Jean-Claude Lattès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lattès.
Jean-Claude Lattès
une illustration sous licence libre serait bienvenue
JC Lattès
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint

Jean-Claude Lattès, né le à Nice et mort le à Paris, est un éditeur et écrivain français.

Il est le fondateur des éditions Jean-Claude Lattès.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jean-Claude Lattès est le fils d'Alfred Lattès, dit Fred, marchand de tissus, conseiller municipal de Nice de 1965 à 1977, et figure de la communauté juive de la ville ; il a deux frères[1].

Après le baccalauréat, il fait des études de lettres et de commerce (à l'ESCP). À 21 ans, il rentre à Combat au service culturel et collabore aux pages lettres de Candide, L’Express, Les Nouvelles littéraires et L’Observateur.

En 1965, il prend la tête du service promotion des éditions Robert Laffont. En 1968, il crée avec Jacques Lanzmann Édition Spéciale, où sont publiés des livres événement. Le premier, Ce n’est qu’un début de Philippe Labro, trouve un large public.

Éditions Jean-Claude Lattès[modifier | modifier le code]

En 1972, Jean-Claude Lattès fait cavalier seul, Édition Spéciale devient éditions Jean-Claude Lattès. De 1972 à 1981, cette maison publie près de 2 000 titres et rencontre de grands succès avec Le Sac de billes, de Joseph Joffo, L'Amour aveugle, de Patrick Cauvin, Louisiane, de Maurice Denuzière, Le Nabab d'Irène Frain, Léon l'Africain d'Amin Maalouf ou encore Le Vent du soir, de Jean d’Ormesson. De nombreux jeunes auteurs sont découverts, des collections sont dédiées à la musique, à la culture juive, à la culture arabe (dont les romans de Naguib Mahfouz qui obtiendra le prix Nobel) sans oublier de nombreux documents politiques et historiques.

En 1981, Jean-Claude Lattès cède sa maison au groupe Hachette et devient directeur général du groupe Livre qu’il redresse et internationalise.

De l'édition à l'écriture[modifier | modifier le code]

En 1991, Jean-Claude Lattès quitte Hachette, s’installe dans un vignoble en Provence, à Mirabeau dans le Vaucluse, voyage et s’adonne à ses passions préférées : la lecture, l’écriture, les voyages. Avec Éric Deschodt il écrit deux romans : Le Seul Amant et Marguerite et les enragés, fruits de séjours en Inde et en Italie.

Sa passion pour l’Antiquité l’amène à vivre à Rome, à Jérusalem et à Alexandrie, lieux où vécut un roi méconnu, Agrippa Ier, dans la première moitié du Ier siècle. Sa biographie, intitulée Le Dernier Roi des Juifs, paraît en 2012 chez NiL Éditions.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Lattès a été l'époux de Nicole Lattès[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Le Dernier Roi des Juifs, NiL éditions (ISBN 2841116263) Traduit en américain sous le titre The Last King of the Jews par William Rodarmor, il est publié comme e-book par Open Road Media en janvier 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger-Louis Bianchini, « Les Lattès », L'Express.fr,‎ (lire en ligne).
  2. « Le célèbre éditeur Jean-Claude Lattès est mort à l'âge de 76 ans », sur Le Figaro.fr, (consulté le 28 janvier 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]