Sylvain Wiltord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sylvain Wiltord
Sylvain Wiltord Rennes 081229.jpg
Wiltord à l'entraînement avec le Stade rennais en 2008.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (41 ans)
Lieu Neuilly-sur-Marne (France)
Taille 1,74 m (5 9)
Période pro. 1993 - 2012
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
0000-1988 Drapeau : France SFC de Neuilly-s/-Marne
1988-1991 Drapeau : France FC Joinville-le-Pont
1991-1993 Drapeau : France Stade rennais
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1993-1997 Drapeau : France Stade rennais 137 0(36)
1997-2000 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 136 0(59)
2000-2004 Drapeau : Angleterre Arsenal FC 175 0(49)
2004-2007 Drapeau : France Olympique lyonnais 114 0(32)
2007-2009 Drapeau : France Stade rennais 041 00(8)
2009 Drapeau : France Olympique de Marseille 014 00(1)
2010 Drapeau : France FC Metz 015 00(3)
2011-2012 Drapeau : France FC Nantes 036 00(8)
Total 667 (196)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1995-1996 Drapeau : France France espoirs 009 00(3)
1996 Drapeau : France France olympique[1] 004 00(0)
1999-2006 Drapeau : France France 092 0(26)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 17 mars 2015

Sylvain Wiltord, né le à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), est un footballeur international français.

Wiltord commence sa carrière de joueur professionnel au centre de formation du Stade rennais. À la suite des Jeux olympiques 1996 d’Atlanta, il s’engage aux Girondins de Bordeaux avec lesquels il remporte son premier titre de Champion de France et de meilleur buteur en 1999. Vainqueur de l'Euro 2000 avec les Bleus, il signe à Arsenal où il évolue quatre saisons. Il dispute 175 matchs avec les Gunners avec lesquels il remporte deux titres de champion d'Angleterre (2002 et 2004) et deux Coupes d’Angleterre (2002 et 2003). À la fin de son contrat en 2004, il décide de revenir en France, à l’Olympique lyonnais, où il participe à la conquête de trois titres successifs de Champion de France (2005, 2006 et 2007). À la suite de ces nombreux titres, Sylvain Wiltord retrouve son club formateur le Stade rennais, puis l’Olympique de Marseille, le FC Metz et enfin le FC Nantes.

Il est sélectionné en équipe de France pour le Championnat d’Europe des nations 2000. Au terme d’une compétition incroyable, il décroche le titre de Champion d’Europe, en inscrivant le but égalisateur face à l’Italie à la 94e minute de jeu, lors de la finale. Joueur tricolore de 1999 à 2006, il comptabilise 92 sélections et inscrit vingt-six buts avec les Bleus. Outre son titre de Champion d’Europe, il remporte également la Coupe des Confédérations en 2001 et 2003 et est finaliste de la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Wiltord est le plus capé des non-Champions du monde 1998.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts en Île-de-France[modifier | modifier le code]

Né de parents originaires de France d'outre-mer, Sylvain Wiltord grandit dans la cité des Fauvettes à Neuilly-sur-Marne. Après avoir commencé à jouer au football avec une balle de tennis sur le goudron de la cour du groupe scolaire André-Chénier puis dans les rues de son quartier aux côtés d'enfants plus grands. Le dernier des huit enfants du clan Wiltord signe sa première licence au Sporting Football Club de Neuilly comme ses frères avant lui. Premier maillot officiel et première rafale de buts, Sylvain grandit, trop vite pour une mère aide-soignante qui l'élève seul. En 1988, il déménage chez sa grande sœur à Boissy-Saint-Léger dans le Val-de-Marne. À quatorze ans, il prend alors une licence au club amateur de la ville de Joinville-le-Pont[2]. Il prend rapidement du galon, au point que ses dirigeants lui demande de passer une visite médicale pour autoriser son surclassement en seniors, à quinze ans et demi[3].

Lors de la saison 1990-1991, Sylvain Wiltord, alors en BEP vente[4], joue pour le plaisir au FC Joinville-le-Pont en région parisienne. Le président de son club possède un contact au sein du Stade rennais et Wiltord est convoqué pour un essai à 17 ans[3]. « À l’époque, on cherchait des attaquants au centre de formation » déclare Patrick Rampillon. « Un jour, j’ai reçu un coup de téléphone de Daniel Rodighiero, ancien grand joueur du club. Il me disait qu’il avait entendu parler d’un phénomène. On est donc parti le voir à Joinville et nous lui avons demandé de venir faire un essai »[5].

Formation et débuts professionnels au Stade rennais (1991-1997)[modifier | modifier le code]

Photographie du logo du Stade rennais et de l'inscription « Centre de formation E.T.P. Odorico ».
Wiltord passe par le centre de formation du Stade rennais de 1991 à 1993.

Quelques jours plus tard, le centre de formation attend la venue du jeune joueur de la région parisienne. Les heures passent et aucun footballeur ne se présente. On croit le rendez vous décommandé, jusqu’à ce que le président du centre de formation des cyclistes de Rennes appelle pour signaler la présence d’un jeune joueur dans leur structure. L’après midi lors d'un match, le Francilien fait ses preuves [5] et les entraîneurs bretons lui disent de rester[3].

Trop âgé pour débuter avec les moins de 17 ans, Wiltord effectue ses gammes avec la DH avant d'intégrer l'équipe réserve gérée par Patrick Rampillon en Division 3[3]. Sans problème sur le terrain, le Francilien apprend la discipline à coups d'amendes : « Cinq « balles » pour chaque minute de retard, dix balles pour ceci, pour cela... Des fois, ma prime de match en D3 (800 francs) y passait carrément »[4]. Un peu plus d’un an après son arrivée, sous la houlette Michel Le Milinaire, l’adolescent turbulent fait ses débuts professionnels. Le 19 septembre 1992, sur le terrain du FC Bourges, Wiltord remplace Émerick Darbelet et est lancé en Division 2[6].

Voyant vite les qualités du jeune homme, l'entraîneur en fait un titulaire dès la saison suivante, lors de laquelle Wiltord, associé notamment à Jocelyn Gourvennec, contribue au retour du Stade rennais dans l’élite[6]. Wiltord joue son premier match en Division 1 le 29 juillet 1994 à Saint-Étienne (1-1) et inscrit son premier but en octobre contre Auxerre. Aux côtés de Marco Grassi et de Pierre-Yves André, l'attaquant feu-follet trouve la cadence (25 matchs et 5 buts). Lors de la saison 1995-1996, le Stade rennais accroche la huitième place et se qualifie pour la Coupe Intertoto 1996. Sylvain avale 37 matchs et signe quinze buts[5],[6]. Avant de s'envoler pour les Jeux olympiques, il donne son accord au Deportivo La Corogne mais les Rennais refusent de le laisser partir. Devant rester contre son gré, il est souvent sur le banc lors de la saison 1996-1997 en pas à son meilleur niveau physiquement, il n'inscrit que trois buts. Après cette saison noire, La Corogne revient à la charge mais Sylvain ne se voit plus émigré en Espagne. En effet, à l'intersaison, l’entraîneur brésilien Carlos Alberto Silva, à l'origine de sa venue, est limogé et remplacé par José Manuel Corral (es). Ce nouvel entraîneur ne le connaît pas et ne veut pas de lui[6]. Wiltord demande à son président de lui trouver une autre destination et « Nino » rejoint les Girondins de Bordeaux à cinq jours de la reprise[3].

Explosion aux Girondins de Bordeaux (1997-2000)[modifier | modifier le code]

Alors qu'il a manqué toute la préparation, Wiltord joue son premier match sous le maillot bordelais contre l'AS Monaco le 2 août 1997 puis marque son premier but le 30 août suivant contre l'AJ Auxerre. Sylvain Wiltord joue son premier match de Coupe d'Europe contre Aston Villa le 16 septembre 1997 lors de la Coupe UEFA 1997-1998 avec les Girondins de Bordeaux[7]. Cantonné au côté droit de l'attaque, Wiltord se cherche à ses débuts en Gironde sous la direction de Guy Stephan avant de se libérer lors de la prise de fonction d'Elie Baup en décembre. Replacé dans l'axe et encouragé et conseillé par Jean-Pierre Papin, Sylvain termine la saison 1997-1998 en trombe(dix buts en 34 matchs). Le 13 février 1998, il marque son premier doublé contre Montpellier HSC puis le 7 mars suivant son premier triplé contre l'En Avant de Guingamp. La saison se termine au Stade de France pour la finale de la Coupe de la Ligue perdue contre le Paris SG devant sa famille et ses amis[3].

Il commence fort la saison suivante (1998-1999) avec sept buts lors des sept premières journées dont un doublé contre Le Havre AC. Il marque ensuite cinq nouveaux doublés durant la saison contre Toulouse, Marseille, Bastia, Nancy et Paris ce qui lui permet de terminer meilleur buteur du championnat avec 22 buts inscrits. De plus, il aide Bordeaux à remporter le titre de champion de France 1998-1999. Son duo d'attaque avec Lilian Laslandes est le plus efficace du championnat.

Wiltord reste une saison supplémentaire aux Girondins et dispute la Ligue des Champions.

Auréolé d'un titre de champion d'Europe des nations, Sylvain Wiltord est transféré à Arsenal au terme d'un bras de fer avec son club qui veut le garder une saison de plus. Le montant du transfert constitue alors un record avec près de vingt millions d'euros. Le joueur appartient pour moitié au Deportivo La Corogne ce qui complique les négociations.

Le plus haut niveau à Arsenal (2000-2004)[modifier | modifier le code]

Avec Robert Pirès, Wiltord fait partie de la troupe de Français présents à Arsenal à cette période.

Sylvain Wiltord déménage à Highbury en août 2000. Il rejoint un grand contingent français à Arsenal dont Patrick Vieira, Robert Pirès et Thierry Henry, mais la présence de ce dernier - pour ne pas mentionner Dennis Bergkamp - signifie que Wiltord dut attendre son heure pour évoluer à son poste de prédilection en attaque[8].

La présence de Thierry Henry et Dennis Bergkamp empêche Wiltord de s'imposer au poste d'avant-centre. Arsène Wenger l'utilise alors sur l'aile droite où il arrive tout de même à se rendre efficace avec plusieurs buts importants. Le Français en inscrit quinze toutes compétitions confondues la première saison, dont six en autant de match de Cup dont le parcours prend fin en finale, perdue face à Liverpool. En mars 2001, le Francilien inscrit son premier triplé en seulement 33 minutes face à West Ham United[8].

Après une saison d'adaptation, Wiltord hausse son niveau de jeu en 2001-2002. Sa vitesse et son aptitude à tirer dans des situations difficiles lui servent, il marque dix-sept fois, dont deux buts importants contre Chelsea et Bolton avant le but du titre. En mai 2002, lors d'un match décisif contre Manchester United où une victoire assurerait le sacre aux Gunners, Sylvain Wiltord reprend une frappe de Fredrik Ljungberg détournée par Fabien Barthez et offre le titre au club londonien[8]. L'attaquant remporte également la Coupe d’Angleterre face à Chelsea (2-0) puis le Community Shield 2002 contre United (3-1).

Wiltord fait un bon départ lors de la campagne suivante, marquant six buts lors des six premiers matchs de championnat. Cette réussite disparait ensuite avec seulement sept buts supplémentaire pour le reste de la saison. Le joueur est remplaçant lors de la finale de Coupe contre Southampton en mai 2003 et entre en jeu durant la seconde période[8]. Le groupe s'incline aux tirs-aux-buts lors du Community Shield 2003 face à Manchester United.

Durant la saison 2003-2004, celle des « Invincibles », une blessure à la cheville écarte Wiltord pendant trois mois. Il réussit ensuite à faire partie de cette équipe historique[8].

Wiltord quitte le club au terme de son contrat en juin 2004[8]. Au total, il dispute 175 rencontres pour Arsenal et inscrit 49 buts[9].

En mai 2008, Sylvain Wiltord est élu, par des dizaines de milliers de fans d'Arsenal à travers le monde, parmi la liste des cinquante plus grands Gunners de l'histoire[8].

Triple champion avec l'Olympique lyonnais (2004-2007)[modifier | modifier le code]

Finale de la Coupe de la Ligue face à Bordeaux.

Le 31 août 2004, au terme du marché des transferts, Sylvain Wiltord rejoint l'Olympique lyonnais.

Il joue son premier match sous ses nouvelles couleurs lors de la cinquième journée de Ligue 1 contre son ancien club du Stade rennais et marque son premier but contre l'AJ Auxerre le 27 novembre suivant. Le 4 janvier 2006, il inscrit un triplé contre le RC Strasbourg (0-4) puis un doublé contre Sochaux le 18 mars suivant (0-4).

Il se distingue notamment par sa capacité à inscrire des buts décisifs lorsque l'équipe est en difficulté. Lors de sa première saison à Lyon, l'entraîneur, Paul Le Guen, l'utilise généralement comme attaquant central, soutenu par Florent Malouda et Sidney Govou respectivement positionnés à sa gauche et à sa droite. Les saisons suivantes, le nouvel entraîneur de l'Olympique lyonnais, Gérard Houllier, le positionne sur le flanc droit où il joue en alternance avec Sidney Govou.

Avec le club lyonnais, Wiltord participe activement à la conquête de trois titres successifs de champion de France en 2005, 2006 et 2007. Il perd en finale de la Coupe de la Ligue 2006-2007 contre son ancien club des Girondins de Bordeaux.

Parcours en sélection (1999-2006)[modifier | modifier le code]

Lancé sur le tard, Sylvain Wiltord enfile son premier maillot bleu avec les Espoirs de Raymond Domenech. C'est face à la Pologne au Touquet lors des éliminatoires pour l'Euro de la catégorie ayant lieu en 1996. Au sein du groupe battu par l'Italie en demi-finale, il s'offre la médaille de bronze. Quelques semaines plus tard, il s'envole pour Atlanta et les JO 1996 avec les Pirès, Vieira et autres Makelele. L'aventure s'arrête en quart-de-finale contre le Portugal. Victime de la concurrence et des choix de l'entraîneur, il n'est titularisé qu'à une seule reprise lors des quatre rencontres française, et rentrant trois fois en jeu[3].

Sylvain Wiltord fête sa première sélection le 10 février 1999 à Wembley contre l'Angleterre (victoire 2-0)[10].

Lors de la finale de l'Euro 2000 disputée entre la France et l'Italie à Rotterdam, les Transalpins mènent 1-0 et le chronomètre affiche 93 minutes. Mais Wiltord, rentré à l'heure de jeu, vient doucher l'adversaire en arrachant l'égalisation à l'ultime seconde (90'+4). Quelques minutes plus tard, David Trezeguet inscrit le but en or qui offre aux Bleus leur deuxième titre européen[11]. Wiltord joue cinq matchs durant la compétition et marque deux buts.

Wiltord remporte également deux Coupes des Confédérations. Lors de la première en 2001, il jouent cinq matchs et marque deux buts contre la Corée du Sud et le Mexique. Puis durant la seconde en 2003 face au Cameroun (1-0). Il joue cinq matchs et marque en demi-finale contre la Turquie.

Il participe aussi aux Coupes du monde 2002 et 2006 en jouant tous les matchs mais ne marque jamais. Il perd en finale du mondial allemand aux tirs-aux-buts face à l'Italie. Il est dans le groupe français lors de l'Euro 2004 où la France est éliminée en quart-de-finale contre la Grèce, futur vainqueur.

Le 15 novembre 2006, en match amical contre la Grèce, Sylvain Wiltord joue son dernier match pour l'équipe de France (victoire 1-0). Ses statistiques s'arrêtent à 92 sélections et 26 buts marqués[12]. Il est alors le plus capé des français non-champions du monde en 1998.

Retour à Rennes et pige à Marseille (2007-2009)[modifier | modifier le code]

Hambourg-Rennes en Coupe UEFA en novembre 2007.

Durant l'été 2007, dix ans après son départ et aux prix d’un long feuilleton aux multiples rebondissements, Sylvain Wiltord fait son retour au Stade rennais, son club formateur[6]. Il reporte les couleurs de son club formateur contre le FC Metz le 23 août 2007 en entrant en jeu à la place de Jimmy Briand et marque le 6 octobre suivant son premier but depuis son retour contre le PSG lors d'une victoire 3-1 au Parc des Princes. Le 13 janvier 2008, il marque un doublé contre l'Olympique de Marseille.

Après des débuts prometteurs, le retour de l’enfant prodigue tourne court. Suite au remplacement de Pierre Dréossi, Guy Lacombe pointe du doigt les performances du joueur depuis le début de la saison 2008-2009, rapidement mis à l’index. Lors d'une interview le 7 août 2008, Wiltord dévoile son sentiment d'inutilité qui lui vaut une mise à l'écart. Mais, alors que Jimmy Briand truste l'axe sans marquer, Lacombe semble décidé à utiliser l'ancien lyonnais avec parcimonie, uniquement quand il n'a pas le choix, un Wiltord toujours buteur[13]. Lacombe ne compte ensuite plus sur lui et l'envoie jouer en CFA avec l'équipe réserve. Ce dernier n’acceptant pas sa disgrâce, finit par s’en épancher dans la presse, provoquant sa mise à l’écart définitive. En janvier 2009, lors du mercato hivernal, le Francilien est laissé libre et s’engage avec l’Olympique de Marseille jusqu'à la fin de saison[6].

Le 28 janvier 2009, il débute sous le maillot olympien au Stade Gerland contre son ancien club, Lyon en seizièmes-de-finale de la Coupe de France[14] en rentrant à la 77e minute à la place de Mathieu Valbuena. Le 1er février 2009, il effectue sa première titularisation au Stade Auguste-Bonal contre le FC Sochaux pour la 22e journée du championnat. Wiltord est affûté physiquement mais utilisé parcimonieusement par le coach marseillais Éric Gerets[15]. Sur un plan purement comptable, son transfert est un échec (0 but en sept matches), mais son énorme influence dans le vestiaire et le rôle de grand frère qu’il joue auprès des plus jeunes joueurs ne sont sans doute pas innocents aux bons résultats de l'OM[16]. Fin avril, il est l'auteur d'une bonne prestation à Lorient en tant que meneur de jeu. Gerets déclare : « Nino a montré exactement comment un numéro 10 devait jouer, un peu comme meneur de jeu et un peu comme joueur dans la surface. Il l'a fait pratiquement à la perfection. Avec un peu de réussite, il aurait en plus marqué un beau "goal". Sa prestation a été très, très convenable »[17]. Il marque son unique but avec l'OM le 17 mai 2009 lors de la 36e journée de Ligue 1, tout juste entré en jeu face à l'Olympique lyonnais au Stade Vélodrome, lors d'une défaite (3-1) qui fait perdre la première place au club phocéen[18]. Il montre toutefois que sa carrière n’est pas finie et qu'il peut relever un dernier challenge.

En fin de contrat en juin 2009, il n'est pas conservé par l’Olympique de Marseille et se retrouve libre de tout contrat. L'ancien international est alors autorisé par le Stade rennais à parfaire sa condition physique avec l'équipe réserve du club. Le manageur Pierre Dréossi indique : « Sylvain s'entraînera avec la réserve. Nous lui avons préparé un programme spécifique. Il restera le temps qu'il trouve un club en France ou à l'étranger »[19]. Il s'entraîne ensuite avec Créteil et à quelques touches avec des clubs de Ligue 2, National et à l'étranger. Wiltord se dit plus tard « surpris quand Marseille ne m'a pas gardé et un peu déçu quand aucun autre club de l'élite ne s'est renseigné sur moi, juste renseigné »[20].

Fin en Ligue 2 (2010-2012)[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2010, après une période de six mois sans jouer de match officiel, Wiltord s'engage avec le club lorrain du FC Metz jusqu'à la fin de saison, avec un an optionnel en cas de montée en Ligue 1. Il joue son premier match sous les couleurs messines le 5 février 2010 en tant que titulaire contre le Nîmes Olympique et s'offre un doublé pour son retour en Ligue 2. Mais la suite se montre plus difficile, car la fin de saison est proche et tandis que son équipe fait une mauvaise série, Wiltord ne marque qu'un but en dix matchs de championnat. Le club ne monte pas et son contrat n'est donc pas prolongé.

En juillet 2011, après une saison sans jouer, Wiltord signe en faveur du FC Nantes. Le 29 juillet, il porte le maillot nantais pour la première fois contre Sedan puis le 22 août, il marque son premier but avec l'équipe nantais pour sa première titularisation face à l'En Avant de Guingamp (victoire 4-0) et est également l'auteur d'une passe décisive pour Jordan Veretout lors de ce match. Le 27 avril 2012, il inscrit un triplé lors du match comptant pour la 34e journée de Ligue 2 contre Amiens (5-0)[21]. En fin de contrat, le FC Nantes ne prolonge pas son contrat et Wiltord se retrouve sans club. Le 11 juin 2012, Wiltord annonce au micro de la chaîne télévisée BeIN Sport qu'il met un terme à sa carrière professionnelle[22].

Reconversion (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Après avoir raccroché les crampons, Sylvain Wiltord passe derrière le micro et devient consultant. Fin 2014, il déclare : « Vu que maintenant je ne suis plus sur, mais à l'extérieur du terrain, commenter les matches en direct c'est ce que je préfère. J'ai un peu de pression, j'ai les jambes qui fourmillent, il faut savoir trouver les bons mots au bon moment… J'adore le foot, je parle d'une chose que je connais et j'aime ça. Quand on m'a demandé de me plier à l'exercice la première fois, je pensais que je n'allais pas apprécier mais après mon premier test, lorsque j'ai vécu mon premier match j'ai dit: banco je continue »[23].

En octobre 2013, Wiltord découvre le footgolf. Il continue à jouer à cette discipline où il se sert de sa maitrise du ballon[24].

En juin 2015, soit trois mois après le retour de Landry Chauvin qui a été l'un de ses premiers formateurs après son arrivée au Stade Rennais en 1991, Nino devient l'ambassadeur de l'Académie Rouge et Noire, qui a été souhaitée par l'actuel président René Ruello.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Générales par saison[modifier | modifier le code]

Sylvain Wiltord joue 22 matchs de Coupe d'Europe et inscrit neuf buts avec les Girondins de Bordeaux, 40 matchs (3 buts) pour Arsenal, 24 matchs (8 buts) pour Olympique lyonnais et enfin six matchs (pas de buts) pour le Stade rennais[7].

Le tableau ci-dessous illustre les statistiques professionnelles de Sylvain Wiltord[6],[25],[10].

Statistiques de Sylvain Wiltord au 11 juin 2012
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B M B M B C M B M B M B
1992-1993 Drapeau de la France Stade rennais FC Division 2 2 0 0 0 - - - - - - - - - 2 0
1993-1994 Drapeau de la France Stade rennais FC Division 2 26 9 1 0 - - - - - - - - - 27 9
1994-1995 Drapeau de la France Stade rennais FC Division 1 25 5 1 0 2 1 - - - - - - - 28 6
1995-1996 Drapeau de la France Stade rennais FC Division 1 37 15 1 0 2 3 - - - - - - - 40 18
1996-1997 Drapeau de la France Stade rennais FC Division 1 35 3 2 0 3 0 - - - - - - - 40 3
Sous-total 125 32 5 0 7 4 - - - - - - - 137 36
1997-1998 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 34 10 2 4 5 1 - - C3 2 0 - - 43 15
1998-1999 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 33 22 0 0 1 0 - - C3 8 5 5 2 47 29
1999-2000 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 32 13 4 0 2 0 1 0 C1 12 4 13 4 64 21
Sous-total 99 45 6 4 8 1 1 0 - 22 9 18 6 154 65
2000-2001 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC Premier League 27 8 6 6 1 0 - - C1 13 1 13 6 60 21
2001-2002 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC Premier League 32 10 7 2 3 4 - - C1 11 1 11 0 64 17
2002-2003 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC Premier League 34 10 7 2 0 0 1 0 C1 12 1 13 5 67 18
2003-2004 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC Premier League 12 3 0 0 3 1 1 0 C1 4 0 10 5 30 9
Sous-total 105 31 20 10 7 5 2 0 - 40 3 47 16 221 65
2004-2005 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 25 3 2 2 0 0 - - C1 8 6 5 1 40 12
2005-2006 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 35 12 3 0 0 0 - - C1 10 2 17 3 65 17
2006-2007 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 22 5 1 0 2 2 - - C1 6 0 5 0 36 7
Sous-total 82 20 6 2 2 2 - - - 24 8 27 4 141 36
2007-2008 Drapeau de la France Stade rennais FC Ligue 1 25 6 2 1 1 0 - - C3 4 0 - - 32 7
2008-2009 Drapeau de la France Stade rennais FC Ligue 1 6 0 0 0 1 1 - - C3 2 0 - - 9 1
Sous-total 31 6 2 1 2 1 - - - 6 0 - - 41 8
2009 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 13 1 1 0 0 0 - - - - - - - 14 1
2010 Drapeau de la France FC Metz Ligue 2 15 3 0 0 0 0 - - - - - - - 15 3
2011-2012 Drapeau de la France FC Nantes Ligue 2 33 8 2 0 1 0 - - - - - - - 36 8
Total sur la carrière 503 146 42 17 27 13 3 0 - 92 20 92 26 759 222

Détails des sélections et buts internationaux[modifier | modifier le code]

Détails par compétition[12],[26],[27]
Compétition MJ Buts V N D
Coupe du monde 10 0 4 4 2
Championnat d'Europe 8 2 5 1 2
Coupe des confédérations 10 3 9 0 1
Qualif. Coupe du monde 8 2 4 4 0
Qualif. Euro 16 8 13 1 2
Match amical 40 11 29 6 5
Total 92 26 64 16 12

Sylvain Wiltord joue à 92 reprises pour l'équipe de France de football avec qui il inscrit 26 buts (soit 0,28 par match). Il fait ses débuts à 24 ans face à l'Angleterre le 10 février 1999 en match amical (victoire 2-0) et doit attendre sa troisième sélection pour inscrire son premier but international : 2-0 contre l'Arménie, le 30 mars 1999 en éliminatoires de l'Euro 2000. Entre sa 18e et 29e sélection (soit douze rencontres), l'attaquant inscrit sept buts. À sa période la plus efficace, suit une période de disette qui court sur treize matchs entre la fin de la Coupe des confédérations 2001 et le Mondial 2002[26].

Wiltord met un terme à cette période en marquant trois fois en autant de match lors des premiers matchs de qualification pour l'Euro 2004. Le 6 septembre 2003, à l'occasion de sa 57e sélection et la réception de Chypre dans ces même éliminatoires, le joueur d'Arsenal inscrit son premier doublé sous le maillot de sa sélection nationale. Il récidive un peu moins d'un an plus tard, le 28 mai 2004, à Montpellier contre Andorre en match amical. Il inscrit alors ses 21e et 22e buts (en 61 matchs) qui lui permettent d'égaliser le total de Jean Vincent et ainsi rentrer dans le Top 10 des meilleurs buteurs de l'équipe de France. Les 28 buts de Youri Djorkaeff sont atteignables mais Wiltord inscrit son dernier but international le 31 mai 2006 contre le Danemark en amical lors de sa 79e capes. Il connaît une dernière période d'inefficacité de treize rencontres et son total reste à 26 buts marqués pour les Bleus. Alors neuvième meilleur buteur de l'histoire des Tricolores, Wiltord est dépassé par Karim Benzema le 8 octobre 2015. Il joue son dernier match à 32 ans, plus de sept ans après le premier, le 15 novembre 2006 en amical contre la Grèce (victoire 1-0)[26].

En 92 sélections, Sylvain Wiltord connaît 64 victoires, 16 matchs nuls et 12 défaites. Il est le joueur français le plus capé de l'histoire parmi ceux qui n'ont pas disputé la coupe du monde 1998. Il vit sa plus large victoire contre le Malte le 29 mars 2003 sur le score de 6 buts à 0 lors des éliminatoires pour l'Euro 2004. Wiltord ne s'incline qu'à deux reprises par plus d'un but d'écart, 2-0 à chaque fois, contre le Danemark lors de la Coupe du monde 2002 et quelque mois plus tard contre la République tchèque en match amical. Lors de ses 26 buts inscrits, la France ne s'incline qu'à deux reprises[26].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sylvain Wiltord remporte ces premiers trophées avec les Girondins de Bordeaux en étant sacré champion de France en 1999. Cette même année, il est meilleur buteur du championnat avec vingt-deux réalisations et élu joueur français de l'année par France Football. La saison précédente, il est finaliste de la Coupe de la Ligue, battu par le RC Strasbourg. Il est de nouveau champion de France à trois reprises avec l'Olympique lyonnais en 2005, 2006 et 2007.

De l'autre côté de la manche, avec Arsenal, il est champion d'Angleterre à deux reprises en 2002 et 2004, remporte la Coupe d'Angleterre à deux reprises en 2002 face à Chelsea et en 2003 face à Southampton et le Community Shield en 2002. Il est également finaliste de la Cup en 2001 et finaliste du Community Shield en 2003 battu respectivement par Liverpool et Manchester United. En août 2002, il est élu joueur du mois de Premier League.

Avec l'équipe de France, Sylvain Wiltord est champion d'Europe en 2000 et finaliste de la coupe du monde 2006, deux finales où les Bleus affrontent l'Italie. Il remporte également la Coupe des confédérations à deux reprises, en 2001 et 2003.

Style de jeu : un attaquant imprévisible[modifier | modifier le code]

Sylvain Wiltord est un attaquant de taille moyenne (1,73 m), vif, explosif et imprévisible. Pouvant être utilisé sur tout le front de l'attaque, il commencé au Stade rennais comme ailier droit, faisant parler sa vitesse et ses capacités de percussions. Arrivé aux Girondins de Bordeaux, il est replacé dans l'axe par Elie Baup, associé à un second buteur (Lilian Laslandes). Leur duo très complémentaire fait des ravages, Wiltord prenant souvent la profondeur. Bon dribbleur, sa hargne et son sens du travail font qu'il a presque toujours réussi à s'imposer dans l'équipe-type de ses différents clubs[28].

Dès son arrivée au centre de formation du Stade rennais, Sylvain Wiltord affiche déjà des qualités telles que de l'explosivité, de la subtilité dans ses déplacements et de la puissance. Lors de ses débuts professionnels, son intelligence de jeu et technique ressortent déjà du lot[5]. À Rennes et en équipe de France espoirs, il est milieu offensif[29].

En septembre 1998, alors meilleur buteur de D1 avec les Girondins de Bordeaux, Wiltord déclare ne pas être « un vrai buteur, mais plutôt un « emmerdeur » de défense. Mais, souvent devant le but, j'ai pris conscience qu'il était important de marquer. C'est pour cette raison que je travaille plus devant le but à l'entraînement. Moi, ce que j'aime, c'est avoir de la liberté. Mais être attaquant, c'est être tout de suite devant les buts. C'est un plus »[29].

En septembre 1999, Jean-Louis Gasset déclare que : « Sylvain Wiltord ressemble à Patrice Loko, c’est évident ; ce sont des attaquants modernes, des joueurs de rupture qui multiplient les courses, « avalent » les espaces et créent des brèches pour leurs partenaires. Ce style de jeu exige une parfaite condition physique, car c’est très usant lorsque les matchs se répètent »[30].

Hors football[modifier | modifier le code]

Participation

Engagé et impliqué, Sylvain Wiltord participe régulièrement à des événements caritatifs tels que les matchs d’exhibition organisés par son ami Zinedine Zidane pour l’association ELA (Association européenne contre les leucodystrophies) ou pour l’association de Lutte contre la Leucémie[31].

En 2015, il participe au tournage de l'émission de téléréalité de TF1 Dropped, interrompu suite à la collision aérienne de Villa Castelli qui a tué 10 personnes, dont trois sportifs de haut niveau français. Dans la même équipe que les victimes de l'accident, le sportif était le seul candidat éliminé de l'émission avant le drame[32].

Clip

Sylvain Wiltord est un habitué des clips. En 2002, il apparait dans Live for Love United de Pascal Obispo en compagnie d'autres footballeurs professionnels du monde entier pour lever des fonds pour la lutte contre le SIDA. Déjà apparu dans Le jugement de Tandem, où il est assis dans le public au tribunal aux côtés du rappeur Mokobé, et dans Hôtel Commissariat de Gomez et Dubois, l’ancien Gunner est présent aux côtés de Larusso dans Pas de chi-chi (2010)[33].

Filmographie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sylvain Wiltord », sur fifa.com (consulté le 12 novembre 2015)
  2. « Allez Sylvain ! », sur joinville-le-pont.info,‎ (consulté le 12 novembre 2015)
  3. a, b, c, d, e, f et g Laurent Maltret & Pierre Minier, « Buteur : Wiltord, Macadam Cow-Boy », Onze Mondial, no 117,‎ , p. 74 à 77 (ISSN 0995-6921)
  4. a et b « Wiltord, banlieusard et footballeur, que «les flics saluent» aujourd'hui », sur humanite.fr,‎ (consulté le 12 novembre 2015)
  5. a, b, c et d « Sylvain Wiltord, Retour aux sources », sur staderennais.com,‎ (consulté le 12 novembre 2015)
  6. a, b, c, d, e, f et g « Sylvain Wiltord », sur stade-rennais-online.com (consulté le 12 novembre 2015)
  7. a et b (en) « Sylvain Wiltord - Matches in European Cups », sur rsssf.com,‎ (consulté le 14 novembre 2015)
  8. a, b, c, d, e, f et g (en) « Greatest 50 Players - 33. Sylvain Wiltord », sur arsenal.com,‎ (consulté le 13 novembre 2015)
  9. (en) « Sylvain Wiltord », sur arsenal.com (consulté le 13 novembre 2015)
  10. a et b Sylvain Wiltord sur le site de L'Équipe.
  11. « Ils reviennent de loin », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  12. a et b « Sylvain Wiltord », sur fff.fr (consulté le 14 novembre 2015)
  13. « Rennes: Wiltord-Briand, le chassé-croisé de l'attaque bretonne », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  14. « Wiltord en repêchage », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  15. « Tracas d'attaque pour Marseille avant l'Ajax », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  16. « Merci les jokers ! », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  17. « Gerets: "La concurrence nous attend" », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  18. « L'OM cède la pole à Bordeaux », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  19. « Wiltord se prépare avec la réserve », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  20. « Wiltord : "Les Bleus me manquent énormément" », sur fifa.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  21. « Ligue 2 : ça se resserre pour la montée », sur francefootball.fr,‎
  22. « Wiltord raccroche les crampons », sur francefootball.fr,‎
  23. « Sylvain Wiltord : «J'étais un très mauvais client avec la presse» », sur sport24.lefigaro.fr,‎ (consulté le 18 novembre 2015)
  24. « Wiltord : « Le maillot jacquard, c'est stylé » », sur leditiondusoir.fr,‎ (consulté le 18 novembre 2015)
  25. Fiche de Sylvain Wiltord sur footballdatabase.eu
  26. a, b, c, d, e et f (en) « Sylvain Wiltord - Goals in International Matches », sur rsssf.com,‎ (consulté le 14 novembre 2015)
  27. « Fiche de Sylvain Wiltord », sur fifa.com (consulté le 19 novembre 2015)
  28. « Wiltord l'imprévisible », sur footballdatabase.eu (consulté le 18 novembre 2015)
  29. a et b « Sylvain Wiltord : « Je ne suis pas un vrai buteur » », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 18 novembre 2015)
  30. « Jean-Louis Gasset », sur patriceloko.org,‎ (consulté le 18 novembre 2015)
  31. « Sylvain Wiltord », sur speakersacademy.com (consulté le 18 novembre 2015)
  32. « Accident mortel de l'émission Dropped : Sylvain Wiltord : "Je suis horrifié, je n'ai pas de mots" », sur fr.news.yahoo.com,‎ (consulté le 10 mars 2015)
  33. « Ces footballeurs qui ont tourné dans des clips et le regrettent (peut-être) », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 18 novembre 2015)

Sur les autres projets Wikimedia :