Pietro Paolo Virdis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pietro Paolo Virdis
Image illustrative de l’article Pietro Paolo Virdis
Virdis en 1988
Biographie
Nom Antonio Pietro Paolo Virdis
Nationalité Drapeau : Italie Italien
Naissance (62 ans)
Lieu Sassari (Italie)
Taille 1,82 m (6 0)[1]
Période pro. 19731991
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1971-1973Drapeau : Italie Juvenilia Sassari
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1973-1974Drapeau : Italie Nuorese25 (11)
1974-1977Drapeau : Italie Cagliari75 (24)
1977-1980Drapeau : Italie Juventus73 (17)
1980-1981Drapeau : Italie Cagliari22 (5)
1981-1982Drapeau : Italie Juventus37 (12)
1982-1984Drapeau : Italie Udinese45 (12)
1984-1989Drapeau : Italie AC Milan135 (53)
1989-1991Drapeau : Italie Lecce46 (8)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1976-1978Drapeau : Italie Italie espoirs 8 (1)
1987-1988Drapeau : Italie Italie olympique 15 (9)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Antonio Pietro Paolo Virdis (né le à Sassari dans la province éponyme en Sardaigne) est un footballeur italien évoluant au poste d'attaquant.

Il était surnommé le « Tamburino Sardo[2] ». Il a un fils, Francesco, également joueur de football.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir joué avec la Juvenilia, il fait ses débuts en serie D avec la Nuorese en 1973-74. À pas encore 16 ans, il se met en lumière en inscrivant 11 buts. Il rejoint alors le grand club de son île (la Sardaigne), Cagliari, avec qui il fait ses débuts en Serie A le contre le Lanerossi Vicence à seulement 17 ans. L'année suivante, il dispute 23 rencontres et inscrit 6 buts, mais ne peut pourtant pas éviter la rétrocession des rossoblù à cause surtout de la grave blessure du capitaine Gigi Riva. Durant cette période, Cagliari avec Riva, Virdis ou encore Gigi Piras, formèrent probablement une des plus fortes attaque de l'histoire du club sarde.

Virdis avec le Cagliari en la saison 1974-75

La saison suivante, il inscrit 18 buts et entre alors en ligne de mire du géant du nord de la Juventus, qui finit par l'acheter en 1977. À la Juve, il dispute sa première rencontre le lors d'une victoire 2-0 contre Sambenedettese en Coppa Italia. Il reste trois saisons à Turin et y remporte deux titres (un championnat et une coupe).

En 1980, il retourne en Sardaigne pour un an, avant d'à nouveau se retrouver bianconero en 1981. Après une dernière saison avec la formation piémontaise, il part la saison suivante rejoindre le club de l'Udinese pour laisser la place à Paolo Rossi, de retour de suspension après la coupe du monde 1982. À Udine, Virdis joue peu lors de sa première saison à cause de plusieurs blessures, mais inscrit tout de même 10 buts.

En 1984, il est acquis par le Milan, avec qui il reste jusqu'en 1989. En Lombardie, il s'impose enfin parmi les plus forts attaquants italiens de son époque. Il atteint son apogée lors de la saison 1986-1987 lorsqu'il termine capocannoniere de Serie A avec ses 17 buts. La saison suivante, ses buts permettent à l'Associazione Calcio Milan de récupérer des points sur le Napoli, et inscrit même un doublé décisif lors du match Naples-Milan (2-3) du , partie fondamentale pour la conquête du scudetto des rossoneri. L'année suivante, il remporte également la Coupe des clubs champions le à Barcelone, où, en finale contre le Steaua Bucarest, il entre en jeu à la place de Ruud Gullit à la 60e minute.

Il se retire du monde du football en 1991, après avoir disputé deux dernières saisons avec le club de Lecce.

Durant sa carrière, il n'a jamais joué en équipe A italienne, mais a disputé 8 matchs et inscrit un but en équipe d'Italie espoirs, ainsi que 15 matchs pour 9 buts en équipe olympique, avec qui il disputa les JO de Séoul 1988.

Il a ensuite travaillé en tant que commentateur télévisé et en tant que gérant d'un magasin d'alimentaire et de vin à Milan[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Drapeau : Italie Juventus
 
Drapeau : Italie AC Milan

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Calciatori ‒ La raccolta completa Panini 1961-2012, Panini, 28 mai 2012, Vol. 4 (1987-1988), page 41.
  2. (it) I SOPRANNOMI DEI GIOCATORI — Juworld.net
  3. (it) Corriere dello Sport « Copie archivée » (version du 10 mai 2012 sur l'Internet Archive)
  4. (en) Igor Kramarsic et Alberto Novello, « Italy - Serie A Top Scorers », sur www.rsssf.com, RSSSF, (consulté le 9 avril 2010)