne)
  25. Robin Wauters, « MyHeritage.com Acquires Family Tree Backup Service BackupMyTree », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  26. « MyHeritage dévoile une application mobile innovante axée sur les arbres généalogique », Business Wire,‎ (lire en ligne)
  27. a, b et c Guillaume de Morant, « MyHeritage : 1 milliard de profils dont 1 million en France », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  28. a et b Guillaume de Morant, « Mondialisation généalogique : MyHeritage acquiert Geni.com », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  29. a et b Guillaume de Morant, « MyHeritage lance son "supermoteur" », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  30. Benny Evangelista, « Family tree site Geni, which begat Yammer, sold to rival MyHeritage », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  31. Michael Arrington, « PayPal, Pulp Fiction and Geni », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  32. a et b Matthew Lynley, « MyHeritage Raises $25 Million, Aquires Geni », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  33. Rebecca Grant, « MyHeritage acquires Geni and $25M to build family tree of the whole world », VentureBeat,‎ (lire en ligne)
  34. Frederic Lardinois, « MyHeritage Partners With FamilySearch To Add Billions Of Historical Records To Its Genealogy Database », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  35. a et b Raf Weverbergh, « This Israeli startup has more profiles than Facebook (and no bots among them): the MyHeritage story », Whiteboard Magazine,‎ (lire en ligne)
  36. a et b Clément Bècle, « MyHeritage Family Tree Builder 7.0 : Cloud Computing », genBECLE.org,‎ (lire en ligne)
  37. a et b « Deux nouveautés chez MyHeritage : Record Detective et Extraire l'info », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  38. « MyHeritage, BillionGraves to digitalize world's cemeteries », Globes,‎ (lire en ligne)
  39. Roy Goldenberg, « MyHeritage teams with personal DNA co 23andMe », Globes,‎ (lire en ligne)
  40. « MyHeritage a conclu un partenariat avec EBSCO Information Services afin d’amener MyHeritage dans les bibliothèques et les établissements d'enseignement du monde entier », Business Wire,‎ (lire en ligne)
  41. « MyHeritage to Digitize and Add More Than 120 Million Historical Records from Denmark », Business Wire,‎ (lire en ligne)
  42. Frederic Lardinois, « MyHeritage Passes 5 Billion Historical Records, Adds 5 Million Daily », TechCrunch,‎ (lire en ligne)
  43. a et b Sophie Boudarel, « MyHeritage lance Instant Discoveries : vos ancêtres en un clic ? », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  44. a, b, c et d Mike Gorrell, « MyHeritage breaks down language barriers », The Salt Lake Tribune,‎ (lire en ligne)
  45. Richard Gutjahr, « Interview with Gilad Japhet, CEO and founder of MyHeritage.com », Gutjahr.biz,‎ (lire en ligne)
  46. (en) « MyHeritage connecte les généalogistes qui cherchent les mêmes ancêtres », La Revue française de Généalogie,‎ (lire en ligne)
  47. « Introduction à Search Connect™ - chaque recherche est désormais une donnée ! », MyHeritage Blog (French),‎ (lire en ligne)
  48. Pierre Gonzva, « La start up israélienne la plus prometteuse en 2013 est MyHeritage », israelValley.com,‎ (lire en ligne)
  49. Yossi Nissan, « 3 Israeli tech cos make Deloitte European top ten », Globes,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :